Mastercard, le géant américain des services financiers, a lancé le mardi 19 décembre les solutions de paiement sans contact « Tap on phone », « QR Pay by link » et « Payment link » au Nigeria.

« Alors que le paysage des paiements évolue au Nigeria, Mastercard est fière de lancer ses solutions de paiement sans contact. Nous comprenons l'importance des solutions de paiement numérique transparentes, sécurisées et rentables, en particulier pour les petites entreprises et les consommateurs », a déclaré Kari Tukur, vice-présidente des solutions clients pour l'Afrique de l'Est et de l'Ouest chez Mastercard.

Lire aussi:

MasterCard investit 27 millions $ dans trois sociétés d’investissement africaines axées sur les start-up

Published in Breves_Une

En Afrique, le secteur de la fintech est en plein essor, levant plus de 2,7 milliards USD entre juillet 2021 et juin 2023. Au Kenya, le jeune Collins Kathuli appartient à cette jeune génération d'entrepreneurs qui œuvre pour l’inclusion financière en Afrique.

Collins Kathuli (photo) est un informaticien et un entrepreneur technologique kényan spécialisé dans le secteur de la finance. Il est un cofondateur et le président-directeur général de Kyanda, une start-up dont la vision est de fournir des services financiers abordables et de réduire le nombre de personnes non bancarisées ou sous-bancarisées en Afrique.

Fondée en 2019, Kyanda veut fournir un accès sûr et facile à des services financiers et connexes, simultanément, de manière abordable, efficace et transparente pour tous et à tout moment. Grâce à sa plateforme, elle permet à ces utilisateurs d’effectuer des transferts d'argent, des paiements et de régler des factures depuis le confort de chez soi.

Aux particuliers, la solution permet de rationaliser les finances et pour les chefs d’entreprise, elle optimise les opérations financières. Elle a déjà satisfait plus de 10 000 utilisateurs kényans et s’est récemment étendue à l'Afrique du Sud, permettant principalement aux Sud-Africains de créer ou de rejoindre un groupe pour économiser de l’argent ensemble afin d’atteindre un objectif commun.

Collins Kathuli est diplômé de la KCA University où il a obtenu en mars 2023 un bachelor en génie logiciel. Il est depuis 2021 un mentor au Techstars Startup Weekend Nairobi, des événements de 54 heures conçus pour offrir une formation expérientielle de qualité supérieure aux entrepreneurs techniques et non techniques.

Le lauréat du Anzisha Prize 2022 a reçu plusieurs prix et distinctions au cours de sa carrière entrepreneuriale. En 2020, il a reçu au FOYA Awards le prix du fondateur fintech de l’année en Afrique de l’Est et en 2021 la première récompense au prix mondial de l’entrepreneuriat étudiant. En 2022, son entreprise a été élue meilleure fintech au Kenya et il a obtenu, à l’Africatech Festival, le prix de l’innovateur fintech de l’année.

Melchior Koba

Lire aussi :

Kenya : Swahilipot Hub cultive le talent, encourage l'innovation et la prochaine génération de leaders technologiques

Published in Tech Stars

Dans le but de permettre aux populations d’effectuer des achats plus facilement, une fintech a mis en place une solution qui est une alternative aux crédits traditionnels.

Payflex est une solution fintech développée par une jeune pousse sud-africaine. Elle permet aux utilisateurs d’accéder à des services financiers, en l’occurrence le paiement différé. La start-up, basée dans la ville de Johannesburg, a été fondée en 2017 par Paul Behrmann. Depuis son lancement, la jeune pousse a déjà levé 500 000 $ pour soutenir sa croissance.

L’application est accessible sur iOS, Android et Huawei. L’utilisateur, après téléchargement, devra se créer un compte avec ses informations personnelles pour accéder aux services financiers proposés par la fintech. Le paiement différé est le produit phare de Payflex qui permet aux clients de payer en 4 versements, à raison de 25% à l’achat puis des versements de 25% chaque deux semaines. Après le premier versement, l’utilisateur sera livré et pourra jouir de son bien. C’est un atout marketing qui augmente, selon la fintech, les ventes de ses boutiques partenaires de 30%.

Payflex affiche une limite de dépenses à ses utilisateurs. S’il est un bon payeur, cette limite peut augmenter pour lui mettre de faire plus d’achats. Il faut néanmoins souligner que la fintech ne facture pas des intérêts supplémentaires lorsque l’utilisation opte pour ses services. Les intérêts entrent en jeu lorsqu’une échéance est ratée et dans le même temps, la fintech veille à diminuer le plafond de dépenses.

Bien que les crédits ne soient pas développés sur le continent pour diverses raisons, en l’occurrence l’exclusion financière, les services de Payflex sont de plus en plus adoptés par les populations sud-africaines. En novembre 2021, la fintech a été rachetée par une firme australienne qui veut étendre ses activités sur le continent. Ceci n’a pas empêché la progression de la start-up dont la version Android de l’application mobile a déjà été téléchargée plus de 100 000 fois, d’après les données de Play Store.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi :

Nigeria : Carbon propose des services bancaires en ligne

Published in Solutions

Après avoir signé un partenariat avec une start-up sud-africaine opérant dans les technologies de l’éducation en novembre dernier, les autorités tanzaniennes récidivent avec une firme ougandaise.

La firme technologique ougandaise HiPipo a annoncé le mardi 12 décembre la signature d’un partenariat avec les autorités tanzaniennes, en l’occurrence la Commission tanzanienne des technologies de l’information et de la communication. L’objectif est d’accélérer l’inclusion financière et numérique et d’accroître la sensibilisation aux solutions technologiques.

Pour cela, HiPipo a déployé le programme « Include EveryOne » dont le but est de contribuer à l'accélération de l'innovation fintech, à l'autonomisation des femmes dans la fintech et se veut un catalyseur pour l'investissement et le développement dans le secteur des technologies de l’information et de la communication.

« Nous sommes ravis d'annoncer qu'un accord pivot a été signé et scellé entre HiPipo et la Commission tanzanienne des technologies de l'information et de la communication. Cette collaboration prometteuse vise à accélérer l'inclusion financière en Tanzanie, dans le cadre du célèbre programme HiPipo Include Everyone, avec le soutien généreux de la Fondation Bill et Melinda Gates », a indiqué Innocent Kawooya (photo, à gauche), président-directeur général de HiPipo.

En retrait par rapport à certains pays de la sous-région est-africaine, en l’occurrence le Kenya et le Rwanda, la Tanzanie multiplie depuis peu les partenariats avec divers pays, organisations et start-up pour accélérer la transformation numérique en cours dans le pays. Plus tôt dans le mois, les autorités ont annoncé le lancement courant 2024 d’un cadre national pour l’économie numérique. Dans le secteur éducatif, le pays dirigé par Samia Suluhu s’est associé à la jeune pousse sud-africaine Snapplify pour améliorer la disponibilité et la qualité des ressources éducatives pour les étudiants en Tanzanie durant les trois prochaines années.

« Les activités du programme Include Everyone exploitées à l'échelle mondiale par HiPipo joueront un rôle crucial dans la promotion de l'inclusion financière, la stimulation de la croissance économique, l'encouragement des investissements dans les TIC, le conseil aux parties prenantes et la construction d'un groupe résilient et compétent d'innovateurs numériques et de professionnels des TIC en Tanzanie », a ajouté Innocent Kawooya.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi :

Tanzanie : le gouvernement s’apprête à lancer un cadre national de l'économie numérique

L’Institut tanzanien pour l’éducation s’allie à la start-up sud-africaine Snapplify pour fournir des services numériques

Published in Gestion Publique

Sa carrière dans l’industrie pharmaceutique lui a permis d’acquérir une expertise précieuse dans l’économie de la santé. En 2019, il fonde une application pour faciliter l’accès aux soins de santé pour les personnes défavorisées en Afrique.

Brice Kitio Dschassi (photo) est un pharmacien et économiste de la santé avec plus de 15 ans d’expérience. Il est le fondateur et le président-directeur général de WiiQare, une start-up congolaise qui a pour mission d’améliorer l’accès aux soins de santé pour les personnes en Afrique en connectant les fournisseurs de soins de santé, les patients et les payeurs.

C’est en 2020 qu’il fonde WiiQare, une solution innovante de paiement et d’épargne santé basée sur la fidélité et les récompenses. Cette dernière permet aux gens de prendre le contrôle de leurs soins de santé grâce à des moyens faciles et amusants de constituer une épargne santé, et donne aux hôpitaux un moyen transparent de recevoir les paiements des patients.

WiiQare vise à répondre aux besoins des populations qui n’ont pas accès à une couverture sociale ou à une assurance santé, ou qui font face à des difficultés financières pour se soigner. La plateforme permet également de réduire les risques de corruption ou de détournement des fonds envoyés par les expatriés.

Brice Kitio Dschassi est titulaire d’un doctorat en pharmacie obtenu en 2001 à l’université Claude Bernard Lyon 1 et d’un master en pharmaco-épidémiologie et pharmacovigilance obtenu à l’université de Bordeaux en 2005. Il est aussi diplômé de l’université Paris-Sud où il a obtenu en 2005 un master en santé publique (MPH) spécialisé en méthodologie et statistiques.

Entre 2005 et 2009, il était chargé de cours en pharmaco-épidémiologie à l’université Claude Bernard Lyon 1. Parallèlement, il a été le chef de projet de la Haute autorité de santé, une autorité publique française indépendante à caractère scientifique qui développe la qualité dans le champ sanitaire, social et médico-social.

En 2009, il a rejoint l’entreprise pharmaceutique Sanofi et y a travaillé pendant six ans. En 2016, il devient le directeur chargé de l’économie de la santé mondiale et de recherche sur les résultats de Lundbeck. Lundbeck est une entreprise pharmaceutique spécialisée dans les maladies du cerveau.

Melchior Koba

Lire aussi :

Avec Niochi, le Congolais Prince Youlou répertorie les meilleurs coins en Afrique pour les touristes

Published in Tech Stars

Alex Sea est un acteur clé de l’écosystème fintech en Afrique francophone. Son travail avec l’Africa Fintech Forum lui permet de stimuler l’innovation et le développement du secteur de la finance numérique.

Alex Sea (photo) est un acteur majeur de la fintech en Afrique francophone. Il est le fondateur et le directeur d'Africa Fintech Forum (AFF), une organisation à but non lucratif qui vise à interconnecter les écosystèmes de l’innovation financière sur le continent, notamment à travers son événement annuel qui réunit les acteurs clés du secteur.

Fondée en 2017, l’AFF promeut le développement de l’industrie des fintech en Afrique. Elle sert de source et de canal d’information, œuvrant à éclairer les arcanes du marché de la fintech et à enrichir les savoirs par le biais de la chaire Africa Fintech et de la cartographie détaillée du paysage fintech en Afrique francophone.

« Africa Fintech est un forum international qui regroupe chaque année sur 2 jours, plus de 400 acteurs de la finance digitale venant des 5 continents. Ensemble, nous facilitons la mise en place de briques pour construire les écosystèmes fintech en Afrique à travers un ensemble d’initiatives. Nous organisons également un parcours dénommé africa fintech tour qui se tient chaque année dans plus de 10 pays d’Afrique pour répondre au vaste champ d’opportunités qu’offre la finance digitale. A cet effet, nous mettons en place et accompagnons des communautés de fintech dans des pays de l’Afrique de l’Ouest et centrale francophone  », a déclaré Alex Sea en 2020.  

L’AFF développe une collaboration avec les régulateurs, les agences gouvernementales, les centres financiers et les parcs technologiques pour améliorer l'écosystème. Elle a lancé, en 2020, Fintech Village, un bub fintech continental dédié à la fintech africaine, favorisant la synergie entre les écosystèmes fintech, les centres financiers et les hubs technologiques, en recherchant et accélérant les technologies innovantes et inclusives.

L’événement annuel phare de l’AFF est le Next Fintech Forum, dont la cinquième saison s’est déroulée en Côte d’Ivoire les 16 et 17 novembre 2023. Cette récente édition s’est penchée sur la fintech et le commerce en Afrique.

Alex Sea est titulaire d’un master en gestion d’entreprise et en gestion de la stratégie obtenu en 2002. Il est un cofondateur et le directeur d’AFRICAM ACADEMY, un hub de l’innovation et centre d’expertise en finance des marchés. L’entrepreneur est aussi le vice-président de l’Africa Fintech Network, une plateforme qui réunit les leaders de la fintech en Afrique, les organisations et les parties prenantes. Il est le secrétaire général de Côte d’Ivoire Fintech Association.

De plus, Alex Sea a cofondé Africa Lab, un incubateur et accélérateur et Finov Africa, une société de conseil et d’investissement dédiée à l’écosystème des technologies financières, dont il est le président-directeur général depuis 2019. Il est aussi le fondateur et le PDG d’IDIA AFRICA, un cabinet de conseils en intelligence économique, en pénétration de marché et en intelligence des risques.

En 2016, il a fondé Africa Telecom & Technology Review, un outil pour partager, comprendre, connaître, éduquer sur le marché le plus dynamique et le plus en croissance en Afrique. L’année suivante, il a fondé Datacenter & Cloud Conference, une vitrine de l’écosystème de la numérisation. La conférence met en lumière les tendances du marché et les opportunités pour les acteurs africains.

Melchior Koba

Lire aussi :

Incub’Ivoir : un incubateur ivoirien qui accompagne les projets innovants dans le secteur agricole

Published in Tech Stars

Bujeti, une start-up nigériane spécialisée dans les technologies financières, a réussi un tour de table d’un montant de 2 millions $, apprend-on de Techcrunch le jeudi 7 décembre. L’opération a été dirigée par l’accélérateur californien Y Combinator. Les fonds seront utilisés pour, entre autres, introduire des lignes de crédit pour les petites et moyennes entreprises, initier des cartes d’entreprises ou encore améliorer sa plateforme de gestion des dépenses.

Lire aussi :

Avec Bujeti, le Béninois Cossi Achille Arouko règle les problèmes de budgétisation des entreprises africaines

Published in Breves_Simple

Bitmama, une plateforme nigériane d’échange de cryptomonnaies, a acquis la néobanque Payday pour élargir les services de sa plateforme Changera. Selon des informations rapportées par TechCabal, Bitmama, valorisée à 30 millions $, aurait offert aux investisseurs de Payday un montant de 1 million $ de capitaux propres et elle prendra en charge les dépôts et les dettes des clients de la néobanque.

Lire aussi :

La Nigériane Ruth Iselema promeut la blockchain en Afrique avec Bitmama

Nigeria : la fintech Payday lève 3 millions de dollars pour renforcer sa plateforme de paiement

Published in Breves_Simple

En Afrique, les start-up sont généralement confrontées au problème de manque de financement pour développer leurs activités. C’est ce problème que Justin Stanford essaie de résoudre avec 4Di Capital en Afrique du Sud.

Justin Stanford (photo) est un entrepreneur, investisseur et capital-risqueur sud-africain, passionné par l’écosystème technologique africain. Il est un cofondateur et l’associé général de 4Di Capital, une société de capital-risque basée au Cap et à Atlanta, qui investit dans les start-up technologiques.

L’entrepreneur a cofondé 4Di Capital en 2009 afin de financer et d’accompagner les entrepreneurs technologiques africains à fort potentiel. 4Di Capital se concentre sur des secteurs comme la santé numérique, l’éducation en ligne, la fintech, la technologie verte, le transport et les infrastructures. Parmi les entreprises du portefeuille de l’entreprise, on peut citer Aerobotics, LifeQ, Talk 360, Wasoko et VALR.

Autodidacte passionné par l’ingénierie et la technologie, Justin Stanford a arrêté ses études en 2 000, au secondaire, pour se consacrer à l’entrepreneuriat. En 2003, il a cofondé ESET Southern Africa, une entreprise qui distribue les produits de sécurité Internet haut de gamme ESET en Afrique australe. Il est membre du conseil d’administration de l’entreprise.

En 2009, il a cofondé The Silicon Cape Initiative, un mouvement communautaire à but non lucratif dont l’objectif est de favoriser le développement des start-up technologiques en Afrique du Sud, en particulier dans la région du Cap-Occidental.

« Le potentiel que nous avons décelé dans l'écosystème local des start-up technologiques, très naissant, cloisonné et peu développé, nous a finalement amenés à fonder la Silicon Cape Initiative en 2009 avec mon ami Vinny Lingham, afin d'essayer de donner un coup de fouet et de catalyser les choses, et à créer 4Di Capital en tant que fonds de capital-risque pour les start-up technologiques de type Silicon Valley, ici en Afrique du Sud », a déclaré l’entrepreneur en 2015.

Justin Stanford a reçu plusieurs prix et distinctions, nationaux comme internationaux. En 2011, il a été classé par le Mail & Guardian dans le top 200 des jeunes Sud-Africains et en 2013, il a été classé par Forbes dans le 30 Under 30 des meilleurs jeunes entrepreneurs d’Afrique. De 2014 à 2018, il a figuré sur la liste de l’Institut Choiseul des Choiseul 100 Africa : Economic Leaders for Tomorrow, et en 2017, il a figuré sur la liste inaugurale des 100 jeunes Sud-Africains les plus influents.

Melchior Koba

Lire aussi :

En Afrique du Sud, FSAT Labs incube et accélère les start-up numériques en phase de démarrage

Published in Tech Stars

LemFi, une fintech nigériane opérant dans les transferts de fonds, a annoncé le mardi 28 novembre sur le réseau social Instagram la suspension de ses activités au Ghana. Cette décision intervient une semaine après que la Banque centrale du Ghana a déclaré que plusieurs entités opèrent dans le pays sans disposer des accords nécessaires.

Lire aussi :

La start-up nigériane LemFi lève 33 millions pour développer les services financiers destinés aux immigrés dans le monde entier

Published in Breves_Une
Page 9 sur 55

Please publish modules in offcanvas position.