Dans le but de révolutionner la chaîne d’approvisionnement en produits pharmaceutiques, plusieurs tech entrepreneurs ont décidé d’unir leurs forces pour proposer une solution sur mesure. La start-up est en pleine croissance et entend s’étendre à plusieurs pays du continent.

Grinta est une solution e-santé développée par une jeune pousse égyptienne. Elle permet aux pharmacies de se ravitailler en médicaments via ses plateformes web et mobile. La jeune pousse, basée au Caire, a été fondée en 2022 par Hamza Tag, Yosra Badr, Mohamed Azab et Ali Youssef. Son objectif est de devenir la principale plateforme de vente en gros de médicaments, de produits cosmétiques et de fournitures médicales et le principal intermédiaire entre les laboratoires pharmaceutiques et les pharmacies en Afrique.

Grinta se donne les moyens de ses ambitions, car pour atteindre ses objectifs, elle a effectué plusieurs acquisitions d’entreprises opérant dans son secteur d’activité. En août dernier, elle s’est procuré Auto Cure, une plateforme de commerce électronique business-to-business au service des pharmaciens indépendants dans la ville d’Alexandrie, soutenant sa croissance dans cette partie du pays. « L'acquisition d'Auto Cure témoigne de l'engagement de Grinta à fournir de la valeur à ses clients et à accroître sa présence sur le marché égyptien », explique Mohamed Azab, commentant sa nouvelle acquisition.

Il faut souligner que Grinta dispose d’une application mobile accessible sur iOS et sur Android. Il faudra pour les pharmacies créer un compte pour accéder à sa chaîne d’approvisionnement. Entre autres, elles pourront se réapprovisionner via les distributeurs numériques, gérer leurs stocks et leurs ventes, accéder à des contenus éducatifs ou encore à des financements ou des prêts.

« Nous permettons à nos clients d'acheter les produits pharmaceutiques et les fournitures dont ils ont besoin et leur fournissons des outils pour gérer leurs fonds de roulement et leurs stocks, grâce à une plateforme facile à utiliser et inclusive, leur permettant ainsi de donner la priorité aux soins de leurs patients », explique la jeune pousse.

En plus de son pays d'origine, l'Egypte, la plateforme d’e-santé, qui revendique avoir desservi plus de 7 000 pharmacies et livré plus de 200 000 commandes en août 2023, est également présente en Tanzanie. Elle a des ambitions d’expansion et la version Android de son application mobile a déjà été téléchargée plus de 10 000 fois, selon Play Store.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi:

Burkina Faso : Esante Company résout les problèmes d'insuffisance de professionnels de santé avec son application

Published in Solutions

Dotée d’une solide expérience dans le domaine de la finance et de la comptabilité, elle a décidé de se concentrer sur le commerce électronique pour répondre aux besoins des Gabonais en matière d’achats en ligne et de livraison rapide.

Malika Gadault Deacken (photo) est une auditrice et une entrepreneure gabonaise. Fondatrice de FastBox, elle met en relation des clients et des marchands de produits divers.

Fondée en 2020, FastBox propose une application de vente en ligne, FastBox App, qui permet la commercialisation de produits de tout genre. En tant que marketplace généraliste, elle offre une gamme complète d’articles, des produits de beauté aux vêtements, en passant par les accessoires de maison, les produits alimentaires et bien d’autres.

Pour offrir une expérience client optimale, FastBox a développé un service de livraison intégré, FastBox Livraison, permettant aux clients de recevoir leurs achats directement à leur domicile. Cette solution de livraison contribue à éliminer les contraintes liées au déplacement physique pour effectuer des achats, offrant ainsi plus de commodité aux consommateurs gabonais.

Malika Gadault Deacken n’est pas seulement une entrepreneure prospère. Elle est la directrice générale de Bet241, une société de pari sportif au Gabon. Occupant ce poste depuis janvier 2023, elle a intégré la société en 2017 en tant que directrice administrative et financière.

L’entrepreneure est aussi en charge de la commission finance du syndicat des entreprises technologiques du Gabon TECH 241 et un mentor d’entreprise de l’organisation Women In Africa.

Malika Gadault Deacken est diplômée de l’université catholique de Lille où elle a obtenu en 2009 une licence en économie et finance. En 2012, elle a obtenu à l’ESG Finance, à Paris, un master en audit, expertise comptable et contrôle de gestion. Elle est aussi titulaire d’une certification en stratégie obtenue en 2023 à HEC Paris.

Avant de se lancer dans l’entrepreneuriat, Malika Gadault Deacken a acquis une précieuse expérience au sein de grandes entreprises telles que BforBank, Orange France et le cabinet Deloitte. Son passage chez Deloitte, où elle a successivement occupé les postes d’auditrice, d’assistante senior et de cheffe de mission entre 2013 et 2017, lui a permis de développer ses compétences en audit et en gestion.

Melchior Koba

Lire aussi:

La Franco-Gabonaise Selena Souah permet l’enregistrement en ligne des voyageurs dans les hôtels

Published in Tech Stars

Après une formation en informatique, ce tech entrepreneur a voulu démocratiser les formations dans ce secteur pour personnes en quête de nouveaux défis. Sa start-up a mis en place des formations adaptées aux besoins du continent dans le contexte de l’accélération de la transformation numérique.

Xarala Academy est une solution d’e-learning développée par une jeune pousse sénégalaise. Elle permet aux utilisateurs de se former dans divers domaines ayant trait aux technologies de l’information et de la communication depuis ses plateformes web ou mobile. La start-up, basée à Pikine, a été fondée en 2017 par Ousseynou Diop. Le mot « xarala » vient du wolof, une langue locale parlée au Sénégal, et signifie « la technologie ».

« Nous croyons fermement que l'éducation a le pouvoir de transformer – pas seulement des individus, mais des communautés et des nations entières. Notre vision s'ancre dans la conviction que chaque talent africain formé est un pas de plus vers un avenir meilleur, où la technologie est un levier pour améliorer les vies », indique Ousseynou Diop.

La solution dispose d’une application mobile accessible sur iOS et sur Android. L’utilisateur se crée un compte puis accède aux différentes formations que propose l’edtech. Entre autres, il peut se former en développement web et mobile, en cybersécurité, en design, en marketing digital ou encore en gestion des projets. La plupart des formations proposées par la jeune pousse sénégalaise s’étalent sur une durée de douze semaines.

Néanmoins, il faut souligner qu’elles sont adressées aux néophytes et l’edtech juge que cette période est suffisante pour acquérir les compétences nécessaires dans le domaine choisi. Les néophytes ne sont pas forcément des personnes diplômées dans d’autres filières d’étude. En effet, l’edtech sénégalaise n’impose pas de niveau d’étude pour accéder ses formations. Elles sont ouvertes à tout le monde à condition de savoir lire et écrire.

Xarala Academy est accessible tous les jours de la semaine et 24 heures sur 24. Elle revendique plus de 6 000 apprenants sur ses plateformes web et mobile et la version Android de son application mobile a déjà été téléchargée plus d’un millier de fois, d’après Play Store.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi:

Sénégal : Socium numérise les processus de ressources humaines pour les entreprises

Published in Solutions

Dans le but de faciliter l’achat de médicaments aux populations dans les langues locales, des jeunes tech entrepreneurs ont mis en place une solution. Elle a remporté le premier prix lors de l’édition 2023 de l’Orange Summer Challenge.

Seribox est une solution d’e-santé développée par le Groupe Sily. Elle utilise l’intelligence artificielle et l’Internet des objets pour permettre aux utilisateurs de se procurer des médicaments en utilisant les langues locales. Avec à sa tête Youssouf Djafara Diallo, le groupe Sily a présenté pour la première fois sa solution en 2023 lors de l’Orange Summer Challenge, une compétition organisée par l’opérateur télécoms Orange qui a réuni des étudiants de diverses universités de 15 pays d’Afrique et du Moyen-Orient.

Seribox est un distributeur de médicaments sur lequel l'on achète depuis un smartphone installé comme terminal de commande. Il suffit d’appuyer sur le bouton ayant l’icône de micro, comme pour effectuer une note vocale sur les applications de discussions instantanées, pour passer commande dans la langue locale de votre choix. Dans la vidéo expliquant le fonctionnement du processus, Youssouf Djafara Diallo a passé des commandes en soussou et en peulh, deux langues locales parlées en Guinée.

Le système répond dans la langue de commande en prenant le soin de répéter le nom du médicament commandé et de dire son prix. Il le transfère automatiquement dans le panier de commande et il est possible d’ajouter une autre commande au panier. Après cette étape, l’utilisateur valide sa commande en appuyant sur le bouton éponyme de couleur verte. Le terminal affiche ainsi un code QR qui permet de régler la facture depuis l’application Orange Money. Le paiement confirmé, le distributeur sort les médicaments commandés et l’utilisateur peut s’en saisir sans problème.

Néanmoins, il faut signaler que Seribox ne sert pas les médicaments nécessitant une ordonnance médicale sans celle-ci. Les médecins doivent se rendre sur une plateforme dédiée et s’authentifier pour pouvoir prescrire des ordonnances utilisables sur la Seribox. Ils ont la possibilité de prescrire quatre médicaments par ordonnance et une fois effectuée, le système délivre un code QR. L’utilisateur peut prendre la photo de celle-ci ou se faire imprimer cela sur du papier pour passer sa commande auprès de la Seribox. Par ailleurs, il est également possible d’annuler une commande en le faisant savoir au dispositif par une note vocale.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi:

Guinée : Senditoo permet d’envoyer des crédits téléphoniques et de l'argent via son application mobile

Published in Solutions

Après ses études, il a travaillé comme ingénieur logiciel dans plusieurs entreprises. Entrepreneur, il numérise le secteur du commerce et de la livraison en Afrique du Sud.

Donald Vutlharhi Valoyi (photo) est un ingénieur logiciel et un entrepreneur sud-africain. Il est fondateur et président-directeur général de Zulzi, une plateforme de livraison à la demande. La plateforme livre des produits d’épicerie, des produits frais et des articles de première nécessité.

Fondée en 2013, Zulzi est née de Zulzi.com qui était à l’origine une plateforme de commerce électronique destinée aux étudiants. Cette dernière commercialisait des livres et des appareils électroniques qu’elle livrait immédiatement. C’est de cette solution qu’est née l’idée de créer une plateforme de livraison à la demande.

Zulzi permet d’acheter n’importe quoi à partir de son application, des produits d’épicerie aux alcools, en passant par les produits pharmaceutiques et la nourriture. Elle offre la possibilité aux clients d’établir leur liste de course et de se faire livrer automatiquement. Elle met en contact des collègues et des voisins qui peuvent partager les frais de livraison et se commander mutuellement des produits de qualité.

« Zulzi est une place de marché de livraison de produits alimentaires qui donne à ses membres un accès direct à des milliers d’articles d’épicerie par le biais d’une application mobile. L’application permet aux clients d’établir leur liste de courses et d’acheter des articles sans jamais se rendre dans un magasin. Des acheteurs formés sélectionnent et livrent ensuite les articles, transformant ainsi l’expérience de l’épicerie », peut-on lire sur la page LinkedIn de Donald Vutlharhi Valoyi.

Donald Vutlharhi Valoyi est diplômé de l’université de Witwatersrand où il a obtenu en 2007 un bachelor en sciences. Toujours en 2007, il a commencé une carrière d’ingénieur logiciel à Mavoni Technologies, un fournisseur de technologies de l’information, de conseil et d’externalisation des processus d’entreprise.

En 2010, l’entrepreneur a été embauché par EOH en tant que développeur Java. EOH est une société technologique qui propose des services informatiques, des logiciels et des technologies industrielles, entre autres. En 2011, il devient le chef d’équipe technique de First National Bank South Africa.

Melchior Koba

Lire aussi:

Velani Mboweni connecte les travailleurs sud-africains aux navettes privées via sa plateforme de covoiturage Lüla

Published in Tech Stars

Ce tech entrepreneur n’est pas à son premier essai dans le secteur du numérique. Avec Sodishop, il tient le bon bout avec une présence dans quatre pays d’Afrique de l’Ouest.

Sodishop est une plateforme de commerce en ligne développée par une jeune pousse malienne. Elle permet aux utilisateurs de se procurer divers articles en ligne depuis le confort de leur maison. La start-up, basée à Bamako, a été fondée en 2019 par Boubacar Biro Baldé, un informaticien guinéen qui s’est établi au Mali.

« La particularité de Sodishop réside dans le fait également qu’elle donne la possibilité aux Guinéens de commander des produits depuis d’autres pays de la sous-région comme le Mali, qui est notre premier marché, le Sénégal, la Côte d’Ivoire et être livré en moins de 72 heures.

A travers notre tout nouveau marché le Made in Africa, nous permettons aujourd’hui aux marques locales guinéennes, de vendre et livrer à travers toute l’Afrique et partout ailleurs dans le monde », explique Boubacar Biro Baldé.

La solution dispose d’une application mobile accessible sur iOS et sur Android (téléchargé plus de 10 000 fois selon Play Store). L’utilisateur, bien qu’il ait la possibilité de surfer sur la plateforme sans disposer d’un compte, doit créer un compte pour valider les commandes. Entre autres, on y retrouve diverses catégories d’articles tels que les produits alimentaires, les ordinateurs, les téléphones, des gadgets, des produits de mode, des produits d’hygiène ou encore des kits scolaires.

En ce qui concerne les paiements, la jeune pousse a intégré des solutions de paiement comme Orange Money, Paypal ou encore les cartes bancaires comme Visa et Mastercard. S’exprimant sur l’évolution des affaires de la start-up en aout 2023 à Guineenews, Boubacar Biro Baldé a affirmé : « de notre lancement à nos jours, nous avons traité un volume de commandes supérieur à 4 millions $ et progressons en moyenne avec 500 000 $ de chiffre d’affaires annuel à travers nos vendeurs.

Nous sommes présents dans 4 pays en Afrique de l’Ouest. A savoir, le Mali et la Guinée depuis respectivement 2019 et 2020, le Sénégal depuis 2022 et en opération en Côte d’Ivoire depuis début 2023 ».

Sodishop a reçu de nombreuses distinctions. Entre autres, elle a remporté en 2022 le prix de la meilleure plateforme de vente en ligne au Mali aux Africa Business Excellence Awards ; cette même année, elle a participé au Top 35 MEST Africa Challenge Ghana. En 2023, elle a été retenue dans le Top11 du programme ASIP de Startupbootcamp Afritech avec un accompagnement technique d’une valeur de 750 000 $ et un programme d’accélération de trois mois qui se déroulera à Dakar, au Sénégal.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi:

Au Cameroun, la solution numérique Freshbag approvisionne les villes en produits vivriers frais

Published in Solutions

Dans le but de faciliter l’approvisionnement des marchandises chez les détaillants, ce tech entrepreneur a mis en place une solution numérique.

Freshbag est une solution agritech développée par une jeune pousse camerounaise. Elle joue les intermédiaires entre les producteurs ou les coopératives agricoles et les petits détaillants.

La start-up, basée à Yaoundé, a été fondée en 2019 par Brice Ludovic Bindzi Mvogo. En 2020, elle a reçu un financement d’un montant non dévoilé de GreenTec Capital, un fonds d’investissement dédié aux start-ups et aux PME lancé en 2015 en Allemagne par le français d’origine camerounaise Eric Yong, pour soutenir sa croissance.

S’exprimant sur le soutien de GreenTec Capital, Brice Ludovic Bindzi Mvogo a déclaré : « Grâce à Greentec, nous avons maintenant une réelle opportunité de passer en mode croissance, de faire évoluer nos opérations et, à terme, de créer un impact plus important pour les millions de vendeurs de rue à travers l’Afrique. Un rêve maintenant plus proche de devenir une réalité ».

La solution ne dispose pas d’une application mobile. Il faut directement se rendre sur la plateforme Internet de la jeune pousse et s’inscrire comme vendeur si l’objectif est de faire partie du réseau de distributeurs de Freshbag ou comme producteur si c’est pour leur fournir des produits frais. Après cette étape, que ce soit pour un vendeur ou un producteur, la start-up se rend sur place pour effectuer les vérifications d’usage et signer ou non un partenariat avec l’utilisateur.

Par ailleurs, la jeune pousse fait face à un certain nombre de situations au quotidien. Brice Ludovic Bindzi Mvogo a expliqué en septembre 2020 que « les principaux risques sont liés aux personnes que nous servons. Les vendeurs de rue informels — parce qu'ils vivent dans une incertitude constante — sont souvent peu fiables et réticents à s'engager dans des contrats formels. Nos programmes de fidélisation et de récompense permettent en partie de résoudre progressivement ce problème, mais il nous reste encore beaucoup à faire pour changer les attitudes et les comportements ».

Freshbag revendique environ 1 600 producteurs et 700 vendeurs. Le fondateur veut exporter sa solution au-delà du Cameroun et s’étendre aux autres pays d’Afrique subsaharienne.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi:

Cameroun : ComparoShop aide à trouver les meilleures offres dans les magasins en ligne

Published in Solutions

L’une des premières start-up à être labellisée en Algérie par le ministère des Startups, TalabaStore, poursuit sa croissance depuis sa création. Elle se fraye un chemin sur le marché algérien du e-commerce.

TalabaStore est une plateforme de commerce en ligne développée par une jeune pousse algérienne. Elle permet aux utilisateurs d’effectuer des achats en ligne, avec des offres spéciales pour les étudiants, et de se faire livrer à domicile. La start-up, basée à Alger, a été fondée en 2017 par Sami Aliouche.

La solution dispose d’une application mobile accessible uniquement sur Android. L’utilisateur peut ainsi créer son compte avec ses informations personnelles et naviguer sur la plateforme. La création du compte n’est pas indispensable pour surfer sur la plateforme à la découverte des articles qui y sont commercialisés. Entre autres, on retrouve des vêtements, des sacs, des produits informatiques (ordinateurs, tablettes, smartphones, etc.), des produits cosmétiques ou encore des articles de sport.

Il faut souligner que la plateforme a pour objectif d’attirer une caste de clients : les étudiants. Pour cela, elle propose diverses remises et avantages pour leur permettre d’effectuer des achats. « Ainsi, voyons la situation financière de l’étudiant, en général il prend la peine de trop chercher afin de trouver le prix le moins cher sur le marché, TalabaStore est venu pour but de garantir les besoins des étudiants en Algérie », indique la jeune pousse.

Bien que basé dans la capitale Alger, TalabaStore propose des livraisons dans 48 wilayas. Les étudiants d’une grande partie du pays peuvent ainsi accéder à leurs services et bénéficier des avantages. La jeune pousse a été financé par Algerian Startup Fund et est passée par le programme d’incubation de l’Agence nationale de promotion et de développement des parcs technologiques (ANPT), une initiative de l’Etat algérien pour promouvoir une plus grande pénétration technologique dans le pays ; elle a également fait partie du programme d’accélération d’Algeria Venture en partenariat avec Google for Startups.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi:

En Algérie, l’ANPT œuvre pour la mise en place d’un écosystème qui favorise le développement des TIC

Published in Solutions

A travers cette prise de participation, l’IFC soutient indirectement des entreprises en phase de démarrage qui figurent parmi les moins financées d’Afrique. Cette initiative intervient dans un contexte marqué par une baisse de 36 %, à 3,2 milliards $, des levées de fonds des start-up africaines en 2023.

La Société financière internationale (IFC), filiale de la Banque mondiale dédiée au secteur privé, a annoncé le lundi 25 mars un investissement de 10,5 millions de dollars dans le fonds 4DX Ventures destiné aux entreprises technologiques en Afrique. Cet investissement a été réalisé par la nouvelle plateforme lancée en novembre 2022 par l’IFC pour renforcer les écosystèmes de capital-risque en Afrique, au Moyen-Orient, en Asie centrale et au Pakistan.

« En soutenant le développement d'écosystèmes technologiques dans les marchés émergents, la plateforme de capital-risque de l'IFC vise à améliorer l'accès aux services clés, à stimuler la compétitivité des entreprises et à promouvoir la création d'emplois grâce à la transformation numérique », a déclaré Mohamed Gouled, vice-président des industries à l'IFC.

L’investissement de l’IFC dans le fonds 4DX Ventures s’inscrit dans le cadre de l’engagement commun de soutenir les entrepreneurs technologiques dont les innovations aideront l'Afrique à faire un bond en avant dans des domaines critiques tels que le climat, les soins de santé, la fintech, le commerce électronique et l'éducation.

Il intervient dans un contexte marqué par une baisse de 36 % (d'après le cabinet d'études TechCabal Insights), à 3,2 milliards de dollars, des levées de fonds des start-up africaines en 2023. Selon les données de l’IFC, l'Afrique fait partie des régions les moins desservies par le capital-risque, ne recevant que 2 % du volume mondial des opérations de capital-risque au troisième trimestre de 2023.

Ainsi, cet investissement devrait davantage soutenir les entreprises africaines en phase de démarrage sur le continent. Elle permettra d'aider les start-up technologiques prometteuses à créer des entreprises transformatrices et à avoir un impact durable sur le développement du continent.

Samira Njoya

Lire aussi:

La SFI sélectionne 100 start-up dirigées par des femmes pour le programme « She Wins Africa » 

Published in Finance

Dans le but d’aider les populations à avoir les meilleurs prix dans les magasins en ligne, un tech entrepreneur a mis au point une solution sur mesure.

ComparoShop est une solution numérique développée par une jeune pousse camerounaise. Elle permet aux utilisateurs de comparer les prix de nombreux articles en ligne avant éventuellement de commander sur les boutiques en ligne. La start-up, basée à Douala, a été fondée en 2022 par Didier Tagne.

ComparoShop utilise l’intelligence artificielle pour affiner les recherches. Elle ne dispose pas d’une application mobile donc il faut se rendre sur la plateforme via un navigateur. La création d’un compte n’est pas obligatoire puisqu’il est possible d’accéder à plusieurs informations sur la plateforme.

L’utilisateur peut ainsi renseigner le nom du produit dans la barre de recherches pour voir les diverses propositions. Il retrouvera, en fonction de sa situation géographique, les boutiques en ligne qui commercialisent l’article recherché, leurs tarifs et les avis des clients sur ladite boutique. Il peut ainsi comparer le prix de revient, analyser les avis et prendre une décision.

Si l’utilisateur décide d’acheter l’article, il pourra le faire depuis l’interface de ComparoShop. « Alors que les utilisateurs sélectionnent l'offre de leur choix sur ComparoShop, l'achat est effectué via les boutiques en ligne (qui sont liées à notre site). En cliquant sur le bouton "Voir l'offre" sur ComparoShop, vous serez redirigé vers un site externe pour compléter votre achat. Toutefois, si la boutique en ligne n'a pas de site web mais plutôt une page sur un réseau social, ComparoShop en informera la boutique afin qu'elle puisse vous contacter pour la livraison », explique la start-up, accessible uniquement au Cameroun et en Algérie.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi:

La Camerounaise Armelle Touko met à la disposition des enfants des livres africains numériques

Published in Solutions
Page 1 sur 49

Please publish modules in offcanvas position.