Télécom

Télécom (116)

Depuis 2020, le gouvernement nigérian s’est fixé comme objectif d’atteindre un taux de pénétration du haut débit de 70% en 2025. Il multiplie, à cet effet, les contacts avec les acteurs à même de contribuer à une entrée sans heurts des populations dans la quatrième révolution industrielle.

La Commission des communications du Nigeria (NCC) et Google Global Services Nigeria se disent déterminés à travailler ensemble pour un accès au haut débit en permanence. L’annonce a été faite lors d'une visite de courtoisie d’une délégation de l’entreprise de services Internet dans les locaux du régulateur télécoms, jeudi 14 avril à Abuja. L’objectif était d’échanger sur les possibles actions communes susceptibles de propulser la transformation numérique à travers le pays et l’Afrique.

Le vice-président exécutif et directeur général de la NCC, Umar Garba Danbatta, a souligné l’importance d’une telle synergie et la nécessité de rendre les initiatives des deux parties plus percutantes via une coopération renforcée pour un impact quantifiable et remarquable. La directrice de Google Afrique de l’Ouest, Juliet Ehimuan, s’est pour sa part réjouie de l’approche consultative qu’a toujours adopté le régulateur télécoms, dans la formulation de politiques pour la fourniture optimale de services de télécommunications qui auront un impact sur le numérique et la dynamique économique du pays.

La visite de Google Global Services Nigeria chez la NCC est intervenue quelques jours après la rencontre du 7 avril avec le ministre des Communications et de l’Économie numérique, Isa Ali Pantami, en prélude à l’atterrissement du câble sous-marin de fibre optique Equiano d’ici fin avril. À travers cette infrastructure télécoms à haut débit, Googles Global Services Nigeria veut garantir à la forte population nigériane un accès à une connectivité data de haute qualité en ligne avec les ambitions du gouvernement de porter le taux de pénétration du haut débit à 70 % d’ici 2025, et de garantir l’inclusion numérique de tous.

Umar Garba Danbatta s’est dit optimiste sur le fait que cet investissement de Google au Nigeria aura un impact sur le développement socioéconomique du pays. Il a d’ailleurs émis le vœu qu’Equiano dispose de points d’atterrissage supplémentaires dans l’arrière-pays, grâce à des efforts de collaboration avec les sociétés d’infrastructure agréées, pour réduire considérablement les coûts des données et compléter ainsi les efforts de la Commission visant à garantir la disponibilité de l’Internet haut débit partout.

Ruben Tchounyabe

Lire aussi : Le Togo, premier pays africain relié à Equiano, le nouveau câble sous-marin de Google

Posted On mercredi, 20 avril 2022 07:47 Written by

Depuis 2020 la pandémie de Covid-19 a accéléré l’adoption des paiements numériques en Afrique. Les opérateurs de télécommunication renforcent leurs offres de services financiers pour faciliter les achats pour les populations.

La société de télécommunications Orange Egypt a signé un accord exclusif avec la société de paiement électronique Visa. L’accord annoncé sur le compte Twitter de l’opérateur télécoms, le mardi 12 avril, vise à fournir aux clients d’Orange Cash des solutions de paiements numériques exclusives par le biais de cartes bancaires virtuelles et physiques.

À travers ce partenariat d’une durée de cinq ans, Visa va lier ses services et produits au portefeuille Orange Cash. Cela permettra aux clients d’Orange Egypt d’effectuer des transactions d'achat en ligne et en magasin en utilisant les différents services de paiement de Visa, aussi bien au niveau national qu’international, à partir du portefeuille d'Orange Cash. Il permettra également de développer le service de code QR pour aider les commerçants à accepter les paiements à partir du portefeuille numérique.

Le partenariat avec Visa s’inscrit dans le cadre de la volonté d’Orange de « fournir à ses clients des fonctionnalités nouvelles et uniques pour faciliter leurs paiements quotidiens  et leur faire gagner du temps et de l'énergie ». Pour Visa, l’initiative s'inscrit dans le cadre de ses plans visant à « diversifier les méthodes de paiement, à encourager les paiements numériques et à soutenir l'évolution de l'Égypte vers une économie sans numéraire ». La société avait signé en mai 2017 un protocole d’entente avec les autorités égyptiennes pour développer l'infrastructure nécessaire pour faire du pays un centre régional du paiement numérique.

Ce nouveau partenariat permettra aux clients d’Orange Egypt d'effectuer des transactions financières de manière simple, rapide, efficace et sûre. Il permettra également à l’opérateur d’attirer de nouveaux clients et d’améliorer sa position sur le marché du paiement numérique en Égypte.  Visa Inc., quant à lui veut saisir « l’extraordinaire opportunité » que lui offre cette collaboration pour poursuivre ses ambitions de croissance.

Ce partenariat contribuera également aux efforts de l'État égyptien pour passer au cashless alors que pays est engagé depuis 2016 dans un processus de transformation numérique, qui s’est accéléré en raison de la pandémie de Covid-19.

Isaac K. Kassouwi

Lire aussi : Orange teste le réseau télécoms spatial d’AST SpaceMobile pour connecter les populations des zones reculées d’Afrique

Posted On mercredi, 13 avril 2022 07:55 Written by

Au cours des quatre dernières années, le satellite est devenu une alternative prisée par les opérateurs pour connecter les communautés éloignées. Mais elle présente aussi des limites. AST SpaceMobile propose une solution pour franchir ces obstacles.

Le groupe télécoms français Orange a signé, vendredi 25 mars, un protocole d’accord non contraignant avec la société AST SpaceMobile, pour tester son réseau cellulaire à large bande basé dans l’espace dans l’un de ses marchés africains. Le service d’AST SpaceMobile,  qui sera déployé à travers le satellite BlueWalker 3, permettra aux populations de se connecter directement au réseau sur leur mobile via les fréquences standard 3GPP, sans passer par un équipement supplémentaire au sol.

Chris Ivory (photo), le directeur commercial d’AST SpaceMobile, explique qu’à travers cette solution directement applicable, l’entreprise « cherche non seulement à combler les lacunes de la couverture cellulaire à large bande pour des millions d’abonnés existants, mais aussi à étendre le service mobile à des zones qui n’en ont actuellement que peu ou pas du tout ».

Orange, comme plusieurs opérateurs télécoms, multiplie actuellement les solutions pour répondre à la demande en services télécoms de qualité qui se développe en Afrique. Le satellite est une option qui est déjà mise en œuvre. Mais elle présente des limites dans la mesure que les équipements au sol sur lesquels sont retransmis le signal ne permettent pas toujours de couvrir avec efficacité les populations installées dans les zones reculées.

Grâce à la technologie spatiale d’AST SpaceMobile, Orange pourra apporter le signal partout il faudra. Le consommateur pourra directement se connecter au réseau. Le protocole d’accord entre Orange et AST SpaceMobile ouvre la voie à des discussions pour un potentiel accord sur l’utilisation par l’opérateur télécoms du réseau de satellites BlueBird que prépare le fournisseur de services télécoms spatiales.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi :  Botswana : 500 villages bientôt connectés à Internet à travers le projet public SmartBots, évalué à 12,7 millions $ 

Posted On mercredi, 30 mars 2022 16:41 Written by

Nouvellement doté du câble sous-marin Equiano de Google qui sera opérationnel au 4e trimestre de cette année, le Togo s’active sur un nouveau front. Le pays veut tirer ses capacités au plus près des populations urbaines pour s'assurer de l'accès du plus grand nombre au haut débit. 

« Notre stratégie pour baisser les coûts consiste à déployer une infrastructure de fibre sur les lignes électriques. Creuser le sol et enfouir le câble en profondeur implique d’importants coûts de déploiement. Au lieu de cela, nous comptons déployer les câbles sur des poteaux qui accueillent des lignes électriques [lignes de la CEB (Communauté électrique du Bénin), Ndlr]. Imaginez quand vous dites à un résident que vous lui donnerez Internet haut débit avec son électricité à des prix abordables », a confié au média économique Quartz, Cina Lawson (photo), ministre de l’Économie numérique, dans une interview.

Pour asseoir son plan, le gouvernement togolais est à la recherche d’au moins 300 millions €, a indiqué la ministre, sans donner de détails :  « Nous discutons avec des bailleurs de fonds pour lever 300 millions d'euros afin de mettre la fibre sur toutes les lignes électriques ».

CSquared Woezon à la manette

C’est CSquared Woezon, la nouvelle structure (une joint-venture formée par CSquared (propriété de Google, la SFI, Convergent Partners et Mitsui), d’une part et la Société d'infrastructures numériques (SIN) détenue à 100 % par l’État d’autre part), qui sera en charge de ce projet d’envergure. 

Créée pour gérer la station d'atterrissement du câble sous-marin Equiano, CSquared Woezon va aussi s’occuper de déployer la fibre optique sur les lignes électriques à haute tension intérieures et celles qui relient le Togo à ses pays voisins, notamment le Ghana, le Burkina Faso et le Bénin.

Selon la Banque mondiale, la CEB possède un réseau de transmission de 438 km équipé de fibre noire (fibre optique inactivée) au Togo, et plus de 1 000 km avec les pays voisins comme le Bénin et le Ghana. 

Baisser les coûts 

Avec un taux de pénétration de 23%, l'amélioration de la connectivité Internet est l’une des priorités du gouvernement, d’autant que dans sa feuille de route, les 2/3 des projets prioritaires ont une composante digitale. A ce titre, le programme Togo Digital promet faire du pays d’Afrique de l’Ouest un hub digital à l’horizon 2030, notamment en baissant le prix et la qualité de l’Internet qui restent jusqu’à présent peu compétitifs comparés aux pays voisins. Selon une étude commanditée par Google dans le cadre d’Equiano, les cabinets Africa Practice et Genesis Analytics ont estimé qu’avec le nouveau câble, les prix de détail de l'accès à Internet devraient baisser de 14 %. 

Le secteur privé pour le dernier kilomètre, mais le gouvernement aussi 

« Le Togo compte environ 1,2 million de foyers. Si nous déployons notre plan, au moins 500 000 foyers et 50 000 entreprises seront connectés aux réseaux de fibre optique. Je parle donc d'une vision qui transformera tout le Togo », assure la ministre togolaise. Si Cina Lawson veut déployer la fibre dans tout le pays via les lignes électriques, elle compte sur une participation active du secteur privé, mais rappelle que l’État doit rester le maître du jeu.

Sur le dernier kilomètre, « le gouvernement veut surtout réduire les risques du projet en contribuant au financement, pour s’assurer que les prix soient bas. S'il est entièrement dirigé par le secteur privé, il aura besoin d'un retour sur investissement qui peut entraîner des prix élevés », a indiqué Cina Lawson.

A juste titre, au Togo, plusieurs accords existent entre opérateurs mobiles, FAI et des services publics pour le déploiement de l’Internet à travers le pays. C’est notamment le cas de l'accord passé par TogoCom et GVA (Canalbox) avec la CEET (Compagnie Énergie Électrique du Togo), permettant à ces opérateurs d’utiliser les pylônes électriques de l'entreprise publique pour fournir de la fibre optique à domicile (FTTH). 

e-Gouv passe aussi sous le giron de Csquared Woezon

Rappelons que le réseau e-Gouv, dont la mise en place a été financée en majeure partie par la Chine, et qui connecte déjà 560 bâtiments publics, dont l'université de Lomé entre dans le giron de cette co-entreprise détenue à 56 % par CSquared, basé à Maurice, et l’État togolais à travers la SIN (44%).

Fiacre E. Kakpo

Posted On mercredi, 30 mars 2022 16:07 Written by

En Afrique, la numérisation des services publics est repartie de plus belle depuis 2020, induite par la Covid-19. Cependant, la connectivité qui permet d’y accéder n’est pas encore accessible de tous. Au Sénégal, le gouvernement se penche sur la question.

Le président de la République du Sénégal, Macky Sall (photo), a instruit le ministre de l’Économie numérique et des Télécommunications, d'améliorer la couverture du territoire national en réseaux de télécommunications. Lors du Conseil des ministres tenu le lundi 21 mars, il a demandé à cet effet le développement du service universel des télécommunications.

Le chef de l’Etat, a souligné « l’urgence du redéploiement et du renforcement des mécanismes d’intervention du fonds de développement du service universel des télécommunications (FDSUT), instrument d’impulsion, dont l’évaluation institutionnelle des activités demeure une priorité ».

Selon les dernières données du marché télécoms sénégalais publiées par l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (Artp), l’on dénombrait 15 418 058 abonnés à Internet. Soit un taux de pénétration de 92,29%. Cependant, les données de l’Arpt demeurent muettes sur le taux de couverture des services télécoms dans le pays.

Le taux de pénétration qui est calculé en divisant le nombre total de SIM – plusieurs individus résidant en zone urbaine détiennent plusieurs cartes SIM car abonnés à plusieurs opérateurs télécoms – par le nombre total d’habitants estimé à 16 705 608 en 2020 par l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (ANSD) laisse présager que des régions du pays sont encore mal couvertes en réseaux télécoms.

Pour le Sénégal qui accélère la numérisation de ses services publics, la transformation numérique de plusieurs secteurs stratégiques comme la Santé ou encore l’éducation, il est crucial que les services télécoms, notamment Internet et le paiement mobile, soient accessibles même dans les zones les plus reculées du pays. Ce n’est qu’ainsi, estime le président de la République, que tous les Sénégalais pourront pleinement prendre part à la société numérique que promeut le plan Sénégal Emergent. 

Muriel Edjo

Lire aussi : La Côte d'Ivoire évalue son niveau de connectivité afin de rendre Internet plus accessible à tous

Posted On jeudi, 24 mars 2022 08:58 Written by

Depuis 2020, la pandémie de Covid-19 a accéléré le processus de transformation numérique en Afrique. Les gouvernements multiplient les investissements pour garantir aux citoyens la connectivité Internet, qui est un pilier de cette transformation.

Le gouvernement du Botswana a annoncé, lundi 21 mars, qu’il prévoyait de connecter à Internet un total de 500 villages à travers le pays. Baptisé SmartBots, le projet sera mis en œuvre par étapes et coûtera environ 12,7 millions $ à l'Etat.

Pour la réalisation de ce projet, les villages dont la population est inférieure à 5 000 habitants seront connectés par le biais de la fourche souple activée par l’utilisateur (UASF). Le gouvernement fournira une subvention aux opérateurs de téléphonie mobile. Les villages dont la population est égale ou supérieure à 5 000 habitants seront mis à niveau vers la 4G et au-delà, grâce aux interventions réglementaires de l’Autorité de régulation des communications du Botswana (BOCRA). La première phase du projet consistera à apporter de la connectivité Internet dans 61 villages qui ne disposent que d’un accès minimal aux infrastructures de backhaul et à l’électricité à haut débit.

Le projet SmartBots est conforme à la stratégie nationale en matière de large bande (NBS) lancée en 2018 par le gouvernement botswanais dans le cadre de ses ambitions de transformation numérique. Elle vise à connecter chaque citoyen, entreprise et communauté à une infrastructure à large bande à haut débit et de qualité appropriée à des prix abordables. La mise en œuvre de cette stratégie a commencé en 2021, avec pour objectif de connecter 203 villages au cours de l’année fiscale 2021. Le projet intervient dans un contexte marqué par la forte accélération de la transformation numérique à travers le continent africain depuis 2020 en raison de la pandémie de Covid-19.

A terme, le projet SmartBots devrait permettre à environ 1,2 million de Botswanais de se connecter à l'Internet à haut débit et d’accéder aux services numériques grâce à des points d’accès Wi-Fi disponibles dans les lieux publics. Selon le gouvernement, le projet permettra aux citoyens de participer activement au développement de l’économie numérique. Il fournira également de nombreuses opportunités d’emploi et permettra à la jeunesse d’être compétitive à l’échelle mondiale. 

Isaac K. Kassouwi

Posted On jeudi, 24 mars 2022 08:21 Written by

Baptisé en l'honneur d'Olaudah Equiano, un écrivain, ancien esclave d'origine nigériane, le câble Equiano est une infrastructure qui devrait offrir environ 20 fois plus de capacité de réseau que les derniers câbles construits pour desservir le continent.

Nitin Gajria (photo), directeur général de la branche Afrique subsaharienne chez Google est attendu à Lomé, le vendredi 18 mars, pour lancer le câble Equiano, ont confirmé à Togo First, plusieurs sources proches du dossier. Le Togo deviendra ainsi le premier pays africain à accueillir ce câble sous-marin, Equiano, une place qui était réservée au Nigeria.

Vaste projet d’infrastructure réseau du géant de l’Internet pour connecter l’Europe à l’Afrique, le déploiement de ce câble sous-marin était attendu pour 2021, mais le calendrier a connu plusieurs perturbations en raison d'une due diligence. Le câble dont la construction a été confiée au Français Alcatel Submarine Networks, filiale de Nokia, partira de Lisbonne au Portugal pour aller rejoindre Cape Town en Afrique du Sud.

« Equiano, un câble Internet sous-marin de nouvelle génération financé par Google, ira du Portugal jusqu'à l'Afrique du Sud, le long de la côte africaine de l'océan Atlantique. En 2022, il devrait atterrir à Sesimbra (Portugal), Lomé (Togo), Lagos (Nigeria), Swakopmund (Namibie) et Le Cap (Afrique du Sud), avec des branchements en place pour les phases suivantes du projet. L'année dernière, le câble a atterri à Ruperts Bay (Sainte-Hélène) », a confié Togo First, une source chez Google.

Avec l’arrivée d’Equiano, le Togo sera désormais alimenté par deux câbles sous-marins, le premier étant le câble sous-marin ouest-africain (WACS) inauguré en 2012. Par ailleurs, Maroc Télécom qui détient Moov Africa a reçu depuis l’an passé, le feu vert du gouvernement togolais pour déployer aussi son câble sous-marin. Celui-ci devrait relier Casablanca à Lomé.

Fiacre E. Kakpo

Posted On jeudi, 17 mars 2022 17:31 Written by

En 2018, le gouvernement a pris conscience des faibles moyens du pays en matière de connectivité. Il avait alors engagé des investissements à cet effet. Quatre ans plus tard, le câble PEACE a atterri sur les côtes de l'archipel.

La République insulaire des Seychelles est désormais reliée à un second système sous-marin de fibre optique qui renforcera l’accès de sa population à de la connectivité de qualité. Le système Pakistan East Africa Cable Express (PEACE) a en effet atterri, le lundi 7 mars, sur la côte de Persévérance, une île artificielle située au nord-est de Mahé, la plus grande île du pays.

Benjamin Choppy (photo), le secrétaire principal du ministère des Technologies de l’information et de la Communication, voit dans cette infrastructure une opportunité pour le pays de sécuriser et d’améliorer ses moyens de communication.  Depuis 2011 les Seychelles n’étaient connectées qu’à un seul câble sous-marin de fibre optique, le Seychelles East Africa System (SEAS), qui le reliait à la Tanzanie.

« Nous n’en avions qu’un seul et cela présentait un risque pour nous si quelque chose arrivait, surtout aujourd’hui. Si vous regardez la quantité de trafic que nous avons sur le câble, plus de 95 % sont sur le câble SEAS. Si quelque chose se passait mal, ce serait catastrophique », a déclaré Benjamin Choppy.

Le PEACE est un système de câbles sous-marins de 15 000 km parcourant l’Afrique, l’Europe et l’Asie. Dans sa conception, il intègre la dernière technologie 200G et la technologie WSS qui permettent de transmettre plus de 16 térabits de données par seconde par paire de fibres. Des capacités qui lui donnent les moyens de répondre aux besoins croissants en connectivité dans le pays.

Le gouvernement des Seychelles a investi 20 millions $ pour se connecter à cette nouvelle infrastructure télécoms à haut débit qui soutiendra la numérisation des services publics et le développement de l’économie numérique. Amadou Dina, directeur général d’Airtel Seychelles, a déclaré que la société télécoms a déjà conçu de nouveaux produits qui seront lancés lorsque le nouveau système sera mis en service en mai prochain.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi : La Côte d'Ivoire évalue son niveau de connectivité afin de rendre Internet plus accessible à tous

Posted On jeudi, 10 mars 2022 17:43 Written by

En deux ans, la transformation numérique s’est accélérée à travers l’Afrique, sous l’effet de la Covid-19. Le continent a pleinement pris conscience des enjeux de développement en rapport avec Internet. Plusieurs pays ont engagé des actions pour ne pas rater la prochaine révolution mondiale.  

Le gouvernement de la République de Côte d’Ivoire veut rendre Internet accessible à toute la population au regard de son impact sur l’amélioration des conditions de vie socioéconomiques. Mais pour y parvenir, il lui faut au préalable identifier les obstacles actuels à la concrétisation de cette ambition. D’où le lancement, le lundi 7 mars  à Abidjan, de l’étude sur l’universalité d’Internet par le ministre de l’Economie numérique, des Télécommunications et de l’Innovation, Roger Adom (photo).

Cette étude qui est à l’initiative de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco), à travers la Chaire Unesco, sera réalisée avec le suivi d’un comité consultatif du secteur du numérique. « Après avoir effectué des constats consensuels, nous ferons des recommandations pour améliorer la situation d’Internet en Côte d’Ivoire », a déclaré le professeur Alain Kiyindou, représentant de la Chaire Unesco.

Il a indiqué qu’une cérémonie officielle de validation de l’étude est prévue « entre mai et juin 2022 » et le cas ivoirien sera présenté comme un cas d’école en décembre 2022 à Addis-Abeba, au Forum mondial sur la gouvernance d’Internet.

Selon l’Autorité de régulation des télécommunications/TIC de Côte d’Ivoire (ARTCI), le taux de pénétration d’Internet était d’environ 78% au troisième trimestre 2021. Ce taux de pénétration, qui est calculé en comparant le nombre d’abonnements Internet au nombre total la population, peut toutefois ne pas refléter le véritable niveau d’accès à Internet dans le pays. En effet, plusieurs individus en zone urbaine détiennent plusieurs cartes SIM qui augmentent le nombre d’abonnements. Dans leur Digital Report 2022, We Are Social et Hootsuite estiment à 36,3% le taux de pénétration d’Internet en Côte d’Ivoire.

L’Etude sur l’universalité d’Internet en Côte d’Ivoire est financée par la Banque d’investissement et de développement de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) à hauteur de 13,250 millions FCFA (22,3 millions $). Ses retombées doivent permettre aux Ivoiriens de bénéficier des 180 milliards $ de revenus que l'économie numérique devrait générer en Afrique d’ici 2025, selon Google et la Société financière internationale (SFI). 

Muriel Edjo

Lire aussi : 13/11/2020 - Selon Google et la SFI, l’économie numérique pourrait peser près de 180 milliards $ en Afrique d’ici 2025

Posted On jeudi, 10 mars 2022 15:14 Written by

La demande en connectivité à haut débit s’est accentuée depuis 2020 en Afrique avec la Covid-19. Les risques cybercriminels aussi. Améliorer l’offre tout en protégeant l’accès est devenu une nécessité pour garantir le développement de la région. L’ICANN en est consciente.

La Société pour l'attribution des noms de domaine et des numéros sur Internet (ICANN) annonce, ce lundi 28 février, l'installation prochaine de deux grappes de serveurs racine en Afrique. L’un sera installé au Kenya. Les deux infrastructures techniques permettront que les requêtes Internet provenant d'Afrique puissent être traitées dans la région, sans dépendre de réseaux et de serveurs situés dans d'autres parties du monde. Elle améliorera également la qualité du réseau à travers une réduction de la latence dans toute la région.

Selon l’organisation internationale à but non lucratif — qui assure la coordination du système des noms de domaine et joue un rôle clé dans le maintien d'un Internet mondial, interopérable et sûr —, les serveurs racine réduiront « le temps de chargement des sites web, notamment en cas de pics d'utilisation de l'Internet. Cela apportera des avantages immédiats aux internautes de tout le continent qui accèdent quotidiennement à Internet ».

Les serveurs racine réduiront aussi l'impact d'une éventuelle cyberattaque sur le continent. Les cyberattaques par déni de service distribué (DDoS) visent à saturer les serveurs par une avalanche de requêtes. L’infrastructure technique permettra une largeur de bande et une capacité de traitement des données plus élevées, réduisant le risque d'interruption de l'Internet en raison d'une cyberattaque.

Cet investissement de l’ICANN en Afrique rentre dans le cadre des ambitions de la coalition numérique Partner2Connect lancée le 20 septembre 2021 par l'Union internationale des télécommunications (UIT) pour favoriser une connectivité et une transformation numérique significatives à l'échelle mondiale. Des ambitions qui s’alignent également avec la stratégie africaine de transformation numérique (2020-2030).

L’UIT estime actuellement à 33 % le taux de la population qui accède à Internet en Afrique. Avec la transformation numérique qui s’accélère et a induit une forte consommation d’Internet, l’Union croit que cette proportion de consommateurs de data va augmenter rapidement au cours des prochains mois.

Muriel Edjo

Lire aussi : Sénégal : Orange et Sonatel s'associent à SES pour étendre l'offre de connectivité à haut débit en Afrique

Posted On lundi, 28 février 2022 17:47 Written by
Page 8 sur 9

Please publish modules in offcanvas position.