La transformation numérique en cours sur le continent a déjà révolutionné les usages quotidiens et transformé en profondeur la société. Le secteur éducatif, qui revêt une importance particulière, est également soumis à des réformes.

Le ministre algérien de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Kamel Baddari (photo, à gauche), a annoncé, le lundi 15 avril à Alger, le lancement prochain d’une plateforme numérique destinée à l’orientation académique de nouveaux bacheliers. Cette plateforme utilisera l’intelligence artificielle pour accompagner les jeunes dans le choix de leur future formation en fonction de leur parcours scolaire.

« Les bacheliers de la session de juin 2024 pourront utiliser une plateforme numérique créée pour identifier les filières et les spécialités les mieux adaptées à leurs capacités et à leurs notes », a expliqué Kamel Baddari, précisant que cela se fera à l'aide « des techniques de l'intelligence artificielle et de l'analyse des données ».

La mise en œuvre de cette nouvelle plateforme fait partie d’un ensemble de réformes numériques récemment engagées par le ministère chargé de l’Enseignement supérieur. Ces réformes ont permis au ministère d’économiser depuis le mois d'octobre jusqu’au mois de mars dernier 72 milliards DA (53,4 millions $) dans le domaine de la restauration universitaire, et 640 millions DA dans le transport universitaire. La numérisation a ainsi permis de rationaliser les dépenses et d’améliorer la qualité des prestations.

En misant sur une nouvelle plateforme d’orientation, le gouvernement algérien souhaite en finir avec l’abandon en cours de cursus, la réorientation ou le mal-être étudiant. L’intelligence artificielle utilisée via la plateforme permettra ainsi d’accompagner les jeunes à prendre de meilleures décisions sur le choix de leur filière universitaire. L’objectif est de révolutionner la vie estudiantine grâce à une bonne orientation post-bac et au choix d’un cursus professionnalisant adapté et personnalisé, afin que les étudiants puissent contribuer à la création de richesses et d’emplois et apporter ainsi une plus-value à l’économie nationale.

Samira Njoya

Lire aussi:

Algérie : le gouvernement annonce la numérisation des documents scolaires à partir de la prochaine rentrée

Published in Tech

La transformation numérique est au cœur des programmes de développement du gouvernement burkinabé. Ouagadougou souhaite s'appuyer sur l'assistance de la Banque mondiale pour atteindre les objectifs de sa stratégie numérique dans les prochaines années.

Le Burkina Faso sollicite l'accord des députés pour l’obtention d’un prêt de 150 millions de dollars de l’Association internationale de développement (IDA) pour le financement du Projet d’accélération de la transformation digitale (PACTDIGITAL). Le Conseil des ministres, tenu le jeudi 11 avril à Ouagadougou, a autorisé à cet effet la transmission dudit projet de loi à l’Assemblée législative de Transition pour ratification.

Le PACTDIGITAL vise à améliorer l'accès aux infrastructures, aux services publics et aux compétences numériques au Burkina Faso. Il fait suite au Projet régional d'infrastructures de Communications en Afrique l'Ouest (PRICAO - BF) et au projet e-Burkina, récemment clôturés. Il s'appuiera sur leurs réalisations afin de développer les bases sur lesquelles d'autres initiatives dans le domaine du numérique pourraient se greffer.

Le financement mis à disposition par l’IDA une institution de la Banque mondiale permettra d’étendre l'accès au haut débit dans les zones non desservies et mal desservies, d'améliorer la disponibilité et l’accessibilité des services publics numériques, de renforcer les compétences numériques des bénéficiaires du projet (nouveaux services publics numériques dans les secteurs cibles de l’éducation, de la santé, de l’emploi, etc.).

Les principaux bénéficiaires sont les femmes, les jeunes, les personnes handicapées, les personnes déplacées, les communautés d’accueil et les employés publics (fonctionnaires, enseignants et formateurs), les entreprises privées, les instituts de formation formels et informels, les incubateurs locaux et les associations.

Les décisions prises lors du Conseil des ministres témoignent ainsi l’engagement du gouvernement de transition à conduire le Burkina Faso vers un développement durable et inclusif.

Samira Njoya

Lire aussi:

Le Burkina Faso reçoit 153 000 $ de don de matériel du Japon pour l'enregistrement biométrique des déplacés internes 

Published in Tech

En Afrique, l'inclusion financière est devenue le centre d'intérêt de nombreux gouvernements et régulateurs financiers, en particulier les banques centrales. Des initiatives sont mises en œuvre à cet effet pour renforcer l'accès aux services financiers pour un plus grand nombre de personnes.

Le projet d'interopérabilité des moyens de paiement mobiles en Algérie connaît une avancée considérable et sera opérationnel durant l'année en cours. Assia Benchabla Queiroz, l'administratrice du Groupement d'intérêt économique de la monétique (GIE monétique), l’a récemment déclaré à Algérie Presse Service, l'agence de presse publique algérienne. Ledit projet vise la facilitation des transactions entre les utilisateurs de différents opérateurs de mobile money et l’amélioration de l'accès aux services financiers.

« Nous sommes assez avancés dans le déploiement du paiement mobile (m-paiement). Le GIE monétique a spécifié son schéma de fonctionnement et chaque banque est appelée à acquérir sa propre solution », a déclaré Assia Benchabla Queiroz.

Pour concrétiser cette avancée, les acteurs du paiement mobile devront collaborer étroitement pour établir des normes et des protocoles communs, tout en se connectant à un switch, un commutateur essentiel à la gestion fluide du flux des paiements mobiles à travers une plateforme. Cette initiative permettra aux utilisateurs d'effectuer des transactions même entre des clients de différentes banques, facilitant ainsi l'adoption généralisée des paiements mobiles pour les achats et les transferts de compte à compte.

Le projet s’inscrit dans le cadre du plan d'action mis en œuvre par le gouvernement pour moderniser le système bancaire et financier et accroître son attractivité et son efficacité afin d'améliorer sa participation dans la relance économique. Sa mise en œuvre devrait permettre une communication fluide entre les différents fournisseurs de services de paiement, ouvrant ainsi la voie à des transactions transparentes entre différentes plateformes, indépendamment du fournisseur de service utilisé.

Ce progrès facilitera l'utilisation du m-paiement, notamment pour régler les achats via le code QR et effectuer des transferts de compte à compte

Samira Njoya

Lire aussi:

Algérie : le gouvernement annonce la numérisation des documents scolaires à partir de la prochaine rentrée

Published in Tech

Dans le but d’améliorer la gestion des services fiscaux, l’administration fiscale a investi dans une nouvelle solution numérique. Le portail fiscal E-tax fera place au nouveau système qui se présente sous la forme d’un logiciel intégré.

La direction générale des impôts du Gabon a inauguré le lundi 8 avril à Libreville la plateforme « Digitax Gabon », visant à simplifier la collecte des recettes fiscales des entreprises. Cette initiative a notamment pour objectif d’optimiser la gestion fiscale et d’améliorer les relations entre les contribuables et les services fiscaux. A cette cérémonie de lancement étaient présents Mays Mouissi, ministre de l’Economie et des Participations, Charles M’Ba, ministre des Comptes publics, ainsi que Laurence Ndong, ministre de la Communication.

« Cette initiative, portée par la direction générale des impôts (DGI), vise à révolutionner la gestion fiscale au Gabon grâce à la digitalisation des processus administratifs. Digitax Gabon représente un virage majeur dans la modernisation de l’administration fiscale gabonaise. Cette plateforme innovante permettra la gestion intégrée de l’ensemble des processus fiscaux, incluant la gestion de l’assiette fiscale, le recouvrement, le contrôle fiscal, le traitement des contentieux, ainsi que le paiement des impôts par téléprocédure », a expliqué l’administration fiscale.

Ce remplacement de la plateforme de collecte fiscale s'inscrit dans le cadre de la modernisation de l'administration publique, lancée par les autorités gabonaises en 2021, lors du déploiement d'un plan visant à transformer son économie. Le pays a depuis entrepris diverses initiatives pour rester à la pointe de la révolution technologique en cours sur le continent. En janvier dernier, le Gabon a obtenu un prêt de 68,5 millions de dollars de la Banque mondiale pour accélérer sa transformation numérique à travers le projet « Gabon numérique ».

Pour rappel, alors que le ministère de l’Economie a fixé un objectif de 419,5 milliards FCFA (environ 686,3 millions $) sur la période de septembre 2023 à février 2024 aux services fiscaux, les recettes fiscales se sont établies à environ 560 milliards FCFA.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi:

Le Gabon obtient 68,5 millions $ de la Banque mondiale pour accélérer sa transformation numérique

Published in Gestion Publique

L’Algérie multiplie les initiatives visant la mise en œuvre de la stratégie « zéro papier ». Le pays s’est donné l’objectif de réussir la transition vers une administration dématérialisée d’ici 2029.

Le ministre algérien de l’Education nationale poursuit l’expansion de la numérisation dans son secteur, un projet entamé depuis 2021. En visite de travail le lundi 8 avril à Mostaganem, Abdelhakim Belabed (photo, au centre) a annoncé que le secteur de l'éducation sera l'objet d'un ensemble de réformes numériques dès la rentrée scolaire 2024-2025.

« La prochaine rentrée scolaire marquera une nouvelle ère numérique sans précédent, suite à la numérisation complète de toutes les opérations pédagogiques, éducatives, administratives et organisationnelles dans le secteur de l’éducation », a déclaré le ministre.

Les réformes annoncées par le ministre chargé de l’Education concernent l'inscription à distance, notamment pour la première année de l'école primaire, qui sera lancée le 2 mai prochain, l’orientation, les mécanismes et d'autres programmes qui seront bientôt annoncés. L'objectif est selon le ministre d'éviter les déplacements des parents vers les établissements scolaires.

Ces réformes s’inscrivent dans le cadre des instructions du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, visant l’accélération du processus de numérisation dans les secteurs clés du pays, dont l’éducation. Le chef de l’Etat avait évoqué, fin décembre 2023, dans un discours à la nation, le parachèvement de la première phase du projet de numérisation à la fin du premier semestre de 2024.

Le secteur de l’éducation, qui bénéficie d'une attention particulière, sera marqué par des opérations de numérisation qui se poursuivront dans la réinscription, la réorientation et le recours aux documents scolaires, lesquels seront exclusivement disponibles sur la plateforme numérique du ministère. De plus, 1 200 nouvelles écoles seront équipées de tablettes électroniques.

Samira Njoya

Lire aussi:

En Algérie, l’ANPT œuvre pour la mise en place d’un écosystème qui favorise le développement des TIC 

Published in Tech

Avec une population de plus de 220 millions d'habitants, le Nigeria est le pays le plus peuplé du continent africain. Il est donc crucial pour le gouvernement de mettre en place un système efficace permettant d'identifier clairement les citoyens et les résidents nigérians.

IDEMIA Smart Identity, une division de la société française spécialisée dans les technologies d'identité IDEMIA, a annoncé le mardi 9 avril, le renouvellement de son partenariat avec la Commission nationale de gestion de l'identité du Nigeria (NIMC). Cette initiative vise à mettre à niveau le système biométrique de la NIMC pour en faire le plus avancé au monde, selon IDEMIA. Le futur système de correspondance biométrique sera, entre autres, capable de traiter un million de recherches de vérification d'identité par jour.

« Franchir cette nouvelle étape dans l'amélioration de notre système avec IDEMIA Smart Identity était un choix naturel pour nous. Nous voulions nous assurer de fournir la meilleure solution possible à nos concitoyens nigérians, et la puissance pure de la correspondance biométrique que nous recevrons garantit que la solution est à l'épreuve du temps pour notre population croissante », a déclaré Abisoye Coker-Odusote, directrice générale de la NIMC.

Cette initiative s'inscrit dans le cadre du projet Nigeria Digital Identification for Development (ID4D) financé par la Banque mondiale depuis 2020. Le projet vise à délivrer des identités numériques à 148 millions de citoyens d'ici le 30 juin 2024 ;  un objectif que le Nigeria semble être en bonne voie d'atteindre selon un récent rapport de la Banque mondiale.

Le renouvellement du partenariat intervient quelques jours après l'annonce du gouvernement de mettre en place de nouvelles cartes d'identité innovantes dotées d'une fonction de paiement permettant à tous les types de services sociaux et financiers d'être alimentés par AfriGO, un système national de cartes domestiques.

La mise à niveau du système devrait ainsi permettre à la NIMC de fournir à tous les Nigérians l'accès à une identité sûre et digne de confiance, leur permettant d'exercer leurs droits et leurs responsabilités en tant que citoyens. Rappelons que le système initial avait été conçu pour prendre en charge 100 millions d'entrées, il atteint désormais environ 90 millions d'enregistrements, d'où la nécessité de cette extension qui comprendra 250 millions d'entrées pour couvrir l'ensemble de la population nigériane.

Samira Njoya

Lire aussi:

Nigeria : le gouvernement d’Akwa Ibom et MainOne concluent un partenariat pour améliorer la connectivité dans le sud

Published in Gestion Publique

Depuis son arrivée en Guinée en 2006, Huawei a contribué à la mise en œuvre de divers projets numériques. L’entreprise dont l’expertise internationale n’est plus à démontrer estime qu’elle a encore du savoir-faire à partager.

La ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie numérique, Rose Pola Pricemou (photo), a rencontré le vendredi 5 avril une délégation de Huawei conduite par son directeur général en Guinée. Lors de cette visite de courtoisie, l’impact de l’entreprise technologique chinoise sur le progrès numérique du pays a été soulevé tout comme des possibilités de nouvelles collaborations dans l’optique d’accompagner la Guinée dans sa transformation numérique.

La formation des acteurs des services de modernisations des systèmes informatiques (SMSI), le renforcement du backbone de fibre optique, la mise en œuvre du programme « Guinea Safe City », l'extension de la couverture Internet dans les zones rurales les moins desservies ou encore l’accompagnement du gouvernement dans l'organisation de la Journée de la jeune fille dans les TIC le 25 avril prochain sont, entre autres, les possibles axes de collaboration abordés lors de la réunion.

Certains de ces points sont d’ailleurs des composantes essentielles de la Stratégie nationale de digitalisation dont l’objectif est la modernisation de l'administration publique et des secteurs clés du pays, le développement des compétences locales, l’inclusion numérique. Huawei qui est installée en Guinée depuis 2006 a déjà accompagné le pays dans plusieurs projets, notamment la construction de 4 000 km de fibre optique.

Avec le récent soutien financier de 60 millions de dollars de la Banque mondiale, le gouvernement guinéen a l’opportunité d’effectuer un nouveau saut qualitatif dans la transformation numérique du pays. Huawei pourrait l’aider à cet effet.

Lire aussi:

La Guinée va se connecter à un second câble sous-marin à fibre optique avec le soutien de la Banque mondiale 

Published in Tech

Considéré comme le continent le plus jeune et le plus dynamique du monde, l’Afrique est en position de bénéficier de l’intelligence artificielle pour stimuler sa croissance économique. Cependant, le continent a besoin d'un accompagnement pour une utilisation adéquate de cette technologie.

La Chine souhaite intensifier sa collaboration avec l'Afrique dans le domaine de l'intelligence artificielle. L'Administration chinoise du cyberespace (CAC) a publié le mercredi 3 avril une déclaration dans ce sens, à la suite du Forum de développement et de coopération Internet Chine - Afrique qui s'est tenu à Xiamen, en Chine, du 2 au 3 avril.

Selon la déclaration de la CAC, les domaines de coopération incluront la recherche, le développement technologique et l'application de l'IA dans les universités et les instituts de recherche scientifique chinois et africains, ainsi que dans des secteurs clés tels que l'agriculture, les soins médicaux, l'éducation, la gestion urbaine. La collaboration inclura également le développement des infrastructures numériques, l'échange de talents, le renforcement des capacités, la cybersécurité et la protection des données.

Cette déclaration survient alors que les experts africains s'interrogent sur les énormes opportunités que cette technologie pourrait apporter au continent, à condition que les politiques et les infrastructures appropriées soient en place. Selon une analyse récente du groupe de réflexion américain Brookings Institution, seuls sept pays africains ont élaboré des stratégies nationales en matière d'IA, et aucun n'a mis en œuvre une réglementation formelle à cet égard.

La collaboration avec la Chine, un pays avancé en matière d'IA, devrait permettre à l'Afrique de mettre en œuvre des politiques de soutien et des infrastructures robustes pour exploiter les opportunités illimitées de l'IA et accélérer son développement. Selon le rapport « Annual Global CEO Survey » du cabinet PwC, l'IA pourrait contribuer à l'économie mondiale à hauteur de 15 700 milliards de dollars d'ici 2030, dont 1 200 milliard de dollars pourraient être générés en Afrique, représentant ainsi une augmentation de 5,6 % du produit intérieur brut du continent d'ici 2030.

Samira Njoya

Lire aussi:

Le Bénin explore les opportunités de collaboration avec le Canada dans le domaine de l'IA

Published in Tech

Le Burkina Faso est engagé depuis quelques mois dans l'enregistrement des personnes déplacées internes. Le pays bénéficie à cet effet du soutien de partenaires internationaux tels que le Japon.

Le ministère burkinabè de la Solidarité, de l’Action humanitaire, de la Réconciliation nationale, du Genre et de la Famille a reçu le mardi 2 avril un don de matériel numérique du gouvernement du Japon. L’initiative vise à accompagner le gouvernement du pays dans l’enregistrement biométrique des personnes déplacées internes (PDI).

Selon un communiqué du ministère chargé de l’Action humanitaire, le don d’une valeur de 93 000 000 de francs CFA (153 000 $) est composé essentiellement de 120 capteurs d’empreintes, 120 power banks. Il s'inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du système d'enregistrement biométrique des PDI, un projet lancé en mai 2019 visant à faciliter l'accès aux données plus fiables et rationaliser les interventions en faveur des déplacés.

Deux applications ont été développées à cet effet par le gouvernement, avec le soutien de l'Agence japonaise de coopération internationale (JICA). La première application permet l'enregistrement des personnes déplacées internes, avec la prise d'empreintes digitales. Elle permet également de détecter les doublons dans les enregistrements, de fournir des statistiques précises sur les déplacements de la population et les retours. La seconde application facilite le traitement, l'analyse et la diffusion des données d'enregistrement, contribuant ainsi à une gestion plus efficace des déplacés internes.

Ce matériel offert par le gouvernement japonais devrait aider le Burkina Faso dans la mise en œuvre du système d'enregistrement des PDI et à accélérer son développement en exploitant le potentiel du numérique. Selon les chiffres officiels, ledit système et son déploiement coûteront plus de deux milliards de francs CFA.

Samira Njoya

Lire aussi:

Le Japon confirme son engagement à soutenir le Burkina Faso dans son développement numérique 

Published in Tech

Le gouvernement malgache poursuit sa vision de faire du pays un modèle de développement inclusif à travers le numérique. En partenariat avec des acteurs locaux et internationaux, des projets sont en cours pour concrétiser cet objectif.

Le ministre malgache du Développement numérique, des Postes et des Télécommunications, Tahina Razafindramalo, a inauguré le mardi 2 avril « Antananarivo 42 », une école gratuite dédiée à la formation des jeunes dans des domaines clés du numérique et de la programmation.

Cette initiative, soutenue par le groupe Axian, répond à un besoin croissant de main-d'œuvre qualifiée à Madagascar, notamment dans les domaines du big data, de l'intelligence artificielle, du développement web, de l'administration de réseaux et de systèmes, ainsi que de la cybersécurité, comme l'a souligné l'ambassade de France à Madagascar dans un communiqué.

Durant trois ans, les 196 étudiants de cette première cohorte apprendront à coder dans différents langages de programmation et à travailler sur des projets concrets, souvent en collaboration avec des entreprises partenaires. L'objectif est de les préparer efficacement à intégrer le marché du travail dans le secteur de l'informatique.

Selon les chiffres officiels, le secteur représente plus de 30 000 emplois formels à Madagascar, avec une demande du marché de l’emploi en constante évolution. Le ministère du Développement numérique, des Postes et des Télécommunications prévoit ainsi d'investir massivement dans la formation aux métiers du numérique, avec la création prochaine de l'Institut national du digital, qui pourra former plus de 3 000 personnes par an.

Avec l'inauguration d'Antananarivo 42, Madagascar devient le deuxième pays d'Afrique, après le Maroc, à rejoindre le réseau international des écoles du 42 qui compte 54 campus répartis dans 31 pays. Ces écoles, créées à l’origine par le milliardaire français Xavier Niel, offrent des formations innovantes et gratuites en programmation et en développement informatique. Ces écoles accueillent les élèves sans condition de diplôme ni limite d’âge. 

Samira Njoya

Lire aussi:

Antananarivo42, une école d'informatique gratuite, a ouvert ses portes à Madagascar

Published in Tech
Page 7 sur 85

Please publish modules in offcanvas position.