Tech

Tech (621)

A travers les technologies de l’information et de la communication, l’accès au savoir peut s’améliorer rapidement en Afrique. Les autorités marocaines qui en sont conscientes ont décidé de capitaliser dessus pour développer le goût de la lecture chez les citoyens.

Le ministère marocain de la Jeunesse, de la Culture et de la Communication a annoncé, lundi 25 avril, la mise en place d’une bibliothèque numérique qui permet aux lecteurs du royaume d’accéder gratuitement à près de 36 000 livres. À travers ce service, il s’agit de « diversifier les services numériques des médiathèques, contribuer à la diffusion de nouvelles pratiques liées aux applications des technologies de l’information dans le domaine de l’édition et de la lecture », explique le ministère.

À travers cette plateforme numérique,  le gouvernement encourage un large segment de la population à lire, à s’instruire, à développer leurs connaissances. Un identifiant et un mot de passe seront mis à la disposition des adhérents des médiathèques et des bibliothèques des centres culturels placés sous la tutelle du ministère, pour leur permettre d’avoir accès au service. La bibliothèque numérique sera également accessible pour ceux qui aiment le lire dans le confort de leur domicile.

Le lancement de la bibliothèque numérique coïncide avec la célébration de la journée mondiale du livre, le 23 avril de chaque année, et la journée nationale de la lecture au Maroc prévue le 10 mai. Les statistiques 2019 du Haut-commissariat au plan (HCP) révèlent que seul 0,3 % de la population marocaine pratique la lecture au quotidien, et les Marocains ne consacrent que deux minutes par jour à la lecture. Le HCP note également que 55 % des jeunes n’ont jamais pratiqué la lecture, 33,8 % le font de temps en temps et seulement 11,2 % lisent régulièrement.

L'offre de lecture numérique développée par le ministère marocain de la Jeunesse, de la Culture et de la Communication s'appuiera sur un panel de plus de 400 éditeurs, avec une mise à jour hebdomadaire du catalogue afin d’enrichir le contenu et l’améliorer. Le bilan encyclopédique de la bibliothèque est structuré en fonction de classes d’âge et du type de contenu. 

Ruben Tchounyabe

Lire aussi : Maroc : l’Agence nationale de conservation foncière numérise les services des notaires de droit islamique

Posted On jeudi, 28 avril 2022 17:00 Written by

Depuis la semaine dernière, de nombreux pays d’Afrique centrale expriment leur intérêt pour les cryptomonnaies. Ces actifs sont perçus comme une source supplémentaire de création de valeur.

La République centrafricaine a officiellement adopté un cadre réglementaire pour les cryptomonnaies et choisi le Bitcoin comme monnaie de référence. Le président de la République, Faustin-Archange Touadera (photo), s’est réjoui, mardi 26 avril, de cette décision qui découle de l’adoption le 22 avril par l’Assemblée nationale du projet de loi n°22 régissant la cryptomonnaie dans le pays. Il indique que l’instauration de la cryptomonnaie dans le pays représente un pas décisif vers l’ouverture de nouvelles opportunités.

Selon la loi, tout agent économique est désormais tenu d’accepter les cryptomonnaies comme forme de paiement lorsqu’elles sont proposées pour l’achat ou la vente d’un bien ou d’un service. Les contributions fiscales peuvent être payées à travers les plateformes reconnues et autorisées par le gouvernement. Le taux de change entre les cryptomonnaies et le FCFA est librement déterminé par le marché. Les échanges financiers à travers ces nouvelles devises ne sont pas soumis à l’impôt.

Les mineurs de cryptomonnaies, considérés comme des acteurs indépendants dont l’activité est assurée par voie réglementaire, sont tenus de déclarer leurs gains en monnaie ayant cours légal en République centrafricaine. Pour des besoins de comptabilité, le gouvernement indique que le FCFA est considéré comme monnaie de référence.

Afin d’assurer le contrôle et la régulation des transactions en cryptomonnaie, le gouvernement a créé l’Agence nationale de régulation des transactions électroniques (ANTE) qui est également chargée de contrôler et gérer tous les guichets automatiques (ATM) publics installés par l’État sur le territoire national.

Pour divers analystes, l’adoption de la cryptomonnaie par la Centrafrique qui cherche divers moyens de relancer son économie semble prématurée tant plusieurs préalables ne sont pas réglés. Déjà sur l’aspect de la sécurité des réseaux, l’Union internationale des télécommunications (UIT) déplorait encore en 2020 la faible capacité légale et technique du pays. Une réalité actuelle puisque le gouvernement indique, dans l’article 18 de la loi qui est entrée en vigueur, qu’une réglementation sur la cybersécurité et une autre sur la protection des données à caractères personnelles seront adoptées et promulguées, ainsi que la création des organes y relatifs.

Qu’à cela ne tienne, le ministre d’État Obed Namsio, directeur de cabinet de la présidence de la République, soutient que l’adoption de la cryptomonnaie marque une nouvelle phase du « plan de redressement économique et de consolidation de la paix » en cohérence avec l’agenda gouvernemental « qui prévoit une croissance forte et inclusive au bénéfice du développement et de la performance économique ».

La Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC) ne s’est pas encore prononcée officiellement sur la décision du gouvernement centrafricain qui dit garantir la convertibilité automatique et instantanée des cryptomonnaies en monnaie ayant cours légal au niveau de la banque centrale par la création d’un Trust. 

Muriel Edjo

Posted On mercredi, 27 avril 2022 15:36 Written by

La transformation numérique est au cœur des ambitions d’efficacité administrative et financière de l'administration publique camerounaise. Plusieurs chantiers ont été engagés à cet effet au cours des cinq dernières années.

La digitalisation du système de paiements à l’entrée du port autonome de Douala (PAD), au Cameroun, a permis de multiplier par quatre les revenus de ce segment. Ils sont passés d’environ 250 millions FCFA (près de 410 000 $) lors des années précédentes à plus de 1 milliard FCFA actuellement, d’après le lieutenant-colonel Bertrand Mekinda, directeur adjoint de Douala Port Security, la société chargée des missions de sécurité du PAD.

Lors d’un échange avec la presse locale, vendredi 15 avril, il a indiqué qu’il a été instauré un badge d’accès pour les personnes physiques, usagers et acteurs de la place portuaire. Doté d’un code QR et coûtant 1500 FCFA pour une validité d’une journée, ce nouveau système permet de mieux sécuriser les recettes que l’ancien adossé sur des tickets en papier.

« Lorsque vous achetez votre titre d’accès, toutes vos données sont stockées dans le serveur. Et après une période, il y a une comparaison entre les entrées et les recettes », a expliqué Bertrand Mekinda.

Ces cinq dernières années, le PAD a engagé une série de mesures pour la sécurisation de ses opérations à travers divers chantiers tournés vers sa transformation numérique. Parmi ceux-ci figurent entre autres l’installation de plus de 400 caméras HD, la construction de la Task Force Building, un bâtiment qui abrite notamment un centre de données et une salle de vidéosurveillance.

L’entreprise a aussi prévu d’acquérir un progiciel de gestion portuaire qui permettra de numériser l’ensemble des services délivrés par le port. Dix départements sont concernés par ledit projet, notamment ceux des relations clients, du suivi de la performance, de l’accueil des navires ou encore du suivi marchandise.

Pour ce qui est de la sécurisation des recettes d’entrée, le lieutenant-colonel Bertrand Mekinda estime que la valeur pourrait augmenter à 2 milliards FCFA d’ici la fin de l’année, lorsque de nouvelles guérites seront opérationnelles. 

Ruben Tchounyabe

Lire aussi : Guinée : la douane investira davantage dans la numérisation en 2022 pour améliorer ses performances

Posted On mardi, 26 avril 2022 08:35 Written by

Les monnaies digitales suscitent de plus en plus d’engouement en Afrique. La valeur des paiements via ces devises a explosé entre 2020 et 2021. De nombreux acteurs du secteur se positionnent déjà pour bénéficier des opportunités qui se multiplient.

Les Ivoiriens peuvent désormais acheter et vendre de la cryptomonnaie depuis Yellow Card. La plateforme panafricaine annonce le démarrage officiel de ses activités dans le pays qui devient ainsi le seizième à l’accueillir sur le continent, depuis son lancement initial en 2018 au Nigeria. Sylvio Contayon (photo), le directeur général de Yellow Card Côte d’Ivoire, voit dans ce nouveau marché de nombreuses opportunités à saisir, notamment devenir leader.

« Ce qui nous excite est que le domaine de la cryptomonnaie est nouveau et inexploré sur le marché ivoirien. Nous avons la possibilité d’être le leader sur le marché en apportant quelque chose de nouveau et d’innovant. On estime à 343 000 le nombre de détenteurs de cryptomonnaies en Côte d’Ivoire et si nous faisons les choses correctement, nous pourrions augmenter les statistiques, monopoliser le marché », estime Sylvio Contayon.

L’installation de Yellow Card en Côte d’Ivoire intervient sept mois après la levée de fonds réalisée par l’entreprise en septembre dernier auprès de Blockchain.com Ventures, Coinbase Ventures, Polychain Capital, BlockFi, Fabric Ventures et Square Inc, au cours d’une opération menée par Valar Ventures, Third Prime et Castle Island Ventures. Le financement de série A d’un montant de 15 millions $ obtenu était destiné au développement de son équipe, au lancement de nouveaux produits ainsi qu’à la poursuite de son expansion africaine.

La cryptomonnaie suscite actuellement un vif intérêt en Afrique où la réglementation s’adapte progressivement. Bien que le continent ne reçoive encore que 2 % de la valeur mondiale de toutes les cryptomonnaies, la plateforme de données blockchain Chainalysis indique qu'entre juillet 2020 et juin 2021, les Africains ont reçu 105,6 milliards $ de paiements en cryptomonnaies. Soit une augmentation de 1 200 % en un an.

Pour assurer le succès de ses opérations en Côte d’Ivoire et garantir l’engouement des Ivoiriens, Yellow Card prévoit de mener des activités d’éducation financière en parallèle à celles de trading. 

Muriel Edjo

Lire aussi : Le Cameroun, la RDC et la République du Congo veulent adopter la cryptomonnaie

Posted On lundi, 25 avril 2022 17:20 Written by

Les investissements des grandes firmes américaines de l’informatique et de l’Internet se multiplient au Kenya. Après Microsoft il y a quelques jours, c’est au tour de Google de faire du pays sa base pour l’amélioration de l’expérience utilisateur de ses produits et services sur le continent.

Google a annoncé, mardi 19 avril, l'ouverture de son premier Centre africain de développement de produits basé à Nairobi au Kenya. Pour permettre à cet investissement de contribuer pleinement à l’innovation sur le continent, la société américaine de services Internet a lancé le recrutement d'ingénieurs, notamment : responsable ingénierie, chef de produit, ingénieur logiciel, ingénieur relations développeurs, concepteur UX confirmé ou chercheur UX. Les candidats doivent se manifester par ce lien

« Nous recherchons des personnes talentueuses, créatives et collaboratives, capables de trouver des solutions à des défis techniques difficiles et importants, par exemple pour améliorer l’expérience utilisateur sur les smartphones des personnes en Afrique, ou pour créer des produits qui vont favoriser la collaboration et permettre à chacun de progresser ensemble », indique Google.

Lors de l’événement Google pour l'Afrique, organisé en octobre 2021, Sundar Pichai (photo), le président-directeur général de Google, avait dévoilé un plan d'investissement de 1 milliard $ au cours des cinq prochaines années. Il indiquait qu’il servirait à financer des projets visant à fournir un accès Internet rapide, fiable et abordable sur tout le continent, à créer des produits locaux utiles et à accompagner les entrepreneurs et les petites entreprises qui soutiennent les économies africaines. Le centre africain de développement de produits de Nairobi rentre dans cette optique dont le but est de soutenir la transformation numérique de l'Afrique.

À l’attention des ingénieurs intéressés à rejoindre le Centre africain de développement de produits de Nairobi, Google indique « qu’outre d’excellentes connaissances techniques et une passion pour la résolution de problèmes difficiles en collaboration avec d’autres personnes, vous devrez comprendre comment les habitants de ce continent utilisent leurs téléphones au quotidien et les défis auxquels ils sont confrontés ». 

Muriel Edjo

Lire aussi :

Google vient de dévoiler Mali Magic, un large éventail numérisé du patrimoine culturel du pays

Microsoft multiplie les partenariats pour soutenir 10 000 startups africaines en investissant jusqu’à 500 millions $ 

Posted On mercredi, 20 avril 2022 16:03 Written by

Les jeux vidéo sont un secteur qui enregistre progressivement de la croissance en Afrique. Le domaine de l’e-sport offre aujourd’hui des opportunités de carrière à de millions de jeunes passionnés. Explorer ce nouveau territoire est l’objectif que le gouvernement du Bénin s’est fixé le 24 novembre 2021.

L'Africa Gaming Cup, une compétition internationale regroupant les adeptes de jeux vidéo en Afrique, se déroulera dans les prochains jours au Bénin. Les contours de l’événement qui réunira plusieurs communautés de gamers du Bénin et du continent ont été dévoilés, mercredi 13 avril, au cours d’une conférence de presse donnée  par les organisateurs, Mike Hessabi (photo, à droite), fondateur Nicecactus Gamer, et Médard Djékété (photo, à gauche), président d’Africa Gamers.

« La bonne nouvelle, c’est que la compétition sera lancée officiellement le 23 avril », a déclaré Mike Hessabi. Trois jeux animent cette première édition de l’Africa Gaming Cup qui se déroule en trois phases, selon Médard Djékété. Il s’agit notamment de Clash royal, le jeu mobile e-sport le plus joué au Bénin, Tekken 7, un jeu de référence parmi les jeux de combat, et Battlegrounds Mobile, l’e-sport mobile qui compte parmi les plus répandus à travers le monde.

Après les phases qualificatives régionales et les finales régionales, la finale continentale qui rassemble les meilleures équipes d’Afrique se déroulera en juillet 2022 au Palais des congrès de Cotonou lors d’un week-end de show et d’animations pour consacrer le champion.

Faire du Bénin la plaque tournante de l’e-sport en Afrique. C’est en quelque sorte le leitmotiv des organisateurs de Africa Gaming Cup, exprimé lors d'une sortie médiatique en présence de la ministre du Numérique et de la Digitalisation. L’organisation a reçu l’autorisation du Conseil des ministres pour tenir ce rassemblement d’envergure le 24 novembre 2021.

Le Bénin, avec sa communauté de joueurs qui s’affirment sur le continent africain, dispose des potentialités pour avoir de bons résultats lors de ces rencontres, affirme Mike Hessabi. « Nous avons fait une prospection sur le terrain et nous savons qu’il y a beaucoup de communautés actives au Bénin », a indiqué le directeur de Nicecactus Gamer. Plusieurs jeunes Béninois participent déjà aux gaming cup et glanent des médailles. La plateforme qu’il a fondée prend en charge les jeux sur PC, consoles et appareils mobiles et est capable d’accueillir plus de 2 000 tournois en ligne par mois. 

Ruben Tchounyabe

Lire aussi : Afrique du Sud : l’AFD mobilise 450 000 euros pour soutenir le développement de l’industrie locale du jeu vidéo

Posted On mercredi, 20 avril 2022 15:24 Written by

En 2018, l’AFD s’était déjà engagée aux côtés de l’industrie sud-africaine des contenus audiovisuels innovants et créatifs. Cette fois, elle se tourne vers un segment de l’industrie numérique africaine qui affiche un fort potentiel de croissance.

Le hub numérique de l’université du Witwatersrand basée à Johannesburg, Tshimologong Digital Innovation Precinct, a vu son contrat avec l’Agence française de développement et l’Institut français d’Afrique du Sud renouvelé pour la seconde fois, vendredi 8 avril. Il porte sur le soutien à la croissance des industries créatives et culturelles à hauteur de 450 000 euros. Le financement fourni par les partenaires français contribuera à la mise en œuvre d’un incubateur de studios de jeux vidéo au sein du Tshimologong Digital Innovation Precinct, et à réaliser d’autres projets et programmes.

Selon Lesley Williams, la présidente-directrice générale du Tshimologong Digital Innovation Precinct, l'Afrique du Sud doit répondre à la demande dans un secteur en croissance, où la créativité et le numérique se rencontrent. « Il y a une demande massive d'esthétique africaine dans la créativité, le monde réclame du contenu numérique en provenance d'Afrique et nous devons répondre à cette demande », a-t-elle souligné.

Selon Drake Star Partners, une banque d'investissement spécialisée dans le financement du secteur, l'industrie mondiale du jeu attire de plus en plus de capitaux. 150 milliards $ (139 milliards €) de nouveaux investissements y sont attendus cette année. L'Afrique a une opportunité à saisir dans ce grand marché.

En 2018, lors du premier accord de partenariat d’une valeur de 14 millions de rands (près de 872 000 $) entre les trois parties, Tshimologong Digital Innovation Precinct s’était doté d’un incubateur de contenus audiovisuels innovants et créatifs. Ce partenariat initial avait alors ouvert une connexion entre des experts français et africains de l'industrie de l'animation, de la vidéo, du jeu, de la réalité virtuelle, des arts numériques et de la musique.

À travers l’incubateur de studios de jeux vidéo, Tshimologong Digital Innovation Precinct, l’AFD et l’Institut français veulent favoriser l’émergence de jeunes talents dans ce secteur numérique à fort potentiel de création d’emplois et de richesses. L’incubateur permettra aux studios en phase de lancement d’accéder à une formation qui les aidera à créer des produits prêts à la commercialisation, ainsi qu’à développer leurs compétences entrepreneuriales et techniques. 

Ruben Tchounyabe

Lire aussi : Olivier Madiba annonce être parvenu à unifier tous les systèmes de mobile money africains dans un jeu vidéo

Posted On mardi, 19 avril 2022 15:31 Written by

L’e-commerce est aujourd’hui perçu par plusieurs agences de développement comme l’un des domaines clés de la relance économique de l’Afrique. La croissance que la crise de Covid-19 y a impulsée suscite de plus en plus l’intérêt d’investisseurs dans plusieurs pays.

Pierre-Lionel Ebe, Ivan Kharl Manga, Armel Fotso et Simon Mbelek, tous anciens employés de Jumia Cameroun qui a mis fin à ses activités dans le pays en novembre 2019, ont lancé Kuruba.cm la semaine dernière à Douala. La plateforme de commerce électronique est spécialisée dans la vente en gros. À travers ses services, elle se donne pour mission d’aider les petits commerçants à s’approvisionner rapidement auprès de nombreuses marques référencées et se faire livrer partout dans le pays.

« Nous avons construit Kuruba pour aider ces acteurs de notre vie quotidienne à accéder facilement à des millions de produits et à des prix plus avantageux que ceux proposés par les grossistes actuellement. Nous mettons en relation des commerçants indépendants avec un large choix de fournisseurs, leur donnant ainsi un moyen d'élargir plus facilement leur assortiment », explique Pierre-Lionel Ebe, le président-directeur général de la start-up éponyme au cœur de ce nouveau projet d'e-commerce.

À travers le Cameroun, il existe actuellement plusieurs milliers de supermarchés, boutiques, échoppes de quartiers parfois contraints de traiter avec des grossistes, revendeurs, distributeurs et producteurs pour acquérir de la marchandise. Kuruba.cm veut réduire cette chaîne coûteuse en temps et en argent pour permettre aux commerçants de s’approvisionner directement auprès des producteurs ou distributeurs.

La jeune entreprise se positionne sur un segment de marché à fort potentiel économique sur le continent. Au Maroc, chari.ma se développe avec succès depuis janvier 2020. La start-up qui revendique le traitement de près de 2,5 millions $ de valeur de commande par mois a atteint une valorisation de 100 millions $ en janvier dernier.

Pour tenir ses engagements, Kuruba.cm revendique un entrepôt avec une grande capacité de stockage afin de répondre au mieux à la demande de sa clientèle, ainsi que de nombreux points relais dans plusieurs villes pour réduire le temps et les frais de livraison.  Elle affiche aussi une politique commerciale agressive pour séduire rapidement des clients.

L’entreprise assure que toute commande égale ou supérieure à 100 000 FCFA (164,66 $) est livrée gratuitement. Elle a dévoilé aussi être en discussion avec ses partenaires financiers pour la mise en place, au bénéfice des clients, d'un crédit d'approvisionnement avec un paiement différé de 30 jours.

Kuruba.cm — qui revendique déjà plus de 200 références réparties dans plusieurs catégories telles que l’électroménager, l’agroalimentaire, la beauté ou encore l'entretien de maison — ne compte pas limiter sa présence au Cameroun une fois ses activités consolidées. Selon Pierre-Lionel Ebe, « Nous ne sommes qu'au début de l'aventure, car le marché africain du commerce en ligne devient colossal et Kuruba veut en détenir une grande part. Nous voulons proposer un service en ligne innovant, pratique et abordable pour les détaillants sur le continent, qui les aidera à répondre aux besoins quotidiens de leurs clients ». 

Muriel Edjo

Lire aussi : Le marocain Chari.ma souhaite se renforcer avec la digitalisation des prêts à la consommation 

Posted On mardi, 19 avril 2022 08:26 Written by

En Afrique, les studios de jeux vidéo peinent encore à commercialiser efficacement leurs productions. Des partenariats stratégiques avec divers acteurs de l’écosystème tech et financier leur font défaut. En Éthiopie, une évolution se profile.

Le studio de production de jeux vidéo éthiopien Qene Games a signé, lundi 11 avril, un accord de partenariat avec l’opérateur de téléphonie mobile Ethio Telecom pour mettre ses jeux mobiles à la disposition du marché local. Le partenariat résoudra la difficile équation du paiement à laquelle se heurte cette industrie. Qene Games va s’appuyer sur les solutions Fintech de l’opérateur éthiopien pour faciliter l’accès à ses produits à travers des modalités telles que les abonnements et les achats intégrés.

Pour Dawit Abraham (photo), le président-directeur général de Qene Games, « l’Afrique a un grand potentiel pour devenir un exportateur majeur de jeux et être compétitif dans l’industrie mondiale de la création et du divertissement. Cependant, la première étape que nous devons franchir pour en faire une réalité est de donner aux créateurs africains un accès facile pour vendre leur contenu sur le marché africain ».

Considéré comme étant le premier studio de production des jeux vidéo en Éthiopie, Qene Games compte déjà à son actif des jeux tels que Kukulu, Gebeta et Feta — d’inspiration africaine à travers leurs styles artistiques ou leurs personnages — qui lui ont permis de se distinguer comme la meilleure application de divertissement sur le continent. Kukulu, le tout premier jeu mobile de Qene, sur lequel sera expérimenté en premier le partenariat, est un célèbre jeu mobile qui partage l’aventure d’une poule qui cherche à sauver la vie de son fermier. Il est disponible en quatre langues éthiopiennes.

La collaboration entre Qene Games et Ethio Telecom intervient après la formation en février dernier par dix studios de jeux vidéo africains d’un éditeur continental dénommé le Pan African Gaming Group (PAGG), dont le but est de renforcer l'industrie en créant plus d'opportunités économiques et d'emplois à travers l'Afrique. La crédibilité que recherchent les dix acteurs, parmi lesquels Qene Games, permettra à cette co-entreprise d’acquérir plus de valeur pour monétiser au mieux les productions africaines.

Une fois passée la phase initiale du partenariat avec Ethio Telecom, Qene Games compte mettre l’intégralité de sa production à la disposition du marché local. Pour le studio éthiopien, c’est le premier pas vers la réalisation de son rêve de conquête du marché africain.

Ruben Tchounyabe

Lire aussi : Jeux vidéo : 10 studios africains créent un éditeur continental et ciblent 680 millions de gamers vers 2025

 

 

 

 

 

 

 

 

we are tech Africa

Posted On vendredi, 15 avril 2022 11:49 Written by

Au cours de la dernière décennie, de nombreux investissements ont été réalisés par le gouvernement kényan pour faire du pays un carrefour technologique en Afrique de l’Est. Avec le nouvel élan pris, l’ambition est plus grande.

Le ministre kényan de la Jeunesse, de l’Innovation et des Technologies de l’information et de la communication, Joe Mucheru (photo), a lancé le plan numérique national 2022-2032 le mardi 12 avril, en marge du sommet Connected Kenya qui se tient du 10 au 14 avril à Diani. C’est la nouvelle boussole qui orientera les investissements du gouvernement en matière de transformation numérique au cours des dix prochaines années. Sa mise en œuvre est évaluée à 45 millions $. 

Joe Mucheru a expliqué que « le plan directeur national du numérique guidera l'orientation de nos discussions vers un Kenya numérique transformé où la technologie joue un rôle central dans le développement économique ». Il a affirmé ne point douter « qu'avec la mise en œuvre réussie des programmes et projets identifiés dans le plan directeur, ce pays puisse être à la hauteur de sa réputation de Silicon Savannah en matière de TIC et de développement économique ».

D’ici 2032, le Kenya prévoit, entre autres, le déploiement de 100 000 km de fibre optique pour connecter 40 000 écoles et autres établissements d'enseignement, 20 000 institutions gouvernementales, 13 000 établissements de santé. Il compte également déployer 25 000 points d'accès Internet pour soutenir les jeunes et les innovateurs ; créer 1 450 pôles d'innovation numérique, deux usines de logiciels et deux autres pour la fabrication électronique, qui desserviront la région ; créer plus de 10 000 emplois pour les ingénieurs en logiciel.

Le plan directeur accorde une grande importance à la formation aux compétences numériques nationales. Il prévoit le renforcement des capacités de 20 millions de citoyens, 300 000 fonctionnaires, 10 000 professionnels. Sur le plan régional, il est convenu de la mise en place d’un hub sur les technologies futures et d’un autre dédié à la maintenance des câbles sous-marins.

Du côté de l'administration publique, l’automatisation et la numérisation accélérées des services publics, au niveau central comme dans les régions, sont prioritaires. Le gouvernement veut numériser plus de 5 milliards de documents administratifs avec pour finalité de mettre en œuvre un « guichet unique » pour les services publics.

Ruben Tchounyabe

Lire aussi : Le gouvernement nigérian s’est doté d’un plan pour accélérer la numérisation de son économie d’ici 2025

Posted On jeudi, 14 avril 2022 10:44 Written by
Page 41 sur 45

Please publish modules in offcanvas position.