Solutions

Solutions (579)

Dans le but de permettre aux populations d’effectuer des achats plus facilement, une fintech a mis en place une solution qui est une alternative aux crédits traditionnels.

Payflex est une solution fintech développée par une jeune pousse sud-africaine. Elle permet aux utilisateurs d’accéder à des services financiers, en l’occurrence le paiement différé. La start-up, basée dans la ville de Johannesburg, a été fondée en 2017 par Paul Behrmann. Depuis son lancement, la jeune pousse a déjà levé 500 000 $ pour soutenir sa croissance.

L’application est accessible sur iOS, Android et Huawei. L’utilisateur, après téléchargement, devra se créer un compte avec ses informations personnelles pour accéder aux services financiers proposés par la fintech. Le paiement différé est le produit phare de Payflex qui permet aux clients de payer en 4 versements, à raison de 25% à l’achat puis des versements de 25% chaque deux semaines. Après le premier versement, l’utilisateur sera livré et pourra jouir de son bien. C’est un atout marketing qui augmente, selon la fintech, les ventes de ses boutiques partenaires de 30%.

Payflex affiche une limite de dépenses à ses utilisateurs. S’il est un bon payeur, cette limite peut augmenter pour lui mettre de faire plus d’achats. Il faut néanmoins souligner que la fintech ne facture pas des intérêts supplémentaires lorsque l’utilisation opte pour ses services. Les intérêts entrent en jeu lorsqu’une échéance est ratée et dans le même temps, la fintech veille à diminuer le plafond de dépenses.

Bien que les crédits ne soient pas développés sur le continent pour diverses raisons, en l’occurrence l’exclusion financière, les services de Payflex sont de plus en plus adoptés par les populations sud-africaines. En novembre 2021, la fintech a été rachetée par une firme australienne qui veut étendre ses activités sur le continent. Ceci n’a pas empêché la progression de la start-up dont la version Android de l’application mobile a déjà été téléchargée plus de 100 000 fois, d’après les données de Play Store.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi :

Nigeria : Carbon propose des services bancaires en ligne

Posted On mercredi, 13 décembre 2023 16:27 Written by

De plus en plus d'entrepreneurs africains se tournent vers Internet pour trouver ou élargir leurs marchés. Pour leur faciliter la tâche, la start-up kenyane les aide à gérer plusieurs aspects du fonctionnement de leur business en ligne, et à s'y construire une véritable présence.

Tappi est une solution numérique développée par une jeune pousse kényane. Elle permet aux utilisateurs, en l’occurrence les propriétaires de petites et moyennes entreprises, d’accéder à divers outils de marketing pour faciliter la gestion et la promotion de sa boutique en ligne. La start-up, basée à Nairobi, a été fondée en 2022 par Kenfield Griffith et Louis Majanja. Le mercredi 6 décembre, elle a annoncé la réussite d’un tour de table d’un montant de 1,5 million $ pour, entre autres, développer sa marque, attirer des talents et renforcer sa présence au Kenya et au Nigeria.

« Nous sommes reconnaissants d'être soutenus par d'excellents investisseurs qui partagent notre vision et notre mission, à savoir exploiter le potentiel inexploité des marchés informels des PME en Afrique, en particulier dans les secteurs de services négligés tels que la restauration, la mode, l'agriculture, la santé et les soins de beauté. Nous sommes impatients de donner aux PME africaines les moyens d'agir en leur fournissant une identité de confiance en ligne pour trouver des clients », a indiqué Kenfield Griffith dans le cadre de la levée de fonds.

La solution dispose d’une application mobile accessible uniquement sur Android. L’utilisateur, après téléchargement, crée son profil et renseigne les informations relatives à son entreprise. Avec la fonctionnalité d’intelligence artificielle intégrée à l’application, il peut rédiger une description commerciale sur-mesure pour son entreprise. « Nous avons constaté que la plupart de ces entreprises n'ont pas les ressources nécessaires pour rédiger correctement leurs annonces, d'où des annonces peu performantes. L'outil leur permet donc d'entrer des détails sur leur entreprise et d'obtenir des textes publicitaires », explique Kenfield Griffith.

Avec ces données, la jeune pousse crée une plateforme web, ce qui permet à l’entreprise d’être indexée par les moteurs de recherche, en l’occurrence Google qui concentre une grande part du marché dans le secteur. Depuis son compte Tappi, l’utilisateur peut créer des publicités sur les différents réseaux sociaux, publier des annonces, trouver des clients en ligne et recevoir leurs avis ou encore bâtir une e-réputation.

Depuis son lancement, l’application mobile de la jeune pousse a déjà été téléchargée plus d’un millier de fois.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi :

Le Nigérian Evans Akanno fournit aux entrepreneurs un outil sans code de création de sites Web piloté par l’IA

Posted On jeudi, 07 décembre 2023 13:46 Written by

Avec le développement de l'e-commerce sur le continent, les services de livraison sont devenus incontournables. Dans le royaume chérifien, un tech entrepreneur s’est lancé dans l’aventure de la livraison au dernier kilomètre.

Kaalix est une solution technologique développée par une start-up marocaine. Elle permet aux utilisateurs d’accéder à des services de livraison depuis leur smartphone ou leur ordinateur. La start-up, basée à Casablanca, a été fondée en 2019 par Ilyess Hammouda.

La solution dispose d’une application mobile accessible sur iOS et sur Android. L’utilisateur, après téléchargement, devra s’inscrire en renseignant ses données personnelles telles que nom, prénom ou encore l’adresse e-mail. Il pourra ensuite accéder aux divers services, en l’occurrence la commande de nourritures dans les restaurants, les achats en ligne dans les boutiques (épiceries, magasins, supermarchés, etc.) ou l’accès direct à un coursier. Pour ce dernier service, l’utilisateur peut avoir besoin d’un coursier pour récupérer un colis dans la ville, indépendamment d’une livraison après une commande dans une enseigne ou un restaurant partenaire de la start-up.

En ce qui concerne les restaurants et les boutiques sur l’application, l’utilisateur accède au menu ou au catalogue de l’enseigne de son choix et effectue ses courses. Après cette étape, il renseigne sa position et se fait livrer. Il faut signaler qu’il est possible de suivre la position du livreur en temps réel depuis l’application mobile et que les tarifs appliqués par Kaalix sont fonction de la situation géographique de l’utilisateur.

En 2021, la start-up s’allie à la plateforme de commerce électronique Marjane pour agrandir sa clientèle. Depuis son lancement, Kaalix est en pleine croissance dans le royaume chérifien. D’après les données de Play Store, la version Android de l’application mobile a déjà été téléchargée plus de 100 000 fois.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi :

Le Maroc s’allie à l’américain Oracle pour développer les compétences numériques dans l'enseignement supérieur

Posted On mercredi, 06 décembre 2023 17:19 Written by

Dans le but de faciliter la tâche aux propriétaires de véhicules, un tech entrepreneur s’est lancé à l’assaut du marché du dépannage. Avec son équipe, ils ont mis en place une solution numérique sur-mesure.

Spana est une solution numérique développée par une jeune pousse tanzanienne. Elle permet aux utilisateurs, en l'occurrence les propriétaires de véhicules, de se connecter à des mécaniciens en cas de panne ou pour l’entretien de leurs véhicules, et d’accéder à des vendeurs de pièces de rechange depuis leur smartphone via une application mobile. La start-up, basée à Dar es Salaam, a été fondée en 2023 par Julius Mbungo.

« En Tanzanie, le paysage automobile est principalement façonné par le marché des voitures d'occasion ; ce marché dépend fortement du marché des pièces détachées, dont une importante part est malheureusement contrefaite. Cet afflux de pièces contrefaites entraîne des pannes fréquentes, obligeant les propriétaires de voitures à supporter des coûts d'entretien quatre fois plus élevés que nécessaire », indique Julius Mbungo.

L’application est accessible sur Android et sur iOS. L’utilisateur doit la télécharger dans un premier temps pour accéder aux divers services de la solution. Qu’il soit à la recherche d’un mécanicien non loin de sa situation géographique ou d’un vendeur de pièces détachées, il lui suffira de renseigner les informations nécessaires et l’algorithme de Spana lui fournit une liste de professionnels pouvant régler son problème. L’utilisateur pourra, en fonction de la liste proposée, comparer les prix des différents prestataires et opter pour celui qui lui convient le mieux.

La start-up dispose d’une cinquantaine de garages et d’une centaine de mécaniciens dans sa base de données. Elle est actuellement présente à Dar es Salam et à Dodoma et veut déjà s’étendre à plusieurs pays du continent dans les prochains mois. Outre la Tanzanie, des tests ont déjà été réalisés en Namibie et au Kenya avec plus ou moins de succès. Depuis son lancement, la version Android de son application mobile a été téléchargée plus de cinquante fois.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi :

L’Institut tanzanien pour l’éducation s’allie à la start-up sud-africaine Snapplify pour fournir des services numériques

Posted On lundi, 27 novembre 2023 16:51 Written by

Le paiement différé n’est pas démocratisé sur le continent. Les jeunes pousses de technologies financières proposent diverses solutions pour introduire ces types de services dans le quotidien des populations.

Sympl est une solution numérique développée par une jeune pousse égyptienne. Elle permet aux utilisateurs d’acheter en ligne et de payer plus tard ou encore d’épargner des fonds. La start-up, basée dans la ville du Caire, a été fondée en 2021 par Karim Tawfik, Mohamed El-Shabrawy El-Feky et Yasmine Mohamed Henna. Depuis son lancement, la jeune pousse a levé 6 millions $ pour entre autres accélérer sa croissance.

S’exprimant sur la levée de fonds de 6 millions $ réussis en 2021, Mohamed El-Shabrawy El-Feky indique : « cette levée de fonds et le soutien de BECO Capital, A15 et Global Ventures, qui reconnaissent la capacité de Sympl à se développer et à bouleverser le secteur des paiements différés en Egypte, témoignent de l'énorme opportunité de marché ».

La start-up est en constante progression depuis lors, et la version Android de son application mobile, également accessible sur iOS et sur l’AppGallery de Huawei, a déjà été téléchargée plus de 50 000 fois, d’après les données de Play Store. Pour accéder aux différents services, il faut se rendre sur la plateforme web ou l’application mobile, et acheter dans les boutiques partenaires de Sympl.

Au moment du paiement, l’utilisateur choisit un plan de paiement. Il a le choix entre effectuer un paiement en trois, quatre ou encore cinq paiements sans intérêt sur une base hebdomadaire, bihebdomadaire ou mensuelle après le versement d’un acompte ou non. Il entre ensuite son numéro de téléphone et paye les frais du service. Après cette étape, l’utilisateur peut finaliser l’achat et accéder dans l’application mobile à son échéancier de paiements.

La start-up dispose d’une application pour les commerçants qui souhaitent rejoindre l’univers de Sympl. Ils pourront y ouvrir leur boutique en ligne et suivre l’évolution des remboursements de leurs clients sans difficulté. Plus tôt dans le mois, la fintech a été sélectionnée pour faire partie de la cohorte 2023 du programme Visa Africa Fintech Accelerator.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi :

Avec ses plateformes web et mobile, Grey permet aux Nigérians d'accéder aisément aux services financiers

Posted On lundi, 20 novembre 2023 14:24 Written by

La sous-bancarisation des populations africaines a contribué à la prolifération des jeunes pousses dans le secteur des technologies financières. Elles proposent ainsi des solutions fintechs de plus en plus novatrices.

Konnect est une solution fintech développée par une start-up tunisienne. Elle permet aux utilisateurs d’envoyer et de recevoir de l’argent, de commander des biens et services en ligne et de payer les commerçants ou les livreurs par QR code, d’acheter du temps d’antenne ou encore de disposer des liens de paiement. La start-up, basée dans la ville de Tunis, a été fondée en 2021 par Amin Ben Abderrahman. Depuis son lancement, elle a levé environ 500 000 dinars tunisiens (environ 160 540 $) pour développer sa technologie et accélérer sa croissance.

La solution dispose d’une application mobile accessible sur iOS et sur Android. L’utilisateur, qu’il soit sur la plateforme web ou l’application mobile, devra se créer un compte pour accéder aux divers services de la fintech. Que ce soit pour les particuliers, les entreprises ou encore les jeunes pousses, il est possible de suivre les paiements reçus en temps réel, de suivre l’évolution des revenus, de recevoir des notifications en cas de transactions financières ou encore d’accéder à une interface d’administration privée.

Outre les cartes bancaires Visa et MasterCard, Konnect intègre également la solution tunisienne de paiement Flouci développée par Kaoun. En ce qui concerne les frais de transactions, la fintech perçoit 1,6 % sur les montants transférés. En novembre 2023, elle a été sélectionnée avec 22 autres start-up africaines pour le Visa Africa Accelerator Program.

S’exprimant sur le sujet, Amin Ben Abderrahman affirme : « notre intégration au programme Visa Accelerator témoigne de notre engagement indéfectible envers l’innovation et la transformation de la fintech en Tunisie ». La version Android de son application a été téléchargée plus d’un millier de fois, d’après les données de Play Store.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi :

En Tunisie, Flouci se mue en banque mobile pour faciliter les transactions financières grâce à la blockchain

Posted On vendredi, 17 novembre 2023 16:54 Written by

Déterminés à fournir aux Africains une plateforme de réseau social conçu pour eux, trois jeunes Africains se sont lancés dans l’aventure de l’entrepreneuriat numérique. Leur solution Umojja signifie « unité » en kiswahili, une langue bantoue parlée dans plusieurs régions du continent.

Umojja est une plateforme de réseau social développée par une start-up congolaise. Elle permet aux utilisateurs d’accéder à divers contenus de créateurs, aux informations et aux moments personnels partagés par d’autres utilisateurs de la plateforme. La start-up, basée dans la ville de Goma et fondée par les Congolais Charles Muleka Kitwa et Djo Kyadi et le Nigérian Temilade Oduwalo, a lancé sa solution en 2023.

« Avec les expériences de la guerre, Umojja va plus aider les jeunes à partager les informations sur une plateforme qui est sûre pour le développement non seulement de notre pays, mais aussi des autres, car notre pays se trouve déjà membre de plusieurs organisations. A travers nous, les autres aussi peuvent en profiter », indique Charles Muleka Kitwa.

La solution dispose d’une application mobile accessible uniquement sur Android. L’utilisateur, qu’il soit sur la plateforme web ou l’application mobile, peut s’inscrire en renseignant un certain nombre d’informations personnelles telles que le nom, l’adresse e-mail, le numéro de téléphone, le sexe ou encore le pays d’origine. Après cette étape, il pourra ensuite accéder à la plateforme et suivre les créateurs de contenus, les comptes des médias d’informations ou encore d’autres utilisateurs.

Sur Umojja, l’utilisateur peut aussi diffuser des vidéos en direct, faire des appels vidéo, passer des publicités sur la plateforme, créer une page d'entreprise et effectuer des sondages, partager des vidéos ou encore envoyer des messages texte. Toutefois, la plateforme met un point d’honneur à lutter contre la diffusion des fake news et elle a décidé de rémunérer les créateurs de contenus en fonction du nombre de vues de leurs vidéos. Depuis le lancement de son application mobile en juillet 2013, celle-ci a été téléchargée plus d’une centaine de fois, d’après les données de Play Store.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi :

RDC : Masolo ou le WhatsApp à la congolaise

Dikalo ou le réseau social à la sauce camerounaise

Posted On mercredi, 15 novembre 2023 16:41 Written by

Dans le but de faciliter les déplacements urbains et interurbains, un tech entrepreneur a mis en place une start-up opérant dans le car sharing, un concept proche de la location de voitures mais foncièrement différent.

Carmine est une solution numérique développée par une jeune pousse marocaine. Elle permet aux utilisateurs de se déplacer avec un des véhicules de la start-up où ils disposent au préalable d’un abonnement. La start-up, basée à Casablanca, a été fondée en 2014 par Mohammed Mrani Alaoui (photo).

« L’utilisateur commence par faire sa demande d’adhésion à travers notre plateforme web www.carmine.ma. Une fois sa demande acceptée, son compte est activé et son badge personnel lui est remis. Le membre devient alors autonome et peut faire une réservation directement sur l’application à chaque fois que le besoin se présente », explique Mohammed Mrani Alaoui.

L’application mobile est accessible sur iOS et sur Android. Les voitures, disponibles dans divers emplacements de la ville, peuvent être déverrouillées avec un bouton dédié depuis l’application mobile. Il est également possible de voir la disponibilité des voitures en temps réel, le temps et les km parcourus et facturés, l’historique de ses réservations et son état de compte. En fonction de la réservation, la start-up facture à l’heure, à la journée ou encore au kilomètre. La tarification prend en compte le temps d’utilisation, le carburant, l’assurance tout risque et un parking initial réservé.

Carmine propose divers types d’abonnements sur ses plateformes web et mobile. En ce qui concerne les moyens de paiement, ils sont tout aussi variés. « Nous proposons trois modes de paiement, soit directement en ligne sur notre site web avec la carte bancaire, ou bien en cash via les agences Cash Plus partenaires, ou encore directement auprès de notre service clientèle dans nos locaux situés à Casablanca », explique Mohammed Mrani Alaoui.

La version Android de l’application a été téléchargée plus de 10 000 fois. Après une extension à Rabat en septembre 2020, la start-up rêve de s’étendre dans les autres grandes villes du royaume.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi :

Namibie : Lefa connecte chauffeurs et passagers via son application mobile

Posted On lundi, 13 novembre 2023 13:09 Written by

L'Internet a révolutionné divers domaines dont celui de la recherche d’emploi. Des tech entrepreneurs proposent des solutions novatrices qui permettent de postuler à des emplois depuis le confort de sa maison.

Jobjack est une solution numérique mise en place par une jeune pousse sud-africaine. Elle permet aux chercheurs d’emploi de tomber sur des opportunités de travail intéressantes et aux employeurs de trouver des talents pour leurs entreprises. La start-up, basée dans la ville du Cap, a été fondée en 2018 par Christiaan van den Berg et Heine Bellingan. Elle a annoncé, mardi 7 novembre, la réussite d’un tour de table d’un montant de 45 millions de rands (environ 2,4 millions $) pour accélérer sa croissance.

« Ces fonds nous permettent de poursuivre notre dynamique d'intégration des employeurs et non seulement de rationaliser leur recrutement de débutants, mais aussi de favoriser l'accessibilité et l'abordabilité pour les demandeurs d'emploi qui en ont le plus besoin », a déclaré Christiaan van den Berg, cofondateur de la start-up.

La solution ne dispose pas d’une application mobile. L’utilisateur devra passer par un navigateur pour accéder au site web. Il faudra ensuite s’inscrire avec votre adresse e-mail puis remplir votre profil à 100% avec toutes les informations demandées. A partir de là, la start-up crée un curriculum vitae en fonction des données renseignées et l’utilisateur peut accéder aux opportunités depuis sa page d’accueil.

« Si vous êtes invité pour un entretien, vous recevrez un SMS de notification et une demande d'entretien sur la plateforme. Il vous suffit de vous connecter à votre profil Jobjack et vous devriez voir apparaître une notification contextuelle qui vous conduira à votre entretien. Dans la section consacrée à l'entretien, vous pourrez consulter tous les détails et sélectionner votre créneau horaire », peut-on lire sur la plateforme.

En cas de réussite de l’entretien, toutes les informations vous seront envoyées sur votre compte. Pour les demandeurs d’emploi, l’utilisation de la plateforme est gratuite par contre les employeurs souscrivent à un plan tarifaire pour trouver des talents. Grâce aux algorithmes de Jobjack, leurs offres d’emploi atteignent les candidats les plus pertinents.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi :

Afrique du Sud : Yebo Fresh ravitaille les épiceries dans les townships via ses plateformes web, mobile et WhatsApp

Posted On mercredi, 08 novembre 2023 13:39 Written by

Les solutions d’e-santé s’imposent sur le continent comme des alternatives pour accéder plus aisément aux soins de santé. Pour cela, les tech entrepreneurs proposent des solutions de plus en plus pratiques dans le secteur pour faciliter le quotidien de leurs compatriotes.

Assista Soins est une solution d’e-santé développée par une jeune pousse algérienne. Elle permet aux patients d’accéder à des soins de santé par l’intermédiaire de professionnels de santé, partenaires de la healthtech. Basée dans la ville de Constantine, la start-up a été fondée en 2022 par Nacereddine Haddad.

La solution dispose d’une application mobile accessible uniquement sur Android. L’utilisateur, après téléchargement, crée un compte avec ses informations personnelles pour accéder aux divers services de la start-up. Entre autres, on peut citer la consultation médicale, les soins infirmiers, les prélèvements sanguins, le transport sanitaire, etc. Assista Soins a signé des partenariats avec plus de 185 partenaires pour mettre en place son réseau de santé.

L’utilisateur choisit donc le service dont il a besoin et en fonction de sa situation géographique, l’application lui fait des suggestions de professionnels qualifiés. Il effectue son choix et valide la prise de rendez-vous. Il faut signaler qu’il est possible de souscrire à l’un des services de la plateforme pour un tiers, par exemple un membre de la famille ou un ami indisposé.

En août 2023, la plateforme d’e-santé a revendiqué plus de 300 interventions dans toutes les communes de la wilaya de Constantine. Elle a été choisie pour représenter l’Algérie lors du Sommet mondial de l’entrepreneuriat qui aura lieu en avril 2024 au Chili. Son application mobile a déjà été téléchargée plus de 500 fois, selon les données de Play Store.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi :

Rwanda : Afia Pharma commercialise des produits pharmaceutiques en ligne

Posted On lundi, 06 novembre 2023 17:05 Written by
Page 7 sur 42

Please publish modules in offcanvas position.