Le Kenya s'associe à la Venom Foundation d'Abu Dhabi pour établir un centre de blockchain de pointe à Nairobi

Par : Samira Njoya

Date de création : jeudi, 11 mai 2023 16:41

Au cours des cinq dernières années, le Kenya a réalisé des avancées considérables dans les technologies de l’information et de la communication en Afrique. Le pays est aujourd’hui un hub numérique pour plusieurs entreprises mondiales. Ce statut ne cesse de se renforcer.

Le gouvernement du Kenya a conclu le mercredi 10 mai un accord de partenariat avec Venom Foundation, un fondation spécialisée dans le développement de la crypto et agréée par Abu Dhabi Global Market (ADGM), un centre financier international et une zone franche situés sur l'île d'Al Maryah, à Abu Dhabi aux Emirats arabes unis. De cette collaboration, il est prévu l’établissement à Nairobi d’un centre de pointe dédié à la création de nouvelles applications blockchain et Web3 en Afrique.

« Le Kenya Blockchain Hub fournira des outils et des ressources essentielles pour aider les nations africaines à construire une base solide pour la transformation numérique. En mettant en œuvre des solutions basées sur la blockchain, nous visons à promouvoir la transparence, l'efficacité et la confiance sur l'ensemble du continent », a déclaré Venom Foundation qui a souligné que « les avantages de ce partenariat s'étendront tant au niveau national que mondial, améliorant les conditions de vie et libérant du potentiel ».

La blockchain est une technologie de stockage qui permet de garder la trace d'un ensemble de transactions, de manière décentralisée, sécurisée et transparente. Elle offre de hauts standards de transparence et de sécurité, car elle fonctionne sans un organe central de contrôle. Son usage est possible dans divers secteurs, notamment la finance.

Ce partenariat démontre l’intérêt croissant que la blockchain et les technologies associées gagnent au Kenya. La plateforme mondiale d'échange de cryptomonnaies Binance indique qu’environ 8,5 % de la population kényane (4,25 millions de personnes) possèdent des devises numériques. C’est d’ailleurs cet engouement croissant qui pousse actuellement le gouvernement à vouloir introduire une taxe de 3 % sur les actifs numériques pour le prochain exercice budgétaire.

Bien qu’il n’existe pas encore de stratégie nationale sur la blockchain et les services associés, le marché croît et se transforme. Conscient qu’il ne peut véritablement pas freiner l’adoption des nouvelles technologies par les populations parce qu’il manque encore le cadre réglementation adéquat, le gouvernement kényan a tout de même pris des mesures de sécurité en développant une Sandbox à travers laquelle les nouvelles technologies, logiciel et autres services peuvent être testés dans un environnement sûr avant d’être ouverts à la consommation.

Avant l’initiative publique avec Venom Foundation, une initiative privée presque similaire avait déjà pris corps en octobre 2022. L’organisation à but non lucratif NEAR Foundation basée en Suisse, dont l’objectif est d'accélérer la transition du monde vers les technologies ouvertes en développant et en favorisant une communauté de développeurs et de créateurs, avait annoncé le lancement du Hub blockchain régional au Kenya en partenariat avec Sankore, une guilde de la  NEAR Foundation basée au Kenya. Le Hub régional du Kenya a pour mission d’accélérer l'innovation blockchain, l'éducation et le développement des talents à travers le continent africain.

Samira Njoya

Lire aussi :

Le Nigeria se dote d'une politique nationale sur la blockchain

TECH STARS

TECH TV

a-la-rencontre-de-sthevi-letsika-electricien-et-roboticien-qui-a-concu-un-dispositif-de-detection-de-fumee-et-de-gaz
la-kenyane-linet-kwamboka-experte-en-data-science
les-drones-maliba-de-portee-375-km-du-malien-moussa-diarra-sont-concus-a-80-a-partir-de-plastique-recycle
lifeblood-du-sierra-leonais-joseph-david-koroma-pour-mettre-fin-a-la-penurie-de-sang-dans-les-hopitaux

Please publish modules in offcanvas position.