Tech Stars

Tech Stars (753)

Grâce à son travail d’incubation et à ses programmes innovants, Le Boukarou soutient les entrepreneurs locaux. Son impact témoigne de son engagement envers l’entrepreneuriat et l’innovation en Afrique.

Fondé en 2016 et dirigé par Jean-Patrick Ketcha, membre du conseil d’administration d’Afric’Innov et du conseil d’orientation stratégique du centre d’employabilité francophone, Le Boukarou est un incubateur qui travaille pour un impact réel de la jeunesse entreprenante sur l’économie camerounaise et africaine.

L’incubateur propose des activités et des programmes variés pour soutenir les entrepreneurs dans la réalisation de leurs projets. Parmi ces activités, on peut citer le coaching, le mentoring, le développement commercial, l’accompagnement de start-up, la formation, le networking, etc. Il met à la disposition des entrepreneurs un espace de coworking équipé et convivial.

« De façon opérationnelle, nous travaillons principalement, avec les jeunes de la structuration de leur idée à l’opérationnalisation de leur projet, jusqu’au développement de leur entreprise. Nous faisons un constat clair : une entité économique ne peut évoluer dans un vase clos. Nous portons donc l’ambition de réunir, de façon permanente et efficace, toutes les autres parties prenantes : institutions étatiques, médias, unités scientifiques et techniques, investisseurs, organisations internationales notamment », peut-on lire sur le site de l’incubateur.

Le Boukarou accompagne des projets dans divers domaines tels que l’agriculture et la sécurité alimentaire, l’industrie culturelle et créative, l’économie circulaire, l’environnement, l’eau et l’énergie, la mobilité, la ville durable et l’éducation, entre autres.

Parmi les programmes les plus connus de l’incubateur, on peut citer Bouka Club qui vise à augmenter l’employabilité des jeunes à travers des formations et à développer les compétences entrepreneuriales des étudiants. Le Boukarou propose aussi le Bouka Seeds qui a pour but d’accompagner financièrement les jeunes créateurs de valeur camerounais. Parmi les entrepreneurs qu’il a accompagnés, on distingue Arthur Zang, l’ingénieur qui a inventé l’électrocardiogramme connecté appelé CardioPad.

Depuis sa création, Le Boukarou a accompagné plus de 40 start-up et impacté plus de 42 000 personnes. Il a développé 5 programmes avec plus de 1 000 personnes touchées. Présent à Bamenda, Douala, Maroua et Garoua, il est soutenu par plusieurs partenaires, dont Total Energies, l’Institut français, le PNUD, l’ambassade de France au Cameroun et l’Agence universitaire de la francophonie (AUF).

Melchior Koba

Lire aussi :

Cameroun : O’Botama renforce l’esprit entrepreneurial des jeunes et les aide à concrétiser leurs idées

Posted On mercredi, 22 novembre 2023 11:11 Written by

Juriste de formation, elle s’est rapidement tournée vers la technologie financière. Fondatrice et directrice générale de l’application CaPay, elle a été récompensée pour son travail visant à renforcer l’inclusion financière des salariés.

Ariane Akeret (photo) est une jeune entrepreneure gabonaise. Elle est la fondatrice et la directrice générale de CaPay, une application innovante pour faciliter le paiement des salaires et des prestations sociales des personnes non bancarisées.

Titulaire d’un master en droit obtenu en 2017 à l’université Omar Bongo, elle découvre le mobile money au cours de ses voyages en Afrique de l’Ouest. Préoccupée par le renforcement de l’inclusion financière des salariés, elle s’inspire de sa découverte pour fonder CaPay en 2019 dans son pays, le Gabon. « J’ai créé CaPay pour répondre aux appels des habitants des villes isolées, qui doivent parcourir de longues distances pour percevoir leur pension », a déclaré l’entrepreneure en 2022.

CaPay est une plateforme de paiement de masse des salaires, pensions et bourses, entre autres, par le biais de la technologie mobile money à partir d’une interface unique. Elle a pour mission de faciliter et de sécuriser la paie pour la rendre accessible et simple à tous. Elle est principalement adressée aux associations, caisses de prestations sociales, coopératives, entreprises, syndicats, administrations publiques, organismes…

Ainsi, CaPay permet aux salariés et retraités de recevoir leur salaire ou leur pension directement sur leur compte mobile money, sans avoir besoin d’un compte bancaire. Ils peuvent ensuite effectuer des paiements, des transferts ou des retraits via leur téléphone portable.

Avant de se lancer dans la fintech, Ariane Akeret a travaillé en 2016 comme assistante de direction à la direction juridique et du contentieux de l’Agence judiciaire de l’Etat au Gabon. En 2018, elle a exercé la fonction d’assistante juridique à l’Agence nationale de l’urbanisme et des travaux topographiques et du cadastre (ANUTTC).

Sa solution technologique lui a permis d’être récompensée à plusieurs reprises. En 2022, elle a remporté, à Paris, le prix Margaret dans la catégorie « Entrepreneur Afrique ». Récemment, le 11 novembre 2023, elle a remporté, avec 4 autres entrepreneurs, le concours national de l’invention et de l’innovation technologique.  

Melchior Koba

Lire aussi :

Victorin Ontchya Areno : premier Gabonais et Noir africain lauréat du Founders Award Adobe

Posted On mercredi, 22 novembre 2023 08:41 Written by

Développeur de logiciels, il utilise la technologie pour résoudre les problèmes locaux et créer de la valeur pour sa communauté. Avec son entreprise Twende Mobility, il contribue à améliorer la qualité de vie de millions de personnes qui se déplacent chaque jour sur le continent.

Le Kényan Kiptoo Magutt (photo) est un cofondateur et le président-directeur général de Twende Mobility, une plateforme technologique de mobilité qui relie les clients aux opérateurs, facilitant ainsi la gestion des besoins en matière de voyage et de logistique d’une manière unifiée, transparente et rentable.

Kiptoo Magutt a étudié à l’université de Princeton, aux Etats-Unis, où il a obtenu son bachelor en génie électrique en 2012. Après des années de travail dans des structures aux Etats-Unis, il a décidé de revenir au Kenya en 2017 pour lancer sa propre entreprise, Twende Mobility.

Twende Mobility est une solution qui permet aux opérateurs de mobilité et de logistique de numériser leurs opérations, de la gestion des réservations à l’expédition, en passant par les paiements, la gestion de la relation client, etc. Elle vise à rendre la mobilité plus accessible, plus sûre et plus durable en Afrique.

Avant Twende Mobility, le développeur de logiciels a cofondé, en 2011, M-Profesa, une plateforme d’apprentissage en ligne pour l’échange de matériel d’apprentissage entre les enseignants et les étudiants. Cependant, sa carrière professionnelle a commencé en 2010 à la Princeton University EDGE Lab où il était développeur de logiciels et ingénieur associé.

En 2011, il a travaillé à l’Applied Science and Technology Research Institute (ASTRI) de Hong Kong comme ingénieur stagiaire. Entre 2012 et 2014, il était développeur de logiciels dans des entreprises américaines comme SevOne et Spreecast, une plateforme vidéo interactive. De 2014 à son retour au Kenya, il a exercé la fonction de développeur android pour la chaîne d’information indépendante du monde arabe Al Jazeera Media Network.

Melchior Koba

Lire aussi :

La Kényane Christine Namara est nommée partenaire de l’Africa Seed Fund du capital-risqueur Flat6Labs

Posted On mardi, 21 novembre 2023 13:16 Written by

BujaHub offre un environnement propice à la croissance et à la réussite des entrepreneurs. Avec son engagement continu envers l’innovation et le développement socio-économique, elle contribue à la construction d’un continent porté par l’entrepreneuriat et l’innovation.

BujaHub est une organisation non gouvernementale créée en 2019 par la Young AfricanDevelopmentFoundation (YADF) et la Save AfricanYouthCampaign (SAY), deux organisations qui œuvrent pour le développement socio-économique et politique des jeunes et des femmes à travers l’Afrique. Le siège de BujaHub se trouve à Bujumbura, la capitale du Burundi, et son président-directeur général est Abiyah David, fondateur de SAY.

BujaHub a pour mission de fournir un environnement collaboratif où les entrepreneurs du secteur numérique et d’autres secteurs peuvent s’épanouir. Elle offre un soutien structuré sous forme d’ateliers, de formations et de séminaires qui complètent l’environnement de réseautage naturel qu’il encourage. Elle dispose également d’un espace de coworking, de bureaux et d’équipements modernes, idéalement situés au cœur du centre-ville de Bujumbura, afin de faciliter l’accessibilité.

L’organisation collabore avec des institutions privées et publiques pour concevoir et mettre en place des programmes et des activités pour accompagner les innovateurs et l’entrepreneuriat numérique au Burundi. Ainsi, elle propose un incubateur axé sur la conception d’entreprise et un programme d’accélération pour faciliter la mise à l’échelle des start-up.

De plus, BujaHub met à la disposition des jeunes une communauté de designers qui s’attaquent à des problèmes complexes. Elle propose un laboratoire de recherche dans le but de créer une économie et des projets locaux axés sur les données. Elle favorise aussi la création de nouveaux partenariats avec les régulateurs, les acteurs de l’industrie, les entreprises, les organisations locales et internationales pour créer un écosystème entrepreneurial et technologique solide.

BujaHub a mis en place divers programmes et activités pour atteindre son objectif. Par exemple, le programme Digital Ladies vise à renforcer les compétences et à promouvoir les femmes burundaises dans le numérique. De plus, BujaHub organise régulièrement des événements tels que l’Innovation Week, où les innovateurs sont présélectionnés pour présenter leurs projets.

BujaHub a déjà eu un impact significatif en Afrique. Elle a accompagné plus de 100 start-up innovantes et lancé plus de 25 programmes. Elle est dotée d’une communauté de plus de 35 000 membres constituée à 45 % de femmes et est soutenue par plus de 15 partenaires.

Melchior Koba

Lire aussi :

Burundi Business Incubator soutient l’innovation et l’entrepreneuriat local

Posted On mardi, 21 novembre 2023 09:50 Written by

Pour se développer plus rapidement, les start-up ont généralement besoin d’être accompagnées par des incubateurs, accélérateurs ou autres structures d’appui à l’entrepreneuriat. En Guinée, Trustee soutient les start-up qui ont un fort potentiel de croissance.

Trustee est une structure guinéenne d’appui à l’entrepreneuriat qui investit dans les start-up et petites et moyennes entreprises à fort potentiel de croissance. Fondée en 2018 par Ibrahima Kalil Kaba, son président-directeur général, un consultant en développement d’entreprise et en entrepreneuriat, elle cible principalement les projets des secteurs des technologies de l’information et de la communication, des énergies renouvelables et de l’agrobusiness.

Spécialisée dans l’accompagnement des start-up et la préparation à l’investissement, la société fournit des conseils stratégiques et des solutions pratiques pour aider ses clients à atteindre leurs objectifs commerciaux et financiers. Ainsi, Trustee aide les entrepreneurs à mettre en place une stratégie digitale selon leur objectif. Elle met à leur disposition son équipe de développeurs, d’architectes et de chefs de projets pour les aider à réussir leur projet. La société est aussi dotée d’un fonds qui investit entre 30 000 et 500 000 dollars dans les start-up en contrepartie de 7 à 10 %.

Trustee dispose d’un accélérateur pour aider les entreprises en démarrage à vite se développer en leur fournissant un accès à des mentors expérimentés, des investisseurs et des ressources. Des start-up de tous les secteurs, de la technologie à la santé en passant par la nourriture, ont été des récipiendaires du programme d’accélération.

L’organisation offre aussi des espaces de travail, des services juridiques et comptables, ainsi que des outils de marketing et de vente. Elle a également mis en place le Digital Community, un espace pour les entrepreneurs technologiques en Afrique de l’Ouest qui cherchent à élargir leur réseau, acquérir de nouvelles compétences et développer leur entreprise. Trustee organise également des événements comme des séances de pitchs, des réunions de mentorat, des séminaires et des événements de réseautage pour les start-up. Elle a d’ailleurs organisé la Guinea FinTech Week 2023 qui s’est déroulée en septembre.

Trustee propose aussi un programme de formation pour aider les chefs d’entreprise et entrepreneurs à acquérir des compétences et des connaissances dans le développement web, le réseau informatique, le développement de produit, la stratégie d’entreprise, la levée de fonds, le marketing et la communication, les ressources humaines, le management et la finance.

Avec son réseau d’entreprises locales et de partenaires constitué, entre autres, de BANKITRUCK et KF Invest & Consulting, Trustee soutient le développement des start-up guinéennes.  

Melchior Koba

Lire aussi :

Guinée : Incubateur Ose Ton Emploi forme les jeunes à la création et à la fabrication numérique

Posted On lundi, 20 novembre 2023 15:03 Written by

Elle est une femme inspirante qui contribue à réduire l’écart économique entre les hommes et les femmes au Nigeria. Elle a reçu plusieurs prix et distinctions pour son leadership, son innovation et son impact social.

Ife Durosimi-Etti (photo) est une entrepreneure, auteure et leader nigériane qui œuvre pour l’émancipation économique des femmes. Elle est la fondatrice et la directrice générale de Herconomy, une plateforme communautaire qui offre des services financiers, des opportunités professionnelles et des formations aux femmes au Nigeria.

Ife Durosimi-Etti a fait ses études à la Covenant University où elle a obtenu un bachelor en biochimie en 2009. Elle est aussi titulaire d’un master en commerce mondial qu’elle a obtenu en 2012 à la Coventry University.

L'entreprise Herconomy a commencé ses activités en 2018 comme une communauté, appelée AGS Tribe, dédiée à la mise en réseau et au renforcement des capacités des jeunes entrepreneures et des professionnelles. Plus qu’une simple communauté, elle est aujourd’hui une entreprise fintech qui autonomise les femmes en leur accordant des subventions et des bourses d’études. L’entreprise offre aux femmes des opportunités d’épargne. A travers son académie, elle propose des cours en ligne sur l’entrepreneuriat, la gestion d’entreprise et le numérique, du coding à l’intelligence artificielle, en passant par le marketing numérique.

« Sur notre plateforme, vous ne vous contentez pas d’épargner et de percevoir 10 % d’intérêts par an, vous pouvez aussi épargner en dépensant pour des choses dont vous avez besoin. Nous construisons un écosystème où les femmes peuvent s’épanouir et avoir accès à des services financiers, au renforcement des capacités, à des opportunités et à une communauté », a expliqué Ife Durosimi-Etti en 2022.

Herconomy, c’est une communauté de plus de 100 000 femmes. L’entreprise a déjà accordé plus de 100 subventions. En juin 2023, elle a été sélectionnée pour la troisième cohorte du Black Founders Fund de Google for Startups.

Bénévole de la Global Shapers Community, Ife Durosimi-Etti est depuis 2017 la cheffe de projet de Startup Dome, un projet lancé pour combler le fossé entre les sexes grâce à l’autonomisation socio-économique des femmes au Nigeria. Avant Herconomy, elle a cofondé Parliamo Bambini, une entreprise de commercialisation de meubles pour bébés au Nigeria.

Elle a commencé sa carrière professionnelle en 2009 à Standard Chartered Bank où elle était analyste des opérations. Bénévole de la British Red Cross entre 2010 et 2012, elle a été, dans la même période, la responsable des relations avec la clientèle d’Arcadia Group, un détaillant de mode au Royaume-Uni. Entre 2012 et 2017, elle a travaillé à Nigerian Breweries, une entreprise de brasserie nigériane.

Durosinmi-Etti a reçu plusieurs récompenses pour son travail. En 2017, elle a reçu un prix du Vivian Fowler Memorial College for Girls, en reconnaissance à sa contribution à l’autonomisation des femmes. En 2018, elle a également reçu le Women’s Advocacy Award de la West African Leadership Organization pour son dévouement au développement socio-économique et à l’égalité en Afrique de l’Ouest. En 2021, elle a été sélectionnée comme Mandela Washington Fellow, un programme phare du gouvernement américain pour les jeunes leaders africains.

Melchior Koba

Lire aussi :

Le Nigérian Evans Akanno fournit aux entrepreneurs un outil sans code de création de sites Web piloté par l’IA

Posted On lundi, 20 novembre 2023 13:39 Written by

The Dot offre une variété de programmes d’accompagnement pour les start-up et a un impact significatif sur l’écosystème entrepreneurial en Afrique. Il ambitionne de devenir le fer de lance de l’écosystème entrepreneurial tunisien.

The Dot est un hub d’innovation digitale tunisien porté par la Fondation Tunisie pour le Développement. Lancé en janvier 2021 dans le cadre d’un partenariat public-privé et soutenu par l’Etat tunisien, il a pour mission de fédérer l’écosystème entrepreneurial local, d’accompagner l’innovation et la transformation numérique et de renforcer les liens entre la Tunisie et l’Afrique.

The Dot est dirigé par Zeineb Messaoud, une développeuse d’entreprise et conceptrice de programmes d’entrepreneuriat. Il propose une panoplie de programmes et de services gratuits aux entrepreneurs, aux porteurs de projets innovants et aux entreprises qui souhaitent se développer sur le marché africain.

Parmi ces programmes, on peut citer Dot Camp, un programme d’accompagnement qui sélectionne chaque année 37 start-up innovantes en phase d’amorçage. Il offre une année d’hébergement gratuit, un accès privilégié aux autres programmes offerts par The Dot et des opportunités de networking et d’affaires.

Le hub fournit également un centre de ressources utiles et gratuites appelé Dot Services. Ce dernier propose des salles événementielles équipées, un espace d’échange et de partage avec une communauté d’innovateurs, des bureaux open space et des ordinateurs équipés de plusieurs logiciels de création et de montage. Il fournit aussi un studio équipé pour la création de podcast et du matériel audiovisuel.

Un autre programme de The Dot est Dot Landing. Il s’agit d’un programme de soutien aux entrepreneurs de la diaspora tunisienne et aux entreprises étrangères qui souhaitent s’installer en Tunisie ou établir des partenariats et des relations d’affaires dans différents domaines. Entièrement gratuit, le programme offre un accompagnement intensif de 4 mois aux entrepreneurs.

The Dot se veut également être un lieu d’échange, de partage et d’apprentissage entre les différents acteurs de l’écosystème entrepreneurial. Il organise régulièrement des événements, des ateliers, des formations, des hackathons, des conférences et des concours pour stimuler la créativité, l’innovation et la collaboration.

The Dot a déjà accompagné plusieurs entreprises. Entre autres, on peut citer 3D Wave qui est spécialisée dans l’impression et la numérisation 3D, la plateforme de gestion d’entreprise en ligne Iberis, la plateforme éducative et interactive ClassQuiz et la plateforme Cynoia qui réunit tous les outils de communication et de collaboration en un même lieu. Le hub est soutenu par Expertise France, GIZ et Smart Tunisia, entre autres.

Melchior Koba

Lire aussi :

La Tunisienne Nada Ghammem développe et fabrique des prothèses de jambes bioniques personnalisées pour les amputés

Posted On vendredi, 17 novembre 2023 15:10 Written by

Par manque de moyens, certains amputés ne peuvent pas acheter des prothèses et se retrouvent privés de leur indépendance. Pour remédier à cela, Nada Ghammem propose des prothèses bioniques personnalisées et abordables. Elle a été récompensée au POESAM international pour son innovation.  

Nada Ghammem (photo) est une entrepreneure tunisienne. Elle est la fondatrice et la présidente-directrice générale de Bionic Soul, une start-up qui développe et fabrique des prothèses de jambes avancées et personnalisées pour les personnes amputées.

Nada Ghammem a étudié l’ingénierie mécanique à l’institut supérieur des études technologies de Sousse de 2018 à 2021. C’est durant cette période qu’elle a eu l’idée de créer Bionic Soul qu’elle a fondé en 2022. Son objectif, à travers cette entreprise, est de fournir une alternative moins coûteuse aux prothèses traditionnelles tout en offrant un produit de haute qualité.

A partir de technologies avancées, Bionic Soul conçoit ses prothèses en fonction des mesures de chaque patient, qui bénéficie également d’un suivi personnalisé. Travaillant en partenariat avec des hôpitaux et des clients pour offrir ses services au plus grand nombre de patients, l’entreprise sensibilise aussi la population sur l’importance de rendre accessibles les prothèses bioniques pour les personnes amputées.

Bionic Soul développe deux types de prothèses. La première, ErgoLeg, est une prothèse mécanique qui offre une mobilité de base avec une articulation et un amortisseur de marche permettant aux utilisateurs de retrouver leur indépendance et de reprendre leurs activités quotidiennes. Les tests de cette version de prothèse ont été achevés avec succès en octobre 2023.

La deuxième, BioniLeg, est une prothèse bionique intelligente composée de capteurs et d’un algorithme d’intelligence artificielle. Elle offre aux utilisateurs une expérience de marche presque naturelle et adaptative. L’entreprise a également développé une application pour permettre aux utilisateurs de paramétrer leur prothèse, de suivre leur activité physique, de recevoir des conseils personnalisés et d’accéder à des ressources utiles pour réadapter et entretenir leur prothèse.

Avec Bionic Soul, Nada Ghammem a remporté le prix féminin international lors de la 13ᵉ édition du POESAM international qui a connu son épilogue en octobre 2023. Elle a reçu un financement de 20 000 euros.

Actuellement, Nada Ghammem est une étudiante à Enova ROBOTICS, une société spécialisée dans la conception et la fabrication de robots grâce à une expertise combinée dans les domaines du logiciel, du matériel et de la perception. Elle a commencé sa carrière professionnelle en 2018 en tant qu’étudiante stagiaire au centre technique des industries mécaniques et électriques (CETIME) de Tunisie. Elle a aussi fait un stage en 2019 à Precimold Plastic Industries Sdn Bhd, une entreprise de matières plastiques située en Malaisie.

Melchior Koba

Lire aussi :

Ayhem Ghanmi connecte les entreprises de Tunisie à des développeurs compétents

Posted On vendredi, 17 novembre 2023 10:28 Written by

Acteur clé de l’écosystème technologique au Malawi, mHub favorise l’innovation et l’entrepreneuriat. Il a déjà créé un millier d’emplois et formé des dizaines de milliers de jeunes. 

mHub est le premier hub technologique et innovant du Malawi, situé à Lilongwe, avec des espaces de travail à Blantyre (Malawi) et à Lusaka (Zambie). Fondé en 2014, le hub s’est donné la mission de promouvoir la technologie, l’entrepreneuriat et l’innovation au Malawi. Il offre des solutions technologiques sur mesure, un soutien à l’entrepreneuriat et une formation aux compétences numériques pour les jeunes et les entreprises malawites.

Le centre a été initié par Rachel Sibande, une scientifique informatique et entrepreneure sociale malawienne. Fervente défenseuse de la technologie en Afrique, elle a figuré sur la liste Forbes des 30 jeunes entrepreneurs les plus prometteurs d’Afrique en 2016.

Aux créateurs, mHub offre un soutien sur mesure à l’entrepreneuriat, des services de développement de logiciels, des opportunités de co-création, des compétences numériques et une aide à la création d’entreprise à la demande.

Le hub a également mis en place des programmes et des activités visant à renforcer l’écosystème entrepreneurial et innovant du Malawi. L’un des programmes est le Digital Malawi, un projet qui a bénéficié à plus de 500 jeunes, dont certains ont reçu un financement d’environ 2 500 dollars  comme capital d’amorçage pour leur entreprise.

Le Modern Cooking for Healthy Forest Accelerator (MCHF), un projet qui vise à améliorer la gestion des forêts et atténuer les émissions d’origine terrestre, fait partie des initiatives du centre. Il a permis de former 94 entrepreneurs et de mettre en relation 20 participants avec des bénéficiaires, contribuant ainsi à la gestion durable des forêts.

mHub a aussi mis en place, en partenariat avec Care Malawi, un projet appelé Ntchito Mbambande. Ce dernier se concentre sur l’amélioration de l’employabilité et des opportunités d’auto-emploi pour les jeunes. Il est principalement financé par l’Union européenne (UE) et opère dans cinq districts de développement : Blantyre, Machinga, Salima, Dedza et Mzimba. 

Depuis sa création, mHub Malawi a facilité plus de 1 million de dollars de financement pour les entrepreneurs émergents, créé plus de 1 000 emplois et formé plus de 42 000 jeunes en affaires et en technologie. En 2018, mHub a remporté le prix de l’organisation la plus innovante aux Cloud Awards et aux IOT Awards.

Melchior Koba

Lire aussi :

Au Malawi, Mzuzu E-Hub met en place un réseau d’entrepreneurs pour développer des solutions technologiques

Posted On jeudi, 16 novembre 2023 13:32 Written by

En Afrique, Christine Namara fait partie des investisseurs et mentors qui œuvrent pour le développement de l’écosystème technologique. Sa nomination au sein de Flat6Labs est une preuve de son expertise et de son engagement.

Christine Namara (photo) est une femme d’affaires, investisseuse et mentor kényane. Le mercredi 15 novembre 2023, elle a rejoint Flat6Labs, principal capital-risqueur d’amorçage de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, en tant que partenaire au sein de l’Africa Seed Fund (ASF).

« Avec l’innovation comme boussole et la collaboration comme moteur, c’est pour moi un honneur d’intégrer Flat6Labs, une force pionnière qui façonne l’environnement entrepreneurial de l’Afrique. Ensemble, nous nous lancerons dans une transition transformative pour concrétiser le vaste potentiel des start-up sur l’ensemble du continent. Dans ce monde interconnecté, chaque idée a le pouvoir de changer des vies. Je suis ravie de promouvoir ces innovations, de catalyser le progrès et d’avoir un impact durable sur les communautés en Afrique et au-delà », a déclaré Christine Namara.

Flat6Labs est aussi un accélérateur de renommée internationale qui offre aux start-up sélectionnées un financement de démarrage, un programme intensif de mentorat, un accès à un réseau d’experts et de partenaires, ainsi qu’une exposition médiatique.

L’ASF, récemment mis en place par Flat6Labs, qui veut étendre sa portée en Afrique, est un fonds de 95 millions de dollars qui cible les régions de l’Afrique du Nord, de l’Ouest et de l’Est. Son objectif est d’investir dans plus de 160 start-up en phase d’amorçage et évoluant dans le secteur technologique en Afrique. Christine Namara vient donc avec sa riche expérience en capital-risque et capital-investissement qui sera un atout de taille pour l’atteinte des objectifs du fonds.

Christine Namara est titulaire d’un bachelor en économie et gestion obtenu en 2012 à l’université chrétienne d’Ouganda, avec une spécialisation en droit et politique commerciale.

Après ses études, Christine Namara a commencé sa carrière en tant que stagiaire administratrice exécutive à l’Institute of Customer Service Kenya en 2012. En 2013, elle a travaillé comme stagiaire chez CS Consulting Ltd. Parallèlement elle a été embauchée comme membre du service clientèle et de marketing chez Thornsoft International.

Plus tard, en 2021, Christine Namara rejoint The Baobab Network, un accélérateur basé à Nairobi qui investit dans des entreprises technologiques en phase de démarrage à travers l’Afrique, en tant que partenaire principale de capital-risque. L’année suivante, elle est nommée responsable des entreprises de l’accélérateur. Elle a occupé ce poste jusqu’en octobre 2023.

Melchior Koba

Lire aussi :

La Kényane Cathy Chepkemboi connecte les grossistes avec les acheteurs de produits alimentaires

Posted On jeudi, 16 novembre 2023 11:13 Written by
Page 9 sur 54

Please publish modules in offcanvas position.