L’accès à Internet est un prérequis à la participation des populations africaines à l’économie numérique. Orange, qui en est bien conscient, a multiplié à dessein ses investissements dans la couverture réseau au cours des cinq dernières années.

Le groupe télécoms Orange et sa filiale sénégalaise Sonatel ont annoncé, mercredi 16 février, leur association avec le fournisseur luxembourgeois de services télécoms par satellites SES pour étendre l’offre de connectivité à haut débit en Afrique. Pour y parvenir, Orange et Sonatel déploieront et gèreront la passerelle O3b mPower de SES sur le continent. O3b mPower, un système de communication par satellite en orbite terrestre moyenne de nouvelle génération, sera déployé au Sénégal sur le site du téléport de la Sonatel à Gandoul, parmi d’autres antennes satellites locales.

Jean-Luc Vuillemin (photo), directeur des réseaux internationaux d’Orange, a expliqué que l’association du groupe télécoms avec SES découle de sa conviction que « le satellite reste une technologie d’avenir et que les multiples innovations dont il fait l’objet actuellement contribueront à lui donner une place de plus en plus importante dans le domaine des télécommunications, et ce aussi bien en Afrique que dans les zones bénéficiant d’infrastructures plus développées comme l’Europe ou l’Amérique du Nord ».

Depuis 2020, le besoin en connectivité à haut débit s’est accentué en Afrique. La Covid-19 a non seulement accéléré la numérisation de divers services, mais modifié également les habitudes de consommation de la data. Mais sur le continent, le désir de connectivité se heurte encore à la faible couverture réseau. Surtout en zone rurale. En 2021, le taux de pénétration d’Internet mobile était encore de 28 % selon la GSMA. Sur les 1 084 millions de personnes recensées en Afrique subsaharienne, l’Association mondiale des opérateurs de téléphonie indique que 206 millions n’étaient pas du tout couverts par un réseau mobile.

Pour Jean-Luc Vuillemin, la collaboration avec SES « ajoutera une nouvelle composante majeure à la mission que s’est fixée Orange, celle de construire des réseaux intelligents et ouverts destinés à développer l’usage et l’accessibilité des technologies numériques pour le plus grand nombre ». 

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi : Les 4 domaines sur lesquels les investisseurs doivent se concentrer pour soutenir la numérisation de l’Afrique (Google)

Posted On jeudi, 17 février 2022 14:15 Written by

Moins d’un an après sa levée de 170 millions $, Flutterwave est de nouveau sur le devant de la scène à la suite de la conclusion d’un financement de série D, qui fait d’elle la start-up africaine la mieux valorisée sur le continent.

Le nigérian Flutterwave, spécialisé dans le traitement de paiements, annonce disposer désormais de ressources pour exécuter son expansion africaine. La fintech, co-fondée en 2016 par les Nigérians Olugbenga Agboola et Iyinoluwa Aboyeji, prévoit d’utiliser ces nouveaux financements de l'ordre de 250 millions $ pour mettre en œuvre son plan de développement. Il consiste à accélérer la conquête de nouveaux clients sur ses marchés d’exploitation en Afrique subsaharienne et du Nord, à poursuivre sa croissance par le biais des fusions-acquisitions et de partenariats, après ceux conclus avec PayPal et les opérateurs télécoms MTN, Airtel Africa.

Flutterwave prévoit également de développer de nouveaux produits innovants après la série de services lancés en 2021, tels que Flutterwave Market qui permet aux commerçants d’écouler leurs produits en ligne, ou encore Send, un service de transfert de fonds qui permet d'envoyer de l'argent à des destinataires en Afrique et à partir de l'Afrique.

« Nous sommes ravis que les investisseurs croient en nous et en notre histoire et qu'ils engagent leurs ressources dans ce sens. Ce dernier financement démontre la conviction de certains des principaux investisseurs mondiaux à la fois dans notre modèle d'entreprise, notre équipe et le marché technologique africain. Il apporte à Flutterwave le soutien dont nous avons tant besoin pour réaliser nos projets et offrir la meilleure expérience à nos commerçants et clients », a commenté Olugbenga Agboola, directeur général de Flutterwave, à la suite de cette levée de fonds.

Avant cette récente levée, Flutterwave avait mobilisé un financement de série C, de 170 millions $ en mars 2021, devenant une licorne africaine, la troisième du secteur financier. L’entreprise valorisée à plus d’un milliard $ annonçait également à cette période son intention de conquérir le marché nord-africain.

Sur une période de cinq ans, soit de 2016 à 2020, Flutterwave affirme avoir traité plus de 200 millions de transactions d'une valeur de plus de 16 milliards $ dans 34 pays africains. La Fintech précise également qu’elle a triplé le nombre de ses clients à 900 000 entreprises à travers le monde. Selon le fournisseur de solutions de paiement, sa valorisation a plus que triplé depuis son dernier tour de table en mars 2021.

Cette récente levée de Flutterwave, réalisée auprès d’une brochette d’investisseurs majoritairement étrangers, confirme une fois encore l’attrait des fintechs sur le continent. Les entreprises technologiques axées sur les services financiers demeurent les plus financées, et la tech africaine poursuit sa croissance avec plus de 5 milliards $ de fonds levés en 2021, selon Sherif Makhlouf, directeur général de la société de conseil Boost.

Chamberline Moko

Posted On mercredi, 16 février 2022 14:35 Written by

Depuis son accession à la tête de l’Etat en 2019, Félix Tshisekedi a fait du numérique un outil de croissance en RDC. Au-delà de son appui aux différents secteurs économiques du pays, il a aussi été mis à contribution pour redorer l’image de marque du pays au niveau national et international.

Les différents ministères, services de la présidence et autres institutions publiques de la République démocratique du Congo ont désormais une plateforme numérique où communiquer officiellement. Le site Internet www.republique.cd a été lancé officiellement, lundi 14 février, par le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge (photo). Il contribuera à harmoniser la communication gouvernementale, à authentifier toutes les informations attribuées aux membres du gouvernement, à lutter contre les fausses informations.

Considérée comme « la porte d’entrée numérique » de la RDC par le ministre du Numérique, Désiré Cashmir Eberande Kolongele, la plateforme centralisera toutes les informations officielles des différents services publics – comptes-rendus de réunion, publications de rapport, annonces d’activités, etc. – pour les rendre plus facilement accessibles aux internautes. Actuellement, la RDC compte plus d’une cinquantaine de ministères auxquels s'ajoutent de grands services administratifs. Une grande partie n’a pas de présence sur Internet, rendant souvent difficile l’authentification d’une information émanant d’eux.

« Je voulais inviter les différentes administrations publiques en commençant évidemment par les ministères, par les services de la présidence et des autres institutions à s'approprier ce portail, mais surtout d'y apporter des informations fiables […] C'est un outil qui, s'il est très bien alimenté avec des informations fiables, aidera les personnes à obtenir des informations de première main, des informations certifiées », a déclaré le ministre du Numérique.

Le lancement du site www.republique.cd rentre dans le cadre de la politique sectorielle du numérique adoptée par le gouvernement, lors de la création du ministère dédié le 26 avril 2021, dont l’axe 1 inclut la tâche de « bâtir l'image de marque de la République et assurer la visibilité à l'international ».

La prochaine étape prévue par le gouvernement pour harmoniser sa communication est l’adoption d’une image de marque de l’Etat à travers un visuel commun à tous les sites web des ministères et institutions publiques. Elle est composée d’un bloc-armoiries situé à gauche, suivie d’une « ligne d’Etat » aux couleurs du drapeau tricolore, ainsi que du nom de la structure ou organisation publique. Il est aussi prévu l’ouverture et la certification des comptes Twitter du gouvernement, des ministères et administrations. 

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi : Ghana : la carte nationale d’identité reconnue officiellement comme passeport électronique dans 197 pays ...

Posted On mercredi, 16 février 2022 13:37 Written by

Déjà présente dans six Etats, la start-up veut conquérir de nouveaux territoires au Nigeria. Elle nourrit également l’ambition de s’ouvrir à de nouveaux pays dans la sous-région d'Afrique de l’Ouest.

La start-up nigériane Remedial Health a annoncé, lundi 14 février, la réussite d’un tour de table de pré-amorçage d’un montant de 1 million $. Le financement lui permettra d’étendre sa chaîne d’approvisionnement numérique en médicaments à un plus grand nombre de pharmacies, ainsi que sa solution de paiement différé (BNPL).

Fondée en 2019 par Samuel Okwuada (photo, à droite) et Victor Benjamin (photo, à gauche), la start-up fournit une gamme de solutions technologiques qui facilitent l’accès des pharmacies et des prestataires de soins de santé aux médicaments, consommables et dispositifs médicaux de qualité et abordables. Elle propose aussi un financement des stocks et une solution de gestion efficace des opérations pharmaceutiques et des clients en Afrique.

Avec les 1 million $ obtenus au cours de sa levée de fonds menée par Global Ventures et Ventures Platform, avec la participation d’Ingressive Capital, Voltron Capital et d’autres investisseurs dont Victor Asemota de la licorne Flutterwave, Remedial Health veut s’étendre davantage au Nigeria d’ici la fin de l’année. La start-up qui est déjà présente dans 6 Etats du pays souhaite aussi s’ouvrir à d’autres nations de la sous-région ouest-africaine. Pour mûrir davantage sa stratégie de croissance, Remedial Health va rejoindre la cohorte Hiver 2022 de l’accélérateur Y Combinator basé aux Etats-Unis.

En août 2021, la start-up revendiquait déjà 300 pharmacies affiliées à sa chaîne d’approvisionnement numérique. Samuel Okwuada explique qu’à travers ces diverses solutions, Remedial Health répond aux besoins des pharmacies en s’assurant « qu’ils obtiennent les produits quand ils en ont besoin. Ainsi, ils n’ont pas à se rendre au marché et à perdre du temps en passant par 20 à 30 distributeurs individuels pour acheter tous les médicaments et fournitures dont ils ont besoin ».

En ce qui concerne la solution de BNPL, selon Samuel Okwuada, « les pharmacies n’ont pas à payer les produits à l’avance ; dans certains cas, ils paient des acomptes, peut-être 20 %, puis paient le solde au fil du temps, mais en fonction la façon dont nous les connaissons, cela peut même être un financement à 100 % ». Remedial Health est accessible sur le Web et via une application mobile téléchargeable sur Google Play et App Store. 

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi : Ouganda : Rocket Health a fait de la santé de proximité pour tous son crédo ...

Posted On mardi, 15 février 2022 15:39 Written by

Deux ans après l’obtention d’un premier financement d’amorçage, Wasla annonce un investissement plus important en fonds propres qui soutiendra son activité et son développement hors d’Egypte.  

La plateforme égyptienne de commerce électronique Wasla a bouclé un financement en fonds propres de 9 millions $ auprès du fournisseur de services financiers non bancaires Contact Financial Holding, pour élargir ses solutions de paiement. L’entreprise, co-fondée en 2018 par deux anciens de Rocket Internet et le banquier d’affaires Mahmoud El Said (photo, à droite), compte inclure à son offre actuelle des options de financement « buy now and pay later », ainsi que des possibilités de paiement en ligne. La start-up veut également préparer son expansion prochaine au Nigeria, première puissance économique et pays le plus peuplé du continent africain.

« C'est un marché énorme au bout du compte, avec environ 250 millions d'habitants. Ils sont très avancés sur le plan technologique, et leur adoption du commerce électronique est assez bonne. C'est le marché idéal. Il y a toute l'infrastructure dont vous avez besoin pour créer une véritable entreprise technologique. En termes de maturité de l'écosystème technologique, le Nigeria est probablement l'un des meilleurs marchés d'Afrique, en concurrence directe avec l'Egypte, l'Afrique du Sud et quelques autres économies », a commenté Mahmoud El Said, évoquant les potentialités du marché nigérian pour Wasla.

Il y a deux ans environ, soit en décembre 2019, Wasla annonçait la levée d’un financement d’amorçage de 1 million $, négocié avec trois investisseurs pour renforcer son équipe de travail et développer de nouveaux produits financiers.

Au-delà du capital, l’égyptien Contact Financial Holding apportera à Wasla son expérience dans les secteurs de la technologie et du crédit à la consommation, à travers sa plateforme d’évaluation de crédit et de recouvrement. Ces mécanismes devraient permettre à Wasla d’élargir les possibilités de financements à l’endroit de sa clientèle. En décembre 2021, Sherif Makhlouf, directeur général de la société de conseil Boost indiquait que les transactions de commerce électronique en Egypte ont atteint l’équivalent de 5 milliards $ en 2021.

Chamberline Moko

 

Posted On mardi, 15 février 2022 14:32 Written by

Dans le nouveau plan de développement national (NDP) 2021-2025, dévoilé en décembre 2021 par le président de la République Muhammadu Buhari, l’économie numérique occupe une place prépondérante. Plusieurs partenaires internationaux ont déjà exprimé leur intention d’accompagner le Nigeria dans cette évolution.

L’Union européenne a annoncé un investissement de 820 millions d’euros au Nigeria au cours des trois prochaines années. L’information a été dévoilée, samedi 12 février à Lagos, par un conseiller du vice-président exécutif de la Commission européenne, Alejandro Cainzos, au cours d’une table ronde avec la jeunesse nigériane organisée à la Fondation Tony Elumelu. Y ont pris part des innovateurs et des startuppers.

De manière concrète, « l'UE soutiendra la construction des câbles à fibre optique et des centres de données nécessaires pour améliorer l'accès du Nigeria à la connectivité à haut débit. La Banque européenne d'investissement (BEI) investira 100 millions d'euros pour étendre la connectivité 4G sécurisée dans les Etats de Lagos et d'Ogun et tripler la capacité nationale de transmission de données », a déclaré Alejandro Cainzos.

Il a affirmé que l'UE soutiendra également « la numérisation de l'administration nigériane pour permettre aux citoyens de bénéficier de services publics de meilleure qualité et plus facilement accessibles », investira 250 millions d’euros pour « pour renforcer l'infrastructure d'identité numérique du Nigeria avec les normes de protection des données les plus élevées », « soutiendra la création et la mise à l'échelle de start-up technologiques et stimulera les solutions innovantes pour la société et l'économie du Nigeria ».

Pour ce qui est de la gouvernance numérique du pays, l’UE aidera au « développement de cadres réglementaires avec les normes les plus élevées de confidentialité, de sécurité et de cybersécurité, tout en promouvant un Internet ouvert et un marché numérique qui respecte les droits des citoyens », a souligné Alejandro Cainzos.

L’investissement de l’Union européenne au Nigeria est intervenu deux jours après l’annonce d’un investissement de plus de 150 milliards d’euros de l'organisation en Afrique au cours des cinq prochaines années. La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, était jeudi 10 février à Dakar, à quelques jours du sommet Union européenne - Union africaine qui doit se tenir du 17 au 18 février à Bruxelles en Belgique.

L’année dernière, le gouvernement du Nigeria a dévoilé un nouveau plan national de développement 2021-2025 qui place le numérique au cœur de nombreux enjeux de croissance. L’appui financier de l’Union européenne contribuera à accélérer sa concrétisation. 

Muriel Edjo

Lire aussi : Le gouvernement nigérian s’est doté d’un plan pour accélérer la numérisation de son économie d’ici 2025 ...

Posted On mardi, 15 février 2022 13:25 Written by

Sept mois après un premier investissement, Sawiris family office a de nouveau engagé des capitaux au sein de la propTech égyptienne Nawy, avec l’ambition de soutenir une entreprise en pleine croissance sur un marché attractif.

Nawy, une plateforme d’achat et de vente en ligne de propriétés immobilières a procédé à la levée sous forme de capital d’amorçage, d’un montant de 5 millions $. L’information a été communiquée ce dimanche 13 février par la propTech égyptienne. Cette dernière compte davantage investir dans les nouvelles technologies et le numérique (intelligence artificielle, apprentissage automatique…) pour étendre ses activités à toute la région nord-africaine.

La start-up, qui facilite et simplifie le processus d’achat-vente de propriétés immobilières en ligne, affirme avoir aidé à cette date plus de 60 000 personnes à trouver un logement. Nawy confie également avoir vendu pour plus de 200 millions $ de propriétés immobilières via sa plateforme.

« Nous avons été l'un des premiers investisseurs dans Nawy parce que nous avons vu le potentiel de l'entreprise et que nous partagions son ambition. Nous avons immédiatement augmenté notre investissement lorsque nous avons réalisé la rapidité de leur expansion et vu la trajectoire de l'entreprise se concrétiser. Nous sommes très enthousiastes quant à l'avenir, en particulier lorsque Nawy élargira ses services et poursuivra sur sa lancée sur le marché immobilier », a commenté Onsi Naguib Sawiris, patron de Sawiris family office qui a dirigé l’investissement au sein de Nawy.

En juillet de l’année dernière, Sawiris family office avait également dirigé un financement de démarrage, d’un montant non dévoilé, au sein de Nawy. Les capitaux avaient servi à renforcer la technologie, accroître les services et agrandir l’équipe de l’entreprise pour servir davantage de régions à travers l’Egypte.

En 2021, dans ses prévisions de croissance formulées en juillet, Nawy estimait qu’elle devrait achever l’année sur une croissance de 300 % de ses revenus. En Egypte, le marché de l’immobilier est en pleine expansion, du fait de la poussée démographique et de l’urbanisation entre autres.

Chamberline Moko

 

Posted On lundi, 14 février 2022 16:11 Written by

Depuis 2010, le Malawi est engagé dans le développement de son système financier. Trois stratégies nationales y ont déjà été consacrées. Pour la période 2022-2026, le pays fait du numérique un atout majeur.

Le gouvernement du Malawi a signé un accord de subvention d’une valeur de 14,2 millions $ avec le Fonds africain de développement (FAD) – guichet de prêt à taux concessionnels du groupe de la Banque africaine de développement (BAD) –, le jeudi 10 février, pour développer un écosystème numérique de paiement efficace. Cela passera par plusieurs actions, notamment l’extension du réseau Internet, la numérisation d’un plus grand nombre de moyens de paiement, le développement de l’interopérabilité des systèmes de paiement, l’introduction de solutions de paiement numérique dans divers secteurs comme l’agriculture.

L’écosystème numérique efficace que les autorités malawites veulent développer a pour objectif une plus large inclusion financière dans le pays, en particulier pour les femmes, les jeunes et les habitants des zones rurales. Il permettra également des transactions commerciales efficaces, offrant aux petites entreprises la possibilité d'accéder à de nouveaux marchés nationaux et internationaux.

Le financement obtenu par le Malawi rentre dans le cadre de son projet d'appui à la numérisation, à l'inclusion financière et à la compétitivité (DFIC) approuvé en décembre 2021 par la BAD. Sosten Alfred Gwengwe, le ministre malawite des Finances et des Affaires économiques, a expliqué que « le projet DFIC est aligné sur la stratégie d’économie numérique du Malawi (2021-2026) et la troisième stratégie nationale pour l’inclusion financière (2022-2026) ; les deux contribuent à la réalisation de l’objectif à long terme du Malawi de création d'une richesse pour tous soutenue par un système financier inclusif et une économie numérique ».

A travers son soutien au projet DFIC, la BAD veut favoriser un accroissement de l’inclusion financière au Malawi, de 58 % en 2019 à 65% en 2025 (avec 42 % de femmes et 37 % de populations rurales) ; contribuer à l'amélioration du classement du Malawi dans l'Indice de compétitivité mondiale (ICM), de 5,7 % en 2019 à 7 % en 2025.

La Banque veut aussi contribuer à l’augmentation du taux de pénétration en ce qui concerne les exportations (nombre de marchés) de 79 % (2018) à 100 % (2025) ; et à l'augmentation du volume des exportations de 31 % du PIB en 2019 à 35 % en 2025 ; améliorer la contribution des technologies de l'information et de la communication (TIC) au PIB, de 5,7 % en 2019 à 7 % en 2025. 

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi : Les autorités ghanéennes investissent avec l'aide de la Banque mondiale dans la mise en place d'un écosystème digitalisé

Posted On lundi, 14 février 2022 15:27 Written by

Un an après l’obtention d’un premier investissement de 4 millions $, Stitch obtient des financements plus importants pour se déployer davantage en Afrique, en élargissant ses services et en recrutant davantage pour agrandir son équipe.

Active en Afrique du Sud et au Nigeria, Stitch a annoncé, ce lundi 14 février, avoir mobilisé de nouveaux financements, 21 millions USD, pour son développement. L’entreprise, qui développe des solutions financières numériques principalement pour les fintechs, prévoit d’utiliser ces capitaux pour lancer des services financiers pour ses clients dans ses deux principaux marchés, recruter pour agrandir son équipe, et aussi préparer son projet d’expansion dans de nouveaux marchés comme le Ghana, le Kenya et l’Egypte.

Stitch qui conçoit des solutions de paiement à moindre coût, moins sujet à la fraude pour des Fintechs, agrégateurs de paiement, société d’e-commerce, affirme avoir lancé ses activités avec une équipe réduite de 3 ingénieurs et très peu de ressources. Recruter permettrait ainsi à l’entreprise d’étoffer son offre, mais aussi de constituer une équipe qui soutiendra son développement sur le continent.

« Nous sommes reconnaissants d’être soutenus par certains des principaux investisseurs et constructeurs de Fintechs au monde. Nous sommes enthousiastes à l’idée de relever le défi qui nous attend », a commenté Stitch sur sa page LinkedIn.

En février 2021, Stitch rendait publique la levée d’un financement de 4 millions $ utilisé pour développer ces solutions financières et son équipe. Ce nouveau financement en fonds propres a été obtenu auprès d’un consortium d’investisseurs majoritairement étrangers, qui pour certains avaient déjà investi par le passé au sein de Stitch. Parmi ces derniers, on retrouve The Spruce House Investment, PayPal Ventures, CRE Venture Capital, Village Global, tous domiciliés aux Etats-Unis.

Stitch, qui s’est lancé au Nigeria en octobre 2021, a été motivé par les nombreux atouts de ce pays d’Afrique de l’Ouest anglophone. « Le Nigeria n'est pas seulement l'un des pays les plus peuplés au monde, mais aussi l'un des écosystèmes fintech les plus denses et les plus dynamiques. Il devient rapidement une plaque tournante pour les talents en ingénierie et en produits et un marché incontournable pour les fintechs », indiquait alors Kiaan Pillay (photo), directeur général de Stitch, lors du démarrage de ses activités au Nigeria.

Dans un article publié en octobre 2021, Stitch relevait que le sous-investissement dans la formation des développeurs et les infrastructures ont entravé la croissance rapide d’un écosystème fintech en Afrique. Or, poursuit l’entreprise, le continent dispose d’avantages (la possession de smartphones et la culture numérique en hausse) qui pourraient libérer le potentiel de ce marché.

Chamberline Moko

Posted On lundi, 14 février 2022 13:36 Written by

En Afrique, le mobile est un atout pour la participation de la majorité de la population à l’économie numérique. Mais la cherté des appareils adéquats est un frein. Réduire les taxes à l’importation des appareils a une incidence sur leur prix au niveau local, selon la GSMA.

Lors du Conseil des ministres qui s’est tenu dimanche 13 février, le gouvernement de la République d’Algérie a annoncé « la suppression de tous les impôts et taxes sur l’e-commerce, les téléphones portables, les matériels informatiques à usage personnel et les start-up », prévus dans la loi de finances 2022 approuvée en décembre 2021. L’objectif de cette mesure est d’accélérer la numérisation dans le pays prônée par le chef de l’Etat, et le développement de l’innovation technologique.

En supprimant la taxe sur l’e-commerce, le gouvernement facilite les transactions en ligne dans le pays, en particulier pour les particuliers qui ont pris l’habitude d’acheter à l’étranger les appareils technologiques qu’ils ne retrouvent pas dans le pays. Pour les innovateurs et promoteurs de start-up, c’est une opportunité d’acquérir aisément du matériel technique indispensable à leurs recherches et innovations.

Selon l'Alliance for Affordable Internet et l’Association mondiale des opérateurs de téléphonie (GSMA), la cherté des smartphones est l’un des principaux freins à l’adoption de l’Internet mobile en Afrique où le taux de pénétration était de 28 % en 2020. En supprimant tous les impôts et taxes sur les téléphones portables, le gouvernement facilite aux Algériens l’accès aux téléphones intelligents. Idem pour les ordinateurs. Il améliore ainsi l’accès des populations à Internet et leur participation à l’économie numérique.

Dans la loi de Finances 2022, un taux cumulé de droits et taxes de 133,05 % était appliqué pour l’achat des Smartphones ou tablettes électroniques, 60,22 % pour les disques durs. Dans ce contexte, la taxe revenait plus chèr que l’appareil acheté en ligne.

La suppression des impôts et taxes sur l’e-commerce, les téléphones portables, les matériels informatiques à usage personnel et les start-up intervient après plusieurs semaines de protestation des Algériens. Une campagne en ligne, sous le hashtag #khelini_nechri (laisse-moi acheter), a d’ailleurs été lancée. Lors de la 6e édition du Forum « Rakmana », organisée le 19 janvier à Alger, le Groupement algérien des acteurs du numérique (GAAN) avait aussi dénoncé ces taxes qui vont à l’encontre de l’intérêt général. 

Muriel Edjo

Posted On lundi, 14 février 2022 12:58 Written by
Page 98 sur 104

Please publish modules in offcanvas position.