Au Botswana, il y a plus de bétails que d’hommes. Plus de 100 000 fermes sont enregistrées dans le pays, mais la gestion s’avère difficile pour les propriétaires qui utilisent encore les méthodes traditionnelles.

Le Botswanais Thuto Paul Gaotingwe (photo) a mis au point une application qui fonctionne hors ligne pour permettre aux éleveurs du pays de mieux gérer leurs bétails et d’autres installations agricoles. Au départ, le but était de donner un coup de main à un ami, mais il s’est rapidement rendu compte que les éleveurs du Botswana ont un contrôle limité sur les processus d'élevage.

« Nous avons travaillé autour de méthodes innovantes qui leur permettent toujours d'améliorer la production et l'efficacité avec moins de changements par rapport à leurs anciennes méthodes », affirme-t-il.

L’objectif est de permettre de collecter efficacement les informations sur une ferme afin d’agir en conséquence en cas d’accroc. Le nom de la solution Modisar vient du mot tswana, une des plus anciennes langues bantoues de l’Afrique centrale, « Modisa » qui signifie littéralement « gardien de bétail ».

La solution aide les éleveurs et les producteurs à tenir différents registres d'élevage, registres d'exploitation, de finances et de production. L’application dispose d’un mode « assistant agricole intelligent » intégré, qui rappelle à l'agriculteur les tâches importantes à effectuer et les meilleures pratiques pour une agriculture rentable. Le mode « gestion des animaux », quant à lui, permet d'enregistrer presque tout ce qui concerne les animaux de la ferme, et il produit également une large gamme de rapports de production.

Modisar produit aussi des rapports de gestion, en synthétisant les informations recueillies sur les pratiques agricoles, et propose des solutions pour équilibrer les dépenses et optimiser les bénéfices. Elle intègre également une fonction qui permet de suivre les actifs, l'inventaire et les finances de l’exploitation agricole ou encore un module de suivi du bétail. Par exemple, elle envoie des alertes par SMS pour rappeler aux fermiers la vaccination de leurs animaux ou une insémination.

La start-up a décidé en novembre 2015 de mettre gratuitement sa base d’informations à la disposition de tous. 1 200 fermiers y ont souscrit dans un premier temps. L’application a remporté le prix POESAM en 2014.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi :  Avec Tulix, Brian Muriu donne aux Kényans de la diaspora le pouvoir de régler eux-mêmes leurs factures au pays

Published in Solutions

La solution numérique a déjà à son actif plusieurs milliers d’hectares de terres cultivables analysées dans plusieurs pays d’Afrique. A travers sa grande ambition qui est de contribuer à la sécurité alimentaire sur le continent, son fondateur veut aussi sortir les acteurs du secteur de la précarité.

La clinique agropastorale de Pyrrus Koudjou (photo), ClinicAgro, est actuellement engagée dans une opération de levée de fonds qui devrait lui permettre de poursuivre son développement.  La start-up spécialisée dans le domaine de l’agriculture technologique est née en 2019 de sa prise de conscience des difficultés touchant le secteur agricole, après une rencontre avec un agriculteur. L’informaticien camerounais décide alors de réfléchir à un moyen de fournir à la communauté agricole, qui vit quasiment les mêmes problèmes, diverses informations essentielles pour le succès de leurs activités.

« L'Afrique et le Cameroun en particulier ont besoin d'un apport stable en nourriture, d'autant plus que sa population croît exponentiellement. Dans ces conditions, nous devons accompagner les agriculteurs à optimiser leur production sur un minimum d'espace, à réduire leur empreinte écologique et à préserver les ressources naturelles pour les générations futures », explique l’entrepreneur social.

Connecté par Bluetooth à une application, le kit ClinicAgro propose des diagnostics poussés de sols et des maladies que peuvent subir les végétaux. Il permet en 60 secondes d’obtenir divers indicateurs tels que le taux de fertilité, le degré d’azote, phosphore et potassium ou l’indice de fertilité des nutriments. La solution émet alors des recommandations à l’agriculteur pour améliorer son sol, avoir de meilleurs rendements et de meilleurs revenus. L’utilisateur peut également prendre en photo les végétaux malades, identifier le mal et le soigner grâce à une intelligence artificielle qui lui fournit des solutions. Disponible en 6 langues, cette solution constitue un outil de prise de décisions pour l’agriculteur.

La start-up a été lancée officiellement en février 2021. A ce jour, ClinicAgro c'est 12 kits fabriqués et déployés au Cameroun et dans d’autres pays, notamment le Burkina Faso, le Togo, et la France. Elle compte 1 200 hectares de terre analysés. « Ce qui me motive au quotidien, c’est ma cible, les agriculteurs. Et je me suis donné comme mission de trouver des solutions pour les accompagner à avoir un rendement optimal », confie Pyrrus Koudjou, qui cible 1,8 million hectares de terres cultivables au Cameroun.

Passionné par les technologies, Pyrrus Koudjou a développé plusieurs solutions basées sur l’intelligence artificielle. Il a déjà décroché plusieurs récompenses grâce à sa solution ClinicAgro, notamment le prix Coup de Cœur 2019 Med’Innovant Africa, le 1er prix Antic 2019, le 1er prix Cultivez le Numérique au Maroc, et le 1er prix Espoir Afric Startup Summit 2019 à Paris. Premier prix Orange de l’entrepreneur  social au Cameroun en 2019, il intègre le programme d’accélération d’Orange digital center Douala qui l’a accompagné dans le développement du premier prototype et la version commerciale du produit. 

Ruben Tchounyabe

Lire aussi : Avec ses solutions connectées, la start-up sénégalaise Tolbi améliore l’irrigation des champs et leur rendement

Published in Solutions

Au cours des deux dernières années, plusieurs secteurs stratégiques de l’économie malgache ont fait plus de place aux technologies. Les autorités ont compris la nécessité de transformer leur mode opératoire pour gagner en efficacité.

Le ministère malgache de l’Agriculture et de l’Élevage (MINAE) a signé, mardi 22 mars, une convention de partenariat avec l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) pour numériser les systèmes agroalimentaires.

Il est prévu à cet effet le développement de plateformes pour rendre les services agricoles plus accessibles, plus interactifs et plus performants ; tant aux producteurs qu’aux différents maillons de la chaîne de valeurs agricole ; et leur permettant de tirer profit des nombreuses opportunités et faire face aux différentes menaces.

Le MINAE a indiqué que sa collaboration avec la FAO inclut également un accompagnement dans « l’innovation numérique qui se concentrera notamment sur l’efficacité et l’efficience en matière de conseil et de formation agricole, d’intermédiation et de partenariat, puis de diffusion d’informations cruciales, notamment en matière commerciale, météorologique, sanitaire, réglementaire, etc. ».

Le soutien à la numérisation des systèmes agroalimentaires que la FAO va apporter à Madagascar s’ajoute aux nombreuses actions que mène déjà le gouvernement pour l’efficacité du secteur agricole. Le MINAE, avec l’appui des partenaires techniques et financiers, et du ministère en charge du Développement numérique, annonce la mise en œuvre prochaine d’un système de collecte, de gestion et d’exploitation de données géoréférencées sur les producteurs, les filières exploitées et l’historique des interventions de l’État à leur endroit. Les premières cartes de producteurs digitalisées ont été distribuées au mois de novembre 2021.

Le ministère de l’Agriculture et de l’Élevage a souligné que sa collaboration avec la FAO contribuera à terme « à accélérer la transformation positive des systèmes alimentaires et les rendre plus durables, résilients et inclusifs ». 

Ruben Tchounyabe

Lire aussi :

Madagascar : les autorités mettent le numérique au cœur de la sécurité dans la capitale Antananarivo

Le Royaume-Uni propose à Madagascar son expertise technique dans la transformation numérique

Published in Gestion Publique

En une dizaine d'années à peine, l'ancien jeune innovateur est devenu patron d’une entreprise technologique spécialisée dans la modernisation de l’agriculture. Il a développé de nombreuses solutions qui facilitent le travail et améliore le rendement des agriculteurs.

Au Niger, l’entreprise Tech-Innov a réussi à se bâtir une solide réputation auprès des agriculteurs au cours des neuf dernières années grâce aux technologies de l’information et de la communication (TIC). Son fondateur Abdou Maman Kané (photo) en a fait une référence nationale et mondiale avec les nombreuses innovations développées pour améliorer le travail et la production des agriculteurs locaux.

L’informaticien et entrepreneur s’est fait connaître en 2011 en remportant la première place du Prix Orange de l’entrepreneur social en Afrique et au Moyen-Orient avec son système d’irrigation commandé à distance « Télé-irrigation ». Mais cette idée qui lui est venue de sa propre expérience en tant que fils d’agriculteur a germé dans son esprit depuis 2005.

Ses parents, comme plusieurs agriculteurs nigériens, rencontraient souvent des difficultés d’accès à l’eau pour les cultures. Ils peinaient à transporter de l’eau plusieurs fois par jour sur de longues distances pour arroser régulièrement leurs cultures afin d’en préserver la qualité et la quantité. Il a voulu améliorer leurs conditions de travail avec les TIC en mettant un terme à l’arrosage manuel et surtout réduire le gaspillage d’eau de l’arrosage instinctif.

En 2013, Abdou Maman Kané crée Tech-Innov, une entreprise spécialisée dans la promotion et la commercialisation de solutions technologiques agricoles et d’irrigation. C’est à travers elle qu’il commercialise son système Télé-irrigation, un kit matériel et logiciel composé d’un réservoir connecté à une pompe et à un réseau de canalisations installé dans un champ. La pompe est reliée à un boîtier muni d’une carte SIM. L’agriculteur n’a qu’à composer un code depuis son téléphone pour l’activer et déclencher l’arrosage. Les utilisateurs ont également la possibilité d’accéder en temps réel à des informations comme la température, le taux d’humidité, la pluviométrie, la radiation solaire, la vitesse et la qualité de l’air pour savoir quand arroser.

A la suite de Télé-irrigation, l’informaticien a réussi à s’illustrer à travers plusieurs autres innovations comme le bio fertilisant intelligent, le kiosque d’eau potable en milieu rural, l’abreuvage automatique, et la météo mobile. Des réalisations qui lui ont valu de nombreuses distinctions comme le deuxième prix Climat Start-up COP22, le troisième Prix du Jeune entrepreneur social africain de Libreville (2015), le Grand Prix mondial Hassan II de l'Eau (2015), la Médaille de création écologique à Nice (2013), une médaille au Salon international des inventions de Genève (2012). 

Ruben Tchounyabe

Lire aussi : Avec ses solutions connectées, la start-up sénégalaise Tolbi améliore l’irrigation des champs et leur rendement

Published in Tech Stars

A travers la solution numérique, de nombreux aquaculteurs ont l’opportunité d’améliorer leur activité et leur profit. Elle leur permet de détenir une partie essentielle de la chaîne de valeur.

En se lançant dans la pisciculture au Kenya en 2016, Dave Okech (photo, à gauche) s’est immédiatement rendu compte des problèmes qui gangrènent le secteur dans son pays, notamment la faible productivité et le manque d’assistance technique. Entrepreneur intéressé par la technologie, il a immédiatement commencé à réfléchir à un moyen pratique de remédier à ces nombreux obstacles.

C’est ainsi qu’est née AquaRech en 2018, une solution numérique destinée aux pisciculteurs. C’est un ensemble de trois services : une application mobile, un thermomètre connecté et une plateforme web.

L’application mobile embarque un système de base de données centralisées qui connecte les aquaculteurs, les commerçants de poissons et les fournisseurs d’aliments. Disponible sur Android, elle permet aussi de calculer la quantité d’aliments dont aurait besoin la population de poissons à partir de la température de l’eau. Cette donnée est transmise à l’application grâce au thermomètre connecté installé dans le bac d’élevage des poissons. En ayant une idée de la quantité d’aliments nécessaire pour leurs poissons, les éleveurs peuvent directement entrer en contact avec les producteurs via la plateforme web sans plus passer par les intermédiaires qui rendaient le processus fastidieux.

L’utilisation de la solution de Dave Okech permet aux piscicultures de réduire la période de production de 13 à 8 mois, d’augmenter les rendements, de réduire les coûts de production de 30% et d’augmenter les bénéfices de 25%.

Diplômé en sciences actuarielles, Dave Okech a reçu maintes distinctions grâce à ses nombreux efforts dans le secteur de la pisciculture au Kenya. Le Mandela Washington Fellow 2016, l'Acumen Fellow 2019 ou encore le Global Farmer Network Fellow 2020 sont autant de distinctions qui garnissent l’armoire de l’entrepreneur kényan.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi :  Mali : le service d’informations STAMP guide les populations pastorales vers de beaux pâturages

Published in Solutions

L’Agence Ecofin dresse le bilan et une analyse des levées de fonds des start-up africaines au cours des deux premiers mois de 2022. Une année déjà marquée par une flopée de deals, mais aussi, une hausse des montants reçus, des signaux d'une nouvelle série de records après les performances de l’exercice 2021.

Alors que l’année 2021 s’est conclue par un record absolu en matière de levées de fonds, l’écosystème start-up africain a le vent en poupe en ce début d’année. Après un premier mois de janvier prolifique, Février s'est inscrit dans le même trend des records. Jamais le niveau des investissements n’a été aussi haut sur les deux premiers mois de l’année.

Selon des données combinées de la plateforme Africa : The Big Deal et de l’Agence Ecofin, au moins 1,2 milliard $ ont été déjà levés par les jeunes pousses opérant en Afrique cette année. À titre de comparaison, ce chiffre n’a pas excédé les 400 millions $ en 2021 sur la même période. L’an dernier, il a fallu cinq mois pour atteindre ce niveau d’investissements, et neuf mois en 2020. A ce rythme, les injections de fonds dans les start-up africaines pourraient atteindre plus de 7 milliards $ en 2022, soit près du double des réalisations de 2021.

159 opérations, 2 big deals

La confiance des investisseurs dans l’univers de l’entrepreneuriat et de l'innovation africaine va crescendo. Quelque 159 opérations ont marqué ce début d’année, c’est presque le double du nombre de deals recensés à la même période en 2021 (83 opérations recensées). Les tours d’amorçage continuent de se tailler la part du lion. Et même si les rondes de petites tailles semblent tenir le pari, les opérations plus avancées maintiennent également le cap.

D’abord, les séries A se sont multipliées. On en recense déjà au moins 9. Autre fait intéressant, l’écosystème a battu en deux mois, le record du nombre de séries D sur une année calendaire, avec les opérations du Ghanéen mPharma (35 millions $) qui fournit des médicaments en dépôt aux pharmacies et la fintech nigériane Flutterwave (250 millions $). L’autre opération d’envergure est le tour de table de 100 millions $ d’InstaDeep, la start-up tunisienne, spécialiste de l’intelligence artificielle, qui travaille dans la biotech.

 La fintech toujours en tête

Menée par la licorne nigériane, devenue la plus importante start-up africaine en matière de valorisation, la fintech africaine démarre 2022 sur les chapeaux de roue. Pas moins de 50 opérations sur les 160 dénombrées concernaient les solutions de technologies financières, soit 20 de plus qu’en 2020 à la même période. Les investissements dans le secteur ont franchi la barre des 530 millions $. A la même période en 2021, la fintech n’avait capté que 150 millions $. 

Derrière la fintech, les solutions en matière d’énergie et d’eau sont celles qui ont attiré le plus d’opérations, au total 22 transactions, mais des deals, dans leur grande majorité, de petites tailles pour un total de seulement de 26 millions $. Ce montant reste deux fois plus faible que celui de 2021 (plus de 50 millions $)

 

Des Percées et des baisses

En collectant 91 millions $ en février, le Sud-Africain des communications mobiles et du chat-commerce, Clickatell, a fortement contribué à la percée du secteur des télécoms, média Entertainment. Ce progrès est également à l’actif de Poa Internet, le fournisseur d’accès à Internet kényan qui a annoncé en janvier le premier closing de son tour de financement de 28 millions $, une opération menée par Africa50. Au total, le secteur timide en 2021, a déjà reçu sur les deux premiers mois, en seulement 6 opérations, six fois plus d’investissements que pendant toute l’année 2021. Cependant, certains secteurs comme l’EdTech et le recrutement ou l’e-santé ont perdu du terrain en glissement annuel.

 

 Le Nigeria, la start-up nation africaine

Avec plus de 34% des deals, le Nigeria continue de consolider son hégémonie dans  l’univers start-up africain, drainant trois fois plus d’investissements qu’à fin février 2021.  Les start-up opérant au Nigeria ont reçu au total 392 millions $, soit environ 32% des levées de fonds globaux. Ces financements sont allés dans leur plus grande majorité à la fintech (335 millions $, un peu près de 85%), ce qui représente plus de 70% des fonds levés par le secteur au cours de la période sous-revue.

De leur côté, le Kenya, l’Egypte, l’Afrique du sud, de loin les poursuivants directs de la première économie africaine en termes de PIB, suivent le pas. Ensemble, ces “top start-up nations africaines” concentrent plus de 80% des financements reçus des capital-risqueurs axés sur l’Afrique.

 

 

Qui investit dans les start-up africaines ?

Plus de 320 investisseurs ont déjà participé aux différents cycles de financement des start-up africaines durant ces deux premiers mois de l'année.

Alors que de plus en plus d’investisseurs à travers le monde se tournent vers l’Afrique, ce sont les sociétés américaines de capital-risque qui semblent les plus actives sur le continent. Elles sont citées au moins 180 fois dans les cycles de financement de ce début d’année. La première place revient à l’accélérateur californien Y Combinator qui apparaît dans 14 opérations. L’US African Development Foundation (USADF), nouvellement arrivé sur le marché africain, monte déjà sur la deuxième marche du podium. Les investisseurs asiatiques eux sont menés par le Japon. Le Japonnais Kepple Africa Ventures continue d’étendre ses intérêts sur le continent alors que d’importants acteurs nippons, notamment SoftBank Group font leur première semence sur le continent depuis 2019. 

Au-delà de tout, l’Afrique se finance en partie, en témoigne la présence marquée d’investisseurs africains traditionnels tels que le Mauricien Launch Africa (13 deals en 2022 et 80 depuis 2019), et le Nigerian LoftyInc Capital Management (8 deals, 54 depuis 2019). Aussi, de nouveaux capital-risqueurs comme le Nigerian All On (13 deals) émergent-ils.

 

 

Fiacre E. Kakpo

Published in Tech

Bien que leur nombre soit encore très réduit, elles multiplient les initiatives fortes pour se fédérer et briser les barrières qui les ont retenus jusqu’à présent. Formation, réseautage, financement sont au cœur de la stratégie panafricaine d’éveil en cours de déploiement avec le soutien de divers partenaires.

Dans son rapport « 2021 AFRICA TECH VENTURE CAPITAL », Partech révèle qu’un total de 134 start-up fondées par des femmes enregistrées en 2021 a effectué un tour de table contre 47 opérations financières comptabilisées en 2020, soit une croissance de +285%. Les start-up fondées par des femmes ont réalisé 20% des 681 tours de table enregistrés l’année dernière, en croissance de 7% comparé à 2020 (13%). Elles ont obtenu 834 millions $, en croissance  de +281% par rapport à 2020. Ce montant représente 16% du total des 5,2 milliards $ d’investissement levés en 2021 par des start-up, en hausse de 2% par rapport à 2020 (14%).

cybercrimes cadenas 4 min

Pourcentage de fonds levés et de tours de tables effectués par des tech entrepreneurs africaines (Source : Partech)

Bien que ces données montrent une progression dans le volume d’investissements captés par les tech entrepreneurs africaines d’une année à une autre, Briter Bridges déplore tout de même un niveau très faible au cours des neuf dernières années.

Beaucoup reste à faire

Dans son rapport « In Search Of Equity Exploring Africa’s Gender Gap in Startup Finance » publié en octobre 2021, Briter Bridges indique qu'entre janvier 2013 et mai 2021, un total de 1 112 start-up opérant à travers l'Afrique ont mobilisé un total de 1,7 milliard $ de financements de démarrage. Parmi ces entreprises, 75% avaient des équipes exclusivement masculines, 9% des équipes exclusivement féminines et 14% des équipes fondatrices mixtes. « Seulement 3% des financements de démarrage sont allés à des équipes fondatrices entièrement féminines, contre 76% pour les équipes entièrement masculines », souligne la société de recherche axée sur les données, basée à Londres et fondée en 2018. Selon elle, cela signifie que pour chaque « dollar investi dans des équipes fondatrices entièrement féminines, les équipes entièrement masculines ont reçu 25 $ ».

cybercrimes cadenas 3 min

Volume d’investissement levé par genre de fondateur (Source : Briter Bridges)

Sur la faible présence des tech entrepreneurs africaines dans le captage de l’investissement, Partech et Briter Bridges s’accordent à dire qu’elle s’explique en partie par la faible présence des femmes dans les segments porteurs comme la Finance, la logistique, le transport. Elles préfèrent en majorité les secteurs du commerce de détail et des services, qui nécessitent moins de capitaux et présentent moins d'obstacles à l'entrée. De plus, les tech entrepreneurs masculins, d’abord plus nombreux, sont également plus susceptibles d'opérer dans des sous-secteurs qui attirent moins d'investissements tels que l'edtech ou la healthtech, accentuant la concurrence.

cybercrimes cadenas 2 min

La représentation du genre dans les différents secteurs tech (Source : Briter Bridges)

Il y a aussi le tempérament des investisseurs. « Même lorsqu'elles travaillent dans des secteurs suscitant un grand intérêt de la part des investisseurs, les équipes entièrement féminines sont toujours moins susceptibles de recevoir un financement que les équipes entièrement masculines, et elles reçoivent des montants plus faibles lorsqu'elles obtiennent un financement », note Briter Bridges. Enfin, plusieurs autres types d’obstacles entravent encore une plus grande présence des femmes dans la tech industrie africaine, notamment la faible présence des jeunes filles dans les filières scientifiques (STEM) ; un réseau d’affaires plus faible, essentiellement composé de femmes. Mais des initiatives se multiplient pour aider les tech innovatrices à surmonter ces barrières.

Formation et financements ciblés

Au cours des dix dernières années, le soutien aux Africaines dans le numérique a gagné en intérêt. La transformation numérique s’accélérant au fil des ans, les formations dans les compétences numériques à leur endroit se sont multipliées. De nombreux partenaires internationaux et locaux comme la Banque mondiale, l’Agence française de développement (AFD), la Banque africaine de développement (BAD) ou encore la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (UNECA), la Fondation Bill et Melinda Gates, Google, l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco) s’y sont impliqués. De son côté, depuis 2015, Orange a investi dans des maisons digitales dans ses 16 marchés d’Afrique pour former les femmes aux compétences numériques, en plus des programmes dédiés que le groupe soutient déjà. Des pôles de financement ciblés ont également déjà été lancés par divers acteurs, notamment Alitheia Capital, fonds de capital-investissement de 100 millions de dollars, cofondé par Tokunboh Ishmael et Polo Leteka Radebe. Il y a FirstCheck Africa, collectif d'investisseurs et fonds d'investissement dirigés par des femmes et axés sur les femmes, cofondé par Eloho Omame et Emmanuel Bocquet. Il y a aussi WeFundWomen, communauté d'investissement intelligente fondée par Hope Ditlhakanyane pour les start-up en Afrique en les connectant à des capitaux démocratisés. Akazi Capital de Liebe Jeannot, est un fonds d'impact « crowdfunding », qui investit jusqu'à 250 000 $ dans des entreprises en phase de démarrage détenues et dirigées par des femmes en Afrique subsaharienne.                         

Muriel Edjo

Lire aussi : Des bourses de formation au numérique pour les femmes africaines

Published in Tech

L'entreprise Tolbi, qui a développé une solution numérique dans le but d’aider les agriculteurs sénégalais à mieux rentabiliser leurs récoltes, a été lancée en 2019. Aujourd’hui, elle a déjà à son actif plusieurs reconnaissances et récompenses aussi bien nationales qu’internationales.

Tolbi, start-up sénégalaise spécialisée dans les technologies agricoles, a annoncé le vendredi 4 mars sa sélection dans le cadre du programme Google For Startups Advisor : Sustainable Development Goals (2022). Ce programme a été conçu dans le but de donner aux start-up technologiques les moyens de créer et d’évoluer en entreprises viables à impact sur un ou plusieurs objectifs de développement durable des Nations unies (ODD).

« Le programme cible les start-up qui résolvent les grands défis du monde avec agilité, technologie innovante et détermination. Notre mission est simple : permettre aux agriculteurs d’augmenter leurs productions et leurs revenus à travers une agriculture intelligente face au climat basée sur la technologie », a indiqué la start-up sur ses réseaux sociaux.

Le programme d’accélération va se dérouler sur une durée de 3 à 5 mois au cours desquels la start-up, tout comme plusieurs autres sélectionnées, va bénéficier d’une formation spécialisée, d’un mentorat sur les partenariats ODD, la mesure de l’impact social, le leadership et la collecte de fonds. Un parcours lui permettra au final d’établir des relations d’affaires solides sur lesquelles s’appuyer pour réussir une éventuelle levée de fonds. 

Tolbi a déjà révolutionné le secteur agricole sénégalais en développant un kit d’objets connectés basé sur l’intelligence artificielle et l’edge computing pour faciliter l’irrigation des champs et améliorer le rendement agricole. Ces prouesses lui ont valu, entre autres, le Grand Prix du président de la République pour l’innovation numérique en 2020.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi : Avec ses solutions connectées, la start-up sénégalaise Tolbi améliore l’irrigation des champs et leur rendement 

Published in Tech

Grâce aux données satellitaires, les éleveurs peuvent mieux faire face à la raréfaction des ressources alimentaires et en eau pour les troupeaux. C’est une bouée de sauvetage pour de nombreuses familles agropastorales soumises aux changements climatiques dans la zone sahélienne.

Le projet STAMP (Sustainable Technology Adaptation for Mali Pastoralists) est une réponse digitale aux problèmes de pâturage que rencontrent de plus en plus les populations pastorales dans la région de Gao au Mali. Les activités industrielles et agricoles, la surpopulation humaine et animale, ainsi que le changement climatique ont réduit les ressources pour leur bétail. Les éleveurs qui se déplacent en fonction des saisons à la recherche de l’herbe fraîche et des points d'eau pour leurs troupeaux n’ont plus comme par le passé la certitude d’en trouver. Grâce au service STAMP ils peuvent éviter de longs voyages inutiles.

STAMP met à leur disposition des informations géo-satellites sur la disponibilité et la qualité de la biomasse pour l’alimentation de leur cheptel, la disponibilité en eau de surface pour son abreuvement, et aussi sur la concentration des animaux autour de ces ressources. STAMP fournit également des informations sur le prix du bétail et des céréales, et des conseils en santé animale et sur des produits financiers adaptés aux éleveurs. Il leur suffit d’un appel vers un centre géré par Orange Mali ou d’une requête faite via un menu USSD sur de simples téléphones mobiles pour obtenir instantanément des données importantes pour leur déplacement.

STAMP est le fruit d’un partenariat public-privé impliquant le ministère malien de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, Orange-Mali, l'organisation d’éleveurs « Tassaght », le prestataire de service international spécialiste en télédétection HSS des Pays-Bas et l’Organisation internationale  de développement des Pays-Bas (SNV). Il a été lancé en 2017, année au cours de laquelle le service a remporté le 1er Prix Orange de l’entrepreneur social Mali.

Le 17 décembre 2020, au cours d’une conférence de presse à Bamako, Thomas Sommerhalter, le gestionnaire du projet STAMP expliquait  que les « enquêtes auprès des producteurs ont révélé que la fiabilité et le besoin d’avoir des informations à temps opportun sont la clef pour la prise de décision par les pasteurs ».

A travers deux autres services introduits par la suite, STAMP aide aussi déjà les cultivateurs à obtenir des informations sur la météo, les modes de plantation, les graines, le temps des semis, les engrais, etc. Le chef de division responsabilité sociale de l’entreprise à Orange Mali, Abdoul Malick Diallo, avait déclaré : « les conseillers parlent les langues vernaculaires et peuvent se comprendre avec la plupart des cultivateurs qui leur parlent le peul, le dogon, le songhaï, le bamanankan ». Ce sont des agronomes. 

Ruben Tchounyabe

Lire aussi : Thione Niang, le Sénégalais qui abandonne le monde politique américain pour l’agritech africaine

Published in Solutions

L’Agritech en Afrique semble encore timide au regard du volume modeste de financement qu’elle suscite. 2,3 % des 5,2 milliards $ de financement mobilisés par les start-up sur le continent en 2021 selon Partech. Le segment enregistre tout de même de belles réussites au fil des années.

FreshSource Global, plateforme B2B pour les produits agroalimentaires, reliant les exploitations agricoles aux entreprises en Egypte et fournissant des solutions de dernier kilomètre, a annoncé le lundi 28 février l’obtention d’un financement de démarrage de Wamda Capital, 4DX Ventures et d’investisseurs providentiels. La somme qui n’a pas été dévoilée, mais qui est estimée à « sept chiffres » en dollars par la start-up, est destinée à soutenir sa croissance.

« Nous prévoyons d'utiliser ces fonds pour agrandir notre équipe et investir davantage dans notre technologie. En outre, nous allons couvrir tous les gouvernorats égyptiens d'ici à la fin de 2023. En 2024, nous commencerons à envisager un plan d'expansion mondiale », a indiqué Farah Emara, co-fondatrice et présidente-directrice général de FreshSource. Elle a souligné que le financement contribuera à « accélérer notre mission de création de systèmes alimentaires frais plus durables grâce aux données et à la technologie, afin de transformer la vie des producteurs, des entreprises et des consommateurs et d'améliorer la planète ».

FreshSource joue le rôle d’intermédiaire entre les producteurs agricoles et les commerces tels que les supermarchés. L’entreprise fondée en 2018 et lancée en 2019 s’appuie sur une plateforme numérique à travers laquelle elle centralise l’offre des agriculteurs et la demande des commerces. Elle veille à ce que les besoins des clients soient satisfaits en réduisant le nombre d'intermédiaires par lesquels les produits agricoles transitent. Elle veille également à la sécurité des produits agricoles notamment en matière de conservation et de transport jusqu’à l’acheteur.

En 2020, FreshSource revendiquait déjà 300 agriculteurs locaux comme utilisateurs de son service, 1 500 emplois créés et aussi avoir évité une perte de 200 tonnes d’aliments. Selon, Farah Emara,  « en réduisant les pertes alimentaires, vous réduisez le coût des aliments frais et vous permettez à un segment de la population qui ne pouvait pas se le permettre auparavant d’avoir un mode de vie plus sain. Aussi, en ce qui concerne les producteurs, cette méthode augmente leurs revenus et améliore ainsi leur qualité de vie ».

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi : MooMe, l’application mobile qui veut améliorer le rendement des éleveurs de vaches laitières en Afrique

Published in Tech
Page 12 sur 13

Please publish modules in offcanvas position.