L’absence de banques agricoles dans de nombreux pays africains empêchent ce secteur, pourtant moteur de l’économie de ces pays, de prendre réellement son envol. Les jeunes pousses émergent pour combler ce vide laissé par les autorités.

Emata est une solution numérique développée par une jeune pousse ougandaise du même nom. Elle permet aux agriculteurs d’obtenir des prêts afin d’investir dans leurs fermes. Elle embarque également les outils nécessaires pour la mise en place d’un commerce en ligne des divers produits cultivés sur la ferme. La start-up, basée à Kampala et Mbarara, a été fondée en 2017 par Marius Andreas Koestler.

« Nous installons Emata sur l'ordinateur et le téléphone de votre coopérative ou agrégateur. Notre équipe d'impact local forme votre personnel à son utilisation. La coopérative ou l'agrégateur utilise Emata pour enregistrer les livraisons des agriculteurs, mettre à jour les prix, créer des calendriers de paiement et partager des mises à jour quotidiennes par SMS avec les agriculteurs », indique la plateforme.

Il est possible de recueillir diverses données sur le fonctionnement de la nouvelle entreprise. En fonction de ces données, des décisions seront prises pour éventuellement ajuster les résultats. Il faut aussi signaler que la start-up a recours à des algorithmes de notation de crédits pour identifier les bons agriculteurs et proposer des prêts qu'ils peuvent se permettre. Selon Emata, ce sont « des prêts numériques instantanés et abordables pour investir dans la productivité de leurs exploitations ».

A ce jour, la start-up dispose de 8 091 agriculteurs et a déjà émis des prêts pour 1 429. En 2021, elle a été sélectionnée avec onze autres start-up pour participer à la troisième édition de CATAPULT : Inclusion Africa. Cette expérience a permis à Emata de gagner en visibilité et de renforcer sa présence sur le marché ougandais.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi : Au Ghana, Anaporka Adazabra soutient les agriculteurs avec ses solutions numériques de culture sous serre

Published in Solutions

Pour accroître le commerce agricole en l’Afrique, il devient nécessaire à l’ère du numérique d’apporter des changements pour moderniser les chaînes d’approvisionnement, et augmenter la productivité et les revenus des agriculteurs.

Le Bureau de transformation en Afrique (ATO) du groupe Microsoft a signé un accord de partenariat avec la Société financière internationale (SFI) pour soutenir la transformation numérique dans le secteur agricole en Afrique. Le communiqué, rendu public ce mardi 15 octobre, renseigne que des produits agricoles numériques seront introduits pour soutenir les entreprises agroalimentaires africaines et renforcer la sécurité alimentaire sur le continent.

« La technologie numérique peut améliorer le fonctionnement des principales chaînes d'approvisionnement du système alimentaire en stimulant la production, en améliorant les pratiques commerciales, en favorisant la traçabilité et en augmentant l'accès au financement. Cependant, l'utilisation des outils numériques dans le secteur agricole africain reste limitée, souvent en raison de problèmes d'infrastructure, d'accessibilité, de sensibilisation et de réglementation », a déclaré Henrik Elschner Pedersen, directeur de la SFI pour l'industrie manufacturière, l'agroalimentaire et les services en Afrique.

Malgré l'urbanisation rapide, les activités liées à l'agriculture constituent encore le moyen de subsistance d'environ 60 % de la population active du continent, représentent 15 % de la totalité du produit intérieur brut. Selon les prévisions des agences des Nations unies, les terres exploitées devraient s’étendre et la productivité s’accroître grâce à un meilleur usage des technologies et la mise en œuvre de techniques agricoles intelligentes et de précision.

Selon Microsoft, grâce à ce partenariat, les outils numériques, tels que son AgBot et les applications de formation communautaire, seront intégrés au programme de leadership en matière d'agrobusiness de la SFI afin de fournir de meilleures informations, des technologies plus récentes et une formation aux capacités de gestion des agrobusiness, des agriculteurs et des coopératives.

A long terme, la collaboration entre les deux organisations permettra aux agriculteurs de tirer véritablement parti de la puissance de l'économie numérique. Selon Kunle Awosika, directeur général de Microsoft ATO, par les canaux numériques, les informations agronomiques et commerciales sensibles sont livrées directement aux petits exploitants agricoles pour les aider à améliorer la productivité ainsi qu'à atténuer les risques liés au changement climatique et aux événements météorologiques inattendus.

« Combinés, les outils numériques encouragent des pratiques agricoles améliorées, plus durables et résilientes, ainsi qu'une plus grande efficacité dans l'utilisation des ressources », a-t-il déclaré.

Samira Njoya

Lire aussi :

Le Niger s'est doté d'une plateforme numérique sur les marchés agricoles baptisée AgriShop/Rayuwa

Au Ghana, Anaporka Adazabra soutient les agriculteurs avec ses solutions numériques de culture sous serre

Published in Tech

Il est un jeune entrepreneur social et un leader riche de cinq années d’expérience dans la création d’entreprise, la gestion d’équipe et la stratégie de croissance. Grâce à ses compétences technologiques, il impacte la société en travaillant pour des secteurs tels que l’énergie et l’agriculture.

Elisha Caleb (photo) est un entrepreneur et un informaticien kényan. Diplômé de l’université KCA avec un bachelor en science de la technologie de l’information et programmation informatique en 2018, il est le président-directeur général d’AgroTech+, une société de technologie financière pour les exploitants agricoles.

Il a fondé l’entreprise en 2019 et propose des solutions financières afin de permettre aux petits exploitants ruraux en Afrique de gérer et de développer l’agriculture. AgroTech+ résout trois principaux problèmes. Ce sont l’accès au marché et au financement (formel ou informel), la disponibilité des informations et mises à jour sur le changement climatique, puis l’obtention des prêts sur actifs.

Ainsi, par le biais de sa plateforme numérique LendIt, la société met à la disposition des petits exploitants agricoles des services numériques comme les paiements par mobiles pour les produits commercialisés, un micro-crédit ou le financement d’intrants, l’assurance-récolte et le régime retraite pour le secteur informel. Elle a déjà enregistré 6 800 petits agriculteurs.

En mars, Elisha Caleb a gagné, pour AgroTech+, le troisième prix à l’Africa AgTech & Inclusive Insurance Challenge 2022 organisé par le Global Index Insurance Facility, un programme du groupe de la Banque mondiale. Il a ainsi obtenu un financement de 10 000 dollars.

Secrétaire général des TIC de l’Association des universités privées du Kenya (KUPSA) depuis 2018, le jeune entrepreneur est aussi l’ambassadeur du Kenya au festival international du développement de l’Afghanistan. Représentant national à l’International Peace Diplomacy Corps, Inc. (IPDCI), il en est le doyen pour l’Afrique.

Elisha Caleb est le représentant régional (Afrique) du Conseil de la jeunesse du Commonwealth. Depuis 2021, il est membre du groupe de coordination des politiques PCG du collège des jeunes. Depuis juin 2022, il est parmi les jeunes leaders au programme EDD Young Leaders conçu par l’Union européenne.

Certifié consultant agricole par le programme alimentaire mondial en 2020, Elisha Caleb a commencé sa carrière professionnelle en tant que recruteur au Kenya Website Experts, une société d’hébergement Web, en 2017. En 2018, il rejoint Alkhaleej Tours and Travel, une entreprise de voyage canadienne, toujours au poste de recruteur. En 2019, il est embauché par l’International Youth Society comme directeur pays.

Melchior Koba

Lire aussi :

Kenya: Patrick Mungai develops mobile educational games via mSwali

Published in Tech Stars

Ce nouveau financement obtenu six mois après la dernière levée de fonds,  porte le montant total de la levée de fonds à 14,4 millions de dollars, dont 6,5 millions de dollars de financement par emprunt.

Farmerline, une start-up qui aide les agriculteurs et les entreprises agro-alimentaires à accéder à un meilleur marché, a annoncé le mardi 27 septembre la deuxième clôture d'un investissement de pré-série A avec un investissement supplémentaire de 1,5 million de dollars de la part de l'investisseur à impact social Oikocredit.

Selon Alloysius Attah, cofondateur et PDG de Farmerline, ce tour de table va soutenir les agriculteurs et les entreprises agroalimentaires de toute l'Afrique pendant cette période cruciale marquée par le conflit en Ukraine, « Avec le soutien d'Oikocredit aux côtés de nos financeurs de premier tour, nos services de distribution, de logistique et de financement se poursuivront non seulement au Ghana, mais aussi en Côte d'Ivoire où nous avons récemment entamé le processus d'expansion de notre équipe ».

Avant le conflit entre la Russie et l'Ukraine, l'Afrique de l'Ouest connaissait une reprise économique après les impacts de la pandémie de Covid-19. Selon Issoufou Baoua, expert analyste en sécurité alimentaire auprès du Comité inter-États de lutte contre la sécheresse au Sahel (CILSS), la zone Sahel et l’Ouest africain sont touchés par une chute du rendement des récoltes. « Nous sommes passés de 10,7 millions de personnes menacées par l’insécurité alimentaire en 2019 à 40,7 millions en 2022 » déclare-t-il.  

En approfondissant sa présence en Afrique de l'Ouest, l'entreprise prévoit de renforcer sa chaîne d'approvisionnement pour les agro-industries, de réduire le coût de l'agriculture et d'augmenter le rendement des agriculteurs du continent grâce au déploiement de la technologie IA et d'infrastructures locales.

Fondé en 2013, Farmerline affirme avoir financé jusqu'à présent des intrants et des cultures pour une valeur d'environ 18 millions de dollars grâce à des alliances de boutiques franchisées avec des entreprises agroalimentaires et des revendeurs d'intrants.

La start-up ambitionne désormais d'atteindre 300 000 agriculteurs en 2022, soit une croissance de près de 400 % par rapport à l'année dernière, lorsqu'elle a doublé sa portée directe à 79 000 agriculteurs, contre 36 000 en 2020 et 8 000 en 2019.

Samira Njoya

Lire aussi : Le Niger s'est doté d'une plateforme numérique sur les marchés agricoles baptisée AgriShop/Rayuwa

Published in Tech

 Le Niger possède le taux de natalité le plus élevé au monde. Répondre aux besoins alimentaires de cette population en croissance rapide représente un défi pour le gouvernement, les organisations et les acteurs du secteur agricole.

L’Agence de développement numérique (ADN) et la Fondation suisse pour la coopération technique, Swisscontact, ont lancé mardi 27 septembre à Niamey la plateforme numérique intégrée AgriShop/Rayuwa. Le nouvel outil a pour objectif d’améliorer les compétences des différents acteurs de l’écosystème agricole au Niger, mais aussi de leur faciliter l’accès aux données et informations du secteur.

Selon le directeur général de l’ADN, Wahidi Rabiou, la plateforme AgriShop/Rayuwa se présente en 3 volets : « nous allons mettre en place une plateforme de e-commerce pour la mise en relation des agriculteurs et de potentiels clients ou agriculteurs ; un espace conseils agricoles pour accompagner les agriculteurs à travers des conseils et une partie système d’information, pour informer et former ».

L’agriculture occupe une place très importante dans l’économie du Niger. Le Bureau des Nations unies pour les services d'appui aux projets (Unops) estime qu’elle représente près de 40% du produit intérieur brut, et plus de 80% de la population vit en milieu rural. Cependant, les agriculteurs ne disposent pas toujours des bonnes informations sur les techniques de semence et encore moins de clients fidèles pour écouler rapidement leurs produits.

La plateforme d'e-commerce Agrishop va corriger ces manquements en offrant la possibilité aux agriculteurs de publier eux-mêmes les produits qu’ils auront à vendre. Elle cible « les coopératives, les fournisseurs d'intrants ou de semences, les acheteurs particuliers ou professionnels, les agrobusiness, les agritech et aussi aux agriculteurs, transporteurs et annonceurs agricoles », a ajouté Wahidi Rabiou.

La plateforme AgriShop/Rayuwa en relation avec les agences de téléphonie mobile pourra être utilisée avec ou sans connexion Internet. Elle permettra aux utilisateurs via son portail USSD de recevoir des SMS sur des informations, conseils dans le secteur. Ils pourront également être assistés à distance. Le projet prévoit également un serveur vocal interactif accessible par un numéro court permettant aux utilisateurs d’écouter des messages pré-enregistrés sur les infos utiles, les conseils agricoles ceci en français, haoussa, zarma et bien d'autres langues.

La mise en place de ce portail jugé « révolutionnaire » rentre dans le cadre de deux programmes mis en œuvre par Swisscontact : le Programme de promotion de L'entreprenariat local (Promel) financé par la Coopération suisse et le programme de Promotion de l’employabilité et de l’insertion des jeunes (le PEMIJ) financé par l’ambassade des Pays-Bas.

Samira Njoya

Lire aussi : Nigeria : le gouvernement fédéral et l’ONU Femmes vont créer une plateforme numérique destinée aux agricultrices

 

 

Published in Tech

Il croit fermement qu’autonomiser financièrement les petits exploitants agricoles du continent est la solution pour créer de la valeur, aussi bien pour eux que pour l’ensemble des populations.

Joseph Ogwal (photo) est un entrepreneur agricole ougandais. Titulaire d’un bachelor en agronomie et sciences des cultures obtenu en 2015 à l’université Makerere. Il est le fondateur et président-directeur général de l’entreprise Agro Supply Ltd.

La start-up lancée en 2017 a développé et opère une plateforme mobile d’épargne permettant aux agriculteurs d’épargner de l’argent et d’investir leurs finances dans les semences, les intrants agricoles, les outils. Le système créé par l’entreprise fonctionne par code USSD pour que le maximum de personne même avec de simple mobile soient touchés.

« La population mondiale augmente, ce qui nécessite 60 % de nourriture en plus pour nourrir neuf milliards de personnes d'ici 2050. Les agriculteurs peuvent et doivent être un élément clé de la solution. Si les agriculteurs sont capables de gérer leur argent et d'investir leurs propres ressources dans leurs exploitations, non seulement ils augmenteront la production alimentaire, mais ils prépareront également leur propre voie et celle de leur famille pour sortir de la pauvreté », soutient Joseph Ogwal qui justifie son accompagnement des agriculteurs dans l’épargne mobile.

Agro Supply Ltd, qui revendique déjà une communauté de 15 000 agriculteurs, propose également de l’information et de la formation en agronomie à distance. Soit par message, soit via un assistant vocal relié de l’intelligence artificielle. La stat-up s’est aussi spécialisée dans la mise en relation des agriculteurs avec de gros acheteurs. L’objectif est de leur faciliter l’écoulement de leurs productions aux meilleurs tarifs.

Avant de lancer Agro Supply Ltd, Joseph Ogwal a pu étoffer son expérience professionnelle et son expertise agricole au sein du Fonds international de développement agricole (FIDA). Il a travaillé avec l’agence des Nations unies qui œuvre à la transformation des économies rurales et des systèmes alimentaires de 2015 à 2017.

Ancien bénéficiaire du programme d’entrepreneuriat Tony Elumelu et de la Young African Leaders Initiative, ce boursier 2018 du Programme de gestion de l’Institut suédois fait partie des entrepreneurs dont l’entreprise figure parmi les 43 start-up africaines admises au programme Social & Inclusive Business Camp 2022.

Melchior Koba

Lire aussi : Avec CinetPay, le Camerounais Idriss Marcial Monthe facilite aux entreprises la réception de paiements en ligne

Published in Tech Stars

Récompensée à plus d’un titre pour ses actions en faveur du développement de l’agritech, l’informaticienne est aujourd’hui cofondatrice de deux start-up prometteuses. Elle ne semble pas prête à arrêter là son parcours entrepreneurial.

Anaporka Adazabra (photo) est une tech entrepreneure ghanéenne. Titulaire d’un bachelor en génie informatique obtenu à UNICAF University, la jeune femme qui se forme actuellement en administration et gestion des affaires à l’Institut de technologie d’Accra est cofondatrice et directrice générale de Farmio Limited, une entreprise agro-technologique.

Lancé en juillet 2019, Farmio Limited fournit des solutions numériques pour la culture sous serres. À travers son logiciel de gestion de ferme, elle permet aux utilisateurs d'accéder en temps réel aux informations agronomiques indispensables aux choix des cultures et à la planification des saisons. Le logiciel aide aussi à la gestion des opérations sur le terrain, la gestion des ressources et des finances.

Avec le kit d'automatisation de serre (logiciel de serre), Farmio Limited donne également aux agriculteurs le pouvoir de contrôler leurs serres et leurs cultures à distance. La start-up met également à la disposition de ses clients une place de marché en ligne ou mobile pour la vente de leurs récoltes.

Pour Anaporka Adazabra, qui a suivi une formation en systèmes de culture en serre et qui forme aussi dans ce domaine, l’objectif de son investissement dans l’agro-technologie est « d'aider les serriculteurs nouveaux et existants à améliorer leurs productions et leurs revenus ».

La Ghanéenne a lancé Farmio Limited quelques mois avant d’occuper en parallèle la fonction de responsable du développement commercial chez Inkeit Innovation. Cette société informatique qu’elle a co-fondée en septembre 2019 est spécialisée dans la construction de site web et le développement logiciel. Il a un département langue pour ceux qui souhaitent apprendre le français et l’allemand.

Avant de se lancer dans l’aventure entrepreneuriale, Anaporka Adazabra a travaillé au bureau de technologie web et médias sociaux de Dansyn Innovation Social Organization entre 2018 et 2021. Plusieurs fois primée, elle a remporté en 2022 le prix de la meilleure femme entrepreneure au TotalEnergies Startupper of the Year Challenge. Elle est aussi finaliste du prix de la meilleure agro-industrie dirigée par des femmes au Pitch AgriHack porté par le Forum sur la révolution verte en Afrique (AGRF) et Heifer International.

Melchior Koba

Lire aussi : Tchad : À 28 ans, Naïr Abakar est le DG adjoint de l’Agence de développement des TIC

Published in Tech Stars

Le développement de l’économie numérique à travers le monde a également suscité l’apparition de nouvelles activités professionnelles. Dans de nombreux pays, ils ont entraîné de nouveaux défis sur divers aspects, notamment légal, fiscal ou encore déontologique.

Le ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de l'Économie de la connaissance et des Start-up, Yacine El Mahdi Oualid (photo), a apporté des précisions quant au projet de loi sur l’auto-entrepreneuriat que prépare son département. Jeudi 18 août, sur sa page Facebook, il a expliqué que le texte juridique qui exclut les professions libérales, les activités réglementées ainsi que les artisans sera bientôt présenté au Parlement. Il tentera d’encadrer de nouvelles activités économiques qui ont émergé avec l'émergence de l'économie numérique.

Parmi les métiers numériques dans l’ère du temps que couvrira le nouveau cadre légal figurent entre autres celui des influenceurs web, e-marketistes, développeurs d'applications web et téléphoniques, infographes, etc. Le ministre indique que cette loi apportera plusieurs avantages tels que « l’inscription en ligne, une comptabilité simplifiée, un régime fiscal préférentiel, la couverture sociale, l’ouverture d’un compte bancaire commercial, la possibilité de localiser l’activité sur le lieu de résidence ou dans des espaces de travail partagés ».

Approuvé par le gouvernement lors du Conseil des ministres du mercredi 13 juillet, le projet de loi sur l’auto-entrepreneuriat est né pour restreindre de potentielles dérives suscitées par divers auto-entrepreneurs numériques. Le 9 août 2021, la justice algérienne avait condamné quatre jeunes influenceurs web à six mois de prison pour escroquerie et association de malfaiteurs dans l’affaire Future Gate, une agence fictive d’accompagnement estudiantine dans des universités étrangères à laquelle ils avaient prêté leur influence.

Selon le ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de l’Economie de la connaissance et des Start-up, la loi sur l'auto-entrepreneuriat encouragera l'esprit d'entreprise, facilitera l'accès des jeunes au marché du travail par le biais du travail indépendant, réduira le nombre de personnes actives sur le marché parallèle, facilitera l'exportation des services numériques, contribuera à l’économie nationale.

Muriel Edjo

Lire aussi : L’Algérie supprime les taxes sur l’e-commerce, les téléphones mobiles et autres outils numériques

Published in Gestion Publique

L’Agence de développement des compétences de l'État d'Edo et Songhai Labs ont annoncé, jeudi 18 août, la création d’un centre d’innovation numérique dans l’État d’Edo au Nigeria. Nommé Edo Agri, le centre va aider à la mise en place d’un écosystème dans le but de promouvoir la transformation numérique, l'innovation et l'agriculture intelligente. Les start-up et organisations africaines opérant dans l'agrotechnique comme Edo State Skills Development Agency, Hello Tractor, Satsure, Farm Crowdy et Eco Tutu ont déjà rejoint le consortium.

Published in Breves

La révolution des données dans l’agriculture est un atout majeur pour la transformation du secteur en Afrique. La disponibilité de données fiables est nécessaire pour une planification efficace et un suivi des politiques de développement agricole.

L’Agence nationale de la statistique et de la démographie (ANSD), la direction de l’analyse, de la prévision et des statistiques agricoles (Dapsa) et l’Initiative prospective agricole et rurale (Ipar) ont lancé, le vendredi 29 juillet à Dakar, la plateforme analytique de données agricoles dénommée Agridata. La cérémonie de lancement s’est déroulée conjointement avec la remise des prix « AgriData » décernés aux jeunes journalistes et chercheurs pour leur apport au développement agricole durable au Sénégal.

Selon Cheikh Oumar Bâ, directeur exécutif de l’Ipar, il était important de mettre sur pied une plateforme efficace qui permettra à tout citoyen d’avoir les indicateurs sur l’agriculture de manière très simplifiée et spécifique. « Nous avons pensé qu'il était nécessaire de mobiliser l'ensemble des producteurs et des utilisateurs des données pour que l'on puisse créer cette plateforme de référence afin que tout ce que l'on y mettra soit fiable. »

La nouvelle plateforme AgriData est dédiée au partage de statistiques et de données agricoles exhaustives, fiables et actuelles, pouvant alimenter des politiques de développement agricole fondées sur des données probantes. L’objectif de ce projet est de permettre aux divers utilisateurs d’accéder plus facilement et rapidement à l’ensemble des informations statistiques agricoles produites par les acteurs ou parties prenantes, et le tout sur une même plateforme web.

Le portail numérique aura également pour but de vulgariser l’ensemble des projets agricoles mis en œuvre au Sénégal et leur état d’avancement. « La plateforme présentera des enquêtes réalisées par des organisations nationales et internationales dans le secteur », a ajouté Cheikh Oumar Bâ.

Grâce à ce projet, le Sénégal veut être le pionnier en Afrique dans le domaine de l’exploitation des données agricoles. AgriData s’inscrit dans la dynamique d'atteinte des objectifs de développement durable (ODD) du secteur d'ici 2030.

Samira Njoya

Lire aussi : Sénégal : Afrikamart réussit son premier tour de table d’un montant de 850 000 $ pour soutenir sa croissance 

Published in Tech
Page 9 sur 13

Please publish modules in offcanvas position.