La Kényane Ory Okolloh soutient les entrepreneurs qui résolvent des problèmes en Afrique

Par : Melchior Koba

Date de création : vendredi, 24 mars 2023 11:00

Elle est une avocate avec une grande expérience dans la gestion d’entreprises. Férue de technologie, elle est à l’origine de plusieurs sites web et applications à succès dans son pays. Elle fait partie des femmes les plus influentes de l’Afrique.  

Ory Okolloh (photo) est une cyberactiviste et une avocate kényane diplômée de l’université de Pittsburgh où elle a obtenu un bachelor en sciences politiques en 2000 et de la Harvard Law School où elle a obtenu en 2005 un doctorat en droit. Elle est une partenaire, et une membre du comité d’investissement et du comité d’examen du portefeuille de Verod-Kepple Africa Ventures (VKAV).

VKAV est une société de capital-risque panafricaine créée en 2021 qui soutient les fondateurs d’Afrique et d’ailleurs qui s’applique à résoudre les problèmes qui minent le développement économique du continent. Plus précisément, VKAV investit dans les infrastructures technologiques qui comblent des lacunes dans les systèmes traditionnels actuels, les innovations visant à résoudre les inefficacités des industries et entreprises africaines existantes, et les innovations locales répondant aux modes de vie et de consommation émergents en Afrique.

Le 20 mars dernier, la société a levé 43 millions de dollars pour son fonds de capital-risque panafricain, qui investit dans des start-up évolutives, axées sur la technologie et en phase de post-revenu, qui s'attaquent à des défis difficiles sur le continent.

Parmi les entreprises technologiques que la société a soutenues, on peut citer Moove, une plateforme intégrée de financement de véhicules pour les entrepreneurs de la mobilité, Nawi, une start-up immobilière prop-tech, et Chari, une application de commerce électronique qui aide les petits détaillants d'Afrique francophone à se procurer des stocks pour leurs magasins et à se faire livrer gratuitement tout en bénéficiant de facilités de paiement.

Actuellement, elle est une directrice indépendante du conseil d’administration de Safaricom PLC, et un membre du conseil d’administration d’Adecco Group Foundation, une fondation qui s’engage à faire du monde du travail un endroit juste, plus accessible et meilleur.

Directrice non exécutive de Deloitte Africa, d’East African Breweries Ltd, une entreprise de boissons alcoolisées, elle est administratrice du conseil d’administration de Van Leer Group, une organisation qui lève des fonds à des fins caritatives. Présidente de la Stanbic Bank Foundation Kenya, elle siège au conseil d’administration de Thomson Reuters Founders Share Company.

En 2006, Ory Okolloh a cofondé Mzalendo Trust, un site web qui suit les performances des députés kényans. Elle est l'un des membres fondateurs d’Ushahidi, une entreprise technologique à but non lucratif née en 2008 qui crée des plateformes open source pour aider les citoyens, les journalistes, les organisations, les gouvernements et autres à collecter, gérer, visualiser des données collectées par la foule.

Après son doctorat en 2005, elle a travaillé en tant qu'éditeur à Global Voices, un réseau international de blogueurs, traducteurs, journalistes qui suivent et couvrent l'actualité de la blogosphère mondiale. En 2006, elle a rejoint Enablis Entrepreneurial Network, une entreprise canadienne à but non lucratif qui a pour but de soutenir les petites et moyennes entreprises qui créent des emplois dans les pays en développement et les pays émergents, conduisant ainsi à une croissance économique durable, au poste de conseillère juridique interne.

En 2011, Google la nomme gestionnaire des politiques pour l’Afrique. En 2013, c’est Omidyar Network, qui se définit comme une entreprise de changement social investissant dans la création de sociétés plus inclusives et plus équitables, qui l’embauche en tant que directrice générale. De 2020 à 2022, elle est conseillère de Rest of World, un média à but non lucratif qui couvre l’impact de la technologie au-delà de la bulle occidentale.

En 2011, Ory Okolloh a été nommée « Young Global Leader » par le Forum économique mondial et l'une des femmes les plus puissantes d'Afrique par le magazine Forbes. En 2014, elle a été nommée parmi les 100 personnes les plus influentes du monde par le magazine Time.

Melchior Koba

Lire aussi :

Le Kényan Wilfred Njagi soutient les entrepreneurs qui innovent dans la santé

TECH STARS

Please publish modules in offcanvas position.