Les restrictions d’accès aux réseaux sociaux et à Internet coûtent 1,74 milliard $ à l’Afrique subsaharienne en 2023

Par : Adoni Conrad Quenum

Date de création : vendredi, 12 janvier 2024 15:09

L’économie numérique est en pleine croissance dans toutes les régions de l’Afrique. Les actions gouvernementales qui nuisent à la continuité des services Internet et à la disponibilité des plateformes de médias sociaux ne sont pas sans conséquences.

D’après les données de la plateforme spécialisée britannique Top10VPN, l’Afrique subsaharienne a perdu près de 1,74 milliard $ en 2023 à cause des coupures d’Internet et des restrictions d’accès aux réseaux sociaux. Ce montant est en croissance de 489,83% par rapport à 2022 où les coupures avaient représenté une perte de 295 millions $.

Bien que le nombre de personnes affectées par ces restrictions en 2023 soit en baisse par rapport à l’année précédente (près de 84,8 millions de personnes en 2023 contre 133,1 millions en 2022), le nombre de pays qui ont eu recours au blocage a augmenté. Il est passé de 7 en 2022 à 10 en 2023.

Selon Top10VPN, l’augmentation du montant de la perte financière enregistrée en Afrique subsaharienne en 2023 s’explique par le nombre d’heures qu’a duré les coupures (30 785 heures en 2023 contre 9 532 en 2022), mais aussi par le fait qu’un grand pays sur le plan démographique et économique, l'Ethiopie, soit à l’origine du plus grand nombre d’heures d’atteinte à la disponibilité d’Internet et des médias sociaux.

« L'accès à Facebook, YouTube, Telegram et TikTok a été restreint par les autorités éthiopiennes en raison de tensions religieuses. Les blocages ont été mis en place au début du mois de février et n'ont été levés que plus de cinq mois plus tard, en juillet. La demande de services VPN a atteint un pic de 3 651 % par rapport à la moyenne après le début des restrictions », affirme Top10VPN.

De plus, sur fond de tensions avec les milices dans la région septentrionale d'Amhara, les autorités éthiopiennes ont coupé Internet en août pour un rétablissement partiel en novembre. Au total, les populations ont subi les restrictions d’Internet pendant plus de 3 414 heures et des médias sociaux tels que Facebook, YouTube, Telegram et TikTok ont été indisponibles pendant plus de 11 496 heures. Ces mesures ont fait perdre environ 1,59 milliard $ au pays, soit 91,37% des pertes totales enregistrées par l’Afrique subsaharienne.

Deux pays frontaliers d’Afrique de l’Ouest sont également à l’origine d’une grande partie des pertes financières enregistrées par l’Afrique subsaharienne en 2023. Il y a le Sénégal qui, à cause des manifestations politiques pro-Sonko, a coupé Internet pendant 135 heures et les réseaux sociaux pendant 3 811 heures. Le pays a perdu 57,4 millions $.

En Guinée, les autorités ont restreint l’utilisation des réseaux sociaux depuis novembre 2023 sans se prononcer officiellement sur les raisons de cette décision. La plateforme britannique Top10VPN estime à 47,4 millions $ les pertes financières enregistrées par le pays pour les 3 720 heures de restriction des médias sociaux.

La Mauritanie (38,5 millions $), le Kenya (27 millions $), le Soudan (12,4 millions $), le Gabon (5,4 millions $), la Tanzanie (2,8 millions $), le Tchad (800 000 $) et le Zimbabwe (500 000 $) ont également eu recours à des restrictions d’Internet ou des médias sociaux en 2023.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi:

Sénégal : le gouvernement suspend les services Internet mobile, après le blocage des réseaux sociaux

TECH STARS

TECH TV

a-la-rencontre-de-sthevi-letsika-electricien-et-roboticien-qui-a-concu-un-dispositif-de-detection-de-fumee-et-de-gaz
la-kenyane-linet-kwamboka-experte-en-data-science
les-drones-maliba-de-portee-375-km-du-malien-moussa-diarra-sont-concus-a-80-a-partir-de-plastique-recycle
lifeblood-du-sierra-leonais-joseph-david-koroma-pour-mettre-fin-a-la-penurie-de-sang-dans-les-hopitaux

Please publish modules in offcanvas position.