Télécom

Télécom (116)

Le faible taux de pénétration d’Internet et la demande croissante pour le haut débit ont attiré de nombreux investisseurs internationaux et locaux en République démocratique du Congo. Pour satisfaire la population, les entreprises s’unissent et développent des stratégies communes.

CSquared, une société spécialisée dans la construction et l’exploitation de réseau de fibre optique en Afrique, et Raxio, un opérateur de gestion de centres de données à travers l’Afrique, ont signé le vendredi 21 avril à Kinshasa un protocole d’accord visant à améliorer la connectivité Internet en République démocratique du Congo.

Yannick Sukakumu (photo, à gauche), le directeur général de Raxio en RDC, explique que le protocole d’accord apporte la pièce manquante à Raxio pour servir ses clients dans le pays. Il permettra à CSquared RDC de connecter les différents centres des données Raxio afin de permettre à tous les clients de bénéficier de la meilleure connexion Internet.

Le partenariat s’inscrit dans le cadre de l’ambition de Raxio visant à déployer un certain nombre des centres de données pour pouvoir héberger des équipements informatiques, des infrastructures critiques de communication, entre autres. Pour CSquared, cette collaboration fait partie d’une stratégie cohérente visant à étendre son empreinte à toute l’Afrique dans un contexte marqué par la forte demande en connectivité à haut débit sur le continent.

« En mettant en place les infrastructures telles que la fibre optique et des centres de données, en les connectant avec les solutions et services technologiques existant, nous pensons que cela forme un écosystème qui va soutenir le développement de la créativité de nos jeunes qui en ont pertinemment besoin », a déclaré Alain Malanda (photo, à droite), le directeur-pays de CSquared RDC

Samira Njoya

Lire aussi :

RD Congo : Raxio démarre la construction de son centre de données de Kinshasa

Posted On mercredi, 26 avril 2023 12:51 Written by

La connectivité est certes présente en Afrique, mais demeure à des vitesses assez limitées. Les opérateurs de télécommunications renforcent leurs infrastructures à haut débit pour mieux y répondre.

Mauritius Telecom, le plus important fournisseur d'accès à Internet et distributeur de services cellulaires de l'île Maurice, a annoncé le vendredi 24 mars la pose du câble sous-marin à fibre optique T3 à Maurice. La première extrémité de la nouvelle infrastructure a atterri le jeudi 23 mars 2023 à la station d'atterrissage de Baie-du-Jacotet, dans la région de Bel Ombre, sur l'île de l'océan Indien. L’autre extrémité atterrira plus tard cette année à Amanzimtoti, dans la province du KwaZulu-Natal, en Afrique du Sud.

« Avec l'adoption rapide d'applications et de services tels que l'informatique en nuage, les objets connectés, le streaming vidéo et autres, il était essentiel pour Mauritius Telecom de mettre en place l'infrastructure et la capacité nécessaires », a déclaré Kapil Resaul, PDG de Mauritius Telecom.

Long de 3 200 km, le câble T3 dispose d’une capacité de 18 térabits par seconde, garantissant à Mauritius Telecom un réseau plus fiable, plus robuste et redondant. Sa mise en service est prévue pour fin 2023 et sa durée de vie est estimée à 25 ans.

T3 est une reprise partielle du projet de câble sous-marin IOX qui devait relier Maurice à l'Afrique du Sud et à l'Inde. Annoncé pour la première fois en 2017, il a été abandonné en 2019. Il s'ajoutera donc aux câbles sous-marins existants de Mauritius Telecom, à savoir South Africa Far East (SAFE) et Lower Indian Ocean Network (LION), mis en service respectivement en 2002 et 2009.

Rappelons que Mauritius Telecom est détenu à 40 % par Orange SA à travers la société Rimcom Ltd, le gouvernement conserve plus de 30 % et la banque locale SBM détenant environ 19 %.

Samira Njoya

Lire aussi :

Orange connectera le Sénégal à un 5e câble sous-marin à fibre optique

Posted On mardi, 28 mars 2023 13:00 Written by

Le Burkina Faso comme plusieurs autres pays d’Afrique est engagé dans le processus de transition numérique. Le pays ambitionne de faire du numérique un instrument de transformation de la société afin d’accélérer le développement socioéconomique.

Le gouvernement du Burkina Faso a choisi la société Bridge Fiber Solutions (BFS) pour exploiter et gérer la dorsale nationale des télécommunications du pays. La société a lancé ses activités commerciales à Ouagadougou le vendredi 10 mars en présence de la ministre de la Transition digitale, des Postes et des Communications électroniques, Aminata Zerbo-Sabané (photo, au centre).

S’exprimant sur cette nouvelle étape vers une transition numérique effective, Aminata Zerbo-Sabané a déclaré que « le gouvernement a fait un important investissement en construisant ce backbone national qui permet de mailler l’ensemble du territoire en fibre optique pour pouvoir mettre à la disposition des entreprises et de l’administration publique, une connexion haut débit, dans le but d’accélérer cette digitalisation ».

Ainsi, grâce à l’agrément du gouvernement, BFS devient l’unique gestionnaire du réseau backbone public du Burkina Faso. Il devra dans le cadre de cette nouvelle mission fournir aux sociétés télécoms et autres entités différents services tels que la location de capacité ; la location de fibre noire ; la location de longueur d’onde ; la location de fourreaux, ainsi que l’accès à Internet. Il pourra aussi investir dans la modernisation et l’extension du réseau au besoin.

Pour rappel, le projet de la technologie backbone national des télécommunications a été lancé en 2016 par le gouvernement avec pour objectif de développer la connectivité nationale et internationale à large bande en interconnectant les 45 provinces du Burkina Faso par une fibre optique d’une longueur de 3 000 km.

Selon Boris Compaoré le directeur de BFS, ce lancement d’activité est le début d’un long processus qui vise à court terme à réduire la fracture numérique et à offrir des services d’accès à Internet de qualité et à des conditions favorables aux différentes entreprises du numérique et à l’administration, ceci à des coûts très compétitifs.

Samira Njoya

Lire aussi :

BurkinaFaso : les agents de l'Etat recevront désormais leur bulletin de paie de manière électronique

Posted On mardi, 14 mars 2023 09:33 Written by

Le secteur minier joue un rôle important dans l’économie sud-africaine. Il est donc important d’y apporter des solutions nouvelles en vue de sa numérisation et la simplification des méthodes de travail.

Ericsson, une entreprise suédoise de télécommunications, a annoncé, le jeudi 2 mars, la signature d’un accord avec le spécialiste mondial de logiciels de simulation Comsol pour la fourniture de la  solution « Ericsson Private 5G » au sein de l'industrie minière en Afrique du Sud.

Grâce à la solution de connectivité haut de gamme d'Ericsson et à l'expertise de Comsol en matière d'exploitation minière et d'intégration de systèmes, la nouvelle collaboration permettra à l'industrie minière de bénéficier d'une connectivité autonome 4G/LTE et 5G robuste, et aidera les clients de Comsol à optimiser et simplifier les opérations commerciales par la création, la collecte et l'analyse de données.

« Nous sommes ravis de proposer à Comsol notre solution de réseau privé pré-packagée et pré-intégrée, Ericsson Private 5G. Grâce à sa connectivité fiable, rapide et sécurisée, les clients de Comsol disposeront d'une plateforme leur permettant de mettre en œuvre des solutions intelligentes innovantes pour une meilleure efficacité opérationnelle et une plus grande sécurité », s’est réjoui Todd Ashton (photo, à gauche), vice-président et responsable de l'Afrique du Sud et de l'Est chez Ericsson Moyen-Orient et Afrique.

Ainsi, l'accord donne à Comsol le droit de revendre la solution de réseau sans fil à haut débit Ericsson Private 5G. Il permettra à Comsol de développer son activité d'entreprise au sein du secteur minier local qui est l’un des principaux domaines d'investissement en Afrique du Sud.

Le pays est le premier producteur mondial de chrome et de platine. Les dernières données de Statistics South Africa (Stats SA) sur la production minière révèlent que la production totale a augmenté de 11,2 % en 2021 par rapport à 2020. Comsol utilisera donc la solution Private 5G pour expérimenter et tester divers cas d'utilisation pour l'exploitation minière et d'autres secteurs, notamment la réalité augmentée, les véhicules autonomes et l'accès sans fil fixe.

Samira Njoya

Lire aussi :

La GSMA et le CDC collaborent pour faire de l'Internet mobile un atout pour combattre les maladies en Afrique

Posted On mardi, 07 mars 2023 11:45 Written by

La transformation numérique a pris un coup d’accélérateur à travers le monde en 2020. A travers leurs différents marchés, les opérateurs télécoms repensent leurs approches commerciales afin de mieux répondre aux nouveaux besoins des consommateurs.

Le groupe télécoms français Orange a dévoilé son nouveau plan stratégique horizon 2025 le jeudi 16 février. Baptisé « Lead the future », pour « diriger le future » en français, il axe les futures actions de l’entreprise autour de quatre points majeurs qui se regroupent sous une seule vision : l’excellence opérationnelle dont la finalité est un accroissement de la rentabilité financière.

Orange prévoit d’améliorer sa qualité de service en innovant davantage dans les offres pour perfectionner l’expérience client ; investir dans des infrastructures réseaux plus robustes et innovantes afin d’offrir un accès aux services télécoms de qualité au plus grand nombre ; renforcer sa présence dans le segment Entreprise et la cybersécurité en particulier ; maintenir la croissance en Afrique et au Moyen-Orient.

En Afrique particulièrement, Orange a prévu de maintenir le déploiement des réseaux fixe et mobile (4G et 5G) afin d’accompagner la solide croissance de ses résultats et de soutenir le développement économique et social du continent.

Le groupe accélérera la transformation d’Orange Money pour pivoter vers un modèle de plateforme digitale qui offrira des services, au-delà du transfert et du paiement. Le service sera proposé à tous les consommateurs, qu’ils soient clients d’Orange ou non, dans l’ensemble des pays où le groupe est présent. Fin 2022, la société a déclaré une augmentation de sa base clients de plus de 29 millions d’utilisateurs actifs et une valeur des transactions de plus de 100 milliards d’euros sur l’année.

Les actions de la société télécoms se poursuivront aussi dans le renforcement de son ancrage local et sa position d’opérateur multi-services à travers le déploiement de ses « Orange Digital Centers ». Le groupe investira aussi dans la formation de ses employés en facilitant leur évolution vers de nouveaux métiers de la data, du cloud, de la cybersécurité ou de l’IA.

Dans l’ensemble de ses marchés, Orange fait également de la responsabilité sociale et environnementale une priorité. Avec une politique ambitieuse, l’entreprise s’engage à lutter contre le réchauffement climatique via son programme de réduction des émissions de CO2 pour diminuer de plus de 30 % ses émissions de carbone en 2025 et de 45 % de plus d’ici 2030.

Muriel Edjo

Lire aussi :

« Djoliba contribue fortement au développement de la connectivité au Mali, au Burkina Faso, et en Guinée Bissau »

Posted On vendredi, 17 février 2023 08:42 Written by

Dans le cadre de son projet de transformation numérique, le Cap-Vert multiplie les partenariats avec d’autres pays. Après le Sénégal et leur projet commun d’interconnexion par fibre optique sous-marine, l’archipel vient de s’allier au Portugal pour favoriser l’innovation technologique dans le pays.

L’institut capverdienne de promotion et d'appui aux entreprises « Cabo Verde Digital » et Startup Madeira, un incubateur d’entreprises basé à Madère au Portugal, ont signé le mercredi 15 février un accord de coopération visant à stimuler l’entrepreneuriat et à unir les deux archipels en matière de numérisation.

Soulignant l’importance de cette signature, Pedro Lopes, secrétaire d'Etat à l'Economie numérique du Cap-Vert, a déclaré qu’il permettra de « responsabiliser les jeunes entrepreneurs qui sont dans le domaine de la technologie, créer plus d'espaces de partage et développer des projets communs ».

Il convient de mentionner que l’accord de coopération intervient alors que le Cap-Vert est en plein chantier dans le secteur du numérique. Le pays s’apprête à accueillir son parc technologique d'une valeur de 40 millions €, qui viendra selon le gouvernement dynamiser le secteur des TIC en positionnant le Cap-Vert comme un centre international de services et comme une porte d’accès à l’Afrique pour les grandes compagnies technologiques internationales.

Même son de cloche pour l’île de Madère qui est elle aussi engagée dans la recherche et l'innovation. C’est dans cette optique que gouvernement de la région a lancé en 1997 la  Startup Madeira pour offrir  un véritable soutien aux promoteurs de projets et œuvrer pour la création et la modernisation d'entreprises dans tous les secteurs économiques.

Ainsi avec leur expérience commune, le Cap-Vert et Madère envisagent à travers cet accord d'identifier les futures synergies d'action et renforcer les écosystèmes d'entrepreneuriat dans les deux régions, ainsi que de favoriser la croissance des entreprises innovantes et numériques dans divers domaines.

Samira Njoya

Lire aussi :

La Côte d'Ivoire et le Cap-Vert envisagent une coopération numérique 

L'interconnexion par fibre optique sous-marine du Sénégal au Cap-Vert réalisée à près de 95 %

Posted On jeudi, 16 février 2023 12:35 Written by

Orange Madagascar multiplie les investissements dans les infrastructures en milieu rural pour apporter les services mobiles à la moitié non connectée de la population malgache. La société a signé en janvier un accord avec NuRan Wireless pour construire 500 nouveaux sites télécoms sur dix ans.

La société de télécommunications Orange Madagascar a signé un accord avec le constructeur de tours télécoms Africa Mobile Networks (AMN) pour étendre davantage la couverture de son réseau dans les zones rurales du pays. Les deux partenaires entendent déployer au moins 500 stations de base  sous le modèle Network-as-a-Service (NaaS) au cours des dix prochaines années.

Les sites qui seront construits dans le cadre de ce projet supporteront la 2G et la 3G. Le déploiement des sites a déjà commencé, et certains devraient être opérationnels avant la fin de 2023, apprend-on.

Ce partenariat intervient environ un mois après qu’Orange Madagascar a signé un accord similaire avec la société canadienne NuRAN Wireless pour déployer 500 sites télécoms sur la côte est de Madagascar. Ces investissements s’inscrivent dans le cadre de l’objectif de la société de s’imposer comme principal fournisseur de services numériques dans le pays.

L’investissement dans les zones rurales devrait permettre d’accélérer la réalisation de l’ambition d’Orange Madagascar, car ces zones concentrent un fort taux de personnes non connectées, donc de potentiels abonnés télécoms. Le projet devrait permettre à l’opérateur télécoms de toucher plus d’un million de nouveaux abonnés. Selon l’Autorité de régulation des technologies de communication (ARTEC), seulement 46,38 % de la population malgache a accès aux services mobiles.

Le projet permettra également de soutenir l’ambition d’AMN de contribuer à étendre le réseau mobile dans les zones rurales d’Afrique subsaharienne avec le déploiement de 10 000 tours à l’horizon 2025. La société a obtenu en novembre dernier un financement de 20 millions $ de Finnfund et BlueOrchard Finance à cet effet.

Isaac K. Kassouwi

Lire aussi :

SmartAfrica et Africa CDC collaborent pour faire des TIC des outils d’amélioration des soins et des systèmes de santé

Posted On jeudi, 16 février 2023 08:34 Written by

Après l’ouverture du 13e centre digital en Guinée en décembre, Orange se met à nouveau au service des jeunes en mettant sur pied un nouvel écosystème numérique entièrement dédié au développement des compétences numériques et à l’innovation.

L'opérateur de téléphonie Orange et la Coopération Allemande (GIZ) ont inauguré le vendredi 10 février à Freetown, en Sierra Leone, le 14e « Orange Digital Center » (ODC) d’Afrique et du Moyen-Orient.

Etabli sur une superficie de 500m², l’Orange Digital Center (ODC) de la Sierra Leone réunit comme les autres, quatre programmes stratégiques du groupe que sont : une école du code, un atelier de fabrication numérique (FabLab Solidaire) de la Fondation Orange, un accélérateur de start-up (Orange Fab), et Orange Ventures Afrique et Moyen Orient — le fonds d'investissement du groupe télécoms qui investit dans les start-up les plus prometteuses de l’Orange Digital Center.

Selon Brelotte Ba, directeur général adjoint d’Orange Afrique et Moyen-Orient, « le lancement de notre 14e Orange Digital Center aujourd'hui à Freetown, en Sierra Leone, fait partie d'un réseau de 32 Orange Digital Centers qui seront déployés non seulement en Afrique et au Moyen-Orient, mais aussi en Europe d'ici 2023. L'objectif est de démocratiser l'accès au numérique pour les jeunes — avec ou sans qualification. Nous voulons qu'ils participent à la transformation numérique de leur pays en les encourageant à devenir des entrepreneurs, à créer du contenu local et à développer ainsi l'économie numérique de la Sierra Leone ».

Le centre digital d’Orange arrive à point nommé en Sierra Leone. Le pays a récemment entamé la mise en œuvre de son projet national de transformation numérique grâce à une subvention de 50 millions $ obtenue auprès de la Banque mondiale. L’initiative pratique d’Orange vient appuyer celle du gouvernement qui milite pour la création d’emploi, le développement de compétences et le développement de nouvelles opportunités grâce au numérique.

Le centre, déjà opérationnel dans le pays, formera gratuitement les étudiants et déploiera des Orange Digital Center Clubs dans certaines universités, étendra la portée de l’ODC aux régions afin d’offrir au plus grand nombre l’accès aux nouvelles technologies et les aider à les utiliser pleinement.

Pour Jens Kraus-Massé, ambassadeur de la République fédérale d’Allemagne en République de Sierra Leone, l’objectif est « de donner à chaque femme, chaque fille, chaque homme et chaque garçon, quel que soit son milieu, les moyens de tirer parti des possibilités offertes par le digital, d'obtenir de meilleurs emplois et, à terme, de vivre mieux pour eux et leurs familles ».

Samira Njoya

Lire aussi :

Orange ouvre un Digital Center au Botswana et consolide son engagement en faveur de l’innovation et des compétences tech

Posted On lundi, 13 février 2023 15:35 Written by

Les réseaux télécoms ont subi d’énormes perturbations au cours de l’année 2022 au Cameroun. Pour la nouvelle année, les opérateurs de téléphonie misent gros pour développer davantage leurs services afin de satisfaire totalement la clientèle.

Orange, l’une des sociétés leaders des télécommunications au Cameroun, va investir 150 milliards FCFA (252 millions $) sur les 5 prochaines années pour sécuriser, étendre et moderniser son infrastructure réseau. Les responsables de l’opérateur de téléphonie l’ont annoncé le mardi 31 janvier, lors d’une rencontre de concertation avec les responsables de l’Agence de régulation des télécommunications (ART) à Yaoundé.

Soulignant l’intérêt de cette rencontre, Patrick Benon, le directeur général de l’entreprise au Cameroun, a déclaré qu’elle visait à présenter les actions d’Orange pour améliorer l’expérience client de façon générale. « Nous avons profité de cette rencontre pour présenter à l’ART notre plan d’investissement pour 2023, plan qui permettra d’assurer une meilleure qualité de service, une meilleure couverture réseau dans certaines localités où Orange Cameroun n’est pas présente, et aussi développer plus d’applications innovantes », a-t-il déclaré.

Ainsi, sur les 150 milliards FCFA annoncés, 30 milliards seront utilisés entre autres pour numériser l’ensemble des processus de services, notamment les plateformes de service. L’objectif est d’assurer la flexibilité et la simplicité d’accès et d’usages des offres, services et applications mis à leur disposition. Mais également de faciliter des parcours de service après-vente permettant d’offrir une expérience service client améliorée.

Quand à l’amélioration de la qualité de service, « Orange Cameroun a pris des engagements fermes avec l’ART, pour faire en sorte que la qualité réseau soit meilleure en 2023 », confie Patrick Benon.

Il convient de signaler que cette rencontre s’inscrit dans le cadre de la concertation engagée par le régulateur en vue de lever les blocages et freins au développement du secteur des télécommunications, et globalement de l’économie numérique au Cameroun. Elle fait suite au séminaire sur la qualité de service tenu en décembre 2022 à Yaoundé, sous l’égide du ministère des Postes et Télécommunications. 

Samira Njoya

Lire aussi :

Côte d'Ivoire : Orange connecte son centre de données à l'énergie solaire .

Posted On jeudi, 02 février 2023 12:17 Written by

Actuellement, présent dans 15 comtés du Kenya, Mawingu envisage grâce à ce nouveau financement ajouter 10 comtés supplémentaires à son réseau. L'objectif global est de connecter 250 000 Kényans au cours des cinq prochaines années.

Mawingu, le fournisseur de services Internet basé au Kenya a annoncé le mercredi 1er février, la clôture de son investissement de série B d’un montant de 9 millions de dollars. 6 millions de dollars ont été levés auprès d'InfraCo Africa par l'intermédiaire de sa branche d'investissement. L'E3 Capital et la Dutch Entrepreneurial Development Bank FMO ont apporté chacun 1,5 million de dollars.

« L'objectif de Mawingu n'est pas simplement de déposer un câble Internet au domicile de quelqu'un. Nous cherchons à aider nos clients à accéder à de nouvelles opportunités en matière de travail, d'éducation, de divertissement et de connexions sociales grâce à la puissance de l'Internet », a déclaré Farouk Ramji, le directeur général de Mawingu.

Depuis 2012, Mawingu fournit des services Internet (ISP) au Kenya, y compris dans les marchés ruraux et périurbains du pays. A ce jour, l’entreprise revendique plus de 7 500 utilisateurs actifs et plus de 300 000 clients hotspot desservis au Kenya.

Mawingu nourrit l’ambition d'apporter l'accès à Internet à 100 millions d’Africains. Selon Claire Jarratt, directrice des investissements d'InfraCo Africa, Mawingu contribue au développement économique du continent en fournissant l'Internet aux populations. « En tant que premier investissement dans les télécoms, Mawingu nous a séduits car ses services sont conçus pour fournir un accès Internet abordable adapté aux besoins des clients ruraux mal desservis », a-t-elle déclaré

Samira Njoya

Lire aussi :

Guinée : l’aéroport international Ahmed Sékou Touré se dote d’une connexion Wifi haut débit

Posted On mercredi, 01 février 2023 14:35 Written by
Page 6 sur 9

Please publish modules in offcanvas position.