En tant que centre technologique, son objectif est de rendre les compétences numériques accessibles à tous. Situé dans le nord du Bénin, le centre a déjà formé des milliers de personnes.

Guerra Tech Hub est un centre d’innovation numérique situé à Parakou, dans le nord du Bénin. Fondé en 2018, il est dirigé par Vidjinnangni Grégory Thoto, un entrepreneur et gestionnaire de projet d’innovation béninois, qui en est le président.

Guerra Tech Hub se « consacre à la mise en place d’environnements qui serviront de catalyseurs pour la construction de l’Afrique de demain : disruptive, collaborative et inclusive ». Il est composé d’une communauté de passionnés, incluant des développeurs, des designers et des entrepreneurs. Le centre met l’accent sur le renforcement des compétences pratiques, la collaboration et la résolution de problèmes.

En six ans, Guerra Tech Hub a conçu et développé plusieurs programmes, dont Hack Her_, son initiative phare. Ce programme est destiné aux femmes sans emploi âgées de 18 à 30 ans. Par cohortes de 30, il les initie aux métiers du numérique, à la culture technologique et aux bases du code.

Parmi les autres programmes notables figurent Guerra Impulse, Keoubougou Pi et ImpalaEdTech – Parakou. Guerra Impulse accompagne les entrepreneurs dans l’élaboration et le développement de leur projet d’entreprise. D’une durée de 12 mois, ce programme cible les entrepreneurs en phase d’amorçage, sélectionnant cinq startups ou projets par cohorte pour y participer.

Keoubougou Pi vise à inspirer les jeunes écoliers du nord Bénin en les familiarisant avec l’informatique, les préparant ainsi à devenir des citoyens numériques. ImpalaEdTech – Parakou a pour objectif de couvrir à long terme tous les aspects des technologies de l’information et de la communication dans l’enseignement. Pour atteindre cet objectif, le centre promeut l’enseignement et l’utilisation des TIC dans les écoles et crée des opportunités d’emploi pour les jeunes, en particulier les filles, dans le domaine des TIC.

A ce jour, Guerra Tech Hub a formé plus de 120 jeunes femmes, plus de 500 éducateurs technologiques et plus de 15 000 personnes dans le nord du pays grâce à ses programmes. Il a également investi plus de 175 000 USD dans l’écosystème tech béninois.

Melchior Koba

Lire aussi:

Bénin : Hadjara Ahouantchede forme aux compétences numériques

Published in Tech Stars

En Côte d’Ivoire, les talents du domaine numérique, notamment les analystes de données, sont parmi les plus recherchés sur le marché de l'emploi. Pour renforcer la main-d'œuvre dans ce secteur, Yango poursuit des initiatives de formation spécifiques.

Yango, un service international de réservation de taxis en ligne, a annoncé le mercredi 12 juin le lancement de la nouvelle phase de son programme Yango Education. Cette initiative vise à offrir aux Ivoiriens de 18 ans et plus, ayant terminé leur éducation de base, des cours en ligne d'introduction à l'analyse de données développés par les ingénieurs de Yango.

« Grâce à cette initiative, nous continuerons à offrir un accès gratuit aux cours et à les étendre au reste de la communauté, ce qui, nous l'espérons, aidera les individus à prospérer dans l'économie numérique. Chez Yango, nous croyons au pouvoir de l'éducation pour stimuler l'innovation et créer des opportunités de croissance », a déclaré Kadotien Soro, directeur national de Yango en Côte d'Ivoire.

La formation comporte un accès gratuit à un cours en ligne d'analyse de données en Python et SQL, d'une durée totale de 80 heures réparties sur un mois. Plus de 1 500 étudiants seront sélectionnés tout au long de l'année après examen des candidatures et entretiens personnels avec l'équipe de Yango. La priorité sera donnée à ceux qui souhaitent poursuivre leur éducation et faire carrière dans l'analyse de données. Les chauffeurs partenaires de l'entreprise, les coursiers et/ou leurs familles sont également éligibles aux programmes.

Cette initiative s'inscrit dans la continuité des actions de Yango visant à promouvoir l'entrepreneuriat en Afrique, en dotant les jeunes des connaissances nécessaires pour collecter, analyser et visualiser des données liées au développement des entreprises. La première promotion comprendra environ 250 bénéficiaires.

Samira Njoya

Lire aussi:

Yango prévoit de lancer une plateforme internationale d’apprentissage en ligne au Cameroun 

Published in Tech

Serial entrepreneur, il possède une riche expérience dans la technologie. A la tête d’un incubateur, il aide les jeunes Congolais à devenir des tech entrepreneurs à succès.

Jean-François (Max) Bonbhel (photo) est un entrepreneur congolais. Fondateur et président-directeur général de Yekolab, il fournit des services d’incubation de start-up et soutient les jeunes tech entrepreneur congolais.

Créé en 2014, Yekolab est à la fois un incubateur de start-up et un centre d’excellence en formation aux nouvelles technologies et aux métiers émergents. En exploitant la puissance des TIC, il encourage l’innovation, l’entrepreneuriat et la création d’emplois au Congo et en Afrique.

En plus de l’incubation, il sélectionne et accompagne les entrepreneurs technologiques prometteurs, renforçant leurs compétences techniques et managériales. L’incubateur offre également des services d’accélération aux petites et moyennes entreprises (PME) locales et régionales, en mettant l’accent sur la technologie, afin de les aider à augmenter leur part de marché et à devenir des leaders dans leurs domaines respectifs.

Max Bonbhel est aussi le fondateur et président d’Africa Java User Groups, un réseau de coordination pour les groupes d’utilisateurs du langage de programmation Java en Afrique. En outre, il a fondé et dirige JCertif International, une organisation créée en 2009 qui fournit gratuitement du matériel de formation et des conférenciers, et favorise la collaboration entre les groupes d’utilisateurs de technologies sur le continent africain.

Depuis 2011, Max Bonbhel travaille comme rédacteur technique indépendant chez Oracle. Il est aussi un cofondateur et le directeur technique d’Access EMI, une entreprise américaine créée en 2014, qui met en relation les entreprises technologiques avec les communautés technologiques.

Diplômé de l’université Evry Paris-Saclay où il a étudié de 2000 à 2002, l’entrepreneur a travaillé pendant plusieurs années à Fujitsu Canada. De 2004 à 2014, il y a été consultant et formateur Java et chef de projet.

Melchior Koba

Lire aussi:

La Congolaise Gisèla Van Houcke numérise le secteur de la beauté

Published in Tech Stars

Le ministère congolais des Postes, des Télécommunications et de l’Economie numérique a annoncé le vendredi 7 juin, en partenariat avec l’entreprise technologique chinoise Huawei, l’ouverture des candidatures pour le Prix de l’innovation numérique Denis Sassou Nguesso (photo). Les candidatures sont ouvertes jusqu’au 19 juin pour les jeunes du monde entier âgés de 19 à 28 ans et passionnés de technologie. Cliquez sur ce lien pour postuler.

Lire aussi:

Le président ghanéen milite pour une interopérabilité de la téléphonie mobile en Afrique

Published in Breves_Une

La Banque africaine de développement, dans le souci de soutenir les pays africains dans leur processus de transformation numérique, scelle divers accords stratégiques.

La Banque africaine de développement (BAD) et la firme technologique américaine Intel ont signé un partenariat pour doter 3 millions d’Africains et 30 000 fonctionnaires de compétences en matière d’intelligence artificielle (IA). L’accord a été paraphé en marge des récentes Assemblées annuelles de la BAD à Nairobi, au Kenya. L’annonce a été faite dans un communiqué publié le vendredi 7 juin.

« Avec les progrès de la technologie numérique, notre monde évolue rapidement, tout comme notre jeunesse, qui devrait atteindre 830 millions d’individus d’ici à 2050. Pour développer des compétences à grande échelle et à la vitesse nécessaire, nous avons besoin de la coopération de tous », a indiqué Ousmane Fall (photo, à droite), directeur par intérim du Développement industriel et commercial à la Banque africaine de développement. Et il poursuit : « la Banque est ravie de collaborer avec Intel pour travailler à la réalisation de cet engagement commun. Ensemble, nous façonnons l’avenir numérique de l’Afrique et nous autonomisons notre jeunesse ».

Se doter de compétences numériques est devenu indispensable avec la révolution technologique en cours dans le monde. Les pays africains ne sont pas en marge de cette révolution et avec le soutien de diverses institutions telles que la BAD, divers projets sont mis en œuvre. En mai 2024, la BAD s’est associée à l’américain Mastercard pour la mise en œuvre de l’initiative MADE (Mobilising Access to the Digital Economy) qui vise à offrir un accès au numérique à 100 millions de personnes et d'entreprises africaines au cours des dix prochaines années.

Cette nouvelle initiative permettra, entre autres, d'accélérer la croissance et la productivité, en positionnant les Africains comme contributeurs actifs de la quatrième révolution industrielle dans les secteurs clés comme l'agriculture, la santé et l'éducation, perturbant les cycles de croissance traditionnels.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi:

MasterCard s’associe à la BAD pour étendre l’accès au numérique en Afrique

La BAD investit 10,5 millions $ dans Seedstars Africa Ventures pour soutenir le financement des start-up

Published in Tech

Les start-up africaines jouent un rôle crucial dans le développement économique et social du continent. Il est important de les soutenir et de les encourager en leur fournissant un accès au financement, au mentorat et aux ressources nécessaires pour réussir.

AfriLabs, un réseau panafricain de centres d'innovation technologique, a annoncé le mardi 4 juin la signature d'un protocole d’accord avec la Fondation Corée-Afrique (KAF), une initiative du gouvernement coréen visant à soutenir des partenariats avec le continent africain. Ce partenariat vise à promouvoir l'innovation et la prospérité économique à travers l'Afrique en soutenant les start-up.

« Chez AfriLabs, nous nous engageons à libérer tout le potentiel de l'Afrique et à générer de la richesse grâce à des alliances stratégiques. Ce partenariat ouvre un trésor d'opportunités pour les start-up, leur donnant accès à un réseau mondial, des ressources inestimables et une connaissance inégalée du secteur », a indiqué AfriLabs sur X.

Dans le cadre du partenariat, AfriLabs et KAF mettront en œuvre des projets tirant parti de leurs expertises respectives pour favoriser un écosystème dynamique qui cultive les talents et favorise un solide esprit d’entreprise. L’objectif est de donner les moyens à la prochaine génération d’innovateurs et d’entrepreneurs africains pour construire un développement durable.

Le partenariat intervient à la veille du Forum des jeunes start-up Corée - Afrique qui se tiendra le mercredi 5 juin à Séoul. Cet événement vise à renforcer la coopération entre la Corée et les nations africaines en réunissant des investisseurs, des start-up et des organisations de soutien des deux continents.

Le partenariat devrait  ainsi permettre aux start-up du réseau AfriLabs de profiter de l'expérience coréenne en matière de numérique. Le pays est doté d'un environnement technologique ultra-avancé qui peut servir de modèle aux entrepreneurs africains. En combinant leurs forces, AfriLabs et la KAF sont convaincus que ce partenariat contribuera de manière significative à la transformation de l'Afrique en un continent prospère et innovant.

Samira Njoya

Lire aussi:

Les candidatures pour le programme Intel Community Reach sont ouvertes jusqu’au 7 juin

Published in Tech

Lors de la première édition du salon technologique Gitex Africa, les autorités marocaines ont lancé la phase pilote d’un projet de formation en compétences numériques pour les jeunes. Un an plus tard, elles s’engagent à l’étendre sur tout le territoire national.

En marge de la deuxième édition du Gitex Africa (29 au 31 juin) qui se déroule à Marrakech au Maroc, le ministère marocain de la Transition numérique et de la Réforme de l’administration a signé le mercredi 29 mai une convention avec la Caisse de dépôt de gestion et Maroc numeric cluster pour élargir le programme JobInTech à l’échelle du royaume. L’objectif est de doter 15 000 jeunes de compétences numériques à l’horizon 2026.

Les formations de JobIntech sont d’une durée allant de 3 à 6 mois. Elles sont gratuites pusiqu’elles sont entièrement financées par le ministère de la Transition numérique et de la Réforme de l'administration en partenariat avec la Caisse de dépôt et de gestion. L’objectif est de développer un vivier de talents, de soutenir l'écosystème digital national et d’offrir aux jeunes des opportunités de renforcer leur employabilité grâce à des formations de reskilling et l'upskilling.

L’élargissement à l’échelle nationale du projet fait suite à la réussite de sa phase pilote où plus d’un millier de jeunes ont été formés sur l’axe Casablanca-Rabat pour un taux d’insertion professionnelle avoisinant les 73%. Sa mise œuvre s’inscrit ainsi dans le cadre de la stratégie Maroc Digital 2030, dont le but est de faire du royaume chérifien un leader régional en matière d'éducation numérique. A cette fin, les autorités marocaines ont multiplié les partenariats avec des entités comme la firme technologique chinoise Huawei, les américains Oracle et Cisco Systems ou encore l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco).

Pour rappel, la signature de la phase pilote de JobInTech a eu lieu en marge de la première édition du Gitex Africa le 2 juin 2023. Entre autres, les formations de JobInTech couvrent plusieurs segments de la technologie dont le développement logiciel, l'analyse de données ou encore l'intelligence artificielle.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi:

Le Maroc s'engage à former 22 500 talents numériques par an d'ici 2027

Published in Gestion Publique

Diplômé en gestion, il a acquis plus de huit ans d’expérience en travaillant dans plusieurs entreprises et organisations. Entrepreneur à succès, il a été maintes fois récompensé pour son esprit créatif et son leadership.

Thomas Belibi Fotso (photo) est un entrepreneur camerounais, fondateur et président-directeur général de Bookbookshop, une start-up innovante dans le domaine éducatif.

Créée en 2019, Bookbookshop vise à simplifier l’accès aux livres en offrant un service de commande et de livraison d’ouvrages, tout en accompagnant les parents durant les rentrées scolaires. Grâce à sa plateforme web, particuliers, écoles et entreprises peuvent obtenir les livres nécessaires sans se déplacer. De plus, Bookbookshop soutient les organisations dans leurs initiatives sociales de dons de livres et de matériel.

En parallèle, Thomas Belibi Fotso est le directeur exécutif de Youth Touch, une organisation non gouvernementale dédiée au développement des communautés défavorisées ou vulnérables. A la tête de cette organisation depuis 2015, il supervise le programme de volontariat, le développement stratégique et la gestion des ressources.

Thomas Belibi Fotso est diplômé de l’Ecole nationale supérieure des postes, des télécommunications et des TIC du Cameroun, où il a obtenu une licence en management des télécommunications et gestion des entreprises en 2015. Il détient également une maîtrise en sciences économiques et gestion, obtenue en 2018 à l’université de Yaoundé II.

Mentor du programme de mentorat de la Tony Elumelu Foundation en 2023, sa carrière professionnelle a commencé en 2013 à Campost, la poste nationale du Cameroun, où il était stagiaire. Il a ensuite travaillé comme assistant administratif et commercial chez Proluxe à Yaoundé entre 2016 et 2017, avant de devenir manager et gérant de Massa Judith Corporation, une start-up de services, de 2019 à 2023.

Reconnu pour son engagement et son impact, Thomas Belibi Fotso a remporté le Prix Orange de l’entrepreneur social en Afrique et au Moyen-Orient (POESAM) en 2020. La même année, il a été lauréat du challenge des 1000 entrepreneurs lors du sommet France-Afrique.

Melchior Koba

Lire aussi:

Le Camerounais William Elong développe des solutions d’IA et de cybersécurité

Published in Tech Stars

Elle est une entrepreneure dotée de plus de sept ans d’expérience dans le digital. Elle a mis en place plusieurs entreprises, principalement axées sur l’éducation.

Hadjara Ahouantchede (photo) est une formatrice et une entrepreneure béninoise. Cofondatrice et présidente-directrice générale de Mara Academy, elle veut créer des emplois décents et durables pour les jeunes en Afrique.

Fondée en 2021, Mara Academy offre aux Africains les compétences nécessaires pour décrocher des emplois de qualité. L’académie propose divers programmes, dont le Youth Employment Accelerator (YEA) et le SHIFT. Le programme YEA, d’une durée de 52 semaines, s’adresse aux jeunes de 18 à 35 ans en quête de leur première opportunité professionnelle. Le programme SHIFT, qui dure six mois ou plus, est conçu pour les professionnels en reconversion.

Dans le cadre du programme YEA, Mara Academy forme ses étudiants en marketing digital, gestion des réseaux sociaux et design UX/UI. Pour le programme SHIFT, l’académie enseigne également la sécurité informatique et prépare ses étudiants à obtenir des certifications reconnues en gestion de projet digital.

« Nous sommes très axés sur les métiers d’avenir et toutes nos formations ont pour objectif principal d’aider les jeunes à trouver de l’emploi. Nous formons nos étudiants pour qu’ils aient les compétences et aptitudes nécessaires pour trouver un bon emploi », déclare Hadjara Ahouantchede en 2022. 

En tant que formatrice, Hadjara Ahouantchede intervient au Centre d’employabilité francophone (CEF) de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) et à l’African Design School, à Ecole229. Elle est également ambassadrice de Future Females, un mouvement inspirant et soutenant les femmes entrepreneurs.

Avant Mara Academy, Hadjara Ahouantchede a cofondé en 2016 Mentorat Club, une communauté de mentors pour booster les entreprises africaines. L’année suivante, elle a cofondé Sewema, une plateforme éducative.  

Diplômée de l’école supérieure de gestion, d’informatique et de sciences (ESGIS) où elle a obtenu en 2016 un master en architecture logicielle, elle a commencé sa carrière professionnelle en 2015 à Cdiscussion où elle était assistante ingénieur informatique. En 2016, elle a travaillé comme développeuse web à TEKXL.

En 2017, Hadjara Ahouantchede a rejoint l’entreprise informatique RINTIO en tant que consultante en développement de logiciels. Elle est une ancienne consultante de l’entreprise de soutien aux entrepreneurs TechnoServe et de l’agence belge de développement Enabel.

En 2019, l’entrepreneure a reçu le prix Femme Digitale 229, décerné par le ministère du Numérique et de la Digitalisation du Bénin.

Melchior Koba

Lire aussi:

Au Bénin, Brice Gboyou développe des solutions numériques pour aider les entreprises à accroître leurs revenus

Published in Tech Stars

Le ministre camerounais de l’Enseignement supérieur, Jacques Fame Ndongo, a inauguré le lundi 13 mai à l’Université de Yaoundé 2 Soa un centre de développement numérique. Le centre, d’une capacité de 40 étudiants, est doté d’une salle de classe intelligente. Il est équipé de technologies de pointe pour la numérisation et la production de cours multimédias, d’enseignement à distance.

Lire aussi:

Le Camerounais William Elong développe des solutions d’IA et de cybersécurité

Published in Breves_Simple
Page 1 sur 49

Please publish modules in offcanvas position.