Solutions

Solutions (582)

Jessica Boonstra a commencé l’aventure dans le garage de sa maison. Quelques années plus tard, elle a réussi plusieurs tours de table et positionne sa start-up sur un segment de niche d'e-commerce dans la nation arc-en-ciel.

Yebo Fresh est une solution d’e-commerce développée par une start-up sud-africaine. Elle permet aux utilisateurs, en l’occurrence les détaillants des épiceries dans les townships du Cap et de Johannesburg, de se ravitailler en produits alimentaires depuis un smartphone ou un ordinateur. La start-up, basée dans la ville du Cap, a été fondée en 2018 par Jessica Boonstra. Depuis son lancement, elle a déjà levé environ 5,5 millions $ pour accélérer sa croissance et diversifier ses offres.

« La révolution mondiale du commerce électronique ne devrait pas seulement être accessible à une poignée de Sud-Africains, Yebo Fresh vise à étendre cette révolution à la majorité et, ce faisant, à accéder à un énorme marché inexploité. Nous utilisons la technologie, des processus innovants et des partenariats pour rendre les achats alimentaires plus faciles, moins chers et plus sûrs, et nous contribuons à offrir à nos clients des options alimentaires plus saines », a déclaré Jessica Boonstra.

L’application mobile de la solution est uniquement accessible sur Android. L’utilisateur, après téléchargement, crée son compte et accède aux divers services. Il pourra effectuer ses achats et se faire livrer à sa boutique dans les 24 heures. Outre la commande via l’application mobile ou plateforme web, il est possible de passer les commandes via le réseau social WhatsApp. Il faudra dans ce cas envoyer une liste des produits d’épicerie à acheter et suivre les recommandations de l'interlocuteur pour conclure l’achat.

Yebo Fresh a également mis en place le paiement différé. Les détaillants peuvent ainsi se ravitailler et échelonner les paiements jusqu’à solder le montant dû. Un tour de table de 78 millions de rands (4,2 millions $) lui permet de déployer ce service. « Le marché des townships se développe rapidement et nous sommes fiers d'être à l'avant-garde de sa révolution numérique », a déclaré Jessica Boonstra.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi :

Tunisie : Capsa Food, avec son application mobile, connecte les restaurants et clients de la ville de Gafsa

Posted On jeudi, 02 novembre 2023 17:16 Written by

L’augmentation du taux d’inclusion financière est un axe majeur de nombreux startupers africains. Les solutions de technologies financières se multiplient, les unes aussi innovantes que les autres.

Babimo est une solution fintech développée par une start-up ivoirienne. Elle permet aux utilisateurs de régler des factures en ligne sans contact grâce au code QR. La start-up, basée à Abidjan, a été fondée en 2021 par El Mehdi Messek.

La solution dispose d’une application mobile accessible sur iOS et sur Android. L’utilisateur, après téléchargement, crée un compte avec son numéro de téléphone et un code PIN. Il pourra après cela accéder aux divers services. Outre le règlement des factures en ligne grâce au code QR, l’utilisateur peut transférer de l’argent à ses contacts via les réseaux mobiles Moov Africa, MTN ou encore Orange. Il est également possible de payer du temps d’antenne.

Le portefeuille numérique de Babimo peut être rechargé par mobile money. En effet, pour effectuer des transactions commerciales en ligne, il est indispensable de disposer de fonds sur son compte Babimo et grâce aux opérateurs de téléphonie mobile cités plus haut, l’utilisateur peut effectuer cette opération financière. La fintech prend des commissions sur les différentes opérations. Par exemple, pour la recharge d’un montant de 25 000 FCFA (environ 40 $) sur son portefeuille, l’utilisateur paie des frais de transfert opérateur qui s’élève à 625 FCFA et des frais de rechargement de compte de 125 FCFA. Son compte sera alors crédité de 24 250 FCFA s’il effectue une telle opération.

La start-up, passée par Orange Fab, a reçu diverses distinctions depuis son lancement. En 2022, elle se place à la deuxième place et reçoit un chèque de 5 000 000 FCFA lors du Moov Start Up Challenge. Au début de l’année 2023, elle a remporté le premier prix, un chèque d’un montant de 2 millions FCFA, lors de la première édition du Hackathon IMP’HACK organisé par la plateforme de paris en ligne 1xbet et Go Impact Côte d’Ivoire. En octobre 2023, elle figure dans la cohorte de l’Africa Startup Initiative Program de Startupbootcamp Afritech.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi :

Mukuru permet d’envoyer de l’argent depuis l’Afrique du Sud partout dans le monde

Posted On lundi, 30 octobre 2023 13:22 Written by

Les technologies financières sont en pleine croissance sur le continent. De nombreux tech entrepreneurs africains veulent offrir les meilleurs services dans ce secteur à la population, d’où la prolifération des solutions fintech.

Mukuru est une solution fintech développée par une jeune pousse sud-africaine. Elle permet aux utilisateurs, en l’occurrence ceux vivant en Afrique du Sud et au Royaume-Uni, d’envoyer de l’argent partout dans le monde. La start-up, basée dans la ville du Cap, a été fondée en 2004 par Rob Burrell.

« Avec de plus en plus de points d'accès numériques via USSD, WhatsApp et l'application Mukuru, par exemple, les clients sont de plus en plus à l'aise avec des choses comme l'auto-signature, y compris la connaissance numérique du client et l'embarquement, ce qui non seulement renforce la présence de notre marque, mais rapproche les clients de l'inclusion financière et de niveaux plus élevés de sophistication des transactions financières », a indiqué Andy Jury, président-directeur général de la fintech, en 2020.

La solution dispose d’une application mobile accessible sur iOS, sur Huawei et sur Android. L’utilisateur, après téléchargement, devra se créer un compte avec ses informations personnelles. Il pourra ensuite accéder aux divers services de la fintech. Entre autres, on peut citer l’envoi et la réception de fonds, les paiements en ligne, la carte Mukuru, la couverture funéraire et la prestation funéraire.

Pour l’envoi et la réception de fonds, la fintech propose de les faire également via WhatsApp ou via un code USSD. L’objectif est d’atteindre le plus de personnes possibles avec ce service. Outre cela, il est possible de souscrire à une couverture funéraire à cotiser pour planifier vos funérailles. Mukuru propose divers forfaits pour que l’utilisateur puisse choisir le standing de sa cérémonie de funérailles. Quant à la prestation funéraire, c’est une variante de l’assurance-vie. L’utilisateur cotise pour qu’à sa mort, ses bénéficiaires puissent recevoir d’un montant.

La fintech veut s’étendre à plus de pays, en commençant par l’Afrique australe. Depuis son lancement, la version Android de l’application mobile a déjà été téléchargée plus de 100 000 fois, d’après les données de Play Store.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi :

Afrique du Sud : Machankura favorise les transferts de bitcoins entre particuliers sans connexion Internet

Posted On mercredi, 25 octobre 2023 13:55 Written by

Dans le but de lutter contre le chômage des jeunes, cette edtech a mis en place un programme pour les aider à acquérir plus de compétences pendant des ateliers et avec des cours en ligne.

Crafty Workshop est une plateforme edtech développée par une jeune pousse égyptienne. Elle permet aux utilisateurs d’accéder à des cours en ligne et à divers contenus vidéos dans des domaines tels que l’artisanat, la technologie ou encore la photographie.

La start-up, basée au Caire, a été fondée en 2019 par Hadeer Shalaby et Amgad Moustafa. Elle a annoncé la semaine dernière la réussite d’un tour de table d’un montant de 400 000 $ pour entre autres améliorer sa technologie et diversifier ses offres.

La solution ne dispose pas d’une application mobile. Il faut passer par un navigateur et se rendre à l’adresse web de la plateforme pour accéder aux services. Il est néanmoins indispensable de disposer d’un compte avant de souscrire à un quelconque service sur Crafty Workshop. La plateforme est accessible tous les jours de la semaine et il est possible de suivre ses cours à tout moment. La start-up propose un éventail de cours gratuits et de cours payants, accessibles uniquement après un abonnement.

L’abonnement coûte 150 livres égyptiennes (4,85 $) par mois et 500 livres par an. Il permet d’accéder à des contenus premium et il est possible de le partager avec un ami ou un membre de sa famille. Par ailleurs, la plateforme intègre une place de marché en ligne où les artisans disposent d’une boutique virtuelle où ils peuvent vendre leurs articles aux internautes. Il est également possible de s’inscrire comme formateur et de partager ses connaissances en dispensant des cours en ligne et/ou en tenant une boutique en ligne.

Crafty Workshop a des rêves d’expansion. Avec son récent tour de table, la cofondatrice Hadeer Shalaby explique que les fonds serviront à étendre la portée de la jeune pousse à la région du Golfe et à enrichir la bibliothèque de contenus.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi :

Egypte : Super Fny offre des formations en ligne via sa plateforme web

Posted On lundi, 23 octobre 2023 17:11 Written by

Pour figurer parmi les meilleurs du monde, la jeune pousse technologique a bataillé dur au plan national avec 245 concurrents. Au plan international, elle a su se démarquer parmi 1 300 autres.

En quelques mois, la start-up camerounaise Services for Aged, représentée par Olivia Kamga (photo, a gauche), a gagné en crédibilité auprès de la communauté tech national et international. Lancée officiellement à Yaoundé le 1er octobre 2023, lors de la célébration de la journée internationale des personnes âgées, elle a déjà remporté deux distinctions pour sa plateforme numérique de mise en relation au service de personnes âgées à domicile dans les zones rurales. La société télécoms Orange lui attribue un fort impact social bénéfique.

Au prix spécial féminin, décerné le 20 juillet dernier à Douala par Orange Cameroun lors de la phase nationale du Prix Orange de l’entrepreneur social en Afrique et au Moyen-Orient (POESAM), est venu s’ajouter le prix coup de cœur remporté mercredi 18 octobre à Kigali au Rwanda dans le cadre de la phase internationale de la compétition organisée par Orange Middle East and Africa. Kelbe Ekani Rose Virginie, la directrice générale de la startup, affirme que les fonds obtenus contribueront à développer davantage la plateforme de services et d'accéler le recrutement de partenaires. 

Services of Aged donne aux personnes vivant à l'étranger ou en ville, très absorbées par diverses occupations, la possibilité de veiller sur leurs parents restés au pays ou encore qui ont préféré retourner dans leur environnement culturel, quand ils ont du mal à leur rendre visite ou à prendre soin d'eux comme ils le voudraient. La start-up qui travaille avec des auxiliaires de soins et de vie sociale a fait des personnes âgées des zones rurales sa cible car elles sont souvent victimes d'exclusion sociale, d'isolement et de problèmes de santé.

Quatre types d’offres sont proposés à la carte ou par abonnement mensuel : observance médicale et préventive, hygiène de vie et soins corporels, consultations à domicile, réalisation des courses, loisirs et vie sociale, services sur mesures. Un réseau de prestataires qualifiés, recruté à travers le Cameroun, est déjà déployé pour répondre aux sollicitations qui se multiplient. Le service est disponible dans plusieurs régions du pays dont le Centre et l’Ouest. Les souscripteurs à Services of Aged reçoivent un rapport régulier sur la prise en charge de leurs parents.

A travers sa solution numérique accessible sur mobile et ordinateur, Services of Aged démontre que la transformation numérique qui s’opère en Afrique et au Cameroun en particulier offre aujourd’hui aux populations de nombreuses possibilités de préserver le lien social avec leurs proches.

Lire aussi :

Cameroun : Adinkra, Clinic Home, Nkwa et Services For Aged remportent l’édition 2023 du Poesam 

Posted On vendredi, 20 octobre 2023 16:36 Written by

Dans le but d’aider les populations à planifier leurs voyages en bus à l’intérieur du royaume chérifien, des tech entrepreneurs ont mis en place une solution numérique sur mesure.

MarKoub est une solution numérique développée par une jeune pousse marocaine. Elle permet aux utilisateurs de rechercher les prix et horaires des bus, de comparer les offres de plusieurs compagnies de transport et de réserver ses billets en ligne. La start-up, basée à Rabat, a été fondée en 2017 par Omar Chaabi et Zouhir Droussi.

La solution dispose d’une application mobile accessible sur iOS, sur Huawei et sur Android. L’utilisateur peut, après la création de son compte avec son adresse e-mail, rechercher les offres disponibles en renseignant la date du voyage, la ville de départ, la ville d’arrivée et le nombre de voyageurs. Il pourra ensuite choisir la compagnie qui lui convient, le(s) siège(s) et valider son achat en payant via les moyens de paiement accessibles sur l’application.

Après cette étape, l’utilisateur reçoit un e-mail de confirmation avec le code de son ticket qu’il présentera le jour du voyage pour embarquer dans le bus. Il faut signaler que des frais de réservation de 5 dirhams marocains (environ 0,49 $) sont applicables sur certains trajets. Aussi, en fonction de la taille et du poids des bagages, certaines sociétés peuvent demander de payer des frais supplémentaires.

La start-up a signé des partenariats avec plus d’une soixantaine de compagnies de transport. La version Android de son application mobile a été téléchargée plus de 100 000 fois, d’après les données de Play Store.

Depuis son lancement, elle a reçu diverses récompenses, en l’occurrence le Hackathon Royal Air Maroc en 2017, le prix de l’entrepreneuriat de Maroc Telecom en 2018, la distinction de l’application de l’année lors des Moroccan Web Awards en 2019 et le prix de bronze de la Huawei Developer Competition (2020). En 2023, elle a été sélectionnée parmi les 100 start-up marocaines et a participé au GITEX Africa à Marrakech.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi :

Tunisie : Capsa Food, avec son application mobile, connecte les restaurants et clients de la ville de Gafsa

Posted On vendredi, 20 octobre 2023 11:07 Written by

Dans le but d’aider les propriétaires de véhicules à mieux protéger leurs biens, une start-up a mis en place une solution sur mesure.

 Alltrack est une solution numérique développée par une start-up mozambicaine. Elle permet aux utilisateurs de suivre leurs véhicules en temps réel depuis une application mobile. Americo Chaquisse, l’un des fondateurs de la start-up basée à Maputo, a eu cette idée en 2015 quand il a acheté son premier véhicule.

« J'étais préoccupé par la sécurité de ma voiture et les solutions disponibles sur le marché à l'époque étaient coûteuses et ne me donnaient pas la possibilité de contrôler moi-même ma voiture ou d'intégrer leurs solutions à d'autres dispositifs matériels. J'ai donc décidé de créer ma propre solution. [...] Dans le pire des cas, l'utilisateur est autorisé à bloquer la voiture, en coupant l'huile et l'électricité. Tout cela peut être fait à l'aide d'un smartphone », a déclaré M. Chaquisse.

L’application est accessible sur iOS et sur Android. L’utilisateur, après téléchargement, créera un compte pour accéder au tracker de son véhicule. Il faut souligner que le dispositif est préalablement installé et même en cas de retrait de la batterie du véhicule, l’application peut toujours fonctionner normalement. Entre autres, Alltrack permet au propriétaire de localiser aisément sa voiture, d’avertir quand un tiers la démarre, de connaître tous les itinéraires pris par la voiture ou encore de savoir si quelqu’un touche ou essaie d’ouvrir une des portières du véhicule.

La start-up propose un test de sept jours où l’utilisateur aura accès à la position de son véhicule en temps réel, à la serrure du véhicule ou encore aux alertes. A part cela, il y a le forfait bronze facturé à 800 meticals (environ 12,52 $) pour une durée de 6 mois et le forfait argent d’une durée d’un an qui coûte 3 500 meticals. Avec ce dernier, l’utilisateur aura accès à toutes les fonctionnalités de la solution.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi :

Au Gabon, Pozi aide les particuliers et les gestionnaires de flotte à tracker leurs véhicules

Posted On jeudi, 19 octobre 2023 13:21 Written by

Dans le but d’aider les populations à accéder aisément aux polices d’assurance, trois tech entrepreneurs ont mis en place une solution sur mesure avec l’intégration de l’intelligence artificielle.

Haba est une solution insurtech développée par une jeune pousse nigériane. Elle permet aux utilisateurs d’accéder à diverses polices d’assurance depuis son application mobile. La start-up, basée à Lagos, a été fondée par Constance Oshafi, Stephen Onwe et Paul Showemimo. Elle a levé 75 000 $ la semaine dernière pour améliorer sa technologie et accélérer sa croissance au Nigeria.

« Haba InsurTech est positionnée pour redéfinir l'accessibilité à l'assurance, responsabiliser les assurés et façonner l'avenir du secteur de l'assurance au Nigeria. Alors que le paysage de l'assurance évolue, Haba InsurTech se présente comme un phare de l'innovation, prêt à rendre l'assurance plus facile, plus fiable et, en fin de compte, plus centrée sur le client », a indiqué la start-up.

L’application est disponible sur iOS et sur Android. Après téléchargement, l’utilisateur s’inscrit en créant des identifiants de connexion puis il peut accéder aux divers services de l’insurtech. Elle propose des assurances pour les voitures, la maladie ou encore les gadgets. Avec Haba, il est donc possible d’assurer un smartphone, une tablette ou un ordinateur.

La souscription à une police d’assurance est gérée par un agent conversationnel basé sur l’intelligence artificielle. Une fois dans le compte, il faudra cliquer sur l’icône + puis sélectionner le type d’assurance. La discussion avec l’agent conversationnel se lance et il vous demande les informations nécessaires pour effectuer l’estimation. Après cette étape, l’utilisateur est libre de souscrire ou pas à la police. Toutefois, s’il est d’accord, il renseigne les informations pour un paiement en ligne.

En ce qui concerne les réclamations, l’agent conversationnel de l’application s’occupe de tout. Il suffit d’appuyer sur le bouton dédié et d’engager la discussion avec lui par rapport à une réclamation. L’utilisateur choisit la manière dont il préfère que sa réclamation soit réglée : un paiement en espèces ou remettre la voiture ou le gadget endommagé au centre de service de l’insurtech.

Par ailleurs, depuis son lancement, la version Android de l’application a été téléchargée un peu plus d’une cinquantaine de fois, selon les données de Play Store.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi :

Botswana : Alpha Direct offre des polices d’assurance via ses plateformes web et mobile

L’insurtech Naked utilise l’IA pour fournir des polices d’assurance sur mesure aux Sud-Africains

Posted On mercredi, 18 octobre 2023 15:17 Written by

L'industrie du streaming est en pleine croissance dans le monde. Les plateformes africaines essayent de se faire une place sur le marché, dominé par des géants comme Spotify, Deezer ou encore Apple Music.

Colorfol est une solution numérique développée par une jeune pousse camerounaise. Elle permet aux utilisateurs d’accéder à des contenus audios et vidéos faisant la promotion de la musique africaine et des artistes indépendants. La jeune pousse, basée à Douala, a été fondée en 2019 par Ronny Kitio.

La solution dispose d’une application mobile accessible sur iOS et sur Android. L’utilisateur, après téléchargement, crée son compte avec son adresse e-mail et un mot de passe. Il pourra ainsi accéder aux divers contenus de l'application. En fonction de ses goûts, l’utilisateur peut orienter ses recherches et passer plus de temps sur Colorfol. La start-up propose deux plans d’abonnement : le plan gratuit et le plan premium qui se facture à 0,2 euro la journée.

Avec le plan gratuit, il est possible d’accéder à tous les contenus de la plateforme, des chansons aux podcasts, mais les publicités sont inévitables. Pour s’en débarrasser, il faudra opter pour l’abonnement premium avec lequel il est possible d’accéder en plus aux paroles des chansons, d’écouter hors ligne ou encore d’accéder à la radio en ligne. La qualité audio est également meilleure qu’avec le plan gratuit.

Outre ces fonctionnalités, Colorfol intègre une billetterie en ligne où l’utilisateur peut se procurer des tickets pour les showcases, les concerts, les spectacles ou encore les événements culturels auxquels prendront part divers artistes. La start-up intègre plusieurs moyens de paiement tels que le mobile money, les cartes bancaires et les applications d’envoi d’argent pour effectuer les transactions sur la plateforme.

Depuis son lancement, la version Android de l'application mobile a déjà été téléchargée plus de 5 000 fois. Colorfol figure parmi les dix start-up africaines lauréates de l’édition 2023 de l’AFD Digital Challenge.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi :

Bénin : DingaStream, un Spotify plus adapté aux réalités africaines

RDC : Baziks, une application de streaming musical qui fait vivre les rythmes congolais autrement

Posted On mardi, 17 octobre 2023 14:50 Written by

Dans le but de faciliter l’organisation des événements et l’acquisition des billets par le public, un tech entrepreneur ivoirien a développé une solution technologique.

SkanTicket est une solution technologique développée par la jeune pousse ivoirienne Skan Technologies. D'une part, elle permet aux promoteurs d'événements de créer des événements sur mesure, de proposer des billets et/ou des invitations en ligne, de promouvoir l'événement et de gérer le contrôle d'accès le jour J. D'autre part, elle offre aux populations la possibilité de se procurer des billets pour divers événements en ligne. La start-up a été lancée par Nancy Aphey Anicet Amani.

L’application est accessible sur iOS et sur Android. L’utilisateur, après téléchargement, peut créer son compte en renseignant son adresse e-mail et un mot de passe. Après cela, il peut mettre en place des billetteries en ligne s’il est un promoteur d’événements ou un acheter les billets d’événement disponibles sur la plateforme. Pour chaque événément créé, SkanTicket fournit un minisite que le promoteur personnalise avec le logo de l’événement, les images, etc.

Si le promoteur dispose d’un site ou s’il en a prévu pour l’événement, il peut, depuis son espace organisateur, intégrer la billetterie en exportant d’un simple copier-coller le widget. Vous n’avez pas besoin de compétences particulières en informatique pour utiliser l’outil. Après la mise en vente des billets, il faudra attendre les 1er et 16 de chaque mois pour recevoir l'argent des ventes réalisées. Il est reversé par virement bancaire. Il est également possible de ne recevoir l'argent qu'après la fin de l'événement.

SkanTicket, qui intègre les paiements par mobile money des opérateurs télécoms MTN et Orange, perçoit 5% de toutes les ventes. Elle prévoit également un code USSD pour permettre aux utilisateurs ne disposant pas de smartphones de faire des opérations sur la plateforme. Depuis son lancement, la version Android de l’application mobile a déjà été téléchargée plus de 10 000 fois. En 2023, la jeune pousse a été sélectionnée avec neuf autres start-up parmi les lauréats de l’AFD Digital Challenge.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi :

Au Bénin, Faevent offre des services de billetterie en ligne pour les événements

Posted On vendredi, 13 octobre 2023 14:58 Written by
Page 8 sur 42

Please publish modules in offcanvas position.