Au cours des cinq dernières années, le soutien financier apporté aux jeunes pousses technologiques africaines a augmenté. La confiance suscitée par les innovateurs locaux ne cesse de se renforcer et d’attirer des investisseurs conscients des opportunités de l’économie numérique sur le continent.

Selon la plateforme Africa : The Big Deal, Lauch Africa est l’un des investisseurs les plus actifs dans le financement des start-up en Afrique. Depuis le lancement de ses activités à la mi-2020, ce fonds panafricain de capital risque a dépensé plus de 31 millions $ dans 133 opérations, à raison de plus d'une opération par semaine en moyenne. La majorité des opérations financières se sont situées entre 100 000 et 300 000 USD, avec un chèque médian de 250 000 USD.

22 pays sont jusqu’ici au cœur de l’activité de Launch Africa. Les start-up de quatre pays en particulier Nigeria, Afrique du Sud, Kenya et Egypte ont à elles seules confisqué 21 millions USD déjà investis par Launch Africa à travers 89 accords de financement.

4cb39b7ff4e88fc73f89706a4a9 L

Cinq autres marchés ont attiré plus d'un million de dollars : le Ghana, le Sénégal et la Côte d'Ivoire en Afrique de l'Ouest ; la Tanzanie et la Tunisie. L'équipe d'investissement est également sortie des sentiers battus en identifiant des investissements dans des pays souvent négligés tels que le Togo, le Soudan ou l'Angola.

La fintech est le secteur dans lequel Launch Africa a le plus investi avec 42 transactions (32 %) évaluées à 11 millions $ (36 % des 31 millions $) sur 13 marchés au total. Le Nigeria a représenté 13 transactions fintech.

Les autres secteurs dans lesquels Launch Africa a également beaucoup investi sont les places de marché, la logistique, le big data et les healthtech qui ont attiré chacun un total financier variant de 3 à 4 millions $ pour 15 à 20 transactions. Les transactions dans les places de marché, la logistique et le big data ont été réalisées sur près de 10 marchés par secteur. Par contre, le soutien aux healthtech a porté sur 5 marchés, avec 7 transactions en Afrique du Sud.

Muriel Edjo

Lire aussi :

Oxfam Novib et Goodwell lancent un fonds de 21 millions $ en faveur des start-up de l’Afrique de l’Est

Published in Tech

L’accélérateur estonien Startup Wise Guys a lancé en mars dernier le Startup Wise Guys SaaS Africa 2023, son programme d'accélération pour soutenir les start-up en Saas (Software as a Service) numériques B2B en phase de démarrage en Afrique de l’Est et de l’Ouest.

Les start-up en AgriTech, FinTech, EdTech, CleanTech, HealthTeach ou RetailTech sont encouragées à postuler pour avoir une chance d’avoir des investissements initiaux allant jusqu’à 65 000 €.

Les candidatures sont ouvertes jusqu’au 7 septembre à travers le lien : https://startupwiseguys.com/all-programs/saas-accelerator-program-africa/

Lire aussi :

L'Estonien Startup Wise Guys lève 25 millions $ pour financer diverses start-up, notamment en Afrique

Published in Breves_Simple

FarmTrace, une start-up agrotechnique qui fournit aux agriculteurs une solution de gestion basée sur le cloud, a annoncé son dernier financement, dont le montant n'a pas été divulgué, de la part de Secha Capital et Hassium Capital.

La start-up précise que cet investissement, qui fait suite à un tour de table d'un million de dollars, sera consacré à la croissance de l'entreprise et à l'amélioration de l'expérience des clients.

Lire aussi :

Nigeria : Zowasel utilise la technologie pour améliorer la productivité des petits exploitants agricoles

Published in Breves_Simple

La science des données et l’intelligence artificielle sont au cœur de la réussite de nombre de firmes technologiques. Au Nigeria, des tech entrepreneurs ont décidé de mettre ces technologies au service de l’agriculture et du commerce en ligne.

Zowasel est une solution numérique développée par une jeune pousse nigériane. Elle permet aux petits exploitants agricoles de recourir à la technologie pour améliorer leur productivité, leur durabilité et leur rentabilité à travers la chaîne de valeur. L’agritech, basée à Lagos, a été fondée en 2019 par Jerry Oche et Oghenekome Umuerri. L’objectif de la firme est de tirer parti de la science des données et de l'intelligence artificielle pour valider et sécuriser leurs chaînes de valeur, de la ferme au marché.

Pour cela, elle dispose d’une application mobile accessible uniquement sur Android. L’agriculteur devra la télécharger et s’inscrire afin de pouvoir accéder au réseau de l’agritech. Grâce à ses experts en agronomie, Zowasel évalue la qualité de la productivité et s’efforce pour améliorer la qualité des récoltes dans le but de dénicher de bons acheteurs.

En ce qui concerne les acheteurs, Zowasel s’applique dans le tri. La plateforme vérifie un certain nombre d’informations comme leur solvabilité avant de les mettre en contact avec les agriculteurs. « Nous faisons correspondre les acheteurs et les vendeurs d'un même produit. Vous décidez ensemble des prix et des conditions, Zowasel applique des contrats intelligents et garantit que toutes les transactions sont expédiées et que les paiements sont effectués après la livraison sans aucun problème », peut-on lire sur la plateforme.

En 2021, l’agritech a revendiqué travailler avec plus de 1,5 million de petits exploitants dans le nord du Nigeria. Cette même année, elle a obtenu un financement de 100 000 $ auprès de Guinness et de Prosimador lors du Zero Hunger Sprint 2021, un événement qui s’est déroulé à Lagos et qui a été soutenu par le Programme alimentaire mondial. Bien qu’elle ait lancé des opérations dans le delta du Niger pour soutenir les petits exploitants de cette région, une expansion hors de son pays n’est pas encore à l’ordre du jour.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi : 

Maroc : Youssef Benkirane connecte les agriculteurs aux revendeurs de produits alimentaires

Published in Solutions

Dans le but de permettre aux populations d’accéder aisément à des produits frais et aux agriculteurs d’écouler plus aisément leurs récoltes, des tech entrepreneurs ont mis en place une solution facilitant un tel processus.

Farmhut est une plateforme business to business développée par une jeune pousse zambienne. Elle permet aux utilisateurs, en l’occurrence les propriétaires de restaurants et les commerçants, de se procurer des produits agricoles directement chez les agriculteurs. La start-up, basée à Harare, a été fondée en 2021 par Kumbirai Tagwireyi, Makosa Munyaradzi et Ryan Katayi. Elle a déjà levé environ 175 000 $ pour améliorer sa technologie et les conditions des petits agriculteurs.

« Farmhut fournit aux agriculteurs des informations sur le marché en temps réel, un accès aux services financiers et des opportunités de formation pour les aider à prendre de meilleures décisions, à développer leurs activités et à augmenter leur rentabilité », indique la plateforme.

La solution ne dispose pas d’une application mobile mais les utilisateurs pourront passer par la plateforme web où il est impératif de disposer d’un compte pour accéder aux divers produits et aux agriculteurs. Pour faciliter la gestion de l’entreprise agricole, Farmhut a mis en place un agent conversationnel basé sur le réseau social WhatsApp.

Nommé uMudhumeni, le chatbot répondra au défi de connectivité auquel la plupart des agriculteurs du Zimbabwe sont confrontés. Ils pourront également s'inscrire sur la plateforme et s'informer sur l'agriculture, recevoir des devis et se faire aider par des agronomes virtuels. L’objectif est de permettre aux agriculteurs d’optimiser leurs productions et d’empêcher au maximum le gaspillage des récoltes.

Par ailleurs, selon Farmhut, une inscription sur la plateforme permet aux agriculteurs d’accéder plus aisément aux institutions de microfinance. « Grâce à notre plateforme, les institutions de microfinance et les entreprises peuvent accéder à un marché plus large de clients potentiels, tout en gérant facilement leurs décaissements et recouvrements de prêts. En utilisant notre solution, ils peuvent gagner du temps et réduire les coûts associés aux processus de prêt traditionnels », peut-on lire sur la plateforme.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi :

Afrique du Sud : WiSi-Oi, une place de marché d’achat et de vente de vêtements neufs et d’occasion

 

Published in Solutions

En 2020, la pandémie a mis en évidence des problèmes dans la chaîne d'approvisionnement alimentaire en Afrique. Elle a alors suscité un fort intérêt des investisseurs dans la technologie en tant que solution potentielle pour satisfaire un consommateur de plus en plus numérisé.

L’écosystème des jeunes entreprises innovantes qui emploient les nouvelles technologies dans le secteur de l’agriculture et de l’alimentation (agrifoodtech) a gagné en valeur en Afrique en 2022. Il a attiré 640 millions $ d’investissement, en croissance de 22 % par rapport à 2021 où le volume de fonds attiré était de 536 millions $ selon un rapport publié par le fonds de capital-risque AgFunder, en collaboration avec le fonds souverain singapourien Temasek.

Pour 2022, l’argent reçu, réparti en fonction de la spécialisation des start-up, est demeuré faible dans le segment de la mécanisation. En effet, les jeunes entreprises de robotique agricole, mécanisation et équipement qui intègre les tracteurs connectés, les drones, les machines agricoles automatiques n’ont attiré que 10 millions $. Soit 1,56 % de l’ensemble des investissements mobilisés par l’agrifoodtech en Afrique.

Investissement par catégories de start-up en 2022 ($)

img 9 075810

Source : AgFunder

Pourtant, selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), la mécanisation de l’agriculture en Afrique est indispensable car elle allège les tâches fastidieuses, augmente la productivité agricole, améliore les revenus et contribue à la sécurité alimentaire. L’organisation déplorait en 2019 le fait que les petits exploitants utilisaient encore à 65 % leur propre force musculaire pour la préparation des sols, à 25 % des animaux et seulement à 10 % les engins à moteur.

En Asie du Sud, par comparaison, la force musculaire humaine était déjà tombée à 30 % pour les travaux de préparation des sols, contre 40 % pour les engins à moteur, alors qu’en Amérique latine et dans les Caraïbes les engins à moteur représentaient 50 %.

 Investissement consacré à la mécanisation par région en 2022 ($)

img 8 075810

Source : AgFunder

Selon AgFunder, quatre segments de l’agrifoodtech ont capturé le gros des financements du secteur en 2022. Les start-up spécialisées dans le commerce de détail et les technologies de la restauration (In-Store Retail & Restaurant Tech) ont par contre attiré 197 millions $. Les start-up spécialisées dans les technologies intermédiaires (Midstream Tech), qui opèrent notamment sur les segments de la sécurité alimentaire, la traçabilité, la logistique, le transport et la transformation ont mobilisé 170 millions $. 

Les start-up proposant des places de marché et les solutions de financement ont attiré 131 millions $ alors que les start-up spécialisées dans les technologies de cloud computing qui produisent, entre autres, des cuisines fantômes et des robots de livraison autonomes ont levé 44 millions $. Des sommes largement plus importantes que celle mobilisée par les start-up qui proposent des outils d’amélioration de la production.

Muriel Edjo

Lire aussi :

En Ouganda, Emata soutient les agriculteurs locaux dans la transformation numérique de leurs fermes

Ghana : l’agritech Farmerline a réalisé une deuxième levée de fonds de pré-série A d’un montant de 1,5 million $

Published in Tech

Les jeunes pousses qui révolutionnent l’agriculture, l’énergie et la mobilité sur le continent attirent de plus en plus d’investisseurs. Mais les levées de fonds demeurent concentrées sur une poignée de pays.

Factor[e] Ventures, une équipe de bâtisseurs d’entreprises qui investit dans des start-up en phase de démarrage en Afrique subsaharienne et en Asie du Sud-Est, a lancé Delta40, un studio de création de start-up spécialement axé sur l'Afrique.

Delta40 sera dédié à l'augmentation des revenus et à la lutte contre le changement climatique en Afrique par la création et l'investissement dans les entreprises technologiques.

« Une décennie d'investissements dans l'énergie, l'agriculture, la mobilité et les innovations dans le domaine de l'eau sur les marchés émergents a confirmé qu'il existe une grande opportunité, au stade de la création, de soutenir les fondateurs locaux et diversifiés lorsqu'ils connectent leurs technologies et leurs marchés », a déclaré Morgan DeFoort, cofondateur de Factor[e] Ventures.

Ainsi, Delta40 investira entre 100 000 et 600 000 dollars pour la création et l'accompagnement des start-up africaines spécialisées dans les domaines de l'énergie, l'agriculture et la mobilité. Ces secteurs qui représentent 8 % du financement total sur le continent selon le rapport 2022 Africa tech VC de Partech.

En lançant Delta40, Factor[e] Ventures veut faire grimper ces chiffres et pousser les investisseurs à financer encore plus de start-up desdits secteurs. Outre l'apport de capitaux, Delta40 agira également en tant que cofondateur, en proposant des tests produits, du courtage technologique et une commercialisation à un stade précoce, et en travaillant pour accélérer la création d'entreprises.

Delta40 a déjà obtenu des financements et le soutien de plusieurs institutions privées et publiques, dont la Fondation Autodesk, l'Alliance mondiale de l'énergie pour les peuples et la planète et le cabinet d'avocats Wilson Sonisi, spécialisé dans les technologies du climat. Le studio de création d'entreprises sera basé au Kenya, avec des opérations au Nigeria.               

Samira Njoya        

Lire aussi :

La GSMA reçoit jusqu'au 16 mai les candidatures pour financer les start-up axées sur les questions climatiques

Published in Tech

Il est un avocat spécialisé dans le droit des technologies de l’information et de la communication. Afin de dynamiser le secteur de l’élevage et de faciliter le commerce du bétail en Afrique du Sud, il fonde SwiftVEE.

Russel Luck (photo) est un avocat de formation diplômé de l’université du Cap où il a obtenu en 2005 un bachelor en droit et de l’université d’Afrique du Sud où il a obtenu un master en droit de la communication et des technologies de l’information en 2014. Il est le fondateur et le président-directeur général de la start-up SwiftVEE.

Fondée en 2017, SwiftVEE est une start-up de technologie agricole et de commerce en ligne qui propose des services de publicité et d’assurance en ligne pour le bétail. Sa plateforme agricole s’attaque aux problèmes de pénurie d’eau, d’insécurité alimentaire et d’inefficacité du marché pour le secteur de l’élevage. Aujourd’hui, SwiftVEE, c’est plus de 100 000 bétails vendus et plus de 20 000 clients satisfaits.

En janvier 2023, la start-up a lancé une nouvelle application pour aider les fermiers. Appelée PrysWys, l’application s’appuie sur la base de clients de SwiftVEE et propose à ses utilisateurs un formulaire de demande numérique où les fermiers peuvent énumérer plusieurs produits nécessaires à leur exploitation et recevoir des offres de prix par voie électronique.

https://twitter.com/TeamSwiftVEE/status/1621486708398096384?s=20

D’après le PDG de SwiftVEE, « les agriculteurs payaient des primes élevées pour leurs intrants chez les détaillants traditionnels. Nous pensons qu’il y a beaucoup de gonflement inutile dans l’offre traditionnelle d’intrants ».

Interrogé sur l’objectif de l’application, il a ajouté que « PrysWys a été développé pour freiner l’augmentation des coûts des intrants pour les agriculteurs dans le climat économique actuel ». A ce jour, avec plus de 1 000 utilisateurs actifs, PrysWys a déjà permis de vendre plusieurs dizaines de milliers de dollars de produits en ligne.

Depuis 2014, Russel Luck est un consultant non exécutif de SwiftTechLaw, un cabinet spécialisé dans le droit des technologies pour les entreprises technologiques. Il a commencé sa carrière professionnelle en 2005 en tant que stagiaire diplômé au sein de la banque BNP Paribas. En 2007, il est devenu un avocat du cabinet de droit immobilier Smith Tabata Buchanan Boyes.

L’avocat a reçu plusieurs distinctions pour sa start-up. En effet, SwiftVEE est une entreprise du Google Launchpad et la lauréate du MEST South Africa International Africa Summit 2018.

Melchior Koba

Lire aussi :

La Sud-Africaine Lizane Füzy relie les diplômés aux opportunités d’emploi

Published in Tech Stars

Les start-up africaines engagées dans la lutte contre le changement climatique ou l’adaptation à un monde qui se réchauffe dangereusement ont levé des financements d’un montant total de 1,17 milliard de dollars en 2022, selon un rapport publié en février par l’accélérateur d’entreprises technologiques africain AfricArena.

863 millions de dollars ont été récoltés grâce à des financements en capital (equity) répartis sur 69 transactions, dont la majorité ont porté sur des montants supérieurs à 5 millions de dollars.

Lire aussi :

L'écosystème start-up africain a levé 6,5 milliards $ en 2022, en croissance de 8 % par rapport à 2021

Published in Breves_Une

Elle est une testeuse et une développeuse de logiciels passionnée par l’utilisation des nouvelles technologies pour résoudre les problèmes sociaux. Avec son projet Smart Ikigega, elle contribue à l’inclusion numérique des agriculteurs.

Joselyne Nisingizwe (photo) est une développeuse de logiciels originaire du Rwanda. Titulaire de plusieurs certifications comme le certificat en développement logiciel et celui en hacking éthique octroyés respectivement par Ida Technology et Udemy en 2021, elle est la fondatrice de Stand For Them.

Fondée en 2019, Stand For Them est une entreprise technologique qui fait de l’inclusion numérique de tous les Africains sa mission. L’entreprise a développé la plateforme Smart Ikigega qui aide les agriculteurs à accéder à leurs données de récolte et de vente directement sur leur téléphone.

Smart Ikigega permettra aussi aux agriculteurs d’être payés en vendant leurs récoltes et de recevoir de l’argent. De plus, les membres du système pourront demander des prêts directement sur leur téléphone en fonction de la quantité de récolte qu’ils effectuent à un moment donné.

Pour l’innovation qu’apporte la technologie de Smart Ikigega, le projet a été sélectionné par Google parmi les start-up fondées par des femmes qui participeront au programme Google for Startups Accelerator Africa : Women Founders Cohort. Les 15 fondatrices sélectionnées, dont Joselyne Nisingizwe, recevront une formation commerciale et technique ainsi que des opportunités de mentorat et de mise en réseau des investissements, ce qui leur permettra de renforcer leur capacité dans le domaine des affaires.

La carrière professionnelle de Joselyne Nisingizwe a commencé en 2014 à Imbuto Fondation, une organisation sociale à but non lucratif, où elle a travaillé comme mentor. Elle a ensuite fait un stage de 9 mois en développement d’application à Ida Technology entre juin 2020 et février 2021. De janvier 2021 à janvier 2023, elle était testeuse de l’assurance qualité des logiciels chez Muraho Technology, une société d’assurance qualité et de test de logiciels.

D’avril à juin 2021, elle travaillait chez Bunga Bunga Ubutaka, une plateforme de services pour tracteurs au Rwanda, comme analyste de données. Entre octobre 2021 et février 2022, elle était ambassadrice de communauté à Impact Toolbox, un incubateur d’idées numériques.

Melchior Koba

Lire aussi :

Kevin Muragijimana utilise l’intelligence artificielle pour améliorer les soins de santé au Rwanda

Published in Tech Stars
Page 6 sur 13

Please publish modules in offcanvas position.