La Banque mondiale estime urgent que l’Afrique adapte la formation de sa jeunesse aux besoins du futur monde numérique. L’objectif est une meilleure insertion professionnelle de millions de personnes. Dans plusieurs pays, l’heure est au développement de cursus plus web, numérique et informatique.

La région de l’Oriental, au Maroc, lancera d’ici fin 2022 une zone d’intelligence collective baptisée Zone01 Oujda. Elle aura pour rôle de développer des talents numériques locaux. Un partenariat a été signé à cet effet entre la région et 01Talent Africa, une agence de formation de talents numériques, en marge de la 9e édition du sommet Africités qui s’est tenue du 17 au 21 mai à Kisumu au Kenya.

La Zone01 Oudja sera abritée par l’université Mohamed Premier au sein du Campus du savoir. Elle pourra accueillir environ 500 talents. Elle sera composée de trois structures : une école d’apprentissage du codage ; un centre de formation professionnelle en programmation destiné aux professionnels, notamment les personnels des collectivités territoriales ; et une agence des talents des métiers du numérique, dont la mission portera sur l’emploi des ressources issues de l’école du codage pour offrir des services informatiques au niveau local, régional et international.

La sélection des candidats, ouverte aux moins de 18 ans, est prévue au second semestre de l’année. Les candidats retenus suivront une formation de 4 semaines à l’issue de laquelle ils seront soumis à une épreuve de résolution de projets en groupe. Les vainqueurs suivront ensuite une formation aux métiers du numérique de deux ans garantissant un emploi.

Le projet Zone01 Oudja s’inscrit dans le cadre de la stratégie de la région de l’Oriental en matière de numérisation de son secteur économique et d’amélioration de son attractivité. Un partenariat stratégique réunit d’ailleurs la région au ministère de l’Enseignement supérieur, à celui de la Recherche scientifique et de l’Innovation, à l’Agence pour la promotion et le développement économique et social des provinces de la région, à l’organisation Cités et gouvernements locaux unis d’Afrique et au Centre régional d’investissement (CRI) de l’Oriental.

En janvier 2021, le CRI avait déjà signé un mémorandum d’entente avec la Fédération des technologies de l’information, des télécommunications et de l’offshoring (APEBI) pour le développement accéléré des écosystèmes de l’offshoring et du numérique au niveau local.

Alors que la transformation numérique s’accélère, la région de l’Oriental veut doter sa jeunesse des compétences futures qui leur permettront de trouver un emploi et d’être des acteurs du développement au plan local et national. 

Ruben Tchounyabe

Lire aussi : Le Maroc a lancé une plateforme nationale d’e-learning baptisée « Academia Raqmya »

Published in Tech

Pendant la pandémie de Covid-19, plusieurs secteurs économiques et sociaux ont vu leurs activités mises en veille en Afrique. L’école a été l’un des plus touchés. En introduisant une option dématérialisée dans l’enseignement, Madagascar fait le choix d’un apprentissage plus flexible.

L’Agence universitaire de la francophonie (AUF) accompagnera Madagascar dans la création d’une université virtuelle. Une convention-cadre a été signée à cet effet, jeudi 12 mai, entre le Pr Slim Khalbous, directeur de l’AUF (photo, au centre), la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Elia Béatrice Assoumacou (photo, à gauche), et le ministre du Développement numérique et de la Transformation digitale, des Postes et des Télécommunications, Tahina Michel Razafindramalo (photo, à droite).

Concrètement, l’AUF va transformer le Centre de Télé-enseignement de Madagascar (CNTEMAD). Cela se traduira par la mise en réseau de tous les Centres régionaux/antennes du CNTEMAD et par la dématérialisation des activités administratives. Il est également prévu la mise en place d’une plateforme d’apprentissage en ligne accessible et ergonomique, permettant de promouvoir l’usage des ressources numériques disponibles dans les différents centres.

Pour le succès du projet, le CNTEMAD bénéficiera de l’expertise internationale de l’AUF en matière d’ingénierie de projets numériques ; gestion d’espaces numériques ; conception de formations à distance (FOAD) ; production de cours en ligne, notamment les MOOC ; formation du personnel enseignant, technique et administratif ; accompagnement du gouvernement dans la recherche d’autres bailleurs et partenaires internationaux pour le projet.

L’aide que l’AUF apportera à Madagascar est conforme à sa stratégie quadriennale 2021-2025 dont l’axe prioritaire porte sur la « transformation numérique et la gouvernance universitaire ». Elle épouse également la stratégie de transformation numérique adoptée par le gouvernement et dont l’ambition est de faire des technologies de l’information et de la communication un catalyseur du développement.

À travers l’université virtuelle, le gouvernement cible des milliers de jeunes Malgaches qui n’ont pas toujours les moyens financiers conséquents pour s’installer à Antananarivo pour poursuivre leurs études. Avec l’université virtuelle, pas besoin de frais d’hébergement et de subsistance. Ils pourront aller en cours depuis leur domicile, connecté à un ordinateur ou un smartphone. 

Ruben Tchounyabe

Lire aussi :

Madagascar rejoint officiellement le réseau de formation au numérique et de soutien à l’innovation d’Orange

Madagascar va numériser ses systèmes agroalimentaires avec l’appui de la FAO

Published in Tech

Les opportunités se multiplient pour les développeurs web et mobile sur le continent grâce à la Covid-19 qui y a accéléré la transformation numérique. Mais l’offre est encore inférieure à la demande. Google consolide ses initiatives pour améliorer cette situation.

Le géant de la technologie Google s’est associé à Andela – un réseau de formation et placement pour les développeurs de logiciels – et Pluralsight – une société américaine privée de formation en ligne pour développeurs de logiciels, administrateurs informatiques et professionnels de la création – pour offrir une cuvée de 30 000 nouvelles bourses de formation Android et Google cloud aux développeurs africains, débutants ou professionnels. L’entreprise a dévoilé le nouveau programme le jeudi 12 mai. Les inscriptions à cette adresse s’achèvent le 31 mai.

D’après Google, ce programme organisé pour la cinquième année consécutive « donne accès à un contenu soigneusement sélectionné et à des sessions d'apprentissage pratiques ». Il donne aussi accès à un réseau panafricain de groupes d’apprentissage de pairs et de mentors, pour guider les développeurs, les guider dans leur parcours de formation.

Dans son rapport « Africa Developer Ecosystem Report 2021 » publié le 21 février dernier, Google indique que la demande en développeurs a augmenté en Afrique avec la Covid-19 qui a accéléré l’adoption du numérique par les petites et moyennes entreprises. Bien que le continent comptait 716 000 développeurs professionnels contre 690 000 en 2020, en croissance de 3,8 %, l’offre demeure faible pour satisfaire la demande qui s’exprime aussi hors du continent.

Le programme de bourses Google Africa Developer Scholarship, ouvert aux personnes âgées d’au moins 18 ans et résidant dans un pays africain, met à la disposition des participants un accès gratuit à certains cours, projets, laboratoires intégrés et évaluations de compétences. Les 10 000 meilleurs apprenants reçoivent une assistance pratique de la part d’Andela et de Pluralsight, des analyses de projets et un soutien de mentorat.

A la fin du parcours de développement des compétences, le participant peut être admissible à une subvention pour passer des examens de certification Google pour les développeurs associés Android, les spécialistes web mobile et les ingénieurs associés en cloud computing. Google compte à ce jour plus de 180 communautés de développeurs actives dans 30 pays d’Afrique. Ces communautés offrent aux développeurs la possibilité de se connecter, d’apprendre et de grandir ensemble. 

Ruben Tchounyabe

Lire aussi : Avec l’accélération de la transformation numérique, la filière des développeurs gagne en importance en Afrique (Google)

Published in Tech

La transformation numérique prend de l’ampleur en Afrique. Au cœur de cette mutation, le développement des ressources humaines est une des préoccupations majeures. Former les jeunes aux compétences du nouveau monde devient urgent.

L’Agence de développement du digital (ADD) a procédé le mardi 10 mai au lancement, à Rabat, d'Academia Raqmya. Cette plateforme nationale d’e-learning doit contribuer au renforcement des compétences de la jeunesse dans les métiers du numérique et  valoriser l’apprentissage à travers les technologies de l’information et de la communication.

La ministre déléguée chargée de la Transition numérique et de la Réforme de l’administration, Ghita Mezzour (photo), qui présidait la cérémonie, a expliqué que « le lancement de cette plateforme est une étape importante dans le cadre de l’opérationnalisation du nouveau modèle de développement dans le domaine de la transition numérique, en droite ligne avec les indications du roi Mohammed VI, précisément concernant la valorisation du capital humain ».

Academia Raqmya arrive dans un contexte mondial post-Covid marqué par l’accélération de la numérisation dans la majorité des pays africains. La mutation de divers secteurs stratégiques pour la croissance économique et le développement social est engagée et la formation en fait partie. Avec une offre pédagogique constituée de formations multidisciplinaires diversifiées dans le domaine du numérique, permettant de s’imprégner de nouvelles compétences, le Maroc veut s’assurer d’une meilleure inclusion numérique pas seulement dans l’accès aux services numériques, mais également dans la capacité de sa population à participer à l’économie numérique.

Deux parcours de formation sont proposés, à savoir le « perfectionnement numérique » pour la formation continue dans le domaine du numérique ; et « l'acculturation numérique » pour la sensibilisation et l’initiation du grand public au numérique.

La plateforme compte atteindre 12 500 bénéficiaires par an, en dispensant 173 cours pour un total de plus de 1 200 heures de formation, a précisé la ministre. Le déploiement d'Academia Raqmya se fera en deux phases : une phase pilote, les trois premiers mois, en faveur de 1 350 bénéficiaires ; et une phase de généralisation du quatrième au douzième mois pour atteindre les 12 500 bénéficiaires. 

Ruben Tchounyabe

Lire aussi : Maroc : l’université Mohammed VI Polytechnique devient un pôle de recherche en cybersécurité avec Deloitte MCC

Published in Tech

Avec l’accélération de la transformation numérique en Afrique, les attaques cybercriminelles connaissent également une augmentation. Alors que le nombre de professionnels de la sécurité informatique demeure faible, divers partenariats se tissent pour combler ce déficit.

L’université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) du Maroc et Deloitte Morocco Cyber Center (Deloitte MCC), un centre d’expertise spécialisé en cybersécurité, ont signé le lundi 9 mai un accord de partenariat pour promouvoir la recherche scientifique et technologique de haut niveau dans le domaine de la cybersécurité. L’objectif est de construire les talents de demain et des solutions de sécurité inédites pour le pays et l’Afrique.

Le programme de ce partenariat sera articulé autour de trois piliers principaux, apprend-on dans le communiqué. À savoir le développement d’un parcours académique certifiant et diplômant reconnu au niveau des meilleurs standards internationaux ; la création de programmes de recherche et développement ambitieux visant à accroître l’innovation et à anticiper les grandes transformations à venir (cryptographie post-quantique, utilisation de l’intelligence artificielle…) ; et la conception d’un parcours d’intégration professionnelle au sein de Deloitte MCC et plus généralement au sein du réseau Deloitte.

Le président de l’UM6P, Hicham El Habti (photo, à droite), a exprimé sa conviction que ce « partenariat avec nos collègues du Deloitte MCC contribuera de manière significative au renforcement du lien entre la recherche académique et le monde professionnel au Maroc et en Afrique ».

Tournée vers la recherche et la formation dans les domaines de l’ingénierie, du business et des sciences économiques et sociales, l’UM6P a adopté la numérisation comme catalyseur d’innovation et voit depuis un moment, souligne Hicham El Habti, son écosystème de start-up croître et ses parcours académiques en informatique, cybersécurité ou intelligence artificielle érigés en références nationales. Deloitte, à travers cet accord, exprime sa volonté de soutenir ce développement de référents nationaux dans les domaines de l’innovation numérique.

Pour Imane Elbaraka (photo, à gauche), associé responsable des activités cyber chez Deloitte France et Afrique francophone et directeur général de Deloitte MCC, « ce rapprochement est le seul moyen de créer des écosystèmes à même de former et de maintenir des talents d’un haut niveau d’expertise tout en favorisant l’émergence de nouveaux modèles économiques attractifs pour les start-up, les scale-up, ou les fonds d’investissement spécialisés ».

Il a souligné que ce partenariat constitue une clé pour le renforcement d’une souveraineté numérique marocaine et africaine indispensable pour relever les défis cybercriminels croissants auxquels fait face le continent. 

Ruben Tchounyabe

Lire aussi : Entretien avec Emmanuel Cheriet : « Les jeunes Africains ont une carte à jouer dans la cybersécurité »

Published in Tech

Depuis la pandémie de la covid-19, les plateformes d’éducation à distance sont devenues des alternatives intéressantes pour acquérir la connaissance. Une start-up américaine axée sur le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord offre une opportunité pour les férues de l’informatique de cette partie du monde.

Manara, une edtech américaine spécialisée dans les formations en programmation de logiciels, a annoncé le lundi 9 mai la réussite d’un tour de table d’un montant de 3 millions $. L’objectif est de développer le vivier de talents technologiques dans la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord (MENA). Pour cette levée de fonds, la start-up, fondée en 2021 par Iliana Montauk (photo, à gauche) et Laila Abudahi (photo, à droite), a réussi à attirer des investisseurs comme Stripe, Reid Hoffman (fondateur de LinkedIn) ou encore Paul Graham (fondateur de Y Combinator).

« J'ai grandi en Palestine et j'ai vite réalisé que pour devenir un ingénieur de classe mondiale, je devais travailler sur des produits hautement évolutifs avec des équipes expérimentées. Après avoir réalisé mon rêve à travers de nombreux essais et erreurs, je voulais qu'il soit plus facile pour les gens de chez moi de faire de même », a indiqué Laila Abudahi.

La start-up forme deux cohortes par an, celle d’hiver qui débute le 1er octobre et celle d’été à partir du 1er avril. Il faut passer un test constitué d’un questionnaire axé sur le candidat et ses objectifs, un test de codage et une interview vidéo pour être admis dans une des cohortes. Après admission, elle contribue à la formation de tous et aide à décrocher le boulot de rêve dans de grandes structures technologiques telles que Google, Meta ou encore Noon.

Manara ne prend pas de frais de formation ou de scolarité, mais les diplômés ont l’obligation de payer 10 % de leur salaire pendant deux ans à la start-up. Ce sont les frais de remboursement de la scolarité et le candidat paie uniquement s’il a obtenu un emploi bien rémunéré. D’ailleurs, la jeune pousse affirme que 86 % des ingénieurs formés reçoivent des offres d'emploi dans les cinq mois suivant l'obtention de leur diplôme, tandis que d'autres obtiennent jusqu'à 300 % d'augmentation de salaire après la formation. Aussi, Manara prévoit d’augmenter sa capacité de formation en passant de 60 ingénieurs par an à 6 000.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi :  Au Nigeria, Hello Tractor met en relation les propriétaires de tracteurs et les exploitants agricoles

Published in Tech

Depuis la crise de la Covid-19, la transformation numérique s’est accélérée partout dans le monde. En Afrique, près de 230 millions d’emplois nécessitent des compétences dans le numérique d’après une étude de la Société financière internationale.

L’organisation panafricaine Power Learn Project (PLP) a annoncé, jeudi 28 avril, le lancement du programme « un million de développeurs pour l’Afrique ». L’objectif est de former un million de jeunes africains en développement de logiciels d’ici 2025. Pour cette année, la première phase du programme vise à former plus de 10 000 apprenants dans six pays, en l’occurrence au Kenya, en Ouganda, au Rwanda, en Tanzanie, au Burundi et en Zambie.

Selon Mme Mumbi Ndung'u, directrice de la croissance et des opérations de PLP, « l’objectif est d'apporter un changement transformateur à la jeunesse africaine par le biais de la formation technologique. Le programme offrira une formation en ligne en développement de logiciels pour les jeunes, comprenant des langages de programmation courants ainsi qu'une composante de compétences générales en matière d'employabilité et d'entrepreneuriat, afin de permettre aux apprenants d'obtenir des emplois de premier échelon dans le domaine des technologies intelligentes ».

Avec la crise de la Covid-19, la transformation numérique se retrouve au cœur de tous les secteurs d’activité sur le continent. Les formations dans les diverses branches de technologie peuvent devenir un tremplin pour les jeunes Africains. Environ 70 % de la population du continent est âgée de 18 à 35 ans et 60 % de ce groupe est sous-employé ou au chômage. John Kamara, président du conseil d'administration de PLP explique que son organisation « travaille à la réalisation du rêve panafricain de renforcement des capacités pertinentes pour tirer profit  de la quatrième révolution industrielle ».

La formation sera couverte par une bourse complète grâce au soutien de divers partenaires et va durer 16 semaines. Elle comprendra des cours tels que la programmation en Python, la programmation en Dart avec le framework Flutter, l’introduction aux technologies blockchain, la technologie Web (PHP, HTML, JAVA), les bases de données (programmation SQL) et les compétences en emploi et entrepreneuriat.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi : L’université du Ghana lance un projet de numérisation d’un montant de 7 millions $

Published in Tech

Le Ghana a amorcé sa transformation numérique depuis le début des années 2010. La pandémie de la Covid-19 a permis d’accélérer le processus et des initiatives parallèles naissent dans le but de soutenir la quatrième révolution industrielle.

L’université du Ghana (UG) a lancé, mercredi 20 avril, un projet de numérisation dans le but d’améliorer les conditions d’études de ses étudiants. Initié par la professeur Nana Aba Appiah Amfo (photo), vice-rectrice de l’UG, et d’un montant de 7 millions $, le projet portera sur la modernisation des salles de classe, l’initiative « Un étudiant, un ordinateur portable » et la création de zones d’accès sans fil pour une connectivité Internet rapide. La cérémonie s’est déroulée sur le campus, entre autres en présence de Yaw Osei Adutwum, ministre de l’Éducation, et de Sophia Akuffo, présidente du conseil universitaire.

Selon Nana Aba Appiah Amfo, « l’UG a du mal à maintenir l’infrastructure des salles de classe en raison de la dépendance à l’égard du gouvernement qui a surchargé le Ghana Education Trust Fund (GETFUND) à cause du nombre d’universités publiques ».

Cette initiative s’inscrit dans le cadre du programme de numérisation du gouvernement ghanéen piloté par le vice-président de la République, Mahamudu Bawumia. Pendant la pandémie, les cours à distance ont été un moyen d’acquisition des connaissances dans de nombreuses universités. La mise à niveau des infrastructures, couplée à la mise à disposition d’une connexion Internet fiable sur le campus et d’un ordinateur portable pour chaque étudiant, permettra assurément d’améliorer les conditions d’étude.

« L’UG s’est engagée à adopter cette nouvelle réalité et les projets lancés visent à améliorer l’expérience de nos étudiants et d’autres parties prenantes clés. Le conseil de l’université adhère pleinement au programme de numérisation et soutiendra la direction de l’université pour assurer son succès total », a indiqué Sophia Akuffo.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi : Le Ghana numérise ses pharmacies pour faciliter l’accès aux médicaments de qualité

 

Published in Gestion Publique

La jeune entreprise qui a déjà convaincu plusieurs investisseurs au regard de son modèle innovant, couve encore de grandes ambitions.  De nouveaux marchés sont dans son viseur avec des millions de jeunes africains qui désirent se préparer à l’économie numérique.

La start-up malgache Sayna a réussi une levée de fonds de 600 000 $ jeudi 28 avril. Grâce à ce financement obtenu auprès d'Orange Ventures, Launch Africa Ventures et MAIC Investors Club, elle compte poursuivre son développement.

La jeune entreprise qui a développé Sayna Academy, une plateforme numérique de formation aux compétences informatiques, et Sayna Works, une plateforme de micro-tâches en rapport avec l’informatique, souhaite finaliser ses solutions afin d’enregistrer 257 000 micro-tâches informatiques sur sa plateforme, plus de 3000 abonnés actifs à ces micro-tâches, 12 000 apprenants d'ici 2024. L’année dernière, elle dévoilait son ambition d’étendre ses activités en Côte d'Ivoire, au Ghana et au Sénégal.

Pour la jeune entrepreneure franco-malgache Matina Razafimahefa, fondatrice de SAYNA, « cette levée de fonds est à la fois une étape cruciale pour le développement international de SAYNA et un symbole fort pour la scène tech malgache. Notre équipe est aujourd'hui composée de 25 personnes réparties entre la France et Madagascar ».

« C'est aussi un signe d'espoir pour des centaines de milliers de jeunes talents africains qui, jusqu'à présent, n'ont pas eu l'opportunité de devenir professionnels pour profiter de la quatrième révolution industrielle en cours sur le continent », souligne-t-elle.

SAYNA a vu le jour en 2018. Très vite, son modèle a rencontré le succès à Madagascar où de nombreux jeunes, parfois sans formation, aspirent à de meilleures conditions de vie.

En 2021, la start-up obtient un financement de plus de 105 000 $ de I&P Accélération Technologies, un programme de financement et d’accompagnement de start-ups digitales en Afrique subsaharienne, soutenu par l’Agence française de développement (AFD) à travers l’initiative Digital Africa. La startup revendique à ce jour la formation de 450 étudiants et avoir servi plus de 60 entreprises partenaires et clientes.

Zach George, associé directeur de Launch Africa Ventures, estime que « SAYNA, avec son accent sur la formation en compétences non techniques, le mentorat et un environnement d'apprentissage entre pairs, a de bonnes chances de devenir une passerelle directe vers des projets, de l'expérience et des revenus pour les jeunes à travers le continent africain ».

Muriel Edjo

Lire aussi:

Trace lance « Trace Academia », une application mobile dédiée à la formation professionnelle gratuite en Afrique

Published in Actualités

La formation de la jeunesse est une question essentielle au cœur du développement de l’Afrique. Trace a décidé de capitaliser sur sa notoriété sur le continent pour contribuer à la multiplication du nombre de têtes bien faites.

Le groupe de médias français Trace a lancé Trace Academia, une application mobile dédiée à la formation gratuite des jeunes en Afrique, jeudi 21 avril.

Présentée officiellement à la presse à Johannesburg, l’application proposera des cours techniques dans 15 industries différentes - y compris des cours sur l'énergie, la beauté, la mode, le bricolage, le marketing numérique, l'hôtellerie, les arts créatifs, le journalisme, le cinéma et la technologie - ainsi que des cours « transversaux », comme l'entrepreneuriat, la prise de parole en public et le bien-être personnel.

Olivier Laouchez, co-fondateur et président exécutif de Trace, explique que « pour construire Trace Academia, nous avons combiné notre expertise et notre expérience dans le divertissement avec des approches d’apprentissage de pointe adaptées aux réalités et aux cultures de l’Afrique … Nous pensons que Trace Academia a le potentiel d’avoir un impact positif sur la vie de millions de jeunes en Afrique du Sud et sur tout le continent ».

Dans son « rapport sur l’emploi en Afrique (Re-Afrique). Relever le défi de l’emploi des jeunes » publié en 2020, l’Organisation internationale du travail (OIT) indique les jeunes âgés de 15 à 24 ans représentaient moins d’un quart (23,6 %) de la population mondiale en âge de travailler, mais plus d’un tiers (34,2 %) dans cette région du monde, la seule où la population active jeune augmente rapidement.

L’OIT soulignait que près de 34 millions de personnes étaient au chômage en Afrique, dont 12,2 millions de jeunes âgés de 15 à 24 ans, soit 6,4 millions de plus qu’en 2010. 53,5 millions de personnes quatre fois plus) appartenaient à la catégorie des jeunes sans emploi, qui ne suivent ni études, ni formation. Le taux de chômage de la région (6,8 %) était nettement supérieur à la moyenne mondiale (5 %).

A travers son application mobile téléchargeable sur l’Apple store et Google Play store, Trace cible la formation de 26 millions d’Africains d’ici 2025. Les cours mis à la disposition des jeunes sont développés avec plusieurs partenaires internationaux.

Sur la plateforme, les cours déjà disponibles portent sur l’Entrepreneuriat développé par Valued Citizens et l’Université de Johannesburg ; Devenir Dj est développé par Trace ; Introduction au métier d’électricien par Schneider Electric ; Le bricolage par Leroy Merlin ; Tech the Power par MasterCard ; le bien-être sexuel par Durex et Introduction au marketing numérique par Google. Orange est également partenaire du projet et proposera dix modules pour découvrir les métiers du numérique au Sénégal, Cameroun, Côte d’Ivoire et en République démocratique du Congo.

Ruben Tchounyabe

Lire aussi

L’Afrique doit former 5 000 chercheurs en IA en 5 an pour tirer profit de l'économie numérique (Tom Ogada) 

Entretien avec Emmanuel Cheriet : « Les jeunes Africains ont une carte à jouer dans la cybersécurité »

Published in Actualités
Page 45 sur 48

Please publish modules in offcanvas position.