Tech

Tech (618)

Le faible plateau technique des centres de santé de plusieurs pays à revenu faible ou intermédiaire rallonge encore le temps de prise en charge efficace des populations. Mais le numérique a le pouvoir de relever ce défi en améliorant la base de toute intervention médicale : le diagnostic médical.

Le National Institute of Health Research (NIHR), une agence gouvernementale qui finance la recherche sur la santé en Angleterre, a débloqué un financement de 3 millions de livres sterling (3,6 millions $) pour soutenir le développement de diagnostics numériques dans les systèmes de santé de sept pays africains. L’Imperial College de Londres, qui a dévoilé l’information le mardi 14 juin, a expliqué que l’argent a été mis à la disposition de ses chercheurs et de 13 institutions collaboratrices au Burkina Faso, en Gambie, au Ghana, au Kenya, aux Pays-Bas, au Soudan, en Ouganda, au Royaume-Uni et en Zambie.

Le Dr Aubrey Cunnington, chef de section des maladies infectieuses pédiatriques à l’Imperial College de Londres, qui dirigera le programme de recherche, a expliqué que « nous évaluerons le potentiel de la technologie de diagnostic numérique pour s'attaquer aux problèmes courants, notamment le paludisme et d'autres infections infantiles. Les chercheurs du projet possèdent un large éventail d'expertises, allant de l'ingénierie électronique et de conception à la médecine clinique, en passant par la recherche sur les systèmes de santé et à la modélisation mathématique ».

Il a par ailleurs souligné que le projet répond à un énorme besoin non satisfait d'accès à des diagnostics précis dans les pays à revenu faible et intermédiaire. « À l'heure actuelle, moins de la moitié de la population africaine a accès à des diagnostics essentiels et précis. Il est donc difficile d'identifier et d'administrer les traitements appropriés et de cibler la prévention des maladies là où elle est le plus nécessaire », a-t-il souligné.

Le financement du NIHR rentre dans le cadre de son programme Global Health Research Group (GHRG) qui finance la recherche, soutient des partenariats de recherche entre les chercheurs et les institutions du Royaume-Uni et ceux des pays à revenu faible et intermédiaire (PRFI). Le GHRG vise à générer les preuves scientifiques qui peuvent améliorer les résultats de santé pour les personnes à faibles ressources en améliorant les pratiques et en informant les politiques. Il renforce aussi la recherche pour soutenir sa durabilité future dans les pays partenaires.

Le financement permettra au GHRG de développer et d'évaluer des diagnostics numériques de prochaine génération pour les maladies infectieuses au cours des quatre prochaines années. Ces diagnostics numériques utiliseront un appareil électronique portatif développé par une équipe de chercheurs de l'Imperial College de Londres. Dénommé Lacewing, il détecte les acides nucléiques tels que l'ADN à la surface d'une micropuce.

D’après les experts, les tests ont une précision similaire à celle des grandes machines de laboratoire, mais sont rapides, peu coûteux et portables. Les résultats sont envoyés à un smartphone qui permet la transmission de données pour surveiller la détection en temps réel de différentes maladies à différents endroits.  

Ruben Tchounyabe

Lire aussi :

Éthiopie : l’Institut de santé publique numérise la sensibilisation sur les épidémies et autres urgences de santé

Au Nigeria, l’IA permet de prédire le comportement des patients séropositifs et de combattre l’abandon de traitement

Posted On mercredi, 15 juin 2022 16:35 Written by

Après le développement de la connectivité et la numérisation des services, l’autre défi de la transformation numérique de l’Afrique concerne les ressources humaines qualifiées. Préparer dès à présent les nouvelles générations aux exigences du monde connecté est une décision stratégique.

Le gouvernement du Kenya a officiellement lancé un programme d’enseignement du codage et de la programmation informatique destiné aux écoles primaires et secondaires publiques, la semaine dernière. Le contenu du programme a été élaboré en partenariat avec Kodris Africa, une société d’édition en ligne qui se concentre sur la préparation des apprenants aux compétences numériques.

Le ministre des TIC, de l'Innovation et de la Jeunesse, Joe Mucheru, a déclaré que « le monde change et tout le monde passe au numérique. Le Kenya ne sera pas laissé pour compte alors que le monde passe au numérique ».

Présent à la cérémonie de lancement du programme d’apprentissage à la programmation informatique, George Kinoti, le directeur des enquêtes criminelles, a indiqué que « doter nos enfants de compétences informatiques dans les écoles est très important, car dans le monde d'aujourd'hui, même la police doit être bien formée aux technologies informatiques pour lutter contre les criminels qui sont désormais férus de technologie ».

C’est le 19 avril 2022 que l’Institut kényan de développement des programmes d'études (KICD) a approuvé le contenu du programme proposé par Kodris Africa. Il rentre en droite ligne avec le programme d’alphabétisation numérique du président Uhuru Kenyatta, lancé en 2016, et le plan directeur national du numérique (2022-2032) qui prévoit l’amélioration des compétences numériques du pays.

Le programme qui couvrira à la fois le primaire et le secondaire comprendra des leçons pratiques qui aideront les jeunes à développer leurs compétences en résolution de problèmes. Le président-directeur général de Kodris Africa, Mugumo Munene, a souligné que la formation au codage mettrait les étudiants kényans sur un pied d’égalité avec ceux des pays développés. Il leur permettra plus tard « de devenir des producteurs à l’ère numérique plutôt que de simple consommateur de ce qui est créé par d’autres ». 

Ruben Tchounyabe

Lire aussi : Le Kenya s’appuiera sur les outils numériques de l’agritech Agrvision pour améliorer la production nationale

Posted On mercredi, 15 juin 2022 09:07 Written by

Ces dix dernières années, le Cameroun s’est engagé dans l’e-gouvernement. Alors que plusieurs administrations ne montrent aucun progrès véritable dans l’adoption du numérique, d’autres par contre multiplient les investissements pour être à la pointe des exigences d'un monde toujours plus connecté.

Le ministère de la Fonction publique et de la Réforme administrative (Minfopra) du Cameroun a signé, lundi 13 juin, un protocole d’accord avec la Cameroon telecommunications (Camtel), l’opérateur historique. Il vise principalement à assurer à l’administration publique la haute disponibilité de ses services fournis aux usagers en ligne et la sécurisation de ses données.

Le ministre de la Fonction publique, Joseph Le (photo, à gauche), a déclaré que Camtel, à travers ses connexions sécurisées et redondantes à l’Internet, l’interconnexion haut débit par liaison spécialisée en fibre optique ou radio, facilitera, entre autres, aux fonctionnaires la consultation des dossiers en ligne, l’inscription en ligne du public aux concours administratifs, le fonctionnement optimal du système informatique de gestion intégrée des personnels de l'État et de la solde (SIGIPES) en région, la certification des actes de carrière en région.

Pour ce qui est de la sécurisation des données du ministère, la directrice générale de Camtel, Judith Yah Sunday (photo, à droite), a expliqué que cela se fera à travers « l’accès aux services du data center » de l’entreprise télécoms.

La signature du protocole d’accord entre le Minfopra et Camtel était en gestation depuis le 4 mai 2021, date à laquelle le ministre Joseph Le a effectué une visite guidée du centre de données de Zamengoé. C’était à l’invitation de la directrice générale de l’opérateur historique, dans la perspective de la mise en œuvre du nouveau système informatique de gestion intégrée des personnels de l'État et de la solde.

Le Minfopra est l’une des administrations publiques, qui, au cours des cinq dernières années, a accéléré sa transformation numérique pour améliorer les prestations offertes au public. Ses actions sont conformes au Plan stratégique « Cameroun numérique » dont l’un des objectifs est la modernisation de l’administration publique. 

Ruben Tchounyabe

Lire aussi :

Le Congo et Cameroun partagent désormais un débit Internet plus rapide grâce leur interconnexion par fibre optique

Le Cameroun adhère à la convention de Budapest sur la cybercriminalité et renforce son dispositif de lutte

Posted On mardi, 14 juin 2022 14:15 Written by

Par le passé, plusieurs acteurs intervenaient dans les projets de numérisation engagés par l’État. Une situation qui a freiné l’avancée de la stratégie nationale de transformation numérique. Aujourd’hui, plus que nécessaire pour le développement, de l’ordre a été mis dans l’action gouvernementale.

Le gouvernement de Madagascar s’est doté d’une unité spéciale dont la mission est la mise en œuvre des politiques de transformation numérique élaborées par l’État. Dénommée Unité de gestion digitale (UGD), le décret qui la crée a été adopté au cours du Conseil des ministres du mercredi 8 juin. L’UGD est un établissement public à caractère industriel et commercial placé sous la tutelle de la présidence de la République et du ministère du Développement numérique, de la Transformation digitale, des Postes et Télécommunications (MNDPT).

Selon Andry Rasoanaivo (photo, à gauche), le secrétaire général du MNDPT, l’UGD sera « le bras armé de l’État dans sa stratégie de digitalisation ». C’est elle qui se chargera de la concrétisation pratique des divers projets numériques en gestation, notamment la numérisation des services publics ; l’interopérabilité des administrations publiques, la mise en œuvre du  Projet de gouvernance digitale et de gestion de l’identité malgache (Prodigy), dont l’objectif est de doter chaque Malgache d’un identifiant unique et ainsi créer un registre d’état civil numérique unique accessible par tous les services publics d’ici fin 2022.

2021 a vu Madagascar accorder une attention plus soutenue à la transformation numérique de l’État, de l’administration publique et de la société, au regard de son importance dans la reprise économique post-Covid. Plusieurs partenaires internationaux à l’instar de la Banque mondiale soutiennent financièrement les nouveaux investissements que consacre l’État à la modernisation de l’administration publique, à la lutte contre la corruption, au développement économique, à l’inclusion sociale et financière en s’appuyant sur les technologies de l’information et de la communication.

L’Unité de gestion digitale contribuera à une action stratégique et financière cohérente de l’État dans ses projets de numérisation. Elle favorisera aussi une gestion efficiente des ressources humaines spécialisées sur les différents projets de numérisation publique. 

Ruben Tchounyabe

Lire aussi : Le Royaume-Uni propose à Madagascar son expertise technique dans la transformation numérique

Posted On mardi, 14 juin 2022 12:58 Written by

Depuis 2020, le groupe télécoms Orange a accéléré la réalisation de son ambition de devenir un opérateur numérique et multiservices en Afrique. Il a investi à cet effet dans de nombreuses expertises spécialisées qui contribuent à enrichir progressivement son offre de service.

L’opérateur de téléphonie mobile Orange Côte d’Ivoire lance sa plateforme d’e-santé ce lundi 13 juin dans le pays. Baptisée Orange Santé, le service a été développé en partenariat avec DabaDoc, une start-up marocaine dans laquelle Orange a investi en juin 2021.

La solution numérique permettra la prise de rendez-vous en ligne. D’autres services innovants tels que le paiement des consultations à distance par la diaspora, le dossier médical numérisé ou la téléconsultation s’ajouteront progressivement d’ici 2023.

Orange Santé s’adresse tout particulièrement aux établissements de soins ivoiriens, puisqu’elle leur permet d’être référencés sur la plateforme et de numériser la gestion de leur centre de soins, depuis la prise de rendez-vous en ligne jusqu’à la création du dossier médical digitalisé du patient. La plateforme permet ainsi d’assurer, aux professionnels de santé adhérents, de la visibilité, une meilleure gestion du flux et d'optimiser leur organisation.

Le lancement d’Orange Santé en Côte d’Ivoire s’inscrit dans la stratégie du groupe Orange à devenir un opérateur digital de référence et un acteur clé de l'e-santé en Afrique et au Moyen-Orient. DabaDoc, qui fait ses preuves au Maghreb depuis 8 ans et qui a apporté une réponse à la problématique d’accès limité et inégal à la santé pour les populations africaines, a convaincu Orange de son expertise pour pallier le déficit de médecins qui perdure sur le continent (1 médecin pour 1 000 habitants) et touche plus durement les régions rurales.

Après la Côte d’Ivoire, la plateforme Orange Santé sera lancée dans d’autres pays d’Afrique subsaharienne d’ici 2023. Le service est déjà disponible au Maroc, en Tunisie et en Algérie depuis plusieurs années.

Muriel Edjo

Lire aussi : DabaDoc et Orange lancent DabaDoc Consult, un service de vidéo-consultation sur l’Afrique

Posted On lundi, 13 juin 2022 12:41 Written by

Les changements climatiques et les habitudes agricoles traditionnelles sont aujourd’hui des freins à la croissance du rendement agricole au Kenya. Apporter la bonne information aux agriculteurs devient essentiel. Les TIC ont démontré leur importance dans ce sens.

La direction des enquêtes sur les ressources et de la télédétection (DRSRS) du Kenya, agence gouvernementale qui s’occupe de la télédétection, des systèmes d'information géographique (SIG) et de la collecte de données sur l'environnement et les ressources naturelles, a signé un protocole d’accord avec l’Agritech kényane Agrvision le jeudi 9 juin à Nairobi. Ensemble, elles développeront une plateforme spécialisée sur la surveillance des cultures et la prévision des rendements, alimentée par l'imagerie satellitaire et l'intelligence artificielle.

Le directeur adjoint du DRSRS, Charles Situma, a justifié la collaboration avec Agrvision par la nécessité de s’appuyer sur « de bons outils numériques et l'utilisation de technologies avancées de collecte et d'analyse de données qui peuvent aider le secteur agricole et les décideurs du pays à avoir une visibilité totale et à prendre des décisions fondées qui améliorent les programmes de sécurité alimentaire ».

Pour Oscar Mwai, le directeur des opérations d'Agrvision, l'agriculture devrait être non seulement une industrie intelligente, mais aussi une industrie durable. « Nous nous engageons à simplifier la technologie d'agriculture de précision basée sur la télédétection, en la rendant universellement accessible et pratique, en utilisant des modèles et des algorithmes AI/ML de pointe pour analyser les grandes données agricoles qui sont collectées et fournir des informations très précises sur les champs, les cultures et les forêts », a-t-il affirmé.

L’agriculture constitue l'un des plus importants secteurs de l'économie kényane, avec une contribution d'environ 30 % au produit intérieur brut (PIB). Mais ce secteur, qui est également la principale source de subsistance pour la majorité des Kényans, est de plus en plus confronté aux aléas climatiques qui se traduisent entre autres par la hausse des températures, la modification des régimes de précipitations et des événements météorologiques extrêmes. Il y a aussi les mauvaises pratiques agricoles, des intrants de mauvaise qualité et un manque d'accès aux connaissances qui nuisent à l’agriculture.

Charles Situma a souligné « qu’une transformation complète du secteur agricole est nécessaire, et les données joueront un rôle majeur dans l'obtention de connaissances meilleures, plus opportunes et exploitables ».

Ruben Tchounyabe

Lire aussi : Le Kenya opte pour la télémédecine afin d’améliorer l’accès des populations à des soins de santé de qualité 

Posted On lundi, 13 juin 2022 08:43 Written by

Plus de 1,3 million de kilomètres de câbles de télécommunications sous-marins parcourent les océans du monde. Ils seront remplacés ou renforcés progressivement par un plus grand nombre d’ici 2030. L’UIT veut capitaliser sur ces infrastructures pour mieux protéger le climat.

La prochaine génération de câbles sous-marins de fibres optiques surveillera les océans en plus d’assurer les besoins de télécommunications en parallèle. Ces nouvelles infrastructures contribueront à fournir des alertes précoces précises sur les tsunamis et des données pour la science du climat. Selon l’Union internationale des télécommunications (UIT), deux nouvelles normes sont en cours d'élaboration à cet effet.

« Les câbles SMART comprennent des capteurs éprouvés de surveillance de l'environnement et des dangers dans des répéteurs de câble, qui abritent des dispositifs amplifiant les signaux de communication optique à intervalles le long d'un câble sous-marin », explique l’UIT.

« Trois capteurs mesurent la température du fond de l'océan comme indicateur des tendances climatiques ; la pression pour l'élévation du niveau de la mer, les courants océaniques, les tsunamis ; et l'accélération sismique pour la détection des tremblements de terre et les alertes aux tsunamis. Les capteurs doivent être opérationnels à tout moment et toutes les données détectées seront transmises aux stations d'atterrissage du câble à la vitesse de la lumière », précise l’Union.

Les efforts de normalisation que mène l’UIT s'appuient sur les exigences minimales établies par le groupe de travail conjoint sur les systèmes de câbles intelligents, qui a été formé en 2012 avec le soutien de la Commission océanographique intergouvernementale de l'UNESCO (UNESCO-COI) et de l'Organisation météorologique mondiale (OMM). Les nouvelles normes devraient être achevées d’ici 2024.

Le système de câble transatlantique Brésil-Portugal, connu sous le nom d'EllaLink, a été le premier à dédier une fibre d'un câble de télécommunications commercial à la détection environnementale, entre l'île de Madère et le câble principal. Il illustre, d’une autre manière, comment la technologie télécoms peut être mise au service du développement. 

Muriel Edjo

Lire aussi : Internet en Afrique : dix ans d’évolution, d’impact sur la vie de millions de personnes, mais aussi des défis

Posted On vendredi, 10 juin 2022 15:17 Written by

En Afrique, le faible taux de pénétration d’Internet s’explique en partie par la cherté des outils de communications. Alors que l’inclusion numérique reste faible sur le continent, des investisseurs français et malien ont décidé de s’attaquer à cet obstacle.

Danew Talla Electronics, la coentreprise de droit malien formée par la société française Danew et l’entreprise malienne Talla télécom, installera une usine d’assemblage d’ordinateurs et de tablettes électroniques à Bamako au Mali. Le président du groupe, Renaud Amiel, l’a dévoilé le lundi 6 juin à la sortie de l’audience que lui a accordée le Premier ministre malien, Choguel Kokalla Maïga.

Renaud Amiel a indiqué que cette usine permettra de fournir le marché malien et ouest-africain. Choguel Kokalla Maïga, qui a garanti à ce futur investisseur « l’accompagnement total » du gouvernement, estime que les différents produits réalisés contribueront à terme à réduire la fracture numérique et créer des opportunités d’emplois pour la jeunesse. En Afrique, la cherté des appareils électroniques est l’un des obstacles à l’accès à Internet et au développement du numérique.

Danew Talla Electronics veut proposer des ordinateurs portables et tablettes de type « Notebook » d’une qualité durable avec un coût moyen de 65 000 FCFA (106,3 USD) avec des modèles allant jusqu’à 100 000 FCFA. La capacité de production de l’usine est estimée à 600 000 ordinateurs et tablettes par an.

Le début de la production est annoncé d’ici septembre 2022. L’entreprise compte créer au moins 200 emplois directs, et à terme jusqu’à 1 000 emplois indirects. Le président de Danew Talla Electronics a expliqué que la société, à cet effet, formera 1 000 jeunes Maliens sur une période de deux mois pour la maintenance.

« Nous allons créer un réseau national de réparateurs d’environ 1 000 personnes dotées de tablettes avec tous les logiciels et les outils nécessaires pour la réparation et la maintenance de nos produits », a souligné Renaud Amiel. 

Ruben Tchounyabe

Lire aussi : Internet en Afrique : dix ans d’évolution, d’impact sur la vie de millions de personnes, mais aussi des défis

Posted On jeudi, 09 juin 2022 17:11 Written by

Répondre avec efficacité aux crises sanitaires requiert une action intelligente préalable de la population avant toute intervention des agences publiques. L’Éthiopie qui l’a compris a décidé d’accentuer l'éducation de ses citoyens afin qu’ils prennent les bonnes décisions au moment opportun.

L’Institut éthiopien de la santé publique (EPHI) a officiellement lancé la version numérique multilingue du Centre national de contact d’urgence de santé publique, le 8335, mardi 7 juin. Développée par le ministère de l’Innovation et de la Technologie et la Mastercard Foundation, elle fournit aux populations des informations sanitaires essentielles, notamment sur la Covid-19, la fièvre jaune, le choléra, le ver de Guinée et la toute récente épidémie de variole du singe.

« En plus de fournir des informations sur la santé, cette technologie numérique répond aux questions fréquemment posées grâce à la réponse vocale interactive (IVR). Cela réduit considérablement le temps que prendraient les professionnels de la santé du centre de contact pour répondre aux demandes de renseignements. Le fait que le système reçoive et délivre rapidement des messages permet de fournir des informations de manière plus efficace et plus simple », a déclaré Huria Ali, la ministre d'État chargée de l'Innovation et de la Technologie.

La version numérique du Centre national de contact d'urgence de santé publique fournit également des informations fiables d'alerte précoce, de détection et de surveillance. La plateforme fournit et reçoit des informations de santé publique du portail Covid-19 et du système d'information sanitaire de district 2 (DHIS-2), ainsi que d'autres systèmes de données pertinents. L'Institut éthiopien de santé publique, en collaboration avec le ministère de la Santé et ses partenaires, a indiqué qu’ils continueront à améliorer la plateforme pour garantir des informations d'urgence de santé publique fiables et en temps opportun.

« Grâce à ce nouveau service numérique, le public pourra prendre des décisions plus éclairées concernant sa santé. En outre, les leçons tirées de cette plateforme numérique contribueront davantage à notre travail numérique dans divers portefeuilles. En tirant parti de la puissance de la technologie, nous atteindrons une efficacité et une connectivité accrues dans toute l'Éthiopie », a expliqué Samuel Yalew Adela, le responsable national de Mastercard Foundation. 

Ruben Tchounyabe

Lire aussi : Le Maroc veut un système national intégré pour un accès égal des citoyens aux services de santé en ligne

Posted On jeudi, 09 juin 2022 16:36 Written by

Le Rwanda est le troisième producteur africain d’étain derrière la RDC et le Nigeria selon les données de la Banque mondiale datant de 2020. Si le pays produit plusieurs autres minéraux, son secteur minier reste dominé par l’exploitation artisanale et à petite échelle.

Au Rwanda, les mineurs artisanaux pourront désormais être accompagnés dans leurs différentes opérations, y compris leurs échanges sur les marchés mondiaux de métaux, par la plateforme blockchain Minexx.

Cette dernière, basée à Kigali et active également en RDC, a obtenu l’autorisation du gouvernement pour les aider à accéder aux capitaux et vendre leurs produits en accord avec les normes d’approvisionnement responsable de l’OCDE et de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs.

Selon les détails publiés sur son site, Minexx collaborera avec l’Office rwandais des mines, du gaz et du pétrole (RMB) pour déployer une technologie blockchain qui permettra aux mines artisanales et à petite échelle (ASM) d’être plus efficaces. La technologie en question permettra, apprend-on, d’enregistrer et suivre les principales transactions des mines, notamment les paiements des mineurs, la traçabilité des minéraux, la taxation des minéraux, le processus d’exportation, ou encore les actions correctives sur la chaîne d’approvisionnement entre autres.

« Minexx se réjouit de travailler avec le gouvernement rwandais et d’autres parties prenantes pour apporter traçabilité, transparence et confiance au secteur des minéraux grâce à notre technologie blockchain », a commenté le CEO Marcus Scaramanga.

L’octroi d’une licence à Minexx intervient alors que le gouvernement rwandais cherche à mieux contrôler son secteur de l’exploitation minière artisanale. Les ASM au Rwanda, faut-il le rappeler, produisent plusieurs minéraux comme l’étain, le tungstène, le tantale, le niobium ou encore l’or. Le défi est de pouvoir les transporter, traiter, exporter et commercialiser de manière légale alors que le pays est régulièrement accusé de servir de plaque tournante au trafic de « minerai de conflit » dans la région.

Louis-Nino Kansoun

Lire aussi : Rohde & Schwarz ouvre son premier laboratoire de développement logiciel du continent au Rwanda

Posted On jeudi, 09 juin 2022 08:17 Written by
Page 37 sur 45

Please publish modules in offcanvas position.