Solutions

Solutions (579)

Inspiré par le russe Telegram, deux entrepreneurs éthiopiens ont décidé de mettre en place une application plus adaptée à leurs compatriotes. Le succès a été presqu’immédiat.

Hulugram est une application mobile développée par une jeune pousse éthiopienne. Elle permet aux utilisateurs d’accéder à plusieurs services tels que les conversations instantanées, les paiements en ligne, les boutiques en ligne ou encore un traducteur. La start-up, basée à Addis-Abeba, a été fondée en 2021 par Leoul Mekonnenet et Tabor Shiferaw.

La solution dispose d’une application mobile uniquement accessible sur Android. L’utilisateur, après téléchargement, devra se créer un compte avec son numéro de téléphone. L’application renvoie un code qui lui permet de continuer le processus. Il aura à configurer son profil puis pourra accéder aux divers services d'Hulugram. Entre autres, il est possible de configurer sa photo de profil, de partager des stories comme sur Instagram, d’échanger des messages avec ses contacts et des personnes à proximité de sa position.

Appelé « Nearby », c’est une fonction qui répertorie les cent personnes les plus proches de la position de l’utilisateur. Il est possible de communiquer avec ces personnes en appuyant sur l’icône se trouvant en bas à droite, puis sur « Nearby » pour choisir le profil avec lequel vous voulez interagir. « Pour afficher des détails sur les personnes, les utilisateurs peuvent cliquer sur l'icône de l'avatar. Les utilisateurs peuvent activer ou désactiver la visibilité de leur profil en cliquant sur l'icône située en haut à droite de l'écran », indique la plateforme.

Quant à la fonction « Market », elle permet de vendre ou d’acheter en ligne. En optant pour la vente, l’utilisateur peut créer sa boutique en ligne et y ajouter les articles qu’il veut vendre. Par contre, en appuyant sur l’icône d’achat, il peut accéder à de nombreuses boutiques en ligne pour effectuer son shopping. Outre cette fonction, il est possible d’accéder à une gamme variée de musique depuis Hulugram et de faire traduire des textes dans une vingtaine de langues.

Depuis son lancement, l’application a déjà été téléchargée plus de 500 000 fois. En 2023, elle a été sélectionnée pour la cohorte d’été de l’accélérateur Techstars Toronto.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi :

Ethiopie : Mogzit In-Home Care, une plateforme de nounous à la demande

Posted On lundi, 02 octobre 2023 16:04 Written by

A l’origine, la start-up opérait dans la livraison puis elle a noué des partenariats pour faciliter l’achat puis la livraison des produits de certaines enseignes.

Quench est une application mobile développée par une jeune pousse sud-africaine. Elle permet aux utilisateurs de se faire livrer des articles achetés chez leurs partenaires. La start-up, basée à Stellenbosch, a été fondée en 2016 par Liam McCreedy. Le but est de « créer une expérience d'achat pratique, vous donnant plus de temps à la maison et moins de temps dans les magasins ».

L’application mobile est disponible sur iOS et sur Android. L’utilisateur, après téléchargement, devra s’inscrire pour accéder aux services tels que les produits d'épicerie et de première nécessité des enseignes Woolworths et Dis-Chem, les boissons alcoolisées d’Ultra Liquor ou encore des plats de restaurants.

Pour passer une commande, il faudrait, dans un premier temps, renseigner son adresse en cliquant sur le bouton « Account » puis sur « My Delivery Adresses ». Cette action permettra à l’utilisateur de savoir si la jeune pousse livre dans la zone.

Si c’est le cas, il peut ajouter des articles à son panier puis sur l’icône du sac de provisions pour afficher tous les produits et le montant total de la course. L’utilisateur peut toujours modifier le contenu en ajoutant ou en retirant des produits de son panier. Il clique sur « Checkout » pour valider sa commande. Il faut signaler qu' en cas de rupture de stocks d’un produit de la commande, Quench vous contacte pour vous demander de remplacer le produit.

Depuis son lancement, la version Android de son application mobile a déjà été téléchargée plus de de 50 000 fois, selon les données de Play Store. Elle veut devenir une super application et en avril 2021, elle a levé un montant non dévoilé pour amorcer ce projet en renforçant ses partenariats et en améliorant sa technologie.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi :

Avec son application mobile, Warani révolutionne le commerce en ligne en Centrafrique

Posted On vendredi, 29 septembre 2023 09:00 Written by

L’accès aux médicaments n’est pas une sinécure dans certaines régions du continent. Les start-up opérant dans la distribution des produits pharmaceutiques sont des alternatives intéressantes pour les populations qui vivent dans ces régions. 

Afia Pharma est une solution numérique développée par la firme rwandaise Afia Group Ltd. Elle permet aux utilisateurs de se procurer des produits pharmaceutiques en ligne depuis le confort de leur maison. La start-up, basée à Kigali, a été fondée en 2020 par Biganza Papy.

« Notre mission est de rendre les médicaments de qualité accessibles, disponibles et abordables pour des milliards de personnes à travers l'Afrique et de s'assurer que tout le monde a accès aux médicaments à tout moment et partout », peut-on lire sur la plateforme.

La solution dispose d’une application mobile accessible sur iOS et sur Android depuis laquelle l’utilisateur peut effectuer ses transactions commerciales. Après téléchargement et création de son compte, il peut surfer sur la plateforme mobile pour découvrir les produits disponibles. Entre autres, on peut citer les antiviraux, les vitamines, les antipaludiques ou encore des anti-inflammatoires.

Pour commander sur Afia Pharma, il suffit de trouver le produit recherché, de l'ajouter au panier, de sélectionner l'option de livraison et de valider l'achat. Dans le cas où une ordonnance est obligatoire, il est possible de la téléverser sur la plateforme. Afia Pharma accepte la plupart des méthodes électroniques de paiement, telles que les cartes bancaires.

Pour aider les utilisateurs à ne pas oublier de prendre leurs médicaments, l'application propose une fonction de rappel. En 2023, la healthtech a été sélectionnée pour rejoindre la deuxième cohorte du programme panafricain Investing in Innovation (i3), entre autres soutenu par la Fondation Bill et Melinda Gates ou encore Microsoft. Toutes les start-up de la cohorte recevront 50 000 $ pour accélérer leur croissance sur le continent.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi :

Kenya : Zendawa permet aux pharmacies de vendre leurs produits en ligne

Posted On mardi, 26 septembre 2023 16:30 Written by

Après plusieurs années dans des entreprises d’envergure mondiale, Richmond Ogigai s’est allié à un ami pour se lancer dans le secteur de la fintech. Cette nouvelle aventure est une continuation de son parcours entrepreneurial.

WallX est une solution fintech développée par une start-up nigériane éponyme. Elle permet aux utilisateurs, les personnes physiques et morales, d’envoyer et de recevoir de l’argent, de recevoir des paiements ou encore d’effectuer des dépenses en ligne. La start-up, basée à Lekki dans l’Etat de Lagos et à New York aux Etats-Unis, a été fondée en 2020 par Richmond Ogigai et Subomi Jegunmah.

« J'ai vu de mes propres yeux les expériences des propriétaires de petites entreprises en matière de paiements et la façon dont leurs entreprises finissent par mettre la clé sous la porte parce qu'ils n'ont pas eu les outils ou les connaissances de base pour les développer. [...] Des éléments tels que les outils de paiement numériques intelligents, la tenue des dossiers, l'embauche et la gestion des ventes sont encore réalisés de manière très manuelle, ce qui finit par nuire à l'activité de l'entreprise », indique Richmond Ogigai.

La solution dispose d’une application mobile accessible sur iOS et sur Android. L’utilisateur, après téléchargement, devra créer un compte pour avoir accès aux divers services. Que ce soit un particulier ou une entreprise, il pourra entre autres générer des liens de paiements, générer un code NIP (numéro d’identification personnel) pour encaisser plus aisément des paiements marchands ou encore des chèques cadeaux, payer des factures d’électricité, acheter du temps d’antenne ou encore effectuer des contributions monétaires comme les financements participatifs.

Depuis son lancement, la version Android de l’application mobile a déjà été téléchargée plus d’un millier de fois. WallX a été sélectionnée pour la cohorte Printemps 2023 de l’accélérateur new-yorkais Starta. Pour la même année, elle figure parmi les 12 start-up de l’accélérateur Fast soutenu par Microsoft.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi :

Le Nigeria veut faire coter ses start-up à la bourse locale

Posted On mardi, 26 septembre 2023 09:22 Written by

L’accès aux pharmacies et aux hôpitaux est difficile dans certaines parties du continent. Pour pallier ce problème, des solutions d’e-santé ont émergé.

Zendawa est une plateforme d’e-santé développée par une jeune pousse kényane. Elle permet aux utilisateurs d’accéder à des produits pharmaceutiques en ligne ou encore de prendre rendez-vous avec des médecins. La start-up, basée à Nakuru, a été fondée en 2022 par Wilfred Chege. L’objectif est de mettre en place des solutions durables dans le secteur des technologies de la santé.

La solution ne dispose pas d’une application mobile, il faut donc passer par un navigateur pour accéder à la plateforme web de Zendawa. L’utilisateur pourra ensuite découvrir tous les services proposés sans être obligé de créer un compte. Outre les services sus-cités, elle propose aux pharmaciens un service de gestion de la trésorerie et des stocks et un accès au fonds de roulement.

« Nous nous appuyons sur l'intelligence artificielle, basée sur les données de la suite numérique de nos pharmacies, pour établir des scores de crédit qui débloquent l'accès au capital pour nos pharmacies auprès de nos partenaires prêteurs », peut-on lire sur la plateforme.

Quant aux médecins, la healthtech a déployé une fonction qui leur permet de partager les dossiers médicaux des patients. « Nous fournissons à nos médecins une suite numérique intégrée à partir de laquelle ils peuvent partager les dossiers médicaux des patients et tirer parti de l'intelligence artificielle pour prendre des décisions éclairées en matière de soins », indique la plateforme.

En outre, la prise de rendez-vous aussi ne requiert pas la création d’un compte. Il suffit de cliquer sur le bouton « Make an appointment » et renseigner son nom, son adresse e-mail, son numéro, la date de rendez-vous ; puis rédiger un message pour expliquer son état de santé.

Par ailleurs, Zendawa a lancé un service de paiement différé pour faciliter les approvisionnements des pharmacies en cas de rupture de stocks. En 2023, elle est sélectionnée parmi les 29 start-up africaines qui participent à la deuxième cohorte d'Investing in Innovation (i3).

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi :

29 healthtech africaines sélectionnées pour la deuxième cohorte du programme Investing in Innovation

Posted On jeudi, 21 septembre 2023 16:39 Written by

Avec l’accélération de la transformation numérique en Afrique, les entreprises privées et publiques et l’administration publique sont en quête de compétences numériques. Cette start-up propose une approche de solution avec une plateforme edtech.

Stutern est une plateforme edtech développée par une jeune pousse nigériane. Elle permet aux utilisateurs d’accéder à des cours en ligne, en l’occurrence dans le secteur de l’informatique. Basée à Lagos, la start-up a été fondée en 2015 par Kehinde Ayanleye (photo, à droite) et Taiwo Ayanleye (photo, à gauche).

La solution ne dispose pas d’une application mobile. L’utilisateur, par le biais de son navigateur, se rendra sur le site web de la start-up et créera son compte. Il a le choix entre plusieurs formations telles que la conception UI/UX, le développement web en front-end et en back-end, la science des données ou encore le développement mobile.

L’utilisateur n’est pas systématiquement admis au programme après son inscription. Il faut remplir un formulaire de candidature où il faudra faire part de l’intérêt et de la motivation pour le programme choisi et répondre à des questions sur ses compétences générales par écrit et sous forme vidéo. Il répondra ensuite à des questions spécifiques et techniques se rapportant au programme choisi et sur la base des réponses, il sera évalué et son statut d’admission lui sera communiqué.

La formation dure entre 16 et 24 semaines à raison deux séances par semaine. Il faut souligner que les cours se déroulent en ligne en direct, et les apprenants peuvent poser des questions pour une meilleure compréhension. L’edtech permet aux apprenants de payer les frais suivant trois modalités. On peut citer le paiement intégral, le paiement échelonné et l’accord de partage des revenus. Cette dernière modalité signifie que l’apprenant paie une partie de la scolarité pendant sa formation puis rembourse le reste après qu’il a trouvé un travail, selon un accord de partage des revenus.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi :

Nigeria : Dozzia développe un écosystème collaboratif entre parents, éleves et écoles

Posted On mardi, 19 septembre 2023 13:49 Written by

L’agritech kényane se veut moderne et en avance sur ses concurrents. Elle utilise des mégadonnées pour améliorer sa production.

Fondée en 2015 par Joseph Rehmann et Steve Moran, Victory Farms est une agritech kényane spécialisée dans la pisciculture et dans la commercialisation de poissons, en l’occurrence les tilapias. Elle dispose d’une plateforme depuis laquelle les utilisateurs peuvent se procurer ces poissons, en vrac ou emballés. Depuis son lancement, elle a déjà levé plus de 43 millions $ pour entre autres améliorer sa technologie, développer ses activités et accélérer sa croissance au Kenya et sur le continent.

« Nous vendons aux Africains du marché de masse par le biais d'une chaîne du froid RTM très innovante qui utilise des données prédictives pour pousser le poisson vers des milliers de dames de marché chaque jour dans tout le Kenya avec moins de 1% de détérioration. [...] Cela nous permet d'innover et de créer des solutions plus rentables grâce à nos systèmes et à la puissance des données, afin de fournir un produit meilleur et plus frais à un plus grand nombre de consommateurs », explique Joseph Rehmann.

La solution ne dispose pas d’une application. Il faudra passer par la plateforme web pour effectuer les achats et pour cela, la création d’un compte est indispensable. Après cela, l’utilisateur peut passer sa commande et payer par le portefeuille électronique M-Pesa ou par carte bancaire avant ou lors de la livraison. Toutefois, la start-up a introduit un code USSD pour localiser ses nombreux points de vente. Elle en revendique plus de 54 où plus de 15 000 femmes du marché se ravitaillent.

Par ailleurs, la jeune pousse veut améliorer sa technologie et s’étendre à d’autres marchés. « Nous avons plusieurs initiatives en cours et planifiées pour construire la première plateforme de poisson à bilan carbone négatif au monde. Je pense que c'est très excitant car nous avons intégré de nombreuses dimensions tangibles et mesurables dans l'entreprise pour y parvenir », explique Joseph Rehmann.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi :

Nigeria : Farm4me, une agritech spécialisée dans l’agriculture contractuelle

Posted On lundi, 18 septembre 2023 13:39 Written by

Bien qu’elle ait été créée en 2014, c’est en 2021 que cette insurtech s’est retrouvée pour la première fois sur le devant de la scène, quand elle a annoncé avoir réalisé un chiffre d’affaires d’environ 4,8 millions $ à la fin de l’exercice précédent.

 Fondée en 2014 par Arun Iyer (photo), Alpha Direct est une start-up botswanaise opérant dans les technologies de l’assurance. Elle a développé une solution insurtech éponyme pour permettre aux utilisateurs d’acheter diverses polices d’assurance depuis leur smartphone. La start-up a son siège social dans la ville de Gaborone, la capitale du Botswana. En 2021, elle a réussi un tour de table d’un montant de 600 000 $ pour accélérer sa croissance.

La solution dispose d’une application mobile uniquement accessible sur Android. L’utilisateur devra le télécharger depuis le Play Store et y créer un compte. Après cette étape, il a accès aux services de la start-up et pourra opter pour une police d’assurance plutôt qu’une autre. Alpha Direct propose des assurances pour les voitures, les voyages, les smartphones, les entreprises ou les travailleurs.

Après l’obtention du devis, l’utilisateur peut suivre le processus puis souscrire à la police d’assurance choisie si le montant et les conditions sont à son avantage. Outre l’obtention des devis, il est également possible de réclamer ou obtenir des réparations après un dégât. Il faudra remplir un formulaire sur la plateforme en renseignant toutes les informations pertinentes pour la prise en charge rapide du dossier.

Depuis son lancement, l’application mobile a été téléchargée plus d’un millier de fois. La start-up a des ambitions d’expansion, en l’occurrence vers la Zambie et l’Afrique du Sud. Par ailleurs, elle veut également s’étendre à d’autres régions du Botswana.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi :

L’insurtech Naked utilise l’IA pour fournir des polices d’assurance sur mesure aux Sud-Africains

Posted On jeudi, 14 septembre 2023 12:28 Written by

Malgré sa démocratisation, l'Internet n’est toujours pas aisément accessible dans certains pays du continent. Pourtant, des tech entrepreneurs font le nécessaire pour proposer aux populations connectées des services locaux sur mesure.

Warani Shop est une application de commerce en ligne développée par une start-up centrafricaine. Elle permet aux utilisateurs d’effectuer des achats en ligne et de se faire livrer à l’adresse indiquée lors de la commande. La start-up, basée à Bangui, a été fondée en 2023 par Vianney Kanda.

« Après plusieurs réflexions sur certains problèmes que rencontrent les Centrafricains, notamment pour avoir accès aux produits de bonne qualité, ou pour se faire livrer des produits, j’ai décidé de créer cette start-up Warani qui représente un pont entre le client et le vendeur. [...] L’objectif principal de Warani est de créer des accessibilités à des services, et à des produits pour le compte des Centrafricains », indique Vianney Kanda.

L’application mobile est accessible sur iOS et sur Android. L’utilisateur, après téléchargement, devra se créer un compte pour accéder aux divers services disponibles sur la plateforme. Que ce soit les produits cosmétiques et de beauté, des articles de cuisine, de la quincaillerie, des pagnes ou encore des vêtements, Warani Shop est une boutique en ligne plutôt complète. Elle intègre plusieurs moyens de paiement tels que la carte Visa, le mobile money avec le réseau de téléphonie mobile Orange ; ou le paiement en espèces après la livraison.

Dans un pays où le taux de pénétration de l’Internet était de 10,58 % en 2021, d’après les données de l’Union internationale des télécommunications, la start-up a mis en place un numéro pour recevoir des commandes par téléphone. Depuis son lancement le samedi 9 septembre, la version Android de l’application mobile a déjà été téléchargée plus d’une centaine de fois, d’après les données de Play Store.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi :

République centrafricaine : Turaco, un réseau social créé par un Centrafricain et pour les Centrafricains

Posted On mercredi, 13 septembre 2023 17:17 Written by

Après plusieurs années de croissance en Egypte, la super application a décidé d’investir plusieurs marchés du Moyen-Orient cette année. Pour cela, elle a signé divers partenariats pour améliorer ses services.

Yalla est une super application développée par une jeune pousse égyptienne. Elle permet aux utilisateurs d’envoyer et de recevoir des fonds, de payer des commerçants et de commander de la nourriture dans les restaurants partenaires. La start-up, basée au Caire, a été fondée en 2021 par Waleed Sadek.

La solution dispose d’une application accessible sur iOS et sur Android. L’utilisateur, après téléchargement, devra créer un compte pour accéder aux diverses fonctionnalités. Outre les principaux services cités plus haut, il intègre également le transport à la demande, une boutique en ligne, le paiement des données et du temps d’antenne, la souscription à des assurances, etc. Yalla propose également des cartes virtuelles pour faciliter les transactions commerciales en ligne.

« La carte Yalla (physique et virtuelle dans Yalla Super App) est le seul compte financier dont vous aurez besoin pour gérer votre argent. Il vous aidera à envoyer, recevoir, payer, retirer, économiser, investir et suivre votre argent », peut-on lire sur la plateforme. Il est également possible d’effectuer des retraits dans des distributeurs automatiques de billets, de verrouiller et de déverrouiller la carte en un clic depuis l’application mobile ou encore de fixer des limites de dépenses.

La super application revendique plus de 1,6 million d’utilisateurs et plus de 6 milliards de livres égyptiennes (environ 194 millions $) de transactions depuis son lancement. Outre l’Egypte, elle est également présente aux Emirats arabes unis, au Pakistan et en Arabie saoudite. A propos de l’expansion en Arabie saoudite, qui a été annoncée la semaine dernière, Waleed Sadek explique que sa start-up a pour objectif « d’attirer environ un million d'utilisateurs saoudiens au cours de la première année d'exploitation, en offrant les meilleurs services possibles qui répondent aux désirs et aux besoins de nos clients ».

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi :

Soudan : Yalla Natlob fournit des services de commande et de livraison en ligne

Avec Yalla Xash, les Marocains transfèrent rapidement de l’argent à l’international

Posted On mercredi, 13 septembre 2023 08:57 Written by
Page 9 sur 42

Please publish modules in offcanvas position.