Il y a six ans, il a décidé de mettre ses compétences informatiques et son expérience professionnelle internationale au service des pays africains. Aujourd’hui, il a à son actif plusieurs clients et distinctions.

L’entrepreneur technologique  marocain Badr Idrissi est le président-directeur général d’Atlan Space, une entreprise qu’il a cofondée en 2016 avec Younes Moumen. La société est spécialisée dans le développement de drones autonomes grâce à l’Intelligence artificielle. L’entreprise a été lancée pour aider les États africains à se doter à moindres coûts d’équipement de surveillance pour combattre les crimes environnementaux, notamment la pêche illégale.

Dans un entretien accordé à Médias24, l’ingénieur en télécommunications et réseaux, diplômé en 2005 de l’École nationale des sciences appliquées du Maroc, explique que « certains pays, surtout en Afrique, manquent de moyens technologiques à prix abordables pour surveiller et protéger efficacement leurs océans et leurs ressources halieutiques ». Il souligne par contre que « les pays développés utilisent plusieurs outils performants parmi lesquels les avions légers, la surveillance satellitaire et d’autres basés sur des technologies qui coûtent des millions, voire des dizaines de millions $ ».

En 2021, Badr Idriss a mené avec succès une levée de 10 millions de dirhams (1 000 000 USD) qui a contribué à la diversification des secteurs d’intervention de la société : la déforestation, la désertification ou l’activité minière illégale, l’amélioration de ses solutions. En février dernier, Atlan Space a d’ailleurs lancé un nouveau produit.

Selon Badr Idrissi, l’objectif de la start-up est de participer au « développement, à travers la technologie civile, de la surveillance de larges zones géographiques pour identifier des anomalies ou des risques environnementaux ou liés à la vie humaine ».

Pour la contribution d’Atlan Space au service de l’environnement, Badr Idrissi a obtenu plusieurs distinctions, notamment le Marine Protection Prize de la National Geographic Society ou encore l’African Entrepreneurship Award. Cette année, Atlan Space a fait partie des 45 start-up en compétition pour l’AfricaTech Awards organisé durant l’édition 2022 de Viva Technology du 15 au 18 juin.

Avant de se lancer dans l’entrepreneuriat, Badr Idrissi a travaillé comme ingénieur système sénior chez Siemens, spécialiste des solutions des réseaux chez Nokia ou encore comme chargé de  compte sénior à Microsoft.  

Melchior Koba

Lire aussi : Maroc : A 25 ans, Nizar Berdai se démarque sur la scène de l’entrepreneuriat étudiant

Published in Tech Stars

Son expérience de trois dans les cours de soutien à domicile lui a permis de mesurer l’ampleur du besoin et de développer une solution pour y répondre. L’engouement des parents pour la qualité de son service lui a valu diverses récompenses au fil des années.

Maxime Malieh (photo) est un informaticien camerounais. Diplômé de la faculté de génie industriel de l’université de Douala, où il obtient une maîtrise en génie informatique en 2020, il fonde en avril 2019 Prepdia.com.

Prepdia est une plateforme en ligne qui met des tuteurs professionnels et fiables à la disposition de parents d’élèves des écoles maternelles, primaires, et secondaires. Elle permet ainsi à travers ces précepteurs d’accroître les performances scolaires des jeunes apprenants via des cours de soutien à domicile. La réservation et le paiement d’un répétiteur se font par le biais de l’application. 

« Nous utilisons la technologie pour rassembler une grande variété de tuteurs potentiels, en vérifiant minutieusement leurs antécédents et compétences, via un système semi-automatisé. Nous suivons les progrès des étudiants mensuellement en encourageant nos tuteurs à faire des évaluations mensuelles. De plus, nous utilisons les commentaires des parents comme un moyen de surveiller nos tuteurs », explique Maxime Malieh. 

Le problème que Maxime Malieh a décidé de résoudre résulte de la frustration exprimée par plusieurs parents dans la recherche de répétiteurs qualifiés et de bonne moralité. Les recherches durent souvent des mois pour trouver le bon professionnel, ce qui est pénible déplore l’entrepreneur. 

Nommée dans la catégorie meilleure et plus innovante solution numérique du Cameroun dans l’apprentissage et l’éducation, au World Summits Awards en 2019, Prepdia a également permis à Maxime Malieh de remporter le deuxième prix du concours de présentation de microentreprises Afro Hustler la même année. En 2020, le jeune entrepreneur a remporté le troisième prix au Startup Innovation Challenge de l’OIC-Kribi. 

Pour Maxime Malieh qui a débuté son parcours professionnel en 2018 comme développeur Web chez Multiconcept Ltd, l’idée de Prepdia.com provient du fort besoin en soutien scolaire à domicile qu’il a constaté pendant ses études universitaires au cours desquelles il exerçait aussi comme répétiteur.  

Melchior Koba

Lire aussi : En Tunisie, GOMYCODE permet de s'initier à la programmation

Published in Tech Stars

Guidé par le besoin constant d’améliorer la qualité des soins de santé dans son pays et en Afrique, il s’est lancé dans l’innovation numérique. Aujourd’hui, il est une figure influente de la scène HealthTech nigériane et mondiale.

Imodoye Abioro (photo) est un entrepreneur et médecin nigérian. Diplômé de l’université d’Ibadan en 2018, il est également un développeur autodidacte de logiciels IBM Cloud. Il est le fondateur et président-directeur général de Healthbotics Ltd.

Healthbotics est une entreprise qui développe des solutions numériques de gestion médicale. Elle s’est démarquée à travers deux produits. Le premier, la banque de sang intelligente Lend an Arm, créée en 2017, connecte les donneurs et les hôpitaux aux banques de sang. Avec cette solution mobile et web, les donneurs et receveurs peuvent discuter entre eux, organiser ou rejoindre des collectes et trouver la banque de sang la plus proche. 

Le tech entrepreneur a eu cette idée après le décès d’un ami suite à une hémorragie massive en salle d’urgence dans un hôpital où travaillait en tant que médecin de garde. « Cette perte m’a presque brisé et j’étais donc motivé à faire quelque chose à propos de certains de ces problèmes permanents auxquels sont confrontés nos hôpitaux et notre système de prestation de soins », explique Imodoye Abioro.

Le deuxième produit développé par Healthbotics, Mediverse, est un logiciel de dossiers de santé électronique à commande vocale soutenu par une blockchain. Il permet aux médecins et infirmiers de saisir et de récupérer les dossiers des patients vocalement sur n’importe quel appareil.

Grâce à ces deux innovations, Imodoye Abioro a remporté plusieurs prix en 2020, notamment l’AI for development Challenge, le prix du jeune innovateur aux World Summit Awards du SMSI des Nations unies, le concours African App Launchpad Cup. En 2021, il s’est vu décerné le troisième prix du jeune innovateur africain pour la santé de l’International Federation of Pharmaceutical Manufacturers & Associations. 

En 2018, Imodoye Abioro a cofondé Bimi Online for africa, une plateforme d’agrégation d’informations de santé, dont il fut jusqu’en décembre 2019 le directeur des nouvelles technologies. Il a aussi été de 2019 à 2020 le directeur de la technologie de Future Food Project, une start-up technologique axée sur l'avenir des protéines.  

Melchior Koba

Lire aussi : Alvine Yenot, jeune gabonaise qui facilite le don de sang avec son application Ntchina

Published in Tech Stars

Il était promis à une carrière en santé publique et surveillance épidémiologique. Cependant, il a préféré l’entrepreneuriat digital. Aujourd’hui, il se voit comme un créateur de start-up. Son objectif est de contribuer au développement de solutions efficaces pour des besoins bien définis en Afrique. 

Diplômé de l’École nationale des techniciens en santé de l’université de Parakou du Bénin où il a obtenu sa licence en 2012, Amos Avocè (photo) est un entrepreneur digital béninois. En 2022, il s’est lancé dans la transformation d’idées innovantes en start-up. Il a fondé à cet effet 229Founders, sa start-up studio.

Le jeune homme précise que 229Founders n’est pas « un incubateur ni un accélérateur, encore moins un coworking space. Nous sommes des start-ups builders ». Il souligne d’ailleurs que les incubateurs et accélérateurs « couvent les start-up, mais nous les créons ».

Concrètement, Amos Avocè et son équipe identifient un besoin pour lequel une solution efficace et viable est élaborée. La start-up studio recherche ensuite via un avis à manifestation d’intérêt des cofondateurs intéressés par la thématique. Ces derniers acquièrent une part du capital de la future start-up et la développent pour sa mise sur le marché avec l’accompagnement de 229Founders.

Amos Avocè n’est pas un novice sur la scène tech béninoise. En 2017, il s’est illustré en co-fondant Bénin FinTech (BFT). La start-up accompagne les institutions financières dans leur transformation digitale. Elle est l’opératrice de la solution SmartPay qui permet aux systèmes financiers décentralisés de digitaliser leurs processus d’épargne, de tontine, de suivi et de demande de crédit. À travers BFT, il a également développé SmartAgri, un système de facilitation du processus de demande et d’octroi du Crédit Agricole.

Avant de se lancer dans l’entrepreneuriat, Amos Avocè a travaillé au sein du Groupe ADS (Africa Development Solutions) qui recherche, identifie et promeut des solutions propices au développement de l’Afrique. Il y a d’ailleurs été le représentant au Bénin, au Togo et au Burkina et a participé activement au déploiement du programme Akon Lighting Africa du chanteur américain d’origine sénégalaise. 

Sa carrière professionnelle, il l’a démarrée en 2011 au Sénégal chez Give1Project. L’organisation à but non lucratif était spécialisée dans l’accompagnement des jeunes dans le leadership au sein de leurs communautés.

Melchior Koba  

Lire aussi : Le Sénégalais Tamsir Ousmane Traoré allie logistique et technologie

Published in Tech Stars

Son retour au Mali lui a permis de mettre sur pied l’une des plus grandes entreprises du pays, proposant des services diversifiés à travers le monde. Son ambition de contribuer à la transformation de son pays et du continent, au cœur de son aventure entrepreneuriale, demeure intacte vingt ans plus tard.

Amadou Diawara (photo) est un informaticien et entrepreneur franco-malien. Titulaire d’un master en gestion des projets informatiques, sciences informatiques et de l’information, il est le fondateur et président-directeur général du groupe Famib, qu’il présente comme un centre de recherche technologique, d'innovation et d'industrie créative.

Alors qu’il travaillait en France comme chef de bureau du transporteur aérien WFS (Worldwide Flight Services), il est contraint de rentrer au Mali en 2010 suite à des problèmes de famille. C’est sur place qu’il prend conscience de l'ampleur des différents besoins du marché local et fonde le groupe Famib qui connaîtra un développement soutenu au fil des ans. L’entreprise a déjà une présence au Mali, en Côte d’Ivoire, en France, au Niger, au Rwanda, au Canada et aux USA.

Aujourd’hui, Amadou Diawara est à la tête de plusieurs initiatives à travers le groupe Famib. Il dirige Famib Consulting, une filiale spécialisée dans le conseil en services ; Delta Challenge spécialisée dans la conception de solutions numériques intégrées ; la plateforme d'intelligence collective Cluster Digital Africa.

Il a aussi lancé la place de marché Kingui Express  et le réseau social Kingui Social ; le système de paiement par porte-monnaie électronique Xaalisi ( créatrice des cryptomonnaies Xaalisi, Mali Wari) et de  la plateforme d’échange Kingui Coin ; l’incubateur en ligne Famiblabs dédié à l’accompagnement d'entreprises et de porteurs de projet d’entreprise ; l’université virtuelle du Mali.

Décoré de la médaille de chevalier de l’ordre national du Mali, Amadou Diawara, qui se considère « comme un digital transformer (transformateur numérique) pour l'Afrique » reste déterminé à « apporter le fruit de mes recherches en termes d'innovation et d'industrie créative à mon continent. Je pense qu'avec le concours de tous, nous pouvons rendre possibles des perspectives inimaginables ». 

Melchior Koba

Lire aussi : Dienaba Traoré valorise la cuisine malienne et africaine sur la toile avec Gabougouni

Published in Tech Stars

L’idée née pendant ses études supérieures, mise en œuvre plus tard, lui vaut aujourd’hui une renommée internationale. Grâce à elle, il a contribué à sauver de nombreuses vies sur le continent.

Sedric Degbo (photo) est un médecin et un entrepreneur béninois. Diplômé de la faculté de médecine de l’université d’Abomey-Calavi du Bénin en 2017, il est le fondateur et président-directeur général de Rema (Réseau d’échange entre médecins d’Afrique). Il pense que « l’échange et la collaboration médicale ont toujours permis de sauver des vies ». Il propose de digitaliser cela afin qu’il soit plus efficace. Il a reçu plusieurs prix pour la pertinence de cette innovation. 

La start-up propose un service de collaboration médicale à distance, de solidarité et d’intelligence collective entre médecins qui exercent sur le continent. À travers sa plateforme mobile, elle donne à ces confrères l’opportunité d’échanger, de collaborer en temps réel sur des cas pratiques, afin de prendre les meilleures décisions médicales dans l’intérêt des patients. La plateforme, professionnelle et sécurisée, enregistre déjà une communauté active de plus de 6 000 médecins. En majorité d’Afrique de l’Ouest. 

« Rema a véritablement démarré en 2016, lors d’une recherche pour la fin de mes études de médecine, où je suis tombé complètement par hasard sur un article scientifique évoquant l’incidence des erreurs médicales dans le monde. Les conclusions étaient vraiment alarmantes, j’ai donc décidé par curiosité de m’intéresser au cas de l’Afrique », explique Sedric Degbo, qui est depuis septembre 2021 membre du conseil d’administration de Bluemind Foundation, une organisation à but non lucratif qui s’est donné pour mission de déstigmatiser la santé mentale et de rendre les soins accessibles en Afrique.

Le jeune médecin, qui a travaillé de 2016 à 2019 à Caritas Internationalis, souligne que « les chiffres avancés par plusieurs auteurs faisaient étalage d’événements indésirables liés aux soins, un problème majeur de santé publique sur notre continent. Après analyse, on se rend compte qu’au-delà des limites organisationnelles du système sanitaire africain, ces chiffres sont dus au faible niveau d’information des médecins, à l’isolement des médecins, à la distance et au manque de moyens de communication adapté entre eux ».

Pour la plateforme Rema, Sedric Degbo a été récompensé à plusieurs reprises. En 2019, il a été lauréat du premier prix Inwidays à Casablanca et du premier prix BreizhAfrica à Paris. Il a également reçu le deuxième prix Afric'Up à Tunis. En 2020, il a reçu le prix Solidarité Covid-19 de l’Organisation internationale de la francophonie. Cette année 2022, il figure dans le Top 50 mondial des voix les plus influentes de l’industrie de la santé selon le magazine américain Medika Life.

Melchior Koba

Lire aussi : La Béninoise Vèna Arielle Ahouansou interconnecte les structures de santé à travers une base de données unique

Published in Tech Stars

Ses débuts dans l’entreprise familiale ont développé son sens des affaires. Il a par la suite pu le mettre au service de sa propre société technologique. Les clients qu’il sert aujourd'hui viennent de partout dans le monde.

Habib Hassim (photo) est un entrepreneur malgache. Titulaire d’un master en gestion internationale de l’ESSEC Business School de France, il est le fondateur et le président-directeur général de SmartOne Group. La start-up née en 2012 est spécialisée dans le traitement et la valorisation de la donnée, les solutions d’intelligence artificielle, les projets liés à la création et à l’utilisation de la donnée.

La société, qui a débuté comme un centre d’appels à Madagascar, a aujourd’hui développé de l’expertise dans plusieurs secteurs, notamment la mobilité, le commerce électronique, l’agriculture et l’environnement, la pharmacie, la santé et la bioscience, la sécurité et l’entretien, les médias, le tourisme, les services TIC et les finances. Elle met à la disposition des entreprises et des administrations des outils intelligents qui améliorent la prise de décision et leur gestion.

Le 10 juin 2022, Habib Hassim a vu sa crédibilité croître davantage avec la confiance que lui a témoignée le groupe télécoms Orange. Il a signé une convention de partenariat avec la filiale malgache pour la mise en œuvre d’un programme commun de formation en intelligence artificielle. L’objectif est de faciliter l’insertion professionnelle des jeunes Malgaches éloignés de la formation universitaire et de l’emploi. 

Le parcours professionnel d’Habib Hassim a démarré en 2011 dans l’entreprise familiale Food & Beverage Madagascar. C’est d’ailleurs au sein de cette société de distribution de produits agroalimentaires qu’est née l'idée de SmartOne Group.

L’expérience qu’il s'est ensuite forgée au fil des années, dans l’accompagnement des entreprises à l’international et la compréhension des besoins des jeunes investisseurs, lui a valu en 2019 de rejoindre les cadres du gestionnaire de fonds de capital-investissement Inside Capital Partners. 

Melchior Koba

Lire aussi : La Camerounaise Nelly Chatue-Diop facilite l’investissement dans la cryptomonnaie à l’Afrique francophone avec Ejara

Published in Tech Stars

Après une courte expérience professionnelle en France, comme consultant en markéting et stratégie web puis chef projet chez SQLI Group, il rentre au pays pour investir. Un choix qui lui a réussi au regard des succès qu’il a enregistrés au cours des 18 dernières années.

Serigne Barro (photo) est le président-directeur général de la start-up People Input.  Créée en 2002, l’agence de conseil en transformation numérique, basée à Dakar, met en œuvre des solutions technologiques innovantes et guide les entreprises dans les choix stratégiques, la création de technologies innovantes à même de leur conférer un avantage concurrentiel.

« Nous créons des sites Internet, accompagnons le client sur la Toile et optimisons sa visibilité, notamment à travers les réseaux sociaux », affirme l’entrepreneur sénégalais titulaire d’un master en commerce international de l’Institut supérieur du commerce (ISC) de Paris.

Après des débuts difficiles, il a su convaincre plusieurs clients avec son expertise qui lui vaut aujourd’hui une présence internationale. « À notre arrivée sur le marché, les entreprises ne comprenaient pas nos services et n’en voyaient donc pas l’intérêt. Il fallait les convaincre et les conscientiser », explique Serigne Barro, dont la société est déjà présente au Cameroun, au Mali, en Côte d’Ivoire et au Burkina Faso. 

Primé à de nombreuses reprises avec People Input, Serigne Barro a remporté, entre autres, le prix de la meilleure initiative TIC de l’UEMOA en 2012, puis les prix de la meilleure société TIC au Sénégal en 2013, de la meilleure agence digitale au Sénégal et de la meilleure solution entreprise en Afrique de l’Ouest en 2016. 

Co-fondateur en 2014 de l’agence de communication créative Voice Africa, une coentreprise formée avec Dentsu SSA (un groupe de communication), il y est directeur de la région Afrique francophone depuis janvier 2018. Son action en faveur du numérique au Sénégal lui a valu d’être nommé en 2020 membre du Conseil national du numérique.  

Melchior Koba

Lire aussi : L’Éthiopienne Samrawit Fikru facilite et sécurise le transport des particuliers avec Ride

Published in Tech Stars

Il a fait irruption dans le monde des affaires à 11 ans et a fondé sa véritable première entreprise à 18 ans. Aujourd’hui il est l’une des success-stories les plus connues dans son pays. Le numérique et l'entrepreneuriat sont deux passions qu'il a su conjuguer.

Ulrich Sossou (photo) est un entrepreneur béninois, fondateur et président-directeur général de Botamp. La solution d’automatisation du marketing et d’engagement client à travers des applications de messagerie est basée aux États-Unis.

Elle permet, entre autres, aux entreprises de diffuser des messages personnalisés à un grand nombre de clients, de mener des sondages et des enquêtes, de planifier des rendez-vous et de diriger des campagnes marketing. 

Titulaire d’une licence en système informatique et logiciel de l’École supérieure de commerce et d’administration des entreprises (ESCAE) du Bénin et d’une licence professionnelle en réseaux informatiques et télécommunication de l’École supérieure de technologie et de gestion (ESTG) du Bénin, Ulrich Sossou s’est fait un nom dans son pays à travers divers investissements numériques.

Entrepreneur en série, Ulrich Sossou s’est lancé dans les affaires à 11 ans. « Je n'avais pas d'ordinateur et je n'avais pas d'argent pour m'en acheter un. J'ai aidé le propriétaire à réparer ses ordinateurs et en retour, je pouvais naviguer gratuitement sur internet », explique-t-il.

Il a démarré véritablement son parcours entrepreneurial en 2006 avec Takitiz, une entreprise spécialisée dans le web design. En 2011, il a développé un système de cours en ligne pour l'École de commerce de l’université de Stanford. En 2014, il s’est lancé dans FlyerCo, une solution marketing pour les agents immobiliers qui a été vendue deux ans plus tard à une société américaine. La même année, il a cofondé l’incubateur, promoteur d'entreprises TekXL.

En 2015, il participe à concevoir Ecce Africa, un média en ligne qui met en avant l'innovation en Afrique francophone ; Happierco, solution cloud de gestion des performances des employés verra le jour en 2016.

Au cours de sa courte expérience professionnelle dans d’autres entreprises, il a travaillé comme développeur de logiciel web pour Blue Mandala Communications, il a été aussi vice-président de l’ingénierie chez Etrilabs. Il est actuellement directeur de l’ingénierie chez Orbit.  

Melchior Koba

Lire aussi : La Franco-Béninoise Bola Bardet veut faire de Susu une solution qui révolutionne la santé en Afrique francophone

Published in Tech Stars

Durant son parcours professionnel à l’étranger, il a été témoin de l’importance des TIC dans l’amélioration des performances d’une entreprise. Avec son expertise technologique, il a décidé d’investir dans ce domaine dans son pays.

Henri Ousmane Gueye (photo) est un informaticien et un entrepreneur sénégalais. Il est le président-directeur général de la start-up Eyone qu’il a cofondée en 2015 avec John Diatta. L’entreprise basée à Dakar est spécialisée dans la création de logiciels, le conseil et l’architecture des systèmes d’information. C’est un fournisseur de solutions qui accompagne les entreprises dans la numérisation de leurs activités.

Détenteur d’un master en génie logiciel informatique obtenu en 2006 en France, à l’École pour l’informatique et les techniques avancées (EPITA), Henri Ousmane Gueye s’est déjà illustré avec son entreprise à travers de multiples collaborations qu’il a décrochées dans le domaine de la santé. Le ministère de la Santé et de la sécurité sociale est l’un de ses partenaires, tout comme divers hôpitaux où il a numérisé la gestion des prestations du personnel, la facturation, etc.

« Les patients perdent beaucoup de temps dans le cadre de leur prise en charge à répondre aux mêmes questions et à refaire souvent les mêmes examens. Et même les professionnels ont des problèmes pour disposer des données de qualité », déplore l’entrepreneur sénégalais qui relève à quel point ses solutions numériques peuvent être utiles.

Au cours des six dernières années, Henri Ousmane Gueye a travaillé au développement d’Eyone qui est aujourd’hui présente à l’international. Il revendique une présence en France, au Mali, en Côte d'Ivoire, au Cameroun et au Gabon.

Le succès d’Eyone a déjà valu à son PDG plusieurs distinctions, notamment le prix Orange de l’entrepreneur social en Afrique et au Moyen-Orient en 2017. Il a été deuxième du même concours au niveau national.

L’expertise grâce à laquelle Henri Ousmane Gueye a bâti Eyone est le fruit d’une carrière professionnelle débutée en 2006. Il a travaillé tour à tour chez Capgemini en tant qu’ingénieur logiciel, consultant chez Lyxor Asset Management, consultant chez BNP Paribas Arbitrage, une filiale boursière de BNP Paribas SA. 

Melchior Koba

Lire aussi : Cameroun : Conrad Tankou met les TIC au cœur de la prise en charge des cancers du col de l’utérus et du sein

Published in Tech Stars
Page 70 sur 85

Please publish modules in offcanvas position.