Pour réussir l’inclusion numérique de la population et la transformation 4.0 du continent, la Smart Africa Alliance a besoin de la collaboration de plusieurs acteurs. L’organisation publique-privée a récemment signé plusieurs partenariats à cet effet.

Dans le cadre de la 6e édition du Transform Africa summit, qui s'est ouvert le 26 avril au Zimbabwe et s'achève aujourd'hui 28 avril, la Smart Africa Alliance a signé plusieurs accords de partenariat. Ils permettront à l'organisation panafricaine qui promeut la transformation numérique du continent dans tous les secteurs clés de renforcer cette vision prioritaire.

Parmi les accords signés, figurent des partenariats avec Internet Society, Hitachi Systems Security, Estonian ICT, l'université de Zhejiang et Innovation for Policy foundation (i4Policy).

Avec Internet Society, Smart Africa a signé un protocole d’entente visant à collaborer sur divers aspects, notamment le développement de réseaux communautaires, la mesure de la résilience et de la fiabilité d'Internet et le renforcement des capacités.

Avec la société canadienne Hitachi Systems Security, Smart Africa ambitionne d'assister et de soutenir le cyberespace africain entre autres.

L’accord avec Estonian ICT, une association estonienne des technologies de l'information et des télécommunications, prévoit la conception, le développement, le déploiement et l'exploitation d'infrastructures publiques numériques sur le continent.

La collaboration avec l'Université de Zhejiang contribuera à la production et à la diffusion des connaissances à travers la Smart Africa Digital Academy (SADA).

Avec Innovation for Policy foundation, la Smart Africa envisage une collaboration sur divers sujets conformes à leur vision et mission respectives. I4Policy milite et fait du lobbying pour l'adoption de politiques favorables à l'innovation dans divers secteurs, notamment le numérique.

Signalons que ces nouvelles collaborations s'ajoutent à celle signée le mardi 25 avril avec le Fond africain de développement (FAD) pour le lancement du projet IDECT visant à booster le commerce électronique en Afrique 

Lire aussi :

Le FAD et la Smart Africa Alliance lancent un projet de 1,5 million $ pour booster l'e-commerce en Afrique 

Published in Gestion Publique

L’Agence des systèmes d’information et du numérique (ASIN) a organisé, le jeudi 20 avril à Cotonou, un atelier en vue de l'évaluation et l'actualisation de la Stratégie nationale de sécurité numérique.

Ce bilan à mi-parcours a permis aux acteurs de l’écosystème du numérique de poser les bases de son actualisation. L'objectif est de mieux répondre aux nouveaux enjeux nés des évolutions des usages numériques et des menaces qui y sont liées, trois ans après sa mise en œuvre.

Lire aussi :

Le Rwanda et le Bénin désirent coopérer dans le numérique

Published in Breves_Une

Le gouvernement provincial de Kinshasa a procédé le vendredi 21 avril au lancement d’un logiciel pour collecter les impôts et taxes dus à la ville de Kinshasa.

Ce logiciel développé par la société OKAB, basée à Dubaï, permettra de lutter contre la corruption et de faciliter la gestion de la mobilisation des recettes.

Lire aussi :

 RD Congo : Raxio et CSquared s’associent pour offrir une meilleure connectivité Internet à la population

Published in Breves_Simple

Le Côte d’Ivoire se dotera dans les prochains mois d’une agence nationale de sécurité des systèmes d’information (ANSSI) et d’un centre de supervision national des opérations de sécurité.

Le ministre de la Communication et de l’Economie numérique, Amadou Coulibaly (photo), l’a annoncé le lundi 24 avril lors de la cérémonie d’ouverture de la 3e édition du Cyber Africa forum (CAF), qui s’est tenue du 24 au 25 avril 2023, à Abidjan.

Selon Amadou Coulibaly, ces instruments viendront renforcer le dispositif de sécurité nationale et permettront de progresser dans l’indice global de cybersécurité au niveau continental et international.

Lire aussi :

L’adoption croissante du numérique en Afrique accentue les risques cybercriminels sur le continent

Published in Breves_Une

Le Parlement mauricien a discuté, mardi 25 avril, de la « Mauritius Digital Promotion Bill », un projet de loi portant sur la promotion du numérique en île Maurice.

Présenté par le ministre de la Technologie de l’information, de la Communication et de l’Innovation, Deepak Balgobin, ledit projet de loi vise à remplacer la National Computer Board Act et prévoit la création d’une agence pour la promotion des TIC qui contribuera à l’accessibilité de la technologie et au développement des compétences numériques dans le pays.

Lire aussi :

Ouganda : Ridelink veut résoudre les problèmes de logistique des entreprises en Afrique grâce à la technologie

Published in Breves_Une

Recapitaliser la société nationale La Poste pour la sauver des difficultés est l’une des préoccupations du gouvernement sénégalais. L’une des solutions proposées pour la relance s’avère être la numérisation des services.

Le directeur général de La Poste du Sénégal, Mohamadou Diaite, et le directeur général d'Orange Finances Mobiles Sénégal, Cheikh Tidiane Sarr, ont signé le mardi 25 avril à Dakar une convention de partenariat visant à unir les deux entreprises pour la réalisation de projets innovants.

« Au-delà des retrouvailles de ces deux entités, sœurs, ce modèle de partenariat unique s’oriente vers la gestion du client et sa prise en charge par des services innovants et inclusifs tels que formulés dans le Plan Stratégique d’Expansion (PSE-La Poste) », a expliqué La Poste sur Twitter.

Depuis quelques mois, le gouvernement sénégalais s’est donné pour ambition de redresser La Poste et relancer ses activités. Pour ce faire, les acteurs du secteur ont mis sur pieds un Plan Stratégique d’Expansion visant à transformer l’opérateur public du service postal, moderniser le centre de tri et le centre de courrier hybride, mettre en place un centre de relation clientèle moderne, améliorer des process, produits et services existants et mettre en place des services innovants.

Pour réaliser ces objectifs, l’opérateur public du service postal s’est allié à des partenaires de choix, dont les plus récents sont Orange Finances Mobiles et Ecobank.

Le nouveau partenariat permettra ainsi à La Poste de profiter de l’expérience d’Orange dans la mise en place des services et des produits innovants. Orange quant à lui profitera des « différents atouts de La Poste, tels que sa proximité avec les populations, l’extension de son réseau lui permettant d’être un allié sûr au regard du contexte actuel qui prévaut dans un secteur aussi dynamique que celui du Mobile Money qui est en pleine mutation », a indiqué La Poste sur les réseaux sociaux.

Samira Njoya

Lire aussi :

Sénégal : le nouveau DG de La Poste fait de la numérisation une de ses grandes priorités

Published in Gestion Publique

Le faible taux de pénétration d’Internet et la demande croissante pour le haut débit ont attiré de nombreux investisseurs internationaux et locaux en République démocratique du Congo. Pour satisfaire la population, les entreprises s’unissent et développent des stratégies communes.

CSquared, une société spécialisée dans la construction et l’exploitation de réseau de fibre optique en Afrique, et Raxio, un opérateur de gestion de centres de données à travers l’Afrique, ont signé le vendredi 21 avril à Kinshasa un protocole d’accord visant à améliorer la connectivité Internet en République démocratique du Congo.

Yannick Sukakumu (photo, à gauche), le directeur général de Raxio en RDC, explique que le protocole d’accord apporte la pièce manquante à Raxio pour servir ses clients dans le pays. Il permettra à CSquared RDC de connecter les différents centres des données Raxio afin de permettre à tous les clients de bénéficier de la meilleure connexion Internet.

Le partenariat s’inscrit dans le cadre de l’ambition de Raxio visant à déployer un certain nombre des centres de données pour pouvoir héberger des équipements informatiques, des infrastructures critiques de communication, entre autres. Pour CSquared, cette collaboration fait partie d’une stratégie cohérente visant à étendre son empreinte à toute l’Afrique dans un contexte marqué par la forte demande en connectivité à haut débit sur le continent.

« En mettant en place les infrastructures telles que la fibre optique et des centres de données, en les connectant avec les solutions et services technologiques existant, nous pensons que cela forme un écosystème qui va soutenir le développement de la créativité de nos jeunes qui en ont pertinemment besoin », a déclaré Alain Malanda (photo, à droite), le directeur-pays de CSquared RDC

Samira Njoya

Lire aussi :

RD Congo : Raxio démarre la construction de son centre de données de Kinshasa

Published in Télécom

Le ministre nigérian des communications et de l'économie numérique, le professeur Isa Pantami (photo), a inauguré le jeudi 20 avril le groupe de travail de l'Alliance Smart Africa.

Le groupe, constitué de 12 membres, a pour mission de coordonner la participation du Nigeria à l'Alliance Smart Africa, telle qu'approuvée par le président Muhammadu Buhari le 22 septembre dernier.

Lire aussi :

SmartAfrica lance son académie numérique en Sierra Leone

Published in Breves_Simple

Le ministère de la Jeunesse, de la Culture et de la Communication a annoncé le dimanche 23 avril le lancement d’une nouvelle bibliothèque qui permettra de télécharger et de lire 328 480 livres électroniques dans divers domaines de connaissance.

Dans un communiqué diffusé à l’occasion de la Journée mondiale du livre (23 avril), le ministère a indiqué que la bibliothèque comprend plus de 20 600 titres en langue arabe, 141 500 livres électroniques en français, 58 400 en anglais et 8 000 titres dans d'autres langues étrangères.

Lire aussi :

Afrique du Sud : Ambani utilise la réalité augmentée et la gamification pour faciliter l’apprentissage des langues

Published in Breves_Une

Le marché du jeu vidéo en l’Afrique prend actuellement de l'ampleur, avec l'essor du mobile et d'une communauté de joueurs de plus en plus nombreux. Il devient donc important de créer un cadre pour développer le secteur et former de futurs gamers professionnels en Afrique.

Le Comité national de promotion de l’eSport au Sénégal (CONAPES) et Sénégal Numérique (SENUM SA) collaborent désormais pour favoriser la pratique de l’eSport dans le pays.

Une convention de partenariat a été signée entre les deux organisations, le mercredi 19 avril à Dakar, visant à permettre aux gamers sénégalais de disposer du réseau des Espaces Sénégal Services (ESS) disponibles pour la promotion et le développement de l’eSport

Sur Twitter, le CONAPES a fait savoir que ce partenariat est « une occasion pour démocratiser la pratique de l'eSport, mais également une opportunité de formation autour des métiers associés au jeu vidéo, s’inscrivant en droite ligne de l’inclusion numérique tant souhaitée, par et pour la jeunesse sénégalaise ».

Dans le cadre de ce partenariat, SENUM SA et le CONAPES mettront à la disposition des gamers un réseau de 45 espaces dédiés exclusivement à l'eSport au sein des grands Espaces Sénégal Service actuellement présents dans les 14 régions du Sénégal, et disposant de la connectivité sur 6 000 km de fibre optique et de l’Internet à très haut débit. L’objectif principal est de créer 45 Clubs eSport (Pro Gamer), 45 eLigues, et une compétition nationale d’eSport, la Senum Esport Competition (SECO).

Le partenariat donnera également accès à un vaste programme de formation et de mentoring pour le personnel du CONAPES autour des métiers liés à la pratique des jeux électroniques, sports immersifs, les cybersports, la techsport, le phygital sport incluant des technologies innovantes, notamment l’intelligence artificielle, les drones et exosquelettes…

A en croire le CONAPES, grâce à cette signature, le Sénégal devient le premier pays en Afrique à lancer un réseau LAN dédié à la pratique compétitive du jeu vidéo.

Samira Njoya

Lire aussi :

Senum SA lance officiellement sa marque « Sénégal numérique » et son catalogue de services et de produits

Published in Gestion Publique
Page 45 sur 85

Please publish modules in offcanvas position.