Télécom

Télécom (116)

L’inclusion financière numérique est un sujet important sur le continent africain. L’accès limité des populations africaines à certains services financiers ont motivé un partenariat stratégique.

Visa, une entreprise américaine opérant dans les technologies financières, et la GSMA Mobile for Development Foundation [GSMA Foundation (la GSMA étant l’Association mondiale des opérateurs de téléphonie)] ont annoncé le lundi 26 février au Mobile World Congress à Barcelone, en Espagne, le lancement de l’initiative Digital Finance for All (DFA). L’objectif est d’accélérer l’inclusion financière numérique pour 20 millions de personnes en Afrique, en Asie et en Amérique latine.

La DFA mettra en place des ressources techniques pour assurer l’éducation financière des femmes, des petits exploitants agricoles et des propriétaires de nano, micro et petites entreprises, dans les pays des régions concernés, pour les aider à accéder aux services d'argent mobile et à les adopter.

« Chez Visa, nous pensons que les paiements numériques sont essentiels pour inclure tout le monde dans l'économie numérique en aidant à fournir un accès aux moyens de subsistance économiques. En collaboration avec la GSMA Foundation, nous cherchons à renforcer les capacités des communautés mal desservies à travers le monde et à leur fournir un accès égal afin d'aider à construire un meilleur avenir financier pour tous », a indiqué Chiagozie Nwabuebo, vice-président de la croissance mondiale et de l'impact social chez Visa.

Bien qu’en constante progression ces dix dernières années, le taux de bancarisation en Afrique est le plus faible au monde. De plus en plus d’Africains se sont tournés vers le mobile money et avec la prolifération des fintech sur le continent, ce moyen de paiement numérique est devenu indispensable dans cette partie du monde.

Selon le rapport « State of the Industry Report on Mobile Money 2023 » de la GSMA, le nombre de comptes mobile money en Afrique a progressé de 17 % à 763 millions pour un volume de transactions avoisinant les 832 milliards $, en croissance de 22 % par rapport à 2021. En Amérique latine et en Asie, ces chiffres ont également progressé mais dans une moindre proportion.

Ashley Olson Onyango (photo, à gauche), responsable de l'inclusion financière et de l'agro-technologie à la GSMA, explique que « l'argent mobile peut jouer un rôle transformateur en faisant progresser l'inclusion financière et la résilience pour les près de 2 milliards de personnes qui ne sont toujours pas bancarisées dans le monde. Cependant, le manque de connaissances numériques et financières est un obstacle majeur à l'accès aux services financiers numériques ».

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi:

Mobile Money en Afrique : 15 ans d’opportunités et de nouveaux défis

Posted On mardi, 27 février 2024 14:20 Written by

Après un atterrissage à Dakar au Sénégal et à Accra au Ghana, respectivement en novembre et décembre dernier, l’infrastructure télécoms poursuit sa route à travers la sous-région d’Afrique de l’Ouest. 

Le câble sous-marin de fibre optique 2Africa a atterri a Lagos au Nigeria. L’annonce a été faite dans un communiqué publié le jeudi 8 février par Bayobab (anciennement MTN GlobalConnect), l’un des partenaires investisseurs dans l’infrastructure télécoms au même titre qu’Orange, Meta ou encore China Mobile International. 

2Africa sera le septième système sous-marin de fibre optique auquel le Nigeria sera connecté. Le pays tire déjà une partie de sa connectivité à haut débit des câbles Equiano de Google, SAT3, MainOne, Glo1, Africa Coast to Europe (ACE) et West Africa Cable System (WACS). Ce nouvel atout représente la contribution du secteur privé dans le projet d’amélioration de l’accès au haut débit initié depuis 2020 par le gouvernement. L’objectif est la couverture de 90% du territoire national d’ici 2025.

Alors que l’économie numérique se développe au niveau mondial, l’accès de la connectivité à haut débit demeure un défi en Afrique où elle a pourtant la capacité de libérer de nombreuses opportunités de développement. Les réseaux sont encore largement concentrés dans les zones urbaines. Une situation qui entrave la réduction de la fracture numérique, au cœur de la bataille pour l’inclusion que mènent de nombreuses organisations comme l’Union internationale des télécommunications depuis 30 années.

Au Nigeria en particulier, l’importance du haut débit n’est plus à démontrer. L’impact que le service a sur l’écosystème start-up national se traduit depuis dix ans par le dynamisme de ses tech entrepreneurs dont les solutions répondent à des besoins locaux pratiques et réels. Le Nigeria est aujourd’hui l’un des écosystèmes start-up qui attire le plus d’investissements étrangers en Afrique.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi:

Nigeria : le gouvernement lance l'Alliance nationale pour le haut débit, une initiative pour accélérer l'accès à Internet

Posted On lundi, 12 février 2024 16:46 Written by

Les pays africains investissent de plus en plus dans l’industrie spatiale. Ils s’allient également à d’autres pays ambitieux dans le secteur pour développer leurs compétences.

Nilesat, une compagnie égyptienne de satellites, a annoncé le mercredi 9 février la signature d’un protocole d’accord avec Es'hailSat, un opérateur qatari de satellites de communication. L’objectif des deux entreprises est d’offrir aux populations de la région Afrique du Nord et Moyen-Orient (MENA) plusieurs services via leurs satellites tels que le streaming vidéo, la connectivité, les télécommunications ou encore les technologies numériques.

« Nous sommes ravis de nous associer à Es'hailSat pour offrir une gamme complète de solutions satellitaires à nos clients dans la région MENA. [...] Ce partenariat représente un développement important dans l'industrie satellitaire de la région. En combinant l'expertise et les ressources des deux entreprises, Nilesat et Es'hailSat sont bien placés pour répondre aux besoins évolutifs des clients de la région et contribuer à sa croissance économique », a déclaré Sameh Katta, président-directeur général de Nilesat.

Depuis quelques années, on observe un regain d’intérêt des pays africains pour le secteur spatial. Selon « Annual Space Industry Annual Report 2023 » publié par Space in Africa, une société d'analyse et de conseil axée sur l'industrie africaine de l'espace et des satellites basée au Nigeria, les pays africains ont alloué 425,01 millions $ au financement des activités spatiales en 2023. L’Egypte, l’un des leaders de ce domaine sur le continent, n’est pas en marge de regain d’intérêt.

Pour rappel, l'Agence spatiale égyptienne (EgSA) a lancé la semaine dernière le satellite expérimental NExSat-1. Selon des propos de Sherif Sedk, directeur général de l'EgSA en décembre dernier, deux autres satellites, (AfdevSat (African Development Satellite) et SPNEX (Space Plasma Nanosatellite Experiment), seront lancés en 2024. L’objectif est de devenir une référence dans l’industrie spatiale.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi:

L’Egypte lance le satellite expérimental NExSat-1

Posted On jeudi, 08 février 2024 14:01 Written by

Dans le cadre de ses ambitions de transformation numérique, le gouvernement sud-africain veut généraliser le haut débit dans le pays. L’objectif est de permettre à la population de profiter pleinement des services en cours de numérisation et de créer des emplois.

Le ministère des Communications et de la Transformation numérique d'Afrique du Sud a récemment prolongé de deux ans la date limite de désactivation complète des réseaux 2G et 3G dans le pays. Initialement prévue pour juin 2024 pour la 2G et mars 2025 pour la 3G, la désactivation complète a été repoussée au 31 décembre 2027 pour les deux réseaux. Le processus de mise hors service commencera le 1er juin 2025.

« Cette date limite a pour but de laisser aux opérateurs de réseaux mobiles une certaine marge de manœuvre et de leur permettre de décider quel réseau doit être éteint en premier. Certains opérateurs ont indiqué qu'ils commenceraient à fermer les réseaux 3G en juin 2024 pour soutenir cette politique », a fait savoir le ministère.

Cette décision s'inscrit dans le cadre d'un projet de politique sur l'octroi de licences pour le « spectre de radiofréquences de la prochaine génération » initié par le cabinet du ministre des Communications et publié en septembre 2022. Elle vise à libérer le spectre des radiofréquences afin de le réaffecter à des technologies plus avancées telles que la 4G et la 5G, améliorant ainsi la connectivité et la vitesse des communications mobiles dans le pays.

Cette transition vers des technologies plus avancées vise également à encourager les investissements dans les infrastructures de télécommunication pour soutenir ces nouvelles technologies. Ce qui entraînerait des améliorations notables de l'infrastructure de communication à travers le pays, renforçant ainsi la connectivité et la couverture du réseau.

En outre, l'adoption de technologies plus avancées telles que la 4G et la 5G stimulerait l'innovation dans les services et applications basés sur la connectivité mobile. Cette stimulation de l'innovation favorisera le développement de nouveaux services, industries et opportunités commerciales, avec un impact positif potentiel sur l'économie du pays et la création d'emplois.

Samira Njoya

Lire aussi:

La Zambie décide de mettre fin à la technologie 2G pour connecter pleinement sa population 

Posted On mercredi, 07 février 2024 12:17 Written by

La demande en haut débit croît rapidement en Afrique depuis 2019. Une aubaine pour différents fournisseurs de services qui y voient diverses opportunités d’affaires. Les investissements financiers dans les réseaux se renforcent en conséquence.

Le propriétaire, opérateur et développeur d'infrastructures de communications partagées IHS Nigeria a annoncé, mercredi 31 janvier, l'achèvement d’un réseau de 10 000 kilomètres de câbles à fibre optique. L’infrastructure qui traverse les 36 Etats du pays et le territoire de la capitale fédérale a été déployée de bout en bout par sa filiale Global Independent Connect Limited (GICL). Au réseau de fibre optique, s’ajoute la couverture de réseau mobile dans plus de 580 communautés rurales du Nigeria jusqu'alors non connectées.

Selon Kazeem Oladepo, le vice-président de GICL, « les réseaux de fibre optique métropolitains et longue distance limités continuent d'être un obstacle à l'amélioration des services de communication existants et à l'introduction de technologies et de services numériques émergents au Nigeria. Notre approche du déploiement de câbles à fibre optique se concentre sur la mise en œuvre de réseaux sur une base d'infrastructure partagée et à accès ouvert, en fournissant des paires de fibres robustes et évolutives et des conduits alternatifs pour garantir que plusieurs opérateurs peuvent utiliser l'infrastructure ».

Il a souligné que grâce à des collaborations de GICL avec de multiples parties prenantes, « notamment nos clients et des agences étatiques et fédérales, nous avons réalisé un volume important de livraison de réseaux de câbles à fibre optique en moins de trois ans ».

L’investissement d’IHS dans l’infrastructure télécom au Nigeria est hautement stratégique pour l’entreprise qui y entrevoit de fortes opportunités de croissance pour ses revenus. Depuis 2020, le gouvernement fédéral du Nigeria a fait du haut débit un enjeu de développement national. A travers le plan national mis en œuvre à cet effet depuis 2020, l’objectif principal est l’atteinte d’un taux de pénétration de 90 % en 2025.

En soutenant cette couverture, IHS s’assure que son offre de services aussi bien pour le secteur public que privé sera incontournable. L’entreprise aura ainsi la capacité de renforcer sa présence sur le marché local où il est en concurrence avec Pan African Towers, INT Towers ou encore ATC Nigeria.

Lire aussi:

Nigeria : le gouvernement lance l'Alliance nationale pour le haut débit, une initiative pour accélérer l'accès à Internet

Posted On mardi, 06 février 2024 17:35 Written by

Pour soutenir sa vision de faire du Kenya une plaque tournante du numérique sur le continent, le président kényan s’était rendu dans la Silicon Valley en novembre dernier pour s’entretenir avec plusieurs dirigeants d’entreprises technologiques américaines. Il les a exhortés à investir dans son pays.

Oracle, une entreprise américaine opérant dans le secteur technologique, construira son deuxième centre de données africain à Nairobi, au Kenya. L’annonce a été faite le mercredi 31 janvier au cours d’une audience accordée par le président William Ruto (photo, au centre)à une délégation de la firme américaine emmenée par Scott Twaddle, vice-président senior responsable des produits et industries chez Oracle Cloud Infrastructure (OCI).

L’objectif est de stimuler la transformation numérique du gouvernement, des institutions publiques, des entreprises et des start-up au Kenya.

« Nous sommes ravis de voir Oracle planifier un investissement aussi important au Kenya. [...] Je suis ravi de voir de grandes entreprises technologiques comme Oracle investir au Kenya et apporter des technologies de pointe telles que l'IA et les applications cloud qui profiteront aux citoyens kényans, en particulier en matière de création d'emplois », a indiqué William Ruto.

Les centres de données sont des infrastructures essentielles qui stockent, gèrent, traitent et diffusent des données. Ils fournissent les ressources nécessaires au fonctionnement de services en ligne, d'applications, de sites web, de bases de données et d'autres systèmes informatiques. Leur marché est en pleine expansion sur le continent.

Outre Oracle, plusieurs entreprises telles que Microsoft, Amazon, Africa Data Centres ou encore Huawei investissent dans le secteur. Cet intérêt pour le continent s’explique par la faible disponibilité des régions cloud en Afrique. D’après les données de l’Union internationale des télécommunications, moins de 2% des centres de données du monde se trouvent sur le continent africain.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi:

Ghana : Africa Data Centres s’associe à la DFC pour construire un centre de données ultramoderne de 50 millions $

Raxio Data Centres lève 46 millions $ pour se développer en Afrique

Posted On jeudi, 01 février 2024 14:14 Written by

Avec la transformation numérique massive, les investissements se multiplient pour offrir aux populations africaines une connectivité de qualité. L'objectif est de combler la fracture numérique et de satisfaire toutes les couches sociales.

Le ministre algérien de la Poste et des Télécommunications, Karim Bibi Triki (photo), a annoncé le lundi 29 janvier une augmentation significative de la capacité de la bande passante internationale en Algérie. Elle est désormais portée à 9,8 Tbit/s, comparé à 7,8 Tbit/s en 2022, 2,8 Tbit/s en 2021, et 1,5 Tbit/s au début de 2020.

Selon le communiqué du ministère, cette augmentation vise à offrir une plus grande flexibilité, soulignant l'importance stratégique de la bande passante internationale dans la sécurisation et la pérennisation des services Internet.

Cette initiative s'inscrit dans la stratégie globale de renforcement des capacités de la bande passante internationale de l'Algérie, en parallèle avec le déploiement du programme de modernisation et de développement des infrastructures de télécommunications. L'objectif principal est d'anticiper la demande croissante d'Internet et de garantir un accès à très haut débit.

Selon le rapport « Digital 2023 » du cabinet international Datareportal, la vitesse médiane de connexion Internet mobile via les réseaux cellulaires en Algérie a atteint 13,40 Mbps, enregistrant une hausse de plus de 17 % au cours des 12 mois précédant le début de 2023. Pour l'Internet fixe, la vitesse a atteint 11,01 Mbps, avec une augmentation de 1,23 Mbps par rapport à 2022.

Cette augmentation de la bande passante à  9,8 Tbit/s permettra de soutenir l'introduction de nouvelles technologies telles que la 5G, l'Internet des objets (IoT) et d'autres services émergents. Elle renforcera également la résilience du réseau, répondant ainsi à la demande croissante de services nécessitant une transmission rapide de données, tels que le streaming vidéo, les jeux en ligne, et autres applications gourmandes en bande passante.

Samira Njoya

Lire aussi:

En Algérie, Dz Hadina Tech crée et favorise l’innovation et le business grâce à l’entrepreneuriat numérique 

Posted On jeudi, 01 février 2024 13:58 Written by

L’économie numérique africaine vaudrait 712 milliards $ d’ici 2050, soit 8,5 % du PIB continental. Cette forte croissance justifie la mise en œuvre de stratégies de transformation numérique dans de nombreux pays africains, dont la Côte d'Ivoire qui accélère son processus.

La Côte d'Ivoire ambitionne de mettre en service dans les prochains mois, les 5 207 kilomètres de fibre optique réalisées sur les 7 000 km à déployer sur l’ensemble du territoire d’ici 2025. Ibrahim Kalil Konaté, ministre de la Transition numérique et de la Digitalisation, l’a annoncé le vendredi 26 janvier lors de la cérémonie de présentation des vœux au sein de son ministère.

L'objectif de ce projet est de fournir un accès Internet à haut débit, essentiel pour l'adoption généralisée des services dématérialisés, ouvrir de nouvelles opportunités socioéconomiques et réduire la fracture numérique.

Le projet a été initié en 2012, avec l'ambition de créer une « autoroute de l'information » ou « backbone » de 7 000 km, servant de colonne vertébrale à un réseau haut débit. Pour concrétiser cette vision, le gouvernement a choisi Axians pour la réalisation de 1 920 km de fibre optique, travaillant en partenariat avec l'Agence nationale du service universel des télécommunications, une agence publique relevant du ministère des Télécommunications de la Côte d'Ivoire. D'autres acteurs majeurs impliqués dans ce projet sont Sagemcom et Bouygues Energies & Services.

Au-delà du déploiement de la fibre optique, d'autres projets numériques sont prévus pour cette année, notamment la mise en œuvre de la nouvelle loi sur les start-up adoptée en 2023, ainsi que l'augmentation du taux de couverture de la 4G, visant à le faire passer de 63% à 90%.

Toutes ces actions s'inscrivent dans le cadre de la stratégie nationale de développement numérique à l'horizon 2025, élaborée par le ministère chargé de l'Economie numérique et adoptée lors du Conseil des ministres du 22 décembre 2021. Le ministre Konaté, qui affiche un optimisme prononcé quant à l'impact de la transformation digitale sur l'économie ivoirienne, estime qu'elle pourrait entraîner une augmentation significative de 6 à 7 points du produit intérieur brut (PIB) et permettre de mobiliser entre 2 000 milliards FCFA (3,3 milliards USD) et 3 500 milliards FCFA.

Samira Njoya

Lire aussi:

La Côte d'Ivoire a besoin de plus de 3 milliards USD pour réaliser son programme d'infrastructures numériques 

Posted On lundi, 29 janvier 2024 12:32 Written by

Le gaming en ligne a pris de l’ampleur à travers le monde avec le développement de l’accès à la connectivité à haut débit. En Afrique, le marché connaît une éclosion rapide, portée par une jeunesse passionnée d’innovation et de technologie.

14 pays africains sont réunis à Abidjan en Côte d’Ivoire dans le cadre d’une édition spéciale « d'Orange eSport Experience » autour de l'eFootball. La rencontre qui se tient du 19 au 20 janvier à l’ocassion de la Coupe d’Afrique des Nations 2023 (CAN) regroupe les jeunes passionnés de gaming du continent. Les équipes de Côte d'Ivoire, Cameroun, Guinée, Madagascar, Mali, Maroc, République démocratique du Congo, Sénégal, Centrafrique, Sierra Leone, Bénin, Ghana, Gabon et Togo se disputent pendant deux jours le titre de champion d'Afrique.

Brelotte Ba, directeur adjoint Orange Afrique et Moyen-Orient, commente : « l'Orange eSport Experience, au-delà d'être une compétition, incarne notre engagement pérenne envers l'eSport en Afrique […] Cette édition spéciale eFootball 2024 à Abidjan, en marge de la CAN 2023, illustre notre vision à long terme, où le jeu électronique devient un vecteur d'innovation, de création d'emplois, et de rayonnement pour la jeunesse africaine ».

Depuis 2016, le groupe Orange accompagne le développement du eSport en Afrique à travers l’organisation de compétitions nationales et internationales destinées à faire émerger de jeunes talents du « gaming » de la région. L’entreprise souhaite créer des opportunités pour les jeunes talents du gaming, favorisant leur épanouissement et contribuant à l'évolution de l'écosystème eSportif sur le continent.

Le jeu vidéo a évolué en une discipline professionnelle créatrice d'emplois, notamment dans la cybersécurité, l'IA et l'Open Innovation. L'eSport représente aujourd'hui un marché mondial dépassant le milliard de dollars. Officiellement créée en 2018, la compétition « Orange eSport Experience » a déjà connu 4 éditions de finale panafricaine.

Mamadou Bamba, le directeur général d’Orange Côte d’Ivoire, affirme que « l'Orange eSport Experience, c'est la fusion de la passion du gaming et de l'esprit sportif, créant un spectacle captivant pour les joueurs et les fans. Notre engagement continu dans l'eSport en Afrique va au-delà de l'événement, renforçant notre lien avec la jeunesse connectée et affirmant notre positionnement innovant et dynamique. En soutenant l'eSport en Afrique, nous investissons dans les aspirations des jeunes, stimulant la créativité, l'inclusion et l'émergence de nouveaux talents ».

Lire aussi:

Côte d’Ivoire : grande finale régionale du championnat panafricain « Orange Esport Expérience » les 28 et 29 janvier

Posted On lundi, 22 janvier 2024 08:32 Written by

Avec la data, le Mobile Money est aujourd’hui un relai de croissance privilégié pour de nombreuses sociétés télécoms opérant en Afrique. Le développement d’offres et services innovants dans le segment est devenu l’une des principales préoccupations. Il faut séduire davantage de consommateurs.

L’opérateur de téléphonie mobile Orange Madagascar a dévoilé, jeudi 18 janvier, le lancement de deux innovations destinées à renforcer l’accessibilité des populations au service financier mobile Orange Money. La première innovation, c’est la possibilité offerte à tout le monde d’avoir un compte Orange Money peu importe sa carte SIM à Madagascar. La seconde se traduit par le pouvoir donné aux consommateurs d’ouvrir eux-mêmes un compte Orange Money.  Le tout, depuis l’application mobile « Orange Money Africa ».

Frédéric Debord, le directeur général d’Orange Madagascar, a expliqué que le pouvoir accordé aux consommateurs leur évitera les files d’attentes, les déplacements en agence, ou encore les formulaires papier. Ils saisiront eux-mêmes leurs informations personnelles, ajouterons les documents d’identité nécessaire, la photo et valideront leur contrat.

En temps réel et entièrement sécurisée selon Orange, l'ouverture d'un compte Orange Money donnera immédiatement accès à des services essentiels à savoir déposer et retirer de l’argent en cash point, envoyer de l’argent à moindre frais vers tous les détenteurs de compte mobile money, payer en ligne et en magasin, régler ses factures, recevoir son salaire ou encore des transferts depuis l’étranger.

A travers ces deux innovations, Orange Madagascar apporte plus de commodité aux Malgaches. L’entreprise vise également un accroissement de sa base d’abonnés Orange Money ainsi que celle des transactions financières qui seront effectuées via le service. Au final, c’est une augmentation du revenu généré par l’entreprise qui est espérée.

Pour accéder à un compte complet Orange Money offrant plus de services, Orange Madagascar indique que les consommateurs devront se soumettre à des contrôles secondaires pour renforcer la sécurité autour de leurs opérations.

Lire aussi:

Orange inaugure son troisième laboratoire 5G d'Afrique à Madagascar

Posted On vendredi, 19 janvier 2024 16:32 Written by
Page 2 sur 9

Please publish modules in offcanvas position.