Tech

Tech (654)

La stratégie de développement des compétences numériques et de soutien à l’innovation du groupe Orange progresse en Afrique. Initiée depuis 2019, elle touche déjà plusieurs millions de personnes.

Les jeunes Marocains porteurs d’idées technologiques, de projets innovants et même ceux en quête de compétences numériques ont désormais l’opportunité d’accéder à diverses ressources d’accompagnement et d’encadrement. Logé à Rabat, Orange Digital Center (ODC) a officiellement été inauguré à cet effet, le  mercredi 23 mars. 

La structure, fruit de la collaboration entre de l’opérateur de téléphonie mobile Orange Maroc et l'agence allemande de coopération internationale pour le développement (GIZ), abrite quatre programmes stratégiques du groupe Orange : une École du Code ; un atelier de fabrication numérique FabLab Solidaire de la Fondation Orange, un accélérateur de start-up Orange Fab ; Orange Ventures, le fonds d’investissement du groupe Orange.

Alioune Ndiaye, le président-directeur général d’Orange Afrique et Moyen-Orient, explique que ce dernier ODC vient contribuer à la construction du réseau « des 32 Orange Digital Centers du groupe Orange, qui seront déployés sur l’ensemble de nos pays de présence en Afrique et au Moyen-Orient, mais également en Europe ».

Pour Elizabeth Tchoungui, la directrice exécutive RSE, Diversité et Solidarité d’Orange, présidente déléguée de la Fondation Orange,  « ce projet s'inscrit comme une étape clé de notre responsabilité sociétale en faveur de l'inclusion numérique, et tout particulièrement pour les jeunes et les femmes ».

En Afrique, Orange s'est engagé à déployer un ODC dans chacun des pays où il opère d’ici 2025, conformément à son plan stratégique Engage 2025 qui fait du développement des compétences numériques une priorité tout comme la connectivité, l’énergie, l’éducation, l’inclusion financière par le mobile. A ce jour, Orange a déjà un Orange Digital Center en Tunisie, Sénégal, Éthiopie, Cameroun, Côte d’Ivoire, Madagascar, Maroc, Mali et Égypte. D’autres inaugurations sont à venir d’ici la fin de l’année.

Selon Hendrik Kasteel, directeur général d’Orange Maroc, l’investissement d’Orange ne se limitera pas au centre de Rabat, mais s’insèrera également dans les institutions de formation supérieure du pays pour plus d’impact sur la société. Il annonce à cet effet l’ouverture de plusieurs « ODC Clubs » à travers le royaume, à commencer par l’université Hassan II de Casablanca. 

Muriel Edjo

Lire aussi : Madagascar rejoint officiellement le réseau de formation au numérique et de soutien à l’innovation d’Orange

Posted On mercredi, 23 mars 2022 17:21 Written by

Depuis 2020, le Nigeria suscite un vif intérêt auprès des grands groupes technologiques mondiaux. Microsoft, qui a pris un certain nombre d’engagements auprès du gouvernement, commence à les concrétiser.

Le premier Centre de développement africain (ADC) de Microsoft a officiellement été inauguré le lundi 21 mars à Lagos. Situé au Kings Tower, dans la commune d’Ikoyi, c’est le 7e Centre de Microsoft au niveau mondial. D’une valeur de 100 millions $, il est dédié au développement de solutions technologiques et d'ingénierie destinées à l'Afrique et au monde. Il accueillera à cet effet les talents technologiques du continent et contribuera à l’avancée de l’innovation dans divers domaines stratégiques. Il fournira ainsi des opportunités d’emploi à des millions de jeunes.

Joy Chik, vice-présidente de Microsoft chargée de la division Identité, a affirmé que « l'ADC est le lieu où les ingénieurs de classe mondiale peuvent créer des produits et des services qui alimentent la future économie mondiale ».  Elle a révélé que le Centre « a dépassé les 500 ingénieurs qu’elle prévoit d’embaucher d’ici 2023 ». Ces ingénieurs travailleront dans l’intelligence artificielle, l’apprentissage automatique ou encore la réalité mixte.

Le Centre de développement africain est l’un des nombreux investissements dans le numérique que Microsoft a engagé au Nigeria depuis 2020. Ali Isa Pantami, ministre nigérian des Communications et de l’Économie numérique, a d’ailleurs souligné que «  l’ADC est en phase avec le projet d’économie numérique du gouvernement fédéral ». Il s’ajoute en effet aux engagements pris en mai 2021 par l’entreprise américaine en faveur de l’éclosion de l’économie numérique dans le pays, à travers le développement de la connectivité, la formation des jeunes et la transformation de l’administration.

Après l’inauguration du Centre de développement africain de Lagos, Microsoft procèdera à l’inauguration de celui de Nairobi au Kenya demain jeudi 24 mars. Comme le Nigeria, le pays est l’un des grands carrefours numériques sur lesquels Microsoft veut capitaliser pour accroître son influence sur le continent. 

Adoni Conrad Quenum

Posted On mercredi, 23 mars 2022 15:28 Written by

En Afrique, le faible pouvoir d’achat des populations est l’un des principaux obstacles à l’accès au service en ligne. Tomi Amao, Mayowa Amao, Sam Keiru et Abiola Fajimi ont développé une solution qui résout déjà à une partie du problème.

Simplifyd Systems Inc. a annoncé le jeudi 17 mars le lancement de ZeroData, son répertoire d’applications accessibles sans Internet, ainsi qu'une levée de fonds de pré-amorçage d’une valeur 500 000 $ auprès des investisseurs Y Combinator et Future Africa.

Selon Tomi Amao (photo), cofondateur et président-directeur général de Simplifyd, « ZeroData est conçu pour répondre aux besoins des utilisateurs qui ont un forfait data actif et à ceux des personnes qui n'en ont pas. Pour les utilisateurs dotés d’un forfait data actif, celui-ci n'est pas consommé lorsqu'ils utilisent l'application. Notre application permet également aux utilisateurs sans forfait data actif de bénéficier d'un accès ininterrompu aux applications Internet répertoriées sur la plateforme ».

Sur Simplifyd, ce sont les entreprises et les développeurs qui enregistrent eux-mêmes leurs applications sur la plateforme. Ils déterminent ensuite grâce à la géolocalisation les personnes qui sont éligibles à utiliser leur solution gratuitement, pendant quelle durée, etc. Pour les groupes comme Meta, sans cesse en expansion, ZeroData offre une opportunité de toucher davantage de personnes, d’asseoir leur présence.

ZeroData est disponible par mobile sur iOS et Android, et sur ordinateurs via macOS et Windows. À travers cet outil, l’objectif de la start-up nigériane est de permettre à un plus grand nombre de personnes de jouir aussi des avantages du web malgré la modicité de leurs moyens financiers. Les 500 000 $ obtenus par la jeune entreprise créée en 2020 lui permettront de développer davantage ses offres et d’intégrer plus d'applications variées à sa plateforme numérique. 

Ruben Tchounyabé

Lire aussi : Nigeria : Remedial Health lève 1 million $ pour étendre l’approvisionnement numérique à plus de pharmacies 

Posted On mardi, 22 mars 2022 16:52 Written by

Le service qui a profité du ralentissement d’activités culturelles et sportives, durant la crise de Covid-19, s’est amélioré dans ses prestations. Il souhaite capitaliser dessus pour gagner davantage d’utilisateurs.

La première plateforme de billetterie intelligente 100 % marocaine Guichet.com, avec à son actif plus de 1 000 événements et spectacles organisés en collaboration avec divers partenaires, envisage également d'aller à la conquête d’autres marchés à fort potentiel sur le continent.

La start-up marocaine de ticket et billetterie numérique Guichet Maroc SARL a obtenu, vendredi 11 mars, un financement de 3 millions de dirhams (309 000 $) auprès de CDG Invest, la filiale d’investissement du groupe CDG. Avec cet investissement, la société fondée en 2019 par Ahmed Tawfik Moulnakhla (photo) prévoit de consolider les activités de sa solution Guichet.com sur le marché local, en touchant davantage le secteur du sport, et de conquérir de nouveaux pays africains à fort potentiel.

Guichet.com est une plateforme d’intermédiation entre le public et les promoteurs d’événements (pièces de théâtre, matchs de football, concerts de musique, festivals, formations, etc.). Elle met à leur disposition des tickets et billets numériques payables en ligne. Une application pratique pour ceux qui n’aiment pas faire la queue au guichet. La plateforme offre également aux partenaires un environnement de management et de pilotage autonome avec un suivi de la billetterie en temps réel.

Depuis son lancement, Guichet.com revendique des dizaines de milliers d’utilisateurs, plus de 1 000 événements et spectacles avec de nombreux partenaires exclusifs que sont entre autres le Festival Mawazine, Festival Marrakech du Rire, Festival de Fès des Musiques sacrées du monde, Oasis Festival.

Disponible en application mobile sur PlayStore et AppleStore, Guichet.com s’est enrichi en 2021 de nouvelles options comme la possibilité de se procurer des packages incluant notamment le logement, la restauration et des produits annexes pour un événement. La société a aussi développé Guichet Store, une plateforme e-commerce mise à la disposition des partenaires pour commercialiser des produits dérivés.

Ruben Tchounyabe

Lire aussi : Google vient de dévoiler Mali Magic, un large éventail numérisé du patrimoine culturel du pays

Posted On mardi, 15 mars 2022 14:01 Written by

L’Agence Ecofin dresse le bilan et une analyse des levées de fonds des start-up africaines au cours des deux premiers mois de 2022. Une année déjà marquée par une flopée de deals, mais aussi, une hausse des montants reçus, des signaux d'une nouvelle série de records après les performances de l’exercice 2021.

Alors que l’année 2021 s’est conclue par un record absolu en matière de levées de fonds, l’écosystème start-up africain a le vent en poupe en ce début d’année. Après un premier mois de janvier prolifique, Février s'est inscrit dans le même trend des records. Jamais le niveau des investissements n’a été aussi haut sur les deux premiers mois de l’année.

Selon des données combinées de la plateforme Africa : The Big Deal et de l’Agence Ecofin, au moins 1,2 milliard $ ont été déjà levés par les jeunes pousses opérant en Afrique cette année. À titre de comparaison, ce chiffre n’a pas excédé les 400 millions $ en 2021 sur la même période. L’an dernier, il a fallu cinq mois pour atteindre ce niveau d’investissements, et neuf mois en 2020. A ce rythme, les injections de fonds dans les start-up africaines pourraient atteindre plus de 7 milliards $ en 2022, soit près du double des réalisations de 2021.

159 opérations, 2 big deals

La confiance des investisseurs dans l’univers de l’entrepreneuriat et de l'innovation africaine va crescendo. Quelque 159 opérations ont marqué ce début d’année, c’est presque le double du nombre de deals recensés à la même période en 2021 (83 opérations recensées). Les tours d’amorçage continuent de se tailler la part du lion. Et même si les rondes de petites tailles semblent tenir le pari, les opérations plus avancées maintiennent également le cap.

D’abord, les séries A se sont multipliées. On en recense déjà au moins 9. Autre fait intéressant, l’écosystème a battu en deux mois, le record du nombre de séries D sur une année calendaire, avec les opérations du Ghanéen mPharma (35 millions $) qui fournit des médicaments en dépôt aux pharmacies et la fintech nigériane Flutterwave (250 millions $). L’autre opération d’envergure est le tour de table de 100 millions $ d’InstaDeep, la start-up tunisienne, spécialiste de l’intelligence artificielle, qui travaille dans la biotech.

 La fintech toujours en tête

Menée par la licorne nigériane, devenue la plus importante start-up africaine en matière de valorisation, la fintech africaine démarre 2022 sur les chapeaux de roue. Pas moins de 50 opérations sur les 160 dénombrées concernaient les solutions de technologies financières, soit 20 de plus qu’en 2020 à la même période. Les investissements dans le secteur ont franchi la barre des 530 millions $. A la même période en 2021, la fintech n’avait capté que 150 millions $. 

Derrière la fintech, les solutions en matière d’énergie et d’eau sont celles qui ont attiré le plus d’opérations, au total 22 transactions, mais des deals, dans leur grande majorité, de petites tailles pour un total de seulement de 26 millions $. Ce montant reste deux fois plus faible que celui de 2021 (plus de 50 millions $)

 

Des Percées et des baisses

En collectant 91 millions $ en février, le Sud-Africain des communications mobiles et du chat-commerce, Clickatell, a fortement contribué à la percée du secteur des télécoms, média Entertainment. Ce progrès est également à l’actif de Poa Internet, le fournisseur d’accès à Internet kényan qui a annoncé en janvier le premier closing de son tour de financement de 28 millions $, une opération menée par Africa50. Au total, le secteur timide en 2021, a déjà reçu sur les deux premiers mois, en seulement 6 opérations, six fois plus d’investissements que pendant toute l’année 2021. Cependant, certains secteurs comme l’EdTech et le recrutement ou l’e-santé ont perdu du terrain en glissement annuel.

 

 Le Nigeria, la start-up nation africaine

Avec plus de 34% des deals, le Nigeria continue de consolider son hégémonie dans  l’univers start-up africain, drainant trois fois plus d’investissements qu’à fin février 2021.  Les start-up opérant au Nigeria ont reçu au total 392 millions $, soit environ 32% des levées de fonds globaux. Ces financements sont allés dans leur plus grande majorité à la fintech (335 millions $, un peu près de 85%), ce qui représente plus de 70% des fonds levés par le secteur au cours de la période sous-revue.

De leur côté, le Kenya, l’Egypte, l’Afrique du sud, de loin les poursuivants directs de la première économie africaine en termes de PIB, suivent le pas. Ensemble, ces “top start-up nations africaines” concentrent plus de 80% des financements reçus des capital-risqueurs axés sur l’Afrique.

 

 

Qui investit dans les start-up africaines ?

Plus de 320 investisseurs ont déjà participé aux différents cycles de financement des start-up africaines durant ces deux premiers mois de l'année.

Alors que de plus en plus d’investisseurs à travers le monde se tournent vers l’Afrique, ce sont les sociétés américaines de capital-risque qui semblent les plus actives sur le continent. Elles sont citées au moins 180 fois dans les cycles de financement de ce début d’année. La première place revient à l’accélérateur californien Y Combinator qui apparaît dans 14 opérations. L’US African Development Foundation (USADF), nouvellement arrivé sur le marché africain, monte déjà sur la deuxième marche du podium. Les investisseurs asiatiques eux sont menés par le Japon. Le Japonnais Kepple Africa Ventures continue d’étendre ses intérêts sur le continent alors que d’importants acteurs nippons, notamment SoftBank Group font leur première semence sur le continent depuis 2019. 

Au-delà de tout, l’Afrique se finance en partie, en témoigne la présence marquée d’investisseurs africains traditionnels tels que le Mauricien Launch Africa (13 deals en 2022 et 80 depuis 2019), et le Nigerian LoftyInc Capital Management (8 deals, 54 depuis 2019). Aussi, de nouveaux capital-risqueurs comme le Nigerian All On (13 deals) émergent-ils.

 

 

Fiacre E. Kakpo

Posted On vendredi, 11 mars 2022 14:08 Written by

Depuis 2019, le groupe télécoms déploie sa stratégie de développement des compétences 4.0 dans ses différents marchés de la zone MENA. Il a déjà touché la Tunisie, le Sénégal, l’Ethiopie, le Mali, la Côte d’Ivoire, le Cameroun, l’Egypte et la Jordanie.

Jeudi 10 mars, Madagascar est officiellement devenu le neuvième pays d’Afrique et du Moyen-Orient à rejoindre officiellement le réseau de formation numérique et de soutien à l’innovation du groupe télécoms Orange. La société y a inauguré à Antananarivo, dans La Tour Redland à Ankorondrano, son « Orange Digital Center ».

Il s’agit d’un écosystème entièrement mis en œuvre avec la coopération allemande et dédié au développement des compétences numériques et à l’accompagnement des porteurs de projets innovants. Il est opérationnel depuis le 19 octobre 2021.

Selon Alioune Ndiaye, le président-directeur général d’Orange Afrique et Moyen-Orient, Orange Digital Center Madagascar « fait partie du réseau des 32 Orange Digital Centers du groupe Orange, qui seront déployés sur l’ensemble de nos pays de présence en Afrique et au Moyen-Orient, mais également en Europe. L’objectif est de démocratiser l’accès au numérique pour les jeunes, diplômés ou non diplômés, leur donner accès aux dernières compétences technologiques pour renforcer leur employabilité, et les préparer aux emplois de demain ».

Déployé sur une superficie de 800 m2, le site malgache  réunit une Ecole du Code, un atelier de fabrication numérique FabLab Solidaire de la Fondation Orange installé à l’université d’Antananarivo et un accélérateur de start-up Orange Fab, soutenu par Orange Ventures, le fonds d'investissement du Groupe Orange. L’ensemble des programmes de formation et d’encadrement est gratuit et ouvert à tous.

La collaboration entre Orange et la coopération allemande à Madagascar rentre dans le cadre du partenariat de développement du « programme develoPPP » que cette dernière met en œuvre pour le compte du ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ). L’objectif est de concrétiser leur vision commune : favoriser l’employabilité des jeunes et l’accès aux emplois TIC pour les femmes et les jeunes filles, tout en soutenant la croissance durable et la transformation numérique du pays.

Pour contribuer à l’accès d’un nombre encore plus grand de jeunes Malgaches aux connaissances en rapport avec le numérique, il est aussi prévu l’installation de deux Orange Digital Center Club, extensions de l’Ecole du Code, à l’université de Fianarantsoa et à l’université d’Antsiranana. 

Muriel Edjo

Lire aussi : Le Congo prépare un cadre juridique spécifique aux start-up

Posted On vendredi, 11 mars 2022 08:20 Written by

Elles ont été choisies parmi les huit candidates en lice, originaires du continent, retenues en février. Leurs projets ont été jugés en phase avec les grands enjeux de la société.

Une Gabonaise, une Ivoirienne, une Ougandaise et une Sud-Africaine figurent parmi les sept lauréates de la 10e édition du prix Les Margaret. Il s’agit  respectivement d’Ariane Akeret Soufiano, Cléo Ngokoudi, Malebina Tsotsotso et Shamim Nabuuma Kaliisa. L’identité des quatre femmes a été dévoilée mardi 8 mars. Leur projet respectif, retenu parmi huit africains finalistes en février dernier.

- Ariane Akeret, s’est distinguée dans la catégorie Entrepreneur Afrique avec  son projet CaPay. C’est une application destinée à faciliter le paiement des salaires et autres transactions financières, via le mobile money au Gabon. C’est une plateforme numérique proposée aux salariés, retraités et autres populations non bancarisées des entreprises, des caisses de prestations sociales, organismes, associations et administrations publiques.

- Cléo Ngokoudi est la directrice financière d’Anka. Elle s’est illustrée dans la catégorie Intrapreneur Afrique avec Anka, une plateforme qui fournit aux commerçants ivoiriens des solutions intégrées de gestion digitale, la facilitation des transactions financières internationales.

- La jeune Malebina Tsotsotso  a 15 ans. Elle a été distinguée dans la catégorie Junior Afrique avec MTutor. Il s’agit d’une plateforme d'apprentissage en ligne conçue pour fournir un outil edtech adaptable, évolutif, sûr et sécurisé en Afrique du Sud.

- Shamim Nabuuma Kaliisa a reçu le prix Espoir du jury. Elle est la fondatrice de Chil AI Lab, une start-up qui utilise l'intelligence artificielle et l'apprentissage automatique pour étendre les services de santé essentiels aux femmes pauvres et marginalisées en Ouganda.

Selon Delphine Remy-Boutang, présidente-directrice générale de The Bureau et de la JFD qui organise le prix, le projet porté par chaque lauréate a été meilleur parmi des centaines. « Nous avons reçu plus de 300 candidatures », soulignait-t-elle en février. 

Entre plusieurs gains, Les Margaret 2022 bénéficieront du programme d’accélération de croissance de la JFD pendant 1 an. Ce qui inclut : une  exposition médiatique d’une valeur de 1 million d’euros, un  mentoring et coaching en collaboration avec les partenaires JFD.

La Margaret Junior bénéficiera du programme d’accélération de croissance de la JFD pour développer son projet entrepreneurial, d’une bourse d’étude et participera digitalement à la mission ARTEMIS I, le premier vol préparatoire du retour de l’être humain sur la Lune. Le Prix Espoir du Jury  s’est vu offrir une œuvre originale de l’artiste Caroline Corbasson, spécialement conçue pour la JFD.

Muriel Edjo

Lire aussi : Entrepreneuriat digital : huit africaines finalistes du prix Les Margaret 2022 

Posted On jeudi, 10 mars 2022 08:09 Written by

En neuf ans, la start-up a réussi à se faire un nom sur le marché local et sous-régional de l’industrie du divertissement sur mobile. Elle souhaite maintenant franchir un nouveau palier dans ce segment de marché en forte croissance sur le continent.

Le studio camerounais de jeux vidéo sur mobile et PC, Kiro’o Games, est en mode séduction pour attirer de nouveaux investissements. Ils lui permettront non seulement de renforcer sa présence, mais aussi d’enrichir son offre de jeux et de se développer davantage.

La start-up a lancé à cet effet une invitation pour une rencontre Zoom, jeudi 10 mars à 20h, heure de Yaoundé, au cours de laquelle Olivier Madiba (photo), son fondateur et président-directeur général, compte présenter le plan d’affaires de l’entreprise et les résultats attendus. Il discutera aussi avec les potentiels nouveaux actionnaires sur les risques et retour sur investissement.

Kiro’o Games, qui a lancé ses premiers produits en 2013, revendique à ce jour une levée de 530 000 $ par Equity Crowdfunding. Les fonds lui ont permis de mettre sur le marché des nouveautés et d’enregistrer plus de 150 000 téléchargements de ses produits. Au regard de l’intérêt grandissant des joueurs africains pour les jeux locaux, la start-up veut grandir rapidement pour pouvoir tirer profit d’une industrie d’une valeur potentielle de plusieurs milliards de dollars.

« A Kiro'o Games nous nous préparons depuis 2017 pour cette opportunité de plusieurs milliards de dollars que représente le marché du jeu mobile africain. C’est pourquoi en 2019 nous avions ouvert notre capital pour lever 1 million USD », explique Olivier Madiba.

La nouvelle levée de capitaux que prépare la start-up camerounaise intervient quelques jours après avoir formé le Pan African Gaming Group (PAGG) aux côtés de 9 autres studios africains spécialisés dans les jeux vidéo. A travers cet éditeur continental de jeux vidéo dévoilé le 23 février dernier, leur objectif est de créer plus d'opportunités économiques et d'emplois dans le domaine des jeux à travers l'Afrique. Un marché estimé à 680 millions d'individus d’ici 2025.

Kiro’o Games compte sur la crédibilité acquise au Cameroun et en Afrique centrale au cours des dernières années pour convaincre de nouveaux investisseurs. Une crédibilité qui lui a valu en 2021 plusieurs distinctions de Games Industry Africa dans plusieurs catégories, notamment le prix Innovation de l'année, Equipe de l'année, Jeu mobile ayant le plus d'impact et Débuts de l'année. 

Muriel Edjo

Lire aussi :

Jeux vidéo :10 studios africains créent un éditeur continental et ciblent 680 millions de gamers vers 2025

Posted On mercredi, 09 mars 2022 15:45 Written by

Bien que leur nombre soit encore très réduit, elles multiplient les initiatives fortes pour se fédérer et briser les barrières qui les ont retenus jusqu’à présent. Formation, réseautage, financement sont au cœur de la stratégie panafricaine d’éveil en cours de déploiement avec le soutien de divers partenaires.

Dans son rapport « 2021 AFRICA TECH VENTURE CAPITAL », Partech révèle qu’un total de 134 start-up fondées par des femmes enregistrées en 2021 a effectué un tour de table contre 47 opérations financières comptabilisées en 2020, soit une croissance de +285%. Les start-up fondées par des femmes ont réalisé 20% des 681 tours de table enregistrés l’année dernière, en croissance de 7% comparé à 2020 (13%). Elles ont obtenu 834 millions $, en croissance  de +281% par rapport à 2020. Ce montant représente 16% du total des 5,2 milliards $ d’investissement levés en 2021 par des start-up, en hausse de 2% par rapport à 2020 (14%).

cybercrimes cadenas 4 min

Pourcentage de fonds levés et de tours de tables effectués par des tech entrepreneurs africaines (Source : Partech)

Bien que ces données montrent une progression dans le volume d’investissements captés par les tech entrepreneurs africaines d’une année à une autre, Briter Bridges déplore tout de même un niveau très faible au cours des neuf dernières années.

Beaucoup reste à faire

Dans son rapport « In Search Of Equity Exploring Africa’s Gender Gap in Startup Finance » publié en octobre 2021, Briter Bridges indique qu'entre janvier 2013 et mai 2021, un total de 1 112 start-up opérant à travers l'Afrique ont mobilisé un total de 1,7 milliard $ de financements de démarrage. Parmi ces entreprises, 75% avaient des équipes exclusivement masculines, 9% des équipes exclusivement féminines et 14% des équipes fondatrices mixtes. « Seulement 3% des financements de démarrage sont allés à des équipes fondatrices entièrement féminines, contre 76% pour les équipes entièrement masculines », souligne la société de recherche axée sur les données, basée à Londres et fondée en 2018. Selon elle, cela signifie que pour chaque « dollar investi dans des équipes fondatrices entièrement féminines, les équipes entièrement masculines ont reçu 25 $ ».

cybercrimes cadenas 3 min

Volume d’investissement levé par genre de fondateur (Source : Briter Bridges)

Sur la faible présence des tech entrepreneurs africaines dans le captage de l’investissement, Partech et Briter Bridges s’accordent à dire qu’elle s’explique en partie par la faible présence des femmes dans les segments porteurs comme la Finance, la logistique, le transport. Elles préfèrent en majorité les secteurs du commerce de détail et des services, qui nécessitent moins de capitaux et présentent moins d'obstacles à l'entrée. De plus, les tech entrepreneurs masculins, d’abord plus nombreux, sont également plus susceptibles d'opérer dans des sous-secteurs qui attirent moins d'investissements tels que l'edtech ou la healthtech, accentuant la concurrence.

cybercrimes cadenas 2 min

La représentation du genre dans les différents secteurs tech (Source : Briter Bridges)

Il y a aussi le tempérament des investisseurs. « Même lorsqu'elles travaillent dans des secteurs suscitant un grand intérêt de la part des investisseurs, les équipes entièrement féminines sont toujours moins susceptibles de recevoir un financement que les équipes entièrement masculines, et elles reçoivent des montants plus faibles lorsqu'elles obtiennent un financement », note Briter Bridges. Enfin, plusieurs autres types d’obstacles entravent encore une plus grande présence des femmes dans la tech industrie africaine, notamment la faible présence des jeunes filles dans les filières scientifiques (STEM) ; un réseau d’affaires plus faible, essentiellement composé de femmes. Mais des initiatives se multiplient pour aider les tech innovatrices à surmonter ces barrières.

Formation et financements ciblés

Au cours des dix dernières années, le soutien aux Africaines dans le numérique a gagné en intérêt. La transformation numérique s’accélérant au fil des ans, les formations dans les compétences numériques à leur endroit se sont multipliées. De nombreux partenaires internationaux et locaux comme la Banque mondiale, l’Agence française de développement (AFD), la Banque africaine de développement (BAD) ou encore la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (UNECA), la Fondation Bill et Melinda Gates, Google, l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco) s’y sont impliqués. De son côté, depuis 2015, Orange a investi dans des maisons digitales dans ses 16 marchés d’Afrique pour former les femmes aux compétences numériques, en plus des programmes dédiés que le groupe soutient déjà. Des pôles de financement ciblés ont également déjà été lancés par divers acteurs, notamment Alitheia Capital, fonds de capital-investissement de 100 millions de dollars, cofondé par Tokunboh Ishmael et Polo Leteka Radebe. Il y a FirstCheck Africa, collectif d'investisseurs et fonds d'investissement dirigés par des femmes et axés sur les femmes, cofondé par Eloho Omame et Emmanuel Bocquet. Il y a aussi WeFundWomen, communauté d'investissement intelligente fondée par Hope Ditlhakanyane pour les start-up en Afrique en les connectant à des capitaux démocratisés. Akazi Capital de Liebe Jeannot, est un fonds d'impact « crowdfunding », qui investit jusqu'à 250 000 $ dans des entreprises en phase de démarrage détenues et dirigées par des femmes en Afrique subsaharienne.                         

Muriel Edjo

Lire aussi : Des bourses de formation au numérique pour les femmes africaines

Posted On mardi, 08 mars 2022 11:15 Written by

Depuis cinq ans, la HealthTech travaille dur pour concrétiser son ambition d’améliorer l’accès d’un plus grand nombre d’Africains aux soins de santé de qualité. Le premier pas se fera dans la sous-région Afrique de l’Est.

La plateforme ougandaise de télémédecine Rocket Health a annoncé, lundi 7 mars, la levée avec succès de 5 millions $ auprès d’un groupe d’investisseurs mené par Creadev. Grenfell Holdings and LoftyInc Capital Management ont pris part à ce tour de table qui permettra à la HealthTech de s’étendre en Ouganda et en Afrique de l’Est. Le Kenya – où elle a déjà une présence administrative – est la prochaine destination africaine de la solution numérique lancée en 2018 par les docteurs Davis Musinguzi, John Mark Bwanika, William Lubega, et Hope Achiro.

Rocket Health est une plateforme de santé numérique développée par The Medical Concierge Group, une clinique, un laboratoire et une pharmacie autorisés et enregistrés en Ouganda. Accessible par USSD et SMS sur téléphone mobile basique ;  par WhatsApp ou directement en ligne sur smartphone, tablette ou ordinateur, elle propose diverses prestations de santé 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

En Ouganda, ses promoteurs prévoient de sortir le service du Grand Kampala et de toucher d’autres villes du pays et les zones rurales où l’accès aux soins de santé de qualité demeure faible. « Le ratio médecin-patient en Ouganda est maintenant de 1/2500. Cela signifie qu'un si grand nombre de personnes n'ont pas accès à des soins de santé de qualité, et il n'y a pas que les médecins. Les pharmaciens ou les services de laboratoire sont également très difficiles à trouver pour la plupart des gens », déplore Hope Achiro, directrice des services pharmaceutiques de Rocket Health. Au Kenya où le ratio docteur/patient est de 1/6355, Rocket Health entrevoit également des bénéfices pour les populations. 

Selon Davis Musinguzi, le président-directeur général du service numérique, « Rocket Health s'efforce de rendre les soins de santé primaires de qualité accessibles, abordables et pratiques afin d'obtenir les meilleurs résultats pour le plus grand nombre d'Africains possible grâce au pouvoir exponentiel de la technologie ».

Les fondateurs de Rocket Health ont confiance dans le succès de son déploiement national et international. Ils ont eu l’opportunité de peaufiner leur stratégie et leurs moyens d’action pendant six mois d’incubation au sein du Next Health Accelerator (NHA), un accélérateur d'innovation en santé conçu par Intrepid Entrepreneurs pour les entrepreneurs africains, en 2021.

Muriel Edjo

Lire aussi : Ouganda : Rocket Health a fait de la santé de proximité pour tous son crédo

Posted On mardi, 08 mars 2022 07:51 Written by
Page 45 sur 47

Please publish modules in offcanvas position.