Un an après l’obtention d’un premier investissement de 4 millions $, Stitch obtient des financements plus importants pour se déployer davantage en Afrique, en élargissant ses services et en recrutant davantage pour agrandir son équipe.

Active en Afrique du Sud et au Nigeria, Stitch a annoncé, ce lundi 14 février, avoir mobilisé de nouveaux financements, 21 millions USD, pour son développement. L’entreprise, qui développe des solutions financières numériques principalement pour les fintechs, prévoit d’utiliser ces capitaux pour lancer des services financiers pour ses clients dans ses deux principaux marchés, recruter pour agrandir son équipe, et aussi préparer son projet d’expansion dans de nouveaux marchés comme le Ghana, le Kenya et l’Egypte.

Stitch qui conçoit des solutions de paiement à moindre coût, moins sujet à la fraude pour des Fintechs, agrégateurs de paiement, société d’e-commerce, affirme avoir lancé ses activités avec une équipe réduite de 3 ingénieurs et très peu de ressources. Recruter permettrait ainsi à l’entreprise d’étoffer son offre, mais aussi de constituer une équipe qui soutiendra son développement sur le continent.

« Nous sommes reconnaissants d’être soutenus par certains des principaux investisseurs et constructeurs de Fintechs au monde. Nous sommes enthousiastes à l’idée de relever le défi qui nous attend », a commenté Stitch sur sa page LinkedIn.

En février 2021, Stitch rendait publique la levée d’un financement de 4 millions $ utilisé pour développer ces solutions financières et son équipe. Ce nouveau financement en fonds propres a été obtenu auprès d’un consortium d’investisseurs majoritairement étrangers, qui pour certains avaient déjà investi par le passé au sein de Stitch. Parmi ces derniers, on retrouve The Spruce House Investment, PayPal Ventures, CRE Venture Capital, Village Global, tous domiciliés aux Etats-Unis.

Stitch, qui s’est lancé au Nigeria en octobre 2021, a été motivé par les nombreux atouts de ce pays d’Afrique de l’Ouest anglophone. « Le Nigeria n'est pas seulement l'un des pays les plus peuplés au monde, mais aussi l'un des écosystèmes fintech les plus denses et les plus dynamiques. Il devient rapidement une plaque tournante pour les talents en ingénierie et en produits et un marché incontournable pour les fintechs », indiquait alors Kiaan Pillay (photo), directeur général de Stitch, lors du démarrage de ses activités au Nigeria.

Dans un article publié en octobre 2021, Stitch relevait que le sous-investissement dans la formation des développeurs et les infrastructures ont entravé la croissance rapide d’un écosystème fintech en Afrique. Or, poursuit l’entreprise, le continent dispose d’avantages (la possession de smartphones et la culture numérique en hausse) qui pourraient libérer le potentiel de ce marché.

Chamberline Moko

Published in Actualités

9 mois après la levée d’un financement de démarrage de 1,8 million $, Lami s’offre Bluewave Insurance Agency. Cette acquisition lui ouvrira les portes de 7 marchés africains, dont la RDC, dans lesquels Bluewave propose ses services d’assurance.

L’insurtech kényane, Lami Technologies, rachète son concurrent direct dans le segment des technologies axées sur l’assurance, Bluewave Insurance Agency. La proposition de rachat a été rapportée ce 4 février par l’Agence Ecofin.

Le montant proposé pour cette acquisition reste confidentiel. Lami, fondé en 2018 par l'entrepreneure kényane Jihan Abass, reprendra l’équipe et les partenariats commerciaux de Bluewave. « Cette acquisition apportera une croissance exponentielle aux deux entreprises. Avec des ressources accrues, une technologie et une innovation améliorées, une expertise et une expansion du marché. Cette acquisition nous aidera à créer un environnement plus compétitif pour l'insurtech en Afrique, alors que nous continuons à travailler sur la fourniture de produits d'assurance abordables et pratiques pour tous les Africains », a commenté Roy Perlot, directeur financier chez Lami Technologies.

L’annonce survient 9 mois après la levée par Lami Technologies d’un financement de démarrage de 1,8 million $. La start-up qui vise à démocratiser les produits et services d'assurance pour les Kényans à faible revenu a indiqué en mai 2021 qu’elle embauchera davantage de personnes pour renforcer son équipe et améliorer sa technologie.

L'acquisition de Bluewave permettra à Lami d'accroître sa présence en Afrique en pénétrant de nouveaux marchés où Bluewave est déjà présent, avec une croissance prévue de 65 000 polices actuelles, et une croissance potentielle de centaines de milliers de polices en 2022. Lami s’étendra ainsi au Kenya, au Malawi, en Tanzanie, en Ouganda, au Rwanda, au Nigeria, en Gambie et en RDC.

L'opération permettra également de développer le segment clientèle/produits de Lami au Malawi où Bluewave touche plus de 60 000 petits exploitants agricoles en leur donnant accès à des polices. Entre 2018, année de sa création, et mai 2021, Lami affirme avoir vendu plus de 5000 polices et s'est associée à plus de 25 souscripteurs actifs, dont Britam, Pioneer et Madison Insurance.

Dans une note publiée en mai 2021, il estime que le marché africain de l'assurance qui se situe à un taux de pénétration de 3 %, à l'exception de l'Afrique du Sud, est confronté à des défis de modernisation et d'innovation. L’insurtech pointait du doigt l'administration traditionnelle des polices, le manque de connaissance des produits d’assurance, des offres peu flexibles pour justifier, en partie, le faible taux d’adhésion et d’adoption de l’assurance sur le continent. 

Chamberline Moko

Published in Actualités

Au Nigeria, le concept de service d’assurance 100 % digital proposé par la firme Casava a séduit plus d’un investisseur, lui permettant de mobiliser 4 millions $. Des opportunités existent, mais il reste à savoir comment sera déployé le capital obtenu.

Casava, une société présentée comme la toute première à offrir des services d'assurance 100 % digitaux au Nigeria, est la bénéficiaire d'un financement de 4 millions $ destiné à lui permettre de développer son activité. « Notre mission est de fournir une assurance abordable aux Nigérians et aux autres Africains, et nous sommes heureux d'avoir levé ces fonds auprès d'un groupe d'investisseurs passionnés », a déclaré Bode Pedro (photo), fondateur et PDG de l'entreprise.

Ce sont les premiers fonds que reçoit Casava depuis sa fondation en 2016 et le volume marque l'intérêt des investisseurs pour les services d'assurance associés aux technologies numériques. L'entreprise tire avantage des économies de charges qu'offre le digital, en permettant à ses clients potentiels ou confirmés de souscrire à des primes d'assurance de travail ou de maladie, directement via son site internet, une application mobile ou par un processus sur WhatsApp.

« L'équipe de Casava a développé un produit unique et perturbateur qui, selon nous, a le potentiel de transformer le marché de l'assurance en Afrique. Nous avons confiance en l'équipe de Casava qui a tout ce qu'il faut pour devenir des leaders dans ce domaine », a fait savoir Avi Eyal, associé général chez Entrée Capital, une des entreprises de capital risque qui a apporté sa contribution à la levée des fonds.

Dans les segments de couverture de risque sur lesquels intervient Casava, il existe une opportunité en termes de digitalisation de services, du fait que de nombreux travailleurs sont souvent en situation de sous-emplois, et ne bénéficient d'aucune protection contre les risques d'interruption des activités et donc de chômage technique, et les risques de maladie. Selon le Bureau national des statistiques du Nigeria, 20 % de travailleurs ont perdu leur emploi du fait de la Covid-19 et plusieurs d'entre eux dans de petits métiers n'ont pas obtenu de compensation.

La question est désormais de savoir sur quel type de technologie investira Casava. La digitalisation des services d'assurance au Nigeria n'est pas une nouveauté et continue de connaître une certaine évolution. La taille potentielle du marché en termes de nombre d'abonnés  (95 % des 33 % d'abonnées aux réseaux sociaux) est une opportunité, mais les solutions technologiques devront aller au-delà des questions techniques et faire face à des défis de fonds comme le manque de confiance entre assureurs et assurés, la facilité des paiements de primes, mais aussi les remboursements en cas de réalisation des sinistres. Autant de questions qu'il faudra suivre.

Published in Finance

Alors que son activité a été taxée d’illégale en avril dernier par le régulateur des marchés financiers au Nigeria, Bamboo, qui dit vouloir régulariser cette situation, a réussi tout de même à obtenir des capitaux pour soutenir son activité.

Bamboo, la plateforme nigériane qui donne la possibilité à des Africains de négocier des actions sur le marché boursier américain, a levé 15 millions $ de financement, auprès des sociétés de capital-risque Greycroft Partners et Tiger Global. La firme d’investissement a annoncé l’opération ce lundi 31 janvier sur sa page LinkedIn.

« Nous n'en sommes qu'au début, mais nous avons fait beaucoup de chemin, nous sommes une équipe qui a une vision… celle de vouloir que 1 ou 2 millions d'Africains investissent au cours des 18 prochains mois, et qui a de grandes chances d'y arriver. Nous sommes l'une des rares équipes à pouvoir le faire sur le continent aujourd'hui, l'avenir est donc prometteur pour nous », s’est enthousiasmé Richmond Bassey (photo, à droite), directeur général de Bamboo.

Cette levée de fonds intervient quelques mois après la note du régulateur américain des marchés financiers taxant d’illégales les activités des plateformes de négociation de titres telles que Trove, Bamboo, Chaka et Risevest. Dans une circulaire prise en avril 2021, la Securities and Exchange Commission (SEC) avait explicitement demandé aux opérateurs de marchés financiers de renoncer à collaborer avec ces firmes de négociation de titres en ligne. A sa suite, la Banque centrale nigériane a ouvertement accusé ses sociétés d’opérer sans licence en tant que gestionnaire d’actifs. Malgré ce contexte, Richmond Bassey soutient que son entreprise « travaille en étroite collaboration avec les régulateurs au Nigeria, dans les limites de ce qu'ils acceptent et de ce qu'ils autorisent ».

Opérationnelle depuis janvier 2020, Bamboo avait déjà réussi à lever 2,4 millions $ pour faciliter sa croissance. La firme d’investissement à l’intention de proposer à la négociation des actions d’entreprises nigérianes aux Africains du continent et de la diaspora d’ici juin 2022. Pour cette opération, l’investisseur attend encore l’approbation des régulateurs du marché local.

En plus de développer son infrastructure technologique et d’introduire de nouvelles offres, Bamboo réfléchit déjà à sa prochaine expansion au Ghana, au Kenya et en Afrique du Sud. Dans ces pays, la firme nigériane affirme avoir reçu de nombreuses demandes de particuliers. Bamboo a déclaré avoir plus de 300 000 utilisateurs sur sa plateforme dont 20 % sont des traders actifs.

Chamberline Moko                                            

Published in Actualités

Malgré une évolution notable des fintechs en Afrique subsaharienne, la branche islamique de ce segment de la finance peine à décoller. Ce gap est pourtant présenté comme une opportunité de croissance qui pourrait être exploitée.

L'Afrique subsaharienne tarde encore à saisir les opportunités qu'offrent les fintechs islamiques (iFintechs), apprend-on de l'édition 2021 du Global Islamic Fintech Report. « Au niveau régional, l'Afrique subsaharienne et la région Afrique du nord (hors pays membre du conseil du Golfe) présentent des lacunes dans les 9 segments de services iFintech », peut-on lire dans le document.

Selon les résultats des recherches menées par les auteurs de ce rapport, la région compte un total de 7 iFintechs. C'est le nombre le plus bas, comparé à 6 autres régions du monde. Dans le détail, on y retrouve 2 sociétés de fintech islamiques dans les segments de la finance alternative et 2 dans celui des services de dépôts et de prêts. C'est à comparer avec l'Europe, par exemple, troisième région du classement, qui compte respectivement 11 et 13 entreprises dans le même secteur.

Cette information tranche avec l’évolution rapide que connait l'Afrique subsaharienne dans les services technologiques associés à la finance, comme le Mobile Money, et les services de microcrédit. Dans le classement par pays, le Nigeria est le premier pays d'Afrique subsaharien en termes d'utilisation de fintechs islamiques. Au niveau de l'Afrique dans son ensemble, il devance des pays comme l'Egypte, le Maroc ou la Tunisie, où l'islam est pourtant plus généralisé.

Le rapport croit savoir que la difficulté des iFintech à se développer en Afrique réside dans le manque de compétences, une régulation peu adaptée et des ressources insuffisantes. Toutefois, le rapport estime que le potentiel de croissance de ce segment jusqu’en 2025 dépasse les 25% au Sénégal, en Tunisie et au Nigéria, avec un volume cible de transactions attendu à 2 milliards $ pour ces trois pays.

Idriss Linge

Published in Actualités

NALA, comme d’autres Fintech, tente de réduire les frais de transaction du corridor africain qui reste le plus cher au monde pour les envois de fonds (en moyenne 10,6%). Avec les capitaux mobilisés auprès d’un pool d’investisseurs, le Tanzanien veut étoffer ses effectifs, ses services et casser les tarifs.

NALA, une start-up tanzanienne spécialisée dans les paiements mobile et, depuis août 2020, dans les transferts de fonds internationaux, a annoncé jeudi avoir conclu avec succès une nouvelle levée de fonds de 10 millions $.

Ce 5e tour de table, dirigé notamment par le capital-risqueur Accel, moins présent sur le terrain africain, intervient près de trois ans après le dernier cycle de financement d’amorçage de NALA, une ronde conduite à l’époque par Y Combinator. Incubateur californien dont la start-up est devenue le premier diplômé en Afrique de l’Est en 2019.

Avec ce financement, la jeune pousse actuellement présente en Tanzanie, au Kenya, en Ouganda, au Rwanda, au Ghana et en Afrique du Sud, prévoit de s'étendre dans 12 pays africains d'ici la fin de l'année, dont le Nigeria, apprend-on. 

Plusieurs projets sont dans le pipeline pour étoffer l’offre selon sa feuille de route. Ainsi, en plus de permettre les paiements transfrontaliers vers l'Afrique depuis le Royaume-Uni, les États-Unis (corridor qui sera disponible d’ici la fin de l’année) et l'UE, NALA teste en privé des comptes multidevises qui permettront à la diaspora africaine de stocker des devises africaines à l'étranger. D’autres fonctionnalités permettant aux entreprises africaines de la diaspora d’effectuer des paiements vers l’Afrique ou le paiement peer-to-peer sont en cours de développement. «Nous avons également obtenu nos approbations de licence pour opérer aux États-Unis et dans l'UE. Nos services seront mis en ligne dans un mois et demi dans au moins un autre pays de l'UE, probablement la France,» a fait savoir Benjamin Fernandes, Ceo de NALA.

Lancées en août 2020, en réponse à la forte demande de la diaspora africaine résidente aux Etats-Unis et en Grande Bretagne, les activités de transferts internationaux d’argent, sont devenues très rapidement l’une des principales niches de la start-up tanzanienne. 

Sur les six derniers mois, le volume des transactions entre la Grande Bretagne et l’Afrique, via sa plateforme, a considérablement grimpé selon le CEO de la société, alors que son service de paiement mobile hors ligne atteint plus de 250 000 utilisateurs en Afrique de l’Est. 

Avec ce tour de table qui a réuni pas moins de 9 investisseurs, la start-up qui revendique facturer 7 fois moins chers que ses principaux concurrents, entrevoit d’embaucher plus de talents, casser les frais de transaction grâce à la mise en place d’une infrastructure solide et complète de transfert de fonds en Afrique.

«Mon point de vue est que les paiements sur le continent sont construits à 1%, et qu'il y a encore beaucoup d'infrastructures et d’applications qui doivent être construites en profondeur. C'est là que nous voulons nous situer et ce tour de table de 10 millions de dollars va, en grande partie, nous permettre d'y parvenir», a déclaré Benjamin Fernandes. 

Fiacre E. Kakpo

Published in Actualités

Le nouveau véhicule Fawry Yawmy est le premier projet conjoint entre la banque publique égyptienne Banque Misr, via sa filiale Misr Capital, et Fawry. Les deux associés sont à la recherche d'investisseurs individuels capables d'y apporter les fonds nécessaires.

L’égyptien Fawry, engagé dans la fourniture de solutions de paiement et services bancaires numériques, s’est associé à Misr Capital, l'activité de banque d'investissement de la Banque Misr, pour lancer Fawry Yawmy, un fonds d'investissement axé sur les Fintechs. Le véhicule s’appuiera sur la technologie financière de Fawry, sa présence étendue en Egypte dans le segment du commerce de détail, ainsi que sur le gestionnaire de fonds Misr Capital pour atteindre des investisseurs individuels.

« Cette alliance stratégique avec Fawry, qui compte plus de 30 millions de clients mensuels, est conçue pour servir les investisseurs particuliers. En outre, elle s'inscrit dans notre stratégie, annoncée publiquement, de développement du marché égyptien de la dette en coopération avec les régulateurs et les principaux acteurs du marché, afin d'introduire de nouveaux investisseurs sur le marché grâce à des produits innovants », a commenté Khalil El Bawab, directeur général de Misr Capital.

Fawry Yawmy représente le premier fonds lancé conjointement par la licorne égyptienne Fawry et Misr Capital. Toutefois, cette filiale de la banque publique égyptienne Banque Misr s’était déjà associée à Elevate Private Equity en avril dernier, pour lancer un fonds ciblant des acquisitions dans le secteur de la santé en Afrique subsaharienne.

Les deux sociétés Fawry et Misr Capital ont convenu d'un montant minimum d'investissement de 500 livres égyptiennes(31,77 USD), afin de faciliter davantage l'entrée des investisseurs particuliers sur le marché égyptien de la dette. Pour le moment, Fawry et Misr Capital ne donnent pas de détails sur les Fintechs dans lesquelles elles comptent investir et sur les montants à allouer. Les deux associés s’attèlent à convaincre des particuliers d'investir dans ce véhicule afin de lever les financements nécessaires pour soutenir les activités dudit fonds.

Chamberline Moko

Published in Actualités

Alors que l’entreprise qu’il représente – premier écosystème blockchain et première bourse de crypto-monnaies au monde– négocie déjà jusqu’à 76 milliards $ par jour, son directeur Afrique souhaite que cette croissance profite également aux populations du continent.

Pour Emmanuel Babalola, 2022 est une année de défis. Le directeur Afrique de Binance, plateforme mondiale d'échange de crypto-monnaies, veut s’y consacrer à généraliser l’adoption des crypto-monnaies en Afrique. Dans un contexte où la perception des monnaies virtuelles est encore empreinte de méfiance, la tâche du Nigérian de 27 ans ne s’annonce pas de tout repos. Mais il est déterminé à y arriver.

L’ex-directeur général de Binance Nigeria, porté à la tête de la division africaine de l’entreprise en 2021, compte accentuer les campagnes de sensibilisations et des formations sur l’utilité des monnaies virtuelles. Il a déjà contribué à de nombreuses initiatives en matière d'éducation, en l’occurrence Binance Academy et Binance Masterclass. L’objectif de ces programmes est d’enseigner aux Africains les principes fondamentaux des crypto-monnaies, comment identifier les escroqueries et protéger leur aventure dans cette monnaie que beaucoup découvrent encore.

« Notre priorité absolue est la sécurité des utilisateurs, c'est pourquoi nous avons lancé notre initiative d'éducation - pour enseigner les principes de base de la cryptographie, expliquer les cas d'utilisation quotidiens et garantir que les utilisateurs savent comment éviter les escroqueries. Nous avons également lancé une campagne appelée My Crypto Life, une initiative qui met en lumière d'incroyables histoires de crypto de personnes du monde entier, montrant comment la cryptomonnaie peut être utilisée par les gens ordinaires », explique Emmannuel Babalola.

Le travail qu’il a exécuté jusqu’ici porte déjà ses fruits. En Afrique, le volume d'échange des utilisateurs africains sur la plateforme Binance a augmenté de 589 %, assure-t-il. Ce chiffre prometteur est pour lui, un moyen de convaincre les sceptiques, inquiets de la fraude, de la fuite des capitaux et des dommages environnementaux liés au bitcoin.

Sous sa direction, la Binance Masterclass estime avoir fourni des ressources éducatives à plus de 350 000 Africains en 2021. D’après lui, Binance créé l'infrastructure éducative dont les Africains ont besoin pour être financièrement libres et informés. Pour attirer plus d’utilisateurs, la plateforme mondiale d’actifs numériques multiplie les actions sur le continent, devenant officiellement un des sponsors de la 33e édition de la Coupe d’Afrique des Nations de football (CAN) le 9 janvier dernier.

Depuis 2020, les divers programmes de Binance auraient ainsi déjà profité à plus de 541 000 Africains. Le nouveau partenariat avec la CAN, qui est l’un des événements les plus médiatisés du continent, offre une opportunité à Emmanuel Babalola de toucher 160 pays et une audience avoisinant les 300 millions de personnes. Il estime « qu’une plus grande adoption de la blockchain ouvre la porte à davantage d'opportunités pour de nombreuses entreprises de développer encore plus d'applications basées sur la blockchain et de créer plus d'opportunités d'emploi ».

Aïsha Moyouzame

Published in Tech Stars

Un an après sa dernière opération portant sur la mobilisation de 700 000 $, le ghanéen Ozé obtient des capitaux supplémentaires pour soutenir son activité de prêt dans ses deux principaux marchés en Afrique de l’Ouest.

La Fintech ghanéenne Ozé (qui permet à des entreprises de suivre les ventes, dépenses et informations sur leurs clients) a annoncé le mercredi 26 janvier, la levée d’un financement de pré-série A, d’un montant de 3 millions $. L’opération a été menée par le fonds européen de capital-risque Speedinvest, avec la participation de plusieurs autres investisseurs dont Cathay AfricInvest Innovation Fund et Savannah Capital.

« Il existe un énorme potentiel dans la construction de systèmes d'exploitation financière pour les micro-, petites et moyennes entreprises africaines. Nous sommes enthousiastes à l'idée de nous associer à l'équipe d'Ozé, car nous pensons qu'elle dispose du leadership et de la stratégie appropriés pour construire la plateforme la plus solide sur ce marché », a commenté Philip Specht, directeur chez Speedinvest.

Ces nouveaux capitaux arrivent une année après la dernière opération de mobilisation de fonds effectuée par Ozé. A la mi-janvier 2021, la Fintech co-fondée par Meghan McCormick et Dave Emnett avait obtenu 700 000 $ sous forme de capital d’amorçage, pour renforcer son équipe et financer son expansion au Nigeria.  

Ozé, qui aide des entreprises à numériser leurs opérations et à obtenir des produits financiers, prévoit de mettre à profit ces 3 millions $ pour étendre les capacités de sa plateforme et accroître l’accès à des financements pour PME au Ghana et au Nigeria, ses deux principaux marchés. La Fintech, qui revendique une base de clients de plus de 125 000 PME, affirme avoir augmenté de 1 200 % le nombre d’utilisateurs mensuels sur sa plateforme en 2021.

En Afrique subsaharienne, le déficit de crédit pour les micro-, petites et moyennes entreprises s’élève à 331 milliards $, selon des données publiées par Ozé en 2021. Au Ghana tout comme au Nigeria, de nombreuses petites entreprises n’ont pas accès aux capitaux, car plusieurs d’entre elles n’ont pas d’antécédents en matière de crédit, n'ont pas ou ont peu de garanties, tiennent des registres sur papier et n’ont pas de formation commerciale appropriée…

Chamberline Moko                                           

Published in Actualités

II fait partie des premiers entrepreneurs dans son domaine à lever plus de 3 millions EUR en Afrique francophone. Le risque pris en 2015 d'abandonner une vie confortable en France pour investir dans la finance digitale au pays est loin d’être un regret.

Avec son Master en Finance et une expérience professionnelle d’une dizaine d'années affûtée dans le secteur bancaire et financier en France, Serge Boupda (photo) est retourné au Cameroun pour participer au développement numérique de l’écosystème financier. En 2015, il a lancé Diool, une start-up qui réunit plusieurs services de paiement financiers sur une même plateforme numérique. Elle enregistre actuellement plus de 2 500 commerçants qui ont effectué des transactions d’une valeur d’environ 120 millions $ au cours des six dernières années.

Lorsqu’il est rentré au Cameroun, Serge Boupda a constaté que les commerçants préféraient être payés en espèces. D’après lui, la raison derrière ce choix n’était pas la résistance à d’autres formes de paiement que les billets de banque, mais plutôt un problème d’ordre technique. En effet pour un commerçant, le point en fin de journée d'un grand nombre de paiements émis via une variété de services d'argent mobile, ainsi que par des formes de liquidités telles que les billets de banque et les pièces de monnaie, les chèques et d'autres types d'outils est un processus très complexe et chronophage, d'autant plus que le risque de faire des erreurs est élevé lorsque les chiffres indiqués sont importants.

Avec Diool, qui réunit tout en un seul point, il a voulu améliorer la comptabilité des commerçants. La plateforme leur permet de payer leurs fournisseurs ou d'être payés par les clients, quel que soit le moyen de paiement utilisé par ces derniers. Elle propose aussi des services de revente de produits de consommation, et le règlement de factures.

En février 2021, l’entrepreneur a mené avec succès un tour de table de 3,5 millions d'euros par le biais d’une opération dirigée par la holding diversifiée Lundin Group, avec la participation d’actionnaires de cet agrégateur de services financiers. Cet investissement a fait de Diool l’une des start-up fintech les mieux financées d'Afrique francophone. Une première victoire pour Serge Boupda qui en attend d’autres.

Lui qui envisage désormais l'avenir avec beaucoup d'optimisme, déploie actuellement son service à travers le Cameroun et rêve de conquérir l'Afrique de l'Ouest dans les prochaines années. Pour y parvenir, il travaille à l’amélioration des fonctionnalités de la plateforme et à nouer des accords de partenariat avec des entreprises de télécommunication, les institutions financières partenaires, et à se conformer à la réglementation locale. 

Aïsha Moyouzame

Published in Tech Stars
Page 56 sur 57

Please publish modules in offcanvas position.