Solutions

Solutions (538)

La livraison au dernier kilomètre est en pleine croissance en Afrique. Ce segment est soutenu par la croissance du commerce électronique sur le continent et les tech entrepreneurs locaux proposent des solutions de plus en plus adaptées aux populations africaines.

Yoboresto est une solution de livraison de nourritures développée par une start-up gabonaise. Elle permet aux utilisateurs de passer des commandes dans plusieurs restaurants de la ville de Libreville depuis une application mobile et de se faire livrer dans un délai de 40 minutes à 1 heure, en fonction de la distance entre le restaurant et le lieu de livraison. La start-up, basée dans la ville où elle opère, a été fondée en 2018 par Anthony Marat.

L’application est accessible sur iOS et sur Android où elle a déjà été téléchargée plus de 10 000 fois, d’après les données de Play Store. Pour s’inscrire, il faudra remplir un formulaire en renseignant nom, prénom, numéro de téléphone, adresse e-mail et créer un mot de passe. Après cette étape, il est possible de passer les commandes dans les restaurants partenaires de la start-up depuis le confort de son bureau ou de sa maison.

La liste des restaurants est accessible sur la plateforme, mais il est possible de rechercher de façon spécifique un restaurant en saisissant le nom de l’enseigne dans la barre de recherche. Si l’utilisateur cherche à se faire vite livrer, il peut effectuer cette recherche en fonction du quartier pour trouver les enseignes les plus proches ou alors en fonction du type de cuisine que propose les restaurants. Par exemple, la recherche en fonction « des cuisines africaines » exclura d’office les fast-foods ou les restaurants chinois ou encore indiens.

L’utilisateur, en cliquant sur un restaurant, pourra accéder au menu et aux prix des repas, aux heures d’ouverture et de fermeture, aux photos du restaurant, à la note (sur 5 étoiles) et aux commentaires des personnes qui ont déjà commandé sur le restaurant, etc. Yoboresto fait le nécessaire pour qu’il y ait toutes les informations nécessaires pour opter pour une commande plutôt qu'une autre, pour un restaurant plutôt qu’un autre.

Outre la commande de nourritures en ligne, Yoboresto accorde des points bonus à ses utilisateurs, ce qui permet de profiter des réductions dans plusieurs enseignes de la plateforme. Aussi, une fonctionnalité permet de faire des réservations dans les restaurants pour un déjeuner ou un dîner. En ce qui concerne les promoteurs de restaurants, la start-up a mis en place une procédure pour se faire enregistrer sur sa plateforme. Il faudra suivre la procédure et fournir un certain nombre d’informations pour que cela se fasse éventuellement.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi:

Au Gabon, Pozi aide les particuliers et les gestionnaires de flotte à tracker leurs véhicules

Posted On vendredi, 19 avril 2024 13:47 Written by

Dans le but de faciliter l’accès aux soins aux populations, une start-up béninoise a mis en place une application d’e-santé. Elle intègre plusieurs fonctionnalités qui permettent aux patients de se faire soigner.

goMediCAL est une solution d’e-santé développée par la jeune pousse béninoise Open SI, fondée en 2013 par Gilles Kounou. Elle permet aux utilisateurs de prendre des rendez-vous médicaux, de s’informer sur les pharmacies de garde, de disposer d’un carnet de santé numérique ou encore d’effectuer des téléconsultations. La solution a été lancée en 2017.

L’application est uniquement accessible sur Android où elle a déjà été téléchargement plus de 10 000 fois. L’utilisateur se crée un compte avec son adresse e-mail et accède aux divers services de la solution. Pour rechercher un médecin, il suffit d’effectuer la recherche au niveau de la barre dédiée en fonction de son patronyme ou de sa spécialité, qu’il soit un spécialiste ou un généraliste. Ainsi, en recherchant un médecin en fonction de son nom ou de l’un de ses prénoms il est possible de trouver tous les médécins de la plateforme portant aussi lesdits nom ou ledit prénom. Par contre, en fonction de la spécialité, vous retrouvez tous les spécialistes de la plateforme dans la spécialité choisie.

Il faut souligner que goMediCAL intègre également les assurances. L’utilisateur qui en dispose suivra sa procédure et choisira son assurance préalablement enregistrée sur la plateforme. Il est également possible de payer les frais médicaux pour un proche, que vous résidiez au Bénin ou à l'étranger. En ce qui concerne les médecins de la plateforme, ils tiennent un agenda numérique qui leur permet de travailler en fonction de leur disponibilité. Cette option offre plus de flexibilité. La solution d’e-santé revendique plus de 300 médecins, 60 centres de santé et 250 rendez-vous journaliers.

goMediCAL a reçu plusieurs distinctions, notamment en 2018 où la plateforme de santé numérique s’est vue décerner le prix Afric’innov de la Banque mondiale, l’Agence française de développement (AFD) et l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF). Lors de la Conférence internationale des ministres de la santé et des TIC sur la sécurité des soins de santé en Afrique (CIMSA), elle finit sur la troisième marche du podium aux Awards des start-up dans le secteur de la santé.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi:

Gilles Kounou, prodige béninois du digital

L’Afrique s’empare de la tech pour bâtir un système de santé plus performant

Posted On vendredi, 19 avril 2024 08:55 Written by

Après l'échec de leur première start-up, deux tech entrepreneurs ont décidé de se lancer dans une nouvelle aventure. Ils se sont tournés vers les technologies financières, un segment en vogue sur le continent.

Futa est une solution fintech développée par une jeune pousse camerounaise. Elle permet aux utilisateurs d’envoyer et de recevoir de l’argent via mobile money et de payer du temps d’antenne et des forfaits chez les opérateurs télécoms. La start-up, basée à Douala, a été fondée en 2022 par Grace Jerolgan et Daniel Dang.

« Notre vision est de construire la banque moderne pour l'Africain moderne. Nous voulons être plus une banque contemporaine qu'une application de paiement afin de permettre même à l'agriculteur au fin fond du village d'envoyer et de recevoir de l'argent en toute sécurité, d'accéder aux prêts et même aux opportunités d'investissement avec ou sans Internet », explique la jeune pousse.

L’application est disponible uniquement sur Android où elle a déjà été téléchargée plus de 5 000 fois. Pour les utilisateurs d’iOS, il faudra se connecter sur la version web de Futa « et cliquez sur le pop-up "Installer" et suivre les étapes. Un raccourci de l'application web sera installé sur votre écran d'accueil comme n'importe quelle application et vous pourrez alors utiliser Futa comme vous le faites avec vos autres applications ».

Après cette étape, l’utilisateur s’inscrit et crée un compte avec son nom, sa ville et son numéro de téléphone. Ensuite, il pourra accéder aux divers services, notamment ceux d’envoi et de réception de fonds ou encore d’achat de forfait. Il faut souligner que Futa donne la possibilité à l’utilisateur de gérer plusieurs comptes d’argent mobile de son tableau de bord. La fintech facture entre 0 et 1,5% selon le type de transaction.

Futa revendique plus de 4 000 utilisateurs, plus de 24 300 transactions ont été traitées par l’application.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi:

Côte d’Ivoire : avec son application mobile, Mama Care accompagne les femmes enceintes pendant la grossesse

Posted On mercredi, 17 avril 2024 15:17 Written by

Dans le but de faciliter la prise en charge des grossesses en Afrique, une tech entrepreneure franco-béninoise a lancé une solution e-santé sur mesure pour les femmes enceintes.

Mama Care est une solution e-santé développée par la jeune pousse franco-ivoirienne Susu, spécialisée en assurance-santé. Elle permet, avec son application mobile, aux femmes enceintes de bénéficier d’un accompagnement médical et de conseils pratiques tout au long de la grossesse et durant les premiers mois du bébé. La start-up, basée à Lyon en France avec des bureaux locaux à Abidjan (Côte d’Ivoire), Dakar (Sénégal) et Douala (Cameroun), a été fondée en 2019 par la franco-béninoise Bola Bardet.

Pour développer sa technologie, élargir ses offres et soutenir sa croissance sur le continent, Susu a réalisé plusieurs levées de fonds. En mars 2022, elle a réussi un cycle de financement d’un montant de 1 million $ puis un montant de 4,5 millions $ en décembre 2023. S’exprimant sur cette dernière levée de fonds, Bola Bardet affirme : « notre mission est de démocratiser l’accès à la santé sur l’ensemble du continent africain, en proposant des solutions innovantes pour une prise en charge de qualité, et pour le financement de la santé de nos bénéficiaires. [...] Cette levée de fonds va nous permettre de poursuivre notre développement et de concrétiser notre ambition de transformer le quotidien de millions d’Africains ».

L’application Mama Care a été lancée en juillet 2022. Elle est accessible sur iOS et sur Android où elle a déjà été téléchargée plus de 50 000 fois. La femme enceinte, après le téléchargement de l’application, devra se créer un compte pour accéder aux divers services de Mama Care. Entre autres, pour le suivi et la prise en charge, elle inclut les échographies, les prises de sang, les consultations, les bilans complets ou encore les visites de sage-femmes à domicile. Elle a également droit aux conseils personnalisés et aux informations sur l’alimentation et l’hygiène de vie.

« Mama Care couvre financièrement l’ensemble des consultations prénatales et postnatales de la future maman, ainsi que son accouchement, en partenariat avec les meilleures cliniques et hôpitaux de Côte d’Ivoire », explique la start-up.

Elle propose trois formules pour profiter de ses offres. « Mama Light » est accessible à partir de 5 000 FCFA (environ 8 $) par mois, Mama Zen à partir de 20 000 FCFA par mois et Mama Plus à partir de 60 000 FCFA par mois. Par ailleurs, bien que la plateforme soit disponible en Côte d’Ivoire, au Sénégal et au Cameroun, certains services ne sont pas encore accessibles dans les deux derniers pays cités.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi:

À Madagascar, mTomady utilise le mobile money pour favoriser l'accès à la santé pour tous

Au Mali, Denko aide à suivre les femmes enceintes pendant la grossesse

Posted On mardi, 16 avril 2024 11:41 Written by

Avec la version Android de son application mobile téléchargée plus de 100 000 fois, cette fintech nigériane poursuit son aventure. Son passage à Y Combinator en 2019 lui a permis d’accéder à des fonds pour développer sa technologie et soutenir sa croissance.

CredPal est une solution fintech développée par une start-up nigériane. Elle permet aux utilisateurs d’accéder à divers services financiers, en l’occurrence d’économiser, d’investir, d’acheter maintenant et payer plus tard (BNPL), depuis son application mobile. La start-up, basée à Lagos, a été fondée en 2018 par Fehintolu Olaogun et Olorunfemi Jegede. En mars 2022, la firme a levé 15 millions $ pour élargir ses offres et soutenir sa croissance sur le continent.

S’exprimant sur cette levée de fonds, Fehintolu Olaogun affirme : « nous avons créé une suite de marchands pour répondre aux besoins de ceux qui ont des sites de commerce électronique à part entière, de ceux qui ont des magasins de briques et de mortier et de ceux qui ont font du commerce social. [...] notre technologie permet aux consommateurs de se connecter à l’interface de CredPal à travers une large gamme de canaux ».

La fintech rejoint la cohorte Hiver 2019 de l’accélérateur californien Y Combinator et se positionne sur le marché nigérian en mettant en avant son offre BNPL. La levée de fonds évoquée plus haut a facilité le déploiement des services sur un segment de niche des technologies financières. L'utilisateur crée un compte lorsqu’il arrive sur l’application mobile qui est accessible sur Android et sur iOS. Il devra fournir ses informations personnelles, ce qui lui permettra d’accéder à tous les services financiers proposés par la fintech.

Outre le BNPL, CredPal propose l’épargne, la carte de crédit virtuelle et le « Credit Builder ». Ce dernier service permet aux clients de lutter « contre un historique de crédit médiocre, en leur donnant accès au crédit par le biais d'investissements. Cet outil permet aux clients de démontrer leur capacité à rembourser leurs dettes dans les délais impartis, ce qui améliore leur score de crédit et leur assure un avenir financier plus radieux ».

Quant à la carte de crédit, il a été mis en place pour, selon Fehintolu Olaogun, augmenter la portée du service BNPL. L’épargne permet de collecter des points afin d’accéder à des crédits de plus en plus importants. La fintech prête entre au 5 000 (environ 4,34 $) et 500 000 nairas à ses utilisateurs en fonction de leur éligibilité. Ils ont entre 30 et 180 jours pour effectuer le remboursement après avoir versé un acompte de 30 %. Les taux d'intérêt varient de 4 à 9 %.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi:

Nigeria : Lendsqr, une plateforme de crédit pour les petits et moyens prêteurs

Posted On lundi, 15 avril 2024 14:24 Written by

Dans le but de révolutionner la chaîne d’approvisionnement en produits pharmaceutiques, plusieurs tech entrepreneurs ont décidé d’unir leurs forces pour proposer une solution sur mesure. La start-up est en pleine croissance et entend s’étendre à plusieurs pays du continent.

Grinta est une solution e-santé développée par une jeune pousse égyptienne. Elle permet aux pharmacies de se ravitailler en médicaments via ses plateformes web et mobile. La jeune pousse, basée au Caire, a été fondée en 2022 par Hamza Tag, Yosra Badr, Mohamed Azab et Ali Youssef. Son objectif est de devenir la principale plateforme de vente en gros de médicaments, de produits cosmétiques et de fournitures médicales et le principal intermédiaire entre les laboratoires pharmaceutiques et les pharmacies en Afrique.

Grinta se donne les moyens de ses ambitions, car pour atteindre ses objectifs, elle a effectué plusieurs acquisitions d’entreprises opérant dans son secteur d’activité. En août dernier, elle s’est procuré Auto Cure, une plateforme de commerce électronique business-to-business au service des pharmaciens indépendants dans la ville d’Alexandrie, soutenant sa croissance dans cette partie du pays. « L'acquisition d'Auto Cure témoigne de l'engagement de Grinta à fournir de la valeur à ses clients et à accroître sa présence sur le marché égyptien », explique Mohamed Azab, commentant sa nouvelle acquisition.

Il faut souligner que Grinta dispose d’une application mobile accessible sur iOS et sur Android. Il faudra pour les pharmacies créer un compte pour accéder à sa chaîne d’approvisionnement. Entre autres, elles pourront se réapprovisionner via les distributeurs numériques, gérer leurs stocks et leurs ventes, accéder à des contenus éducatifs ou encore à des financements ou des prêts.

« Nous permettons à nos clients d'acheter les produits pharmaceutiques et les fournitures dont ils ont besoin et leur fournissons des outils pour gérer leurs fonds de roulement et leurs stocks, grâce à une plateforme facile à utiliser et inclusive, leur permettant ainsi de donner la priorité aux soins de leurs patients », explique la jeune pousse.

En plus de son pays d'origine, l'Egypte, la plateforme d’e-santé, qui revendique avoir desservi plus de 7 000 pharmacies et livré plus de 200 000 commandes en août 2023, est également présente en Tanzanie. Elle a des ambitions d’expansion et la version Android de son application mobile a déjà été téléchargée plus de 10 000 fois, selon Play Store.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi:

Burkina Faso : Esante Company résout les problèmes d'insuffisance de professionnels de santé avec son application

Posted On vendredi, 12 avril 2024 15:33 Written by

Dans le but d’aider les émigrants africains à s’installer en France, trois tech entrepreneurs de différents pays d’Afrique ont mis en place une solution financière sur mesure.

Moneco est une solution fintech lancée en 2022 par l’Algérien Bilal Dahlab, le Béninois Jimmy Kuassi Kumako et le Malgache Shams Radjabaly. Elle permet aux utilisateurs d'ouvrir un compte en euro, de disposer d'une carte de paiement VISA internationale et d'effectuer des virements partout en Europe ou entre utilisateurs Moneco. La start-up, basée en France, a déjà levé environ 1 million $ pour développer sa technologie et soutenir sa croissance.

La solution dispose d’une application mobile accessible sur iOS et sur Android. L’utilisateur aura juste à créer son compte « avec un passeport et un selfie ». Néanmoins, il est indispensable de disposer d’une adresse physique en France pour finaliser la création d’un compte chez Moneco. Après cette étape, il peut commander une carte Visa qui lui permettra d’effectuer des paiements et d’autres transactions financières. L’objectif à terme de la fintech est de devenir un guichet unique où tous les besoins financiers seront satisfaits.

Il faut signaler qu’il faut débourser 20 euros pour accéder à sa carte de débit Moneco et payer des frais mensuels établis à 1,5 euro. L’utilisateur débourse également 1,5 euro s’il veut effectuer des retraits hors de France mais dans la zone Euro. Par ailleurs, les virements, la tenue de compte, les prélèvements, les transferts à un autre utilisateur Moneco, les paiements par carte dans la zone Euro ou encore l’ouverture de compte sont gratuits.

La fintech a fait partie de la cohorte Eté 2022 de l’accélérateur californien Y Combinator. Depuis son lancement, la version Android de son application mobile a déjà été téléchargée plus de 5 000 fois, d’après Play Store.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi:

Avec MaishaPay, le Congolais Landry Ngoya permet d’envoyer et de recevoir de l’argent partout dans le monde

Posted On mardi, 09 avril 2024 17:01 Written by

Après une formation en informatique, ce tech entrepreneur a voulu démocratiser les formations dans ce secteur pour personnes en quête de nouveaux défis. Sa start-up a mis en place des formations adaptées aux besoins du continent dans le contexte de l’accélération de la transformation numérique.

Xarala Academy est une solution d’e-learning développée par une jeune pousse sénégalaise. Elle permet aux utilisateurs de se former dans divers domaines ayant trait aux technologies de l’information et de la communication depuis ses plateformes web ou mobile. La start-up, basée à Pikine, a été fondée en 2017 par Ousseynou Diop. Le mot « xarala » vient du wolof, une langue locale parlée au Sénégal, et signifie « la technologie ».

« Nous croyons fermement que l'éducation a le pouvoir de transformer – pas seulement des individus, mais des communautés et des nations entières. Notre vision s'ancre dans la conviction que chaque talent africain formé est un pas de plus vers un avenir meilleur, où la technologie est un levier pour améliorer les vies », indique Ousseynou Diop.

La solution dispose d’une application mobile accessible sur iOS et sur Android. L’utilisateur se crée un compte puis accède aux différentes formations que propose l’edtech. Entre autres, il peut se former en développement web et mobile, en cybersécurité, en design, en marketing digital ou encore en gestion des projets. La plupart des formations proposées par la jeune pousse sénégalaise s’étalent sur une durée de douze semaines.

Néanmoins, il faut souligner qu’elles sont adressées aux néophytes et l’edtech juge que cette période est suffisante pour acquérir les compétences nécessaires dans le domaine choisi. Les néophytes ne sont pas forcément des personnes diplômées dans d’autres filières d’étude. En effet, l’edtech sénégalaise n’impose pas de niveau d’étude pour accéder ses formations. Elles sont ouvertes à tout le monde à condition de savoir lire et écrire.

Xarala Academy est accessible tous les jours de la semaine et 24 heures sur 24. Elle revendique plus de 6 000 apprenants sur ses plateformes web et mobile et la version Android de son application mobile a déjà été téléchargée plus d’un millier de fois, d’après Play Store.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi:

Sénégal : Socium numérise les processus de ressources humaines pour les entreprises

Posted On lundi, 08 avril 2024 11:52 Written by

Dans le but de faciliter l’achat de médicaments aux populations dans les langues locales, des jeunes tech entrepreneurs ont mis en place une solution. Elle a remporté le premier prix lors de l’édition 2023 de l’Orange Summer Challenge.

Seribox est une solution d’e-santé développée par le Groupe Sily. Elle utilise l’intelligence artificielle et l’Internet des objets pour permettre aux utilisateurs de se procurer des médicaments en utilisant les langues locales. Avec à sa tête Youssouf Djafara Diallo, le groupe Sily a présenté pour la première fois sa solution en 2023 lors de l’Orange Summer Challenge, une compétition organisée par l’opérateur télécoms Orange qui a réuni des étudiants de diverses universités de 15 pays d’Afrique et du Moyen-Orient.

Seribox est un distributeur de médicaments sur lequel l'on achète depuis un smartphone installé comme terminal de commande. Il suffit d’appuyer sur le bouton ayant l’icône de micro, comme pour effectuer une note vocale sur les applications de discussions instantanées, pour passer commande dans la langue locale de votre choix. Dans la vidéo expliquant le fonctionnement du processus, Youssouf Djafara Diallo a passé des commandes en soussou et en peulh, deux langues locales parlées en Guinée.

Le système répond dans la langue de commande en prenant le soin de répéter le nom du médicament commandé et de dire son prix. Il le transfère automatiquement dans le panier de commande et il est possible d’ajouter une autre commande au panier. Après cette étape, l’utilisateur valide sa commande en appuyant sur le bouton éponyme de couleur verte. Le terminal affiche ainsi un code QR qui permet de régler la facture depuis l’application Orange Money. Le paiement confirmé, le distributeur sort les médicaments commandés et l’utilisateur peut s’en saisir sans problème.

Néanmoins, il faut signaler que Seribox ne sert pas les médicaments nécessitant une ordonnance médicale sans celle-ci. Les médecins doivent se rendre sur une plateforme dédiée et s’authentifier pour pouvoir prescrire des ordonnances utilisables sur la Seribox. Ils ont la possibilité de prescrire quatre médicaments par ordonnance et une fois effectuée, le système délivre un code QR. L’utilisateur peut prendre la photo de celle-ci ou se faire imprimer cela sur du papier pour passer sa commande auprès de la Seribox. Par ailleurs, il est également possible d’annuler une commande en le faisant savoir au dispositif par une note vocale.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi:

Guinée : Senditoo permet d’envoyer des crédits téléphoniques et de l'argent via son application mobile

Posted On vendredi, 05 avril 2024 12:45 Written by

Ingénieur télécoms de formation, ce tech entrepreneur a switché vers le secteur des assurances après quinze ans de carrière. Avec son application mobile, téléchargée plus d’un millier de fois sur Play Store, il veut faciliter l’accès aux polices d’assurance pour les populations africaines.

Assuraf est une solution insurtech développée par une jeune pousse sénégalaise. Elle permet aux utilisateurs d’acheter des polices d’assurance en ligne depuis le confort de leur maison ou de leur bureau. La start-up, basée à Dakar, a été fondée en 2018 par Souleymane Gning (photo, à gauche). Depuis son lancement, elle a déjà capté environ 200 000 $ pour développer sa technologie et soutenir sa croissance.

« Notre laboratoire d'innovation vise des produits disruptifs, des modèles économiques et des couvertures ultra-personnalisées ; et sert de conseiller numérique et d'usine logicielle pour la chaîne de valeur de l'industrie (assureurs, réassureurs, courtiers, utilisateurs finaux, etc.) et l'écosystème de partenaires », a indiqué la jeune pousse sur le réseau social LinkedIn.

L’application mobile est accessible sur iOS et sur Android. L’utilisateur télécharge l’application et se crée un compte. Il a accès, à partir de ce moment, aux diverses polices d’assurance que propose la jeune pousse sénégalaise. Entre autres, Assuraf propose des assurances auto/moto, habitation, voyage, santé ou encore vie. Il peut même obtenir un devis gratuit en quelques minutes en fournissant les informations nécessaires pour une telle évaluation.

Si le devis est validé, Assuraf permet d’effectuer toutes les procédures en ligne. Ses plateformes web et mobile, accessibles tous les jours de la semaine et 24 heures sur 24, permettent de payer en ligne et de fournir tous les documents nécessaires pour finaliser les contrats. Outre ce volet, il est également possible de signaler un sinistre.

Par exemple, si c’est le cas d’un accident de la circulation impliquant une voiture assurée à partir d’Assuraf, l’utilisateur remplira un formulaire dans lequel il fournira les informations telles que le type d’assurance, le numéro de police, la date du sinistre, l’heure du sinistre ou encore le véhicule impliqué si éventuellement depuis son compte, il a fait assurer plusieurs véhicules. De là, la jeune pousse s’occupe du traitement des informations et s’assure que la procédure aille au bout.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi:

Nigeria : Haba simplifie l’accès aux assurances via son application mobile

Posted On jeudi, 04 avril 2024 11:41 Written by
Page 1 sur 39

Please publish modules in offcanvas position.