L’Ouganda envisage la mise en place d’une politique nationale pour les start-up en 2024

Par : Adoni Conrad Quenum

Date de création : mercredi, 15 novembre 2023 16:22

Depuis quelques années, les start-up prolifèrent sur le continent africain. Pourtant, dans de nombreux pays, les autorités ne font pas le nécessaire pour faciliter leur croissance. Kampala a décidé de se pencher sur la question.

L’Ouganda envisage la mise en place d’une politique nationale pour les start-up. Le projet, mené par la Private Sector Foundation Uganda (PSFU), est soutenu par la Fondation Mastercard et coordonné par le ministère ougandais du Commerce, de l'Industrie et des Coopératives. L’objectif de la politique est de régir les interactions entre le gouvernement, les incubateurs, les start-up et les investisseurs dans le but de promouvoir une culture d'innovation et d'entrepreneuriat dans le pays.

« Plusieurs multinationales viennent ici et bénéficient de plusieurs privilèges de facilitation des affaires, alors que pas grand-chose n'est fait pour les start-up locales. Nous croyons qu'avec cette politique, les start-up ougandaises auront une chance de concurrencer favorablement sur le marché, car elle établira non seulement ce dont elles ont besoin, mais aussi comment obtenir du soutien », ajoute Keneth Twesigye, responsable des politiques chez Startup Uganda.

L’écosystème technologique est en plein essor sur le continent. Les start-up africaines attirent des investisseurs du monde entier mais pour diverses raisons, la plus importante part des fonds est investie au Nigeria, en Afrique du Sud et au Kenya. Dans le rapport intitulé « Venture Capital Activity in Africa Q3 2023 » publié par l'Association africaine de capital-investissement et capital-risque (AVCA), plus de 2,95 milliards $ ont été investi dans les start-up africaines pendant les 9 premiers mois de l’année.

L’Ouganda fait bien d’assainir son écosystème technologique. D’ailleurs, il faut remplir un certain nombre de conditions pour être catalogué comme une start-up dans le pays. Il faut, entre autres, avoir une structure de gestion temporaire, consacrer une partie de son budget à la recherche et au développement, être détenue majoritairement par des Ougandais et être incorporée localement en Ouganda.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi :

Ouganda : le gouvernement a lancé le déploiement des plaques d'immatriculation numériques

TECH STARS

Please publish modules in offcanvas position.