Télécom

Télécom (116)

Sur un continent africain où se développe un attrait croissant pour divers services numériques à valeur ajoutée, la stratégie commerciale de plusieurs acteurs télécoms s’adapte. Conformément à sa vision « Lead the Future », Orange multiplie les innovations pour répondre aux nouveaux besoins des populations.

 Orange Moyen-Orient et Afrique (OMEA) annonce le lancement de sa super application d’offres et de services, Max it, ce vendredi 24 novembre. Elle est disponible dans sa première version dans cinq pays d’Afrique que sont le Cameroun, Sénégal, Mali, Burkina Faso et Botswana. Elle fera l’objet d’un déploiement par vague, accompagné de mises à jour fonctionnelles, dans les douze autres pays de la zone Moyen-Orient Afrique.

Selon Christel Heydemann, la directrice générale d’Orange, « Max it reflète parfaitement l’esprit d’innovation d’Orange en Afrique et au Moyen-Orient. En regroupant l’ensemble de nos services et ceux de nombreux partenaires, cette application renforce par ailleurs notre positionnement d’opérateur multiservices ainsi que notre volonté d’offrir le meilleur du numérique à tous nos clients ».

A travers une interface unique sur smartphone, la solution numérique regroupe trois offres de services essentiels. Elle permet aux clients Orange de gérer leurs lignes mobile ou fixe ; d’accéder à tous les services de transfert d’argent local et international, de paiements marchands, de virements bancaires, de crédit et d’épargne ; d’accéder à divers contenus digitaux (jeux en ligne, musique, TV, vidéos, actualités, etc.) via une place de marché ouverte à tous. Elle permet même d’acheter des tickets de concert, transport, etc.

Max it est accessible par tous indépendamment de l’opérateur, avec Orange Money comme socle de paiement tout en acceptant d’autres solutions pour le règlement des achats via la super-app. Disponible dans différentes langues et intégrant des spécificités locales pour davantage d’inclusion, Max it permettra le développement de nouveaux usages tout en répondant à différents besoins de la vie quotidienne de ses utilisateurs.

En Afrique sub-saharienne, le mobile est le moyen par excellence d’accès au monde numérique. Le taux d’adoption du smartphone est de 51 %. Il devrait atteindre 87 % en 2030. Orange veut capitaliser sur ce potentiel pour toucher davantage de personnes avec ses services via son application au cours des sept prochaines années.

Orange s’est fixé comme objectif d’enregistrer près de 45 millions d’utilisateurs actifs de Max it d’ici 2025. Actuellement, la société revendique 32 millions d’utilisateurs mensuels d’Orange Money.

Lire aussi :

Orange et Spotify initient un partenariat qui promeut la musique et les artistes africains

Orange, MTN, Airtel Africa, Vodacom, Ethio Telecom et Axian s’engagent ensemble pour l’inclusion numérique en Afrique

Posted On vendredi, 24 novembre 2023 14:01 Written by

De plus en plus, les pays africains veulent inciter les multinationales à investir sur le continent. Pour cela, les autorités locales évoquent plusieurs possibilités avec les dirigeants de ces entreprises.

Dans un post publié sur X le dimanche 19 novembre, Bosun Tijani (photo), ministre nigérian des Communications, de l’Innovation et de l’Economie numérique, a annoncé qu’il a évoqué avec Ryan Goodnight, directeur principal des licences mondiales et de l'activation du marché chez SpaceX, la maison mère du fournisseur américain d’Internet par satellites à haut débit et à faible latence Starlink, la possibilité de créer des emplois au Nigeria.

La discussion entre les deux hommes a eu lieu à Dubaï, aux Emirats arabes unis, en marge de l’édition 2023 de la Conférence mondiale des radiocommunications (CMR-23) organisée par l’Union internationale des télécommunications (UIT) qui se tient du lundi 20 novembre au vendredi 15 décembre 2023.

« Nous avons abordé la question de la connexion des Nigérians non desservis et mal desservis. J'ai également évoqué la possibilité de créer des milliers d'emplois au Nigeria grâce à des initiatives telles qu'un programme d'installation et de maintenance certifiée pour Starlink et la collaboration avec des start-up de matériel pour produire des boîtiers répéteurs localement », peut-on lire dans le tweet du ministre.

C’est en janvier 2023 que Starlink a lancé ses services Internet au Nigeria. Depuis lors, il s’est déployé dans plusieurs autres pays du continent, mais le pays dirigé par Bola Tinubu s’impose comme le plus important marché de la firme américaine. Pour faciliter l’adoption de Starlink dans le pays, les dirigeants ont réduit, en octobre dernier à la suite de pourparlers menés par Umar Danbatta, vice-président exécutif de la Nigerian Communications Commission (NCC), le coût du kit Starlink qui est passé de 378 000 nairas (environ 461 $) à 299 000 nairas.

« Notre intention est d'encourager toutes les entreprises technologiques à investir et à renforcer notre écosystème », conclut le tweet de Bosun Tijani. Pour rappel, Starlink compte 6 756 abonnés au Nigeria, d’après les données de la NCC.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi :

Nigeria : Bosun Tijani obtient 1,2 million $ pour la mise en œuvre du programme « Trois millions de talents techniques »

Posted On mardi, 21 novembre 2023 15:53 Written by

L’Afrique dispose du plus faible taux de pénétration d’Internet dans le monde. Les autorités s’allient à divers partenaires pour améliorer ces chiffres et envisagent également des actions collectives pour atteindre leur but.

La Communauté de l'Afrique de l'Est a décidé d'investir dans la mise en place d'un satellite pour fournir Internet à toute la sous-région. Cette décision a été prise lors de la réunion ministérielle du groupe de développement de l'infrastructure des technologies de l’information et de la communication, dans le cadre des projets d'intégration du corridor nord (NCIP), qui s'est tenue les mercredi 8 et jeudi 9 novembre à Nairobi, au Kenya.

« Les ministres ont convenu d'accélérer les modalités de mise en place d'un satellite de communication à propriété régionale qui fournira des services Internet à large bande fiables et de haute qualité, ainsi que des capacités de radiodiffusion », peut-on lire dans le communiqué publié à l'issue de la réunion.

La solution collective est la plus viable puisque, selon des propos d’Amb Richard Kabonero, coordinateur des NCIP, « le coût d'un satellite est d'environ 300 millions $, ce qui est très cher pour les pays individuels, mais en tant que région, nous pouvons travailler ensemble ».

 

Les besoins en connexion Internet sur le continent sont en constante croissance avec la transformation numérique en cours. Les fournisseurs traditionnels d’accès à Internet sont incapables de couvrir toutes les zones, en l’occurrence celles rurales et enclavées, pour diverses raisons. Selon les données de DataReportal, le taux de pénétration d’Internet en Afrique de l’Est est de 23,1 % en janvier 2023. La sous-région est à la traîne par rapport aux autres parties du continent et le satellite peut être une alternative intéressante.

Par ailleurs, l’adoption de cette solution n’est pas encore à la portée de l’Africain moyen. Depuis le début de l’année, on assiste au déploiement des services du fournisseur américain d’Internet haut débit et à faible latence Starlink dans de nombreux pays africains. En plus de souscrire à un abonnement mensuel, il faudra débourser environ 372 $ pour l’acquisition du matériel dans le pays où c’est le moins cher (Nigeria) et près de 650 $ au Bénin, un pays dans lequel le service a été lancé au début de ce mois.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi :

Avec son projet Kuiper, Amazon vient concurrencer Starlink

Posted On mardi, 14 novembre 2023 13:56 Written by

En raison de ses ambitions numériques, le gouvernement nigérian veut connecter 70 % de la population à l’Internet à haut débit d’ici 2025. Des actions sont entreprises par l'exécutif et ses partenaires pour réaliser cet objectif.

Tizeti Network Limited un fournisseur de services Internet haut débit fixe sans fil qui utilise l’énergie solaire a annoncé, le mercredi 1 novembre, son intention de connecter 15 Etats du Nigeria grâce à un financement à long terme accordé par le Fonds d’investissement nigérian pour les infrastructures de Chapel Hill Denham (NIDF).

« Chapel Hill Denham est ravie de s’associer à Tizeti dans l’expansion d’un réseau à large bande rapide et fiable dans tout le Nigeria. L'économie numérique est un pilier stratégique essentiel pour le Nigeria afin d'accélérer son développement économique et social, et l'accès à des services Internet abordables est essentiel pour réaliser le véritable potentiel de la numérisation », a déclaré Anshul Rai, directeur général du NIDF.

La nouvelle initiative s’inscrit dans le cadre des financements accordés par le NIDF aux partenaires pour soutenir l’accélération du développement de l’infrastructure numérique au Nigeria. L’objectif est d’accompagner le gouvernement dans sa vision d’atteindre une pénétration de 70 % du haut débit d’ici 2025. Pour Tizeti Network Limited, le financement s'appuie sur ses objectifs d'expansion au Nigeria où l'entreprise dessert actuellement plus de 3 millions d'abonnés.

Selon les responsables de Tizeti Network Limited, le financement permettra de construire l'infrastructure numérique du dernier kilomètre qui déplacera la capacité d'Internet vers d'autres Etats nigérians et catalysera un développement durable, la création de valeur, une connectivité améliorée et un réseau d'inclusion numérique plus profond et plus large. Rappelons qu’en février 2023, le pays comptait 156,9 millions d’abonnements à Internet, selon le régulateur. Le taux de pénétration du haut débit était de 48,49 %. 

Samira Njoya

Lire aussi :

 Raxio Data Centres lève 46 millions $ pour se développer en Afrique

Posted On jeudi, 02 novembre 2023 16:01 Written by

La consommation de l’Internet à haut débit a progressé sur le continent au cours des dix dernières années. Avec la Covid-19 qui a induit de nouveaux usages, le besoin a encore augmenté. Les opérateurs télécoms se mobilisent pour y faire face avec efficacité.

Les présidents directeurs généraux de six grands groupes télécoms présents en Afrique Orange, MTN, Airtel, Vodacom, Axian et Ethio Telecom se sont engagés à développer l’inclusion numérique sur le continent. Le mardi 17 octobre, à Kigali au Rwanda, lors du Mobile World Congress (MWC), ils ont exprimé leur disposition à poursuivre leurs investissements sur le marché télécoms local lors d’un échange avec Paul Kagame, le président de la République du Rwanda, hôte du MWC et par ailleurs président du conseil d’administration de Smart Africa.

Dans un communiqué conjoint, Jérôme Hénique, PDG d’Orange Middle East and Africa, Ralph Mupita, PDG de MTN Group, Segun Ogunsanya, PDG d’Airtel Africa, Shameel Joosub, PDG de Vodacom Group, Frehiwot Tamru, PDG d’Ethio Telecom, et Hassanein Hiridjee, PDG d’Axian Group, ont déclaré : « ensemble, nous croyons passionnément au pouvoir du mobile pour agir comme catalyseur de l’inclusion économique et sociale à travers l’Afrique. Nous invitons ouvertement les autres chefs d’Etat africains à s’engager avec nous dans la recherche de solutions axées sur l’approfondissement de l’inclusion numérique et financière sur le continent au profit de tous les citoyens africains ».

Les groupes télécoms ont déjà à leur niveau identifié les solutions à même de favoriser une couverture totale du continent avec un réseau mobile à haut débit de qualité et des prix d’accès aux services abordables. Mais pour qu’elles se concrétisent, ils ont insisté sur la nécessité d’une implication des gouvernements africains pour une collaboration approfondie.

Les opérateurs télécoms sollicitent des réformes fiscales et politiques. Ils estiment qu’en réduisant le nombre d’impôts sur différents segments (équipements, services, accessoires, téléphones, etc.), leurs charges opérationnelles seront impactés positivement. La baisse de dépenses qui en résultera permettra de renforcer le capital d’investissement pour le développement des infrastructures télécoms à travers le continent, de soutenir la consommation. Le même effet devrait être induit entre autres par le partage d’infrastructures, le roaming national, pour ce qui est de la réforme des politiques réglementaires.

Les groupes télécoms sollicitent aussi un soutien réglementaire pour de nouveaux modèles de financement de l’infrastructure numérique. La Banque mondiale estime qu’il faudra 100 milliards de dollars pour parvenir à une connectivité universelle en Afrique d’ici 2030. Les fonds nécessaires ne peuvent pas provenir uniquement des sociétés télécoms.

Enfin, les infrastructures respectueuses du climat sont des investissements vers lesquels les groupes télécoms désirent davantage se tourner. Au regard de l’impact bénéfique de l’énergie solaire sur les dépenses de fonctionnement et de maintenance des tours télécoms et autres infrastructures, de sa contribution sur l’empreinte carbone des entreprise, les PDG d’Orange, MTN, Airtel, Vodacom, Ethio Telecom et Axian ont également exprimé le besoin de politiques réglementaires concertées qui favorisent l’accès aux solutions vertes.

Pour les 10 dernières années, les opérateurs de téléphonie mobile ont revendiqué un investissement supérieur à 70 milliards de dollars dans la construction d'infrastructures mobiles en Afrique. Ils estiment entre 6 et 8 milliards de dollars la dépense d’investissement annuel en Afrique subsaharienne, soit près de 20 % de leurs revenus. Bien que cette action permette aujourd’hui à près de 85 % de la population africaine d'accéder à la connectivité mobile à haut débit (contre 95 % en moyenne mondiale), plus de 680 millions de personnes demeurent non abonnés aux services haut débit mobile. Soit à cause de la cherté des coûts d’accès, soit à cause de l’inaccessibilité des téléphones adaptés.

Selon les six groupes, l'industrie télécoms contribue actuellement à hauteur 8,1 % au Produit intérieur brut (PIB) de la région subsaharienne. Soit environ 170 milliards de dollars. D’ici 2023, la cible fixée est l’atteinte de 210 milliards de dollars à travers le relèvement du taux d'utilisation d’Internet mobile de 33 % actuel à 50 % en 2030.

Lire aussi :

POESAM international 2023 : les lauréats sont Adinkra Jeunesse, Egrobots, Smart WTI, Bionic Soul et Services for aged

Posted On mardi, 31 octobre 2023 16:46 Written by

En mai dernier, le ministre kényan chargé des TIC a révélé l’intention du gouvernement de mettre en vente des smartphones assemblés localement. Quelques mois plus tard, grâce à un partenariat public-privé, le projet se concrétise.

William Ruto (photo, au centre), le président du Kenya, a procédé le lundi 30 octobre au lancement officiel de l'East Africa Device Assembly Kenya (EADAK), une usine d’assemblage de smartphones low cost située dans la ville d’Athi River. Fruit d'un partenariat entre le gouvernement, les entreprises privées de télécommunications Safaricom et Jamii et de la firme chinoise Shenzhen TeleOne Technology, EADAK devrait assembler entre 1,2 million et 1,4 million de smartphones chaque année.

Ils seront accessibles sur tout le territoire national dans les magasins des deux partenaires privées locales et sur la plateforme de commerce en ligne Masoko.

« Le smartphone assemblé par EADAK, qui coûtera environ 7 500 shillings [environ 50 $], est livré avec le logiciel e-Citizen préinstallé afin de permettre à un plus grand nombre de Kényans d'accéder facilement aux services gouvernementaux [...] Nous avons l'avantage d'avoir des appareils moins chers par rapport aux importations et de créer des emplois localement. L'usine EADAK emploie actuellement 300 personnes », indique William Ruto.

Cette action s’inscrit dans le cadre de la volonté du gouvernement d’accélérer la transformation numérique au Kenya. Plus tôt dans l’année, le président Ruto a obtenu de la Banque mondiale un financement de 390 millions $ pour la mise en œuvre de divers projets d’accélération de l’économie numérique. Avec EADAK, les autorités kényanes veulent faciliter l’accès aux gadgets des technologies de l’information et de la communication pour les populations dans un pays qui compte 29,7 millions de smartphones actifs, soit 46,9% des 63,3 millions de téléphones mobiles connectés au réseau, selon l’Autorité des communications.

« Le lancement de l'EADAK réaffirme notre conviction que la connectivité peut transformer les vies et stimuler le progrès économique. [...] Ce partenariat souligne notre volonté constante d'étendre l'accès à la 4G et d'autonomiser les Kényans grâce à des smartphones abordables et de haute qualité, de créer des opportunités d'emploi et de faire croître notre économie », a déclaré Peter Ndegwa (photo, à droite), président-directeur général de Safaricom.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi :

Le Kenya signe avec Huawei un protocole d’accord pour accélérer sa transformation numérique

Posted On lundi, 30 octobre 2023 16:10 Written by

Depuis une vingtaine d'années, l'Afrique utilise de plus en plus les données satellitaires pour accélérer son développement. A ce jour, une dizaine de pays disposent de leur propre agence spatiale et mettent en place des stratégies pour atteindre les objectifs fixés.

L’Agence sénégalaise d’études spatiales (ASES) et l’organisation régionale de communication par satellite (RASCOM) ont signé, le mardi 24 octobre, un protocole d’accord avec partenariat stratégique en marge du dialogue Union africaine - Union Européenne en cours à Dakar. L’accord vise à renforcer et à accélérer les initiatives de numérisation du Sénégal en exploitant les capacités des solutions de communication par satellite.

Dans le cadre du partenariat, les deux organisations mettront en œuvre des projets afin de révolutionner divers secteurs au Sénégal par l’utilisation du satellite, notamment les télécommunications, l'agriculture, l'éducation, la santé…

Le protocole d’accord témoigne ainsi de l’engagement du Sénégal de se hisser parmi les pionniers dans l’utilisation de la technologie spatiale pour favoriser l’innovation en Afrique. Il s’inscrit dans le cadre du programme spatial dénommé SenSAT lancé par le gouvernement pour satisfaire les besoins du pays en produits et services spatiaux et faire du secteur spatial un véritable levier pour son développement socio-économique et durable.

Pour la RASCOM, le protocole rentre en droite ligne avec ses missions visant à résorber la fracture numérique en créant une connectivité totale en Afrique, de manière durable et viable.

La mise en œuvre du partenariat permettra ainsi de combler la fracture numérique dans le pays en tirant parti des technologies de pointe en matière de communication par satellite et en fournissant des services publics essentiels à toute la population, y compris celle des zones les plus reculées.

Rappelons que ledit accord intervient quelques jours avant la réception du premier satellite du Sénégal prévue pour le 10 novembre.

Samira Njoya

Lire aussi :

Le Sénégal réceptionne son tout premier satellite le 10 novembre 

Posted On jeudi, 26 octobre 2023 09:50 Written by

L’Internet par satellite gagne du terrain en Afrique. Depuis le début de l’année, le fournisseur américain Starlink se déploie sur le continent et ses concurrents ne comptent pas lui laisser le champ libre sur ce marché.

StarWin, un fournisseur chinois de terminaux de communication par satellites, a annoncé la semaine dernière la réussite du test de son terminal d'antenne à réseau phasé à orientation électronique (ESA) pour les communications en mouvement (COTM) sur le satellite à grande vitesse HYLAS 4 en bande Ka d'Avanti Communications, un fournisseur britannique de connectivité à haut débit par satellites. L’objectif est de fournir une connectivité haut débit à travers l’Afrique aux clients gouvernementaux, militaires et professionnels.

« Nous sommes ravis d'avoir joint nos forces à celles d'Avanti pour ce projet révolutionnaire. Le test réussi de notre terminal ESA en bande Ka n'est que le début d'une nouvelle ère, et nous attendons avec impatience d'autres avancées dans l'industrie. L'avenir de la connectivité mobile en Afrique est plus prometteur que jamais », a déclaré Amelia Liu, directrice de l'exploitation et cofondatrice de StarWin.

L’Internet par satellite est une alternative intéressante pour le continent africain, en l’occurrence pour les populations vivant dans les zones reculées. Pour diverses raisons, les fournisseurs traditionnels d’Internet n’arrivent pas à couvrir ces endroits, ce qui représente un frein à l’atteinte de l’un des objectifs pour le développement durable qui est de fournir un accès à l'Internet à un coût abordable pour tous dans les pays les moins avancés.

Avanti, avec sa flotte de quatre satellites HYLAS en bande Ka, offre une capacité de 50 GHz et couvre plus de 1,7 milliard de personnes dans 118 pays.

« Ce nouveau partenariat avec StarWin nous permettra d'élargir notre offre dans le secteur de la défense et de la sécurité en Afrique, en fournissant de plus grandes capacités de déplacement. Ce nouveau chapitre nous permettra de poursuivre notre mission, qui est de fournir une connectivité sûre et fiable à ceux qui en ont le plus besoin », a indiqué Donald Walker, vice-président principal du secteur gouvernement et défense chez Avanti.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi :

Starlink, OneWeb, Kuiper, Hongyan... les enjeux derrière les méga-constellations de satellites

Internet en Afrique : dix ans d’évolution, d’impact sur la vie de millions de personnes, mais aussi des défis

Posted On mardi, 24 octobre 2023 16:00 Written by

Sans services Internet abordables et de qualité pour l’ensemble de la population, l’économie numérique sera faussée. Le gouvernement sud-soudanais et ses partenaires qui en sont conscients s’attèlent depuis quelques années à consolider les capacités data locales.

Thuraya Telecommunications Company et YahClick deux sociétés filiales d'Al Yah Satellite Communications Company (Yahsat), un fournisseur phare des solutions satellitaires des Emirats arabes unis ont annoncé le lundi 23 octobre la signature d’un accord de partenariat avec Gate for Technologies (G4T), une société qui offre des services de conception de systèmes intégrés et de communication au Soudan du Sud. Le partenariat vise entre autres à fournir, à plusieurs secteurs à forte croissance au Soudan du Sud, des solutions de connectivité par satellite.

Dans le cadre du partenariat, la technologie satellitaire de Thuraya sera déployée dans le pays afin de relier les communautés éloignées. Yahsat collaborera également avec les organismes humanitaires basés au Soudan du Sud en leur fournissant la connectivité essentielle pour soutenir les zones mal desservies.  

« Le nouvel accord de partenariat de services avec Gate for Technologies renforce notre ferme engagement en faveur du Soudan du Sud et du continent africain. Alors que le pays cherche à reconstruire des secteurs critiques de l'économie, une connectivité cohérente et fiable jouera de plus en plus un rôle essentiel dans la promotion du développement socioéconomique », a déclaré Ali Al Hashemi, directeur général du groupe Yahsat.

Le partenariat, qui a débuté sa mise en œuvre par le lancement des services de Thuraya et YahClick dans le pays, s'inscrit dans le cadre des efforts déployés par le gouvernement et ses partenaires pour développer l'infrastructure de télécommunications nationale et fournir des services d'administration en ligne.

Ainsi, l’accord de services permettra de tirer parti de la présence sur le marché de G4T et des partenariats avec des entités gouvernementales, des organisations non gouvernementales (ONG), des opérateurs de réseaux mobiles (ORM) pour développer les secteurs de la télémédecine, de l'éducation, du pétrole et du gaz. L’objectif est de contribuer à accélérer la croissance, le développement et la transformation numérique du pays en réponse à la demande croissante de solutions de connectivité.

Samira Njoya

Lire aussi :

Soudan du Sud : le gouvernement confie à Trinity Technologies la numérisation des titres fonciers 

Posted On mardi, 24 octobre 2023 09:26 Written by

Ces dernières années, les fraudes et la cybercriminalité via mobile se sont développées dans l’espace numérique africain. Pour lutter contre ce fléau, les gouvernements multiplient les mesures afin de mettre un terme à ces infractions.

Le gouvernement burkinabè a décidé de réduire de cinq à deux le nombre de cartes SIM détenues par un abonné auprès d'un même opérateur télécoms. La mesure a été adoptée lors du Conseil des ministres tenu le mercredi 18 octobre à Ouagadougou.

Selon Aminata Zerbo-Sabané, la ministre de la Transition digitale, des Postes et des Communications électroniques, la mesure prise par le gouvernement vise entre autres à lutter contre l’insécurité dans le pays.

 « Au regard du contexte sécuritaire que vit le Burkina Faso et du détournement des services de communications électroniques, le gouvernement a décidé au cours du Conseil d’aujourd’hui, d’adopter un décret pour renforcer le cadre réglementaire concernant l’identification des abonnés et des clients et fournisseurs de services de communications électroniques. En rappel on avait déjà un décret, qui réglementait cette identification, adopté en décembre 2018, après quelques années de mise en œuvre des insuffisances et des difficultés ont été identifiées ».

Le projet de loi adopté par le Conseil des ministres vient ainsi pallier ces insuffisances et prévoit plusieurs autres mesures, notamment la réduction des pièces et documents d’identification lors de la souscription de services de communications électroniques, l’obligation pour les opérateurs d’assurer la vente de cartes SIM dans leurs agences ou dans des points de vente agréés. Les opérateurs et leurs clients ont donc une période de trois mois pour se conformer à ces nouvelles mesures.

Une fois mises en œuvre, les nouvelles mesures permettront un meilleur encadrement de l’accès aux cartes SIM, une fiabilité des données des usagers des services de communications électroniques en vue de lutter efficacement contre leur utilisation à des fins illicites.

Samira Njoya

Lire aussi :

Le haut débit fixe reste quasi-inexistant en Afrique malgré 25 câbles sous-marins et 1,2 million de km de fibre terrestre

Posted On jeudi, 19 octobre 2023 17:59 Written by
Page 3 sur 9

Please publish modules in offcanvas position.