Afrique du Sud : Uber, Bolt… interdits dans les centres commerciaux de Soweto pour apaiser les taximen

Par : Muriel Edjo

Date de création : vendredi, 09 juin 2023 14:13

L’absence d’une régulation spécifique aux plateformes de réservation de taxi en ligne devient un problème en Afrique. Elle a été à l’origine d’un mouvement d’humeur récemment en Côte d’Ivoire et il y a deux ans au Sénégal. Le numérique change tout et il est urgent que les marchés africains s’adaptent.

Pendant trois mois, les véhicules de transport avec chauffeur (VTC) commandés en ligne n’accèderont pas aux centres commerciaux de Soweto, un  banlieue sud-africaine située à 15 km au sud-ouest de Johannesburg, dans la province du Gauteng. L’accord a été négocié le jeudi 8 juin par la municipalité de la capitale, après les violentes attaques dont ont été victimes des véhicules des sociétés de VTC telles que Bolt, Uber ou encore Taxify de la part des chauffeurs de taxi. Ils les accusent de voler leurs clients dans les centres commerciaux. 

Lundi 5 juin, au moins trois véhicules appartenant à des sociétés de réservation de VTC en ligne (e-hailing) ont été incendiés. L'interdiction d’accès a été introduite comme une forme de cessez-le-feu entre e-hailing Association et Soweto Taxi Services (STS) afin d’avoir du temps pour trouver une solution permanente.

« Il n'est pas certain que la solution soit la meilleure actuellement, mais c'est néanmoins une solution. En fin de compte, nous devons essayer quelque chose pour assurer la sécurité de la communauté et la nôtre », a déclaré Vhatuka Mbelengwa, porte-parole national de la South African E-hailing Association.

« Il s'agit d'un accord et non d'un accord définitif. Nous le faisons pour la sécurité de tous et pour nous assurer que tout le monde est protégé. Nous avons convenu qu'ils n'entreront pas dans les centres commerciaux et ne s'arrêteront qu'aux portes des centres commerciaux. Une solution permanente sera encore discutée ultérieurement », a indiqué Myekeleni Madlala, le président des chauffeurs de taxi.

Au cours des trois dernières années, les services de réservations de taxi en ligne ont gagné rapidement en activité en Afrique. Dans les pays développés comme l’Afrique du Sud où le marché enregistre de nombreuses opportunités, cela fait maintenant dix ans que les plateformes de réservation de VTC prolifèrent. Cependant, elles ne sont soumises à aucune régulation. Une situation qui frustre les chauffeurs de taxi qui considèrent cela comme de la concurrence déloyale.

« Le projet de loi d'amendement sur les transports aurait déjà dû être promulgué pour répondre à la question de la légitimité de l'e-hailing. En dépit de la note de pratique, la loi devrait officiellement introduire l'e-hailing dans l'écosystème des transports et donc uniformiser les règles du jeu et permettre la coexistence entre les homologues. Nous avons joué notre rôle en plaidant pour l'officialisation de l'e-hailing […] Malheureusement, nous n'avons guère été reconnus alors que nous sommes la solution qui aurait permis d'éviter tous les problèmes que nous connaissons aujourd'hui », a déploré le Conseil des partenaires de l'e-hailing le mardi 6 juin.

Muriel Edjo

Lire aussi :

Uber, Bolt, Moja Ride, Gozem… les applis de VTC prennent de la valeur sur un marché africain peu préparé

TECH STARS

Please publish modules in offcanvas position.