Télécom

Télécom (116)

Le Sénégal va rejoindre dans les prochains jours le cercle des pays africains utilisant la 5G. A l'issue d’un processus d’appel à candidatures récemment lancé, c'est la Sonatel qui a été choisie pour commercialiser cette technologie cellulaire à haut débit.

L’Autorité sénégalaise de régulation des télécommunications et des postes (ARTP) a attribué provisoirement la licence 5G au groupe Sonatel à travers sa marque commerciale Orange. Abdou Karim Sall (photo, à droite), le directeur général de l’organisme de régulation, l’a annoncé le lundi 17 juillet lors d’une conférence de presse à Dakar.

Selon le directeur de l’ARTP, la Sonatel a déboursé 34,5 milliards FCFA (52,7 millions d’euros) pour la technologie de cinquième génération. « L’objectif principal est de permettre à tous les opérateurs qui le souhaitent de disposer de la licence 5G pour le grand bonheur des utilisateurs [...] On avait fixé un prix de réserve de 19,5 milliards FCFA. Quand nous avons procédé au dépouillement nous avons retenu que la Sonatel par rapport à son offre qui était conforme », a déclaré Abdou Karim Sall.

En effet, l’ARTP avait lancé le 31 mai dernier, un appel d’offres pour les opérateurs intéressés par cette technologie. Trois opérateurs, Free, la Sonatel et Expresso, avaient présenté des offres à l’ARTP pour obtenir une licence 5G, une norme de réseau de téléphonie mobile qui succède à la 4G.

A l'issue du dépouillement, les opérateurs Free et Expresso n'ont pas respecté la clause du prix de réserve fixé à 19,5 milliards de francs CFA faisant de la Sonatel l’heureux attributaire.

Ainsi, pour finaliser la procédure et lancer la commercialisation de la 5G, le groupe Sonatel devra dans les prochains jours signer la convention de concession et les cahiers des charges aux côtés des ministères en charge des Télécommunications et des Finances. S’en suivra un décret du président de la République, et une autorisation définitive délivrée par l’ARTP.

Il convient de rappeler que l’avènement de la 5G au Sénégal permettra à la Sonatel de répondre à la demande croissante des consommateurs en connectivité à haut débit et aux nouveaux modes de consommation numérique issus notamment de la Covid-19.

Samira Njoya

Lire aussi :

Sénégal : le régulateur télécoms annonce l'attribution des licences 5G avant fin juillet

Posted On mardi, 18 juillet 2023 14:21 Written by

A Dakar, l’université Cheikh Anta Diop (UCAD) est passée à l’enseignement en ligne à la mi-juin. Pour renforcer son offre, des partenariats sont signés par l’université qui multiplie les efforts pour satisfaire des milliers d’étudiants.

L'université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD) et la Société nationale des télécommunications du Sénégal (SONATEL) ont signé, le vendredi 14 juillet à Dakar, une convention de partenariat. Ladite convention vise à mettre en œuvre le programme « Pass UCAD » ayant pour objectif de fournir un accès gratuit en ligne aux étudiants et aux enseignants de l'UCAD, grâce à la SONATEL.

Par ailleurs, le directeur général de la Sonatel, Sékou Dramé (photo, à droite), a annoncé la mise en place d’une plateforme permettant aux étudiants de continuer les cours en ligne. « Dès la semaine prochaine, elle sera mise en œuvre. Cette plateforme va permettre aux étudiants de s’identifier et d’accéder à ce "Pass UCAD" spécifique émis pour les étudiants et qui va leur permettre de se connecter gratuitement à la plateforme d’enseignement en ligne mis en place par l’université jusqu’au 31 Octobre ».

Cette décision de fournir un pass gratuit aux étudiants intervient un mois après que le gouvernement sénégalais a décidé d’adopter l’enseignement en ligne dans les universités publiques du pays après de fortes manifestations liées à la condamnation de l’opposant Ousmane Sonko. Au cours de ces actes de violence, plusieurs universités avaient été détruites, dont six facultés de l’UCAD.

Ainsi, ce nouveau partenariat permettra de soutenir l'éducation et favorisera l'accès à Internet pour les étudiants de l'UCAD. Il permettra également aux étudiants de bénéficier de ressources éducatives, de recherches en ligne, de renforcer leurs compétences numériques et de se préparer à l'avenir numérique.

Samira Njoya

Lire aussi :

Sénégal : les universités publiques adopteront l’enseignement en ligne en attendant le retour à la normale

Posted On lundi, 17 juillet 2023 15:21 Written by

Le Burundi s’apprête à rejoindre le cercle fermé des pays africains à déployer la 5G. Des investissements sur les réseaux sont prévus afin d’accueillir cette technologie qui apportera potentiellement un vent de croissance au commerce et aux services basés sur des modèles reposant sur l’Internet.

Le lancement commercial de la technologie mobile de cinquième génération (5G) au Burundi est prévu pour juillet 2024. C’est ce qu’indique le chronogramme établi par l’Agence de régulation et de contrôle des télécommunications (ARCT) dans sa « Feuille de route du déploiement de la cinquième génération du mobile (5G) au Burundi ».

Selon l’ARCT, « le premier volet consiste à assurer la disponibilité des bandes de fréquences identifiées pour la 5G mais qui sont aujourd’hui utilisées pour d’autres usages, par les mécanismes de réaménagement et partage des dites bandes. Le deuxième volet consiste à la planification des bandes de fréquences attribuées à la5G et le troisième volet consiste à attribuer les fréquences libérées et planifiées d’ici la fin 2025 ».

Pour répondre aux exigences de la 5G en termes de trafic à écouler, l’ARCT prévoit d’assigner à chaque opérateur une bande continue de 60 à 100 MHz dans les bandes inférieurs à 6 GHz et d’au moins 800 MHz dans les bandes d'ondes millimétriques (supérieur à 6 GHz). A partir de décembre prochain, le régulateur prévoit également de libérer du spectre dans les bandes 700 MHz, 2,3 GHz, 2,5 GHz, 3,5 GHz et 26 GHz, avec l'octroi d'autorisations pour tester la 5G à partir de janvier 2024.

Le déploiement de la 5G au Burundi est un élément essentiel de la stratégie de numérisation de l’économie nationale pour favoriser la croissance de l’inclusion numérique. A en croire l’ARCT dans sa feuille de route, la 5G ne correspondra pas à une simple augmentation des débits, mais sera le moteur de la numérisation de l’économie.

Elle permettra l’apparition de nouveaux usages notamment grâce à la diminution du temps de latence ouvrant ainsi la voie à de nouvelles possibilités et applications surtout celles liées à l’Internet des Objets et aux objets connectés d’une manière générale.

Selon le rapport « 5G in Africa : Realising the potential » de la GSMA, les réseaux de téléphonie mobile 5G devraient représenter, sur l’ensemble de leur chaîne de valeur, une contribution économique de 26 milliards de dollars en Afrique d’ici 2030.

Samira Njoya

Lire aussi :

Sénégal : le régulateur télécoms annonce l'attribution des licences 5G avant fin juillet

Posted On mercredi, 05 juillet 2023 10:34 Written by

Le premier jalon du câble sous-marin Medusa vient d’être posé avec la signature du contrat de construction. Long de plus de 8 700 km, le nouveau câble reliera dix pays de l’Afrique du Nord et du Sud de l’Europe d’ici 2025.

Orange, Alcatel Submarine Networks (ASN), Elettra Tlc et Medusa ont annoncé,  lundi 3 juillet, le lancement des travaux de construction du système de câble sous-marin Medusa. Cette étape marque le début d'un projet ambitieux qui permettra de renforcer la connectivité à travers toute la Méditerranée dans les prochaines années.

Cofinancé par l’Union européenne dans le cadre du programme « Mécanisme pour l’interconnexion en Europe » (MIE), Medusa sera le premier et le plus long câble sous-marin à relier tous les pays de la Méditerranée. Long de plus de 8 700 km, le système reliera les deux rives de la Méditerranée. Il disposera de 16 points d’atterrissage dans différents pays que sont le Portugal, le Maroc, l’Espagne, l’Algérie, la France, la Tunisie, l’Italie, la Grèce, Chypre et l’Egypte.

En ce qui concerne les travaux, Elettra Tlc démarrera sans délai les opérations de survey (sondage des fonds marins). La fabrication et l’installation du câble s’étaleront sur 2024 et 2025. Orange quant à lui fournira des infrastructures d’atterrissement en France, en Tunisie et au Maroc. La mise en service de la nouvelle infrastructure est prévue pour le 4e trimestre de l'année 2025.

En reliant l’Afrique du Nord et l’Europe du Sud, ainsi que plusieurs îles de la Méditerranée, notamment la Sicile, la Crète et Chypre, le système de câble sous-marin Medusa créera des opportunités sans précédent pour la collaboration, l’innovation et le développement économique. Il constituera également un pont efficace entre les régions de la Méditerranée et de l’Atlantique, facilitant une communication et une coopération accrues dans toutes ces zones.

Le nouveau câble renforcera également l'infrastructure nationale de télécommunications des pays africains concernés, à un moment où les opérateurs de télécommunications ont besoin de plus de capacité pour répondre à la demande croissante de connectivité à haut débit et étendre la couverture de leurs réseaux. A en croire Paul Gabla (photo, à gauche), directeur des ventes et du marketing d’ASN, Medusa « apportera une connectivité Internet à haut débit et une communication sans faille dans la région, ouvrant un monde d’opportunités pour les entreprises, les communautés et les individus dans toute la région méditerranéenne ».

Samira Njoya

Lire aussi :

Maroc : Orange rejoint le câble sous-marin de fibre optique « Medusa »

Posted On mardi, 04 juillet 2023 10:15 Written by

En intégrant l’Union africaine des télécommunications, le Togo vise une coopération accrue avec d'autres pays africains, permettant des échanges d'expertise et de bonnes pratiques pour promouvoir le développement durable du secteur télécoms sur le continent.

Le Togo vient de franchir une étape importante dans le domaine des télécommunications en Afrique. L’Assemblée nationale a voté le vendredi 30 juin à l’unanimité la loi autorisant le pays à adhérer à l’Union africaine des télécommunications (UAT).

Le Togo devient ainsi le 52e Etat membre de cette organisation créée 1999 dans le but de défendre les intérêts des Etats africains au sein des instances de l’Union internationale des télécommunications (UIT).

twitter

Selon Cina Lawson, la ministre togolaise de l’Economie numérique et de la Transformation digitale, l’adhésion du Togo à l’UAT, permettra au pays de devenir membre à part entière de cette organisation.

« Nous nous réjouissons de l’adoption de cette loi, car cette adhésion constitue une étape très importante dans notre engagement pour l’intégration régionale et le développement des télécommunications en Afrique. En adhérant à l’UAT, le Togo quitte le statut d’observateur pour devenir un membre à part entière, ce qui lui donne le droit de solliciter le soutien de l’organisation pour faire valoir ses positions ou défendre ses intérêts au sein de l’Union internationale des télécommunications (UIT) », a-t-elle déclaré.

En rejoignant l’UAT, le Togo pourra profiter de nombreux avantages fournis par l’organisation à ses membres, notamment un cadre approprié pour formuler des politiques et des stratégies efficaces visant l’amélioration de l’accès aux infrastructures et aux services de l’information, la protection des intérêts des Etats membres dans les conférences mondiales de prise de décisions, le soutien apporté aux initiatives visant l’intégration des marchés régionaux, le soutien dans l’investissement pour la mise en oeuvre des infrastructures TIC et le développement des capacités institutionnelles et humaines.

Ainsi, en ayant une voix forte au sein de l’UAT et de l’UIT, le Togo pourra contribuer activement aux décisions clés et aux politiques qui façonneront l’avenir des télécommunications dans le pays. Il aura également la possibilité de solliciter des postes au sein de l’UAT et de l’UIT, et de veiller au respect des règles relatives à la diffusion des émissions radiophoniques des autres pays sur le territoire togolais.

Samira Njoya

Lire aussi :

Togo : l'Agence nationale de cybersécurité lance un concours en ligne pour hackers du 22 au 23 juillet 

 Le Togo vise la numérisation de 75% des démarches administratives, d'ici 2025

Posted On lundi, 03 juillet 2023 12:43 Written by

Les nouvelles technologies, la hausse de la consommation de données et le déploiement des réseaux 4G et 5G en Afrique accentuent le besoin d'infrastructures télécoms. Le gouvernement et les partenaires internationaux s’activent pour combler ces besoins dans un contexte de transformation numérique.

La Société financière internationale (IFC) a annoncé le lundi 26 juin dans un communiqué avoir accordé un prêt de 60 millions $ au gestionnaire de tours télécoms Eastcastle Infrastructure. Ce dernier utilisera ces fonds pour accroître la connectivité numérique en République démocratique du Congo (RDC), l'un des pays les moins connectés d'Afrique subsaharienne.

 

 

« Nous sommes très heureux qu'à la suite de sa prise de participation au capital d'Eastcastle, l'IFC ait mis à la disposition de nos opérations en RDC une enveloppe de financement par emprunt à long terme de 60 millions de dollars. Ce montant, qui s'ajoute aux 34 millions de dollars de la Standard Bank of South Africa, nous permettra de franchir le cap des 1 000 tours en RDC », a déclaré Peter Lewis, cofondateur et directeur d'Eastcastle Infrastructure Ltd.

Selon le communiqué, le financement comprend 30 millions de dollars provenant du financement propre de l'IFC et 30 millions de dollars supplémentaires mobilisés auprès du Fonds d'infrastructure pour l'Afrique émergente (EAIF). Il s’inscrit dans la stratégie d’Eastcastle visant à construire un maximum de pylônes partagés en RDC afin de promouvoir l'économie numérique dans la région. Il fait suite au premier financement accordé par l'IFC à Eastcastle en 2021 pour soutenir les plans de croissance de l'entreprise en Afrique subsaharienne.

Ainsi, la société louera ses nouvelles tours aux opérateurs de réseau mobile et autres fournisseurs de services numériques de la RDC, ce qui leur permettra d’étendre leur couverture et de réduire leurs coûts d'exploitation et leur consommation d'énergie grâce au partage de ces infrastructures. 

Rappelons que la RDC compte 48,4 millions d’abonnés à la téléphonie mobile pour un taux de pénétration de 50,9% selon les dernières données de l’Autorité de régulation de la poste et des télécommunications du Congo (ARPTC).  Le nombre d’utilisateurs d’Internet mobile quant à lui s’élève à 22,6 millions, soit un taux de pénétration de 23,8%. L'extension du réseau de tours télécoms d'Eastcastle devrait ainsi contribuer à améliorer la qualité et la couverture des services télécoms dans le pays.

Samira Njoya

Lire aussi :

Seacomobtientunprêtde207millions$ de la SFI pour étendre son réseau et ses services en Afrique

Posted On jeudi, 29 juin 2023 08:54 Written by

Cet investissement est l'aboutissement de négociations initiées en mai 2022 entre la SFI et Seacom. Le fournisseur de services de télécommunications par fibre optique négociait une aide financière de 260 millions $ de la SFI pour un projet d'expansion en Afrique d'environ 563 millions de dollars.

La société financière internationale (SFI) a annoncé le jeudi 22 juin dans un communiqué avoir accordé un prêt à long terme de 207 millions de dollars à la société d'infrastructure numérique et de services informatiques Seacom.

Cette dernière utilisera les fonds pour étendre la couverture de son réseau de fibre optique et de ses services basés sur le cloud dans sept pays d'Afrique subsaharienne, notamment Djibouti, le Kenya, la Mozambique, le Rwanda, l’Afrique du Sud, la Tanzanie et l'Ouganda.

« Le partenariat avec SEACOM aidera l'entreprise à développer l'infrastructure numérique et les services basés sur le cloud dont elle a tant besoin pour connecter de manière significative davantage de personnes et d'entreprises sur le continent », a déclaré Sarvesh Suri, directeur régional de la SFI pour l'infrastructure et les ressources naturelles en Afrique.

Selon le communiqué, le financement comprend 70 millions de dollars provenant du financement propre de la SFI, 42,24 millions de dollars de cofinancement mobilisés auprès d'investisseurs institutionnels par le biais du Programme de portefeuille de cofinancement géré (MCPP) de la SFI, et l'équivalent de 94,76 millions de dollars levés auprès de Nedbank Limited et de la Mauritius Commercial Bank.

Le financement accordé à Seacom rentre dans le cadre sa stratégie numérique en Afrique visant à investir dans la croissance des opérateurs de tours indépendants, des centres de données et du haut débit, et à soutenir les opérateurs de téléphonie mobile, principalement dans les Etats fragiles et pays à faible revenu de l'Association internationale de développement (LIC-IDA). L’objectif est de permettre une connectivité omniprésente, fiable et abordable dans le continent.

Ainsi, cet investissement permettra d’augmenter l'accès à des services informatiques de qualité pour les entreprises africaines. Il permettra également à Seacom de soutenir la transformation numérique de 24 000 entreprises dans la région d'ici 2027, en augmentant l'accès à l'Internet et aux services de cloud et de cybersécurité.

Samira Njoya

Lire aussi :

Afrique du Sud : la SFI, l'allemand DEG, Hollard et Yellowwoods ont investi 17 millions $ dans l'insurtech Naked

Posted On lundi, 26 juin 2023 15:55 Written by

Avec la transformation numérique, les entreprises africaines ont besoin de plus de capacités pour soutenir leurs activités. Les entreprises locales et étrangères multiplient les investissements dans ce sens afin de mieux répondre à la demande croissante sur le continent.

Africa Data Centres (ADC), une filiale de Cassava Technologies Group spécialisée dans la construction et l’exploitation de centres de données, a été choisie par le London Internet Exchange (LINX) comme point de présence (PoP) pour le nouveau centre d'interconnexion d'Afrique de l'Est, LINX Nairobi.

La nouvelle collaboration vise à améliorer la connectivité et soutenir la croissance numérique de la région, a annoncé l’entreprise dans un communiqué le mercredi 21 juin.

« Avec LINX Nairobi, nous ne créons pas seulement un hub pour le Kenya, mais pour toute l'Afrique de l'Est. La région, qui connaît une croissance rapide, est très demandeuse d'une interconnectivité améliorée, à faible latence et à grande vitesse. LINX Nairobi ne servira pas seulement les réseaux locaux, mais attirera également les fournisseurs d'accès à Internet internationaux et les hyperctalculateurs », a déclaré Nurani Nimpuno, la responsable de l'engagement mondial pour LINX.

Cette nouvelle intervient après l’annonce d’un partenariat stratégique le mois dernier entre les deux organisations, ADC et LINX, afin d'assurer la croissance et les opportunités sur de nouveaux marchés en Afrique, d'améliorer la connectivité et d'apporter des services numériques aux citoyens.

Selon le communiqué, ce nouveau partenariat permettra aux clients basés sur le centre de données d'Africa Data Centres à Nairobi (NBO1) d’avoir un accès direct à la nouvelle communauté de peering de LINX Nairobi par le biais d'une seule connexion croisée. Ces clients bénéficieront également de services supplémentaires tels que l'assistance 24 heures sur 24 et l'accès au portail de LINX. En outre, les réseaux qui se connectent à LINX Nairobi à partir de n'importe quel centre de données pourront établir des accords de peering, ce qui favorisera un écosystème numérique solide et garantira un trafic local.

LINX Nairobi, qui devrait être mis en service dans les prochaines semaines, est le premier point d'échange Internet (IXP) interconnecté et multisite de la région. La plateforme est conçue aux mêmes normes que LINX au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, offrant redondance et résilience aux réseaux qui s'y connectent.

Samira Njoya

Lire aussi :

AfricaDataCentres poursuit son expansion avec la construction d’un nouveau centre de données au Ghana

Posted On mercredi, 21 juin 2023 15:09 Written by

En Afrique, plusieurs millions de personnes sont encore privées de l’accès à Internet à haut débit. La situation, qui résulte de plusieurs facteurs tels que l’inaccessibilité du mobile adéquat et la faible couverture télécoms, représente un danger pour l’inclusion numérique porteuse de développement.

La société angolaise LiraLink Tecnology et l'entreprise chinoise ZTE ont signé mardi 13 juin un accord de partenariat pour l'implantation d'une usine de téléphones mobiles en Angola. L’usine de montage qui doit être opérationnelle en 2024 se focalisera sur la production d’appareils 4G et 5G.

Sous la supervision de Mário Oliveira, le ministre des Télécommunications, des Technologies de l'information et de la Communication sociale, les documents qui entérinent cet accord ont été paraphés par le directeur général de LiraLink, Walter João et le vice-président du groupe ZTE, Ni-Fei, en marge du Forum international sur les technologies de l'information et de la communication de l'Angola (ANGOTIC), qui s’est tenu du 12 au 14 juin.

Le bien-fondé de cette usine de montage de smartphones résulte de la volonté de mettre des téléphones de qualité, à des prix abordables sur le marché. Dans son rapport « From luxury to lifeline : Reducing the cost of mobile devices to reach universal internet access » publié en 2020, l’Alliance for Affordable Internet (A4AI) jugeait que le coût des smartphones est encore assez élevé.

Dans les 187 pays étudiés, le coût moyen mondial d'un smartphone représente environ 26 % d'un revenu mensuel moyen par habitant, soit 104 $ selon A4AI. Certains pays et régions présentent un coût encore plus élevé.

Par exemple, en Asie du Sud et en Afrique subsaharienne, le coût moyen d’un smartphone dépasse 40 % du revenu mensuel moyen par habitant. « Pire encore, dans les pays les moins avancés, une personne moyenne devrait consacrer plus de la moitié de son revenu mensuel à l’achat d’un smartphone. Les habitants des pays à faible revenu doivent dépenser près de 70 % de leur revenu mensuel moyen pour acheter le smartphone le moins cher disponible sur le marché ».

Selon Lúcia Yang, la directrice de la zone commerciale de la ZTE, l’usine de montage de smartphones qui sera mise sur pied disposera également d'un centre d'assistance pour répondre aux besoins des clients.

Muriel Edjo

Lire aussi:

Le Kenya mettra sur le marché 1 million de smartphones assemblés localement au prix unitaire de 40 $

Samsung Electronics installera une usine de téléphones mobiles en Egypte

Posted On mercredi, 14 juin 2023 18:04 Written by

Après la condamnation d’Ousmane Sonko, les autorités sénégalaises avaient décidé de bloquer Internet et les réseaux sociaux pour limiter la diffusion des messages de haine. La situation a évolué depuis lors.

Dans un communiqué publié le mardi 6 juin, Moussa Bocar Thiam, ministre sénégalais de la Communication, des Télécommunications et de l’Economie numérique, a annoncé le rétablissement de l’Internet mobile sans distinction de plages horaires. Les réseaux sociaux, en l’occurrence Facebook, YouTube ou encore TikTok sont quant à eux toujours restreints.

« Le ministère de la Communication, des Télécommunications et de l'Economie numérique informe que la connexion Internet des données mobiles est rétablie sans distinction de plages horaires. Les opérateurs de téléphonie ont été requis aux fins de mettre en œuvre la mesure », peut-on lire dans le communiqué.

Pour rappel, c’est dans l’après-midi du 4 juin que les autorités sénégalaises ont décidé de suspendre de façon temporaire Internet dans le pays. Cette décision a été justifiée par « la diffusion de message haineux et subversifs dans un contexte de trouble à l’ordre de public dans certaines localités du territoire national ».

En effet, les manifestations se sont multipliées dans les villes du pays, notamment dans la capitale Dakar, après la condamnation à deux ans de prison ferme de l’opposant Ousmane Sonko, président du parti Patriotes africains du Sénégal pour le travail, l'éthique et la fraternité (Pastef), pour « corruption de la jeunesse », ce qui le rend inéligible pour les prochaines élections présidentielles au Sénégal.

Par ailleurs, malgré le blocage des plateformes de réseaux sociaux, les Sénégalais ont recours à des réseaux privés virtuels pour y accéder  pour diffuser divers messages et partager la situation dans le pays.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi :

Sénégal : le gouvernement suspend les services Internet mobile, après le blocage des réseaux sociaux

Sénégal : Facebook, WhatsApp, Twitter... bloqués dans un contexte de manifestations pro-Sonko

Posted On mercredi, 07 juin 2023 13:23 Written by
Page 5 sur 9

Please publish modules in offcanvas position.