La Poste est l’un des secteurs qui ont été durement touchés par la crise de la Covid-19. L’accélération de la numérisation qui en a résulté a ébranlé davantage le marché postal qui se heurte à des concurrents innovants. En Afrique en particulier, le service doit se réinventer.

Des investisseurs équato-guinéens, représentés par la société INVERFIN, ont exprimé leur désir d’accompagner la Poste gabonaise dans ses projets numériques. Ils ont également exprimé un intérêt pour soutenir le groupement d’intérêt économique que forment La Poste SA, Télédiffusion Gabon (TDG) et Services Universels dans la couverture en réseau télécoms des zones blanches sur l’ensemble du territoire national. Ces différents projets ont été abordés jeudi 23 mai, avec la ministre de la Communication et de Médias, Laurence Ndong (photo, au centre), lors de l’audience qu’elle a accordée à une délégation équato-guinéenne à Libreville.

Sur la page Facebook de la ministre, l'on peut lire que des investisseurs équato-guinéens sont « prêts à financer 100 % des projets que La Poste SA souhaite concrétiser dans le domaine du numérique, le long de la zone des trois frontières (Gabon, Guinée équatoriale, Cameroun) et au-delà, en espérant un retour d’investissement conforme au protocole d’accord qui sera signé entre les deux parties ». Ledit protocole d’accord devrait préalablement être examiné par les juristes de La Poste SA et du ministère de la Communication et des Médias, indique la ministre.

L’appui financier que souhaitent mobiliser les investisseurs équato-guinéens pour les projets numériques de la Poste gabonaise devrait soutenir les ambitions de transformation de la société nationale, conformément au plan Gabon numérique et aux directives de l’Union postale universelle (UPU) dont le Gabon est membre.  Les deux approches mettent en exergue la nécessité pour La Poste SA de se réinventer comme le font actuellement plusieurs de ses homologues à travers le monde, pour tirer pleinement parti des opportunités de l’e-commerce, de l’e-gouvernement, de la numérisation du mandat postal, etc.

Dans son indice intégré pour le développement postal (2IPD) de 2023, l’Union postale universelle considère comme faible le niveau de développement postal du Gabon. Sur une évaluation de dix points, le pays n’obtient que deux.

Selon le post Facebook de la ministre de la Communication et de Médias, « les représentants d'INVERFIN devraient revenir à Libreville dans quelques semaines pour la signature définitive du protocole d’accord ».

Lire aussi:

Le Gabon veut relancer le projet de construction d'une cybercity sur l'île Mandji

Published in Tech

Dans le cadre de ses initiatives en Afrique, Google multiplie les investissements dans l'infrastructure numérique. L'objectif est de tirer parti des opportunités de l'économie de l'Internet, contribuant ainsi à un avenir numérique prospère et durable pour le continent.

La société technologique américaine Google a annoncé le jeudi 23 mai une nouvelle route de fibre optique reliant l’Afrique à l’Australie pour accroître la portée et la fiabilité de la connectivité numérique en Afrique. L’infrastructure est dénommée Umoja. La partie terrestre du réseau est construite en partenariat avec le Liquid Intelligent Technologies.

Cette partie terrestre reliera le Kenya, l’Ouganda, le Rwanda, la République démocratique du Congo (RDC), la Zambie, le Zimbabwe et l’Afrique du Sud. De là, une liaison sous-marine sera établie pour rejoindre l’Australie en passant par l’océan Indien.

Selon Google, le câble Umoja s’inscrit dans le cadre du projet Africa Connect, tout comme le câble Equiano annoncé en 2019 qui relie l’Afrique à l’Europe. Ce nouvel investissement intervient dans un contexte marqué par des pannes récurrentes sur les câbles sous-marins qui desservent le continent provoquant des perturbations de l’Internet.

Le dernier épisode remonte au 12 mai lorsque des défaillances sur les systèmes de câbles sous-marins SEACOM et EASSY ont provoqué des perturbations dans plusieurs pays d’Afrique de l’Est et australe. En mars dernier, des pannes similaires sont intervenues sur les câbles WACS, MainOne, ACE, SAT3, Seacom/TGN, AAE1 et EIG. Une dizaine de pays d’Afrique de l’Ouest, centrale et australe avaient été affectés.

« Cette initiative est essentielle pour garantir la redondance et la résilience de la connectivité de notre région avec le reste du monde, en particulier à la lumière des récentes perturbations causées par des coupures de câbles sous-marins. En renforçant notre épine dorsale numérique, nous améliorons non seulement la fiabilité, mais nous ouvrons également la voie à une plus grande inclusion numérique, à l’innovation et à des opportunités économiques pour nos populations et nos entreprises », a déclaré William Ruto, président du Kenya.

Isaac K. Kassouwi

Lire aussi:

Microsoft et G42 investissent 1 milliard $ dans le numérique au Kenya

Published in Tech

Le secteur horticole connaît une croissance remarquable en Ethiopie. Pour obtenir des résultats encore plus probants, des initiatives numériques sont mises en œuvre.

L'Association éthiopienne des producteurs-exportateurs d'horticulture (EHPEA) et Trade Mark Africa une organisation africaine d’aide pour le commerce ont signé le mardi 21 mai un accord de partenariat à Addis-Abeba. Cette initiative vise à développer des systèmes complets d'apprentissage en ligne et de gestion des connaissances dans le secteur de l'horticulture en Ethiopie.

S'exprimant sur le bien-fondé de ce partenariat, Tewodros Zewdie (photo, au centre), directeur exécutif de l'EHPEA, a souligné que le projet permettra de maintenir la compétitivité dans le secteur dynamique de l'horticulture dans le pays. « Grâce à ce projet, nous investissons non seulement dans la technologie, mais aussi dans l'avenir du secteur horticole éthiopien. Notre partenariat avec Trade Mark Africa nous permettra de doter nos membres des ressources nécessaires pour prospérer sur un marché de plus en plus numérique », a-t-il déclaré.

Le partenariat bénéficiera d'une subvention de 139 000 € de l'Union européenne, par l'intermédiaire de l'Agence française de développement (AFD). Ce soutien financier facilitera la mise en œuvre de la plateforme d’apprentissage, offrant l'accès à des ressources précieuses, du matériel de formation et des modules interactifs pour améliorer les compétences et le partage des connaissances en matière de production horticole et de pratiques d'exportation.

La collaboration s’inscrit dans le cadre d'un programme plus vaste sur le corridor Ethiopie — Djibouti. Elle intervient à un moment où le secteur horticole éthiopien a enregistré une croissance notable ces dernières années, devenant un pilier fondamental de l'économie nationale. D'après les données officielles, ce secteur contribue à hauteur de 86 % au PIB agricole.

Lire aussi:

En Ethiopie, Nice Innovation Incubation Center couve et accélère les entreprises technologiques

Published in Tech

Le gouvernement marocain s’est engagé à étendre la connectivité à haut débit dans le pays. L'objectif est d'offrir à tous une connexion Internet de qualité à un prix abordable.

La ministre marocaine chargée de la Transition numérique et de la Réforme de l’administration, Ghita Mezzour (photo), a annoncé le lundi 20 mai, devant la Chambre des représentants, le lancement d’un nouveau programme visant à couvrir 1 800 zones rurales avec l'Internet au cours des prochains mois. Ce programme marque le début de la deuxième phase du Plan national pour le développement du haut et très haut débit au Maroc.

Selon la ministre, la mise en œuvre de la première phase de ce plan, toujours en cours, avait pour objectif de couvrir 10 740 zones rurales jusque-là en déficit de couverture Internet. Ce projet s'inscrit dans le cadre de la Stratégie nationale de développement numérique à l’horizon 2030, dont le lancement est imminent.

Cette stratégie ambitieuse prévoit également l'introduction de la technologie 5G, qui devrait jouer un rôle crucial dans la modernisation du pays. En exploitant les technologies numériques, le Maroc aspire à stimuler la croissance économique, améliorer les services publics et garantir une inclusion numérique plus étendue.

Une fois le programme de couverture Internet déployé dans les 1 800 zones rurales, plusieurs millions de personnes verront leurs conditions de vie s'améliorer. Cette initiative permettra aux habitants de bénéficier de divers services publics disponibles en ligne. A ce jour, l'administration a déjà mis en place 600 plateformes numériques publiques, facilitant l'accès à une gamme de services essentiels.

Il est important de souligner que l'accès à l'Internet dans les zones rurales peut produire de grandes améliorations sur l'éducation, la santé et l'entrepreneuriat. Les élèves pourront accéder à des ressources éducatives en ligne, les patients pourront bénéficier de consultations médicales à distance, et les entrepreneurs locaux auront l'opportunité d'élargir leurs marchés grâce au commerce électronique.

L'engagement du Maroc dans cette transformation numérique témoigne de sa volonté de réduire la fracture numérique et d'intégrer pleinement toutes les régions du pays dans l'économie numérique mondiale.

Samira Njoya

Lire aussi:

Le Maroc lance une initiative pour moderniser le secteur du commerce 

Published in Télécom

Le commerce et la distribution représentent l'un des piliers de l'économie marocaine, contribuant significativement au PIB et à l'emploi. L'adoption des nouvelles technologies dans ce secteur est cruciale pour améliorer ses performances et sa compétitivité.

Aleph, une entreprise mondiale spécialisée dans la publicité numérique, et le ministère marocain de l'Industrie et du Commerce ont officiellement signé, le lundi 20 mai à Rabat, un accord-cadre de partenariat. L'initiative vise à soutenir la transformation numérique du secteur et à renforcer la compétitivité des commerçants.

« Notre initiative, Digital Ad Expert, est spécifiquement conçue pour éduquer et habiliter nos partenaires commerciaux à tirer le meilleur parti des technologies numériques, assurant une transition en douceur vers des modèles commerciaux plus modernes et efficaces », a déclaré Mohamed Megahed, directeur général chez Aleph Group.

Dans le cadre de cet accord, Aleph fournira aux commerçants des ressources éducatives via la plateforme Digital Ad Expert, ainsi qu'un accompagnement local par des experts certifiés Google. L'entreprise organisera également des formations et des ateliers innovants pour intégrer efficacement la publicité numérique dans leurs stratégies de marketing. Le ministère chargé du Commerce, de son côté, mettra en œuvre un plan d’action conjoint en mobilisant les chambres de commerce et d’autres entités pour appuyer la numérisation des PME, ainsi qu’en organisant des événements pour encourager l’utilisation des nouvelles technologies.

Le partenariat s'inscrit dans le plan de relance du commerce mis en œuvre par le gouvernement pour moderniser et structurer ce secteur en assurant la création de l’emploi. Selon les chiffres officiels, le secteur du commerce et de la distribution représente 10,8 % du PIB et emploie plus de 15,4 % de la main-d'œuvre du royaume. Pour davantage faire grimper les chiffres, le ministère a inscrit la numérisation parmi les axes fondamentaux de ce plan.

L’alliance entre Aleph et le ministère de l'Industrie et du Commerce devrait ainsi permettre d’accompagner les entreprises locales dans la numérisation de leurs services, avec pour objectif de leur permettre de rester compétitives dans un environnement commercial de plus en plus numérique. De plus, cette collaboration est perçue comme une étape clé pour stimuler l'innovation et l'adoption des technologies avancées dans le commerce marocain, tout en contribuant à l'essor de l'économie numérique du pays.

Samira Njoya

Lire aussi:

Plus de 70 % des entreprises d’Afrique subsaharienne tardent à adopter les TIC malgré les enjeux économiques inhérents

Published in Tech

Pour accroître l'efficacité administrative et optimiser la gestion des données, les gouvernements africains adoptent de plus en plus la numérisation des services. Cette initiative ambitieuse devrait significativement améliorer la vie des citoyens.

Le ministère de l'Environnement, de l'Eau et de l'Assainissement du Burkina Faso a officiellement lancé, le vendredi 17 mai, une nouvelle plateforme numérique visant à simplifier le processus de dépôt des dossiers de demandes des usagers auprès du ministère. Dix premières procédures numérisées sont disponibles sur la plateforme accessible via l’adresse www.eservices.envieau.gov.bf.

S’exprimant lors de l’événement, Aminata Zerbo/Sabane (photo, au centre), la ministre de la Transition digitale, des Postes et des Communications électroniques, fait savoir que « ce portail va aider nos populations à accéder plus facilement à ces services, mais aussi aider les agents du ministère à pouvoir répondre plus efficacement aux sollicitations des usagers ».

Les 10 procédures numérisées par le ministère chargé de l'Environnement concernent la délivrance de l'avis technique pour l'importation de produits chimiques, le certificat d'homologation des emballages et sachets plastiques biodégradables, le certificat d'exemption des emballages et sachets plastiques non biodégradables, ainsi que l’autorisation de gestion des déchets solides. Elles incluent également les permis de circulation du bois et charbon de bois, de coupe du bois et charbon de bois, d’écotourisme, de détention d'un animal sauvage, de chasse, et enfin l’agrément technique dans le domaine de l’eau et de l’assainissement.

Le lancement de ce portail s'inscrit dans le cadre de la Stratégie nationale de modernisation de l'administration publique (SNMAP) 2021-2025. Cette stratégie ambitionne de doter le Burkina Faso d'une administration publique d'excellence au service des usagers d'ici 2025. Dans les prochains mois, d'autres plateformes de divers ministères seront également mises en ligne, avec pour objectif de faciliter l'interaction entre les usagers et l'administration tout en réduisant les déplacements nécessaires.

Ce vaste projet marque un tournant significatif vers la modernisation et la numérisation des services administratifs au Burkina Faso, améliorant ainsi la qualité et l'accessibilité des services publics pour les citoyens. Il reflète l'engagement du gouvernement burkinabè à utiliser les technologies numériques pour optimiser les interactions entre les citoyens et l'administration, suivre les demandes en temps réel, générer des statistiques sur les demandes traitées, faciliter l’archivage des dossiers et réduire l’utilisation du papier.

Samira Njoya

Lire aussi:

BurkinaFaso : vers une administration publique numérique de pointe

Burkina Faso : le taux d’avancement de la dématérialisation des services publics évalué à 83,97 % en 2023

Published in Gestion Publique

Djibouti dispose actuellement d’un seul centre de données opérationnel. Il s’agit du Djibouti Data Center (DDC), une infrastructure Tier 3 qui a été mise en service en 2013. 

Le constructeur de centre de données PAIX Data Centres a annoncé, le mardi 14 mai, avoir créé une coentreprise avec le Fonds souverain de Djibouti (FSD). Le partenariat vise à construire un centre de données neutre vis-à-vis du cloud et des opérateurs à Djibouti pour répondre à la demande croissante dans les domaines de la connectivité, des réseaux de diffusion de contenu, des réseaux sociaux et de l’informatique dématérialisée.

Dénommé JIB1, le nouveau centre de données disposera d’environ 50 000 pieds carrés (environ 4 645 mètres carrés) d’espace utilisable. Il aura également jusqu’à 5 mégawatts de capacité informatique. La mise en service de la première phase de l’installation est prévue pour 2026.

Le JIB1 viendra renforcer l’infrastructure télécoms de Djibouti dans un contexte de transformation numérique accélérée. Le pays est connecté à dix câbles sous-marins avec trois autres en cours de construction. Toutefois, il ne dispose que d’un seul centre de données : le Djibouti Data Center (DDC). Cette infrastructure Tier 3 a été lancée en 2013.

« Au cœur de l’économie numérique africaine, Djibouti joue un rôle stratégique en facilitant la connectivité entre l’Afrique, le Moyen-Orient et l’Asie. PAIX Djibouti servira de catalyseur pour l’inclusion numérique et le développement économique, en permettant aux entreprises de débloquer de nouvelles opportunités et de réaliser leur plein potentiel à l’ère du numérique », a déclaré Jean-André Gbarssin (photo), directeur général du FSD.

Isaac K. Kassouwi

Lire aussi:

Entre 2012 et 2022, le nombre de centres de données en Afrique de l’Ouest et de l’Est est passé de 9 à 134 (rapport) 

Published in Télécom

Djibouti a lancé une initiative ambitieuse de numérisation des services publics. L'objectif est de permettre au pays de bénéficier pleinement de l'économie numérique.

L'administration djiboutienne se prépare à déployer deux nouveaux services numériques dans les mois à venir. Il s'agit des services e-Cabinet et e-Permis de construire, qui visent respectivement à renforcer la gouvernance et l'efficacité administrative et à délivrer des permis de construire de manière numérique. Ces services ont été présentés lors de la 8e séance du Conseil des ministres, qui s'est tenue le mardi 14 mai.

La plateforme e-Cabinet, initiée par le ministère délégué chargé de l'Economie numérique et de l'Innovation et appuyée techniquement par l’Agence nationale des systèmes d'information de l'Etat (ANSIE), vise à étendre et à enrichir les capacités de gestion documentaire de l'administration. Elle intègre des fonctionnalités avancées dédiées à la gestion des processus décisionnels de haut niveau, tout en assurant une interaction fluide entre les systèmes. La plateforme centralisera la gestion des ordres du jour, des propositions, des documents de référence et des archives, ainsi que la gestion des textes juridiques tout au long de leur cycle de vie.

Quant à la plateforme e-Permis de construire, elle remplacera le processus actuel de délivrance du permis de construire, désormais considéré comme archaïque. Cette nouvelle solution comprend un portail en ligne offrant des avantages significatifs pour toutes les parties prenantes impliquées dans le processus de délivrance du permis de construire. Parmi les fonctionnalités clés, on trouve une soumission simplifiée des permis, des paiements en ligne et un suivi en temps réel des demandes.

Le déploiement de ces deux plateformes s'inscrit dans le cadre du projet « Djibouti Fondement Numérique ». Ce projet comprend également le développement de l'infrastructure nationale à haut débit, la promotion de l'e-learning et l'amélioration de la qualité des services de télécommunications à des prix abordables.

Ces solutions numériques devraient permettre la numérisation des processus décisionnels du gouvernement, la communication et le partage de documents sécurisés entre les ministères et les entités gouvernementales, ainsi qu'un gain de temps considérable dans le traitement des services.

Samira Njoya

Lire aussi:

Guinée : le gouvernement obtient 60 millions $ de la Banque mondiale pour améliorer l’accès à Internet

Published in Tech

Le Nigeria veut étendre son réseau à fibre optique à 125 000 km au moins pour assurer une couverture complète et offrir des services Internet haut débit à l'ensemble de sa population.

Le ministre nigérian des Communications, de l'Innovation et de l'Economie numérique, Bosun Tijani, a annoncé le mardi 14 mai l'approbation d'un véhicule à usage spécial (SPV). Il contribuera à la construction d’un réseau de 90 000 kilomètres supplémentaires de fibres optiques terrestres qui complètera l'actuelle infrastructure nationale de haut débit. Cette décision, obtenue lors de la réunion du Conseil exécutif fédéral (FEC) cette semaine, ouvre de nouvelles perspectives pour les Nigérians en général, notamment pour l'écosystème numérique florissant des start-up du pays.

« S'appuyant sur nos travaux existants avec l'Alliance pour le haut débit, cette connectivité accrue permettra de combler le fossé actuel en matière de non-consommation en connectant plus de 200 000 institutions éducatives, sanitaires et sociales dans tout le Nigeria. Cela permettra d'inclure une partie plus grande de notre société dans les avantages de la connectivité Internet », a déclaré le ministre sur X.

En collaboration avec des partenaires du gouvernement et du secteur privé, le SPV construira la couverture supplémentaire en fibre optique nécessaire pour porter la dorsale de connectivité du Nigeria à un minimum de 125 000 kilomètres, par rapport à la couverture actuelle d'environ 35 000 kilomètres. A la livraison, il s'agira de la troisième plus longue dorsale terrestre en fibre optique d'Afrique, après celles de l'Egypte et de l'Afrique du Sud.

Cette extension de l'infrastructure de fibre optique devrait avoir un impact significatif sur l'économie nigériane. Elle augmentera la pénétration d'Internet à plus de 70%, réduira potentiellement le coût de l'accès à Internet de plus de 60% et inclura au moins 50% des 33 millions de Nigérians actuellement exclus de l'accès à Internet. De plus, elle pourrait entraîner une croissance du PIB de 472,6 milliards de dollars en 2022 à 502 milliards de dollars au cours des quatre prochaines années.

Samira Njoya

Lire aussi:

Nigeria : Salad Africa s’associe aux entreprises pour faciliter l’accès aux services financiers à leurs employés

Published in Télécom

Le Cameroun s'engage fermement dans la numérisation des services aux citoyens. La carte d'identité biométrique est désormais indispensable pour en bénéficier.

Le lundi 13 mai à Yaoundé, le délégué général à la sûreté nationale (DGSN), Martin Mbarga Nguele, et le président-directeur général du consortium germano-portugais INCM-Augentic, Labinot Carreti, ont signé un contrat pour le financement, la concession, le développement, la mise en service et l’exploitation d’un nouveau système d’identification sécuritaire au Cameroun, a rapporté la radio nationale dans le journal parlé de 17h. Bien que le montant du contrat n’ait pas été divulgué, il s’agit d'un projet clé en main financé par Augentic, a-t-on appris.

Ce projet comprend la construction de 68 centres multifonctionnels ultramodernes dans les 10 régions et les 58 départements du Cameroun. De plus, il prévoit la rénovation de 219 postes d’identification existants afin de les moderniser. Le nouveau système d’identification introduira une application permettant la prise de rendez-vous en ligne et assurant une disponibilité étendue à tout le pays, a déclaré Labinot Carreti. « On va aussi assurer l’expédition des cartes à travers tous les postes d'identification dans tout le territoire camerounais », a-t-il ajouté. Ce système devrait permettre la délivrance de la Carte nationale d’identité (CNI) en 48h après le dépôt de la demande, d’ici la fin de l’année 2024.

Le 29 décembre 2023, Martin Mbarga Nguele avait annoncé que le chef de l’Etat avait autorisé la mise en place de ce nouveau système, incluant une plateforme de pré-enrôlement en ligne. Trois centres autonomes de production de la CNI seront construits à Yaoundé (Centre), Douala (Littoral) et Garoua (Nord), ainsi que des centres modernes d’enrôlement dans chaque chef-lieu de région, expliquait-il. Il affirmait que ce nouveau système sera opérationnel cette année, selon les assurances données lors de la présentation des vœux de Nouvel An le 24 janvier dernier. Il sera similaire à celui mis en place pour les passeports biométriques, pour lequel un contrat de 131 milliards FCFA (200 millions d’euros) avait été confié à INCM-Augentic.

Vers la hausse du coût de la CNI

Ce contrat donnait mandat au consortium pour construire et exploiter l’infrastructure. Selon l’ambassade d’Allemagne au Cameroun, la société a investi 30 millions d’euros pour la construction du centre national de production des passeports. Les investissements consentis par les prestataires justifient la hausse du coût du timbre, qui est passé de 75 000 à 110 000 FCFA, déclarait à l’époque le ministre des Finances, Louis Paul Motaze. A en croire le patron de la Police camerounaise, l’investissement consenti par les prestataires justifiera une augmentation du coût de la CNI, dont les frais d’établissement s’élèvent actuellement à 2 800 FCFA.

Cette initiative intervient alors que certains citoyens attendent depuis un an, voire des années, l’obtention de leur CNI, dépassant ainsi le délai d’attente réglementaire de trois mois. Cette situation avait conduit à une campagne de revendication sur les réseaux sociaux autour du slogan « Je veux ma CNI ». Le gouvernement a attribué ces retards à la nécessité de sécuriser l’identité camerounaise, dans un contexte où les fraudes sont susceptibles de compromettre sa fiabilité. En plus de la CNI, les autres titres d'identité tels que la carte de séjour, la carte de résident, la carte de réfugié, la carte professionnelle de police et la carte nationale d'invalidité seront également produits dans un délai de 48h.

Patricia Ngo Ngouem

Lire aussi:

Cameroun : un centre numérique inauguré à l’Université de Yaoundé 2

Published in Tech
Page 4 sur 85

Please publish modules in offcanvas position.