L’Algérie cherche à se positionner comme un leader régional dans le domaine de la technologie et de l'innovation. Pour cette ambition, le pays s’associe à des partenaires plus avancés dans le domaine.

L'Algérie et la Chine vont collaborer dans le domaine de la numérisation et de l'économie numérique. Un mémorandum de coopération a été officialisé à cet effet le jeudi 16 mai entre Meriem Benmouloud (photo, à gauche), haut-commissaire à la numérisation en Algérie, et Jin Zhuanglong (photo, à droite), ministre chinois de l'Industrie et des Technologies de l'information.

« Il s'agit de renforcer et de consolider les liens de coopération entre l'Algérie et la Chine dans ce domaine vital, incarnant les engagements de monsieur le président Abdelmadjid Tebboune et de son homologue chinois », a indiqué un communiqué du Haut-Commissariat.

Ce nouveau partenariat a été signé en marge d’une visite d’une délégation algérienne en Chine, conduite par Meriem Benmouloud. Il s'inscrit dans le cadre du plan d’actions du Haut-Commissariat à la numérisation, en vue de la préparation de la stratégie nationale de transformation numérique 2024-2029, avec une vision prospective pour la numérisation de l'Algérie. Cette initiative intervient quelques mois après la signature d'un accord entre le Haut-Commissariat et l'entreprise technologique Huawei, visant à accélérer la transition numérique en cours.

Dans le cadre de ce partenariat, les deux pays examineront les voies de coopération dans divers domaines du numérique. La formation et le transfert d’expertise seront également mis en œuvre pour renforcer les compétences locales et promouvoir l'innovation technologique. Cette collaboration permettra à l'Algérie de bénéficier de l'expérience et du savoir-faire chinois en matière de technologies de l'information, facilitant ainsi l'atteinte des objectifs de modernisation et de développement économique fixés par le gouvernement.

En plus de l'accent mis sur la formation et le transfert de technologie, des projets spécifiques pourraient inclure le développement d'infrastructures numériques avancées, l'amélioration des services publics grâce à la numérisation, et la création d'un environnement favorable à l'innovation technologique et à l'entrepreneuriat numérique. Ces initiatives contribueront à positionner l'Algérie comme un acteur majeur dans le domaine de l'économie numérique en Afrique et au-delà.

Samira Njoya

Lire aussi:

Algérie : le Haut-Commissariat la numérisation s'allie à Huawei pour accélérer la transition numérique en cours

Published in Tech

La crise sanitaire de la Covid-19 a accéléré la transition technologique du pouvoir judiciaire au Zimbabwe. Un ensemble de réformes sont en cours pour améliorer le fonctionnement de la justice et dématérialiser les dossiers y afférents.

Le Zimbabwe va lancer, dès le 1er février, la deuxième phase du système électronique intégré de gestion des affaires judiciaires. Baptisé IECMS, le système basé sur le web permet de gérer des affaires judiciaires, automatiser et suivre tous les aspects du cycle de vie d'une affaire, du dépôt initial à la décision et à l'appel.

« Le 1er février, nous mettrons en service le système au tribunal du travail et au tribunal administratif. Nous appelons tous les utilisateurs actuels et potentiels des tribunaux à s'enregistrer dans le système », a déclaré Daniel Nemukuyu, le chef des services généraux de la Commission des services judiciaires.

C’est le 7 février dernier que la Commission des services judiciaires a lancé la première phase de l'IECMS avec pour objectifs de réduire les arriérés des dossiers, prévenir la perte et l'endommagement physique des documents d'un dossier, améliorer l'accessibilité de l'information et moderniser les opérations du secteur.

Dans le cadre de l’IECMS, plusieurs affaires ont été renvoyées virtuellement, le tribunal de commerce, la Cour suprême et la Cour constitutionnelle entendent déjà organiser des procès virtuels. Pour la deuxième phase, le système s’intégrera aux systèmes d’organisations tels que la police du pays, les prisons et les services correctionnels, le bureau du procureur, l’autorité nationale chargée des poursuites, la direction de l’aide juridique et le tribunal anti-corruption du Zimbabwe.

« Nous organisons des sessions de formation pour le personnel et les autres utilisateurs des tribunaux sur la façon d'utiliser le nouveau système, avant la mise en œuvre officielle de la deuxième phase le 1er février », a ajouté Daniel Nemukuyu.

Signalons que ce projet est conforme à la mise en œuvre de la politique du gouvernement zimbabwéen et de la Commission des services judiciaires visant à rapprocher le système de justice de la population, conformément à la Stratégie nationale du développement 1 (NDS1).

Samira Njoya

Lire aussi:

Kenya : 67 cours de justice bientôt connectées au réseau national de fibre optique

Published in Actualités

Pour atteindre les objectifs visés dans la stratégie numérique du pays, le gouvernement du Maroc s’allie avec des partenaires internationaux de taille. Les retombées de ces partenariats ont été brièvement présentées au Parlement par la ministre en charge du secteur.

Mardi 25 octobre, la ministre déléguée chargée de la Transition numérique et de la Réforme administrative, Ghita Mezzour (photo), a déclaré que les mémorandums d'entente signés récemment par son département avec des partenaires internationaux, contribueront à créer plus de 14 000 emplois directs dans le domaine du numérique au Maroc, avec des investissements estimés à 595 millions de dirhams marocains, soit environ 55 millions de dollars.

Répondant aux questions orales posées par les députés à la chambre des représentants sur l'adoption de la digitalisation pour l'attraction des investissements et sur la promotion des emplois dans le domaine du numérique, Ghita Mezzour a indiqué que ces investissements portent sur la mise en place d'unités affiliées à des entreprises internationales leaders dans la technologie numérique dans plusieurs régions du royaume. Le but étant de faire du Maroc « un hub du secteur digital en vue d’accélérer le chantier de la transformation numérique et d’exporter la technologie numérique à l’étranger », a déclaré la ministre.

En effet, le Maroc a entamé depuis quelques années un vaste chantier pour la numérisation de plusieurs secteurs. Pour atteindre les objectifs fixés, le gouvernement a signé des partenariats avec des grandes entreprises technologiques à vocation internationale. Le dernier en date est le mémorandum d'entente relatif à un projet d’investissement dans le secteur de l’outsourcing, signé avec la multinationale française Alten, qui permettra la création de 1 000 emplois.

Il faut noter que tous ces projets s’inscrivent dans la stratégie Maroc Digital 2020, désormais Maroc Digital 2025. La stratégie accorde une attention particulière à toutes les entreprises qui pourront œuvrer pour la transformation numérique du pays. Il est donc important selon la ministre « d'accorder une attention particulière aux start-up technologiques et de les accompagner pour qu’elles soient compétitives à l’échelle internationale dans l’optique de développer l’économie numérique nationale et renforcer les exportations du royaume en matière de biens et de services », a déclaré Ghita Mezzour.

Samira Njoya

Lire aussi :

Sénégal : le ministre de l’Économie numérique annonce la création de 105 000 emplois dans le secteur d’ici 2025 

 Le Maroc se dote d’une plateforme numérique d’interopérabilité des services publics 

Published in Actualités

 Le Niger possède le taux de natalité le plus élevé au monde. Répondre aux besoins alimentaires de cette population en croissance rapide représente un défi pour le gouvernement, les organisations et les acteurs du secteur agricole.

L’Agence de développement numérique (ADN) et la Fondation suisse pour la coopération technique, Swisscontact, ont lancé mardi 27 septembre à Niamey la plateforme numérique intégrée AgriShop/Rayuwa. Le nouvel outil a pour objectif d’améliorer les compétences des différents acteurs de l’écosystème agricole au Niger, mais aussi de leur faciliter l’accès aux données et informations du secteur.

Selon le directeur général de l’ADN, Wahidi Rabiou, la plateforme AgriShop/Rayuwa se présente en 3 volets : « nous allons mettre en place une plateforme de e-commerce pour la mise en relation des agriculteurs et de potentiels clients ou agriculteurs ; un espace conseils agricoles pour accompagner les agriculteurs à travers des conseils et une partie système d’information, pour informer et former ».

L’agriculture occupe une place très importante dans l’économie du Niger. Le Bureau des Nations unies pour les services d'appui aux projets (Unops) estime qu’elle représente près de 40% du produit intérieur brut, et plus de 80% de la population vit en milieu rural. Cependant, les agriculteurs ne disposent pas toujours des bonnes informations sur les techniques de semence et encore moins de clients fidèles pour écouler rapidement leurs produits.

La plateforme d'e-commerce Agrishop va corriger ces manquements en offrant la possibilité aux agriculteurs de publier eux-mêmes les produits qu’ils auront à vendre. Elle cible « les coopératives, les fournisseurs d'intrants ou de semences, les acheteurs particuliers ou professionnels, les agrobusiness, les agritech et aussi aux agriculteurs, transporteurs et annonceurs agricoles », a ajouté Wahidi Rabiou.

La plateforme AgriShop/Rayuwa en relation avec les agences de téléphonie mobile pourra être utilisée avec ou sans connexion Internet. Elle permettra aux utilisateurs via son portail USSD de recevoir des SMS sur des informations, conseils dans le secteur. Ils pourront également être assistés à distance. Le projet prévoit également un serveur vocal interactif accessible par un numéro court permettant aux utilisateurs d’écouter des messages pré-enregistrés sur les infos utiles, les conseils agricoles ceci en français, haoussa, zarma et bien d'autres langues.

La mise en place de ce portail jugé « révolutionnaire » rentre dans le cadre de deux programmes mis en œuvre par Swisscontact : le Programme de promotion de L'entreprenariat local (Promel) financé par la Coopération suisse et le programme de Promotion de l’employabilité et de l’insertion des jeunes (le PEMIJ) financé par l’ambassade des Pays-Bas.

Samira Njoya

Lire aussi : Nigeria : le gouvernement fédéral et l’ONU Femmes vont créer une plateforme numérique destinée aux agricultrices

 

 

Published in Tech

Please publish modules in offcanvas position.