Tech Stars

Tech Stars (931)

En six ans, l’initiative n’a cessé de se développer avec des ambitions de plus en plus grandes. Elle poursuit sa mission de moderniser la cuisine africaine, la rendre plus attrayante, nutritive et internationale. 

Gabougouni signifie « petite cuisine » en bambara, l’une des langues nationales au Mali. C’est le nom que Dienaba Traoré (photo) a trouvé pour porter son initiative dont l’ambition était de valoriser les recettes culinaires de son pays. La jeune malienne a lancé le blog qui s’y attelle en 2016. Son idée est née de la difficulté que rencontraient des compatriotes installés à l’étranger, même des locaux sans grande expérience dans la cuisine malienne, à trouver des informations sur des plats traditionnels maliens. Des recettes d’autres pays africains ont été ajoutées ensuite face à la demande de nombreux visiteurs.

« Sur cette plateforme j’ai voulu partager avec le monde, la cuisine africaine, spécialement celle du Mali en y ajoutant ma touche personnelle, ainsi que le métissage culinaire qui permet de valoriser les produits du terroir africain », explique-t-elle.

Recettes, vidéos, fiches produits, conseils en nutrition, organisation d’ateliers… Gabougouni regorge de contenus variés. L’initiatrice de la plateforme s’est même donné comme mission de briser les idées reçues selon lesquelles la cuisine africaine est grasse et complexe. La blogueuse retravaille donc les recettes afin qu’elles soient plus attrayantes, faciles à réaliser, plus nutritives.

Dienaba Traoré est une passionnée de cuisine et tout ce qui touche aux aliments depuis son plus jeune âge. Après un bac scientifique, elle poursuit ses études dans le domaine de l’agroalimentaire puis en « qualité hygiène sécurité environnementale et alimentaire » à Dakar. Une voie qui lui a permis de trouver un emploi pendant cinq ans dans une entreprise spécialisée dans la restauration aérienne et l’assistance aéroportuaire.

Grâce à sa persévérance dans la mise en lumière de la cuisine malienne, elle a remporté en 2017 le 3e Prix Orange de l’entrepreneur social en Afrique et au Moyen-Orient au Mali. Le blog a gagné en popularité. Il est déjà suivi par plus de 74 000 abonnés sur Facebook.

La fondatrice de gabougouni, qui se présente comme consultante en salubrité des aliments, photographe et styliste culinaire, envisage maintenant de créer une boutique en ligne spécialisée dans la vente des produits agroalimentaires des femmes du Mali et d’Afrique de l’Ouest. Le blog compte aussi offrir des cours de cuisine à distance et en présentiel. Il est aussi question à long terme de mettre en place un « Hub Culinaire » qui sera un espace de coworking entre passionnés de cuisine, professionnels, entreprises agroalimentaires. 

Ruben Tchounyabe

Lire aussi : TourCmr, le premier guide touristique numérique sur le Cameroun

Posted On mercredi, 16 mars 2022 10:48 Written by

A la tête de deux start-up, HydroIQ et UjuziKilimo, Brian Bosire crée des solutions technologiques dans les domaines de l’agriculture, de l’eau et de l’assainissement. Sa solution HydroIQ vient d’être sélectionnée par le programme Google for Startups Accelerator Africa.

Passionné par les technologies émergentes et leur application pour résoudre les plus grands défis en Afrique, Brian Bosire (photo), entrepreneur kényan, s’est très tôt fait remarquer pour ses innovations dans les domaines de l'agriculture et de l'eau. En 2013, il a fondé Electrosoft, une start-up dont l'objectif est de mettre la technologie au service de l'efficacité, de la commodité, et d'une meilleure productivité dans les secteurs de l'énergie, de l'eau et de l'assainissement.

Fidèle à sa mission de mettre les nouvelles technologies au service du développement de sa communauté, à travers sa start-up UjuziKilimo qu’il a fondée en 2016, il a mis au point une technologie qui étudie les sols pour informer les petits exploitants agricoles qui ont un accès limité aux connaissances, afin qu'ils utilisent mieux les ressources comme les engrais et l'eau. Les innovations de Brian Bosire lui ont permis de remporter de nombreux prix, notamment le prix ASME Ishow African Award en 2015, et le Top 10 des jeunes innovateurs de l'Africa Innovation Foundation.

Entrepreneur en série, il a cofondé, un an plus tard, la start-up Hydrologistics Africa (HydroIQ), qui propose un réseau d'eau virtuel afin d’offrir aux consommateurs et aux services publics, une plateforme unique et transparente pour gérer leur consommation d'eau. Une innovation qui lui a permis de remporter en 2017, le prix de one.org qui l’a classé parmi les 5 jeunes Africains qui impactent positivement le monde. Pour avoir créé un objet connecté permettant de gérer les réseaux hydrauliques à distance, à savoir HydroIQ, sa solution a été désignée start-up de l’année en Afrique et a remporté un prix de 10 000 euros, décerné lors de la deuxième édition du SOTYA en 2018.

En novembre 2021, il a annoncé le lancement de HydroIQ en Amérique centrale, plus précisément au Guatemala. « Nous sommes fiers et mis au défi de continuer à fournir des services de qualité au monde entier. En tant que premier opérateur de réseau d'eau virtuel au monde, nous sommes fiers de continuer à diriger l'ensemble de l'industrie de l'eau en Afrique et au-delà en développant des solutions technologiques innovantes pour que chaque goutte d'eau compte », avait-il affirmé.

Au-delà de sa carrière entrepreneuriale, il s’est aussi démarqué dans le leadership et a été le plus jeune sénateur du comté de Nyamira au sein du Youth Senate Kenya. Sa contribution au leadership et à l'esprit d'entreprise des jeunes lui a permis d’être nommé jeune leader des Nations unies (ONU) pour les ODD, et d’être membre du groupe consultatif de la Banque mondiale (S4YE).

Sa récente sélection par le programme Google for Startups Accelerator Africa, le 14 mars 2022, lui permettra de bénéficier d’un accompagnement afin de développer sa technologie HydroIQ, et d’étendre ses opérations à travers l'Afrique et le monde.

Aïsha Moyouzame

Posted On mardi, 15 mars 2022 15:44 Written by

A la tête de Red Dot Digital, elle a créé B2BeeMatch, une plateforme numérique de réseautage d’entreprises présente dans 45 pays. Pour 2022, elle annonce une nouvelle version de sa plateforme.

Née au Sénégal, Karima-Catherine Goundiam (photo), entrepreneure également d’origine marocaine, a grandi et étudié en France et aux Etats-Unis avant de s’installer au Canada depuis 2000, rapporte ONFR+. Jusqu’en 2014, elle a travaillé pour de grandes entreprises, parmi lesquelles le cabinet d’audit et de conseil Deloitte. Ayant fait le tour du numérique, elle a constaté une certaine apathie sur le marché canadien et voulait faire bouger les choses en s’aventurant dans l’entrepreneuriat. En 2015, elle a fondé Red Dot Digital, afin d’aider les entreprises à s’internationaliser grâce au numérique en bâtissant une stratégie digitale.

Sa plus grande réalisation est une plateforme numérique mondiale de mise en relation d'entreprises baptisée B2BeeMatch. Lancée en 2019, c’est en 2020 qu’elle fait sa véritable entrée en Europe, en pleine période de pandémie de Covid-19. « Je me souviens avoir présenté ce projet en Europe en janvier 2020. La réponse était assez froide et perplexe : personne ne voyait l’avantage à se digitaliser puisqu'on pouvait se voir physiquement. Une application de dating n’apparaissait pas comme un besoin immédiat », relate-t-elle.

La pandémie ayant agi comme un accélérateur de la transformation digitale au sein des entreprises, B2BeeMatch est très vite devenue un outil indispensable, accélérant ainsi sa croissance. En seulement un an, la plateforme s’est rapidement développée et, en janvier 2021, elle est devenue bilingue, ce qui a permis d’intégrer la communauté francophone et de développer des partenariats, à l’instar de la Chambre de commerce international, ou encore, la Fédération des gens d’affaires francophones de l’Ontario (FGA).

Au-delà de son activité d’entrepreneure, Karima-Catherine Goundiam est la vice-présidente de la Chambre de commerce britannique canadienne. Elle entend aussi étendre, dit-elle, sa compréhension du monde des affaires, en participant à de nombreuses conférences sur les technologies. Par ailleurs, elle donne des cours dans des universités européennes et apporte des conseils au niveau canadien en technologie et gestion. A travers ses multiples interventions, elle veut inspirer la jeune génération, notamment sur l’importance de la diversité dans la tech.

Si l’accès aux opportunités d’affaires et aux financements constitue encore un défi pour les entrepreneurs noirs, Karima-Catherine Goundiam admet toutefois qu’être une femme d’affaires noire francophone a été un atout. Sa singularité fait en sorte qu’on se souvient d’elle plus facilement. « Tout ce qui pouvait faire de moi quelqu’un qui était au départ une personne en statistique de non-réussite, je l’ai transmuté en une personne qui se bat pour réussir encore plus. Je n’accepte pas les non. J’ai une résilience assez importante pour aller sur un marché où personne ne m’attend pas », ajoute-t-elle.

B2BeeMatch se base sur une approche particulière, qui élimine les biais, les angles morts, les perceptions, et tous ces préjugés qui empêchent de se concentrer sur les compétences, la diversité, l’innovation. Sur la plateforme, il est possible de trouver de futurs partenaires d’affaires, des sous-traitants, des clients, et même des fonds. Basée à Toronto, la plateforme est déjà présente dans plus de 45 pays. Forte de ce succès, l’entrepreneure prépare la sortie d’une version 2 du site qui sera lancée début mars et qui comportera plus de fonctionnalités.

Aïsha Moyouzame

Posted On lundi, 14 mars 2022 10:54 Written by

Première Miss Geek de l’histoire du Sénégal en 2018, elle a déjà prouvé ses talents dans le domaine des TIC en multipliant les distinctions. Celle qui occupe une fonction de management au sein d’un institut de recherche sur les politiques agricoles et rurales entend former d’autres jeunes femmes dans les TIC.

Passionnée par les nouvelles technologies, Ndeye Fatou Mboup (photo) s'intéresse aux technologies disruptives telles que l'intelligence artificielle, l'IoT, la Blockchain. L’actuelle cheffe de projet/programme innovation et TIC à l’IPAR (Initiative de prospective agricole et rurale) est diplômée en big data de l'ISM Digital Campus. Sa spécialité : la création de solutions numériques basées sur les ODD. L’entrepreneure en série est la CEO de TSG Tech et la cofondatrice de la start-up E-Wanacc, réalisant de nombreux projets dans le but d’apporter des réponses aux défis du Sénégal.

Parce qu'elle croit fermement au pouvoir de l'éducation, Ndeye Fatou Mboup est une éternelle apprenante, elle a participé à des formations au Sénégal, au Rwanda, en Espagne, en Ouganda, en Allemagne et en Égypte, sur le programme d'entrepreneuriat numérique AFRIMAC ou Disrupt BootCamp organisé par la YES (Young Entrepreneur School) de Nice-France. Membre de la FESTIC (Association des femmes sénégalaises des TIC) ou d'Enablis (Réseau d'entrepreneurs de PME au Sénégal), où elle était consultante, elle a remporté depuis 2017 de nombreux concours nationaux et internationaux.

Lauréate du Challenge des 1000 entrepreneurs d’Afrique du sommet Afrique-France/Ville Durable de 2020, Ndeye Fatou Mboup a aussi remporté le concours national pour le Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI), organisé par le ministère des Télécommunications et de l’Economie numérique. Nous avons aussi son élection en tant que toute première Miss Geek Sénégal en 2018, ou encore sa récente médaille de bronze au Challenge Innovation Forum du Qatar en novembre 2021.

Son parcours remarquable lui a valu des félicitations jusqu’au plus haut sommet de l’Etat. « Chaleureuses félicitations à notre jeune compatriote Ndeye Fatou Mboup, d'Initiative prospective agricole et rurale, pour sa médaille de bronze au Challenge Innovation Forum du Qatar. Je félicite aussi l’Institut Supérieur de Management dont la lauréate est une diplômée », s’était réjoui le chef de l’État, Macky Sall, sur twitter.

Celle qui se donne pour objectif de représenter le leadership partout dans le monde et de la plus belle des manières, s’engage désormais à œuvrer pour l’épanouissement professionnel des filles et des femmes dans les TIC. 

Aïsha Moyouzame

Posted On vendredi, 11 mars 2022 17:00 Written by

Avec 12 000 lecteurs qui consultent sa bibliothèque virtuelle, Vincent Milewa veut développer la culture de la lecture chez les Kényans. Sa start-up RafuBooks étant en pleine croissance, il veut à court terme séduire une plus grande clientèle dans d’autres pays d’Afrique de l’Est.

Ayant grandi dans une famille peu aisée, Vincent Milewa (photo) utilisait les livres comme feuille de route pour échapper à la pauvreté. A l’école, il s’est passionné pour les œuvres autour du développement personnel et du business. Plus tard, il a suivi une formation en informatique, et a travaillé dans le secteur des télécommunications pendant plus de dix ans, dans la vente et le marketing. Alors qu’il traversait une phase difficile en 2018, il a replongé dans la lecture et a très vite constaté qu’il n’était pas toujours facile d’être en possession de certains livres. De cette expérience est née l’idée d’une bibliothèque virtuelle baptisée RafuBooks.

Pour concrétiser son projet, Vincent Milewa a investi la moitié de son salaire mensuel et a reçu le soutien de sa famille et de ses amis. Il a aussi pu obtenir une partie du financement auprès d’un groupe d’investissement dont il faisait partie, ce qui lui a permis d’entamer son projet dans un espace de bureau avec quelques livres, un site web et trois employés.

« Nous avons subventionné beaucoup de livres pour arriver au niveau où nous sommes maintenant […] Au début, j'avais une petite sélection de livres avec pour objectif principal une livraison rapide, le jour même, à Nairobi. Les gens peuvent commander à 15 heures et être livrés le jour même », explique-t-il.  

Dans un contexte où les librairies ne sont pas aussi répandues que d’autres types d’entreprises, Vincent Milewa utilise les nouvelles technologies afin d’assurer la disponibilité des livres pour de nombreux Kényans. Pour répondre à la demande, il travaille avec des fournisseurs internationaux, mais aussi locaux. Pour lui, « personne ne devrait attendre un livre pendant quatre jours dans la même ville, sauf s'il vient de l'étranger. Comme la nourriture, il doit être livré rapidement ».

RafuBooks a commencé par vendre des romans et des livres d'autoassistance, avant de s'étendre aux textes religieux, aux manuels scolaires et aux livres pour enfants. Près de 150 auteurs locaux y sont répertoriés, avec environ 300 titres. Depuis son lancement en 2018, la bibliothèque virtuelle a traité plus de 15 000 commandes. En 2020, les ventes ont considérablement augmenté à cause du confinement. L’année suivante, la start-up a connu une croissance de 30 %. L'entreprise compte actuellement 12 000 clients enregistrés sur son site web.

Vincent Milewa souligne toutefois que RafuBooks fait face à un défi majeur, notamment l’absence d’une culture de la lecture. D’après lui, l'ensemble des librairies de la capitale Nairobi ne vendent que 20 000 exemplaires de best-sellers. « Le nombre de librairies à Nairobi en dit long et la plupart de ce qu'elles vendent sont des manuels scolaires. La majorité des Kényans lisent pour des raisons académiques, ils ne lisent pas uniquement pour le plaisir », déplore-t-il.

Pour fidéliser ses clients, il propose ses livres avec des cadeaux, une stratégie commerciale qui marche bien selon lui. « Nous avons réalisé que les livres et les cadeaux vont bien ensemble. Aussi, lorsque nous avons envisagé de nous diversifier, nous avons proposé des articles cadeaux tels que du chocolat, du vin et des fleurs. Cela a été une grande expérience d'apprentissage pour nous, et la partie "cadeaux" a été un complément idéal à l'activité livresque », assure-t-il.

Pour l'instant, RafuBooks livre en Ouganda et en Tanzanie, mais la vision de Vincent Milewa pour sa start-up est de devenir l'Amazon de l'Afrique de l'Est et de fournir d'autres catégories de produits que les livres.

Aïsha Moyouzame

Posted On mercredi, 09 mars 2022 14:33 Written by

Au cours des six dernières années, la jeune femme de 28 ans a mûri son projet afin de lui faire gagner en crédibilité. C’est chose faite depuis l’année dernière au regard de l’intérêt qu’il a suscité auprès d’un opérateur télécoms de renom.

Trouver facilement n’importe quel professionnel en un clic, que ce soit un professeur particulier, un électricien, une nounou, un photographe et bien d’autres, est l’objectif que s’est fixé Lady Nancy Nemanzouer Nguie (photo) avec le projet numérique Service Express.

Il s’agit d’un moteur de recherche de professionnels du service au Cameroun qu’elle veut sécurisé. L’idée lui a valu la deuxième place du prix Orange de l’entrepreneur social en Afrique et au Moyen-Orient (Poesam) 2021, la somme d’1 million FCFA (près de 1500 $) et une incubation de 6 mois au sein de l’incubateur Ecolia Labs.

Service Express a germé dans l’esprit de Lady Nancy Nemanzouer Nguie il y a 6 ans. Alors étudiante en biochimie et résidente d’une cité universitaire, la jeune Camerounaise et ses voisins sont victimes d’une escroquerie de la part d’un électricien. Ils l’avaient contacté à la suite d'une coupure d’énergie qui perdurait depuis une semaine. « Cette mauvaise expérience [...] m'a donné envie de créer un espace où on pourrait en tout temps résoudre ces petits problèmes du quotidien qui peuvent vite devenir de gros obstacles », raconte-t-elle.

Après l’obtention de sa licence en biochimie, Lady Nancy Nemanzouer Nguie va donner une nouvelle orientation à sa vie en 2019 afin d’aller au bout de son idée de service. Elle rejoint l’Ecole supérieure des postes, des télécommunications et des technologies de l’information et de la communication (SUP’PTIC) pour une formation en management des télécoms. Elle souhaite en apprendre davantage sur l’univers technologique. « Je voulais me rapprocher plus de ma vocation d'entrepreneur », explique-t-elle.

Avec son rêve à portée de main, renforcée par la reconnaissance que lui a témoigné le jury du Poesam, Lady Nancy Nemanzouer Nguie voit déjà en sa solution une portée plus grande. Elle projette déjà de pousser la plateforme qui regroupe déjà une trentaine de professionnels issus des domaines tels que la plomberie, l’électricité, au niveau continental.

Ruben Tchounyabe

Lire aussi : Jumia améliore ses solutions digitales de paiement, notamment en Egypte et au Nigeria 

Posted On mercredi, 09 mars 2022 08:26 Written by

Ingénieur en informatique, son application lui a valu en 2020 une distinction du ministère de l’Économie numérique et des Télécommunications. Un an plus tard, elle a encore fait l’unanimité face à un jury, cette fois du secteur privé.

Adji Anta Dabo (photo) est une Sénégalaise passionnée par les technologies de l’information et de la communication. Diplômée en informatique, management et entrepreneuriat, la jeune femme a fondé avec des partenaires la start-up Digital Nisa. En 2021, l’une des solutions développée par la jeune pousse,  a savoir Sama Keyittu Juddu, a remporté la troisième récompense du prix Orange de l'entrepreneur social en Afrique et Moyen-Orient 2021 (Poesam).

En wolof,  Sama Keyittu Juddu signifie littéralement « mon extrait de naissance ». La solution numérique se décline en une plateforme sur laquelle les parents peuvent déclarer la naissance de leur enfant. La plateforme est associée à un bracelet fixé au poignet des bébés. Au septième ou huitième jour, le bracelet clignotera pour rappeler aux parents qui n’ont pas encore enregistré la naissance de leur nouveau-né de le faire. La plateforme Sama Keyittu Juddu peut être installée dans les maternités.

Elle « permettra d’enregistrer les naissances et d’envoyer les données à l’état civil, le plus proche pour permettre à chaque enfant d’avoir un bulletin de naissance », indique Adji Anta Dabo. Elle indique que cette sécurisation de l’identité des enfants se fera avec l’appui des conseillères de quartier, des imams ou encore des prêtres.

« L’absence de documents d’identité touche la plupart du temps la petite enfance et ce phénomène viole le droit à la nationalité, le droit à la déclaration de naissance, le droit de prétendre à une protection civile », déplore Adji Anta Dabo qui estime que sa solution permettra de lutter efficacement contre ce fléau.

La jeune ingénieure en informatique a déjà à son actif quelques récompenses. En 2020, elle a remporté la 7e  édition du concours JIGGEN CITIC organisée par le ministère de l’Économie numérique et des Télécommunications et la somme de 1,5 million FCFA (près de 2500 $) qui s’ajoutent au 3 000 000  du Poesam.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi : Le Gabon lance le programme SmartGov pour rendre l’administration publique plus collaborative et efficace

Posted On mercredi, 09 mars 2022 07:42 Written by

Titulaire d’un master en environnement et en gestion des déchets, elle s’est démarquée au fil des ans par son engagement en faveur de la planète. Elle souhaite développer l’intérêt d’un plus grand nombre d’Africains sur la question de pollution plastique.

Edith Kouassi (photo) lutte contre les déchets plastiques en Côte d’Ivoire depuis plusieurs années. La jeune femme a mis en place, avec la start-up Ecoplast Innov dont elle est la co-fondatrice en 2020, plusieurs initiatives pour arriver à ses fins. Avec Cityzed, l’une de ses solutions basées sur le numérique, elle a conquis le jury du Prix Orange de l'Entrepreneur Social en Afrique et Moyen-Orient 2021 (Poesam). Elle a reçu à cet effet le 3e prix et une somme d’un million  FCFA (plus de 1500 $).

Cityzed est une application de sensibilisation et de formation des ménages, des collectivités et des entreprises au tri sélectif et à la collecte des déchets, explique l’éco-militante ivoirienne. La solution numérique permet également de localiser à Abidjan les ménages dans lesquels des déchets plastiques et pneumatiques peuvent être récupérés. Elle leur donne même la possibilité de suivre le processus de traitement de ces déchets jusqu’au produit fini afin qu’ils voient comment ils sont valorisés (pavés, granulés, briquettes…).

D’ici quelques années, Edith Kouassi et son équipe voudraient transformer plus de 6 000 tonnes de déchets plastiques par an et produire annuellement environ 5 000 tonnes de produits finis. Ces produits sont d’ailleurs vendus sur Cityzed qui a développé un catalogue à travers lequel les populations peuvent se procurer des produits respectueux de l’environnement pour les projets de construction.

La jeune femme, titulaire d’un master en environnement et en gestion des déchets, explique que Cityzed lui a été inspiré de ses expériences de terrain pendant sa formation. Elle indique « qu’au début, ce n’était pas facile de faire la promotion de ce système de collecte et de tri de déchets, mais actuellement les populations ont réussi à comprendre et même à s’intégrer au projet. Malgré tout, mon entreprise rencontre toujours des difficultés en termes de logistique et de fourniture régulière en électricité ».

Pour son combat contre les déchets plastiques en Côte d’Ivoire, Edith Kouassi a déjà reçu plusieurs distinctions. En 2020, elle a été lauréate du Challenge des 1000 entrepreneurs africains invités à participer au sommet Afrique-France ; le prix de l’entrepreneuriat féminin organisé par la Fondation Bénédicte Jeanine Kacou Diagou (BJKD), le prix Alassane Ouattara du jeune entrepreneur émergent. L’Ivoirienne souhaite maintenant étendre son modèle de recyclage à tout le pays et l’exporter dans la sous-région Afrique de l’Ouest. 

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi : Grâce à l’application de géolocalisation Mahali, les livraisons deviennent plus faciles à Abidjan en Côte d’Ivoire

Posted On mardi, 08 mars 2022 16:04 Written by

Agée de 30 ans, elle s’est déjà constitué une communauté de clients à force de courage et de détermination. Son ambition est grande au regard des investissements qu’elle souhaite déployer pour satisfaire davantage de consommateurs.

Hawa Bah (photo) est une entrepreneure opérant dans le secteur du e-commerce. Originaire du Mali, elle a mis en place Local Market Bamako, une place de marché en ligne de produits alimentaires africains. Son objectif est de satisfaire la demande en produits alimentaires locaux et des pays voisins, ainsi qu'en produits alimentaires importés, dans la capitale de son pays et ses alentours. Avec son service essentiellement basé sur le web et les réseaux Facebook et WhatsApp, Hawa Bah a remporté le troisième Prix Orange de l'Entrepreneur Social en Afrique et Moyen-Orient 2021 (Poesam) et la somme de 3 000 000 FCFA (5 000 $).

La jeune entrepreneure explique que son activité a deux volets. « Nous faisons dans le cadre de la restauration, la préparation et la livraison de repas (déjeuner) cuisinés aux organisations et particuliers, et aussi la couverture d'événements (service traiteur) […] nous faisons quotidiennement des plats africains : Kedjenou, foutou, tchièp, poisson et poulet braisé, woudjoula, sauce arachide, etc. »

« Dans le cadre de la vente de produits alimentaires, nous distribuons l’attiéké frais, la banane plantain, les fruits de mer et divers aux supermarchés, restaurants et particuliers. Nos plats et produits sont soit livrés par des livreurs aux clients ou soit collectés par eux ou leurs coursiers », explique-t-elle.

Titulaire d’un master 2 en gestion d’entreprise et administration de l'Ecole supérieure des hautes études technologiques et commerciales (HETEC) de Bamako, Hawa Bah s’est lancée dans le monde de l’entrepreneuriat après sa formation. Elle a lancé la page Facebook de Local Market Bamako en juillet 2019.

Aujourd’hui, au regard du succès rencontré, elle souhaite mieux organiser son activité. Elle voudrait doter Local Market Bamako, qui jouit déjà d’un site marchand, d’une application mobile afin de renforcer sa visibilité et faciliter le processus commande/achat aux clients, d’équipements pour proposer des services pour le petit déjeuner et le dîner en plus du déjeuner, d’un local pour abriter les différentes activités, le personnel et assurer le service sur place, d’une chambre froide pour élargir sa gamme de produits et augmenter sa capacité de stockage et de conditionnement. Du haut de ses 30 ans, Hawa Bah rêve grand.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi : Jumia améliore ses solutions digitales de paiement, notamment en Egypte et au Nigeria

Posted On mardi, 08 mars 2022 15:21 Written by

Depuis 2012, Zakaria Ghassouli a fortement contribué à la croissance qu’a connu la plateforme de petites annonces Avito.ma au Maroc. Pour l’année 2022, il annonce une offre dédiée aux TPE et PME.

Diplômé en management financier à l’université Cadi Ayyad de Marrakech, Zakaria Ghassouli (photo) a également mené des recherches en information et technologies à l'université Ryerson au Canada. En 2012, il a rejoint la start-up d’e-commerce Avito.ma en tant que responsable Finances et Administration. Suite à la fusion entre Bikhir et Avito en 2014, il a occupé des fonctions clés dans la start-up, en finance ou encore en tant que directeur Produit et Business Development. En 2016, il est nommé directeur des opérations et de la stratégie, et un an plus tard, il devient le nouveau directeur général d'Avito.ma.

Désormais à la tête de Avito.ma, Zakaria Ghassouli veut en faire la plateforme leader pour les petites annonces au Maroc. En octobre 2020, la start-up a été rachetée par le malaisien Frontier Digital Ventures après 6 ans sous le contrôle du norvégien Adevinta. La nouvelle maison-mère a réalisé un tir groupé, en dépensant 56 millions de dollars australiens (plus de 40 millions de dollars américains), pour l’acquisition d’Avito.ma, du site tunisien de petites annonces Tayara.tn, et du portail d’annonces immobilière colombien Fincaraiz.com.  

« Ça nous permet de continuer d’exécuter notre stratégie et de poursuivre la mission qu’on s’est fixée, c’est-à-dire accompagner les Marocains dans la recherche des meilleures opportunités à chaque étape de leur vie », avait-il affirmé.

Fidèle à ses ambitions de développement, il a annoncé le 6 mars 2022, une nouvelle offre ciblant les TPE et PME. Baptisée avitoboutiques.com, elle a pour but de faciliter la transition des entreprises vers l'espace numérique et d'exposer leurs marques à des millions de clients potentiels. La décision de lancer une plateforme de magasins numériques a été motivée par une augmentation marquée du nombre de magasins créés sur la plateforme Avito.ma en 2022. En plus de cela, avitoboutiques.com fournira des analyses de données pour aider les chefs d’entreprise à prendre de meilleures décisions afin d'améliorer l'expérience client.

Avito.ma revendique plus de 6 millions de visiteurs uniques et plus de 28 millions de visites par mois. Déjà présente dans l'automobile, l'immobilier et l'informatique/multimédia, la nouvelle plateforme avitoboutiques.com va donc permettre à la start-up de toucher d’autres secteurs.

« En tant que première place de marché au Maroc, nous avons décidé d'accompagner les professionnels dans leur transition vers le numérique en leur offrant la possibilité de toucher plus de 8,4 millions de contacts potentiels par mois », a précisé Zakaria Ghassouli.

Aïsha Moyouzame

Posted On mardi, 08 mars 2022 14:02 Written by
Page 64 sur 67

Please publish modules in offcanvas position.