Recevoir la lettre quotidienne

La direction générale de la Société de Gestion et d’Exploitation de l’Aéroport de Conakry (SOGEAC), en collaboration avec l’Agence Nationale du Service Universel des Télécommunications et du Numérique (ANSUTEN), a procédé le samedi 28 janvier au lancement officiel du « Wifi gratuit » à l’aéroport international Ahmed Sékou Touré de Conakry.

Ce projet vise à améliorer la couverture en réseau Wifi haut débit gratuit, à faciliter l’accès à une connexion Internet de qualité aux 2 000 usagers journaliers en moyenne, ainsi qu’aux travailleurs de l’aéroport.

Lire aussi :

L'écosystème start-up africain a levé 6,5 milliards $ en 2022, en croissance de 8 % par rapport à 2021

Published in Breves

Depuis quelques années, le Ghana peine à collecter les recettes intérieures. Pour régler le problème, le gouvernement a décidé d’élaborer un système numérisé pour faciliter la collecte auprès des commerçants et chauffeurs du district métropolitain d’Accra.

L'Assemblée métropolitaine d'Accra (AMA) lancera en mars un nouveau système numérisé de collecte des recettes. La maire d'Accra, Elizabeth Kwatsoe Tawiah Sackey (photo, au centre), l’a révélé le jeudi 26 janvier lors d'une mission de terrain visant à sensibiliser les commerçants sur le déploiement de nouveaux reçus pour le paiement des marchés et des péages des parcs à camions dans la métropole.

La nouvelle plateforme, qui devrait rendre les paiements plus pratiques, permettra également de contrôler les fuites de revenus et à réduire la corruption présumée, tout en favorisant la conformité volontaire et un environnement propice au paiement des taxes.

Selon la maire, environ 23 banques ont été intégrées dans la nouvelle plateforme de collecte des recettes afin de donner aux utilisateurs la flexibilité des options de paiement. « Outre l'utilisation des banques, les contribuables peuvent également payer leurs factures via l'argent mobile sur tous les réseaux, les codes QR et un code USSD », a-t-elle déclaré.

Ainsi, avant l'introduction du nouveau système de collecte des recettes en mars, tous les commerçants et les femmes de marché de la métropole seront enregistrés et recevront des codes spéciaux de réponse rapide (QR) à utiliser pour le paiement des factures de l'AMA.

A en croire le directeur du budget de Metro (Metropolitan Transit Authority), Atsu Ahadzie, avec le nouveau système, les factures et les reçus seront envoyés électroniquement aux contribuables sans aucune intervention humaine.

Samira Njoya

Lire aussi :

Kenya : Sam Wanjohi digitalise les moyens de paiement pour les entreprises avec Popote Payments

Published in Gestion Publique

La République démocratique du Congo a la conviction que les TIC sont un levier d’émergence et de développement structurant. Elles sont donc positionnées au centre de l’action du gouvernement afin de bâtir un écosystème numérique unique dans la sous-région.

Le gouvernement congolais prépare le lancement prochain de son projet intranet conforme à la vision de numériser et de moderniser davantage les services publics. Le ministère du Numérique a présenté le futur projet le jeudi 26 janvier à Kinshasa, à l'issue d'une réunion avec les différents représentants des institutions et services de l’Etat.

Ce réseau intranet du gouvernement, utile à plusieurs titres, permettra entre autres d’interconnecter les institutions publiques dans un même réseau, faciliter l'accès et l'échange d'informations entre les services publics et les citoyens par le canal des services d'e-Gouvernement, faciliter la délivrance des services par les institutions publiques aux niveaux central et local, faciliter les communications (messagerie électronique, téléphonique IP, etc.), favoriser le bon fonctionnement des sites web des ministères et administrations publiques, et augmenter l'efficience et l'efficacité de l'administration par la mutualisation des services.

Selon Venceslas Katimba, conseiller en charge des infrastructures et équipements numériques, beaucoup reste à faire avant la mise en place de cette infrastructure d’envergure. « Plus particulièrement en ce qui concerne les sites web gouvernementaux, il en découle que près de la moitié de ces sites, soit 21 sur 46, possèdent des adresses web et que seuls 15 d'entre eux utilisent le domaine exigé par le gouvernement à savoir : "gouv.cd" », lit-on dans le communiqué du ministère en charge du Numérique.

Il faut dire que ce projet et l’ensemble des autres projets numériques en cours en RDC s’inscrivent dans le cadre du le Plan national du numérique - Horizon 2025 qui vise à faire du numérique congolais un levier d'intégration, de bonne gouvernance, de croissance économique et de progrès social.

Samira Njoya

Lire aussi :

La RD Congo ratifiera la convention de l'Union Africaine sur la cybersécurité et la protection des données 

Published in Gestion Publique

Depuis la promulgation de la Nigeria Startup Act, le pays se dresse comme un exemple en matière de start-up en Afrique. Le Nigeria essaye de s'imprégner des expériences des autres pays avant la mise en œuvre de ladite loi.  

A l'invitation de l'Agence japonaise de coopération internationale (JICA), une délégation du Bureau de l'innovation du Nigéria effectue, depuis le lundi 23 janvier, une visite de travail à Tunis. L’objectif est d’explorer l’écosystème tunisien des start-up et s’informer de la manière dont les acteurs privés et publics collaborent pour développer le secteur.

Selon les membres de la délégation, il est important de s'inspirer de l’expérience tunisienne qui pourrait être bénéfique pour le Nigeria lors de la mise en œuvre de la  Nigeria Startup Act, la loi sur les start-up promulguée le 19 octobre dernier par le président nigérian Muhammadu Buhari. « Nous sommes venus pour apprendre des expériences des acteurs de l'écosystème tunisien tout au long des phases de pré- et post-mise en œuvre de la Nigeria Startup Act », a déclaré Fuwa Naonobu, le consultant de la JICA qui accompagne l'équipe nigériane.

La délégation conduite par Oswald Guobadia Osaretin, assistant spécial principal du président du Nigeria sur transformation numérique, a eu des rencontres avec le ministère des Technologies et des Communications. En coordination avec le bureau de la JICA en Tunisie, la délégation a également rencontré plusieurs start-up et accélérateurs de start-up tels que Smart Capital, Africinvest, Flat6labs, Technopole El Ghazala, Instadeep.

Il faut noter que la rencontre s’inscrit dans le cadre du projet NINJA (Next Innovation with Japan) lançé par la JICA, qui a pour objectif d’assurer un soutien complet et adapté aux entrepreneurs à différents stades de développement de leur activité. L'objectif est d'encourager les entrepreneurs pour la création de start-up. Le projet touche 19 pays du continent Africain.

Samira Njoya

Lire aussi :

Tunisie : l'application de covoiturage Amigo met en relation taxi et client

Published in Tech

Les décideurs politiques et les acteurs de l'écosystème de l'économie numérique de la sous-région ouest-africaine convergeront à Abuja au Nigeria, du 31 janvier au 1er février, pour la Conférence régionale sur l'économie numérique. Il sera question de discuter de l'avenir de l’économie numérique et d'intensifier les partenariats publics-privés régionaux.

Lire aussi :

La Banque mondiale octroie 15 millions $ aux pays d'Afrique de l'Est pour améliorer l'intégration numérique régionale

Published in Breves

Le partenariat permettra d'automatiser et de numériser l'intégralité du cycle de paiement, et ce, dans le but de réussir à économiser du temps, mais également de réduire les différents coûts et efforts liés à ce type d'opérations.

Lundi 23 janvier, X-ERA Egypt, l'un des principaux fournisseurs de solutions de technologie financière et de logistique au Moyen-Orient, et Paymob, le principal fournisseur de services financiers de la région MENA-P, ont annoncé la signature d’un accord de partenariat qui vise à numériser les paiements B2B pour des dizaines de milliers d'épiciers et de petits détaillants en Egypte.

Soulignant l’importance de cet accord, Mahmoud ELenani, PDG de X-ERA, a déclaré que « cette coopération s'aligne sur la stratégie de X-ERA visant à redévelopper le marché commercial informel égyptien, en fournissant un ensemble d'outils fintech diversifiés et de solutions de paiement aux petits épiciers, aux dépanneurs, aux petits et moyens commerçants dans différents gouvernorats à travers l'Egypte ».

En fait, les épiceries traditionnelles sont toujours en tête du secteur de l'alimentation au détail en Egypte. Il représente 96.6% du total des points de vente et environ 74% des ventes totales, selon des données partagées en janvier 2023 par BNP Paribas. Avec plus de 116 000 épiceries et échoppes, ce segment a compté pour 73 % des ventes en 2021, soit 23 milliards $ selon les dernières estimations du département américain de l’Agriculture (USDA).

Avec le nouvel accord, la technologie d'acceptation des paiements de Paymob sera désormais intégrée à l'application de commande de biens de consommation à rotation rapide (FMCG) de X-ERA, créant une solution commerciale numérique de bout en bout pour les commerçants qui n'avaient auparavant que la possibilité de payer leurs marchandises en espèces à la livraison.

Selon le communiqué commun des deux entreprises, ce partenariat numérisera le fonctionnement des épiciers et des petites entreprises et servira à alimenter leur croissance dans l'économie numérique. Grâce à la technologie de Paymob, les commerçants X-ERA pourront également payer leurs factures de services publics et de télécommunications pour numériser davantage leurs activités.

Samira Njoya

Lire aussi :

L’Ougandais Charles Muhindo a créé un système de paiement par cartes

Published in Tech

Le projet qui est à présent dans la phase de finalisation favorisera le développement de la position de Hub TIC du Sénégal, en Afrique de l'Ouest, et accélérera le développement de l'économie numérique et de l'économie innovante dans la région.

Le projet d’interconnexion par fibre optique sous-marine du Sénégal au Cap-Vert baptisé Senegal Horn of Africa Regional Express (SHARE) sera bientôt achevé. C’est l’une des déclarations faites à la presse, vendredi 20 janvier, par Cheikh Bakhoum (photo), le directeur général de la société Sénégal numérique SA (SENUM SA).

« Nous sommes à près de 95 % en matière de réalisations des opérations de déploiement du câble sous-marin SHARE entre le Sénégal et le Cap-vert, deux pays situés en Afrique de l’Ouest », a déclaré Cheikh Bakhoum ; avant d’ajouter que « ce câble permettra d’avoir une meilleure connexion à Internet jusqu’à 16 térabits à l’avenir pour le Sénégal et 100 gigabits seront disponibles, dès que le câble sera opérationnel pour l’administration et pour les opérateurs de manière générale qui auront besoin d’une grande capacité d’Internet ».

Déployé sur une longueur d’environ 720 kilomètres, le câble Share aura des points d’atterrissement à Dakar et à Praia, la capitale et la plus grande ville du Cap-Vert, sur l'île de Santiago. L’infrastructure de connectivité à haut débit réalisée par Huawei Marine Networks (HMN), sera le premier lien direct entre le continent africain et les îles du Cap-Vert, situées à environ 570 kilomètres au large des côtes africaines, dans l'océan Atlantique.

Financé par le gouvernement du Sénégal, le système de câble sous-marin SHARE servira à introduire une route de bande passante internationale modernisée vers l’Afrique de l’Ouest. Selon le directeur général de Sénégal numérique SA, SHARE pourrait être inauguré dans les prochains mois compte tenu de l'accélération des travaux.

Samira NJOYA

Lire aussi :

Sénégal : Dakar abritera la 16e édition d’eLearning Africa du 24 au 26 mai 2023

Published in Télécom

La présidence de la République du Niger a annoncé lors du Conseil des ministres, jeudi 19 janvier, le lancement prochain d’une campagne nationale d’alphabétisation numérique et d’éducation financière.

La campagne sera financée par l’Association internationale de développement (IDA) à hauteur de 603 008 474 FCFA (1 million USD). Elle sera réalisée par le cabinet international Numerica Center avec un délai d'exécution de 15 mois.

Lire aussi :

Le Niger fait un pas de plus vers l’adoption de sa Stratégie nationale de cybersécurité

Published in Breves

Le gouvernement du Bénin a annoncé, mercredi 18 janvier, l’approbation par le Conseil des ministres de sa stratégie nationale d'intelligence artificielle (IA) et des mégadonnées (SNIAM) 2023-2027.

D’un montant prévisionnel de 7,8 millions USD, sa mise en œuvre offrira l’opportunité d’exploiter l’IA dans les domaines cibles de développement afin de positionner le pays comme un acteur majeur de l’IA en Afrique de l’Ouest.

Lire aussi :

Bénin : les grands projets numériques prévus pour 2023 

Published in Breves

Depuis son arrivée en Tanzanie en 2016, la société n'avait jamais mis un terme à ses activités dans le pays. Pendant la pause qui a duré plusieurs mois, la société californienne a travaillé sur de nouvelles offres et services.

Uber, le géant américain spécialisé dans le covoiturage, a annoncé le mercredi 18 janvier la reprise de ses activités en Tanzanie, mettant ainsi fin à un différend qui l’opposait au gouvernement du pays.

C’est dans un communiqué que la société a dit être ravie de relancer ses activités dans le pays après près de 10 mois de suspension. « Nous sommes ravis de commencer l'année sur une note aussi positive en réintroduisant le marché tanzanien […] Notre priorité est de fournir une plateforme où les chauffeurs peuvent gagner des revenus substantiels tout en offrant des options pratiques et fiables aux usagers en Tanzanie », lit-on dans le communiqué.

En Effet, c’est en avril 2022 que la société américaine avait été contrainte de suspendre ses services en Tanzanie en raison des modifications apportées à la réglementation gouvernementale plafonnant la commission maximale des chauffeurs à 15 %, contre 33 % auparavant. Après des mois de négociations, l'autorité tanzanienne de régulation des transports a autorisé le mois dernier les sociétés de transport par covoiturage à facturer jusqu'à 25 % de commission et 3,5 % de frais de réservation.

En relançant ses activités en Tanzanie, Uber a également introduit une nouvelle technologie de contrôle de sécurité qui donnera, selon l'entreprise, plus d'assurance aux passagers et aux conducteurs pendant leurs trajets. « Sur la base de recherches, la plupart des cyclistes semblent ignorer les dispositifs de sécurité à leur disposition. En conséquence, Uber lance Safety Check-up en Tanzanie, qui encouragera les passagers à compléter leur profil de sécurité en activant et en utilisant les fonctionnalités disponibles telles que les contacts de confiance, la vérification du code PIN et le RideCheck », a ajouté la société.

La nouvelle fonctionnalité de sécurité permet également de signaler directement les cas d'arrêt soudain du véhicule suite à un petit accident ou à une panne quelconque. Un rapport est partagé dans ce cas avec la société et de l'aide est demandée.

Samira Njoya

Lire aussi :

Tunisie : le ministère du Transport interdit à Yassir de solliciter les particuliers comme taxis 

Published in Tech
Page 1 sur 26

Please publish modules in offcanvas position.