Le ministère de la Transition digitale, des Postes et des Communications électroniques a récemment organisé un atelier à Koudougou pour évaluer les quarante-trois procédures prioritaires qui devaient être dématérialisées en 2023. Les résultats de cette évaluation montrent qu'au 31 janvier 2024, le taux moyen de réalisation de ces procédures était de 83,97 %.

Cette réunion a également permis aux participants d'élaborer une feuille de route pour les procédures prioritaires à dématérialiser en 2024. Cette initiative témoigne de l'engagement du Burkina Faso à moderniser les services publics et à promouvoir l'utilisation des technologies numériques pour améliorer l'efficacité et la transparence de l'administration publique.

Lire aussi:

Le Burkina Faso a lancé la numérisation du timbre fiscal 

Published in Breves_Simple

A l’instar de plusieurs pays en Afrique subsaharienne, le Lesotho est confronté à de nombreux défis en matière d'éducation numérique. Cependant, avec l'aide de pays plus avancés dans ce domaine, le gouvernement espère améliorer significativement la situation dans les années à venir.

Le ministre de l'Education et de la Formation au Lesotho, Ntoi Rapapa (photo), a récemment annoncé la signature d'un protocole d'accord avec les Emirats arabes unis pour soutenir l'éducation numérique dans son pays. Cette collaboration, conclue en marge du Sommet mondial des gouvernements à Dubaï, vise à créer des écoles numériques au Lesotho, illustrant ainsi l'engagement commun des deux nations à autonomiser et à équiper les communautés pour l'ère numérique.

Dans le cadre de ce partenariat, le gouvernement émirati étendra son programme « Digital School » au Lesotho. Lancée en 2020 par Cheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum, le Premier ministre des Emirats arabes unis, cette initiative vise à garantir une innovation continue et à promouvoir l'apprentissage numérique grâce à des modules basés sur le jeu et l'apprentissage adaptatif piloté par l'intelligence artificielle.

Le partenariat s'inscrit dans le cadre des efforts du gouvernement du Lesotho visant à moderniser l'éducation nationale. Selon les données officielles, seules 5 % des 1 480 écoles primaires du pays ont actuellement accès à des équipements d'éducation numérique. Il est donc crucial de combler ce fossé.

Au Sommet mondial des gouvernements, le ministre a également abordé la question de la numérisation d'autres secteurs au Lesotho, notamment l'administration. Selon Ntoi Rapapa, seulement trois des 18 ministères du Lesotho utilisent actuellement des pratiques de gouvernance électronique. La stratégie mise en place prévoit la numérisation de l'ensemble de ces ministères au cours des deux à cinq prochaines années.

Samira Njoya

Lire aussi:

Le Lesotho se dotera d’un système national de santé numérique interopérable avec l'appui du MCC

Published in Tech

Au Togo, la course vers la numérisation s’accélère depuis la mise en place de l’Agence Togo Digital, une agence gouvernementale chargée des projets numériques. Pour de meilleurs résultats, le pays est à l’assaut des partenaires.

Le Togo et le Kazakhstan ont récemment décidé d'étendre leur coopération bilatérale dans le domaine des Technologies de l'information et de la communication (TIC). Un protocole d'accord a été signé à cet effet entre Cina Lawson, ministre de l'Economie numérique du Togo, et Bagdat Mussin, ministre Kazakh du Développement numérique, en marge de la sixième édition du Forum « Digital Almaty », qui s'est déroulée du jeudi 1er au samedi 3 février.

Dans le cadre de ce partenariat, le Kazakhstan accompagnera le Togo dans la mise en œuvre des projets de sa stratégie numérique « Togo Digital 2025 », notamment la numérisation de l'administration et des services destinés aux citoyens.

Le nouveau partenariat s’inscrit dans le cadre d’une nouvelle politique de collaboration entre les deux pays. Il intervient quelques jours avant une mission de prospection effectuée du 8 au 10 février par une délégation kazakhstanaise au Togo ; elle fait suite aux échanges engagés par Faure Gnassingbé et Kassym-Jomart Tokaïev.

En travaillant avec le Kazakhstan, le Togo ambitionne de s'inspirer des avancées du pays dans l'e-gouvernance. Le pays asiatique a lancé en 2006 un portail e-Gov baptisé eGov.kz, qui rassemble plus de 200 services automatisés dans divers domaines tels que la santé, la protection sociale, l'aide à l'emploi et la documentation de la population. Ces efforts ont valu au Kazakhstan le 28e rang mondial en matière de gouvernance en ligne, selon un sous-indicateur de l'indice onusien de développement de l'e-gouvernement (EGDI).

Tout comme le Kazakhstan, le Togo a également mis en ligne en 2022 son portail national des services publics dont les premiers services sont désormais effectifs, notamment la demande de passeport, permis de construire, raccordement à l’électricité, carte de séjour, e-visa, etc.

Samira Njoya

Lire aussi:

Le Togo a numérisé le paiement de la taxe sur les véhicules à moteur 

Published in Tech

La demande en compétences numériques devrait croître plus rapidement en Afrique subsaharienne que sur les autres marchés mondiaux, selon la Société financière internationale. Il est donc urgent de multiplier les formations pour préparer la jeunesse à ces opportunités croissantes.

Le gouvernement malgache et les Emirats arabes unis ont signé, le mardi 13 février, une convention de partenariat visant à former plus d'un million de jeunes aux nouvelles technologies dans le cadre des projets « DIGITAL SCHOOL » et « CODERS INITIATIVE ». L’initiative a été annoncée lors du Sommet mondial des gouvernements à Dubaï, en présence du président malgache, Andry Rajoelina (photo).

L'objectif de cette convention est de révolutionner l'éducation des jeunes en utilisant les technologies modernes pour élargir les opportunités éducatives. « L’avenir se résume en la préparation de nos générations futures à faire face aux défis avec des armes technologiques innovantes qui forgeront leur monde de demain. L’espoir de toute une génération repose entre nos mains, nous les leaders d’aujourd’hui. Notre devoir est de les accompagner pour un avenir meilleur », a déclaré le président.

Dans le cadre de ces projets, des centres de formation numériques seront mis en place à Madagascar pour offrir une méthode d'apprentissage flexible, adaptée aux besoins de chaque apprenant. Ces centres utiliseront l'intelligence artificielle avancée et des applications numériques pour développer les connaissances et les compétences des étudiants, en complément du programme national.

Digital School, déjà implantée dans huit pays dont la Mauritanie et l'Egypte, a été lancée en 2020. A ce jour, elle a formé plus de 1 500 formateurs et accueilli plus de 60 000 étudiants. En juin dernier, elle a renforcé sa présence en Mauritanie en inaugurant 66 centres d’apprentissage numérique dans le but de diffuser des compétences et des solutions en éducation numérique dans la région arabe.

A  Madagascar, la mise en place des centres de formation numérique permettra d'optimiser la chance des jeunes à intégrer le monde professionnel contribuant ainsi à la réduction du taux de chômage dans le pays.

Samira Njoya

Lire aussi:

Les Emirats arabes unis signent un protocole d'accord pour étendre l'initiative Digital School en Afrique subsaharienne

Published in Tech

En lançant une série de projets numériques, le gouvernement angolais vise à répondre aux attentes des citoyens en matière de services électroniques, notamment en simplifiant l'accès à certains services publics. La réalisation de ces projets requiert cependant une connexion Internet de qualité.

La mise en œuvre du Programme d'accélération numérique de l'Angola (PADA) est confrontée à des perturbations, en partie dues au faible taux d'accès à Internet dans le pays. Meick Afonso (photo, au centre), directeur général de l'Institut de modernisation administrative (IMA), a souligné cette problématique lors de la deuxième séance de consultation publique sur le PADA, le vendredi 9 février à Luanda.

Il a adressé ce défi aux dirigeants des entreprises publiques et privées, aux ONG et à la société civile, soulignant que pour que cette transformation soit réussie, il est essentiel que chaque citoyen soit connecté.

Le PADA, une initiative gouvernementale visant à promouvoir la transformation numérique en Angola, est financé à hauteur de 300 millions de dollars par la Banque mondiale. Son objectif est de favoriser l'inclusion numérique, d'élargir l'accès aux services publics et de stimuler l'économie numérique, dans le but de transformer le pays en une société totalement numérisée et de résoudre les problèmes liés à l'obtention de documents administratifs.

Le déploiement d'une connexion Internet de qualité est crucial pour ce processus, et des efforts sont en cours dans ce sens, notamment avec la récente connexion du pays au câble sous-marin à fibre optique 2Africa de Meta et l'obtention d'un prêt de 249 millions de dollars de la part de la Chine pour un projet national de haut débit.

Selon les statistiques de l'Institut angolais des communications (INACOM), le pays compte actuellement 10,08 millions d'utilisateurs d'Internet. Toutefois, selon un rapport de l'Union internationale des télécommunications (UIT) datant du 15 décembre, l'Angola est classé au 24e rang en Afrique en termes de développement des TIC, avec seulement 44,1 points sur 100.

Samira Njoya

Lire aussi:

L’Angola inaugure un centre de formation technique et professionnel financé par la Chine

Published in Tech

A l’instar de plusieurs pays dans le monde, le Congo s'est lancé dans la numérisation des services administratifs parmi lesquels le permis de conduire. Il est question à travers cette initiative de mettre fin à certains problèmes qui minent le secteur routier.

Le gouvernement du Congo s'apprête à déployer dans les jours à venir un nouveau permis de conduire entièrement biométrique, qualifié de hautement sécurisé. Le jeudi 8 février, Mopaya Atali (photo, à gauche), directeur général du Transport terrestre, a présenté cette nouvelle carte de permis de conduire au ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie numérique, Léon-Juste Ibombo (photo, à droite).

Initialement annoncé en 2023, ce nouvel outil vise à standardiser l'identification des citoyens congolais dans un souci de sécurité. Le gouvernement compte également en profiter pour remédier à la problématique de la formation insuffisante des chauffeurs et pour réduire de manière significative le nombre d'accidents sur les routes congolaises.

Ce projet s'inscrit dans le cadre du Programme d'accélération de la transformation numérique (PATN) lancé par le Congo. Il intervient quelques mois après le déploiement en juin du Système d'uniformisation des plaques d'immatriculation et de lecture automatique (Supila) des véhicules. Ce système a été mis en place pour la production des permis et cartes grises biométriques.

Ces réformes, initiées par les autorités du pays, visent à relever les nombreux défis du secteur du transport routier. En effet, le Congo ne disposait pas jusqu'à présent d'un système informatique sécurisé pour la gestion des données relatives aux transports routiers, ni d'un système d'archivage électronique fiable et sécurisé. Le nouveau permis de conduire vise donc à renforcer la sécurité, simplifier les processus administratifs, améliorer la sécurité routière et favoriser l'intégration avec d'autres services numériques.

Samira Njoya

Lire aussi:

Seychelles : le permis de conduire numérique entre en vigueur dès l’année prochaine 

Published in Tech

Les pays africains poursuivent tant bien que mal leur transformation numérique. Ils améliorent leurs services et y introduisent de nouvelles technologies pour une meilleure efficacité.

Les autorités tanzaniennes envisagent l’adoption de l’intelligence artificielle sur les plateformes en ligne de l’administration publique. Cette annonce a été faite lors de la quatrième édition de la réunion annuelle sur l’e-gouvernement qui s’est tenue du mardi 6 au jeudi 8 février au Centre de conférence international d'Arusha.

« La prestation physique de services dans les institutions publiques et les agences gouvernementales continue d'être un défi en raison de l'attitude de désintérêt qui prévaut chez de nombreux travailleurs. Cela se traduit souvent par des retards et des exécutions de tâches inférieures à la norme. [...] Nous voulons également éradiquer totalement les files d'attente et les retards dans les institutions et organisations publiques », a indiqué George Simbachawene (photo), ministre d'Etat chargé de la Gestion du service public et de la Bonne gouvernance.

Depuis quelques années, l’IA suscite de plus en plus d’intérêt dans les pays africains. En constante évolution, elle peut traiter d’importantes quantités de données en un temps record, ce qui contribuera à l’amélioration de divers services en ligne dans de nombreux secteurs d’activités. Plusieurs pays africains s’engagent donc dans l’utilisation de cette technologie et pour cela, ils bénéficient du soutien des pays du Nord et des institutions internationales.

En novembre dernier, le Royaume-Uni et ses partenaires se sont engagés à fournir 80 millions £ (environ 100,9 millions $) pour accélérer le développement de plusieurs pays d’Afrique grâce à l’utilisation de l'IA. Plus tôt dans l’année, c’est l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) qui a annoncé son soutien au Maroc pour la promotion de la transformation numérique et de l’IA.

Par ailleurs, il faudrait que les pays africains soient vigilants dans l’adoption de cette technologie puisque, selon Seydina Moussa Ndiaye, l’un des 38 membres de l’organe consultatif des Nations unies sur l'IA, l’Afrique peut devenir le cobaye pour tester de nouvelles solutions basées sur l’IA sans la mise en place d’un réel contrôle de cette technologie.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi:

L'Angleterre et des partenaires annoncent un investissement de 100 millions $ en Afrique pour développer IA

Published in Gestion Publique

Depuis sa nomination en tant que vice-président, Mahamudu Bawumia a contribué à positionné le Ghana sur la scène technologique et numérique internationale. Il aspire à des réalisations encore plus remarquables dans ce domaine, s'il accède à la présidence de la République.

Mahamudu Bawumia (photo), vice-président du Ghana et candidat à l'élection présidentielle prochaine, a dévoilé le mercredi 7 février un programme numérique ambitieux qu'il entend mettre en œuvre s'il est élu président. S'adressant à la nation après sa désignation à la tête du Nouveau Parti Patriotique (NPP), Mahamudu a affirmé sa vision de bâtir un Ghana numérique qui utiliserait la technologie pour transformer les secteurs clés de l'économie.

Ce programme prévoit la formation d'un million de talents numériques au cours des cinq prochaines années, dont 200 000 jeunes chaque année, axée sur les compétences en logiciels numériques. L'objectif est de répondre à la demande croissante de main-d'œuvre technologique au niveau national et international. Il est également prévu de réorienter le système éducatif vers les disciplines STIM (Sciences, Technologies, Ingénierie et Mathématiques), la robotique, l'intelligence artificielle et les compétences professionnelles, afin de répondre aux exigences de la quatrième révolution industrielle.

Le vice-président et son équipe envisagent également d'abolir la E-levy, une taxe de 1,5 % sur les transactions électroniques au Ghana. L'objectif est de promouvoir une économie sans numéraire et d'encourager l'utilisation de canaux de paiement électroniques.

Le programme vise également à développer l'infrastructure numérique de l'écosystème technologique ghanéen, en réduisant le coût de l'Internet et en éliminant la fracture numérique pour atteindre un taux de pénétration d'Internet proche de 100 %, il est évalué à 72 % actuellement.

Dans l'ensemble, tous les secteurs, y compris l'agriculture, la santé, l'éducation, l'industrie manufacturière et le secteur financier, seront numérisés dans le but de faire du Ghana un centre numérique qui créera des opportunités d'emploi pour les jeunes.

Samira Njoya

Lire aussi:

« Nos investissements dans la numérisation de l'économie donnent des résultats étonnants » (vice-président du Ghana)

Published in Tech

Pour s'affirmer comme un acteur de premier plan dans l'économie mondiale, le Maroc ambitionne de relever les défis du numérique et de saisir les opportunités découlant de la révolution technologique. Pour concrétiser cette vision, l'élaboration d'une feuille de route précise et stratégique s'impose.

Le gouvernement marocain se trouve actuellement dans la phase finale de l'élaboration de sa stratégie de transformation numérique, baptisée « Maroc digital 2030 ». Lors de la première réunion du Comité national pour le développement numérique, tenue le mercredi 7 février, Ghita Mezzour, la ministre déléguée chargée de la Transition numérique et de la Réforme de l'administration, a exposé les axes majeurs de cette stratégie en présence du Premier ministre.

S'exprimant à cette occasion, la ministre a souligné que la stratégie Maroc digital 2030 s'appuie sur deux piliers fondamentaux : la numérisation des services publics et le développement d'une économie numérique dynamique axée sur l'innovation locale et la création d'emplois. Ce plan inclut le renforcement du secteur de l'offshoring, la promotion d'un écosystème favorable aux start-up et PME, ainsi que le soutien à la transformation numérique des petites et moyennes entreprises.

Dans le cadre de cette stratégie, le gouvernement ambitionne de créer 300 000 emplois dans le secteur numérique d'ici 2030, ce qui pourrait contribuer à hauteur de 170 milliards de dirhams (16,9 milliards $) au PIB national. Par ailleurs, une extension de la couverture Internet et téléphonique est prévue, en particulier dans les zones rurales, avec un accent particulier sur le déploiement de la fibre optique et l'adoption à moyen terme de la technologie 5G.

La réunion a également mis en évidence l'importance de l'intelligence artificielle dans le cadre du Maroc digital 2030, en soulignant son potentiel pour améliorer les services publics et positionner le pays en tant que leader dans le domaine du développement de l'IA.

Samira Njoya

Lire aussi:

Maroc : le ministère de la Transition numérique s’associe à Maroc Numeric Cluster pour favoriser l’innovation numérique

Published in Tech

Dans le cadre de ses ambitions de transformation numérique, le gouvernement sud-africain veut généraliser le haut débit dans le pays. L’objectif est de permettre à la population de profiter pleinement des services en cours de numérisation et de créer des emplois.

Le ministère des Communications et de la Transformation numérique d'Afrique du Sud a récemment prolongé de deux ans la date limite de désactivation complète des réseaux 2G et 3G dans le pays. Initialement prévue pour juin 2024 pour la 2G et mars 2025 pour la 3G, la désactivation complète a été repoussée au 31 décembre 2027 pour les deux réseaux. Le processus de mise hors service commencera le 1er juin 2025.

« Cette date limite a pour but de laisser aux opérateurs de réseaux mobiles une certaine marge de manœuvre et de leur permettre de décider quel réseau doit être éteint en premier. Certains opérateurs ont indiqué qu'ils commenceraient à fermer les réseaux 3G en juin 2024 pour soutenir cette politique », a fait savoir le ministère.

Cette décision s'inscrit dans le cadre d'un projet de politique sur l'octroi de licences pour le « spectre de radiofréquences de la prochaine génération » initié par le cabinet du ministre des Communications et publié en septembre 2022. Elle vise à libérer le spectre des radiofréquences afin de le réaffecter à des technologies plus avancées telles que la 4G et la 5G, améliorant ainsi la connectivité et la vitesse des communications mobiles dans le pays.

Cette transition vers des technologies plus avancées vise également à encourager les investissements dans les infrastructures de télécommunication pour soutenir ces nouvelles technologies. Ce qui entraînerait des améliorations notables de l'infrastructure de communication à travers le pays, renforçant ainsi la connectivité et la couverture du réseau.

En outre, l'adoption de technologies plus avancées telles que la 4G et la 5G stimulerait l'innovation dans les services et applications basés sur la connectivité mobile. Cette stimulation de l'innovation favorisera le développement de nouveaux services, industries et opportunités commerciales, avec un impact positif potentiel sur l'économie du pays et la création d'emplois.

Samira Njoya

Lire aussi:

La Zambie décide de mettre fin à la technologie 2G pour connecter pleinement sa population 

Published in Télécom
Page 10 sur 81

Please publish modules in offcanvas position.