La jeune entreprise qui a déjà convaincu plusieurs investisseurs au regard de son modèle innovant, couve encore de grandes ambitions.  De nouveaux marchés sont dans son viseur avec des millions de jeunes africains qui désirent se préparer à l’économie numérique.

La start-up malgache Sayna a réussi une levée de fonds de 600 000 $ jeudi 28 avril. Grâce à ce financement obtenu auprès d'Orange Ventures, Launch Africa Ventures et MAIC Investors Club, elle compte poursuivre son développement.

La jeune entreprise qui a développé Sayna Academy, une plateforme numérique de formation aux compétences informatiques, et Sayna Works, une plateforme de micro-tâches en rapport avec l’informatique, souhaite finaliser ses solutions afin d’enregistrer 257 000 micro-tâches informatiques sur sa plateforme, plus de 3000 abonnés actifs à ces micro-tâches, 12 000 apprenants d'ici 2024. L’année dernière, elle dévoilait son ambition d’étendre ses activités en Côte d'Ivoire, au Ghana et au Sénégal.

Pour la jeune entrepreneure franco-malgache Matina Razafimahefa, fondatrice de SAYNA, « cette levée de fonds est à la fois une étape cruciale pour le développement international de SAYNA et un symbole fort pour la scène tech malgache. Notre équipe est aujourd'hui composée de 25 personnes réparties entre la France et Madagascar ».

« C'est aussi un signe d'espoir pour des centaines de milliers de jeunes talents africains qui, jusqu'à présent, n'ont pas eu l'opportunité de devenir professionnels pour profiter de la quatrième révolution industrielle en cours sur le continent », souligne-t-elle.

SAYNA a vu le jour en 2018. Très vite, son modèle a rencontré le succès à Madagascar où de nombreux jeunes, parfois sans formation, aspirent à de meilleures conditions de vie.

En 2021, la start-up obtient un financement de plus de 105 000 $ de I&P Accélération Technologies, un programme de financement et d’accompagnement de start-ups digitales en Afrique subsaharienne, soutenu par l’Agence française de développement (AFD) à travers l’initiative Digital Africa. La startup revendique à ce jour la formation de 450 étudiants et avoir servi plus de 60 entreprises partenaires et clientes.

Zach George, associé directeur de Launch Africa Ventures, estime que « SAYNA, avec son accent sur la formation en compétences non techniques, le mentorat et un environnement d'apprentissage entre pairs, a de bonnes chances de devenir une passerelle directe vers des projets, de l'expérience et des revenus pour les jeunes à travers le continent africain ».

Muriel Edjo

Lire aussi:

Trace lance « Trace Academia », une application mobile dédiée à la formation professionnelle gratuite en Afrique

Published in Actualités

La formation de la jeunesse est une question essentielle au cœur du développement de l’Afrique. Trace a décidé de capitaliser sur sa notoriété sur le continent pour contribuer à la multiplication du nombre de têtes bien faites.

Le groupe de médias français Trace a lancé Trace Academia, une application mobile dédiée à la formation gratuite des jeunes en Afrique, jeudi 21 avril.

Présentée officiellement à la presse à Johannesburg, l’application proposera des cours techniques dans 15 industries différentes - y compris des cours sur l'énergie, la beauté, la mode, le bricolage, le marketing numérique, l'hôtellerie, les arts créatifs, le journalisme, le cinéma et la technologie - ainsi que des cours « transversaux », comme l'entrepreneuriat, la prise de parole en public et le bien-être personnel.

Olivier Laouchez, co-fondateur et président exécutif de Trace, explique que « pour construire Trace Academia, nous avons combiné notre expertise et notre expérience dans le divertissement avec des approches d’apprentissage de pointe adaptées aux réalités et aux cultures de l’Afrique … Nous pensons que Trace Academia a le potentiel d’avoir un impact positif sur la vie de millions de jeunes en Afrique du Sud et sur tout le continent ».

Dans son « rapport sur l’emploi en Afrique (Re-Afrique). Relever le défi de l’emploi des jeunes » publié en 2020, l’Organisation internationale du travail (OIT) indique les jeunes âgés de 15 à 24 ans représentaient moins d’un quart (23,6 %) de la population mondiale en âge de travailler, mais plus d’un tiers (34,2 %) dans cette région du monde, la seule où la population active jeune augmente rapidement.

L’OIT soulignait que près de 34 millions de personnes étaient au chômage en Afrique, dont 12,2 millions de jeunes âgés de 15 à 24 ans, soit 6,4 millions de plus qu’en 2010. 53,5 millions de personnes quatre fois plus) appartenaient à la catégorie des jeunes sans emploi, qui ne suivent ni études, ni formation. Le taux de chômage de la région (6,8 %) était nettement supérieur à la moyenne mondiale (5 %).

A travers son application mobile téléchargeable sur l’Apple store et Google Play store, Trace cible la formation de 26 millions d’Africains d’ici 2025. Les cours mis à la disposition des jeunes sont développés avec plusieurs partenaires internationaux.

Sur la plateforme, les cours déjà disponibles portent sur l’Entrepreneuriat développé par Valued Citizens et l’Université de Johannesburg ; Devenir Dj est développé par Trace ; Introduction au métier d’électricien par Schneider Electric ; Le bricolage par Leroy Merlin ; Tech the Power par MasterCard ; le bien-être sexuel par Durex et Introduction au marketing numérique par Google. Orange est également partenaire du projet et proposera dix modules pour découvrir les métiers du numérique au Sénégal, Cameroun, Côte d’Ivoire et en République démocratique du Congo.

Ruben Tchounyabe

Lire aussi

L’Afrique doit former 5 000 chercheurs en IA en 5 an pour tirer profit de l'économie numérique (Tom Ogada) 

Entretien avec Emmanuel Cheriet : « Les jeunes Africains ont une carte à jouer dans la cybersécurité »

Published in Actualités

Au cours de la dernière décennie, de nombreux investissements ont été réalisés par le gouvernement kényan pour faire du pays un carrefour technologique en Afrique de l’Est. Avec le nouvel élan pris, l’ambition est plus grande.

Le ministre kényan de la Jeunesse, de l’Innovation et des Technologies de l’information et de la communication, Joe Mucheru (photo), a lancé le plan numérique national 2022-2032 le mardi 12 avril, en marge du sommet Connected Kenya qui se tient du 10 au 14 avril à Diani. C’est la nouvelle boussole qui orientera les investissements du gouvernement en matière de transformation numérique au cours des dix prochaines années. Sa mise en œuvre est évaluée à 45 millions $. 

Joe Mucheru a expliqué que « le plan directeur national du numérique guidera l'orientation de nos discussions vers un Kenya numérique transformé où la technologie joue un rôle central dans le développement économique ». Il a affirmé ne point douter « qu'avec la mise en œuvre réussie des programmes et projets identifiés dans le plan directeur, ce pays puisse être à la hauteur de sa réputation de Silicon Savannah en matière de TIC et de développement économique ».

D’ici 2032, le Kenya prévoit, entre autres, le déploiement de 100 000 km de fibre optique pour connecter 40 000 écoles et autres établissements d'enseignement, 20 000 institutions gouvernementales, 13 000 établissements de santé. Il compte également déployer 25 000 points d'accès Internet pour soutenir les jeunes et les innovateurs ; créer 1 450 pôles d'innovation numérique, deux usines de logiciels et deux autres pour la fabrication électronique, qui desserviront la région ; créer plus de 10 000 emplois pour les ingénieurs en logiciel.

Le plan directeur accorde une grande importance à la formation aux compétences numériques nationales. Il prévoit le renforcement des capacités de 20 millions de citoyens, 300 000 fonctionnaires, 10 000 professionnels. Sur le plan régional, il est convenu de la mise en place d’un hub sur les technologies futures et d’un autre dédié à la maintenance des câbles sous-marins.

Du côté de l'administration publique, l’automatisation et la numérisation accélérées des services publics, au niveau central comme dans les régions, sont prioritaires. Le gouvernement veut numériser plus de 5 milliards de documents administratifs avec pour finalité de mettre en œuvre un « guichet unique » pour les services publics.

Ruben Tchounyabe

Lire aussi : Le gouvernement nigérian s’est doté d’un plan pour accélérer la numérisation de son économie d’ici 2025

Published in Tech

Moins de deux mois après le lancement de Kouncel, son jeune fondateur suscite déjà un grand intérêt des investisseurs. Avec ses formations en ligne, fruits d’une expérience pratique acquise au cours des cinq dernières années, il veut mettre le droit à la portée d’un large public. 

Ibrahim M. Saleh (photo) est un jeune Égyptien diplômé de la faculté de droit de l’université du Caire. Il est le président-directeur général de la start-up edtech Kouncel. La jeune pousse, qu’il a co-fondé en février 2022, opère une plateforme de formation vidéo en ligne. Elle est spécialisée dans la formation juridique et propose des cours sur diverses thématiques telles que l’arbitrage, le droit des sociétés, la propriété intellectuelle.

Le 28 février, Ibrahim Saleh a mené avec succès une levée de fonds d’une valeur de 1,2 million $. Ce financement — obtenu auprès de la Banque africaine de développement, l'Académie de la recherche scientifique et de la technologie (ASRT), le Projet de développement de l'entrepreneuriat en Égypte (Tanmia wa Tatweer) et Zaldi Capital — lui permettra de développer le nombre de cours proposé par Kouncel, aussi bien en Égypte que dans la région du Moyen-Orient.

Pour le jeune tech entrepreneur, la création de Kouncel lui est venue de son besoin d’aider les entreprises et les avocats du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord à mieux appréhender la notion de droit et tout ce qui la conditionne. Pour lui, c’est sa modeste contribution au développement de l’Égypte.

« L’éducation constitue un élément clé de la vision économique égyptienne à l’horizon 2030, et le droit joue un rôle important dans la création d’un environnement sain pour les entreprises et la promotion des IDE [investissements directs étrangers], et nous visons à fournir une expérience éducative très sophistiquée à tous dans le domaine juridique qui aura un impact positif sur l’écosystème », estime Ibrahim M. Saleh.

Bien avant Kouncel, Ibrahim M. Saleh s’est d’abord lancé dans la formation juridique avec MLP Legal Academy qu’il a fondé en 2016 avec Mohamed Adel. L’établissement d'enseignement, qui réunit des professionnels du droit, propose des programmes de formation juridique aux particuliers et aux entreprises. Kouncel, grâce au numérique, donne à Ibrahim Saleh l’opportunité de proposer ses formations juridiques à un plus large public. 

Melchior Koba

Lire aussi : Nigeria : Nathan Nwachuku, 18 ans et déjà à la tête d’une edtech prometteuse

Published in Tech Stars

L’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) a lancé, lundi 4 avril, la seconde session de sa formation de 650 enseignants maliens du primaire à la production de ressources éducatives numériques. Au terme de cette formation, les bénéficiaires devront être aptes à produire du contenu éducatif pour la plateforme régionale d’apprentissage en ligne « ImaginEcole », lancée en décembre 2020 pour soutenir la continuité pédagogique et renforcer la résilience des systèmes éducatifs face à la crise éducative qu’a suscitée la Covid-19 en Afrique francophone. La première session de formation des enseignants maliens a eu lieu du 31 mars au 2 avril 2022.

Lire aussi :  Le gouvernement annonce l’introduction prochaine de la scolarité en ligne dans le système éducatif sud-africain

Published in Breves

Le Kenya et la société technologique chinoise Huawei ont signé vendredi 25 mars à Nairobi un accord de formation de 20 000 Kényans, dont 12 500 fonctionnaires, aux TIC. D’après les clauses de l’accord, la formation s’étalera sur les trois prochaines années.

Joe Mucheru, le secrétaire de cabinet au ministère des TIC, de l’Innovation et de la Jeunesse, estime que cette collaboration va dans le sens de l’engagement du pays à augmenter le nombre de services numériques auxquels pourront accéder la population.

Lire aussi

Le Royaume-Uni prévoit de former les fonctionnaires nigérians aux compétences numériques de base 

Published in Breves

L’agence de croissance alGROWithm, sise au Nigéria, a lancé jeudi 24 mars son programme d’accélération de talents en Afrique. Parrainé par Digital Africa dans le cadre de son initiative « Talent 4 Startups », il aidera à former pendant six mois des ingénieurs africains de classe mondiale. L’inscription au programme prend fin le 16 avril 2022. Quarante candidats seront retenus. Ils seront formés en deux cohortes qui se tiendront simultanément au Nigeria et au Ghana.

Lire aussi

Tunisie : Orange organise un salon de recrutement pour les jeunes professionnels du numérique le 26 mai

Published in Breves

En Afrique, la digitalisation entraîne des changements importants dans le fonctionnement traditionnel des secteurs économiques. Du commerce à l'agriculture, en passant par la santé, c'est une multitude d'opportunités qui s'offrent aux différents acteurs grâce aux innovations technologiques. We Are Tech vous raconte ces transformations dans l'économie du continent à travers plusieurs secteurs clés. Alors que le système éducatif africain souffre d’un manque de moyens, la technologie offre des alternatives pour améliorer sa portée et résoudre certains de ses goulots d’étranglement, tout en gardant l’enseignant au cœur du processus.

Contraction des termes « éducation » et « technologie », l’edtech s’assimile à l’utilisation de la technologie pour améliorer l’enseignement et l’apprentissage. Le secteur gagne depuis quelques années en importance sur le continent africain, comme l’illustre notamment la progression des financements obtenus par les start-up qui innovent dans ce domaine. Selon Partech, elles ont ainsi levé 291 millions de dollars l’année dernière, contre 124 millions de dollars en 2019, soit une croissance de 134 % en deux ans. Surtout, l’edtech est devenu en 2021 le troisième secteur ayant mobilisé plus de fonds, derrière l’indétrônable fintech et les start-up de logistique. Seulement, ces statistiques cachent une autre réalité, celle du caractère embryonnaire de l’edtech dans la plupart des pays africains. Comme dans les autres secteurs où la technologie prend de l’importance en Afrique, le Nigeria règne ici aussi en maître avec 240,5 millions USD mobilisés par les jeunes pousses actives dans la première économie du continent, contre 27,5 millions USD pour son dauphin sud-africain, suivi de 10,9 millions en Égypte. Ces trois pays concentrent donc 95 % des investissements dans le secteur des technologies de l’éducation en 2021.

Néanmoins, les perspectives pour le secteur restent prometteuses et davantage de pays et de start-up devraient attirer des financements sur cette décennie. Le Kenya et le Ghana qui ne figuraient pas dans les levées de fonds au profit des edtech recensées par Partech en 2019 ont ainsi respectivement obtenu 4,5 millions USD et 300 000 USD l’année dernière. Cet optimisme peut s’expliquer par les difficultés persistantes rencontrées par l’éducation, sur le continent, et que la technologie peut aider à surmonter. Par exemple, l’Afrique subsaharienne est la région où le pourcentage d’enseignants qui répondent aux normes nationales est le plus faible au monde, selon les données de l’UNESCO issues de son « rapport mondial de suivi sur l’éducation, 2021-2022 ». Soit 57 % au niveau préscolaire, 67 % pour le primaire et 61 % au secondaire. Cela oblige les enseignants formés à gérer pratiquement deux fois plus d’élèves que la moyenne mondiale.

Le recours à la technologie permet de combler ce déficit d’enseignants, car les cours peuvent être mis sur support numérique et rendus accessibles aux apprenants en dehors des situations de classe, sans limitation de nombre. Ces derniers peuvent évoluer donc à leur rythme dans la découverte des notions enseignées. Pour les couches défavorisées, ces cours dématérialisés représentent aussi une alternative à moindre coût aux cours de renforcement à domicile, pour peu que les infrastructures de connexion à Internet et les appareils électroniques soient mis à leur disposition à coût réduit.

Le terreau fertile offert par la Covid-19

Bien que les innovations technologiques dans l’éducation ne rencontrent pas encore en Afrique le même succès que les fintech, davantage de solutions voient le jour depuis deux ans. La crise sanitaire mondiale de la Covid-19 a en effet secoué le fonctionnement classique de presque tous les secteurs d’activité, et l’éducation n’a pas fait exception. Pour survivre à l’assaut du virus, des restrictions ont été mises en place et ont coupé court aux interactions humaines. Selon l’UNESCO, les écoles ont été fermées pendant 28 % des jours et partiellement fermées pendant 26 % des jours, entre mars 2020 et octobre 2021. Pour pallier cette situation handicapante pour l’enseignement, l’apprentissage à distance s’est vite imposé comme une évidence. En Afrique, plusieurs initiatives ont donc vu le jour pour permettre aux élèves et étudiants de continuer à suivre les cours depuis la maison.

Au Bénin, l’accent a notamment été mis sur les classes d’examen (3e et terminale) avec le projet Class19. Il a consisté en une cinquantaine de vidéos produites pour chacune de ces classes dans cinq matières que sont le français, les SVT (sciences de la vie et de la Terre), l’anglais, les mathématiques et la physique chimie et technologie (PCT).  L’ensemble a ensuite été distribué via des DVD sur toute l’étendue du territoire national, mais également en ligne. En Côte d’Ivoire, les capsules vidéo ont plutôt été diffusées à la télévision nationale, mais aussi sur les plateformes ecole-ci.online et maformationenligne.cpntic.ci. La radio et la télévision ont aussi permis aux apprenants de suivre les cours au Ghana et dans d’autres pays du continent.

On le remarque, l’usage des nouvelles technologies a été assez marginal et s’est surtout limité à l’enseignement supérieur avec l’utilisation de logiciels de visioconférence. Là encore, un sondage de l'UNESCO auprès des étudiants d’Afrique subsaharienne révèle que seulement 39 % d’entre eux étaient inscrits dans des établissements ayant mis en place des solutions d’apprentissage à distance. Même tendance aux niveaux inférieurs avec une autre enquête de l’organisation onusienne dans six pays d’Afrique subsaharienne. Au Burkina Faso, au Malawi, au Mali, en Ouganda, au Nigeria et en Éthiopie, les applications d’edtech mobiles étaient « l’approche d’apprentissage à distance la moins répandue ». Seuls 12 et 17 % des apprenants l’ont utilisé au Nigeria et en Éthiopie, contre pratiquement aucun dans les autres pays susmentionnés.

Ce faible recours à des plateformes numériques peut s’expliquer par certaines des difficultés communes à toutes les initiatives numériques en Afrique. Il s’agit par exemple du faible taux de pénétration du smartphone (plus de la moitié des Africains ne'en possèdent pas d’après l’Association mondiale des opérateurs de téléphonie, GSMA). Le coût de l’appareil ne devrait en outre pas améliorer à moyen terme cette statistique puisqu’il faut débourser en moyenne 62 $ pour se le procurer, d’après un rapport de 2020 de l’Alliance for Affordable Internet (A4AI). Cela représentait 62,8 % du revenu national brut mensuel par habitant…

« Avoir un accès Internet de bonne qualité peut représenter jusqu'à 60 % voire même 70 % du SMIG. Le fait de gagner par exemple 60 000 francs CFA et de vouloir accéder à la fibre optique en déboursant 30000 francs CFA relève de l’impossible », précise Abossé Akue-Kpakpo, directeur de l’Économie numérique à la Commission de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), relayé par CEO Afrique.

S’adapter pour prospérer

Pour surmonter les obstacles à l’émergence de l’edtech en Afrique, le rôle des gouvernants n’est plus à souligner. Ils doivent notamment œuvrer à l’amélioration de la couverture des infrastructures de télécommunication et sensibiliser les éducateurs et apprenants sur les bénéfices de la technologie. De leur côté, La GSMA et l'A4AI militent pour que ces efforts incluent aussi des mesures pour améliorer l’accessibilité des appareils mobiles. Pour le moment, les start-up africaines actives dans l’edtech s’attèlent à mettre en place des dispositifs qui ne dépendent pas de ces aléas ou les contournent. Que ce soit avec les tablettes éducatives disposant de cours et exercices préenregistrés, du mode hors ligne permettant de poursuivre l’apprentissage sur les applications mobiles même sans accès à Internet ou du recours à des supports physiques comme des DVD ou des clés USB, l’adaptation aux réalités actuelles du continent sera la clé.

Emiliano Tossou

Published in Dossier

Durant la pandémie de Covid-19, l’école a été perturbée en Afrique du Sud. Afin de protéger les élèves et autres apprenants de futures crises, les autorités publiques ont décidé de faire des TIC un atout.

Lors du sommet organisé par la multinationale sud-africaine Naspers, mercredi 23 mars, la ministre des Communications Khumbudzo Ntshavheni (photo) a annoncé l’introduction prochaine de la scolarité en ligne dans le système éducatif d’Afrique du Sud. Elle a indiqué que 18 000 écoles publiques seront au préalable connectées à Internet. Les autorités sud-africaines comptent d’ailleurs sur les principales entreprises de télécommunications du pays qui ont récemment reçu du spectre télécoms à haut débit pour connecter les écoles.

Selon la ministre Khumbudzo Ntshavheni, « tous les élèves des écoles publiques, de la première à la douzième année, ainsi que ceux des collèges communautaires, disposeront d’une adresse électronique dotée de dispositifs de sécurité et de signatures numériques. Cela permettra aux enseignants de partager du contenu éducatif avec les apprenants et d'aboutir à un certain niveau d’apprentissage en ligne ».

Avec la crise de Covid-19, ces deux dernières années, l’éducation en ligne a connu un essor important en Afrique avec la fermeture des écoles. Plusieurs entreprises locales comme MTN se sont lancées sur le segment de l’école en ligne et proposent un programme numérique depuis octobre 2021. L’université du Cap a également lancé un lycée en ligne qui a ouvert ses portes en 2022. Elle a déclaré avoir déjà reçu 8 000 candidatures pour ses cours depuis sa première annonce.

L’école en ligne est devenue une alternative intéressante quand toutes les conditions sont en place. Le ministère de l’Éducation de base développe d’ailleurs un nouveau cadre pour réguler le secteur. En janvier dernier, Angie Motshekga, la ministre de l’Éducation de base, affirmait que le cadre réglementaire « a été partagé avec les départements provinciaux de l’éducation pour qu’ils apportent leur contribution et leurs commentaires avant qu’il puisse être distribué aux autres parties prenantes »

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi : Les services Cloud, quels intérêts en Afrique ?

Published in Gestion Publique

La stratégie de développement des compétences numériques et de soutien à l’innovation du groupe Orange progresse en Afrique. Initiée depuis 2019, elle touche déjà plusieurs millions de personnes.

Les jeunes Marocains porteurs d’idées technologiques, de projets innovants et même ceux en quête de compétences numériques ont désormais l’opportunité d’accéder à diverses ressources d’accompagnement et d’encadrement. Logé à Rabat, Orange Digital Center (ODC) a officiellement été inauguré à cet effet, le  mercredi 23 mars. 

La structure, fruit de la collaboration entre de l’opérateur de téléphonie mobile Orange Maroc et l'agence allemande de coopération internationale pour le développement (GIZ), abrite quatre programmes stratégiques du groupe Orange : une École du Code ; un atelier de fabrication numérique FabLab Solidaire de la Fondation Orange, un accélérateur de start-up Orange Fab ; Orange Ventures, le fonds d’investissement du groupe Orange.

Alioune Ndiaye, le président-directeur général d’Orange Afrique et Moyen-Orient, explique que ce dernier ODC vient contribuer à la construction du réseau « des 32 Orange Digital Centers du groupe Orange, qui seront déployés sur l’ensemble de nos pays de présence en Afrique et au Moyen-Orient, mais également en Europe ».

Pour Elizabeth Tchoungui, la directrice exécutive RSE, Diversité et Solidarité d’Orange, présidente déléguée de la Fondation Orange,  « ce projet s'inscrit comme une étape clé de notre responsabilité sociétale en faveur de l'inclusion numérique, et tout particulièrement pour les jeunes et les femmes ».

En Afrique, Orange s'est engagé à déployer un ODC dans chacun des pays où il opère d’ici 2025, conformément à son plan stratégique Engage 2025 qui fait du développement des compétences numériques une priorité tout comme la connectivité, l’énergie, l’éducation, l’inclusion financière par le mobile. A ce jour, Orange a déjà un Orange Digital Center en Tunisie, Sénégal, Éthiopie, Cameroun, Côte d’Ivoire, Madagascar, Maroc, Mali et Égypte. D’autres inaugurations sont à venir d’ici la fin de l’année.

Selon Hendrik Kasteel, directeur général d’Orange Maroc, l’investissement d’Orange ne se limitera pas au centre de Rabat, mais s’insèrera également dans les institutions de formation supérieure du pays pour plus d’impact sur la société. Il annonce à cet effet l’ouverture de plusieurs « ODC Clubs » à travers le royaume, à commencer par l’université Hassan II de Casablanca. 

Muriel Edjo

Lire aussi : Madagascar rejoint officiellement le réseau de formation au numérique et de soutien à l’innovation d’Orange

Published in Tech
Page 46 sur 49

Please publish modules in offcanvas position.