Sa passion, née à la suite d’un évènement malheureux, le place aujourd’hui parmi les innovateurs à fort potentiel. A travers Klas, la start-up dont il est le co-fondateur, il veut donner à chacun la possibilité d’apprendre et de partager tout ce dont il a envie.

Donner à tout le monde qui a un quelconque savoir de valeur la possibilité de le partager et d’en tirer un revenu est la vision que promeut le jeune Nigérian de 18 ans Nathan Nwachuku (photo). A travers la star-tup Klas lancée en décembre 2021, il vient de lever la somme de 130 000 $ auprès d’un groupe d’investisseurs parmi lesquels Voltron Capital, Cabal Fund, Velocity Digital, HoaQ, Tola Adesanmi de Spleet, Odunayo Eweniyi de PiggyVest ou encore Nadayar Enegesi d’Eden Life.

L’argent permettra à Nathan Nwachuku  de renforcer sa plateforme numérique d’éducation qui permet à quiconque de créer une école en ligne et de proposer des enseignements en direct. Le logiciel de la plateforme intègre la planification des cours, la gestion de communauté, la vidéoconférence, un module de paiements. Sur Klas, les créateurs peuvent enseigner une variété de sujets, y compris le codage, la conception, la cryptographie, les affaires et les langues. La start-up se donne pour mission de libérer le pouvoir du partage des connaissances grâce à la technologie. 

Nathan Nwachuku a eu l’idée de Klas lors de sa convalescence, après un accident survenu le jour de son quinzième anniversaire et au cours duquel il a perdu son œil droit. Pendant cette trêve qui a duré cinq mois, le jeune Nigérian est parti d’une approche simple pour dispenser des cours de soutien de physique en ligne. Il est finalement happé par tout le potentiel qu’offre cette méthode d’enseignement, il décide de s’y consacrer et refuse même plus tard, après son baccalauréat, des admissions à l’université pour se consacrer à son projet. Il rencontre plus tard, sur un site de jumelage, Lekan Adejumo qui deviendra le cofondateur de Klas.

Aujourd’hui, la start-up revendique des collaborations avec plusieurs entreprises à travers le monde et plus de 2 000 créateurs de cours sur sa liste d'attente.

Ruben Tchounyabe

Lire aussi : Christelle Hien Kouame, grande gagnante du Challenge App Afrique 2021

Published in Tech Stars

Dans le nouveau plan de développement national 2021-2025, dévoilé le 22 décembre 2021, le Nigeria fait de la numérisation des services publics un axe indispensable. Mais pour garantir l’efficacité de ces services, une ressource humaine compétente est également requise.

Idongesit Udoh, le responsable nigérian du programme d'accès numérique du gouvernement britannique, a dévoilé le vendredi 18 mars l’intention du Royaume-Uni d’accompagner le Nigeria dans la formation des fonctionnaires aux compétences numériques de base. Lors de la grande finale du DigitalForAll Challenge organisé par Tech4Dev en partenariat avec Microsoft, il a soutenu que cette activité devrait se dérouler dans plusieurs États du pays afin de préparer l’administration publique de chaque région à l’e-gouvernement qui s’accélère.

Idongesit Udoh a affirmé que le soutien du Royaume-Uni à la formation des fonctionnaires nigérians aux compétences numériques de base n’est que la continuité d’une vieille collaboration technologique avec l’État du Nigeria qui a déjà porté plusieurs fruits. « Le Royaume-Uni soutient activement le Nigeria par le biais du développement technologique. Et bien sûr, nous avons travaillé avec le gouvernement fédéral dans le passé sur des sujets tels que l'élaboration du plan national sur le haut débit. Sur le front de la cybernétique, nous avons fourni une assistance technique pour élaborer la nouvelle politique et stratégie nationale de cybersécurité du Nigeria. Et actuellement, nous travaillons avec le secteur privé sur plusieurs fronts, notamment sur les compétences numériques des femmes et des jeunes filles », a-t-il expliqué.

Former ses fonctionnaires aux compétences numériques n’est qu’une échelle réduite de l’ambition de développement grâce au numérique que porte le Nigeria. Le gouvernement veut que 95% de sa population soit apte à utiliser les technologies de l’information et de la communication d’ici 2030. Pour atteindre cet objectif, Mallam Kashifu Abdullahi, le directeur général de l’Agence nationale de développement des technologies de l’information (NITDA), interpelait le secteur privé en janvier dernier sur la nécessité d’investir dans cette tâche.

Une ressource humaine apte à évoluer sans heurts dans l’écosystème de l’administration en ligne est indispensable au Nigeria pour garantir l’efficacité et la rapidité de la nouvelle fonction publique qui ne sera pas uniquement technologique, mais également humaine. Traiter les demandes, initier les procédures, achever le service exigera une connaissance des systèmes numériques et leur manipulation. C’est dans la maîtrise de ces différents outils que le Royaume-Uni souhaite accompagner le Nigeria. 

Muriel Edjo

Lire aussi : Le gouvernement nigérian s’est doté d’un plan pour accélérer la numérisation de son économie d’ici 2025

Published in Gestion Publique

L’enseignement en ligne a toujours figuré dans les plans de développement par le numérique défendus par le président de la République depuis 2016. La Covid-19, et son impact sur le secteur éducatif du pays, n’a fait qu’accélérer une mutation engagée timidement.  

Le gouvernement de la République du Bénin s’inspire de l’expérience de la Côte d’Ivoire avec son projet « Ecole numérique » pour s’assurer de la mise en oeuvre efficace de l’e-éducation dans le pays. Vendredi 18 mars, la ministre béninoise de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Éléonore Yayi épouse Ladekan (photo), a effectué à cet effet une visite d’imprégnation au Lycée classique d’Abidjan, l’un des sites bénéficiaires du projet en cours d’implémentation depuis mars 2020 par le gouvernement ivoirien. Elle y a pris la mesure des investissements techniques nécessaires à déployer au niveau des établissements et à l’échelle nationale.

Au Lycée classique d’Abidjan, la ministre béninoise de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a visité deux salles multimédias et centre de données. La première équipée de plus d’une trentaine d’ordinateurs, de deux écrans géants tactiles et de caméras de dernière génération est destinée aux cours par visioconférence. Elle est interconnectée par fibre optique à 149 autres sites à travers le pays. La seconde salle, équipée d’ordinateurs et de connexion Internet à haut débit, permet aux élèves de suivre des cours à distance. Le centre de données quant à lui renferme l’ensemble des données éducatives produites lors des cours, les manuels pédagogiques, etc.

Lors de sa visite au cours de laquelle elle était accompagnée de la ministre béninoise du Numérique et de la Digitalisation, Aurélie Adam Soule épouse Zoumarou, la ministre Éléonore Yayi épouse Ladekan a révélé être en pourparlers avec Huawei pour reproduire au Bénin ce qui se fait déjà en Côte d’Ivoire. Elle a insisté sur l’importance de l’e-éducation dans la vision de développement via le numérique portée par le président de la République, Patrice Talon.

Le 21 janvier dernier, la ministre du Numérique et de la Digitalisation interpelait déjà ses collègues des ministères des Enseignements maternelle et primaire ; des Enseignements secondaire, technique et de la Formation professionnelle ; et du Supérieur, sur l’urgence du projet e-éducation. Lors de l’atelier organisé par l'Agence des services et systèmes d'information (ASSI), elle avait appelé à une action concertée pour le maximum d'impact.

Avec l’e-éducation, le gouvernement béninois veut donner aux jeunes apprenants l’accès à des experts, aux recherches les plus actuelles, aux connaissances les plus pointues. Le numérique aidant, interagir à distance avec des professionnels de l’éducation ne sera plus contraignant. Le pays pourra ainsi se bâtir progressivement une ressource humaine du même calibre que celui des pays développés, et la mettre à contribution pour son développement économique.

Muriel Edjo

Lire aussi : Bénin : le gouvernement accélère la numérisation de son secteur éducatif

Published in Gestion Publique

Christelle Hien Kouame a fondé « Prenez les feuilles », une plateforme en ligne permettant l’accès aux programmes scolaires sous forme de résumés de cours qui sont suivis d’autotests.

Ingénieure en marketing et communication et entrepreneure depuis près d’une dizaine d’années, Christelle Hien Kouame (photo) porte le projet de relever le défi du taux de réussite scolaire grâce au numérique. Elle est à l’origine de la start-up edtech « Prenez les feuilles », qui propose une plateforme éducative pour les élèves en Côte d’Ivoire. Pour concrétiser son projet, elle a investi les fonds de son agence de communication, et présente officiellement sa solution numérique au ministère ivoirien de l’Éducation nationale. Le projet apprécié par les autorités locales a été présenté dans les établissements scolaires, d’abord en mettant à la disposition des élèves, les devoirs et examens.

Ce modèle devenant restrictif, elle a décidé d’élargir son offre en incluant de nouveaux outils d’apprentissage afin de challenger les élèves. « Nous avons alors intégré à la plateforme trois ingrédients importants : la motivation par la récompense en leur offrant des cadeaux pour les quizz et exercices effectués correctement dans un délai imparti, l’aide à l’orientation en parlant de métiers avec des parcours différents, et enfin des petites capsules de culture générale diffusées via le canal WhatsApp », détaille-t-elle.

C’est face au constat d’un taux de réussite d’à peine 40% au baccalauréat, à l’échelle nationale, qu’elle a eu l’idée de ce projet. Au-delà de son rôle éducatif, la plateforme permet aussi de résorber certaines inégalités selon elle. En effet, elle permet aux élèves qui n’ont pas la possibilité d’avoir tous les manuels scolaires, d’avoir accès aux cours et aux différentes matières à partir de leur téléphone portable. L’objectif de « Prenez les feuilles » est donc de donner l’accès aux programmes d’écoles au plus grand nombre. L’application se veut aussi le meilleur outil de préparation des examens scolaires.

Son projet ayant suscité un grand intérêt, est racheté en 2019 par l’entreprise edtech Eneza Education. Un succès en appelant un autre, elle a remporté la 6e édition du Challenge App Afrique pour l’année 2021 d’un montant de 15 000 euros, une compétition qui soutient le développement d’applications numériques dans les TIC, organisé par les médias RFI et France24.

Aujourd’hui, 6 000 élèves utilisent régulièrement la plateforme en ligne, et la version application lancée début mars compte déjà presque 2 000 téléchargements. À l’avenir, Christelle Hien Kouame ambitionne de conquérir d’autres marchés africains en commençant par le Sénégal d'ici 2025.

Aïsha Moyouzame

Published in Tech Stars

L’accès à l’énergie et à la connectivité demeure encore un obstacle au développement de l’apprentissage à distance sur le continent. Mais des solutions intégrées voient de plus en plus le jour pour y remédier.

En 2020, la Covid-19 a nui à l’éducation dans plusieurs pays d’Afrique. Pendant plusieurs mois, les écoles ont dû fermer leurs portes par mesure de précaution sanitaire. Les solutions alternatives d’apprentissage à distance mises sur pied par les Etat n’ont pas toujours brillé par leur efficacité. Une situation qui aurait pu être mieux gérée grâce aux nombreuses solutions edtech déjà développées sur le continent par de nombreux innovateurs à l’instar du Franco-Togolais Victor Agbegnenou (photo) avec Retice Renal Smart 80/20.

La solution Retice Renal Smart 80/20 est une combinaison d’outils numériques, dont une plateforme de gestion et d’échanges synchronisés ; une infrastructure très haut débit sans Internet ; des tablettes et logiciels didactiques. Ce réseau, exécutable à différentes échelles, permet à l’enseignant d’interagir avec chaque élève muni d’une tablette connectée équipée de manuels scolaires numérisés et de dispenser son cours en présentiel comme à distance. La connectivité est assurée par la technologie « PWCS », un système de communications sans fil de point à multipoint.  

Lebon Ngounou, directeur général de Retice Africa Sarl, estime qu’avec cette technologie, les élèves et enseignants peuvent rester chez eux et tout de même assister au cours. La solution, adaptée aux zones rurales très souvent dépourvues d’énergie électrique, embarque des unités de stockage d’énergie rechargeable avec une lampe solaire. Ces unités de stockage sont destinées aux tablettes.

Retice Renal Smart 80/20 a reçu le prix ITBP Sorbonne 2018, a été primé par l’Unesco et par l’Organisation internationale de la francophonie comme solution numérique pour l’éducation. Il figure également dans le Top 40 des technologies numériques pour l’éducation certifiées par l’Union africaine en 2019.

KA Technologies, l’entreprise créée par Victor Agbegnenou pour déployer la solution, travaille à équiper près de 150 000 élèves au Togo depuis 2020 dans le cadre d’un projet avec l’ambassade de France. La solution est déjà déployée au Sénégal dans deux communes et au Nigeria dans l'Etat de Kano. L’entreprise qui a déjà obtenu l’accord formel du ministère de l’Education de base et du ministère des Postes et Télécommunications du Cameroun poursuit ses échanges avec le gouvernement pour déployer sa solution dans les établissements d’enseignement du pays. 

Ruben Tchounyabe

Lire aussi : Avec ses livres et stylos audio, Mavis Computel combat l’analphabétisme au Nigeria

Published in Solutions

Depuis 2019, le groupe télécoms déploie sa stratégie de développement des compétences 4.0 dans ses différents marchés de la zone MENA. Il a déjà touché la Tunisie, le Sénégal, l’Ethiopie, le Mali, la Côte d’Ivoire, le Cameroun, l’Egypte et la Jordanie.

Jeudi 10 mars, Madagascar est officiellement devenu le neuvième pays d’Afrique et du Moyen-Orient à rejoindre officiellement le réseau de formation numérique et de soutien à l’innovation du groupe télécoms Orange. La société y a inauguré à Antananarivo, dans La Tour Redland à Ankorondrano, son « Orange Digital Center ».

Il s’agit d’un écosystème entièrement mis en œuvre avec la coopération allemande et dédié au développement des compétences numériques et à l’accompagnement des porteurs de projets innovants. Il est opérationnel depuis le 19 octobre 2021.

Selon Alioune Ndiaye, le président-directeur général d’Orange Afrique et Moyen-Orient, Orange Digital Center Madagascar « fait partie du réseau des 32 Orange Digital Centers du groupe Orange, qui seront déployés sur l’ensemble de nos pays de présence en Afrique et au Moyen-Orient, mais également en Europe. L’objectif est de démocratiser l’accès au numérique pour les jeunes, diplômés ou non diplômés, leur donner accès aux dernières compétences technologiques pour renforcer leur employabilité, et les préparer aux emplois de demain ».

Déployé sur une superficie de 800 m2, le site malgache  réunit une Ecole du Code, un atelier de fabrication numérique FabLab Solidaire de la Fondation Orange installé à l’université d’Antananarivo et un accélérateur de start-up Orange Fab, soutenu par Orange Ventures, le fonds d'investissement du Groupe Orange. L’ensemble des programmes de formation et d’encadrement est gratuit et ouvert à tous.

La collaboration entre Orange et la coopération allemande à Madagascar rentre dans le cadre du partenariat de développement du « programme develoPPP » que cette dernière met en œuvre pour le compte du ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ). L’objectif est de concrétiser leur vision commune : favoriser l’employabilité des jeunes et l’accès aux emplois TIC pour les femmes et les jeunes filles, tout en soutenant la croissance durable et la transformation numérique du pays.

Pour contribuer à l’accès d’un nombre encore plus grand de jeunes Malgaches aux connaissances en rapport avec le numérique, il est aussi prévu l’installation de deux Orange Digital Center Club, extensions de l’Ecole du Code, à l’université de Fianarantsoa et à l’université d’Antsiranana. 

Muriel Edjo

Lire aussi : Le Congo prépare un cadre juridique spécifique aux start-up

Published in Tech

Bien que leur nombre soit encore très réduit, elles multiplient les initiatives fortes pour se fédérer et briser les barrières qui les ont retenus jusqu’à présent. Formation, réseautage, financement sont au cœur de la stratégie panafricaine d’éveil en cours de déploiement avec le soutien de divers partenaires.

Dans son rapport « 2021 AFRICA TECH VENTURE CAPITAL », Partech révèle qu’un total de 134 start-up fondées par des femmes enregistrées en 2021 a effectué un tour de table contre 47 opérations financières comptabilisées en 2020, soit une croissance de +285%. Les start-up fondées par des femmes ont réalisé 20% des 681 tours de table enregistrés l’année dernière, en croissance de 7% comparé à 2020 (13%). Elles ont obtenu 834 millions $, en croissance  de +281% par rapport à 2020. Ce montant représente 16% du total des 5,2 milliards $ d’investissement levés en 2021 par des start-up, en hausse de 2% par rapport à 2020 (14%).

cybercrimes cadenas 4 min

Pourcentage de fonds levés et de tours de tables effectués par des tech entrepreneurs africaines (Source : Partech)

Bien que ces données montrent une progression dans le volume d’investissements captés par les tech entrepreneurs africaines d’une année à une autre, Briter Bridges déplore tout de même un niveau très faible au cours des neuf dernières années.

Beaucoup reste à faire

Dans son rapport « In Search Of Equity Exploring Africa’s Gender Gap in Startup Finance » publié en octobre 2021, Briter Bridges indique qu'entre janvier 2013 et mai 2021, un total de 1 112 start-up opérant à travers l'Afrique ont mobilisé un total de 1,7 milliard $ de financements de démarrage. Parmi ces entreprises, 75% avaient des équipes exclusivement masculines, 9% des équipes exclusivement féminines et 14% des équipes fondatrices mixtes. « Seulement 3% des financements de démarrage sont allés à des équipes fondatrices entièrement féminines, contre 76% pour les équipes entièrement masculines », souligne la société de recherche axée sur les données, basée à Londres et fondée en 2018. Selon elle, cela signifie que pour chaque « dollar investi dans des équipes fondatrices entièrement féminines, les équipes entièrement masculines ont reçu 25 $ ».

cybercrimes cadenas 3 min

Volume d’investissement levé par genre de fondateur (Source : Briter Bridges)

Sur la faible présence des tech entrepreneurs africaines dans le captage de l’investissement, Partech et Briter Bridges s’accordent à dire qu’elle s’explique en partie par la faible présence des femmes dans les segments porteurs comme la Finance, la logistique, le transport. Elles préfèrent en majorité les secteurs du commerce de détail et des services, qui nécessitent moins de capitaux et présentent moins d'obstacles à l'entrée. De plus, les tech entrepreneurs masculins, d’abord plus nombreux, sont également plus susceptibles d'opérer dans des sous-secteurs qui attirent moins d'investissements tels que l'edtech ou la healthtech, accentuant la concurrence.

cybercrimes cadenas 2 min

La représentation du genre dans les différents secteurs tech (Source : Briter Bridges)

Il y a aussi le tempérament des investisseurs. « Même lorsqu'elles travaillent dans des secteurs suscitant un grand intérêt de la part des investisseurs, les équipes entièrement féminines sont toujours moins susceptibles de recevoir un financement que les équipes entièrement masculines, et elles reçoivent des montants plus faibles lorsqu'elles obtiennent un financement », note Briter Bridges. Enfin, plusieurs autres types d’obstacles entravent encore une plus grande présence des femmes dans la tech industrie africaine, notamment la faible présence des jeunes filles dans les filières scientifiques (STEM) ; un réseau d’affaires plus faible, essentiellement composé de femmes. Mais des initiatives se multiplient pour aider les tech innovatrices à surmonter ces barrières.

Formation et financements ciblés

Au cours des dix dernières années, le soutien aux Africaines dans le numérique a gagné en intérêt. La transformation numérique s’accélérant au fil des ans, les formations dans les compétences numériques à leur endroit se sont multipliées. De nombreux partenaires internationaux et locaux comme la Banque mondiale, l’Agence française de développement (AFD), la Banque africaine de développement (BAD) ou encore la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (UNECA), la Fondation Bill et Melinda Gates, Google, l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco) s’y sont impliqués. De son côté, depuis 2015, Orange a investi dans des maisons digitales dans ses 16 marchés d’Afrique pour former les femmes aux compétences numériques, en plus des programmes dédiés que le groupe soutient déjà. Des pôles de financement ciblés ont également déjà été lancés par divers acteurs, notamment Alitheia Capital, fonds de capital-investissement de 100 millions de dollars, cofondé par Tokunboh Ishmael et Polo Leteka Radebe. Il y a FirstCheck Africa, collectif d'investisseurs et fonds d'investissement dirigés par des femmes et axés sur les femmes, cofondé par Eloho Omame et Emmanuel Bocquet. Il y a aussi WeFundWomen, communauté d'investissement intelligente fondée par Hope Ditlhakanyane pour les start-up en Afrique en les connectant à des capitaux démocratisés. Akazi Capital de Liebe Jeannot, est un fonds d'impact « crowdfunding », qui investit jusqu'à 250 000 $ dans des entreprises en phase de démarrage détenues et dirigées par des femmes en Afrique subsaharienne.                         

Muriel Edjo

Lire aussi : Des bourses de formation au numérique pour les femmes africaines

Published in Tech

Afin de réduire l’écart des connaissances numériques entre les hommes et les femmes, le programme Women Techsters forme les femmes dans plusieurs domaines du numérique. La formation qui allie théorie et pratique veut aussi donner l’opportunité à ces dernières de s’intégrer sur le marché de l’emploi.

Women Techsters, une initiative de l'entreprise sociale Tech4Dev propose des bourses pour un programme d'apprentissage virtuel pour les jeunes filles et les femmes en Afrique. Une formation est spécialement conçue pour les novices en technologie, qui rencontrent la technologie pour la première fois.

Les candidates à la bourse doivent être âgées de 16 à 40 ans et résider dans l’un des pays suivants : Afrique du Sud, Nigeria, Ghana, Kenya, Ethiopie, RD Congo, Tanzanie, Ouganda, Algérie, Soudan du Sud, Maroc, Angola, Mozambique, Madagascar et Egypte.

Les personnes retenues seront formées sur les compétences de blockchain, cybersécurité, science des données et ingénierie de l'intelligence artificielle, réalité mixte/animation 3D, développement d'applications mobiles, conception de produits (UI/UX), gestion des produits et développement de logiciels.

Le programme de bourses Women Techsters a pour objectif d’augmenter le nombre de filles et de femmes ayant des moyens de subsistance améliorés et un accès aux emplois numériques. En outre, il vise à combler le fossé des connaissances numériques et technologiques entre les hommes et les femmes dans l'écosystème technologique, et à garantir l'égalité d'accès aux opportunités technologiques pour les femmes et les filles.

Le programme commencera en mai 2022 pour une durée d’un an, dont 6 mois de formation intensive, suivis d'un stage de 6 mois. Parallèlement, les apprenants participeront à un programme de mentorat pour les aider à créer des carrières technologiques et des entreprises axées sur la technologie. Les candidatures doivent être soumises au plus tard le 22 mars 2022.

Plus d’informations

Vanessa Ngono Atangana 

Published in Solutions

Jusqu’au 20 avril, MEST Africa reçoit les candidatures pour l’édition 2023 de sa formation de jeunes tech innovateurs africains. Cette année, le programme est ouvert aux jeunes Sénégalais. Pour postuler, les personnes intéressées doivent se rendre https://mest.submittable.com/submit. Les entretiens finaux interviendront en mai à Accra, Lagos, Dakar, Nairobi et Johannesburg. Le programme de formation débutera en août 2022 sur le campus de MEST à Accra, au Ghana. Les candidats retenus auront accès à une formation de douze mois en matière de développement de logiciels, de compétences en affaires et en communication. La formation s'accompagne de sessions de mentorat et de réseautage avec des experts de l'industrie et des dirigeants d'entreprise du monde entier. Au terme du programme, tous les apprenants forment des start-up avec des co-fondateurs au sein de leur cohorte et présentent leur idée d'entreprise pour obtenir jusqu'à 100 000 $ en financement de démarrage, incubation d'entreprises.

Published in Breves

A travers sa startup Caysti, l’informaticienne multiplie les initiatives de formation au codage au bénéfice de jeunes et de femmes. Son objectif, améliorer leur autonomie dans un monde qui se numérise rapidement.

Arielle Kitio entame une nouvelle étape dans son ambition de développer les compétences numériques de la jeunesse camerounaise, particulièrement à l’attention des femmes et des jeunes. Le 22 février, elle a lancé la première édition de l’initiative Techwomen Factory, destinée à former 179 femmes dans diverses aptitudes technologiques dont le codage.

Fondatrice de la Cameroon Youth School Tech Incubator (Caysti) en 2017, la jeune tech entrepreneure s’est illustrée au cours des dernières années dans le pays à travers diverses initiatives en rapport avec la promotion des compétences numériques auprès des jeunes.

En 2018, elle a lancé le programme pédagogique de codage ludique pour enfant « ABC Code ». La particularité de cette formation est qu’elle apprend aux jeunes de 6 à 15 ans à créer des applications numériques dans les langues africaines. D’autres programmes lui emboîteront le pas plus tard, notamment celui destiné aux enseignants des écoles et lycées, afin de leur fournir un savoir à transmettre à leurs élèves. Aujourd’hui, Caysti revendique près 29 000 enfants formés au Cameroun, 350 enseignants et plus de 8000 responsables de l’éducation primaire formés dans plus de 6 pays en Afrique.

La contribution d’Arielle Kitio dans le domaine de l’éducation tech lui a valu plusieurs reconnaissances internationales. Les outils pédagogiques développés par son organisation ont été certifiés par l’Union africaine dans son Handbook Education 2018 et par l’Unesco in ICT.

Lauréate 2020 du concours mondial sur l’éducation de qualité organisé par Deloitte, la camerounaise a reçu en 2019 le prix Margaret de la femme digitale africaine. Ancienne ambassadrice du Next Einstein Forum au Cameroun, elle est par ailleurs titulaire du Techwomen Award du département d’Etats des Etats-Unis.

En parallèle à ses activités de formatrice, Arielle Kitio est aussi une fervente militante pour l’adoption des filières scientifiques et technologiques par plus de femmes. Elle mène ce combat depuis 2015 à travers son Association WIT (Information Technology for Women & Youth). Son principal atout dans tous ces combats en faveur de la cause féminine dans la technologie, c’est son expertise personnelle.

Armelle Kitio est dotée d’un parcours académique riche. En 2011, elle obtient une Licence en informatique à l'Université de Yaoundé I, puis un Master en informatique option Cloud Computing en codirection avec l’Institut National Polytechnique de Toulouse en France. Elle prépare actuellement une thèse de doctorat en informatique, option Génie Logiciel à l’Université de Yaoundé I.

Ruben Tchounyabe

Lire aussi:

 Entrepreneuriat digital : huit africaines finalistes du prix Les Margaret 2022

Published in Tech Stars
Page 47 sur 49

Please publish modules in offcanvas position.