Le Nigeria a pour ambition de transformer son économie et d'autonomiser ses citoyens grâce à la technologie. Pour concrétiser cette vision, des initiatives sont actuellement mises en œuvre en étroite collaboration avec des organisations du secteur privé.

Tech4Dev, une entreprise sociale à but non lucratif œuvrant pour l'autonomisation et la promotion des compétences numériques et technologiques en Afrique, a récemment annoncé le lancement de « DigitalForAllChallenge 2.0 », une initiative ambitieuse qui vise à former deux millions de Nigérians aux compétences numériques de bases et intermédiaires. L’initiative est lancée en partenariat avec le Foreign, Commonwealth and Development Office (FCDO) et l'Agence nationale pour le développement des technologies de l'information (NITDA).

« Le Digital for All Challenge est un concours et un programme gratuit de développement des compétences numériques visant à accroître la culture numérique au Nigeria et à susciter l'intérêt pour l'obtention de compétences et de certifications numériques à l'aide de plateformes en ligne », a déclaré la NITDA sur X.

Le défi ouvert dans les 36 Etats et dans le Territoire de la capitale fédérale se déroulera en deux phases distinctes : une phase d'entraînement suivie d'une phase de compétition. Les participants devront réussir une évaluation après la formation pour se qualifier pour la compétition. Cette dernière se divisera en trois étapes : nationale, régionale, et une grande finale nationale. Les apprenants auront la possibilité de remporter plus de 150 millions de naira (environ 166 657 $) en espèces, des ordinateurs portables, des tablettes, et d'autres prix.

Le Digital for All Challenge s'inscrit dans le cadre des initiatives du gouvernement fédéral du Nigeria visant à promouvoir l'alphabétisation numérique, à cultiver les talents, et à atteindre un taux d'alphabétisation numérique de 70 % d'ici 2027. Selon les déclarations de Kashifu Abdullahi, directeur général du NITDA, l'objectif global est d'avoir trois millions de talents technologiques au Nigeria, dont 1,5 million pourrait répondre aux besoins du marché local, tandis que les autres pourraient être intégrés à la chaîne de valeur mondiale.

Le programme qui sera ouvert le 5 février, cible trois catégories distinctes : les jeunes apprenants (âgés de 8 à 15 ans), les jeunes adultes (16-45 ans), et les fonctionnaires à travers le pays.

Samira Njoya

Lire aussi:

Selon Antony Blinken, le secrétaire d'Etat américain, les entreprises US désirent investir au Nigeria

Published in Tech

A travers ses programmes et activités, Innovate Durban promeut un écosystème dans lequel l’innovation est au cœur du développement.

Innovate Durban est une société à but non lucratif qui vise à stimuler l’innovation dans la région de Durban, en Afrique du Sud. Elle a été créée par la municipalité d’eThekwini en 2013 et son objectif est de soutenir et de promouvoir l’entrepreneuriat en créant des plateformes qui construiront et développeront l’écosystème de l’innovation dans la région.

Innovate Durban « nourrira, coordonnera et facilitera un écosystème d’innovation inclusif en utilisant la quatrième révolution industrielle pour la croissance économique et la création d’emplois, en mettant l’accent sur l’industrie, les personnes exclues ou marginalisées sur le plan spatial, le secteur public et les PME », peut-on lire sur le site web de la société.

Née sous la forme d’un forum réunissant les parties prenantes de l’écosystème de l’innovation, dont les entrepreneurs, les entreprises, les universités, le gouvernement et la société civile, Innovate Durban a été officiellement établie comme société à but non lucratif en 2017. Sa présidente-directrice générale est Aurelia Albert, une économiste sud-africaine.

Innovate Durban propose plusieurs services et programmes personnalisés. Entre autres, elle offre un espace de bureau virtuel et un espace de coworking. Elle équipe aussi les entrepreneurs de machines spécialisées comme les imprimantes 3D et des découpeuses laser et vinyle.

Parmi les programmes de l’entreprise, on distingue The Start Up Support Program. Ce dernier est un programme de soutien à la création d’entreprise et de mentorat accéléré qui permet aux innovateurs de passer de la conceptualisation à la phase de commercialisation. Il dure 12 mois et comprend l’apport de compétences commerciales et techniques aux innovateurs, la facilitation du financement de prototypes pour les participants et la mise en relation des innovateurs avec des investisseurs providentiels.

Innovate Durban organise des ateliers de réflexion sur la conception et propose des programmes de formation par l’intermédiaire d'Innovation Co-Lab. Ses programmes peuvent être personnalisés afin de répondre aux besoins spécifiques de chaque entreprise. Innovation Co-Lab est un centre d’innovation qui vise à donner accès à des outils, des informations et des ressources liés à l’innovation. Il est conçu pour permettre aux gens de devenir plus innovants dans la résolution de problèmes, de créer des opportunités pour de nouvelles entreprises, de créer des emplois et de s’attaquer à des problèmes sociaux dans leur communauté.

Innovate Durban bénéficie du soutien de plusieurs partenaires, dont Open Cities Lab, Standard Bank, Ubuntu, la Durban University of Technology, Aspen Network of Development Entrepreneurs et la Durban Chamber of Commerce and Industry.

Melchior Koba

Lire aussi:

Afrique du Sud : Softstart BTI développe et fournit un soutien commercial aux start-up technologiques

Published in Tech Stars

Après ses études, il a acquis plusieurs années d’expérience en test logiciel en travaillant pour plusieurs entreprises américaines et françaises. Connaissant l’impact de la technologie, il fonde Expert Team Tunisie pour former les jeunes aux compétences numériques.

Salah El Amami (photo) est un entrepreneur tunisien et un ingénieur informatique formé à l’école nationale d’ingénieurs de Sfax (ENIS) en Tunisie. Il est le fondateur d’Expert Team Tunisie (ETT), un centre de formation continue et de certifications professionnelles.

Fondée en 2010, ETT propose un panel de formations de haute qualité couvrant tous les domaines des technologies de l’information et de la gestion d’entreprises. L’objectif de la start-up est de booster la carrière des jeunes et de leur garantir un emploi stable pour l’avenir. Elle offre déjà plus de 180 thèmes dans 8 domaines de formation. A ce jour, elle compte 3 660 clients certifiés, 352 sessions de formation animées, 3 956 clients satisfaits et 8 448 heures de formations dispensées.

ETT a également développé une plateforme de révisions en ligne appelée Expertest. La plateforme est destinée aux professionnels qui désirent s'entraîner pour passer des certifications et tester leurs compétences pour garantir leur réussite. Expertest fournit une panoplie d’examens blancs et d’exercices corrigés sous forme de pack disponible pour chaque niveau.

Hormis ETT, l’entrepreneur est également le fondateur d’Improve Software en 2016. La start-up est spécialisée dans les tests logiciels. Basée en France, elle propose aussi un service de formation en mode présentiel ou à distance dans le métier de testeur logiciel.

Avant de fonder sa propre entreprise, Salah El Amami a travaillé en tant que responsable qualification chez Orange (2011-2012). Il a aussi été test manager dans plusieurs entreprises comme QuickPlay Media, une entreprise technologique américaine, Solocal Group, une entreprise de marketing digital française, et SeLoger, une marketplace des portails immobiliers en France.

Melchior Koba

Lire aussi:

Imed Elabed connecte les patients du monde aux médecins tunisiens

Published in Tech Stars

Technipole Sup Valor est un hub dynamique de l'innovation entrepreneuriale. Axé sur le développement socio-économique, cet incubateur se distingue en identifiant et accompagnant les porteurs de projets novateurs.

Technipole Sup Valor est un incubateur d’entreprises fondé en 2010 par l’école nationale supérieure polytechnique de l’université de Yaoundé au Cameroun. Sa mission principale est « de contribuer au développement socio-économique du pays, à travers l’identification et l’accompagnement des jeunes porteurs de projets économiques innovants ou à fort potentiel de croissance », peut-on lire sur son site.

L’incubateur accompagne les entrepreneurs en leur offrant une formation en entrepreneuriat, des services de conseil et de coaching et un financement. Il fournit aussi aux entreprises en création un hébergement.

Les incubés bénéficient de locaux pour leurs travaux d’entreprise, d’une salle de réunion, d’une salle d’informatique avec ordinateurs, d’imprimantes et d’une connexion Internet haut débit. Technipole Sup Valor met à leur disposition des experts qualifiés pour les former et les accompagner. Il organise plusieurs activités pour leur permettre de créer un réseau et de mieux comprendre leur marché cible.

L’incubateur a également conçu et développé Technipedia, un site web que les entrepreneurs en herbe peuvent consulter pour rechercher une idée de projet ou des informations concernant leur projet.

Les entrepreneurs incubés par le centre sont hébergés pendant deux ans, dont trois mois en incubateur et 21 mois maximum en pépinière. Orienté vers le numérique, Technipole Sup Valor conseille aussi les jeunes entrepreneurs de tout autre secteur. Il a déjà incubé plusieurs start-up au Cameroun. Parmi les plus connues, on distingue Himore Medical d’Arthur Zang, GiftedMom d’Alain Nteff et Caysti d’Arielle Kitio.  

Melchior Koba

Lire aussi:

Cameroun : Team@Solutions accompagne les start-up en leur offrant un cadre propice et un accompagnement professionnel

Published in Tech Stars

Afin d’aider les entrepreneurs à faire évoluer leurs start-up vers des entreprises prospères et évolutives, Ennovate Ventures offre des programmes d’incubation, une venture studio et des opportunités de financement.

Ennovate Ventures est une entreprise de capital-risque panafricain et un microfonds qui accompagne et finance les innovateurs africains. Basée en Tanzanie, elle aide les entreprises technologiques émergentes à intégrer les innovations disruptives et la durabilité au sein de leurs activités commerciales.

Lancée en 2018, Ennovate Ventures est fondée par Francis Omorojie, un entrepreneur et ingénieur pétrolier qui en est un partenaire en capital-risque. Son objectif est d’aider ses clients à atteindre des performances commerciales optimales.

A travers son centre, Ennovate Hub, l’entreprise gère des programmes d’incubation qui constituent un pipeline de start-up pour son fonds de capital-risque. Les start-up qui prennent part au programme d’incubation d’Ennovate Hub sont soutenues pour créer des entreprises informées du marché et centrées sur les données, qui sont suffisamment fluides pour évoluer et qui créent clairement une proposition de valeur unique pour le marché auquel elles sont destinées.

Parmi les programmes proposés par Ennovate Ventures, on distingue Ennovate UniSpark Project qui rassemble des innovateurs de différentes universités et écoles supérieures pour qu’ils travaillent ensemble au sein d’une équipe dans le cadre d’une activité de sprint de conception d’une durée d’une semaine. 

Plusieurs autres programmes ont été initiés par Ennovate Ventures. Girls TechSpire, l’un des projets de l’entreprise, vise à équiper, former et aider les jeunes filles défavorisées des écoles secondaires à acquérir des compétences en matière de technologies numériques. Le projet Digify-Tech, une autre initiative de l’entreprise, fournit une formation au renforcement des capacités numériques, un mentorat et un accès à des emplois en ligne aux jeunes Tanzaniens.

Ennovate Ventures dispose aussi d’un venture studio appelé Venture Studio qui offre aux entrepreneurs la possibilité de cofonder et de diriger des start-up technologiques à forte croissance. Elle propose aussi une plateforme numérique conçue pour accélérer les transactions d’investissement entre les start-up et les investisseurs. Appelée VentureRoom, cette dernière fait tout le travail initial de repérage des start-up les plus prometteuses, effectue les vérifications préalables et répertorie les start-up en fonction de leur secteur, de leur stade de maturité, de leur lieu d’implantation et de leur tour de table.

Depuis sa création, l’entreprise a supporté plus de 1 000 entrepreneurs numériques et a investi 100 000 USD pour les start-up en phase de démarrage en Afrique de l’Est. Avec plus de 20 partenaires, elle a effectué 11 investissements dans les technologies à forte croissance.

Parmi les start-up soutenues par Ennovate Ventures, on retrouve Farm Noksi, une société de commerce électronique interentreprises axée sur l’agriculture, Gigs Afrika, une plateforme qui ouvre la voie à l’économie de l’emploi dans toute l’Afrique, et Kikundi, une fintech qui permet aux utilisateurs de gérer leur épargne, leurs prêts, leurs investissements et leurs groupes d’épargne.

Melchior Koba

Lire aussi:

Le Tanzanien Andrew Tesha permet aux investisseurs d’acheter et de vendre des actions sur les bourses africaines

Published in Tech Stars

A travers ses programmes de formation, ses conseils et ses solutions technologiques, Innovations Hub Liberia aide les particuliers à atteindre leur objectif et les entreprises à franchir une nouvelle étape dans leur processus de développement.

Innovations Hub Liberia (iHub Liberia) est une société qui a pour objectif de fournir des formations et des services de premier ordre pour aider les individus et les institutions à prospérer à l’ère du numérique. Fondée en 2019, elle est dirigée par l’informaticien Philip Bargin qui en est le directeur exécutif.

Innovations Hub Liberia est une entreprise de formation et de conseil en entrepreneuriat social qui veut améliorer le paysage numérique au Liberia et en Afrique. Pour atteindre ses objectifs, l’entreprise propose des formations en entreprise et des formations professionnelles, pour permettre aux individus d’acquérir les compétences nécessaires pour lancer leur carrière dans des domaines à forte croissance tels que les technologies de l’information et la collecte de données.

« Nous veillons à ce que les participants disposent d’une communauté d’apprentissage simple et complète où ils peuvent partager leurs idées, poser des questions et se mettre au défi avec les nouveaux outils appris au cours de la formation. Nous utilisons WhatsApp comme plateforme d’interaction et d’autres plateformes de réunion telles que Google Meets, Zoom et Microsoft Teams pour les cours et les sessions en direct », peut-on lire sur le site de l’entreprise.

Innovations Hub Liberia offre souvent des événements dédiés pour sensibiliser aux avantages de la technologie pour les entreprises, mettre en relation les étudiants et les experts de l’industrie… Elle organise des séminaires d’entreprises, des camps d'entraînement et de conseil en technologies de l’information et de communication (TIC).

En outre, iHub Liberia fournit des services de conception graphique, de branding, de conception et refonte de sites web, de réseaux informatiques, de développement de bases de données et d’assistance informatique.

Melchior Koba

Lire aussi:

Le Libérien Oliver Wleh Klark remporte le prix du fondateur 2023 de l'Afrique de l'Ouest aux Global Startup Awards

Published in Tech Stars

Dz Hadina Tech est un acteur clé dans le domaine de l’innovation en Algérie et en Afrique. Grâce à ses programmes et à son soutien aux start-up, il contribue à la relance économique de son pays et à la promotion de l’entrepreneuriat numérique.

Dz Hadina Tech est un incubateur numérique né avec l’objectif de promouvoir l’innovation dans de nombreux domaines en Algérie. Il se concentre en particulier sur les jeunes porteurs de projets innovants, en les orientant lors de leurs démarrages ou lors du développement de leurs start-up.

L’incubateur a été fondé par Chaouche Adlane, Benamar Abdelfatah et Abdelkarim Chelali. Ce dernier, gérant actuel de Dz Hadina Tech, est un diplômé de l’école des hautes études commerciales de Koléa option finance et comptabilité. Il est également un cofondateur et le directeur des finances et responsable de la communication de la Fondation algérienne pour la promotion de l’entrepreneuriat et l’appui aux start-up (AFPESS).

Dz Hadina Tech offre aux start-up un soutien technique, des formations, des conseils, ainsi que des mentors qui orientent les nouvelles entreprises et leur permettent d’éviter les erreurs courantes. Parmi les programmes principaux de l’incubateur, on trouve le Dz Excellence Camp et l’Open Innovation Program.

Le Dz Excellence Camp est un programme national pour les jeunes porteurs de projets, les développeurs et les concepteurs. Il est axé sur l’innovation, la créativité et l’originalité dans plusieurs domaines et secteurs en Algérie.

L’Open Innovation Program est un programme qui connecte et crée des relations de travail et de business entre les innovateurs, les entreprises et les grands groupes. A travers des challenges, il soutient et accompagne les projets innovants et accélère les efforts de recherche et développement des entreprises.

Selon les statistiques disponibles, l’incubateur a reçu plus de 300 candidatures, a réussi à lancer plus de 8 start-up, a créé plus de 20 opportunités professionnelles, et a actuellement plus de 15 entreprises incubées. Ces résultats sont le témoignage de son impact en Algérie et en Afrique.

Melchior Koba

Lire aussi:

En Algérie, Walid Ghanemi met en ligne les législations, réglementations et décisions de justice

Published in Tech Stars

Softstart BTI offre un écosystème complet de soutien incluant mentorat, conseils et opportunités de mise en réseau. Il favorise le développement d’entreprises numériques innovantes à l’échelle internationale.

Fondé en 2006, Softstart Business and Technology Incubator (Softstart BTI) est un incubateur de start-up technologique basé à Johannesburg en Afrique du Sud. Il est né de la fusion de Softstart Trust et Bodibeng Technology Incubator et ambitionne de devenir le leader dans la fourniture de services d’incubation d’entreprises technologiques aux entrepreneurs numériques.

Les institutions fondatrices de l’incubateur sont le Conseil pour la recherche scientifique et industrielle (CSIR), l’université de Pretoria (UP), l’université de technologie de Tshwane (TUT) et l’Agence de développement des petites entreprises (SEDA). Son conseil d’administration est dirigé par Dick Sono, un ingénieur électrique.

L’objectif de Softstart BTI est de contribuer au processus de création d’entreprises numériques innovantes et compétitives à l’international. Il propose une gamme complète et intégrée de services de soutien aux entreprises, notamment un espace d’incubation, des services de conseil et de mentorat, ainsi que des opportunités de regroupement et de mise en réseau. 

Les services de l’incubateur incluent le mentorat, le coaching, la formation, la gestion financière et le financement, les ressources humaines, la communication et le marketing. Les entreprises en phase de démarrage au sein de Softstart BTI sont entourées d’individus partageant les mêmes idées et ont accès à toutes les ressources offertes par l’incubateur pour développer leur entreprise jusqu’à ce qu’elle atteigne son plein potentiel commercial.

L’incubateur abrite, dans son centre, plus de 60 entreprises diverses appartenant à des Noirs, et plus de 100 entreprises hors campus et virtuelles figurent dans ses bases de données. Il bénéficie du soutien et du parrainage du programme technologique SEDA (STP), un programme relevant de l’agence de développement des petites entreprises d’Afrique du Sud.

Melchior Koba

Lire aussi:

En Afrique du Sud, Phumi Körber propose une plateforme de vente de vêtements d’occasion

Published in Tech Stars

Le manque de financement des start-up demeure un défi majeur pour le développement économique du continent. Bien que le paysage entrepreneurial africain soit dynamique et en croissance, de nombreuses start-up rencontrent des difficultés à obtenir les investissements nécessaires pour démarrer.

Le nigérian Iyinoluwa Aboyeji (photo, à gauche), cofondateur des start-up Andela et Flutterwave, s'est associé à l'entrepreneure technologique Mia von Koschitzky-Kimani (photo, à droite) pour lancer Accelerate Africa, un accélérateur de start-up en Afrique. L'annonce a été faite au cours d'une entrevue exclusive avec Techcabal.

Soutenu par une subvention de 750 000 $ de l'Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID), cet accélérateur appuiera des start-up sélectionnées dans les 54 pays du continent. La première cohorte, composée de dix start-up en pré-amorçage et en phase de démarrage dans tous les secteurs, participera à un programme intensif de huit semaines.

Le programme d'accélération, qui se déroulera à Lagos et à Nairobi, combinera des aspects tels que le développement commercial, l'intégration technologique, le financement et des opportunités de développement communautaire. L'objectif est de permettre aux start-up africaines de croître plus rapidement et de manière durable.

A la clôture du programme, les start-up impliquées auront l'opportunité de présenter leurs projets à des investisseurs, dont des investisseurs providentiels ayant la capacité de financer les initiatives avec des montants pouvant atteindre 500 000 dollars.

En lançant Accelerate Africa, Iyinoluwa Aboyeji et Mia von Koschitzky-Kimani aspirent à révéler le potentiel illimité de l'esprit entrepreneurial en Afrique. L'objectif est d'accompagner un grand nombre de start-up prometteuses, particulièrement à une époque où elles bénéficient de moins en moins du soutien des accélérateurs internationaux.

« La grande idée est de devenir le Y Combinator [YC, un accélérateur américain de start-up] de l’Afrique. Nous recherchons des fondateurs ayant de grandes idées et des opportunités de marché massives. Ceux qui sont impressionnants et qui auraient pu entrer chez YC, mais qui ne le peuvent pas parce que YC ferme ses portes à l'Afrique », a déclaré Aboyeji.

Samira Njoya

Lire aussi:

Nigeria : la fintech Cleva rejoint Y Combinator et lève un montant de 1,5 million $ pour lancer ses activités

Published in Tech

En Afrique, le nombre de structures d’accompagnement de start-up promouvant le développement de la technologie ne cesse de croître. Au Cameroun, Team@Solutions fait partie des incubateurs qui soutiennent de façon active les entreprises technologiques.

Team@Solutions est un incubateur camerounais spécialisé dans les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC). Il est né d’un partenariat entre Brücke e.V, une organisation allemande qui souhaite aider les étudiants africains à accéder à des connaissances techniques et innovantes, et l’Association internationale pour le développement et l’environnement au 21ᵉ siècle (AIDE21).

Dirigé par Touna Onguene Philippe, coordonnateur, l’incubateur a pour mission de soutenir les jeunes start-up en leur offrant un cadre propice et un accompagnement professionnel. Il aide les entrepreneurs dans la digitalisation de leur structure. Les secteurs d’intervention de l’incubateur sont, entre autres, le commerce, les services, l’industrie, l’agriculture, l’élevage, la santé, la logistique, l’éducation, la bonne gouvernance, l’infrastructure et les énergies renouvelables.  

Team@Solutions propose la conception et la réalisation de solutions IoT (Internet des objets), big data, IA et cloud adaptées au contexte africain. Il a également mis en place des unités de productions et de transformation pour promouvoir la production et la transformation locale des matières premières, dont les produits agricoles.

Misant sur la coopération, l’échange et le partage d’expériences et de connaissance, l’incubateur propose des espaces de coworking. Il propose des formations certifiées dans des filières NTIC et métiers de technologies de construction mécanique. Elle offre aussi des opportunités d’emploi sur le sol allemand pour les développeurs informatiques et les constructeurs mécaniques.

Egalement soutenu par l'agence de coopération internationale allemande pour le développement, GIZ, Team@Solutions a accompagné plusieurs start-up. Parmi ces dernières, on peut citer Health Map qui a mis sur pied un système informatique hospitalier pour faciliter la prise en charge des patients, E-Gadget & IO-Tech qui construit des équipements électroniques dotés de capacités d’IA et d’IoT, ainsi que Katika, une fintech.

Melchior Koba

Lire aussi:

Cameroun : Beehive Incubator & Coworking aide les entrepreneurs à acquérir leurs premiers clients

Published in Tech Stars
Page 8 sur 46

Please publish modules in offcanvas position.