Très porté sur l’entrepreneuriat, il a déjà lancé plusieurs projets qui ont rencontré du succès en Afrique. Formé au Sénégal, il a acquis au cours de son parcours professionnel quelques distinctions et la confiance de plusieurs investisseurs.

Fondée en 2018, la start-up Yobanté Express est une place de marché qui connecte des transporteurs locaux au commerce local à petit prix. Elle est l’œuvre du Sénégalais Oumar Basse (photo) qui occupe par ailleurs la fonction de président-directeur général.

Titulaire d’un master en systèmes d’information distribués (SID) obtenu en 2016 à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar, son ambition est d’optimiser la livraison au dernier kilomètre en Afrique. Il a déjà réussi à déployer l’entreprise basée dans le Delaware aux États-Unis, au Sénégal, au Ghana, en Afrique du Sud et au Nigeria.

« Nous faisons la livraison au dernier kilomètre et nous la démocratisons. À Dakar, vous pouvez livrer vos produits à partir de 1 200 FCFA. Nous sommes donc largement concurrentiels avec le meilleur prix et en même temps nous livrons toutes les régions du Sénégal », revendique Oumar Basse.

La société qui dispose d’une plateforme web et mobile réunit transporteurs indépendants et occasionnels, commerçants et particuliers. Elle crée un écosystème de confiance qui permet à chaque partie d'y trouver son compte. En 2021, elle a réussi à lever 1,2 million $ auprès de Grenfell Holdings, Launch Africa Ventures, R-Ventures, Libertad et d’un pool d'investisseurs providentiels locaux et internationaux pour se consolider.

Le parcours entrepreneurial d’Oumar Basse a commencé avec Nano Air. Cette entreprise lui a d’ailleurs permis, en 2018, de remporter l’Agri Startup Summit en France. Nano Air, est une start-up sénégalaise spécialisée dans la télé-irrigation. Il s’agit d’un système qui permet à tout exploitant agricole de gérer l’arrosage de ses cultures à distance, à partir de son téléphone portable. Nano Air propose pour cela aux agriculteurs ruraux, un appareil appelé Widim Pompe.

Avant de se lancer dans l’entrepreneuriat, Oumar Basse a démarré sa carrière professionnelle en 2015 comme agent de ventes à PCCI Group, un fournisseur d’externalisation de l’expérience client et des opérations sur les marchés émergents.  

Melchior Koba

Lire aussi : Le Kenyan Meshack Alloys démocratise la logistique en Afrique

Published in Tech Stars

Actuellement professeur associé à l’université Pierre & Marie Curie, le tech entrepreneur jouit d’une expertise en robotique grâce à ses inventions. En six ans, il a réussi à créer une entreprise pionnière en Afrique.

Anis Sahbani (photo) est un entrepreneur tunisien spécialisé dans la robotique. Maître de conférences à l’université de la Sorbonne, il a fondé Enova Robotics en 2014. L’entreprise est spécialisée dans le développement, l’industrialisation ainsi que la commercialisation de robots mobiles et intelligents grâce à une expertise combinée en logiciel, matériel et perception.

PGuard est l’un des robots les plus connus développés par Anis Sahbani. Déployé au départ sur des sites industriels, dans des aéroports ou pour surveiller les frontières, il est aujourd’hui utilisé pour assurer le maintien de l’ordre par le ministère de l’Intérieur tunisien. Il a été d’une grande aide pendant la crise de Covid-19 durant laquelle il a été mis à contribution par le gouvernement pour faire respecter les consignes de confinement. 

Anis Sahbani soutient que les « robots peuvent jouer le rôle d’intermédiaire permettant ainsi de préserver l’homme d’une contamination éventuelle ». Désireux de montrer leur utilité hors du cadre rigide de la sécurité, le tech entrepreneur l’a aussi introduit dans la sphère sociale. Dans le secteur sanitaire, Anis Sahbani a développé Vaesense, un robot qui assure des fonctions de téléprésence permettant à un individu de maintenir le lien social avec ses proches. Il y a aussi MiniLab destiné aux universités et aux laboratoires de recherche pour soutenir l’apprentissage de la robotique. 

Enova Robotics est le fruit de plusieurs années d’apprentissage et d’expérience de terrain comme enseignant. En 1998, après son cycle d’ingénieur électricien à l’École nationale d’ingénieurs de Tunis, Anis Sahbani s’est inscrit à l’université Paul Sabatier Toulouse III en France où il a obtenu son doctorat en robotique en 2003. Pendant ses études doctorales, il a pu élargir ses horizons en fréquentant le laboratoire spécialisé dans les recherches sur les systèmes complexes du Centre national de recherche scientifique (CNRS). En 2014, il devient professeur associé à l’université Pierre & Marie Curie.

En 2021, l’expertise acquise avec Enova Robotics lui vaut le succès au concours Pitch Fest organisé dans le cadre du programme InvesTech. Avec son titre de champion, il a pu représenter son entreprise au sommet virtuel de l’investissement, SelectUSA.  

Melchior Koba

Lire aussi : Le Nigérian Abasi Ene-Obong combat le cancer en Afrique grâce aux solutions biotechnologiques de 54Gene

Published in Tech Stars

Son expérience professionnelle d’une quinzaine d’années dans la finance lui a offert l’opportunité de mettre en oeuvre son propre projet innovant. La banque numérique qu’il a lancée en 2019 se porte plutôt bien.

Babs Ogundeyi (photo) est un jeune entrepreneur nigérian, fondateur et président-directeur général de Kuda Bank. Avec Musty Mustafa, il a lancé sa start-up en 2017 sous le nom Kudimoney. En 2019, il a réussi à lui faire obtenir une licence bancaire pour mieux concrétiser son ambition de rendre les services bancaires plus accessibles au plus grand nombre en Afrique.

Aujourd’hui, Kuda Bank, via son application mobile, permet aux Nigérians ordinaires de gérer leurs comptes de dépenses et d'économiser de l'argent sans les frais bancaires traditionnels depuis Internet. Babs Ogundeyi affirme que l’entreprise peut même « offrir des prêts aux clients salariés instantanément tant que leur salaire est avec Kuda ».

Titulaire d’une licence en études commerciales et comptabilité obtenue à l’université Brunel de Londres, Babs Ogundeyi a démarré sa carrière professionnelle en 2002 en se lançant directement dans l’entrepreneuriat. Il a fondé Motor Trader Nigeria, un magazine de petites annonces automobiles qu’il a revendu un an plus tard à une entreprise de presse du pays. 

Il rejoint ensuite le cabinet d'audit et d'expertise comptable PricewaterhouseCoopers Nigeria. Il y occupera le poste de directeur des engagements. Il partira en 2010 pour rejoindre la société d’investissement immobilier Redbrick Ltd comme partenaire. Il quittera le secteur privé en 2011 pour rejoindre le public, aux côtés du gouverneur de l’État d’Oyo. Au cours des cinq ans qui suivront, il occupera les fonctions de responsable de levée de capitaux puis de directeur de la banque de l’État.

En 2021, le tech entrepreneur a réussi à lever 55 millions $ pour renforcer sa présence au Nigeria. Il considérait alors le pays comme « un marché important » et affirmait vouloir y consolider l’entreprise – qui a atteint une valorisation de 500 millions $ – avant de penser à une expansion internationale.

Ce tour de table de série B, codirigé par Valar Ventures et Target Global, auquel ont pris part SBI Investment et des investisseurs providentiels, porte l'ensemble des financements mobilisés à 91,6 millions $ depuis 2019.

Melchior Koba

Lire aussi : Nigeria : Interswitch a levé un nouveau financement pour étendre ses services de paiement numérique en Afrique

Published in Tech Stars

Au cours des sept dernières années, il s’est investi dans une variété d’activités adossées au numérique. L’expérience acquise lui a permis d’entrevoir d’autres opportunités qui se sont concrétisées en 2018 à travers FlexID Technologies.

Victor Mapunga (photo) est originaire du Zimbabwe. Programmeur logiciel, il est le président-directeur général de la start-up FlexID Technologies, spécialisée dans les solutions d’identification numérique basées sur la blockchain. Le jeune tech entrepreneur propose déjà ses services à des entreprises de divers secteurs d’activités en Afrique et en Asie.

Depuis l’année dernière, il a fourni une identité numérique à 50 000 patients au Zimbabwe, dans le cadre d’une collaboration avec la start-up médicale Ubuntu Clinics qui a voulu améliorer le suivi médical des patients ainsi que leur prise en charge. Victor Mapunga estime « que l’exploitation de la puissance de la technologie dans le secteur de la santé est primordiale pour réduire les coûts et surtout améliorer les résultats pour les patients ».  

Entrepreneur en série, Victor Mapunga a à son actif une riche expérience entrepreneuriale acquise grâce à son implication dans plusieurs domaines. En 2014, il a fondé GreyMarge Investments, une entreprise d’investissements principalement orientée vers la technologie, la finance, la santé, la logistique, les infrastructures. En 2015, il lance iLearnfb, une plateforme de partage de cours et de connaissances générales avec plusieurs matières et niveaux. Deux années plus tard, Victor Mapunga crée JustBuy ZW, une application mobile de petites annonces commerciales.

Avec ses nombreuses certifications en entrepreneuriat technologique acquises aux États-Unis, notamment à l’université de Yale en 2016 et à l’Institut de technologie du Massachusetts en 2017, puis au King’s College de Londres, le Zimbabwéen est déterminé à faire de la technologie numérique un moteur de développement économique et social en Afrique.

Cet engouement lui a valu en 2021 de rejoindre la cohorte de pionniers technologiques du Forum économique mondial. Sa crédibilité lui ouvre aussi les portes de rencontres internationales comme la Conférence Blockchain Afrique à laquelle il a été invité à s’exprimer l’année dernière. Il y participera encore en 2023. 

Melchior Koba

Lire aussi : Le Kényan John Kamara met une banque de données de santé intelligente au service des patients et médecins

Published in Tech Stars

Après avoir acquis une solide expérience professionnelle auprès de plusieurs institutions de santé en Angleterre et aux États-Unis, il est rentré au Nigeria pour faire avancer la lutte contre le cancer en Afrique. Ses réalisations lui valent de plus en plus de reconnaissances.

Abasi Ene-Obong (photo) est un médecin nigérian titulaire d’un doctorat en biologie du cancer de l’université de Londres. Également détenteur en 2009 d’un master en génétique moléculaire humaine de l’Imperial College de Londres, il est le fondateur de la HealthTech 54Gene. Lancée en 2019, la start-up biotechnologique utilise la découverte à grande échelle, la recherche translationnelle, les diagnostics moléculaires avancés et les problèmes cliniques pour combattre le cancer en Afrique et à travers le monde.

En septembre 2021, Abasi Ene-Obong a levé la somme de 25 millions $ lors d’un tour de table de série B pour la recherche sur de nouveaux médicaments. C’est la troisième opération de levée de fonds réussie depuis 2019. Il a rassemblé ainsi un total de 44,7 millions $.

Trois mois après sa dernière levée de fonds, Abasi Ene-Obong a créé l’African Center for Translational Genomics (ACTG), une banque de données génétiques gérée par le consortium Non-Communicable Diseases-Genetic Heritage Study. 

« Bien que l’arc de la recherche précoce par le biais de l’approbation des médicaments puisse être long en biotechnologie, nous avons adopté une approche pour construire l’épine dorsale nécessaire pour des succès à court terme avec des gains à long terme qui offrent de meilleurs soins de santé et des résultats dans le traitement des maladies », a déclaré le tech entrepreneur. 

Avant de créer 54Gene, Abasi Ene-Obong a travaillé comme chercheur sur le cancer et a publié un article sur l’immunologie du cancer du pancréas dans le Gastroenterology Journal. De 2014 à 2015, il a été directeur de recherche et consultant pour IMS Health, une entreprise américaine proposant des études, du conseil et du service pour l'industrie des médicaments et les acteurs de la santé. 

Entre 2015 et 2016, il est devenu associé principal chez PricewaterhouseCoopers (PwC) aux États-Unis, comme conseiller en industries de la santé. Il est ensuite revenu au Nigeria en 2017 comme consultant principal de l’État. Il a dirigé l’élaboration d’un plan stratégique de développement sanitaire avant de se lancer dans 54Gene. 

En septembre 2020, les travaux d’Abasi Ene-Obong lui ont valu plusieurs distinctions, notamment comme l’une des 40 personnes les plus influentes de moins de 40 ans dans le domaine de la santé mondial par le magazine Fortune. En 2019, il avait déjà été désigné par Quartz Afrique comme l’un des 30 entrepreneurs les plus innovants sur le continent. Sous sa direction, 54Gene a reçu le prix de la meilleure solution technologique en matière de santé décerné par AppsAfrica.

Melchior Koba

Lire aussi : Le Kényan John Kamara met une banque de données de santé intelligente au service des patients et médecins

Published in Tech Stars

Son expérience professionnelle d’une dizaine d’années chez un fournisseur de solutions de mesure intelligente lui a permis de se lancer dans l’entrepreneuriat. Il veut mettre fin au gaspillage et aux mauvaises habitudes de consommation en Afrique.

Ahmed Ashour (photo, à droite) est un entrepreneur égyptien qui apporte son expertise aux sociétés de distribution d’électricité et d’eau dans la lutte contre la fraude à la consommation. Il est le président-directeur général de Pylon, la start-up de gestion intelligente des infrastructures de service public qu’il a fondée en 2017 avec Omar Mohamed Radi (photo, à gauche).

Pylon collecte les données des réseaux, les analyse et détecte les endroits où les vols et pertes se produisent au cours du processus d’approvisionnement. Il rend aussi automatiques les processus de facturation en fonction du volume de consommation, réduisant ainsi les pertes financières qu’enregistrent les compagnies de distribution d’électricité et d’eau.

Titulaire d’un Bachelor en administration des affaires obtenu en 2009 à l’université américaine du Caire, Ahmed Ashour s’est fixé comme objectif à travers Pylon de réduire les émissions totales de CO2 de 1 gigatonne d'ici 2035. Il veut aussi réduire jusqu'à 22 % les pertes d'eau dans les marchés émergents (elles sont estimées à plus de 45 millions de mètres cubes par jour) et contribuer à approvisionner plus de 40 millions de personnes.

Pour concrétiser cette vision de développement, le tech entrepreneur a réussi à sécuriser 19 millions $ en avril. Le financement obtenu auprès de Cathexis Ventures, Loftyinc Capital, Khawarizmi Ventures et plusieurs investisseurs providentiels anonymes, lors d’un tour de table mené par Endure Capital qui est soutenu par British International Investment, permettra de faire progresser l’ingénierie de la solution Pylon. L’argent lui servira également à ouvrir la start-up qui est actuellement présente en Égypte et aux Philippines à d’autres pays des marchés émergents en Afrique, Asie du Sud-Est, Amérique latine.

Avant Pylon, Ashour a travaillé pendant huit ans au sein d’El Sewedy Electrometer Group, fournisseur de solutions et services de mesure de bout en bout et de logiciels de gestion de compteurs de pointe pour l’industrie de l’électricité, de l’eau et du gaz. De 2009 à 2018, il y a occupé divers postes, notamment celui  de directeur du marketing et des ventes.

Dès 2016, en parallèle, il était également directeur du conseil à Prime Alliance AISBL, un groupe d’acteurs de l’industrie formé pour développer une infrastructure de communication ouverte et évolutive pour soutenir le comptage à grande échelle. Son expérience lui a valu de participer en 2021 au programme de formation d’Y Combinator. 

Melchior Koba 

Lire aussi : Égypte : Mohamed Ali promeut des produits alimentaires sains avec 3attar.com

Published in Tech Stars

En huit années, il a su imposer sa start-up comme un partenaire de choix pour de nombreux petits exploitants agricoles du Ghana. Pour les prochaines années, son ambition se porte sur tout le continent.

Alloysius Attah (photo, à gauche) est un jeune entrepreneur ghanéen. Il est diplômé de l’université des sciences et technologies Kwame Nkrumah où il a obtenu en 2012 un bachelor scientifique en gestion des ressources naturelles. Également titulaire d’un certificat professionnel du programme de transformation des semences de l'université de Stanford, obtenu en 2021, il est le président-directeur général de Farmerline. 

Cette start-up, qu’il a fondée en 2013 avec Emmanuel Owusu Addai (photo, à droite), soutient la croissance des  agriculteurs africains à travers une combinaison d’outils numériques et logistiques. Elle utilise son expertise pour améliorer l’accès des producteurs à l’information, aux intrants agricoles, aux ressources financières dans le but d’accroître leur productivité.  

Alloysius Attah a réussi en avril dernier à sécuriser un financement de pré-amorçage d’une valeur de 12,9 millions $ qui contribuera à « étendre les capacités d’IA au sein de la plateforme Mergdata de Farmerline pour aider à augmenter les revenus des agriculteurs et des entreprises agroalimentaires ; les aider à accéder aux intrants agricoles ; leur fournir des équipements tels que des tricycles, des tracteurs et des batteuses ; et les connecter aux marchés mondiaux ». Il est aussi prévu l’ouverture au marché ivoirien.

Le tech entrepreneur a suscité la confiance d’Acumen Resilient Agriculture Fund, de FMO qui est la banque néerlandaise de développement entrepreneurial, ainsi que de Graeter Impact Fundation qui ont investi 6,4 millions $. 6,5 millions $ ont été fournis sous forme de dette par DEG, Rabobank, Ceniarth, Rippleworks, Mulago Foundatio, Whole Planet Foundation, Netri Foundatio et Kiva. 

Finaliste en 2014 de l’Unilever Sustainable Living Young Entrepreneur de l’institut de Cambridge pour le leadership en développement durable, Alloysius Attah jouit d’une certaine crédibilité auprès de partenaires internationaux au développement. En 2015, il était conférencier invité au programme Alliance for Science Global Leadership Fellow de l'université Cornell de New York.

Il a permis à Farmerline d’être classé en 2015 dans le top 20 des innovations du CTA (Centre technique de coopération agricole et rurale soutenu par l’Union européenne). En novembre 2021, il a été invité au Bloomberg New Economy Forum qui s’est tenu sous le thème « Nourrir le monde : Agriculture et santé de la planète ». 

Melchior Koba  

Lire aussi : Au Nigeria, Hello Tractor met en relation les propriétaires de tracteurs et les exploitants agricoles

 

 

 

 

 

 

 

 

we are tech africa

Published in Tech Stars

Préoccupé par la santé des Égyptiens qui deviennent de plus en plus obèses, il s’est lancé depuis quatre ans dans le bio. Avec le soutien de plusieurs investisseurs, ses ambitions s’étendent déjà à la sous-région Afrique du Nord.

Mohamed Ali (photo) est un entrepreneur égyptien. Il est le fondateur de la place marché en ligne 3attar.com, spécialisée dans la promotion et la commercialisation de produits alimentaires sains et de produits diététiques. La start-up éponyme qu’il a fondée en 2018 propose en plus de la vente en ligne, des services de livraison et des consultations diététiques.

Titulaire d’un bachelor en comptabilité obtenu en 2009 à l’université du Caire, Mohamed Ali a lancé 3attar dans l’optique de contribuer à une meilleure santé des populations par les aliments. Depuis 2017, l’obésité est croissante dans le pays.

Il veut faire de sa plateforme de commerce électronique, accessible via le web et sur application mobile, le lieu de prédilection pour des consommateurs très exigeants sur ce qu’ils mangent. Parmi eux, des athlètes, des professionnels du fitness, des personnes à la diète, des personnes malades toujours en quête d’aliments de qualité et adaptés à leur de style de vie.

En janvier 2022, Mohamed Ali a obtenu un financement d’amorçage de plusieurs milliers de dollars auprès d'AUC Angels, UI Investment et un groupe d’investisseurs providentiels pour développer la start-up. Il a prévu d’utiliser cet appui financier pour élargir sa clientèle grâce à l’acquisition de nouvelles technologies qui aideront à gérer un plus grand volume de commandes et à la diversification du marketing.

« Nous visons à devenir le guichet unique dominant pour l’ensemble de la communauté de la santé en Égypte et à nous développer dans la région MENA », a expliqué le président-directeur général de 3attar.com.

3attar.com est le fruit d’une expérience professionnelle de plus de sept ans développée par Mohamed Ali au sein d’Edfa3ly. Il a quitté ce service d’achat personnel automatisé, permettant aux clients de commander aux États-Unis et de se faire livrer en Égypte, en mars 2018. Il l’avait rejoint en 2010 juste après l’université. 

Melchior Koba

Lire aussi : Kenya : Wowzi met en relation les influenceurs et les agences de communication

Published in Tech Stars

Avec ses partenaires, il a conçu une API qui a déjà séduit de nombreuses entreprises financières en Afrique du Sud et au Nigeria. Son ambition est de l’ouvrir à un plus grand nombre d’utilisateurs à travers l’Afrique.

Stitch est une fintech qui aide les entreprises à créer, optimiser et à faire évoluer leurs produits financiers. Son président-directeur général et cofondateur, l’entrepreneur sud-africain Kiaan Pillay (photo), la perçoit comme un pont entre différents systèmes financiers dont l’objectif est d’améliorer l’expérience des utilisateurs.

En février 2022, il a réussi une levée de 21 millions $ pour améliorer l’interface de programmation d'application de la start-up et sa plateforme de financement intégré. Le jeune entrepreneur, titulaire d’un bachelor en informatique et finance de l’université du Cap, s’est attiré les faveurs de plusieurs investisseurs comme PayPal Ventures, TrueLayer, Firstminute capital, The Raba Partnership, CRE Venture Capital et Village Global, lors d’un tour de table dirigé par The Spruce House Partnership.

Il explique que « parmi les centaines de clients avec lesquels nous travaillons, petits et grands, nous assistons à un rythme record de développement de nouveaux produits financiers. Notre objectif est d'aider les sociétés de technologie financière et de financement intégré à croissance rapide à lancer plus facilement des produits de plus en plus innovants et sur mesure, à se développer sur de nouveaux marchés et à optimiser leurs solutions ».

Pour Kiaan Pillay, le financement obtenu est une grande marque de confiance pour Stitch qui est déjà présente en Afrique du Sud et au Nigeria. Un succès sur lequel il veille au travers d’une expérience professionnelle modeste, mais riche.

En 2015, il se lance dans l’entrepreneuriat en co-fondant Pelichat. Cette plateforme de médias sociaux basée sur la localisation permet de se connecter aux personnes proches sans révéler son identité. En 2017, il rejoint la société d’assurance numérique Root comme chef des opérations. Smile Identity, le fournisseur de services de vérification d'identité, ouvre ses portes en juin 2018 comme chefs des partenariats. Il partira de là en août 2019 avec Stitch en tête, qu’il concrétisera deux mois plus tard avec Natalie Cuthbert et Priyen Pillay.

Actuellement, Kiann Pillay est aussi conseillé à SEAL, une association de passionnés de blockchain qui désire faire avancer la prochaine vague de décentralisation. Il l’a rejoint depuis 2017. 

Melchior Koba

Lire aussi : Thione Niang, le Sénégalais qui abandonne le monde politique américain pour l’agritech africaine

 

 

 

 

 

 

 

Le Nouveau Gabon

Published in Tech Stars

En sept ans, il a réussi à faire de la start-up InstaDeep une référence internationale. Avec le soutien de plusieurs investisseurs et partenaires de renom, il poursuit son expansion dans de nouveaux marchés et secteurs de développement. 

Karim Beguir (photo) est un entrepreneur et un expert développeur sur  Google Machine Learning. Avec son amie de lycée Zohra Slim, ils sont les fondateurs d’InstaDeep. La start-up, dont il est par ailleurs le président-directeur général, est spécialisée dans l’informatique décisionnelle. Elle développe des solutions intelligentes pour aider les entreprises dans la prise de décision.

Titulaire d’un diplôme d’ingénieur en mathématiques appliquées et économie de l’École polytechnique de l’Île-de-France en 2000, et d’un Master scientifique en mathématiques appliquées et finance de l’université de New York, obtenu en 2003, Karim Beguir a cofondé InstaDeep en 2014. En sept ans, il a porté la présence de la start-up sur plusieurs marchés : Paris, Tunis, Lagos, Dubaï, Londres et Le Cap.

En janvier 2022, le tech entrepreneur tunisien a réussi à lever 100 millions $ en série B, auprès d’investisseurs tels que Google, Deutsche Bahn et BioNTech. Le financement obtenu de cette opération dirigée par Alpha Intelligence Capital et le fonds hongkongais CBIB lui permettra de faire progresser les infrastructures d’InstaDeep et de recruter de nouveaux talents.  La start-up va s’ouvrir officiellement aux États-Unis le mardi 10 mai.

Avec InstaDeep, Karim Beguir explique que l’objectif était de prouver « que les Tunisiens sont capables de créer des technologies de pointe dans le domaine de l’intelligence artificielle. Actuellement, notre objectif est d’en devenir le leader africain ».

InstaDeep a conféré au Tunisien une grande crédibilité sur la scène technologique africaine et internationale. Karim Beguir a remporté plusieurs distinctions et multiplié les collaborations au fil des ans, invité à diverses rencontres internationales sur l’IA. En 2017, la start-up est nommée dans le Top 20 des start-up mondiales intégrantes à surveiller par PCMag. Elle a également signé, cette année-là, un partenariat avec le programme AI Builders d’Intel et rejoint le programme d’insertion de NVIDIA. 

En 2018, InstaDeep a signé sa première collaboration avec DeepMind. Deux ans plus tard, Karim Beguir a annoncé une collaboration stratégique entre la start-up et le laboratoire pharmaceutique BioNTech, puis la création, par les deux structures, d’un laboratoire d’innovation en IA pour développer de nouvelles immunothérapies. En 2020 et en 2021, InstaDeep a été nommé dans le Top 100 des start-up d’IA les plus innovantes par CBInsights avant d’être promu au rang de partenaire de prestation de services de NVIDIA Elite. 

Melchior Koba

Lire aussi : Le Kényan John Kamara met une banque de données de santé intelligente au service des patients et médecins

Published in Tech Stars
Page 73 sur 85

Please publish modules in offcanvas position.