Beehive Incubator & Coworking se positionne comme un acteur clé de l’écosystème entrepreneurial au Cameroun. Il offre des opportunités d’incubation et de coworking aux start-up, entrepreneurs et travailleurs indépendants.

Fondé en 2019, Beehive Incubator & Coworking est un incubateur de start-up et un espace de travail pour les entrepreneurs au Cameroun et en Afrique. Dirigé par Solange Majolaine Tchato, il est dédié à l’accompagnement des start-up et des entrepreneurs indépendants, en leur offrant un environnement propice à l’innovation et à la croissance.

Beehive Incubator & Coworking propose une gamme de services adaptés aux besoins des start-up. Son programme d’incubation accompagne les porteurs de projets dans tout leur processus de développement, de la rédaction d’études de marché à la conception de leur business model. De plus, il offre des formations orientées vers les réflexions stratégiques et pratiques, couvrant des thèmes essentiels tels que la gestion d’une start-up, le marketing, la communication, la finance, la comptabilité, le droit et l’intelligence économique.

En tant qu’incubateur, Beehive Incubator & Coworking permet aux entrepreneurs de prouver leur concept en acquérant leurs premiers clients payants. Il organise des rencontres, dont le StartUp MeetUp consacré aux fondateurs de start-up camerounais et africains. L’incubateur propose aussi des espaces ouverts, des bureaux privés. Il fournit des services de domiciliation et de secrétariat pour les entreprises.  

Reconnaissant que le financement est souvent le premier défi rencontré par les start-up, Beehive Incubator & Coworking soutient également les entrepreneurs dans leur recherche de financement à chaque étape de l’évolution de leur projet. En outre, il aide les start-up dans leur stratégie d’expansion à l’international, en recherchant de potentiels partenaires.

L’incubateur a un impact significatif sur le paysage technologique en Afrique. Il incube actuellement une multitude de start-up. Parmi elles, on distingue Light qui est spécialisée dans les objets connectés et solutions intelligentes, Beauty House qui est un service en ligne de coiffure à domicile, ainsi que med-sync qui offre un service de secrétariat médical 100 % en ligne.

Melchior Koba

Lire aussi :

Kmer Tech : un réseau camerounais de structures d'accompagnement à l'entrepreneuriat technologique et innovant

Published in Tech Stars

Malgré les efforts des gouvernants et des institutions internationales, on constate des avancées poussives dans certaines régions du continent. Les initiatives pour augmenter de façon significative le nombre de spécialistes dans le numérique sont insuffisantes.

Commonwealth Business Women Africa (CBW-A), une entité basée au Nigeria qui vise à éduquer et à inspirer les femmes africaines en matière de leadership et d'entreprenariat, a récemment annoncé, en partenariat avec Kodris Africa, une entreprise leader dans le domaine des technologies de l'éducation, la formation d’un million de filles en codage dans 22 pays d’Afrique.

L’objectif est de révolutionner l'enseignement des matières telles que les sciences, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques (STEM) et de favoriser la parité hommes-femmes dans l'industrie technologique.

« Les jeunes filles qui participeront à ce programme auront l'occasion d'acquérir des compétences du 21e siècle telles que la réflexion sur la conception, la pensée critique et la pensée algorithmique. [...] Les compétences qu'elles acquerront en matière de codage les mèneront également à des environnements en ligne où elles pourront trouver un emploi dès qu'elles auront atteint l'âge de 18 ans, effectuer des livraisons à distance et recevoir des paiements depuis le confort de leur domicile », a indiqué Mugumo Munene, directeur général de Kodris Africa.

Avec la révolution technologique en cours, l’Afrique a besoin de toutes ses ressources pour faire face aux nombreux défis dans le secteur technologique. Dans le but d’insérer plus de femmes africaines dans les métiers liés aux STEM, le gouvernement américain a mis en place le programme TechWomen à l’endroit de certains pays du continent. Divers réseaux, comme WomenTech Network, ont également vu le jour pour soutenir les femmes dans leurs différentes fonctions au sein de l'industrie technologique dans le but de créer un environnement propice à leur épanouissement.

« Dans toute l'Afrique, la sous-représentation des filles dans les domaines des STEM reste un défi important. Selon l'UNESCO, les femmes ne représentent que 28 % des diplômés en STEM dans le monde, et la situation est encore plus grave en Afrique, où les filles sont souvent confrontées à des barrières culturelles et à un accès limité à une éducation STEM de qualité », a expliqué Nana Wanjau, vice-présidente de CBW-A.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi:

Le manque d'investissement et la faible réglementation fragilisent l'Afrique face à la cybercriminalité (rapport)

Published in Tech

Grâce à ses programmes d’incubation et d’accélération, il stimule l’innovation et soutient les entrepreneurs sur le continent. Il a accompagné plus de 1 000 start-up et créé des milliers d’emplois directs et indirects.

Fondée en 2014, xHub Addis est un centre d’incubation et d’accélération où des entrepreneurs enthousiastes sont formés, encadrés et coachés. Basé à Addis-Abeba, en Ethiopie, il a été créé par l’entrepreneur Tewodros Tadesse, qui en est également le président-directeur général actuel.

xHub Addis est un espace ouvert pour les entrepreneurs en informatique, les innovateurs, les technologues, les investisseurs, les entreprises technologiques et les codeurs en Ethiopie. Il offre une gamme de services pour les start-up, y compris le développement de logiciels sur mesure, les services gérés en informatique, la formation, le conseil en stratégie informatique et le développement web.

Le centre aide à développer des entreprises et des services dans les domaines des technologies de l’information, de l’agroalimentaire, de la communication, de la santé, du transport, de l’ingénierie, de l’art, du design et de l’éducation.

xHub Addis a mis en place différents programmes d’incubation et d’accélération, des ateliers, des événements et des opportunités de réseautage afin d’intégrer le leadership et l’entrepreneuriat pour un large éventail d’industries. Ces efforts visent à produire des innovateurs prospères.

Parmi les programmes d’incubation et d’accélération de xHub Addis, on distingue Waka Tech Project. Ce dernier dure 3 à 5 mois et invite les entreprises spécialisées dans la technologie, l’éducation, le climat, les solutions durables, la fintech et plus encore. Le centre a aussi accompagné, en tant que consultant, le programme Tifter Ethiopia du ministère de l’Innovation et de la Technologie et du PNUD. Ce dernier a été conçu pour trouver et soutenir les innovateurs qui créent des solutions permettant de prévenir, de détecter et de contrôler la Covid-19.

En matière d’impact, la xHub Addis a incubé 1 500 entreprises et diplômé 1200 start-up. Il a créé 5 000 emplois indirects et 300 emplois directs. Il est soutenu par plusieurs institutions, dont le PNUD, Mastercard, le British Council, Rotary International, Amref Health Africa et Reach for Change.

Melchior Koba

Lire aussi:

blueMoon : un incubateur éthiopien pour les jeunes entrepreneurs spécialisés dans l’agroalimentaire

Published in Tech Stars

Disposer des compétences et de l'alphabétisation numériques nécessaires s'avère crucial pour réussir dans divers domaines. Il devient donc urgent pour les gouvernements de mettre en place des formations utiles aux citoyens.

231Data, une société libérienne qui fournit des solutions numériques aux entreprises, a lancé le mardi 2 janvier un programme de formation gratuit sur la transformation numérique à Paynesville. Le programme d’un mois soutenu par la Liberia Telecommunications Authority (LTA), vise à doter les citoyens âgés de 11 à 35 ans de compétences numériques de base.

« Notre objectif est de réduire la fracture numérique au Liberia en fournissant des compétences numériques fondamentales à une partie importante de la population, en mettant particulièrement l’accent sur les jeunes, les femmes », a déclaré Niahson Porte, PDG de 231Data.

L’initiative s’inscrit dans le cadre de la réalisation des objectifs du Sommet mondial sur la société de l'information (SMSI), une initiative mondiale visant à relever les défis et à exploiter les possibilités de l'ère numérique. 

Ainsi, le programme prévoit initialement de former 60 personnes dans la ville de Paynesville et à terme, d'atteindre 10 000 personnes à travers le pays au cours des deux prochaines années. Le programme comprend deux sessions de deux heures par jour sur deux semaines, chaque session accueillant 15 stagiaires.

A terme, le programme permettra de réduire le fossé numérique au Liberia afin d’assurer un accès équitable à l'éducation, réduire les inégalités, renforcer le développement économique et donner aux individus et aux communautés les moyens de prospérer dans le monde numérique d'aujourd'hui.

Samira Njoya

Lire aussi:

Sans réel contrôle de l’IA, l’Afrique pourrait servir de cobaye pour de nouvelles solutions (expert IA de l’ONU)

Published in Gestion Publique

Olotu Square est un centre dédié à la construction de success stories dans le domaine de la technologie et de l’entrepreneuriat. Avec son équipe dévouée et ses programmes innovants, il soutient les jeunes entrepreneurs dans la création de leur entreprise.

Olotu Square est un hub d’innovation technologique basé à Port Harcourt, au Nigeria. Fondé en 2016 par Bruce Lucas, Olotu Square est dirigé par Aima Atigari, qui occupe actuellement le poste de président-directeur général.

Depuis sa création, Olotu Square, qui a commencé comme une simple entreprise de technologie logicielle, a mis en place une série de programmes et d’activités visant à renforcer les capacités des jeunes dans le domaine des technologies innovantes et à favoriser l’employabilité et l’entrepreneuriat, en particulier dans la région du delta du Niger au Nigeria.

Parmi ces initiatives, citons la formation en STEM (science, technologie, ingénierie et mathématiques), les visites de campus, la formation industrielle, les événements de formation, les cours intensifs sur l’employabilité, le programme de soutien à l’emploi, l’externalisation des compétences (locales et internationales), la formation à l’entrepreneuriat, l’incubation de start-up, et la mise en place d’un laboratoire d’innovation.

Le centre dispose également d’un espace de coworking favorisant la collaboration entre entrepreneurs. Il fournit aussi un soutien commercial, un mentorat et un réseau d’affaires précieux pour aider les entrepreneurs tout au long de leur parcours de création d’entreprise.

Olotu Square est l’un des partenaires de l’Africa Netpreneur Prize Initiative (ANPI) pour l’Afrique de l’Ouest. L’ANPI est un concours qui cherche à découvrir des entrepreneurs africains dont les histoires inspirent le continent. Les 10 finalistes ont l’occasion de présenter leur pitch à des juges pour tenter de remporter un prix de 1 million de dollars.

Olotu Square a également établi des partenariats avec des investisseurs providentiels et des sociétés de capital-risque pour financer les start-up. En outre, ils ont collaboré avec des partenaires gouvernementaux pour renforcer leur impact. Membre du réseau AfriLabs, le centre est soutenu par Coworkers, Google et VC4A (Venture Capital for Africa), entre autres.

Melchior Koba

Lire aussi:

Nigeria : Luther Lawoyin connecte les consommateurs aux agriculteurs et fournisseurs de produits alimentaires

Published in Tech Stars

Depuis la pandémie de Covid-19, la transition des écoles vers l’enseignement numérique est devenue une urgence. Celle-ci doit s’accompagner de l’adoption de technologies numériques et de nouvelles pédagogies pour garantir aux élèves des compétences et qualifications actuelles.

Le ministère tunisien de l’Education nationale a lancé le mercredi 3 janvier une plateforme numérique éducative baptisée « L’école de la Tunisie du futur ». Elle permet aux élèves et à leurs parents de bénéficier d’un suivi numérique continu afin d’assurer la transparence et la qualité de l’enseignement.

La plateforme est accessible à l’adresse http://www.tarbia.tn./fr. Elle offre des espaces dédiés aux enseignants, aux élèves et aux parents notamment pour l’inscription, les services administratifs, la formation à distance, et le suivi des élèves en matière d’effectifs, d’absences, de sanctions, de devoirs à domicile, ainsi que divers services liés à la restauration, aux bourses et à l’orientation scolaires.

L’initiative s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie numérique du ministère de l’Education, mais également dans le cadre de réalisation du projet « une école moderne au-dessus de chaque colline ». Le projet vise à connecter 3 300 écoles à l’Internet haut débit au cours de l’année scolaire 2023-2024. 

Selon Mohamed Ali Boughdiri, le ministre chargé de l’Education, tous ces projets soulignent l’importance cruciale de la transition numérique pour améliorer la qualité du processus éducatif. La plateforme permettra ainsi de renforcer la transparence et l’efficacité de l’enseignement, tout en offrant des services liés à la restauration, aux bourses et à l’orientation scolaire.

Samira Njoya

Lire aussi:

L’Ethiopie a reçu de Huawei les premiers équipements TIC du projet « Ecoles ouvertes à tous grâce à la technologie »

Published in Gestion Publique

TechWomen, une initiative du gouvernement américain, a annoncé l’ouverture des candidatures pour l’édition 2024 de son programme de formation à l’intention des femmes dans les domaines des sciences, technologies, ingénierie et mathématiques (STEM).

Les candidates au programme doivent avoir au moins deux ans d’expérience professionnelle, au moins un diplôme de l’enseignement supérieur et une bonne connaissance de la langue anglaise. Les pays africains éligibles au programme sont, l’Algérie, le Cameroun, l’Egypte, le Kenya, la Libye, le Maroc, le Nigeria, le Rwanda, la Sierra Leone, la Tunisie et le Zimbabwe.

Les candidates désireuses d’intégrer le programme ont jusqu’au 19 janvier pour postuler via l’adresse : https://www.techwomen.org/participants/eligibility-and-application

Lire aussi:

Le Maroc lance une nouvelle plateforme pour l’éducation numérique des filles

Published in Breves_Une

A la recherche de nouveaux relais de croissance, Meta est plus que jamais déterminée à investir sur le continent, où elle multiplie projets et initiatives. Les résultats sont plutôt satisfaisants.

Meta, le groupe technologique américain détenant les réseaux sociaux Facebook, Instagram ou encore WhatsApp, a déclaré avoir formé en 2023, plus de 21 800 entreprises, plus de 1 000 créateurs à travers les programmes d'innovation, et plus de 160 mille participants à l'alphabétisation numérique. Les données découlent du bilan pour l'année écoulée dévoilée par l'entreprise le mercredi 20 décembre via un communiqué de presse.

« Nous demeurons engagés au service du continent africain et nos faits marquants de l’année 2023 renforcent une partie de l’impact que nous avons pu créer, notamment en soutenant les écosystèmes croissants des créateurs de contenu et en construisant des communautés », a déclaré Kezia Anim-Addo, directrice de la communication en Afrique, Moyen-Orient et Turquie pour Meta.

Neuf projets phares menés à travers le continent en 2023 ont permis à Meta d'enregistrer les accomplissements soulignés. Il s'agit de Creator Lab Live, un programme éducatif unique en son genre destiné aux créateurs de contenu au Nigeria, au Ghana et en Afrique du Sud ; Instagram Creators x Brand Academy cours nano ; « Made by Africa, Loved by the World » ; Chaînes WhatsApp ; EbaSafeOnline ; Sécurité et bien-être des jeunes ; My Digital World ; African XR Realities Lab et Meta Connect 2023.

Selon Méta, ses ressources ont été orientées vers « des initiatives qui s’alignent avec sa mission principale, celle d’outiller les utilisateurs afin de leur permettre de construire des communautés et de rapprocher le monde ».

Samira Njoya

Lire aussi :

Le sud-africain Digify Africa se joint à Meta pour lancer son programme Digify Pro au Kenya

Published in Tech

Depuis quelques années, la cybersécurité est devenue un paramètre avec lequel les pays africains doivent composer. La formation des talents dans le domaine est devenue indispensable.

L’American Business Council (ABC) a lancé le mardi 19 décembre un centre virtuel pour former les talents nigérians dans le domaine de la cybersécurité. L’objectif est de combler le déficit de compétences dans le secteur.

« Nous essayons de sensibiliser à la pénurie de talents que nous connaissons au Nigeria. Il est urgent de renforcer les capacités et d'améliorer les compétences sur le marché afin de favoriser la cybersécurité au Nigeria », a indiqué Margaret Olele, directrice générale et secrétaire exécutive d’ABC.

L’accélération de la transformation numérique a permis aux nations africaines de prendre conscience de l’importance de disposer d’un cyberespace sûr. Le Nigeria, un des pays phares du continent en matière de technologie, figure parmi les meilleurs élèves dans le secteur de la cybersécurité. Il dispose d’une équipe nationale de réponse aux incidents informatiques (CIRT) et d’une stratégie nationale de cybersécurité. Selon l’indice mondial de cybersécurité de l’Union internationale des télécommunications de 2020, le pays dirigé par Bola Tinubu se classe au quatrième rang continental avec un score de 84,76, juste derrière le Ghana et devant le Kenya.

S’exprimant sur le sujet, Aderonke Adeyegbe, directrice générale de Commercio Limited, une entreprise nigériane opérant dans les technologies de l’information et de la communication, a déclaré : « nous avons besoin d'une usine à talents qui réponde aux normes internationales auxquelles les étudiants seraient exposés. C'est l'un des moyens de combler la pénurie de compétences en cybersécurité au Nigeria et dans le monde ».

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi :

Le manque d'investissement et la faible réglementation fragilisent l'Afrique face à la cybercriminalité (rapport)

L’adoption croissante du numérique en Afrique accentue les risques cybercriminels sur le continent

Published in Tech

Ingenious City est une plaque tournante où les entrepreneurs en RD Congo peuvent se connecter et construire ensemble des solutions impactantes. Elle a déjà incubé plus d’une centaine de projets et continue de promouvoir l’entrepreneuriat. 

Ingenious City est un incubateur congolais qui forme aux compétences entrepreneuriales, promeut l’esprit d’entreprise et connecte les acteurs de l’écosystème en RD Congo. Fondé en 2018 par Alexis Indenge et François Ngenyi, il s’est donné la mission de favoriser la collaboration entre entrepreneurs pour construire des solutions impactantes.

De façon concrète, l’incubateur organise des modules de formation centrés sur l’entrepreneuriat et adaptés à l’écosystème congolais. Il offre des éléments d’orientation et des conseils pour une meilleure performance des idées innovantes.

Ingenious City dispose d’un espace physique de travail de 1 200 m² bien aménagé pour les entrepreneurs afin de promouvoir le réseautage et la coopération. A travers son service d’incubation d’entreprise, il facilite le lancement des start-up en leur fournissant un espace de travail professionnel et un accès aux ressources qui leur sont indispensables, y compris le financement.

En somme, il identifie les projets qui proposent des solutions réelles aux problèmes de la société et leur apportent un soutien logistique et un coup de pouce financier afin qu’ils puissent fonctionner et se développer. Il accompagne les projets qui évoluent dans les domaines de la technologie, de l’agroalimentaire, de l’industrie et des services.

Avec l’aide de son réseau de plus de 150 experts et mentors, Ingenious City a incubé plus de 100 projets depuis son lancement. Il est soutenu par plus de 25 partenaires et sponsors, dont la banque RAWBANK.

Melchior Koba

Lire aussi :

RD Congo : I&F Entrepreneuriat accompagne les entrepreneurs de l’étape d’idée à l’acquisition de leurs premiers clients

Published in Tech Stars
Page 12 sur 48

Please publish modules in offcanvas position.