Au cours des dernières années, le gouvernement égyptien a opéré d'importants investissements dans le secteur numérique. Cet engagement substantiel témoigne de l'importance cruciale de l'externalisation dans la stimulation des exportations numériques de l'Égypte et dans la favorisation de sa croissance économique.

Le ministre égyptien des Télécommunications et des Technologies de l'information, Amr Talaat (photo), a annoncé le lundi 22 janvier, une progression significative dans le secteur des exportations de services numériques de l'Egypte. Les recettes pour l'année 2023 ont atteint 6,2 milliards de dollars, en hausse de 26,5 % par rapport aux 4,9 milliards de dollars enregistrés en 2022.

Lors d'une allocution devant le Sénat égyptien, Amr Talaat a attribué ces résultats positifs aux récents investissements étrangers, soulignant des accords avec 74 entreprises internationales et locales pour le recrutement de 60 000 experts en externalisation depuis novembre 2022. Ces chiffres sont également le fruit des programmes gouvernementaux visant à augmenter à 550 000 le nombre de travailleurs indépendants dans l'industrie de l'externalisation.

Ces investissements s'inscrivent dans le cadre de la stratégie numérique pour l'industrie de l'externalisation 2022-2026, lancée en février 2022 par le gouvernement égyptien. La stratégie se concentre sur quatre axes principaux, à savoir les services informatiques, les services de processus d'affaires, les services de connaissances, l'ingénierie et la recherche-développement.

Cette initiative vise à propulser l'Egypte vers des sommets économiques, ambitionnant de tripler les revenus des exportations numériques pour atteindre près de 9 milliards de dollars d'ici 2026. Parallèlement, elle envisage la création de plus de 34 000 emplois d'ici 2025.

Ces objectifs audacieux s'inscrivent dans la lignée des performances remarquables du secteur, qui a enregistré des exportations numériques de 4,9 milliards de dollars au cours de l'exercice 2021/2022, marquant une nette progression par rapport aux 3,6 milliards de dollars enregistrés lors de l'exercice 2018/2019.

Samira Njoya

Lire aussi:

L'exportation des services numériques rapportera 5,5 milliards $ à l'Egypte en 2023, selon Amr Talaat

Posted On mercredi, 24 janvier 2024 14:40 Written by

En Afrique, la diversification de l’économie est au cœur des préoccupations des gouvernements. Il devient donc urgent de développer des politiques favorables, des programmes de formation et des initiatives de financement pour catalyser l'essor économique et l'innovation sur le continent.

Chad Innovation Hub (CIH), un incubateur dédié à l'entrepreneuriat des jeunes au Tchad, et l'Agence nationale des investissements et des exportations (ANIE) ont officialisé un partenariat le mardi 23 janvier à N'Djamena. L’initiative vise la promotion de l'innovation, de la création d'entreprise et du développement durable dans le pays.

« Ce partenariat stratégique vise à dynamiser l'écosystème entrepreneurial au Tchad en encourageant l'innovation ouverte, en stimulant les projets dans le numérique, l'économie circulaire, les modèles d'affaires RSE et verts, tout en renforçant les capacités des femmes et des jeunes, notamment dans les communautés rurales », a déclaré l’ANIE dans un communiqué.

Les termes du protocole d'accord prévoient également la mise en œuvre effective des objectifs du développement durable (ODD) et l'établissement de relations de collaboration étroite entre l'ANIE et CIH pour mutuellement promouvoir le secteur privé et diversifier l'économie.

La collaboration stratégique s'aligne sur la politique gouvernementale dont l'objectif est de soutenir l'entrepreneuriat au Tchad, qui a connu la récente création d'un fonds de 30 milliards FCFA (49,6 millions $). Ce fonds vise à garantir des crédits pour les entrepreneurs et à financer des projets clés dans des secteurs tels que l'agriculture, l'élevage et les nouvelles technologies.

La signature de cet accord marque le début d'une alliance prometteuse positionnant le Tchad sur la scène internationale de l'innovation. Avec Chad Innovation Hub, une organisation qui a déjà remporté des distinctions prestigieuses, cette collaboration renforce la conviction que l'innovation et l'entrepreneuriat sont les moteurs d'un avenir prospère et durable pour le Tchad.

Samira Njoya

Lire aussi:

Chad Innovation, catalyseur de l'entrepreneuriat et de l'innovation au Tchad

Posted On mercredi, 24 janvier 2024 11:11 Written by

Néné Maïga dirige Orange Botswana, qui célèbre 25 ans de présence sur le marché local. Elle aborde pour nous les grandes ambitions de l’opérateur dans le domaine de l'économie numérique.

We Are Tech : Vous êtes à la tête d'Orange Botswana depuis plus de deux ans. Comment, selon vous, le marché local des télécoms aborde-t-il les innovations numériques ?

Néné Maïga : Au Botswana, le secteur des télécoms est un marché en constante évolution – ce qui représente pour nous un vrai challenge en tant que leader ! La raison principale est que le développement du numérique a été priorisé par le gouvernement et tous ses acteurs clés, dont Orange Botswana. Nous travaillons étroitement avec notre ministère des Communications, de la Connaissance et de la Technologie pour assurer développement durable de notre secteur.

WAT :  Comment Orange s'est-il positionné dans ce contexte ?

NM : Orange Botswana est fier d'être le leader du marché en termes d’innovation numérique. Il y a seulement 5 ans, en 2018, nous avons introduit la technologie 4G, dans la même dynamique que les introductions de la 3G et de la 2G auparavant. En 2022, nous avons lancé la technologie 5G, positionnant ainsi le Botswana comme un acteur de premier plan dans le secteur des communications mobiles en Afrique. Cela a ouvert la voie à des partenariats activés par la 5G qui ont apporté des innovations dans l'e-santé, les véhicules et les villes connectés, les jeux en temps réel et les maisons intelligentes. Par exemple, la collaboration avec MRI Botswana, un prestataire de services médicaux, a abouti à la création d'une ambulance connectée. Cette technologie permet aux médecins de guider les ambulanciers à distance pendant qu'ils effectuent des procédures de sauvetage vitales en chemin vers les hôpitaux. — un exploit attribuable aux capacités de la technologie 5G.

Les innovations dans l'éducation numérique, la santé en ligne et l'agriculture mobile renforcent le rôle d'Orange Botswana en tant qu'opérateur multiservices. Et ce positionnement apporte de nombreuses opportunités pour les start-ups locales car notre ambition est de créer tout un écosystème qui leur permet de développer des solutions répondant aux besoins du Botswana.

WAT : Au-delà de la connectivité haut débit, quels sont les autres domaines où Orange a eu un fort impact au Botswana. Comment cela se matérialise-t-il concrètement ?

NM : Pour nous, notre collaboration avec les start-ups ainsi que nos programmes d'écoles numériques illustrent la manière dont nos partenariats stratégiques peuvent accélérer la mise en œuvre de la diversification économique et contribuer à réduire les disparités de genre et numériques.

Notre compétition annuelle Orange Social Venture Prize nous offre une plateforme pour collaborer avec des start-ups qui cherchent à apporter des solutions innovantes s'appuyant sur les technologies de l'information et de la communication (TIC) et sur les secteurs à fort potentiel de croissance. Ces dernières années, nous avons soutenu et collaboré avec des innovateurs qui ont remporté des prix, tels que les fondateurs de Mohiri Job Alert, Brastone de Mpotsa & mAgric et Connexus de Atlega Mobile Education. Plus récemment, les gagnants de l'édition 2023, l'application mobile Aga Sure, ont reçu un prix en cash pour lancer une plateforme de micro-assurance qui offrira un accès à des services financiers pour les communautés économiques non desservies et sous-desservies.

À travers notre branche RSE, la Fondation Orange, nous avons à ce jour lancé le programme Orange Digital Schools dans 76 écoles primaires et développé les compétences entrepreneuriales numériques de centaines de femmes à travers 8 Centres Numériques pour Femmes. Je citerais également notre centre technologique numérique de pointe, le Orange Digital Center (ODC), lancé en novembre 2022 à Gaborone. L'ODC joue un rôle central en fournissant une formation essentielle en TIC, en améliorant les compétences et en soutenant la création de solutions numériques innovantes pour améliorer l'employabilité des jeunes. En juillet de cette année, 150 étudiants ont obtenu leur diplôme en codage Scratch, en broderie numérique et en impression 3D dans ce centre.

WAT : Orange Botswana fête son 25ème anniversaire. Que signifie ce jalon pour l'entreprise ?

NM : Il y a vingt-cinq ans, Orange Botswana s'est donné pour mission de connecter les gens, de réduire les distances et de transformer les vies grâce au pouvoir de la communication. C'est exaltant de réaliser que nos clients nous font confiance pour développer leur capacité à communiquer avec ceux qui comptent le plus pour eux. Que ce soit pour des besoins personnels ou professionnels, pour la voix ou les données, ils comptent sur nous pour satisfaire ce besoin fondamental de se sentir plus proches de leur famille, de leurs amis et de leurs partenaires commerciaux. Je suis fière de dire qu'Orange Botswana a été un acteur clé durant ces 25 dernières années pour rapprocher les gens des innovations de pointe et de l'inclusion numérique. Nous devons notre succès à nos clients incroyables - leur fidélité indéfectible nous portera certainement dans les 25 prochaines années !

WAT : Comment Orange planifie-t-il pour le Botswana dans les années à venir ?

NM : L'avenir est prometteur pour Orange Botswana. Il reste beaucoup à faire et notre passion, notre ambition nous guideront. Nous nous trouvons au seuil d'une nouvelle ère, où la technologie ne cesse de remodeler notre façon de vivre et de travailler. En tant qu'entreprise, nous nous engageons à rester à l'avant-garde de ces avancées, en veillant non seulement à répondre aux attentes de nos clients et clients, mais à les dépasser. Nous nous réjouissons de faciliter l'expérience client à travers des plateformes telles que l'application Max it, de contribuer à la croissance de l'infrastructure TIC du pays à travers notre Centre de Données certifié Tier III, et d'assister à l'essor d'Orange Money dans le secteur financier.

WAT : Vous avez récemment remporté le prix de la « Femme Innovatrice de l'Année » au Africa Tech Festival en novembre 2023 au Cap, pourquoi ce prix est-il spécial pour vous ?

NM :  Je suis profondément honorée d'avoir été reconnue comme l'Innovatrice de l'Année 2023 lors de l’Africa Tech Festival. Je crois que cette récompense est une reconnaissance de ma contribution aux secteurs des télécommunications, de la technologie et des médias dans divers pays, y compris le Cameroun, le Mali, le Maroc et, bien sûr, le Botswana. Cela témoigne également du travail incroyable réalisé chez Orange Botswana, et je partage ce prix avec notre équipe si dévouée qui continue de stimuler l'innovation et l'excellence dans notre pays et notre industrie.

WAT : Quelle signification pensez-vous que ce prix a pour les femmes qui démontrent un leadership extraordinaire dans le secteur des TIC ?

NM : Ce prix a une grande signification pour les femmes africaines dans l'industrie technologique du continent car il valide notre contribution à une industrie pour laquelle nous avons une passion véritable. En tant que leaders dans le secteur africain des TIC, nous savons combien l'accès aux innovations et aux technologies que nous offrons peut faire la différence pour nos populations. J'aime rappeler que la pénétration du mobile et d'internet ainsi que l'essor du mobile money sont des exemples parfaits de la valeur que des solutions TIC peuvent apporter à la vie quotidienne de nos clients. Au Botswana, un vendeur ambulant ou un petit entrepreneur dispose maintenant d'un outil sûr, pratique et facilement accessible pour recevoir, envoyer et économiser son argent avec Orange Money - ce qui n'était pas disponible pour eux il y a 20 ans.

En tant que leaders africains, notre succès a d'autant plus de sens lorsqu'il nous permet de rendre à nos communautés, à notre pays et à notre continent tout ce qu’on leur doit.

Posted On mercredi, 24 janvier 2024 08:43 Written by

A Madagascar, l'identification des individus demeure un défi. En introduisant un système numérique, le gouvernement ambitionne de simplifier les procédures d'identification, renforcer la transparence, et améliorer l'efficacité des services publics tout en optimisant la gestion des données nationales.

Le ministre malgache du Développement numérique, de la Transformation digitale, des Postes et des Télécommunications (MNDPT), Tahina Razafindramalo (photo, à gauche), a annoncé le vendredi 19 janvier la mise en œuvre prochaine du projet de carte d’identité nationale numérique pour les individus de 15 ans et plus. S’adressant aux journalistes lors d’une conférence de presse, le ministre a déclaré que la production débuterait dès le mois de juin dans plusieurs régions du pays.

« La Grande Île s’engage ainsi dans ce processus fastidieux que de renouveler les papiers d’identité. Un casse-tête auquel certains pays ont dû faire face, tels que la Tunisie ou la Grèce, qui sont récemment passés à la carte d’identité biométrique », a indiqué le ministre.

Le projet, financé à hauteur de 140 millions de dollars par la Banque mondiale, comprend des étapes telles que l'enrôlement biométrique, la collecte de données biographiques, la mise sur pied d’un système d’identification numérique, la production des cartes biométriques entre autres. Il s'inscrit dans le cadre de la politique de simplification de l'administration du gouvernement malgache, conformément au Plan stratégique du numérique 2023-2028. L'objectif global est de centraliser les données pour faciliter le recensement et l'enregistrement massif de la population.

Selon l'UNICEF, environ un quart des enfants de moins de 18 ans à Madagascar ne possèdent pas d'acte de naissance, soit environ 2,5 millions d'enfants. Environ un million d'adultes ne sont pas enregistrés, les rendant invisibles sur le plan administratif. Ces lacunes sont en partie dues à la méconnaissance des procédures et à des problèmes structurels au sein de l'administration.

Une fois le projet mis en œuvre, l'identifiant unique et la carte d'identité biométrique permettront de retracer toute la vie d'un individu, prévenir la duplication d'identité, notamment lors des élections, et faciliter l'accès aux divers documents administratifs grâce à la numérisation des services publics en cours.

Samira Njoya

Lire aussi:

Kenya : le lancement du système d'identification numérique et des cartes d’identité biométriques reporté sine die

Posted On mardi, 23 janvier 2024 13:39 Written by

La fintech nigériane multiplie les partenariats avec les solutions de paiement pour étoffer sa passerelle de paiement. En ce début d’année, elle s’allie avec une licorne africaine.

Interswitch Group, une jeune pousse nigériane opérant dans les technologies financières, a annoncé l’ajout du portefeuille OPay Wallet dans sa passerelle de paiement Interswitch Payment Gateway (IPG), apprend-on d’un communiqué de presse publié le lundi 21 janvier. Cette intégration offre aux utilisateurs d’IPG une méthode de paiement supplémentaire, en plus des cartes bancaires, de Quickteller, du code QR ou encore de l’USSD.

« Grâce à notre dernière collaboration avec OPay, nous sommes ravis d'introduire une nouvelle dimension de commodité de paiement pour les utilisateurs et les commerçants. Ce partenariat reflète notre engagement à introduire des innovations qui améliorent l'expérience du paiement numérique, et nous sommes impatients de voir l'impact positif qu'il aura sur l'ensemble de l'écosystème de paiement », a indiqué Muyiwa Asagba, directeur général de Digital Commerce & Merchant Acquiring chez Interswitch.

Devenue une licorne en 2019 après l’acquisition de 20 % de ses actions par le géant américain Visa, la fintech nigériane s’impose comme l’un des leaders du paiement numérique sur le continent. En septembre dernier, elle s’est associée à la firme de Mountain View pour intégrer sa solution de paiement Google Pay à IPG. Avec ce partenariat, elle vient encore élargir son parterre de solutions de paiement pour faciliter le quotidien des utilisateurs.

Quant à OPay, elle est devenue une licorne en 2021 après la réussite d’un tour de table de 400 millions $. Depuis, la fintech fait son bonhomme de chemin dans l’univers des paiements mobiles en Afrique. Pour rappel, le secteur des technologies financières est le plus en vogue sur le continent. Les start-up opérant sur ce segment attirent les plus importants capitaux et parmi les licornes du continent, seul Jumia opère dans le commerce électronique.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi:

Nigeria : la licorne Interswitch intègre Google Pay à sa passerelle de paiement

Posted On mardi, 23 janvier 2024 11:07 Written by

Depuis 2020, les entrepreneurs technologiques africains se heurtent à des difficultés d’accès aux fonds. La croissance enregistrée dès 2018 connaît en effet un essoufflement. Les investisseurs se font plus prudents.

Les start-up africaines ont levé 1,8 milliard $ en 2023. Le montant est en baisse de 40% par rapport à 2022 (3 milliards $). Les chiffres ont été publiés par la plateforme spécialisée américaine CB Insights. Dans son rapport « State of Venture » paru le 4 janvier 2024, elle révèle que la totalité des fonds levés en 2023 a été réalisée à travers 486 opérations. En recul de près de 49% par rapport à 2022 durant laquelle 709 transactions financières ont été réalisées par les start-up technologiques africaines.

Le total des fonds levés en 2023 par les start-up africaines est si bas par rapport aux années 2022 et 2021 qu’il est presque similaire au montant financier total levé en 2020 (1 milliard $ ; Ndlr) en 493 opérations. Une année particulièrement marquée par les contrecoups de la Covid-19.

Selon CB Insights, le faible attrait des investissements enregistré par le secteur technologique africain en 2023 peut s’expliquer par la relative sous-performance des grands écosystèmes technologiques du continent, en l’occurrence le Nigeria, le Kenya ou encore l’Egypte. Les start-up de ces pays sont généralement les plus grandes destinataires d’investissements comptabilisés dans le résultat annuel des fonds levés par les start-up africaines. Le Nigeria par exemple est tombé d’un piédestal. Ses start-up ont levé 224 millions $ en 2023 et 531 millions $ en 2022. Ce montant était pourtant de plus d’un milliard $ en 2021.

Cette chute des financements dans l’écosystème technologique africaine peut s’expliquer par la hausse des taux directeurs dans les Banques centrales du monde, ce qui a renchéri le coût d’accès au capital sur les marchés internationaux. En Afrique, plus de 89% des financements sont d’origine étrangère.

« Depuis 18-24 mois, et notamment avec la remontée des taux aux Etats-Unis et en Europe, ces capitaux-là se sont énormément taris et donc ont accentué la rareté du capital à destination des start-up africaines. La conséquence de ça, c'est que les start-up qui comptaient sur ces poches de capital pour se développer ou pour poursuivre leur développement se sont retrouvées dans des positions assez délicates et ont dû alléger leur structure de coût et donc procéder à des licenciements », explique Tamim El Zein à RFI en novembre 2023 ; il est fondateur de Seedstars Africa Ventures, un fonds de capital-risque qui investit dans des entreprises à forte croissance actives en Afrique subsaharienne.

Cette tendance baissière des investissements mobilisés par les start-up technologiques ne touche pas seulement l’Afrique. De l’Amérique latine à l’Océanie, en passant par l’Europe et l’Asie, les financements des start-up ont chuté de façon drastique. Ils ont baissé de 56% pour 3,3 milliards $ en Amérique latine, de 45,25% pour 48,4 milliards $ en Europe ou encore de 49,48% pour 53,4 milliards $ en Asie. Le recul des investissements en Afrique de 40% peut être considéré comme moindre par rapport au reste du monde.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi:

Les restrictions d’accès aux réseaux sociaux et à Internet coûtent 1,74 milliard $ à l’Afrique subsaharienne en 2023

Posted On lundi, 22 janvier 2024 14:40 Written by

En Afrique, l'essor du numérique façonne l'avenir de toute une génération. Au cœur de cette transformation, l'importance cruciale de la formation des jeunes au numérique se révèle comme le pilier fondamental.

Le gouvernement congolais a procédé le mercredi 17 janvier à Kintélé au lancement officiel du projet de construction de « Caria Tech Village », un parc technologique avec pour vocation de devenir un hub dédié à l'apprentissage, à la pratique d'activités de développement pour les jeunes incubateurs et start-up au Congo.

Lors de la cérémonie, Léon Juste Ibombo, ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie numérique, a souligné l'importance stratégique de ce projet dans un monde où l'économie numérique joue un rôle central. « Caria Tech Village est un vrai générateur qui va regorger tout l'écosystème numérique, une technopole qui va être érigée sur le site de l'ex Union Africaine des Postes et Télécommunication », a-t-il déclaré.

Le futur parc sera construit au cours de l’année 2024 par Phone Control, une société tunisienne spécialisée dans la construction des infrastructures du numérique sous la supervision du ministère chargé du Numérique et celui de la Recherche scientifique.

Dès sa mise en oeuvre, Caria Tech Village proposera des formations de qualité supérieure aux jeunes, allant de la licence au doctorat (LMD). Il constituera également un espace privilégié pour les professionnels du secteur qui souhaitent approfondir leurs compétences dans les technologies innovantes. Au-delà des programmes de formation, le parc se présente comme une plateforme dynamique, qui accueillera des startupeurs dans le but de les aider à développer pleinement leurs projets et à générer de la valeur ajoutée.

Le projet s'inscrit dans le cadre d'un programme gouvernemental dédié à l'apprentissage et à la pratique d'activités de développement pour les jeunes incubateurs. Cette initiative prend une dimension particulière en concordance avec la vision du président de la République, M. Denis Sassou N'Guesso, qui a proclamé l'année 2024 comme l'année de la jeunesse au Congo.

Samira Njoya

Lire aussi:

Congo : le Centre africain de recherche en intelligence artificielle a lancé ses activités

Posted On lundi, 22 janvier 2024 13:17 Written by

De plus en plus de pays africains veulent miser sur l’écosystème technologique pour booster leur économie numérique. Pour cela, les Etats collaborent avec diverses entités pour offrir aux acteurs tech locaux de nombreuses opportunités.

Global Innovation Initiative Group (GIIG), une entité opérant dans le secteur technologique et basée à Port-Louis à Maurice, a annoncé le vendredi 19 janvier la signature d’un partenariat avec le ministère éthiopien de l'Innovation et de la Technologie, celui du Travail et des Compétences et l'institut de développement de l'entrepreneuriat (EDI). L’objectif est de soutenir l’Ethiopie en tant que start-up nation en devenir sur le continent.

« L'EDI et le GIIG ont un objectif commun : découvrir, développer et mettre à l'échelle des solutions qui ont un impact sur certains des défis les plus tenaces du monde, avec pour mission de créer un écosystème d'innovation entrepreneuriale dynamique, résilient et authentiquement éthiopien. En tant que partenaires, nous pouvons diriger avec un plus grand sens de l'urgence, afin d'aider les communautés et les organisations à adopter le changement plus rapidement pour une transformation rapide », a indiqué Hassan Hussein, président-directeur général de l'EDI.

Ce partenariat intervient quelques mois après la tenue à Addis-Abeba de l’étape africaine des Global Startup Awards, un concours indépendant de l'écosystème des start-up couvrant 120 pays (dont 54 en Afrique) répartis en 12 régions. Les autorités éthiopiennes y ont vu une opportunité de réunir et d’accélérer les collaborations qui construisent de manière tangible les économies d'innovation locales, transfèrent les compétences d'avenir aux citoyens et inspirent les entreprises compétitives à l'échelle mondiale. De plus, ledit partenariat viendra renforcer les efforts des autorités qui, en octobre dernier, ont mis en place le Next Ethiopian Startup Initiative (NEST) pour soutenir le développement de l’écosystème local des start-up.

S’exprimant sur le sujet, Muferihat Kamil, ministre du Travail et des Compétences, a expliqué : « dans le cadre de l'initiative NEST, nous sommes déterminés à établir un partenariat à long terme avec GIIG et les Global Startup Awards Africa. Il est absolument essentiel que l'écosystème des start-up en Ethiopie devienne une priorité pour le pays. Nous devons construire nos économies non pas pour imiter mais pour diriger en tant qu'Africains, et les initiatives avec GIIG joueront un rôle important dans ce sens ».

Par ailleurs, il faut signaler que le pays a fait l’actualité ces dernières années à cause des coupures volontaires d’Internet sur fond de conflits dans certaines de ses régions et de manifestations des populations. Alors qu’en 2019, Internet a été coupé pendant 346 heures affectant 19,5 millions d’habitants et une perte de 56,8 millions $ pour le pays, ces chiffres ont explosé en 2023. Selon les données de la plateforme britannique Top10VPN, Addis-Abeba a coupé Internet pendant 14 910 heures, ce qui a affecté 29,8 millions $ pour une perte de 1,59 milliard $.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi:

Les restrictions d’accès aux réseaux sociaux et à Internet coûtent 1,74 milliard $ à l’Afrique subsaharienne en 2023

Posted On lundi, 22 janvier 2024 08:52 Written by

Le gaming en ligne a pris de l’ampleur à travers le monde avec le développement de l’accès à la connectivité à haut débit. En Afrique, le marché connaît une éclosion rapide, portée par une jeunesse passionnée d’innovation et de technologie.

14 pays africains sont réunis à Abidjan en Côte d’Ivoire dans le cadre d’une édition spéciale « d'Orange eSport Experience » autour de l'eFootball. La rencontre qui se tient du 19 au 20 janvier à l’ocassion de la Coupe d’Afrique des Nations 2023 (CAN) regroupe les jeunes passionnés de gaming du continent. Les équipes de Côte d'Ivoire, Cameroun, Guinée, Madagascar, Mali, Maroc, République démocratique du Congo, Sénégal, Centrafrique, Sierra Leone, Bénin, Ghana, Gabon et Togo se disputent pendant deux jours le titre de champion d'Afrique.

Brelotte Ba, directeur adjoint Orange Afrique et Moyen-Orient, commente : « l'Orange eSport Experience, au-delà d'être une compétition, incarne notre engagement pérenne envers l'eSport en Afrique […] Cette édition spéciale eFootball 2024 à Abidjan, en marge de la CAN 2023, illustre notre vision à long terme, où le jeu électronique devient un vecteur d'innovation, de création d'emplois, et de rayonnement pour la jeunesse africaine ».

Depuis 2016, le groupe Orange accompagne le développement du eSport en Afrique à travers l’organisation de compétitions nationales et internationales destinées à faire émerger de jeunes talents du « gaming » de la région. L’entreprise souhaite créer des opportunités pour les jeunes talents du gaming, favorisant leur épanouissement et contribuant à l'évolution de l'écosystème eSportif sur le continent.

Le jeu vidéo a évolué en une discipline professionnelle créatrice d'emplois, notamment dans la cybersécurité, l'IA et l'Open Innovation. L'eSport représente aujourd'hui un marché mondial dépassant le milliard de dollars. Officiellement créée en 2018, la compétition « Orange eSport Experience » a déjà connu 4 éditions de finale panafricaine.

Mamadou Bamba, le directeur général d’Orange Côte d’Ivoire, affirme que « l'Orange eSport Experience, c'est la fusion de la passion du gaming et de l'esprit sportif, créant un spectacle captivant pour les joueurs et les fans. Notre engagement continu dans l'eSport en Afrique va au-delà de l'événement, renforçant notre lien avec la jeunesse connectée et affirmant notre positionnement innovant et dynamique. En soutenant l'eSport en Afrique, nous investissons dans les aspirations des jeunes, stimulant la créativité, l'inclusion et l'émergence de nouveaux talents ».

Lire aussi:

Côte d’Ivoire : grande finale régionale du championnat panafricain « Orange Esport Expérience » les 28 et 29 janvier

Posted On lundi, 22 janvier 2024 08:32 Written by

Avec la data, le Mobile Money est aujourd’hui un relai de croissance privilégié pour de nombreuses sociétés télécoms opérant en Afrique. Le développement d’offres et services innovants dans le segment est devenu l’une des principales préoccupations. Il faut séduire davantage de consommateurs.

L’opérateur de téléphonie mobile Orange Madagascar a dévoilé, jeudi 18 janvier, le lancement de deux innovations destinées à renforcer l’accessibilité des populations au service financier mobile Orange Money. La première innovation, c’est la possibilité offerte à tout le monde d’avoir un compte Orange Money peu importe sa carte SIM à Madagascar. La seconde se traduit par le pouvoir donné aux consommateurs d’ouvrir eux-mêmes un compte Orange Money.  Le tout, depuis l’application mobile « Orange Money Africa ».

Frédéric Debord, le directeur général d’Orange Madagascar, a expliqué que le pouvoir accordé aux consommateurs leur évitera les files d’attentes, les déplacements en agence, ou encore les formulaires papier. Ils saisiront eux-mêmes leurs informations personnelles, ajouterons les documents d’identité nécessaire, la photo et valideront leur contrat.

En temps réel et entièrement sécurisée selon Orange, l'ouverture d'un compte Orange Money donnera immédiatement accès à des services essentiels à savoir déposer et retirer de l’argent en cash point, envoyer de l’argent à moindre frais vers tous les détenteurs de compte mobile money, payer en ligne et en magasin, régler ses factures, recevoir son salaire ou encore des transferts depuis l’étranger.

A travers ces deux innovations, Orange Madagascar apporte plus de commodité aux Malgaches. L’entreprise vise également un accroissement de sa base d’abonnés Orange Money ainsi que celle des transactions financières qui seront effectuées via le service. Au final, c’est une augmentation du revenu généré par l’entreprise qui est espérée.

Pour accéder à un compte complet Orange Money offrant plus de services, Orange Madagascar indique que les consommateurs devront se soumettre à des contrôles secondaires pour renforcer la sécurité autour de leurs opérations.

Lire aussi:

Orange inaugure son troisième laboratoire 5G d'Afrique à Madagascar

Posted On vendredi, 19 janvier 2024 16:32 Written by
Page 14 sur 96

Please publish modules in offcanvas position.