Tech Stars

Tech Stars (886)

Avec ses six divisions, Raizcorp déploie des efforts à l’échelle mondiale pour soutenir l’écosystème entrepreneurial. Déjà 500 entreprises bénéficient de son soutien à ce jour.

Raizcorp est un incubateur d’entreprises créé pour faire croître et développer les entrepreneurs dans différents contextes et différentes étapes de leur cycle de vie. Fondé en 2000, il offre une plateforme qui favorise l’apprentissage et des conseils qui vont permettre aux entrepreneurs d’avoir une réussite commerciale concrète.

Fondé par son président-directeur général Allon Raiz, l’incubateur crée, soutient et développe les entrepreneurs et l’écosystème entrepreneurial. Son objectif est d’accélérer la réussite des entrepreneurs en proposant des services d’incubation et d’accélération d’entreprise. Il exécute des programmes de développement des entreprises et des fournisseurs pour le compte d’entreprises.

Raizcorp fournit des fonds propres (investissements) aux entrepreneurs qui développent leurs activités et éduque également les écoliers à devenir plus entreprenants. De plus, il aide les gouvernements et les agences de développement à mettre en place une infrastructure entrepreneuriale au niveau national.

L’incubateur travaille par le biais de ses six divisions. La première, Arize, se consacre à soutenir les entrepreneurs. La seconde, SEED, opère principalement sur les marchés en développement d’Afrique et d’Amérique du Sud et se consacre à soutenir les gouvernements, les institutions de financement du développement et les multinationales dans leurs stratégies de développement entrepreneurial.

La division Partner Elite fournit des capitaux de mise à l’échelle aux entrepreneurs à forte croissance sélectionnés sur le marché sud-africain. Canden est la division de Raizcorp qui se concentre sur la gestion d’écoles non traditionnelles dans lesquelles elle intègre un programme d’études entrepreneuriales.

Les autres divisions sont Elixir et Inspire. Elixir aide les entreprises à développer l’esprit et à accéder aux marchés entrepreneuriaux. Elle aide aussi les personnes licenciées ayant un flair entrepreneurial à créer des entreprises. La division Inspire propose des articles inspirants et motivants que les entrepreneurs peuvent utiliser tout au long de leur parcours entrepreneurial. Il peut s’agir de livres, de packs d’inspiration, d’affiches, etc. 

A ce jour, Raizcorp a déjà soutenu 500 entreprises via ses programmes et exploite 13 incubateurs. Actuellement, 224 enfants suivent une formation entrepreneuriale. L’incubateur a accompagné des entreprises dans plusieurs pays, notamment l’Afrique du Sud, la Tanzanie, l’Ouganda, le Mozambique, le Zimbabwe, l’Angola, les Etats-Unis, la France et Maurice.

Melchior Koba

Lire aussi:

UCT GSB Solution Space : un centre d’innovation au sein de l’université du Cap, en Afrique du Sud

Posted On jeudi, 21 mars 2024 15:47 Written by

En Afrique, les fintech se multiplient de manière exponentielle. Le Sud-Africain Paul Kent se distingue grâce à sa start-up qui intègre plusieurs solutions de paiements numériques. Elle sert déjà des dizaines de milliers de clients à travers le continent.

Paul Kent (photo) est un cofondateur et le président-directeur général d’Adumo. Originaire d’Afrique du Sud, il a suivi un programme de perfectionnement en gestion à l’université de Witwatersrand en 2003. Il est titulaire d’un master en administration des affaires obtenu en 2015 à l’IE Business School, en Espagne.

La fintech Adumo est un partenaire de croissance pour les entreprises. Elle leur permet d’accepter de manière transparente et sécurisée plusieurs types de produits de paiement grâce à son approche omnicanale. Son objectif est d’aider les entrepreneurs à gérer, à développer, à simplifier et à optimiser leur entreprise grâce à des expériences de paiement de premier ordre.

« Nous avons un objectif. Participer à quelque chose de plus grand que nous : être le partenaire qui fait grandir les entreprises africaines d'aujourd'hui et de demain », peut-on lire sur le site de l’entreprise.

La start-up propose plusieurs solutions d’incitation pour les employés afin de garder un personnel motivé. Elle propose aussi une plateforme de cadeaux et de fidélisation pour stimuler l’engagement des clients. Adumo a développé des machines à cartes pour les paiements autonomes et permet d’accéder à plusieurs types de paiements en ligne ou sur un lieu de vente. A travers Adumo Capital, elle permet aux entrepreneurs d’accéder à un financement initial pour leur entreprise.  

Aujourd’hui, Adumo sert plus de 70 000 clients actifs dans 13 pays africains. Elle est à plus de 80 milliards de rands, soit plus de 4 milliards de dollars, traités en valeur de transactions annuelles.

Directeur certifié de l’Institute of Directors en Afrique du Sud, Paul Kent est le fondateur et le directeur de SureSwipe, un fournisseur de services de paiement par carte né en 2008. Il est aussi, depuis 2020, le directeur de la société financière Innervation PAN African Payment Solutions. Sa carrière professionnelle a cependant commencé en 2001 en tant que gestionnaire de comptes à Healthbridge, une entreprise qui propose des solutions de paiements pour l’industrie de la santé.

Melchior Koba

Lire aussi:

En Afrique du Sud, Allan Mushabe conçoit et gère des environnements d’apprentissage virtuel personnalisés

Posted On jeudi, 21 mars 2024 09:39 Written by

Dans un paysage en constante évolution, l’entrepreneuriat dans les nouvelles technologies prend une importance croissante. Au Gabon, Cyberschool Entrepreneuriat émerge comme un catalyseur, encourageant les jeunes à explorer les opportunités offertes par les TIC.

Cyberschool Entrepreneuriat est un incubateur gabonais axé sur les NTIC (nouvelles technologies de l’information et de la communication) qui met les nouvelles technologies au service de l’entrepreneuriat et accompagne les jeunes dans la réalisation de leur projet. Il est fondé en 2010 par Mve Asseko Simplice, titulaire d’un master en gestion de projets en technologies de l’information.

Cyberschool Entrepreneuriat organise plusieurs programmes de formation et d’accompagnement pour transmettre la fibre entrepreneuriale à la jeunesse gabonaise. Il a mis en place un séminaire de formation qui regroupe des porteurs de projets et demandeurs de compétences. Elle dure deux semaines et forme à la conception de business plan. Afin de mieux aider ses entrepreneurs, l’incubateur a développé Business Booster. Cette dernière est une application de conception de business plan et de suivi de projet.

L’incubateur organise souvent un déjeuner numérique qui rassemble les informaticiens. Il organise aussi des ateliers de développement au cours desquels il forme les jeunes et les professionnels à la programmation informatique, au développement de logiciels et à la gestion de projets informatiques. Ces ateliers préparent ses apprenants à travailler en équipe, à relever les défis et les enjeux de l’industrie informatique, notamment en leur donnant les outils nécessaires pour rester à jour sur les dernières technologies et tendances.

Cyberschool Entrepreneuriat forme aussi dans le domaine du design graphique et de la communication visuelle. Au cours de cette formation, il permet à ses étudiants de maîtriser les outils et les logiciels de création graphique, les principes de la composition visuelle et la typographie. Ainsi, elle fournit des compétences techniques solides pour réaliser des supports de communication visuelle de qualité, des designs graphiques efficaces et adaptés aux besoins des clients, développer la créativité et le sens artistique pour concevoir des projets innovants et originaux.

Melchior Koba

Lire aussi:

Le Congolais Wilgon Berthold Tsibo est désormais le directeur général adjoint de Tactis en Afrique

Posted On mercredi, 20 mars 2024 15:04 Written by

Entrepreneur en série, elle innove dans les secteurs du numérique et des télécommunications. Sa dernière innovation est une plateforme en ligne qui facilite l’enregistrement des voyageurs dans les hôtels.

Selena Souah (photo) est une experte en finance et une entrepreneure franco-gabonaise. Elle est la fondatrice et la présidente de REGCARD, la start-up éditrice de la carte d’enregistrement numérique éponyme conçue pour tous les enregistrements express en ligne dans les hôtels du monde.

Fondée en 2019, la start-up a officiellement mis sa solution en ligne en 2022. Cette dernière fonctionne comme un carnet de voyage et trace tous les déplacements et séjours à l’hôtel des voyageurs. A travers sa plateforme numérique, les hôtels peuvent gratuitement procéder au check-in/check-out express de leurs clients. La start-up dispose déjà d’une base de données de plus de 19 900 voyageurs.

Selena Souah est une cofondatrice et la responsable du développement des affaires d’International Schools Engineering. Fondée en 2013, cette dernière est un groupe de gestion, d’investissement et de conseil spécialisé dans le secteur de l’éducation. En 2015, elle a cofondé Odyssey Education, un groupe éducatif international français, dont les écoles à travers le monde offrent un enseignement, de la maternelle à la sixième année.

De plus, la Gabonaise est la fondatrice et la présidente de Revolution’air. Fondé en 2018, Revolution’Air est un opérateur de télécommunications basé au Rwanda et un fournisseur d’accès Internet. Son but est « de fonder un véritable réseau panafricain et surtout de résoudre les problèmes de connectivité et d’accès dans les zones rurales », a déclaré Selena Souah en 2023. Depuis janvier 2024, Selena Souah est aussi membre du conseil d’administration de l’Institut Aspen France.

L’entrepreneure est diplômée des Maisons d’éducation de la Légion d’honneur (France) où elle a obtenu en 2008 un bachelor en commerce et affaires internationales. Elle est aussi titulaire d’un master en finance générale obtenu en 2012 à l’ISC Paris.

Sa carrière professionnelle a commencé en 2011 à la BGFIBank Gabon où elle était analyste de crédit. En 2012, elle a rejoint la filière française de la Banco Espírito Santo, une institution bancaire portugaise.

Melchior Koba

Lire aussi:

Au Gabon, Fulgence Menouho offre aux professionnels des services de réservation en ligne d’appartements meublés

Posted On mercredi, 20 mars 2024 08:29 Written by

Entrepreneur tech, il s’est spécialisé dans l’éducation. Dans le but de jouer un rôle important dans la révolution éducative et technologique en Afrique, il a fondé Nyereka Tech afin de fournir aux étudiants et aux enseignants des outils éducatifs innovants.

Shadrach Highflyer (photo) est un entrepreneur technologique rwandais. Il est le fondateur et le président-directeur général de Nyereka Tech, une start-up qui développe et fournit des kits expérimentaux STEM (science, technologie, ingénierie, mathématiques) et IoT (Internet des objets).

Fondée en 2019, Nyereka Tech est une entreprise axée sur l’éducation et la technologie en Afrique. Elle se spécialise dans le développement et la fourniture d’outils éducatifs innovants, tels que des kits IoT, du matériel STEM et des équipements robotiques, destinés aux étudiants et aux enseignants.

L’entreprise propose des formations sur l’IoT ou le codage de microcontrôleurs, la conception de circuits et les tests à des groupes de personnes ou à des écoles, à des entreprises et à des centres. Elle forme aussi dans des domaines comme l’électricité et l’électronique, la conception de logiciels et la robotique.

« Nyereka Tech est une entreprise fondée dans le but de résoudre les problèmes que rencontrent nos innovateurs actuels et futurs. Nous collaborons avec certaines des meilleures entreprises technologiques de la planète pour fournir les derniers produits et idées à un plus grand nombre de personnes dans le monde entier afin d’établir le parcours de l’innovation dans les TIC. Nous construisons l’entreprise qui servira de plaque tournante de l’innovation sur le continent », déclare le PDG de Nyereka Tech.

Shadrach Highflyer est, depuis 2022, un mentor à The Cortex Hub au Rwanda. The Cortex Hub est un incubateur anglais d’entreprises de TIC. L’entrepreneur est aussi un ambassadeur d’Arm, une société spécialisée dans la construction de solutions IP (protocole Internet).

Shadrach Highflyer est titulaire de deux diplômes en ingénierie électrique et électronique, obtenu successivement en 2017 au Tumba College of Technology et en 2019 à l’institut des sciences et technologies de l’information de Kobe, au Japon. En août 2022, il était un mentor d’entreprise pour l’OIP Mentoring Program, un programme de mentorat qui soutient les jeunes entrepreneurs dans le développement de leur start-up.

Melchior Koba

Lire aussi:

Au Rwanda, 250 STARTUPS aide les jeunes start-up technologiques à développer leur preuve de concept

Posted On mardi, 19 mars 2024 13:26 Written by

Après ses études et plusieurs années d’expériences acquises en tant qu’ingénieur logiciel aux Etats-Unis, elle revient au Kenya pour aider sa communauté. Elle a fondé une organisation pour permettre aux enfants de s’instruire sur le plan technologique.

Nelly Cheboi (photo) est une informaticienne et une entrepreneure kényane diplômée d’Augustana College, aux Etats-Unis, où elle a obtenu en 2016 un bachelor en informatique et mathématiques appliquées. Avec Tyler Cinnamon, elle a fondé TechLit Africa, dont elle est la présidente-directrice générale.

Fondée en 2018, TechLit Africa est une organisation à but non lucratif qui s’est fixée pour objectif de favoriser une Afrique plus alphabétisée sur le plan technologique. Ainsi, elle enseigne des compétences informatiques de base aux élèves âgés de 5 à 14 ans au Kenya.

« Les compétences numériques offrent des opportunités au niveau mondial », a déclaré Nelly Cheboi en 2023. « Ces enfants font tellement de choses. Ils ont des appels Zoom avec la NASA. Ils sont tellement ouverts sur le monde », ajoute-t-elle.

L’organisation distribue des ordinateurs recyclés et remis à neuf pour permettre la création de laboratoires informatiques dans les écoles africaines. Elle comptabilise déjà 4 000 élèves issues de 10 laboratoires informatiques et travaille à la construction de 100 nouveaux laboratoires afin de préparer 40 000 élèves de plus.

Après son diplôme, Nelly Cheboi a été embauchée par New World Van Lines, une entreprise américaine qui fournit des services de déménagement de biens ménagers nationaux et internationaux. Entre 2016 et 2018, elle y a successivement occupé les postes d’analyste d’affaires et d’ingénieur logiciel.

Elle a ensuite multiplié des postes d’ingénieur logiciel en travaillant pour des entreprises comme ShipBob, une entreprise logistique, Kodable, un programme d’apprentissage du codage pour les enfants, et User Hero, une entreprise technologique qui aide les entreprises à mener et à organiser leurs recherches sur les utilisateurs.

Nelly Cheboi a obtenu plusieurs prix et distinctions grâce à son organisation. En 2021, elle a reçu le prix humanitaire Richard Swanson émis par Augustana College. Elle a également été répertoriée sur la liste Forbes 30 under 30 pour son impact social. En 2022, elle a reçu le prix CNN Hero.

Melchior Koba

Lire aussi:

Amos Kimani connecte les Kényans à des esthéticiennes expertes

Posted On mardi, 19 mars 2024 09:20 Written by

Entrepreneur africain, il utilise la robotique pour faciliter l’exécution de tâches en entreprises ou dans les institutions. Il est à la tête d’une entreprise qui permet à n’importe qui de contrôler un robot autonome de n’importe où.

Né en 1987, Sidy Ndao (photo) est un innovateur, un expert en éducation et un entrepreneur en série sénégalais. Il est le fondateur et le président-directeur général de Caytu, une start-up pionnière de la téléopération assistée participative pour la robotique autonome.

Fondée en 2021, Caytu propose une plateforme de robotique participative qui permet à des robots autonomes d’être pilotés à distance par des pilotes externalisés du monde entier. Elle aide les entreprises à créer des tâches, affecter des robots, gérer le déploiement et analyser la donnée d’une flotte de robots. Son logiciel peut intégrer n’importe quel matériel ou application robotique via son API.

Caytu offre aussi une plateforme de formation virtuelle afin de développer une main-d’œuvre mondiale de pilotes de robots autonomes. La plateforme numérique forme les opérateurs afin qu’ils possèdent les compétences nécessaires pour faire fonctionner les robots de manière sûre et efficace.

Sidy Ndao est le fondateur et le président de la Dakar American University of Science and Technology. Fondée en 2017, cette université offre des possibilités d’enseignement et de recherche aux étudiants de premier cycle et aux diplômés dans les domaines de l’ingénierie et de la technologie qui sont utiles pour développer des solutions technologiques afin de répondre aux besoins et aux défis sociétaux de l’Afrique.

L’entrepreneur est un consultant en éducation du groupe de la Banque mondiale. En 2015, il a fondé la Pan-African Robotics Competition. Cette dernière est une compétition de robotique pour les jeunes qui rassemble des équipes de robotique de collèges et de lycées à travers l’Afrique et sa diaspora. 

Sidy Ndao est titulaire d’un master en ingénierie mécanique obtenu en 2007 à The City College of New York. Il est aussi diplômé de la Rensselaer Polytechnic Institute où il a soutenu, en 2010, une thèse de doctorat en ingénierie mécanique. Il passe ensuite une année (2011-2012) au Massachusetts Institute of Technology en tant qu’associé postdoctoral. Entre 2012 et 2021, il a successivement été professeur assistant et professeur associé dans le département d’ingénierie mécanique et des matériaux de l’université de Nebraska-Lincoln.

Melchior Koba

Lire aussi:

Schneider Electric nomme la Sénégalaise Diaretou Madina Gaye Dieng à la tête de son Cluster Afrique francophone & Îles

Posted On lundi, 18 mars 2024 13:37 Written by

Le 13 mars passé, le président Mamadi Doumbouya de la Guinée a procédé à un remaniement ministériel. Dans le nouveau gouvernement, Rose Pola Pricemou, ex-ministre du Plan et de la Coopération internationale, prend les rênes du ministère des Postes, des Télécommunications et de l’Economie numérique.

Rose Pola Pricemou (photo) est une experte en technologie de l’information et une femme politique guinéenne. Elle est la ministre des Postes, des Télécommunications et de l’Economie numérique du pays.

Nommée le mercredi 13 mars 2024, la ministre a pris fonction le 16 mars sous la présidence de Benoit Kamano, ministre Secrétaire général du gouvernement. Dans son discours, elle a déclaré : « dans la continuité du progrès, mon équipe et moi-même nous nous engageons avec détermination à poursuivre les efforts entrepris par mes prédécesseurs ».

Ainsi, la ministre a promis de poursuivre la digitalisation des services publics pour les rendre plus efficaces, et de renforcer la sécurité des transactions électroniques. Elle compte assurer la sécurité des systèmes d’information publics et privés pour assurer un cyberespace guinéen sûr et résilient et étendre les services de la poste guinéenne pour une couverture nationale plus large, en mettant l’accent sur les services financiers et le commerce électronique, entre autres.

Avant cette nouvelle nomination, Rose Pola Pricemou était, depuis novembre 2022, la ministre du Plan et de la Coopération internationale du pays. Elle a rejoint le gouvernement en 2021 en tant que ministre de l’Information et de la Communication. D’août à novembre 2022, elle était la ministre du Commerce, de l’Industrie et des PME.

Rose Pola Pricemou est diplômée de l’université de Montréal, au Canada, où elle a obtenu en 2008 une maîtrise en informatique. Elle est aussi titulaire d’un master en gestion des technologies de l’information obtenu en 2010 à l’université Laval, à Québec.

Le parcours professionnel de la ministre a commencé en 2009 au ministère du Revenu de la République de Guinée où elle était analyste fonctionnelle. En 2010, elle a rejoint Nurun, une entreprise de services et de conseil en informatique, en tant que conseillère en développement et intégration de système informatique. Elle a également été directrice du bureau de stratégie et de développement du ministère en charge des Investissements et des Partenariats publics privés entre mars 2019 et janvier 2022.

Melchior Koba

Lire aussi:

Schneider Electric nomme la Sénégalaise Diaretou Madina Gaye Dieng à la tête de son Cluster Afrique francophone & Îles

Posted On lundi, 18 mars 2024 09:25 Written by

Le TIEC s’engage à favoriser les idées novatrices qui transforment positivement le pays. Il offre des programmes de formation et des espaces de collaboration essentiels à la croissance et au succès des entrepreneurs.

Le Technology Innovation and Entrepreneurship Center (TIEC) est un centre d’innovation technologique et d’entrepreneuriat affilié au ministère égyptien de la Communication et des Technologies de l’information. Lancé en septembre 2010, il veut stimuler l’innovation et l’esprit d’entreprise par des mesures concrètes.

Le TIEC cherche à libérer des solutions créatives et des idées novatrices qui ont un impact en Egypte. Sa mission est de « stimuler une société basée sur la connaissance en développant des stratégies, en fournissant des équipements et en optimisant la promotion de l’innovation et de l’esprit d’entreprise. Fournir un cadre de propriété intellectuelle pour favoriser l’innovation et la croissance des TIC dans l’économie locale », peut-on lire sur le site du TIEC.

Sous la direction de son président, Hossam Osman, le centre soutient la recherche et le développement dans l’industrie locale des TIC, finance les start-up et promeut l’Égypte en tant que destination de délocalisation. Il propose des services de conseil professionnel individuel aux start-up et aux entreprises dans des domaines comme la finance, le marketing numérique, les ventes et le développement commercial. Il offre aussi un espace de travail et d’échange gratuit où les entreprises technologiques, les investisseurs et les techstars peuvent se rencontrer, travailler, apprendre et collaborer.

Le Technology Innovation and Entrepreneurship Center propose plusieurs programmes pour accompagner les jeunes entrepreneurs, dont InnovEgypt. Ce dernier veut transformer les étudiants et les diplômés en entrepreneurs prospères. Il s’agit d’un programme de formation à l’innovation et à l’esprit d’entreprise.

Le centre organise aussi une série de conférences couvrant divers sujets technologiques. Appelée TIECnovation Talks Program, cette initiative vise à promouvoir l’innovation technologique parmi les entrepreneurs, les jeunes professionnels, les nouveaux diplômés et les étudiants.

Depuis sa création, 509 468 personnes ont déjà participé à un programme de formation organisé ou facilité par le TIEC. Le centre a soutenu 13 168 entrepreneurs et 2 206 start-up. De plus, 7 425 idées ou solutions développées par des individus ou équipes ont déjà été soumises au TIEC suite à ses programmes, événements et activités. Le Technology Innovation and Entrepreneurship Center a aussi créé 71 283 opportunités d’emplois.

Melchior Koba

Lire aussi:

AUC Innovation Hub : un centre d’innovation créé par l’université américaine du Caire

Posted On vendredi, 15 mars 2024 12:06 Written by

Il cumule plus de 25 ans d’expérience dans les domaines des télécommunications et de la technologie. A la tête de Benya, il a fourni une multitude de produits et services numériques qui lui ont permis d’être plusieurs fois récompensé.

Ahmed Mekky (photo) est un entrepreneur égyptien diplômé de l’université du Caire où il a obtenu en 1995 un bachelor en ingénierie informatique, et de l’université de Nottingham où il a obtenu un master en technologie de l’information. Il est le président et le directeur général de Benya, un fournisseur de solutions numériques et d’infrastructures TIC dans la région MEA (Moyen-Orient et Afrique).

Fondée en 2017, l’entreprise offre une multitude de produits, de services et de solutions numériques. Que ce soient des services de télécommunication, des solutions de sécurité et de cloud computing, des centres de données à grande échelle, des solutions basées sur les technologies de fabrication et l’intégration de systèmes, Benya opère dans divers secteurs verticaux des TIC.

« Benya, représente un rêve de longue date qui a été réalisé en 2017, et motivé par une conviction solide que la transformation numérique est un pilier essentiel à l’avancement de tout pays. Grâce à nos 4 filiales établies pour répondre aux différents secteurs verticaux des TIC, et avec un objectif ultime de fournir une chaîne de valeur complète des TIC, notre principal objectif géographique est l’Afrique et le Moyen-Orient », explique Ahmed Mekky.

Par ailleurs, l’entrepreneur est un membre du conseil d’administration de la communauté d’entrepreneurs Endeavor Egypt. Il est aussi le président de Fiber Connect Council MENA, une organisation industrielle qui veut accélérer la disponibilité des réseaux d’accès à très haut débit basés sur la fibre optique pour les consommateurs et les entreprises.

Avant Benya, Ahmed Mekky a cofondé, en 2008, Gulf Bridge International (GBI) dont il était un membre du conseil d’administration jusqu’en 2017 et le président-directeur général jusqu’en 2015. GBI est un fournisseur mondial de services de cloud, de connectivité et de contenu qui possède et exploite un réseau de services intelligent et entièrement géré.

L’entrepreneur a été plusieurs fois récompensé pour son impact dans la transformation numérique dans la région MEA. Il a reçu le prix Industry CEO of the Year émis en 2020 par Telecom Review. En 2021, il a obtenu le prix d’excellence pour la transformation numérique délivré par Business Today Magazine et le prix Merit Leader de Telecom Review. En 2022, il a reçu le prix Embracing Modernization de Business Today Magazine.  

Melchior Koba

Lire aussi:

Le Tunisien Walid Sultan Midani conçoit et développe des jeux vidéo

Posted On vendredi, 15 mars 2024 09:27 Written by
Page 8 sur 64

Please publish modules in offcanvas position.