La compétition s'intensifie sur le marché en plein essor des centres de données en Afrique. Les entreprises locales et étrangères augmentent leurs investissements dans les infrastructures pour répondre à la demande croissante de services cloud sur le continent.

EcoCloud, l'un des principaux fournisseurs de solutions pour centres de données au Kenya, et G42, un groupe technologique émirati spécialisé dans l'intelligence artificielle, ont signé un protocole d'accord à Nairobi le mercredi 6 mars. Cet accord vise à exploiter le vaste potentiel géothermique inexploité du Kenya en établissant le premier centre de données alimenté par l'énergie géothermique.

« Ce centre de données alimenté par la géothermie constitue une étape importante dans la réalisation du potentiel du Kenya en tant que pôle numérique mondial et dans la réalisation de notre mission consistant à rendre l'intelligence artificielle accessible à tous, partout », a déclaré Peng Xiao (photo, à gauche), PDG du groupe G42.

Le nouveau centre de données débutera avec une charge informatique initiale de 100 MW, qui sera augmentée au fil des années pour atteindre 1 gigawatt. Il pourra être utilisé dans les télécommunications et d'autres secteurs. Sa mise en œuvre s'inscrit dans le cadre de la stratégie numérique du pays visant à faire du Kenya un hub technologique phare de la sous-région est-africaine en particulier et du continent en général.

Le protocole d'accord entre les deux entités permettra d'inaugurer une nouvelle ère de cloud computing et de services d'IA. L'initiative promet de libérer des opportunités économiques sans précédent, de stimuler l'innovation et de faire progresser l'économie numérique pour positionner le Kenya comme le centre de l'innovation technologique en Afrique et un acteur compétitif sur la scène mondiale.

En réponse aux exigences environnementales, cette installation réduira également la dépendance du Kenya aux combustibles fossiles, diminuera les émissions de carbone et contribuera à la conservation de l'environnement. « En exploitant l'énergie géothermique, nous répondons non seulement aux besoins de la région en matière de données, mais nous fixons également une nouvelle norme pour les infrastructures respectueuses de l'environnement », a déclaré Amos Siwoi, PDG d’EcoCloud.

Samira Njoya

Lire aussi:

Au Kenya, Standard Chartered Women in Technology Incubator soutient les femmes qui entreprennent dans la technologie

Published in Tech

Le haut débit est un élément clé du programme de développement du Zimbabwe axé sur la transformation numérique. Le gouvernement, en partenariat avec le secteur privé, cherche à renforcer l'infrastructure de télécommunications nationale pour offrir un accès Internet abordable à toute la population.

Le gouvernement zimbabwéen a annoncé le jeudi 7 mars le lancement de la deuxième phase du projet ferroviaire de fibre optique. Ce projet, mis en œuvre par le fournisseur d'infrastructures de télécommunications en gros Bandwidth & Cloud Services Group (BCS), vise à améliorer la connectivité entre les villes du Zimbabwe en déployant la fibre le long des voies ferrées nationales.

Cette phase étendra la fibre optique sur 800 km, reliant le village de Somabhula à la capitale Harare via la ville de Gweru. Elle couvrira également les axes Bulawayo - Plumtree et Harare - Mutare. La première phase du projet, lancée en 2022, a déjà déployé 1 180 km de fibre de la ville frontalière de Beitbridge, dans la province du Matabeleland, à la ville de Victoria Falls, dans le nord du pays. Le coût de l'infrastructure réseau s'est élevé à 18 millions de dollars, et la prochaine phase devrait coûter le même montant.

Ce projet s'aligne sur l'ambition stratégique du gouvernement de faire du Zimbabwe une société à revenu intermédiaire supérieur autonome et prospère d'ici 2030, en s'appuyant sur le numérique. Il s'inscrit également dans le programme national du haut débit pour la période 2023-2030, qui prévoit plusieurs projets de déploiement d'infrastructures financés par l'État et les investisseurs privés. Ce programme devrait accélérer la pénétration du haut débit dans le pays et en réduire le coût.

A terme, le système de fibre optique couvrira l'ensemble du réseau ferroviaire du pays, de Rutenga à Chikwalakwala, avant de s'étendre à la Zambie et à la région. Selon l'honorable Owen Ncube, ministre d'Etat aux Affaires provinciales et à la Décentralisation, ce projet garantit que le Zimbabwe sera connecté au reste du monde, ce qui est une avancée positive dans le cadre de l'initiative « Vivre sans laisser de place ni de personne au bord de la route ».

Samira Njoya

Lire aussi:

Le Zimbabwe a lancé un système numérique d’octroi de licences d'investissement 

Published in Télécom

A l’instar de plusieurs pays africains, le Burkina Faso est tourné depuis plusieurs années vers la numérisation de ses services. Cependant, il rencontre des défis liés au manque de ressources nécessaires pour une transformation numérique optimale.

Le Conseil suprême de l'économie arabo-africaine (CSEAA) s'engage à soutenir le Burkina Faso dans le développement de divers secteurs, notamment la transition numérique et l'économie numérique. Une délégation du CSEAA, dirigée par son président Hani Hassani Abuzaid (photo, à gauche), a rencontré la ministre de la Transition digitale, des Postes et des Communications électroniques, Aminata Zerbo/Sabane (photo, à droite), le lundi 4 mars pour discuter de cette collaboration.

« La rencontre a porté sur la transformation digitale de la société et de l’économie et nous avons abordé plusieurs sujets qui concernent la transition numérique au Burkina Faso. Il y a eu un engagement de collaboration pour que le Conseil suprême de l'économie arabo-africaine apporte son expertise, tout l’écosystème qu’il a, pour appuyer la transition numérique au Burkina Faso, et nous avons déjà pris l’engagement de commencer dès la semaine prochaine », a déclaré Hani Hassani Abuzaid.

Dans le cadre de cette coopération, l'organisation accompagnera les autorités burkinabè dans le développement des infrastructures numériques, de l'ossature nationale, et de la stratégie de couverture globale du réseau d'accès aux communications. Il encouragera également la construction de centres de données et la promotion des plateformes de paiement numérique.

Cette collaboration s'inscrit dans la volonté du gouvernement burkinabè de faire du numérique un moteur de transformation sociale et économique pour accélérer le développement du pays. Le Conseil suprême de l'économie arabo-africaine (CSEAA), fort de son expertise, accompagnera le Burkina Faso dans cette démarche. Avec plus de 1 800 entreprises membres, le CSEAA est une organisation panarabe composée d'entreprises privées expérimentées dans le partenariat pour le développement économique et intéressées par la promotion des projets d’investissement.

Samira Njoya

Lire aussi:

Burkina Faso : l’avant-projet de loi sur l’identification électronique de base a été validé

Published in Tech

Le gouvernement ougandais est résolu à accélérer la transformation numérique et à apporter un soutien à tous les secteurs de l'économie. Pour ce faire, l'exécutif multiplie les partenariats susceptibles de favoriser la réalisation de cet objectif.

La firme américaine de paiements Mastercard a annoncé le mardi 27 février avoir signé un protocole d'accord avec le ministère ougandais des TIC et des Orientations nationales pour stimuler le développement socio-économique, améliorer les services et favoriser l'inclusion financière dans le pays.

L'accord prévoit notamment une assistance technique de Mastercard pour soutenir les efforts de numérisation et d'inclusion financière du gouvernement ougandais. Cela comprend la numérisation de services traditionnels tels que Posta Uganda, le service postal du pays, pour capter de nouveaux flux de revenus et offrir des expériences intégrées et pratiques aux clients.

Les deux partenaires prévoient également de renforcer les compétences des start-up ougandaises pour les aider à se développer et à réussir dans l'ère numérique. Plus concrètement, les micro et petits commerçants recevront les outils nécessaires pour se connecter à l'économie numérique mondiale et accepter les paiements électroniques, élargissant ainsi leur marché et renforçant leur contribution à la croissance économique de l'Ouganda.

Ce partenariat s'inscrit dans le cadre des objectifs de transformation numérique de du pays définis dans la stratégie numérique « Vision 2040 ». Elle vise à donner aux citoyens les moyens d'agir en s'efforçant d'atteindre les objectifs d'inclusion universelle, de développement durable, de progrès économique et d'éradication de la pauvreté grâce à l'innovation numérique dans de multiples secteurs.

Pour Mastercard, cette collaboration s'aligne sur son objectif de renforcer l'inclusion financière en intégrant à l'économie numérique un milliard de personnes non bancarisées et mal desservies d'ici 2025, y compris en autonomisant 50 millions de micro et petits commerçants et en soutenant 25 millions d'entreprises détenues ou dirigées par des femmes.

Samira Njoya

Lire aussi:

L’Ougandaise Barbara Mutabazi initie les femmes à diverses compétences professionnelles, commerciales et numériques

Published in Gestion Publique

Au cœur de la transformation numérique africaine se trouve la nécessité d'assurer les compétences numériques de la main-d'œuvre actuelle et future du continent. La Banque mondiale et ses partenaires s'emploient à remplir cette mission.

Smart Africa Digital Academy (SADA), la branche de l'Alliance Smart Africa chargée du renforcement des capacités et du développement des compétences, a reçu une subvention de 20 millions de dollars de la Banque mondiale pour étendre ses activités à l'ensemble de l'Afrique, ceci dans le cadre du Programme régional d'intégration numérique de l'Afrique de l'Ouest (WARDIP).

Le financement de la Banque mondiale permettra de mettre sur pieds un projet qui exploitera les fondements déjà établis de la SADA et du programme AReg4DT pour former une nouvelle génération de décideurs politiques et de régulateurs africains, les préparant ainsi à tirer parti du potentiel de la transformation numérique verte et inclusive grâce à des approches innovantes en matière de politique et de réglementation.

« Le projet touchera 30 000 responsables politiques et décideurs de tous les pays d'Afrique, avec un taux de participation ciblé de 40 % pour les femmes. Compte tenu de l'engagement de la Banque mondiale en faveur de la transformation numérique en Afrique, cette subvention contribuera de manière significative à l'intégration régionale et à l'adoption rapide du marché numérique unique pour l'Afrique », indique le communiqué de Smart Africa.

Cette subvention s'inscrit dans la continuité des projets majeurs de la Banque mondiale en partenariat avec SADA pour soutenir le renforcement des capacités des décideurs et des responsables politiques africains en matière de transformation numérique. A titre d’exemple, la Banque mondiale a annoncé en novembre dernier, un investissement de 266,5 millions de dollars pour les mêmes objectifs, mais également pour améliorer l'accès à Internet dans plusieurs pays d'Afrique et promouvoir un marché numérique unique en Afrique de l'Ouest, entre autres.

Initialement lancée par l'Alliance Smart Africa avec un financement d'environ 30 000 $, SADA a déjà réalisé des progrès remarquables. Depuis août 2020, elle propose une formation en ligne pour les décideurs et les responsables politiques, contribuant ainsi à améliorer les compétences numériques et à promouvoir un écosystème d'apprentissage dynamique à travers l'Afrique.

Samira Njoya

Lire aussi:

La Banque mondiale investit 266,5 millions $ pour soutenir la transformation numérique en Afrique de l’Ouest

Published in Tech

Les autorités malgaches se sont engagées dans une transformation numérique visant à moderniser leur économie. Pour garantir le succès de cette démarche, elles collaborent avec des partenaires efficaces pouvant les accompagner dans ce projet.

Madagascar est désormais membre de la Smart Africa Trust Alliance (SATA), une initiative de Smart Africa qui vise à promouvoir l'utilisation transfrontalière des identités numériques et des données pour stimuler le commerce et les services en Afrique. L'accord a été signé le mardi 27 février à Barcelone, en marge du Mobile World Congress (MWC).

Cette décision s'inscrit dans le cadre des efforts déployés par le gouvernement malagasy pour contribuer à l'harmonisation des politiques et réglementations en matière de paiement électronique, facilitant ainsi les échanges transfrontaliers et impulsant un marché numérique unique en Afrique.

En rejoignant la SATA, Madagascar bénéficiera d'une coopération régionale renforcée, lui permettant de collaborer avec d'autres pays africains partageant la même vision et les mêmes objectifs en matière d'intégration numérique et économique. Cette collaboration favorisera l'échange d'expériences, de bonnes pratiques et de connaissances, tout en offrant à Madagascar de nouvelles perspectives commerciales dans des domaines variés tels que le commerce électronique, les paiements numériques, la santé et l'éducation en ligne.

L'adhésion de Madagascar à la Smart Africa Trust Alliance devrait également contribuer à l'augmentation de l'utilisation et de la portée des services numériques nationaux, à l'intégration du secteur privé et à l'utilisation des plateformes numériques nationales, ainsi qu'à la génération de revenus supplémentaires... De plus, cela devrait renforcer les compétences, les savoir-faire et les solutions techniques pour accroître la capacité et l'adoption du gouvernement numérique national.

D'autres pays, tels que le Ghana, le Gabon, la Guinée, le Rwanda, le Zimbabwe et la Tunisie, ont également adhéré à cette alliance stratégique.

Samira Njoya

Lire aussi:

Le Gambie est devenu le 39e Etat membre de l’Alliance Smart Africa

Published in Tech

En Afrique, l'inclusion numérique est essentielle pour le développement économique, l'éducation, l'accès aux soins de santé, entre autres. Des efforts sont déployés pour étendre l'accès à Internet et promouvoir l'alphabétisation numérique pour que tous bénéficient de la révolution numérique.

Le Bureau britannique des affaires étrangères du Commonwealth et du développement (FCDO) et l’Association internationale d'opérateurs de téléphonie mobile (GSMA) ont annoncé, le lundi 27 février, une nouvelle phase de leur partenariat en marge du Salon international du mobile (MWC) qui se tient actuellement à Barcelone. Ce partenariat stratégique, d'un montant de 37,3 millions de livres sterling (47,3 millions de dollars), vise à accélérer l'innovation numérique et à contribuer à éliminer les obstacles à l'inclusion numérique dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire, y compris en Afrique.

« Le renouvellement de ce partenariat est une formidable occasion de continuer à tirer parti de nos forces respectives pour accélérer l'impact de l'innovation numérique transformatrice et relever les défis socio-économiques locaux et le changement climatique. Nous sommes extrêmement reconnaissants de la direction éclairée de la FCDO et de sa collaboration de longue date », a déclaré Max Cuvellier, responsable de la téléphonie mobile pour le développement à la GSMA.

Ce partenariat, qui dure depuis plus de 10 ans, a déjà bénéficié à plus de 100 millions de personnes en créant des emplois et en stimulant les opportunités. Cette nouvelle phase du partenariat avec le Royaume-Uni vise à relever l’ambition, en atteignant 110 millions de personnes supplémentaires, dont 60 millions de femmes.

Les travaux actuels du programme commun « Mobile for Development » auront un impact sur l'accélération de la transition numérique et verte pour tous, tout en soutenant spécifiquement la contribution de la technologie émergente, en mettant l'accent sur l'IA. En Afrique, ils devraient permettre de surmonter les obstacles qui continuent de freiner les pays, les entreprises et les citoyens pour libérer pleinement la puissance des technologies numériques, notamment les défis liés à l'adoption de l'Internet mobile, tels que le manque d'accessibilité financière et le faible niveau de compétences numériques.

Selon la GSMA, le nombre d'abonnés uniques ne cesse d'augmenter en Afrique subsaharienne. En 2022, l'Afrique subsaharienne comptait près de 287 millions d'abonnés à l'Internet mobile. Au cours des six prochaines années, le nombre total d’abonnés pourrait atteindre près de 700 millions pour un taux de pénétration de la téléphonie mobile à 50 %, ceci grâce aux divers projets en cours dans le continent.

Samira Njoya

Lire aussi:

La GSMA et le CDC collaborent pour faire de l'Internet mobile un atout pour combattre les maladies en Afrique 

Published in Tech

La stratégie de développement économique du Zimbabwe est en cours de déploiement. Pour atteindre ses objectifs variés, le gouvernement met en place plusieurs stratégies visant à attirer les investisseurs dans le pays.

L'agence de promotion des investissements zimbabwéenne a lancé, le jeudi 22 février, le tout premier système numérique d'octroi de licences du pays, baptisé Do-It-Yourself (DIY). L’initiative vise à favoriser l’affluence d'investissements en mettant à la disposition des investisseurs nationaux et internationaux un outil efficace en matière de mise en relation d’affaires.

S'exprimant lors du lancement de ce nouvel outil, le directeur général de l'Agence zimbabwéenne d'investissement et de développement (IDA), Tafadzwa Chinamo (photo),  a fait savoir que, « le lancement de ce portail incarne notre vision plus large d’un zimbabwe moderne, doté d’un pouvoir numérique. Il envoie un message clair à la communauté internationale, à savoir que nous sommes ouverts aux affaires, désireux d’adopter l’innovation, et déterminés à créer un environnement propice à l’esprit d’entreprise et à l’investissement ».

Le portail  disponible à l'adresse https://zidainvest.com/zida-diy-portal/  donnera la possibilité aux investisseurs potentiels, qu'ils soient nationaux ou internationaux, de soumettre leurs demandes de licences en ligne de n'importe où dans le monde et d'obtenir leurs licences numériques sans avoir à se rendre physiquement dans le pays. La plateforme offre des services tels que des études de marché, des études de faisabilité, et facilite l'obtention des permis et licences commerciales.

Cette initiative s'inscrit dans la stratégie économique du gouvernement visant à rationaliser les processus réglementaires, à supprimer les obstacles bureaucratiques, à renforcer les mécanismes de protection des investisseurs et à lutter contre la corruption.

Le nouveau portail devrait jouer un rôle majeur dans le délai de traitement des demandes de licence. Il passera de de sept jours ouvrables à deux à cinq jours ouvrables. Il permettra également de créer une voie plus rapide et beaucoup plus facile pour un investisseur dans n'importe quelle partie du monde pour accéder aux nombreuses opportunités d'investissement zimbabwéennes.

Samira Njoya

Lire aussi:

Le Gabon va se doter d’une plateforme digitale pour présenter les opportunités offertes par le marché aux investisseurs

Published in Tech

Moove Africa, présente dans six marchés d'Afrique subsaharienne, poursuit ses levées de fonds et renforce ses opérations sur le continent. L'entreprise de mobilité est en pourparlers avec Uber pour un nouvel investissement qui pourrait la propulser encore plus loin.

Le géant américain du VTC Uber Technologies s’apprête à investir la somme de 100 millions de dollars dans la start-up africaine de financement de véhicules Moove dans le cadre d’un nouveau tour de table, a rapporté Bloomberg le vendredi 23 février.

Selon le média, la société américaine de covoiturage devrait rejoindre un groupe d'investisseurs dans le cadre de cette levée de fonds. Cela portera la valeur de l'entreprise Moove à environ 750 millions de dollars, contre 650 millions de dollars actuellement.

Cette autre levée intervient quelques mois après que Moove a clôturé un tour de table de 76 millions USD, auquel ont notamment participé la firme américaine de gestion d’actifs BlackRock et la société d’investissement émiratie Mubadala Investment Company. L’entreprise avait annoncé que ces fonds visaient à construire la plus grande plateforme de services financiers axée sur la technologie pour les entrepreneurs en mobilité.

Moove, déjà partenaire de financement d'Uber en Afrique et en Inde, ayant aussi ses activités au Royaume-Uni et aux Emirats arabes unis, verrait son partenariat se renforcer si l'investissement potentiel d'Uber d'un montant de 100 millions de dollars est confirmé, ce qui pourrait permettre un financement plus large de véhicules à l'échelle mondiale.

Aujourd'hui basée à Amsterdam, la start-up est présente dans plusieurs villes africaines (Lagos, Accra, Johannesburg, Le Cap, Nairobi, Ibadan, etc.) ainsi qu’à Londres, Dubaï et dans 3 grandes villes indiennes (Mumbai, Hyderabad et Bangalore).

Samira Njoya

Lire aussi:

Ladi Delano, PDG et cofondateur de Moove

Published in Tech

La numérisation en cours en Afrique nécessite une collaboration étroite entre plusieurs acteurs, ceci pour accélérer le processus et profiter de l'expertise de chacun.

L’Organisation de Coopération du Sud (OCS) et le ministère éthiopien de l’Innovation et de la Technologie ont signé un protocole d’accord le mardi 20 février pour renforcer la coopération dans les domaines de la science, de la technologie, de l’innovation et de la numérisation. Cet accord marque le début d’un partenariat stratégique visant à accélérer la transformation numérique, renforcer les capacités, partager les connaissances et faciliter les programmes d’échange pour les jeunes.

Le protocole prévoit le développement de programmes de renforcement des capacités pour les experts et les fonctionnaires du ministère, grâce aux ressources et à l’expertise de l’OCS. Pour les jeunes, la coopération offrira de nouvelles opportunités grâce à des programmes éducatifs et des bourses, en particulier dans les domaines de la science et de la technologie.

Cette collaboration devrait contribuer de manière significative au développement de l’infrastructure numérique en Ethiopie, en améliorant les services publics et en renforçant les secteurs clés de l’économie grâce à la technologie. Cela représente une avancée majeure dans la réalisation de la stratégie numérique du pays, « Digital Ethiopia 2025 », qui vise à numériser plus de 300 services d’ici 2025.

Lors de la même cérémonie, le secrétaire général de l’OCS, Sheikh Manssour Bin Mussallam (photo, à droite), a officiellement lancé la plateforme numérique Greater South Learning Enrichment Resources Nexus (GreSLERN). Cette plateforme est un outil numérique open source, gratuit et personnalisable conçu pour aider les éducateurs des Etats membres et les centres de développement des programmes à mettre en œuvre une approche équilibrée et inclusive de l’éducation.

Samira Njoya

Lire aussi:

La CEA signe un accord avec Google pour accélérer la transformation numérique en Afrique

Published in Tech
Page 12 sur 85

Please publish modules in offcanvas position.