Tech

Tech (621)

En Afrique, la densité médicale est en dessous des recommandations de l’Organisation mondiale de la santé. Mais, depuis quelques années, l’alternative la plus intéressante est le recours aux solutions qu'offrent les start-up spécialisées dans les technologies médicales.

La plateforme de santé numérique Altibbi, fondée en Jordanie en 2008 et spécialisée en consultation médicale en ligne, va introduire des services d'administration de médicaments et de diagnostic en Égypte. Cette décision est consécutive à l’annonce, le lundi 28 mars via un communiqué, de la réussite d’un tour de table de série B d’un montant de 44 millions $ mené par des investisseurs comme Foundation Holdings, Hikma Ventures et d’autres investisseurs providentiels.

Jalil Lebadi (photo, à gauche), PDG et cofondateur d'Altibbi, explique « qu’après tant d'années, son entreprise a réussi à percer le système et aujourd'hui, c’est l'entreprise de santé numérique la plus autorisée du monde arabe. Elle dispose de licences à Dubaï, en Arabie saoudite et en Égypte. Elle travaille avec le gouvernement dans le cadre d'une table ronde visant à réglementer les plateformes de télésanté et de santé numérique ».

La healthtech (start-up spécialisée dans les technologies de la santé) vise à créer une expérience médicale complète grâce à sa plateforme qui peut permettre aux utilisateurs de recevoir des ordonnances, des médicaments et même des tests de laboratoire effectués à leur domicile. Elle veut capitaliser sur la faible concurrence sur le marché en raison des réglementations élevées dans cette partie du monde.

En plus de sa plateforme web, Altibbi possède une application mobile, disponible sur App Store, Play Store et AppGallery. Pour profiter des services de la start-up, il faudra s’inscrire puis se connecter avec un numéro de téléphone et un code de vérification. Le patient a ainsi accès à plus de 10 000 médecins sur une plateforme accessible 24 heures sur 24 et tous les jours de la semaine. Altibbi a reçu le premier prix dans la catégorie santé par l'Arab E-Content Award à Bahreïn en 2013.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi :  RD Congo : Arnold Wogbo donne aux drépanocytaires une meilleure prise en charge grâce à Anemiapp

Posted On mercredi, 06 avril 2022 16:46 Written by

En 2020, les services métropolitains de Nairobi ont affirmé qu’ils étaient dans l’incapacité de gérer les ordures produites par les habitants de la ville. Pourtant les autorités se tournent vers les Technologies de l’information et de la communication pour punir l’incivisme de certains citoyens.

Les habitants de la capitale Nairobi peuvent désormais signaler les cas de déversement illégal, d’élimination dangereuse des déchets, ainsi que les pénuries d’eau grâce à l’application mobile Hatua. Elle a été lancée, lundi 21 mars, lors de la célébration de la Journée mondiale de l’eau au Kariokor Social Hall dans la circonscription de Kamukunji.

C’est une idée originale du cabinet de conseil en développement durable Niko Green qui — avec le soutien de la Kenya Alliance of Residents Association (Kara), le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et l’Union européenne (UE) — a mené à bien le projet. L’application va également permettre de signaler les lieux jonchés d’ordures, comme les arrêts de bus, ou des camions-poubelles qui déversent des déchets dans des zones résidentielles.

Hatua est disponible sur les smartphones et lorsque les différentes cases sont remplies avec les coordonnées du plaignant, le problème indiqué sera traité par l’agence compétente. « Vous obtiendrez des commentaires via un identifiant de référence. L’état de votre plainte sera indiqué. Si après cinq jours, il n’y a pas de réponse, le système la transmettra automatiquement à une autre agence. Il n’y a aucune crainte que votre plainte ne soit pas traitée », a indiqué Nickson Otieno, PDG de Niko Green.

Henry Ochieng, directeur général de Kara, explique que « le système actuel de signalement de la pollution environnementale est long, fastidieux et entaché de corruption. La nouvelle plateforme permettra aux utilisateurs de suivre leurs plaintes et de voir l’évolution en temps réel ». L’introduction de cette application va améliorer le travail quotidien du Comité national des plaintes en matière d’environnement (NECC).

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi :  Nigeria : Wura ou l’art de mieux gérer les déchets urbains grâce à une application mobile

Posted On mardi, 05 avril 2022 17:24 Written by

Dans tous les secteurs d’activité, la technologie s’impose comme le meilleur outil pour améliorer les résultats de façon significative. C’est dans cette optique que les compagnies canadienne et sud-africaine vont coopérer sur un projet.

Dwyka Mining Services, une entreprise d’intégration de technologies minières basée en Afrique du Sud, assiste la société minière canadienne des métaux de base Trevali dans la mise en œuvre de sa plateforme Hovermap. L’objectif est de mieux localiser, visualiser et cartographier les mines et les infrastructures grâce aux scanners de détection et à la télémétrie par ondes lumineuses ce qui va contribuer à réduire les coûts et à améliorer la qualité des services du minier canadien.

Jamie van Schoor, directeur général de Dwyka, explique que « les méthodologies de numérisation [de Trevali, Ndlr] prenaient beaucoup de temps, et le fait d’entrer dans l’équipe d’exploitation de Trevali était un changement assez important par rapport à ce qui se faisait dans le passé ». Il faut souligner que l’utilisation de Hovermap pour scanner et compiler des modèles 3D est essentielle pour que Trevali réalise ses ambitions de jumelage numérique des actifs et des infrastructures.

La firme canadienne a amorcé la modernisation de ses mines en Afrique depuis quelque temps. Le site de Rosh Pinah en Namibie utilise un système Slim Gyro pour inspecter les trous de forage. Gerhard Louw, géomètre en chef de Rosh Pinah Zinc Corporation, explique que le nouvel outil a amélioré leurs stratégies de production et leurs résultats de façon significative.

L’opérationnalisation de la plateforme Hovermap va donc permettre à Trevali d’appliquer une méthode d’exploitation minière standardisée et d’obtenir d’importantes informations fondées sur des données. Selon le minier, l’automatisation de ses processus physiques, la numérisation des actifs et l’amélioration de ses processus miniers renforcent son statut dans la sphère des producteurs miniers mondialement reconnus.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi : Le Ghana se dote d’un laboratoire national d’analyse numérique des minerais précieux

Posted On mardi, 05 avril 2022 13:40 Written by

Avec la Covid-19, le marché de la consommation en ligne a enregistré de la croissance en Afrique. De nombreux acteurs internationaux ont déjà flairé de nouvelles opportunités pour répondre aux besoins des clients de plus en plus séduits par l’option d’achat à distance.

Acheter en ligne à travers le monde et recevoir son colis à sa porte, dans un point de dépôt ou de ramassage est désormais possible au Maroc, au Kenya et au Nigeria avec United Parcel Service (UPS). La société américaine de livraison de colis postaux a annoncé, lundi 4 avri, la signature à cet effet d’un accord de partenariat avec Jumia. Elle capitalisera sur la logistique d'e-commerce de cette dernière pour développer son service de livraison et se renforcer sur le continent. UPS proposera également aux clients plusieurs options de paiement, notamment le Mobile Money.

« Au début de notre voyage, il y a 10 ans, l’infrastructure logistique était l’un des aspects les plus difficiles de notre environnement opérationnel. Ce défi a été pour nous un catalyseur pour construire une plateforme de logistique inégalée en Afrique offrant à nos vendeurs et consommateurs des services de livraison fiables, pratiques et rentables. Aujourd’hui, nous aidons d’autres entreprises à surmonter ces défis en matière d’infrastructures en leur donnant accès à notre plateforme de logistique », a déclaré Apoorva Kumar, vice-président principal de la logistique chez Jumia.

Depuis 2020, la Covid-19 a changé les habitudes de consommation des populations urbaines en Afrique. L’achat en ligne de biens et services s’est renforcé, facilité par l’adoption du Mobile Money par plusieurs entreprises d’e-commerce. Le secteur de la livraison a par ricochet connu de la croissance. Dans son « Postal Economic Outlook 2021 », l’Union postale universelle (UPU) indique que le volume domestique d’envoi de colis a augmenté de 6,1 % en Afrique en 2020. Il a cependant reculé de 24,8 % à l’international, du fait des restrictions temporaires du transport aérien. L’UPU estimait une augmentation de l’activité avec le retour à la normale dans le monde.

Jumia indique qu’après le Maroc, le Kenya et le Nigeria, son partenariat avec UPS s’étendra ensuite au Ghana, en Côte d’Ivoire puis dans tous les autres marchés africains où elle a une présence. Selon Apoorva Kumar, c’est une opportunité de construire « une entreprise logistique de classe mondiale en Afrique ».

Muriel Edjo

Lire aussi : Jumia améliore ses solutions digitales de paiement, notamment en Egypte et au Nigeria

Posted On mardi, 05 avril 2022 07:59 Written by

Depuis quelques années, les jeux de fantasy et les paris dédiés génèrent des millions de dollars. Malgré une importante base de fans en Afrique, le continent profite très peu de ce marché toujours en plein essor.

La plateforme égyptienne de fantasy football, Eskab, a annoncé le lundi 28 mars la réussite d’un tour de table d’un montant de 3 millions $. Mené par 4DX Ventures avec la participation d’autres institutions et investisseurs providentiels, l’objectif est de rendre le football plus passionnant et interactif pour tous les fans d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient (MENA) grâce au jeu de simulation. La start-up veut également développer de nouveaux produits, recruter des talents dans les équipes d’ingénierie et de produits et mettre en œuvre des partenariats avec des clubs de football.

Le fantasy football est un jeu de simulation où les utilisateurs vont prédire l’issue des rencontres de football entre des équipes virtuelles qu’ils ont préalablement créées avec des joueurs existant dans la réalité. Ils participent à des compétitions gratuites ou premium qui permettent de gagner des lots. Aly Mahmoud, fondateur de la plateforme, explique que pendant son séjour au Canada, il a « été exposé à l’essor de DraftKings et FanDuel. Mes amis jouaient à ces deux jeux et, bien que je ne connaisse pas grand-chose aux sports canadiens, en particulier au hockey, j’ai trouvé que jouer à ces jeux était le moyen le plus facile pour moi d’apprendre à connaître les sports et de développer ce sentiment de camaraderie avec mes amis ».

Puis il ajoute « je me suis demandé pourquoi personne ne faisait cela pour les centaines de millions de fans de football au Moyen-Orient et en Afrique. Nous avons donc fait des recherches et nous avons réalisé qu’il y avait une énorme lacune dans le marché pour ce type de jeu [fantasy football, Ndlr] au Moyen-Orient et en Afrique ».

Lancée en 2018, la plateforme revendique plus de 700 000 utilisateurs en Égypte et depuis le lancement des concours premium en 2021, sa base d’utilisateurs est en constante progression. Elle envisage de se lancer à l’avenir dans d’autres sports, mais à l’approche de la coupe du monde de football au Qatar, Eskab veut mieux appréhender ce marché avant de se lancer dans une nouvelle aventure.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi : Blaise Matuidi, le champion de football se voit bien devenir champion de la tech avec Origins

Posted On lundi, 04 avril 2022 15:08 Written by

En 2020, le pays s’est doté d’un plan stratégique dont quelques fruits sont déjà visibles. Avec l’accélération de la transformation numérique induite par la crise de Covid-19, il devient urgent pour les autorités camerounaises de mieux répondre aux défis des domaines prioritaires.

La Société financière internationale (SFI) et la Banque mondiale ont organisé, mercredi 30 mars, un atelier sur la valorisation du secteur du numérique au Cameroun. Ce séminaire avait pour principal objectif de rassembler les principaux acteurs du numérique au Cameroun, et le gouvernement autour des problématiques liées au développement du secteur digital dans le pays.

La ministre des Postes et Télécommunications, Minette Libom Li Likeng (photo), a expliqué que l’atelier qui regroupe les acteurs de l’écosystème numérique camerounais et les administrations publiques met un accent sur le niveau de développement actuel, les contraintes, les défis et les opportunités, ainsi que les programmes de soutien en cours, dans le but de proposer des pistes d’accélération du développement numérique du pays.

Selon le représentant régional Cemac de la SFI, Sylvain Kakou, « le digital est vraiment au cœur de la stratégie de développement du Cameroun. C’est ce qui explique, nous, notre stratégie à accompagner un développement du digital ; à aider le Cameroun à opérer cette transformation le plus rapidement possible ». Il s’agit donc, souligne-t-il, d’un brainstorming pour s’assurer que dans la définition de la stratégie il y a une cohésion et une consistance dans la manière dont les politiques sont formulées, et comment elles sont exécutées pour obtenir un maximum d’impact.

Le Cameroun s’est doté en 2020 d’un plan stratégique pour le développement de l’économie numérique dont l’objectif principal est d’en faire un pays digital. La Banque mondiale quant à elle, a approuvé le 28 septembre 2021, le financement d’un projet d’accélération de cette transformation au Cameroun.

D’un montant de 100 millions de dollars, ce projet vise entre autres, à travers trois composantes, à étendre la portée et la couverture des réseaux numériques à haut débit dans les zones rurales, à favoriser un environnement propice au développement sécurisé et résilient. Il s’agit également de favoriser la mise en œuvre des solutions axées sur les données « data-driven » dans le secteur agricole, afin de stimuler l’innovation dans un secteur économique stratégique et accroître l’utilisation de solutions numériques par les petits exploitants agricoles.

Au terme de cet atelier, un plan d'action numérique est attendu, avec des objectifs précis. La Banque mondiale qui réalise des investissements à destination des différents acteurs, à l’instar des nouveaux entrepreneurs, dans le développement du digital comme la fintech, s’attend à une stratégie nationale bien formulée, définissant les rôles spécifiques de ces acteurs. Le Cameroun pour sa part, assure la ministre, reste déterminé à coopérer pour la mise en œuvre des recommandations issues de cet atelier. 

Ruben Tchounyabe

Lire aussi : RD Congo : Kintambo teste l’identification numérique de sa population avec l’aide de la région de Bruxelles-Capitale

Posted On vendredi, 01 avril 2022 08:05 Written by

Le groupe télécoms français Orange a annoncé, mercredi 30 mars, le lancement d’un nouveau service de télémédecine baptisé DabaDoc Consult. Il est le fruit de sa collaboration avec DabaDoc, la start-up marocaine spécialisée dans la gestion de rendez-vous médicaux en ligne. DabaDoc Consult, c’est l’ouverture du service de vidéo-consultation lancée au Maroc en mars 2020, en pleine pandémie, sur l’ensemble des marchés Orange en Afrique.

À travers DabaDoc Consult, Orange donne à la diaspora africaine le pouvoir d’offrir des vidéo-consultations médicales à leurs proches résidant dans les pays d’origine. « Un processus simple et fluide a été mis au point conjointement par les équipes DabaDoc et Orange Link », explique le groupe télécoms.

« Le client, issu de la diaspora, désireux d’offrir un DabaDoc Consult doit ainsi se connecter à la plateforme "Transfert Pays" d’Orange, choisir le montant de consultation qu’il souhaite offrir, puis régler la prestation via sa carte bancaire. Le bénéficiaire du DabaDoc Consult reçoit alors instantanément un code qu’il peut utiliser en guise de règlement de sa vidéo consultation sur la plateforme », précise Orange.

DabaDoc est le fruit de l’ingéniosité de Zineb Drissi Kaitouni (photo) et Driss Drissi Kaitouni. La plateforme web mobile fondée en 2014 a déjà permis à des milliers de personnes d’accéder aux spécialistes de la santé au Maroc, en Tunisie et en Algérie. Le patient s’y enregistre au préalable. Pour une consultation, il doit sélectionner la spécialité médicale concernée, renseigner la ville, le médecin le plus proche de lui, choisir un créneau horaire. Une fois le rendez-vous pris, un message de confirmation indiquant la date et l’heure de celui-ci est envoyé par mail et par SMS au patient.

En mai 2015, la plateforme est devenue payante pour les professionnels de la santé. Zineb Drissi Kaitouni explique que « les prix varient entre 450 dirhams [122,5 USD] si le médecin souscrit pour un mois, 300 dirhams/mois pour une souscription de 3 mois et 225 dirhams/mois pour une année ».

En avril 2021, Orange Afrique et Moyen-Orient est entré au capital de la start-up à travers une opération de levée de fonds. La société télécoms y a immédiatement mis à contribution son expertise technologique et des solutions de paiement pour permettre de développer des solutions digitales qui apportent rapidement des bénéfices concrets aux patients et à tout l’écosystème de santé africain.

DabaDoc, disponible en français et en arabe, a déjà reçu de nombreuses distinctions telles que le troisième prix de la meilleure start-up du Maroc au Seedstars World en mai 2014. Elle a remporté la première place du concours GIST, compétition organisée en partenariat avec le US Department of State en octobre 2014… Sa cofondatrice Zineb Drissi Kaitouni a été nommée parmi les trois meilleures entrepreneures d’Afrique en 2016.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi :  Audace Nakeshimana, l’ingénieur d’Apple qui démocratise le diagnostic médical au Rwanda

Posted On jeudi, 31 mars 2022 13:49 Written by

Le fondateur de la start-up AfroVision revient sur les avantages que la connectivité gratuite offerte par le gouvernement apportera à la transformation numérique. Il explique l’importance d’Internet pour les tech entrepreneurs et son impact pour un écosystème innovant comme la Silicon Mountain basée dans le Sud-Ouest du Cameroun.

Qu’est-ce que la Silicon Mountain en général ?

Actuellement, nous ne maîtrisons pas encore toutes les start-up qui constituent la Silicon Mountain, mais elle englobe les villes de Buea, Muyuka, Ekona, Tiko, Mutengene, Limbe ; donc tout le département du Fako. Toutes les localités que le mont Cameroun touche, s’il s’y trouve quelqu’un qui gagne de l’argent à travers les smartphones, cette personne fait partie de la Silicon Mountain. Toutefois, les entreprises les plus connues sont dénombrées à plus de 50 ; même la liste de Wikipédia n’est pas complète parce qu’il y a des entreprises qui ne sont pas inscrites.

La Silicon Mountain est une zone industrielle de technologie basée ici à Buea et dans le Fako. Ce n’est pas une association, c’est juste une zone où se regroupent des jeunes tech entrepreneurs qui ont créé leurs propres structures, comme moi avec AfroVision, Njorku et Buyam. D’autres innovateurs ont lancé des start-up comme Zinger System ; l’incubateur ActivSapces ; Jongo Hub ; sienfliex pour les médias, les séries, les films ; mountain hub ; Mountain credit union ; Genie computer… ce sont toutes ces entreprises qui forment la Silicon Mountain.

Présentez-nous votre entreprise AfroVision Group ?

AfroVision Limited Group est ma première entreprise, lancée en 2006. Nous intervenons dans le consulting, le développement de solutions web/mobiles pour les entreprises, le génie logiciel, le développement des sites web, le développement des applications mobiles telles que Buyam que nous venons de lancer. Nous développons aussi les systèmes pour les structures gouvernementales, à l’instar du GCE Board. Nous sommes une équipe de 10 personnes. Cette année, nous comptons augmenter la taille de notre personnel à 40, essentiellement des ingénieurs parce que nous souhaitons beaucoup nous développer avec les nouveaux partenaires et investisseurs que nous avons aux États-Unis.

Nous travaillons actuellement sur notre projet « Buyam », un marché en ligne. Des boutiques dans le cloud. Les clients pourront contacter directement les marchands sur leur mobile pour acheter.

Le gouvernement camerounais a annoncé le 15 mars dernier l’offre d’un an de connexion Internet gratuite à 35 start-up de l’écosystème Silicon Mountain, parmi lesquelles la vôtre. Que représente ce geste pour vous ?

C’est un signe qui montre qu’il [le gouvernement] est prêt à nous soutenir et à nous aider à évoluer pour que la Silicon Mountain devienne plus viable et crée plus d’emplois pour les jeunes Camerounais. Pour la connexion, il y a certaines structures qui auront la fibre optique. C’est bien rapide, mais ça va prendre encore 4 semaines pour l’installer. Pour les 15 start-up qui ont choisi les modems mobiles, ils ont accédé à Internet le même jour. C’est 135 gigabits par mois.  En ce qui concerne Afrovision Group, nous avons choisi la fibre optique parce que c’est plus stable et que nous avons besoin d’un Internet rapide et sûr pour communiquer avec nos clients en Afrique, en Europe, aux États-Unis. Nous attendons encore l’installation des câbles qui peut durer un mois.

Qu’est-ce qui est à l’origine de cette offre de connectivité gratuite par l’État ?

Il y a un an, la ministre des Postes et Télécommunications (Minpostel) a envoyé une délégation à Buea. Lors d’une rencontre avec cette délégation, ses membres nous ont demandé quelles étaient les difficultés auxquelles nous faisons face dans notre travail. Nous leur avons répondu la disponibilité d’une connexion Internet de qualité et les coupures récurrentes d’électricité. Sans Internet nous ne pouvons pas travailler avec nos clients, nous ne pouvons pas gérer nos plateformes web et nos applications, ce qui met en danger nos activités. Pour l’électricité, nous avons reçu un groupe électrogène d’hommes d’affaires français présents au Cameroun et de l’Ambassade de France au Cameroun. Il est installé dans les locaux de l’incubateur ActivSpaces à Buea. Le Minpostel, lui, s’est donc proposé de nous soutenir à travers la connexion à Internet.

Quels critères ont prévalu lors de la sélection des start-up bénéficiaires ?

Le Minpostel a demandé une liste de start-up qui ont besoin d’Internet. Nous avons créé un fichier Google Forms que nous avons fait circuler dans la Silicon Mountain. Toutes les start-up et entreprises technologiques installées à Buea pouvaient s’y faire enregistrer. Il fallait être installé à Buea ou un peu partout dans la Silicon Mountain, travailler dans le développement de solutions web mobiles, être une structure légale, c’est-à-dire s’acquitter de ses impôts. 

Qu’apportera ce supplément de connectivité Internet à votre activité ?

D’habitude je dépense 40 000 FCFA par mois pour connecter le bureau à Internet. J’achète un forfait de plus de 100 gigas de data pour la maison et le bureau. Cette connexion ADSL est de 1 à 3 mégaoctets (Mo) par seconde. Avec la connexion fixe que nous allons recevoir, nous tournerons entre 6 et 10 Mo par seconde. Ce qui va beaucoup améliorer notre condition de travail. Les jeunes ingénieurs que j’embauche pourront facilement mener leurs études en ligne ; assister à des réunions avec nos partenaires en Afrique du Sud et dans d’autres régions du monde, etc., ceci sans grandes perturbations. Ce sera même plus rapide de déployer nos solutions dans le cloud. Avec la nouvelle solution Buyam sur laquelle nous travaillons, il a fallu à un moment donné la transférer sur un serveur de plus grande capacité. Cela nous a pris environ 3 semaines alors qu’avec la fibre optique c’est seulement 3 heures. Quand tu gagnes du temps, tu gagnes plus d’argent en fait.

Entre janvier et avril 2017, la Silicon Mountain a subi une coupure d’Internet. Quels ont été les préjudices de cette décision gouvernementale ?

Je n’aime pas vraiment cette coupure d’Internet parce que c’est l’histoire la plus préjudiciable que les jeunes startupers ont connue ici à Buea. En estimation, je peux dire que c’est entre 70 000 et 100 000 dollars que notre entreprise a perdu. Quand on a coupé, on est d’abord allé s’installer à Douala et par la suite on a pris un local à New Bonako, une localité située entre Douala et Buea et où l'Internet passait sans problème. Ça relève donc du passé ; nous continuons de bosser.

Est-ce que l’appui que vous venez de recevoir en connectivité peut aider à compenser vos pertes enregistrées lors de cet épisode ?

L’on ne peut pas comparer les deux parce que ce n’est pas la même chose. Cette coupure est intervenue en 2017 ; aujourd’hui en 2022, nous avons besoin d’Internet et le gouvernement nous le donne. Nous sommes contents et nous utiliserons cela pour améliorer nos affaires, valoriser nos activités et en même temps embaucher plus de gens. Grâce à cette connectivité, nous pourrons former plus de jeunes, travailler avec beaucoup plus de clients, développer plus de solutions.

Propos recueillis par Ruben Tchounyabe

Lire aussi : Entretien avec Emmanuel Cheriet : « Les jeunes Africains ont une carte à jouer dans la cybersécurité »

Posted On mercredi, 30 mars 2022 09:00 Written by

Avec l’avancée de la transformation numérique sur le continent, les attaques informatiques vont aussi s’intensifier. Adopter les mesures qui s’imposent pour préserver la croissance du continent devient une urgence.

Le Togo abrite depuis le mercredi 23 mars un sommet international sur la cybersécurité en Afrique. L’événement, premier du genre sur le continent, est organisé par le gouvernement et la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA).

L'Objectif, indique l’organisation, est « d'engager un dialogue de haut niveau dans l’optique de formuler des pistes de coopération et de coordination pour répondre aux défis et enjeux pressants de cybersécurité », mais surtout « renforcer la coopération et parler d’une même voix en faveur d’une stratégie de cybersécurité pour les États africains ». Pour discuter de cette problématique, près de 600 participants sont mobilisés, parmi lesquels des officiels d’une dizaine de pays, experts, dirigeants du secteur privé et des acteurs de la société civile.

« La question qui nous rassemble aujourd’hui est un des enjeux majeurs de notre temps, et il est important que l’Afrique soit au rendez-vous et même partie prenante », a plaidé le chef de l’État togolais Faure Gnassingbé (photo) dans son discours d’ouverture, avant de recevoir le prix symbolique de Champion de la CEA pour la Cybersécurité en Afrique pour son engagement.

« L’Afrique offre une multitude d'opportunités économiques dans pratiquement tous les secteurs. Et l'économie numérique représente un atout essentiel pour débloquer ces opportunités. [...]. Toutefois, la cybersécurité est un pilier important pour toute transformation numérique », a rappelé pour sa part la secrétaire exécutive de la CEA, Vera Songwe.

Des chiffres inquiétants

Pour l’institution basée à Addis-Abeba, l’organisation de ce sommet (d’abord prévu pour 2021 avant d’être reporté en raison de la Covid-19) était nécessaire, au vu des nombreux défis auxquels le continent doit faire face. Car si elle a rapidement pris le train de la 4e révolution industrielle, l’Afrique est de plus en plus confrontée à des problèmes de cybergouvernance et de cybersécurité.

Au cours des deux dernières années, les faits de cybercriminalité se sont intensifiés, l’Afrique du Sud devenant en juin 2020 le troisième pays au monde avec le plus grand nombre de victimes. Au cours du même mois, l’Agence éthiopienne de sécurité des réseaux d’information (INSA) a annoncé avoir déjoué une attaque majeure. Enfin, au premier semestre 2021, la nation arc-en-ciel, le Kenya et le Nigeria cumulaient environ 80 millions d’attaques.

À ce jour, rappelle l’ECA, « plus de 90% des entreprises africaines opèrent sans utiliser les protocoles de cybersécurité nécessaires ».

Une déclaration sanctionnera le sommet. 

Octave A. Bruce

Lire aussi : Entretien avec Emmanuel Cheriet : « Les jeunes Africains ont une carte à jouer dans la cybersécurité »

Posted On jeudi, 24 mars 2022 08:05 Written by

La stratégie de développement des compétences numériques et de soutien à l’innovation du groupe Orange progresse en Afrique. Initiée depuis 2019, elle touche déjà plusieurs millions de personnes.

Les jeunes Marocains porteurs d’idées technologiques, de projets innovants et même ceux en quête de compétences numériques ont désormais l’opportunité d’accéder à diverses ressources d’accompagnement et d’encadrement. Logé à Rabat, Orange Digital Center (ODC) a officiellement été inauguré à cet effet, le  mercredi 23 mars. 

La structure, fruit de la collaboration entre de l’opérateur de téléphonie mobile Orange Maroc et l'agence allemande de coopération internationale pour le développement (GIZ), abrite quatre programmes stratégiques du groupe Orange : une École du Code ; un atelier de fabrication numérique FabLab Solidaire de la Fondation Orange, un accélérateur de start-up Orange Fab ; Orange Ventures, le fonds d’investissement du groupe Orange.

Alioune Ndiaye, le président-directeur général d’Orange Afrique et Moyen-Orient, explique que ce dernier ODC vient contribuer à la construction du réseau « des 32 Orange Digital Centers du groupe Orange, qui seront déployés sur l’ensemble de nos pays de présence en Afrique et au Moyen-Orient, mais également en Europe ».

Pour Elizabeth Tchoungui, la directrice exécutive RSE, Diversité et Solidarité d’Orange, présidente déléguée de la Fondation Orange,  « ce projet s'inscrit comme une étape clé de notre responsabilité sociétale en faveur de l'inclusion numérique, et tout particulièrement pour les jeunes et les femmes ».

En Afrique, Orange s'est engagé à déployer un ODC dans chacun des pays où il opère d’ici 2025, conformément à son plan stratégique Engage 2025 qui fait du développement des compétences numériques une priorité tout comme la connectivité, l’énergie, l’éducation, l’inclusion financière par le mobile. A ce jour, Orange a déjà un Orange Digital Center en Tunisie, Sénégal, Éthiopie, Cameroun, Côte d’Ivoire, Madagascar, Maroc, Mali et Égypte. D’autres inaugurations sont à venir d’ici la fin de l’année.

Selon Hendrik Kasteel, directeur général d’Orange Maroc, l’investissement d’Orange ne se limitera pas au centre de Rabat, mais s’insèrera également dans les institutions de formation supérieure du pays pour plus d’impact sur la société. Il annonce à cet effet l’ouverture de plusieurs « ODC Clubs » à travers le royaume, à commencer par l’université Hassan II de Casablanca. 

Muriel Edjo

Lire aussi : Madagascar rejoint officiellement le réseau de formation au numérique et de soutien à l’innovation d’Orange

Posted On mercredi, 23 mars 2022 17:21 Written by
Page 42 sur 45

Please publish modules in offcanvas position.