En 2020, le taux de pénétration d’Internet mobile sur le continent n’était que de 28% selon GSMA. Un obstacle à l’apprentissage en ligne que Kajou a réussi à contourner avec ses contenus accessibles offline. La start-up est aujourd’hui en pleine expansion.

Kajou a clôturé un tour de table d’un million d’euros, lundi 10 janvier, auprès des fonds d’investissement à impact Phitrust, Colam Impact et Hippolyte Capital. Y ont également pris part des Business Angels en grande partie issus du réseau Ashoka. Avec ce financement, l’entreprise créée par l’Organisation non gouvernementale Bibliothèques sans frontières va intensifier son activité au Sénégal et accélérer le développement de son offre de contenu numérique de formation dans Internet en Afrique de l’Ouest et centrale, en particulier au Sénégal, en Côte d’Ivoire, au Bénin, au Togo et au Cameroun.

Le contenu numérique de formation que propose Kajou est disponible sur des cartes micro SD qui peuvent être insérées dans un smartphone. L’accès aux informations se fait ensuite via l’application Kajou. Les utilisateurs peuvent ainsi parcourir jusqu'à 32 gigaoctets (Go) de contenus sélectionnés, dans les langues locales, sur diverses thématiques, dont la santé, l’environnement, l’agriculture ou encore l’entrepreneuriat. L'application permet aussi de partager du contenu avec ses amis, sans utiliser de données.

Jérémy Lachal (photo), le fondateur de Kajou, appréhende la solution numérique comme « un formidable outil pour apporter la connaissance directement dans votre téléphone. Elle vous permet de consulter des milliers de contenus sans utiliser vos données Internet ! Nous sommes des activistes de la connaissance. Parce que là où il y a de la connaissance, il y a de l'espoir ! ».

Kajou est en activité depuis 18 mois et enregistre déjà plus de 20 000 utilisateurs. L’idée apporte une réponse au besoin d’accès à la connaissance en Afrique où le taux de pénétration d’Internet mobile n’est encore que de 28 %, selon le rapport « The Mobile Economy : Sub-Saharan Africa 2021 », de l’Association mondiale des opérateurs de téléphonie (GSMA).  

C’est au total plus de 3 millions de personnes n'ayant pas ou peu accès à Internet en Afrique de l’Ouest que Kajou veut toucher avec sa bibliothèque numérique. Elle voit dans cet investissement un moyen de leur permettre de s'informer, de s'éduquer et de développer leur activité professionnelle grâce à des contenus sur mesure. 

Muriel Edjo

Published in Tech

Le fondateur d'OwnLabs, Abdou Khadre Diop, n’entend pas limiter son potentiel aux travaux pratiques. Il souhaite développer une bibliothèque de connaissances qui donnera aux élèves le goût de la science.

En Afrique, de nombreuses écoles sont encore privées de laboratoires scientifiques. L’enseignement de matières comme la biologie, la chimie ou encore la physique demeure très théorique et représente un frein à l’apprentissage et à l’intérêt des jeunes Africains pour les filières scientifiques. A travers l’application OwnLabs, pensée en 2017 et développée en 2018, la start-up sénégalaise Venturi Sarl propose un moyen technologique de résoudre ce problème.

A l’aide d’un casque de réalité virtuelle en carton doté d’un système d’affichage 3D, de lentilles spécifiques et d’un smartphone, OwnLabs fournit une expérience immersive aux apprenants grâce à la réalisation virtuelle de protocoles expérimentaux issus de leurs programmes scolaires. Abdou Khadre Diop, ingénieur en informatique, fondateur d'OwnLabs, explique que l’application fonctionne également sans casque de réalité virtuelle. C’est « un laboratoire virtuel dans lequel ils [les élèves] pourraient produire toutes les expériences de leur programme scolaire en biologie, chimie et physique, afin qu’ils ne soient pas simples spectateurs, mais acteurs de la science », précise-t-il.

La solution est payante, accessible sans connexion Internet. Elle a été testée avec succès dans six écoles au Sénégal, auprès d’environ 300 élèves qui ont apprécié l’expérience. Venturi Sarl met son kit numérique à la disposition des écoles intéressées, avec des forfaits et options pour la mise à jour des contenus.

Own Labs a déjà à son actif plusieurs distinctions. En 2017, elle a gagné le Prix Orange de l’entrepreneur social, décrochant 5 millions de francs CFA et un accompagnement juridique qui a permis à l'équipe d'Abdou Khadre Diop, composée de Mouhamed Seck, Cheikh Abatalib Diassé, Thierno Diop, Moustapha Diop et Serigne Mbacké Coly, de breveter le logiciel. En décembre de la même année, sur 1 444 équipes universitaires représentant 107 pays, l’application fut parmi les quatre finalistes invitées aux Ericsson Innovation Awards, à Stockholm. Elle remporte la compétition et empoche 25 000 euros. En 2021, elle a remporté le Grand Prix Next startupper Challenge du VivaTech. 

Muriel Edjo

Published in Solutions

Ecolia Labs jouit aujourd’hui de la confiance de plusieurs acteurs du secteur numérique. Elle revendique plus de 1 000 jeunes formés aux compétences numériques, 500 entrepreneurs pris sous mentorat, 30 start-up accompagnées.

Lancée en 2014, Ecolia Labs est une structure d’accompagnement à l’entrepreneuriat innovant (SAEI). C’est une idée de l’ingénieur informatique Yves Cédric Ntsama (photo). C’est le fruit d’une expérience personnelle, alors qu’il était employé à l'Organisation internationale de la francophonie (OIF) de 2013 à 2014. Piqué par la fibre entrepreneuriale, il commence à fréquenter des espaces de travail partagés (coworking space) où il rencontre d'autres jeunes porteurs d'idées ou de projets qui rencontrent des défis similaires aux siens.

« Le fait de me connecter à ces jeunes, partager mes idées et mes difficultés, mais surtout m'inspirer de leurs parcours et de leurs expériences, m'a permis d'évoluer dans mes projets ; j'ai compris l'importance de ce type d'espace et son impact dans le développement et la réussite des projets portés par des jeunes », raconte Yves Cédric Ntsama. Ainsi naît l'incubateur Ecolia Labs. Pour améliorer son expertise en accompagnement de porteurs de projets innovants, le jeune tech entrepreneur camerounais retourne se former. Il obtient en 2015 un diplôme de l’université de Lille en recherche pour l’éducation numérique.

A ses débuts, l’écosystème créé par Yves Cédric Ntsama est constitué d’un incubateur de start-up pour l’accompagnement personnalisé des jeunes dans la création et la croissance de leur entreprise ; un Tech Hub dédié au développement des compétences digitales ; un espace de coworking pour fédérer les énergies et s’améliorer réciproquement ; un club de programmation pour apprendre aux jeunes de 6 à 16 ans comment coder, créer un site Web, une application ; enfin un centre de recherche en éducation numérique axé sur le développement de solutions et d’approches pédagogiques innovantes adaptables dans le système éducatif national.

Ecolia Labs a évolué au fil du temps, suscitant en parallèle la confiance de plusieurs acteurs intéressés par le développement du numérique. Orange Cameroun lui a déjà confié plusieurs missions comme l’organisation du Hackathon ODC Code Week ou encore la formation de jeune au codage. Il y a aussi le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) pour qui l’incubateur a organisé un atelier de renforcement de capacités pour les incubateurs locaux. En 2018, Ecolia Labs rejoint la communauté Afric'innov, un réseau de structures d’accompagnement à l’entrepreneuriat innovant basé à Dakar au Sénégal.

Aujourd’hui, l’incubateur propose de nouveaux services parmi lesquels la pré-incubation, la formation aux technologies émergentes ou encore l’organisation de hackathons. Depuis 2020, Ecolia Labs travaille sur son projet de bibliothèque pour entrepreneurs (BookLabs), avec l’appui financier de l’ambassade des Etats-unis, pour stimuler la créativité chez les jeunes en s'inspirant du parcours et des expériences des plus grands entrepreneurs du monde.

Avec le développement de nouvelles technologies, Ecolia Labs fait aussi de l’intelligence artificielle l’un de ses nouveaux centres d’intérêt. A ce jour, le centre d’accompagnement à l’innovation technologique revendique plus de 1000 jeunes formés aux compétences du numérique, plus de 500 entrepreneurs formés et pris sous mentorat, plus de 30 start-up accompagnées. 

Ruben Tchounyabe

Published in Tech Stars

Pour cette année, le nombre de bacheliers qui intègrent les universités au Mali est en hausse comparé à la moyenne des années précédentes. Pour éviter le trop-plein dans les universités, le gouvernement a pensé à digitaliser les formations.

Le Mali veut créer une université virtuelle. Les contours du projet ont fait l’objet d’un échange, le mardi 25 janvier, entre le ministre malien de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Pr Amadou Keita (photo, à gauche), et le représentant de l’UNESCO au Mali, Edmond Moukala (photo, à droite). Au cours de la rencontre, Amadou Keita a sollicité l’accompagnement de l’UNESCO pour la mise en œuvre de cette institution.

Au sortir de la rencontre, le Pr Amadou Keita a révélé « qu’une étude ayant pour but de maîtriser l’ensemble des contours de la question doit s’effectuer dans les meilleurs délais ». D’après lui, l'institution sera d’une grande aide pour booster l’enseignement à distance dans le pays, surtout avec la Covid-19.

La création de ce campus virtuel trouve également sa justification dans le nombre croissant de nouveaux étudiants qui arrivent dans les universités. « Habituellement, les bacheliers ne dépassent pas 50 000 personnes. Mais cette année, ils sont plus de 67 000 », confie le ministre. Une hausse qui contraint le gouvernement à prendre des mesures pour atténuer l’effet des effectifs pléthoriques dans les amphithéâtres. Pour l’instant, aucune date n’a été révélée pour le lancement de l’université. Cependant, les partenaires ont souligné le caractère urgent de la mise en œuvre du projet.

Par ailleurs, la rencontre entre les deux hommes a également porté sur de la réalisation d’une étude sur les métiers prioritaires au Mali. A en croire le communiqué publié à cet effet, cette étude devrait aboutir à la révision des programmes de formation, l’objectif ici étant de les faire correspondre aux besoins en ressources humaines de l’économie malienne.

Vanessa Ngono Atangana

Published in Actualités

Ce programme d’accélération de Partech Shaker, soutenu par le ministère allemand de la Coopération économique et du Développement, à travers la KfW, prévoit de préparer une quarantaine de start-up européennes en croissance qui lorgnent le continent africain.

Soutenu par la KfW, la banque de développement allemande, à hauteur de 5 millions d’euros, le capital-risqueur parisien Partech vient de dévoiler un nouveau programme d’accélération, Chapter54, destiné à accompagner les start-up européennes souhaitant s’installer en Afrique. 

L’accélérateur qui sera géré par Partech Shaker, sa division d'innovation tech, devrait appuyer chaque année, 10 jeunes pousses européennes, pendant les quatre prochaines années, dans leur projet d’expansion vers l’Afrique, apprend-on. 

« Nous avons une très bonne connaissance de l'écosystème tech européen car nous y sommes l'un des investisseurs les plus importants. Nous sommes désormais un investisseur majeur dans la tech en Afrique, et nous avons la capacité de gérer des projets innovants via Partech Shaker […] Du point de vue de la KfW, nous étions un bon acteur pour gérer ce programme d'accélération », a justifié Vincent Previ (photo), le directeur général de Chapter54.

Selon le fonds de capital-risque, les premiers dépôts de candidature sont attendus en février, et les start-up sélectionnées devront se faire accompagner pendant 8 mois au cours desquels il est prévu une série d’activités d’incubation. Notamment des programmes de mentorat avec des entrepreneurs et techstars africains.

« Si vous voulez entrer en Afrique, vous devez le faire correctement et conformément aux exigences légales. Vous devez modifier votre façon de travailler. Nous allons les aider à réinventer la façon dont ils gèrent leurs entreprises ».

Ainsi, des sessions seront organisées pour aider les startuppeurs européens à mieux comprendre les marchés africains, qui « ne sont pas similaires à ceux d’Europe ». Très active sur le continent avec un portefeuille d’une quinzaine d’investissements, la société francilienne a notamment investi dans Wave, un fournisseur de services d'argent mobile basé aux Etats-Unis et ayant sa base opérationnelle au Sénégal, et dans l’Ougandais Tugende.

Fiacre E. Kakpo

Published in Actualités

La start-up, qui travaille à son expansion en Afrique, a déjà à son actif plus de 600 développeurs formés dont 45 % sont insérés. Avec le soutien financier d’investisseurs de renom, elle croit fermement en son ambition d’y démocratiser les talents technologiques.

Crée en 2016 par le sénégalais Amadou Daffe, titulaire d'une licence en informatique et d'un master en système d'information de gestion des Etats-Unis, la edtech Gebeya est aujourd’hui l’une des places de marché dédiées compétences numériques les plus prisées sur le continent africain. La start-up, dont le siège est basé à Addis Abeba  en Ethiopie, a su développer son activité en s’appuyant sur trois pôles stratégiques que sont : la formation de développeurs, un système de sous-traitance des compétences et un incubateur.

La formation de développeurs est le cœur d’activité sur lequel Gebeya s’est bâtie à ses débuts. L’attention d’Amadou Daffe s’y est d’abord portée quand il s'est rendu compte du nombre insuffisant de ces professionnels sur le continent. Avec sa première entreprise Coders4Africa  – qui a créé un réseau de développeurs et proposait des services de sous-traitance aux grandes entreprises –, il a perdu plusieurs contrats faute de professionnels à qui les confier. La start-up propose aujourd’hui des cours en programmation aux jeunes africains dans trois modules : Gebeya Professional, Digital Learning Program et Gebeya Core.  Les cours ne sont pas ouverts aux débutants en informatique. Les candidats doivent déjà avoir un diplôme pour postuler, Bachelor ou Master, ou à défaut au moins 3 ans d’expérience.

Avec la pépinière de développeurs en place, Gebeya offre des services de sous-traitance de compétences dans sept grands domaines, à savoir : le développement de logiciels, la conception, le marketing numérique, la gestion de projet, la gestion des produits, la cybersécurité et l’intelligence artificielle. Ses clients sont des entreprises européennes et africaines.

Enfin, consciente que les jeunes formés peuvent couver des idées innovantes, Gebeya intègre aussi un incubateur.  « Nous avons deux types d’incubation. La première concerne les personnes qui nous rejoignent avec un produit déjà défini […] Le second type d’incubation concerne plus des idées en interne. Lors du programme de formation, vous devez travailler sur un projet. Il peut venir de nous ou de nos clients », explique Amadou Daffe.

Depuis sa création, Gebeya revendique la formation de plus de 600 talents spécialisés dans la tech parmi lesquels 45% ont trouvé un emploi par son biais. « En permettant à de jeunes Ethiopiens talentueux d’avoir accès à des opportunités partout dans le monde et à des salaires plus élevés, nous leur donnons les moyens d’aider leurs familles et leurs communautés. Il y a de vraies retombées économiques à la clé », soutient Amadou Daffe.

En plus de l’Ethiopie, la start-up propose ses services au Kenya. Elle envisage également une expansion de ses activités aux Etats-Unis. Gebeya s’est fixé comme objectif d’étendre davantage son modèle en Afrique. Pour soutenir ses ambitions, la société a réussi à lever 2 millions $ en février 2020 auprès d’Orange Digital Ventures, Partech Africa et Consonance Investment Managers. 

Ruben Tchounyabe

Published in Solutions

Abidjan devient la 6e capitale africaine qui abrite un Orange Digital Center après Addis-Abeba, Dakar, Bamako, Tunis et Rabat. « Le centre contribuera à faire de la Côte d'Ivoire un hub digital dans la sous-région », a annoncé le chef du gouvernement ivoirien Patrick Achi.

Le CEO du groupe Orange, Stéphane Richard, aux côtés du Premier ministre ivoirien Patrick Achi, a procédé au lancement ce mardi 12 octobre d’Orange Digital Center en Côte d'Ivoire. Ce programme de formation que le groupe compte mettre en œuvre dans tous les pays où il opère, s’inscrit dans le cadre du plan d’action quinquennal ‘’Engage 2025’’ d'Orange qui vise à « promouvoir l’égalité numérique ».

1 code

« Avec l’objectif de former 2000 jeunes d’ici fin 2022, et de créer plusieurs centaines d’emplois, ce centre du ‘’digitale pour tous’’ participera pleinement au développement du capital humain ivoirien en permettant à chacun de se former, d’innover sur les réseaux ou de booster sa start-up » a indiqué Patrick Achi. Ce dernier n’a pas manqué de rappeler l’objectif de son gouvernement qui est de faire de la Côte d'Ivoire « le hub digital de l’Afrique de l’Ouest ».

Cet Orange Digital Center de Côte d'Ivoire fait partie désormais du réseau des « 32 Orange Digital Center dont 18 seront déployés en Afrique et au Moyen-Orient. Notre objectif principal est de démocratiser l’accès au numérique » a déclaré de son côté Alioune Ndiaye, Pdg d’Orange Afrique et Moyen-Orient, présent à la cérémonie de lancement.

Ce programme vise les étudiants, les porteurs de projets, les personnes sans emploi, déscolarisées et les jeunes diplômés, avec pour objectif d’aider chacun à développer un savoir-faire numérique en fonction de ses besoins.

Le centre de Côte d’Ivoire compte un atelier de fabrication numérique intitulé Fablab solidaire ; un accélérateur de start-up appelé Orange Fab, un atelier de codage (Orange Digital Academy) ; et un fonds d’investissements nommé Orange Ventures Africa.

Notons que le PDG du groupe Orange, Stéphane Richard, est désormais attendu à Yaoundé pour l’inauguration d’Orange Digital Center Cameroun.

Youssouf Sériba.

Published in Télécom
Page 49 sur 49

Please publish modules in offcanvas position.