Tech

Tech (620)

La transformation numérique prend de l’ampleur en Afrique. Au cœur de cette mutation, les start-up dont le rôle croît dans l’amélioration de l’accès des populations à divers services. L’importance qu’elles ont gagnée en 2020 n’a pas échappé aux investisseurs qui leur font désormais une cour assidue.

Les start-up africaines suscitent actuellement un intérêt grandissant de la part des investisseurs locaux et internationaux. Cela s’observe à travers le volume de financement qu’elles ont déjà réussi à mobiliser depuis le début de l’année 2022. Chaque mois, de janvier à mai, un nouveau record de financement a d’ailleurs été enregistré comparé à la même période de l’année dernière selon la plateforme Africa: The Big Deal.

C’est au total 2,7 milliards $ qui ont été capturés par les start-up en Afrique contre un total d’environ 1,2 milliard $ sur la même période en 2021. Soit une croissance de plus de 100 % dans le volume de financement enregistré depuis le début de l’année. 

67732 1startups start up start up.jpg

En janvier 2022, 478 millions $ ont été levés par les start-up ; soit 116 % de fonds en plus mobilisés, comparé au même mois en 2021. En février, c’était 629 millions $ ; soit une croissance de 254 % par rapport à février 2021. Mars a enregistré une levée de fonds de 720 millions $, en croissance de 117 %. En avril, les start-up africaines ont enregistré 437 millions $ de fonds mobilisés ; soit une croissance de 131 % tandis que le mois de mai a été témoin d’une croissance de 90 % dans le financement levé par les tech innovateurs africains avec 430 millions $.

Selon The Big Deal, le Kenya est le grand vainqueur de ces cinq premiers mois de l’année 2022. « En avril 2022, les start-up au Kenya ont levé 83 fois le montant qu'elles avaient levé en avril 2021. Le Nigeria et l'Égypte s'en sortent également très bien, bien qu'ils aient enregistré chacun un mois de croissance négative en glissement annuel en 2022 jusqu'à présent (janvier et avril respectivement) », a expliqué The Big Deal.

67732 startups start up start up

« La situation en Afrique du Sud — comme nous l'avons noté précédemment — devient cependant légèrement inquiétante : le pays a sous-performé chaque mois depuis le début de l'année. Dans l'état actuel des choses, les start-up en Afrique du Sud ont levé -30 % au cours de la période janvier-mai par rapport à ce qu'elles avaient levé au cours de la même période l'année dernière. Cela se compare à une croissance de +154 % au Nigeria, +212 % en Égypte et +436 % au Kenya », selon The Big Deal.

Muriel Edjo

Lire aussi : En 2022, les start-up africaines ont déjà levé 1,2 milliard $ avec un segment FinTech toujours leader

Posted On mercredi, 08 juin 2022 08:30 Written by

En Afrique, la stigmatisation des personnes vivant avec le VIH/sida contribue à maintenir la maladie hors de contrôle. Au Nigeria où près de 1,9 million de personnes sont séropositives, la technologie a démontré sa capacité à améliorer leur prise en charge.

L'Institut de virologie humaine du Nigeria (IHVN) et la healthtech Vantage Health Technologies ont révélé, jeudi 2 juin, leur collaboration avec succès sur un projet qui a permis de maintenir de nombreux patients séropositifs sous traitement le plus longtemps possible. Les deux partenaires ont réussi ce programme de rétention de patients grâce à l'intelligence artificielle et l'analyse de données qu’offre la plateforme de Vantage Health Technologies. Elle a fourni aux services de santé des informations personnalisées sur les patients séropositifs sous traitement.

Annika Lindorsson Krugel, responsable des solutions de Vantage Health Technologies, a expliqué que « la solution de rétention des patients est un modèle basé sur l'IA qui utilise les données de l'historique des patients pour prédire si les patients manqueront leur prochain rendez-vous à la clinique ». Une liste de ces patients à risque est remise au personnel clinique qui effectue diverses actions pour éviter qu’ils ratent un jour de traitement. Cela va de l’envoi de rappel par SMS, des appels aux visites à domicile pour ceux qui n'ont pas de téléphone. Des entretiens sont organisés pour apporter une aide psychologique à chaque patient à risque avant un rendez-vous à la clinique.

Pour Mercy Omozuafoh, la responsable du programme de soins et de soutien à l'IHVN, « le projet a démontré l'efficacité du suivi proactif des patients vivant avec le VIH (PVVIH) et nous a fait comprendre l'importance des interventions que nous mettons en œuvre ».

Grâce à l'intelligence artificielle, l'IHVN a été en mesure de prédire et d'influencer positivement le comportement des personnes à haut risque liées au VIH/sida. Le modèle prédictif a été déployé auprès d'environ 30 000 patients à l'hôpital général de Kudwa à Bwari dans le territoire de la capitale fédérale ; à l'hôpital spécialisé Dalhatu Araf à Lafia dans l'État de Nasarawa ; et à l'hôpital général d'Ahoada dans l'État de Rivers. 

En prélude à la journée mondiale de lutte contre le VIH/Sida 2021, le directeur général de l'Agence nationale de lutte contre le sida (NACA), le Dr Gambo Gumel Aliyu, avait déclaré dans une interview au journal The Guardian que « notre estimation montre qu'entre 1,8 et 1,9 million de Nigérians vivent actuellement avec le VIH/SIDA. Parmi eux, 1,6 million sont déjà sous traitement. Donc, nous en avons 300 000 autres à enregistrer ».

Selon le Programme commun des Nations unies sur le VIH/sida (ONUSIDA), l’un des enjeux de la lutte contre l'épidémie en Afrique demeure le maintien des personnes séropositives sous traitement durable. Lors du projet, l'Institut de virologie humaine du Nigeria et Vantage Health Technologies ont identifié la stigmatisation, les effets secondaires, les défis logistiques, les obstacles économiques et l'oubli comme les principaux obstacles à l'adhésion au traitement. Les deux partenaires ont également constaté que le soutien des soignants, des pairs et la compréhension de son statut aident les patients à surmonter ces obstacles.  

Ruben Tchounyabe

Lire aussi : Le Maroc veut un système national intégré pour un accès égal des citoyens aux services de santé en ligne

Posted On mardi, 07 juin 2022 13:11 Written by

Dans un souci d'efficacité des services publics, le gouvernement nigérian a fait de la modernisation et de l’automatisation de l’administration publique une priorité. Les ministères et agences publiques se sont approprié cette instruction et multiplient les actions à cet effet depuis 2020.

Le service des douanes du Nigeria a signé, lundi 30 mai, une convention de concession avec le consortium Trade Modernization Project Limited constitué par l’Africa Finance Corporation (AFC) et la firme chinoise Huawei Technologies Limited. Il porte sur la numérisation des opérations de sécurité aux frontières et de collecte des recettes de l’administration douanière. À travers ce projet baptisé « e-customs », le gouvernement projette de gagner 176 milliards $ au cours des 20 ans prochaines années.

Le contrôleur général du service des douanes, Hameed Ali (photo), a affirmé que « nous sommes heureux de dire qu’au Nigeria, nous allons être entièrement électroniques, numérisés et modernisés. Le succès de ce projet mettra le Nigeria sur la carte ». Président de Trade Modernization Project Limited et président du projet, Alhaji Saleh Ahmadu, a assuré le gouvernement que « l’objectif de 176 milliards $ sera atteint, voire dépassé ».

Le projet de numérisation de la douane est financé à hauteur de 3,2 milliards $ par l’Africa Finance Corporation ; Huawei s’occupant de la partie technique. Les autorités nigérianes comptent ainsi s’appuyer sur le numérique pour améliorer l’efficacité opérationnelle et financière de l’administration douanière.

« e-customs » apportera plusieurs avantages, tant pour l’économie nationale que pour le service des douanes. « Pour les douanes nigérianes, cela va changer tout le processus commercial. Cela va donner aux douanes le meilleur parti en termes de fonctionnement des affaires. Cela supprimera tout arbitraire et toute erreur humaine », a expliqué Hameed Ali, qui révèle par ailleurs que le processus réduirait le coût des affaires et augmenterait la productivité du service, grâce à son processus de gestion et de surveillance simple.

Le président de Trade Modernization Project Limited souligne pour sa part les avantages pour l’économie du pays, « en termes de croissance commerciale pour les exportateurs et les entreprises dépendantes des importations ». Il note l’amélioration des chaînes d’approvisionnement mondiales et de l’utilisation des capacités industrielles, ainsi que la création des opportunités d’emploi. 

Ruben Tchounyabe

Lire aussi : Le Nigeria va lancer une plateforme d’échange de propriété intellectuelle basée sur la blockchain

 

 

 

 

 

 

 

we are tech Africa

Posted On vendredi, 03 juin 2022 16:19 Written by

Après la levée d’un financement de pré-série A en novembre 2021, Appetito rachète et fusionne ses activités avec celles du tunisien Lamma. L’opération créera un nouvel acteur présent dans 3 pays maghrébins tout en explorant des opportunités de développement en Afrique de l’Ouest.

La plateforme égyptienne de livraison d’épiceries et produits ménagers, Appetito, a annoncé ce mercredi 1er juin, le rachat de l’entreprise tunisienne Lamma évoluant dans le secteur de la livraison et la vente en ligne. Le montant déboursé n’a pas été divulgué, mais plusieurs médias avancent une somme comprise entre 10 et 15 millions $.

Les deux entreprises ont décidé de fusionner leurs activités pour créer une entreprise unique qui prendra l’appellation d’Appetito. Cette entité sera présente au Maroc et en Tunisie, deux pays dans lesquels Lamma était présent, mais aussi dans de nouveaux territoires non encore dévoilés, en Afrique de l’Ouest.

« Avoir Lamma à bord nous mettra sur la bonne voie pour devenir le plus grand acteur du e-commerce sur le continent […] Nous pensons que c'est le meilleur moment pour nous développer en Afrique, afin de résoudre les énormes inefficacités de la chaîne d'approvisionnement du commerce de détail », a souligné Shehab Mokhtar, directeur général d'Appetito.

Cette acquisition intervient sept mois après la levée de 2 millions $, sous forme de financement de pré-série A, réalisée par Appetito en novembre dernier. Les capitaux obtenus auprès d’un groupe d’investisseurs, dont la firme américaine de capital-risque Jedar Capital, avaient servi à étendre la présence d’Appetito dans de nouvelles régions en Égypte et à planifier sa croissance régionale.

Suite à la fusion-absorption avec Lamma, dont la finalisation est attendue d’ici le troisième trimestre, la start-up égyptienne de livraison créée en mars 2020 ambitionne de devenir « le plus grand acteur de l'e-épicerie et du e-commerce en Afrique ». À partir des 3 pays maghrébins dans lesquels il opérera (Égypte, Tunisie, Maroc), Appetito s’appuiera sur les synergies entre les deux sociétés fusionnées pour se développer sur de nouveaux marchés africains en commençant par l’Afrique de l’Ouest.

Selon Shehab Mokhtar, son fondateur et directeur général, le marché de l'épicerie au détail en Égypte est évalué à 60 milliards $. Dans ce vaste marché, 2 % des acteurs sont en ligne. Ce qui constitue une énorme opportunité de croissance, selon Shebab.

Au-delà du marché égyptien, le Moyen-Orient et l'Afrique de l’Ouest représentent des marchés fragmentés dans lesquels peu d'entreprises ont réussi à créer des acteurs régionaux dans le domaine du e-commerce, mais à fort potentiel, selon Shebab Mokhtar.

Chamberline MOKO

Posted On jeudi, 02 juin 2022 16:15 Written by

Avoir des compétences numériques est désormais un atout pour attirer l’attention des entreprises ou s’auto-employer. Plusieurs initiatives privées de formation l’ont comprise et proposent, à cet effet, des formations abordables aux jeunes, là où les offres des États sont parfois onéreuses et élitistes.

L’incubateur de start-up « Ose ton emploi » basé à Conakry a officiellement lancé, samedi 28 mai, son nouvel espace numérique dénommée « Sanku Lab ». Financé à hauteur de 55 000 euros par la fondation Orange Guinée, il a pour vocation la formation aux métiers des TIC, notamment la création et la fabrication numériques.

2 100 personnes bénéficieront de la formation de Sanku Lab. Elles pourront prototyper et fabriquer divers objets dans les prochaines années. L’espace met à la disposition des apprenants des outils tels que des ordinateurs portables, une imprimante 3D, une découpe laser vinyle, une presse à chaud, de l’outillage électronique, des brodeuses numériques…

Sanku Lab sera au cœur des activités et programmes d’accompagnement « d'Ose ton emploi », a déclaré son fondateur Danda Diallo. Youssouf Boundou Sylla, le secrétaire général du ministère de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle, a apprécié l’initiative. Il a affirmé que « ces types d’incubateurs sont de véritables vecteurs de développement ».

L’incubateur « Ose ton emploi », créé en 2018, s’est fixé comme objectif l’accompagnement des jeunes entreprises porteuses de projets innovants. Avec plusieurs start-up incubées, il fait partie du réseau Afric’Innov qui rassemble de nombreux incubateurs africains. « Ose ton empfaloi » joue un rôle révélateur de nouveaux talents pour les jeunes en décrochage afin de permettre leur réinsertion professionnelle.

La représentante de la société Orange Guinée a expliqué que « vu la place que le numérique a dans ce monde, nous appuyons ces outils numériques pour faire en sorte que ces jeunes puissent se les approprier, découvrir des passions, se révéler, mettre en contribution toutes leurs créativités pour ensuite se former, créer des start-up, grandir, se lancer sur le marché et avoir une autonomie assurée ». 

Ruben Tchounyabe

Lire aussi : Le camerounais BB Incubator s’allie à Ludiques Works et Start North pour déployer des espaces tech 5G en Afrique

Posted On jeudi, 02 juin 2022 15:44 Written by

Le gouvernement nigérien multiplie les actions fortes pour faire des TIC un moteur du développement. Dans son parcours de transformation numérique, il bénéficie de l’accompagnement de partenaires internationaux qui déploient des outils en faveur de diverses couches de la population.

Le ministre de l’Élevage du Niger a décidé de mettre l’innovation numérique à la disposition des agriculteurs et éleveurs pour améliorer leur production et garantir leur croissance. Samedi 28 mai, il a lancé à cet effet le projet d’innovations digitales pour les agro-pasteurs (IDAN). 35 000 exploitants agricoles et pastoraux, dont 15 % de femmes et de jeunes des régions de Dosso, Tahoua et Tillabéri, sont visés. Pendant trois ans, ils s’appuieront sur une offre intégrée de solutions numériques pour augmenter leurs revenus de 10 %.

Le projet IDAN aidera les agro-pasteurs à la prise de décision éclairée quotidienne pour assurer leur subsistance. « Il s’agit du choix d’acheter des intrants ou pas, du prix auquel vendre leurs lait, peaux, bétail, céréales et légumes, mais aussi des décisions quand et vers où migrer avec leurs troupeaux », a déclaré Paul Tholen, l’ambassadeur du Royaume des Pays-Bas au Niger.

Selon le diplomate, les besoins d’information des agro-pasteurs trouveront des réponses à travers deux innovations. Un marché virtuel où proposer leurs produits et un centre d’appel où obtenir des données géo-satellitaires et des conseils sur leur production.

Le projet IDAN est mis en œuvre depuis le 1er avril 2021 par l’Organisation néerlandaise de développement (SNV). Il est financé par l’ambassade du Royaume des Pays-Bas au Niger à hauteur de plus de 3 milliards FCFA (4,9 millions $). Son lancement fait suite à la validation en mars 2022 de trois études commandées pour jauger son impact économique et social sur les populations cibles.

Tidjani Idrissa Abdoulkadri (photo), le ministre de l’Élevage, s’est réjoui du lancement de cette initiative qui soutient les efforts du gouvernement nigérien dans sa lutte contre l’insécurité alimentaire et nutritionnelle et l’amélioration des conditions de vie des populations. 

Ruben Tchounyabe

Lire aussi : Mali : le service d’informations STAMP guide les populations pastorales vers de beaux pâturages

Posted On mardi, 31 mai 2022 11:19 Written by

Les technologies de l’information et de la communication ont démontré leur pouvoir transformateur dans plusieurs secteurs stratégiques en Afrique. La Santé en fait partie. Les nouvelles technologies, plus pointues, offrent aux populations l’opportunité d’anticiper des maux encore latents.

La HealthTech 54gene, spécialisée dans la biotechnologie, va aider le Sénégal à mettre en oeuvre la médecine génomique pour une meilleure compréhension des maladies héréditaires et un meilleur suivi médical des populations. Un protocole d’accord a été signé à cet effet, mardi 24 mai, à Dakar avec l’Académie nationale des sciences et techniques du Sénégal (ANSTS), le service de génétique humaine de la Faculté de médecine, de pharmacie et d'odonto-stomatologie de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar.

Ce partenariat débutera par l’étude SEN-GENOME qui a pour objectif de caractériser la diversité génétique des populations sénégalaises. Cette étude innovante recrutera des participants appartenant aux principaux groupes ethnolinguistiques du pays. SEN-GENOME permettra de retracer l’histoire des populations sénégalaises et d’identifier des facteurs génétiques de risque aux maladies telles que les cancers, les maladies cardiovasculaires, certaines maladies infectieuses et les maladies génétiques rares. Elle débutera en juillet 2022 avec les premiers résultats attendus en décembre 2023.

Selon le professeur Aynina Cisse, représentant de l’ANSTS, l’idée de SEN-GENOME « a germé, suite à la constatation faite par les chercheurs que la séquence de référence du “génome humain” actuellement utilisée ne reflète pas la diversité génétique des populations africaines en général et sénégalaises en particulier ».

Pour le professeur Rokhaya Ndiaye Diallo, chef du service de génétique humaine, « la médecine du futur dépendra du patrimoine génétique (ADN) de chaque individu. Le projet SEN-GENOME, premier du genre en Afrique noire francophone, a pour but d’initier un plan de médecine génomique au Sénégal ».

L’objectif de SEN-GENOME est d’établir un génome de référence sénégalais reflétant la diversité génétique des populations. Ce génome sera utilisé pour asseoir une médecine personnalisée afin d’améliorer le diagnostic, le pronostic, le traitement et la prévention des maladies les plus courantes. Ce qui permettra également aux anthropologues de mieux cerner l’histoire socio-culturelle des communautés.

Le docteur Abasi Ene-Obong, président-directeur général de 54gene, a affirmé que « les Africains représentent la population la plus diversifiée sur le plan génétique, mais sont faiblement représentés dans les bases de données génomiques internationales. SEN-GENOME  participera à combler ce gap et permettra au Sénégal de faire progresser la pratique de la médecine de précision ».  

Muriel Edjo

Lire aussi : Le Nigérian Abasi Ene-Obong combat le cancer en Afrique grâce aux solutions biotechnologiques de 54Gene

Posted On mardi, 31 mai 2022 08:45 Written by

Le carnet médical en papier n’en a plus pour longtemps dans les centres de santé au Rwanda. Le gouvernement qui a entamé la modernisation des hôpitaux pour améliorer la prise en charge des patients est déterminé à l’achever au plus tôt.

Le Rwanda s’engage à numériser entièrement son système de santé d’ici 2024. Le projet y relatif a été annoncé par le secrétaire permanent du ministère de la Santé, Zachee Iyakaremye (photo), à l’ouverture de la deuxième édition du Symposium sur la recherche et les politiques en santé, qui s’est tenue du mardi 26 au mercredi 27 mai sous le thème « Solutions numériques et pratiques innovantes pour une meilleure santé ». L’objectif est d’avoir une identité pour chaque patient.

« Le plan d’action est d’avoir toutes les informations sur les patients en un seul endroit et de les numériser, afin que nous supprimions complètement la paperasse », a expliqué Zachee Iyakaremye. La numérisation se fera en combinant l’identification nationale personnelle avec l’identification médicale afin qu’un patient puisse avoir un numéro d’identification, qu’il peut utiliser pour obtenir un traitement dans n’importe quel établissement de santé du pays. Le projet, dans sa phase initiale, s’élève à 12 millions $. Le coût total est estimé à 35 milliards de francs rwandais (34,3 millions $).

Le projet de numérisation du système de santé s’aligne sur le plan stratégique One Health II (2019-2024). Au Rwanda, les patients qui se rendent dans les centres de santé sont encore tenus de se munir d’un carnet médical en papier, alors que plus de 400 établissements de santé sur les 513 disposent d’ordinateurs à même d’entrer les données des patients. Le gouvernement a certes lancé le processus de saisie des données médicales des patients au niveau des hôpitaux de district, régionaux et de référence, mais les installations de stockage débordent de carnets médicaux en attente de numérisation.

Selon Jean Baptiste Byiringiro, directeur du numérique au ministère de la Santé, le passage au numérique rencontre quelques difficultés, précisément dans la transmission des données de santé aux services de santé de base, mais la dynamique numérique résoudra certains problèmes actuels. Il a annoncé l’arrivée prochaine de l’infrastructure qui devra opérer la numérisation, ainsi que la construction d’un cloud de données et l’installation d’équipements, de même que la formation du personnel. 

Ruben Tchounyabe

Lire aussi : Le Rwanda emprunte 86,5 millions € auprès de l’AIIB pour numériser plus de services publics et les connecter à Internet 

Posted On lundi, 30 mai 2022 17:00 Written by

Les deux pays ont l’ambition d’améliorer les conditions de vie de leurs populations respectives grâce au haut débit à petit prix qui offre de multiples opportunités économiques et sociales. C’est l’engagement pris lors du démarrage de ce chantier en 2020.

Le Congo et le Cameroun sont officiellement interconnectés par fibre optique. Le réseau qui matérialise cette collaboration numérique des deux États a été réceptionné le jeudi 26 mai à Ouesso, à 870 kilomètres au nord de Brazzaville, par le ministre des Postes, Télécommunications et de l’Économie numérique du Congo, Léon Juste Ibombo (photo, au centre).

Il a expliqué que la fibre optique Congo-Cameroun dispensera les deux pays d’un emprunt futur des routes numériques internationales pour accéder à Internet. C’est de l’argent qui sera économisé par les pouvoirs publics pour un débit Internet plus rapide grâce au trafic qui demeure au niveau local. Le coût de la connectivité à haut débit sera également plus abordable pour les populations.

Grâce à une connectivité plus rapide et à petit prix, les populations congolaises et camerounaises pourront accéder aux différentes opportunités qu’offre le haut débit, notamment les services publics en ligne, l’accès à plus d’information et de connaissances, etc. Ce sont des millions de personnes qui ne seront plus exclues numériquement et pourront prendre part à la nouvelle économie.

Le réseau d’interconnexion par fibre optique Congo-Cameroun, long de 347 km et d’un coût de plus de 6,7 milliards FCFA (11 millions USD), est une composante du projet Central Africa Backbone (CAB) de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac), dont objectif est la création d’un environnement propice à l’éclosion de l’économie numérique dans la sous-région. Il a été financé par la Banque africaine de développement (BAD).

Après le Cameroun, le Congo prépare la finalisation de son interconnexion par fibre optique avec la Centrafrique lancée en même temps que le chantier le reliant au Cameroun. Elle est intégrée dans le budget 2022 adopté en mars dernier par la coordination du projet CAB au Congo.  

Ruben Tchounyabe

Lire aussi : Le Congo a obtenu 15 millions € de l’Union européenne pour accélérer la transformation numérique

Posted On lundi, 30 mai 2022 16:12 Written by

La pandémie de Covid-19 a nui à l’apprentissage pendant plusieurs mois en Afrique. La faible préparation des systèmes locaux d’enseignement y a contribué pour beaucoup. Les initiatives se multiplient pour que pareille situation ne survienne plus en cas de nouvelle crise.

 La South African Broadband Education Networks (SABEN) annonce la connexion de 256 campus de collèges d’enseignement technique et professionnel (TVET) au haut débit en Afrique du Sud. À travers cette initiative démarrée en 2020 dans le cadre du « The TVET Campus Connection Programme (TCCP) », l’organisation non gouvernementale a doté lesdits établissements d’apprentissage d’une bande passante atteignant 200 mégabits par seconde.

Helga Watkin, la cheffe du projet chez SABEN, a expliqué que « la connectivité Internet à haut débit est essentielle pour l'enseignement et l'apprentissage ». Elle a affirmé que la connectivité a déjà permis à plusieurs établissements de proposer plus facilement des cours en ligne à leurs apprenants et de réduire leurs dépenses mensuelles.

C’est au total 283 campus de 48 collèges d’enseignement technique et professionnel que SABEN doit connecter à la dorsale du Réseau national sud-africain de recherche et d'éducation (SANReN) d'ici la fin de l'année.

En plus de leur fournir de la connectivité, l’ONG se chargera également de la maintenance et du soutien des systèmes de gestion de l'apprentissage, de la voix sur IP et de la vidéoconférence dans les campus de certaines des régions les plus reculées d'Afrique du Sud.

En Afrique du Sud, de nombreux collèges d’enseignement technique et professionnel sont fréquentés par des jeunes souvent confrontés à de nombreux défis sociaux et d'apprentissage. Lors de la pandémie de Covid-19, ces apprenants ont souffert des mesures restrictives imposées par le gouvernement et n’ont pu continuer à suivre leurs cours régulièrement. De plus, dans les quelques établissements qui ont pu se connecter, l'apprentissage en ligne s’est souvent heurté aux limites d’une connectivité qui ne supporte pas la connexion simultanée d’un grand nombre d’élèves.

Le ministre de l'Enseignement supérieur, de la Science et de l'Innovation, Dr Blade Nzimande, a lui-même reconnu il y a quelques jours que les problèmes de connectivité Internet et de lenteur de l'accès aux ressources d'apprentissage font partie des principaux défis qui ont compromis la qualité de l'éducation pendant la pandémie. 

Ruben Tchounyabe

Lire aussi : L’Agence universitaire de la francophonie accompagne Madagascar dans la création d’une université virtuelle

Posted On vendredi, 27 mai 2022 16:23 Written by
Page 38 sur 45

Please publish modules in offcanvas position.