Au cours des dix dernières années, le royaume chérifien a investi dans la transformation numérique de ses différents secteurs d'activité. Avec l’expérience et l’expertise de nouveaux partenaires, il prévoit de combler les lacunes qui demeurent.

L’Organisation de la coopération numérique (DCO) basée à Riyad en Arabie saoudite a annoncé, mardi 26 avril, l'adhésion du Maroc. L’ambassadeur du royaume en Arabie saoudite, Mustapha Mansouri (photo), a signé l’acte constitutif de l’organisation multilatérale, faisant du pays son 9e membre aux côtés du Bahreïn, Koweït, Nigeria, Sultanat d’Oman, Pakistan, Jordanie, Rwanda et Arabie saoudite.

Dima Al-Yahya, la secrétaire générale de l’Organisation, a indiqué que le Maroc a réalisé des progrès remarquables dans l’élaboration de son agenda numérique et offre aujourd’hui à ses citoyens l’opportunité de prospérer sous l’égide de l’économie numérique. Elle a souligné que la DCO aidera le Maroc à accélérer sa transformation numérique, gage d’une plus grande inclusion des populations.

L’adhésion du Maroc à la DCO s’inscrit dans le cadre de la volonté du pays de répondre aux nouveaux défis socioéconomiques, contribuer à l’amélioration du climat des affaires et élargir les initiatives en matière d’autonomisation des femmes, des jeunes et des entrepreneurs.

La Banque mondiale indique que la numérisation de l’économie des pays de la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) pourrait augmenter le produit intérieur brut (PIB) par habitant de plus de 40 %, les recettes du secteur manufacturier, par unité de facteur de production, pourraient augmenter de 37 %, l’emploi dans ce secteur pourrait augmenter de 7 % et le nombre de touristes étrangers pourrait croître de 70 %, créant ainsi des emplois dans le secteur hôtelier.

La Banque mondiale indique qu’avec la numérisation, les taux de chômage de longue durée pourraient tomber à des niveaux négligeables et le taux d’activité des femmes pourrait doubler pour atteindre plus de 40 %. 

Ruben Tchounyabe

Lire aussi : Le Maroc veut un système national intégré pour un accès égal des citoyens aux services de santé en ligne

Posted On mercredi, 27 avril 2022 16:56 Written by

Depuis la semaine dernière, de nombreux pays d’Afrique centrale expriment leur intérêt pour les cryptomonnaies. Ces actifs sont perçus comme une source supplémentaire de création de valeur.

La République centrafricaine a officiellement adopté un cadre réglementaire pour les cryptomonnaies et choisi le Bitcoin comme monnaie de référence. Le président de la République, Faustin-Archange Touadera (photo), s’est réjoui, mardi 26 avril, de cette décision qui découle de l’adoption le 22 avril par l’Assemblée nationale du projet de loi n°22 régissant la cryptomonnaie dans le pays. Il indique que l’instauration de la cryptomonnaie dans le pays représente un pas décisif vers l’ouverture de nouvelles opportunités.

Selon la loi, tout agent économique est désormais tenu d’accepter les cryptomonnaies comme forme de paiement lorsqu’elles sont proposées pour l’achat ou la vente d’un bien ou d’un service. Les contributions fiscales peuvent être payées à travers les plateformes reconnues et autorisées par le gouvernement. Le taux de change entre les cryptomonnaies et le FCFA est librement déterminé par le marché. Les échanges financiers à travers ces nouvelles devises ne sont pas soumis à l’impôt.

Les mineurs de cryptomonnaies, considérés comme des acteurs indépendants dont l’activité est assurée par voie réglementaire, sont tenus de déclarer leurs gains en monnaie ayant cours légal en République centrafricaine. Pour des besoins de comptabilité, le gouvernement indique que le FCFA est considéré comme monnaie de référence.

Afin d’assurer le contrôle et la régulation des transactions en cryptomonnaie, le gouvernement a créé l’Agence nationale de régulation des transactions électroniques (ANTE) qui est également chargée de contrôler et gérer tous les guichets automatiques (ATM) publics installés par l’État sur le territoire national.

Pour divers analystes, l’adoption de la cryptomonnaie par la Centrafrique qui cherche divers moyens de relancer son économie semble prématurée tant plusieurs préalables ne sont pas réglés. Déjà sur l’aspect de la sécurité des réseaux, l’Union internationale des télécommunications (UIT) déplorait encore en 2020 la faible capacité légale et technique du pays. Une réalité actuelle puisque le gouvernement indique, dans l’article 18 de la loi qui est entrée en vigueur, qu’une réglementation sur la cybersécurité et une autre sur la protection des données à caractères personnelles seront adoptées et promulguées, ainsi que la création des organes y relatifs.

Qu’à cela ne tienne, le ministre d’État Obed Namsio, directeur de cabinet de la présidence de la République, soutient que l’adoption de la cryptomonnaie marque une nouvelle phase du « plan de redressement économique et de consolidation de la paix » en cohérence avec l’agenda gouvernemental « qui prévoit une croissance forte et inclusive au bénéfice du développement et de la performance économique ».

La Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC) ne s’est pas encore prononcée officiellement sur la décision du gouvernement centrafricain qui dit garantir la convertibilité automatique et instantanée des cryptomonnaies en monnaie ayant cours légal au niveau de la banque centrale par la création d’un Trust. 

Muriel Edjo

Posted On mercredi, 27 avril 2022 15:36 Written by

La transformation numérique est au cœur des ambitions d’efficacité administrative et financière de l'administration publique camerounaise. Plusieurs chantiers ont été engagés à cet effet au cours des cinq dernières années.

La digitalisation du système de paiements à l’entrée du port autonome de Douala (PAD), au Cameroun, a permis de multiplier par quatre les revenus de ce segment. Ils sont passés d’environ 250 millions FCFA (près de 410 000 $) lors des années précédentes à plus de 1 milliard FCFA actuellement, d’après le lieutenant-colonel Bertrand Mekinda, directeur adjoint de Douala Port Security, la société chargée des missions de sécurité du PAD.

Lors d’un échange avec la presse locale, vendredi 15 avril, il a indiqué qu’il a été instauré un badge d’accès pour les personnes physiques, usagers et acteurs de la place portuaire. Doté d’un code QR et coûtant 1500 FCFA pour une validité d’une journée, ce nouveau système permet de mieux sécuriser les recettes que l’ancien adossé sur des tickets en papier.

« Lorsque vous achetez votre titre d’accès, toutes vos données sont stockées dans le serveur. Et après une période, il y a une comparaison entre les entrées et les recettes », a expliqué Bertrand Mekinda.

Ces cinq dernières années, le PAD a engagé une série de mesures pour la sécurisation de ses opérations à travers divers chantiers tournés vers sa transformation numérique. Parmi ceux-ci figurent entre autres l’installation de plus de 400 caméras HD, la construction de la Task Force Building, un bâtiment qui abrite notamment un centre de données et une salle de vidéosurveillance.

L’entreprise a aussi prévu d’acquérir un progiciel de gestion portuaire qui permettra de numériser l’ensemble des services délivrés par le port. Dix départements sont concernés par ledit projet, notamment ceux des relations clients, du suivi de la performance, de l’accueil des navires ou encore du suivi marchandise.

Pour ce qui est de la sécurisation des recettes d’entrée, le lieutenant-colonel Bertrand Mekinda estime que la valeur pourrait augmenter à 2 milliards FCFA d’ici la fin de l’année, lorsque de nouvelles guérites seront opérationnelles. 

Ruben Tchounyabe

Lire aussi : Guinée : la douane investira davantage dans la numérisation en 2022 pour améliorer ses performances

Posted On mardi, 26 avril 2022 08:35 Written by

Les monnaies digitales suscitent de plus en plus d’engouement en Afrique. La valeur des paiements via ces devises a explosé entre 2020 et 2021. De nombreux acteurs du secteur se positionnent déjà pour bénéficier des opportunités qui se multiplient.

Les Ivoiriens peuvent désormais acheter et vendre de la cryptomonnaie depuis Yellow Card. La plateforme panafricaine annonce le démarrage officiel de ses activités dans le pays qui devient ainsi le seizième à l’accueillir sur le continent, depuis son lancement initial en 2018 au Nigeria. Sylvio Contayon (photo), le directeur général de Yellow Card Côte d’Ivoire, voit dans ce nouveau marché de nombreuses opportunités à saisir, notamment devenir leader.

« Ce qui nous excite est que le domaine de la cryptomonnaie est nouveau et inexploré sur le marché ivoirien. Nous avons la possibilité d’être le leader sur le marché en apportant quelque chose de nouveau et d’innovant. On estime à 343 000 le nombre de détenteurs de cryptomonnaies en Côte d’Ivoire et si nous faisons les choses correctement, nous pourrions augmenter les statistiques, monopoliser le marché », estime Sylvio Contayon.

L’installation de Yellow Card en Côte d’Ivoire intervient sept mois après la levée de fonds réalisée par l’entreprise en septembre dernier auprès de Blockchain.com Ventures, Coinbase Ventures, Polychain Capital, BlockFi, Fabric Ventures et Square Inc, au cours d’une opération menée par Valar Ventures, Third Prime et Castle Island Ventures. Le financement de série A d’un montant de 15 millions $ obtenu était destiné au développement de son équipe, au lancement de nouveaux produits ainsi qu’à la poursuite de son expansion africaine.

La cryptomonnaie suscite actuellement un vif intérêt en Afrique où la réglementation s’adapte progressivement. Bien que le continent ne reçoive encore que 2 % de la valeur mondiale de toutes les cryptomonnaies, la plateforme de données blockchain Chainalysis indique qu'entre juillet 2020 et juin 2021, les Africains ont reçu 105,6 milliards $ de paiements en cryptomonnaies. Soit une augmentation de 1 200 % en un an.

Pour assurer le succès de ses opérations en Côte d’Ivoire et garantir l’engouement des Ivoiriens, Yellow Card prévoit de mener des activités d’éducation financière en parallèle à celles de trading. 

Muriel Edjo

Lire aussi : Le Cameroun, la RDC et la République du Congo veulent adopter la cryptomonnaie

Posted On lundi, 25 avril 2022 17:20 Written by

La formation de la jeunesse est une question essentielle au cœur du développement de l’Afrique. Trace a décidé de capitaliser sur sa notoriété sur le continent pour contribuer à la multiplication du nombre de têtes bien faites.

Le groupe de médias français Trace a lancé Trace Academia, une application mobile dédiée à la formation gratuite des jeunes en Afrique, jeudi 21 avril.

Présentée officiellement à la presse à Johannesburg, l’application proposera des cours techniques dans 15 industries différentes - y compris des cours sur l'énergie, la beauté, la mode, le bricolage, le marketing numérique, l'hôtellerie, les arts créatifs, le journalisme, le cinéma et la technologie - ainsi que des cours « transversaux », comme l'entrepreneuriat, la prise de parole en public et le bien-être personnel.

Olivier Laouchez, co-fondateur et président exécutif de Trace, explique que « pour construire Trace Academia, nous avons combiné notre expertise et notre expérience dans le divertissement avec des approches d’apprentissage de pointe adaptées aux réalités et aux cultures de l’Afrique … Nous pensons que Trace Academia a le potentiel d’avoir un impact positif sur la vie de millions de jeunes en Afrique du Sud et sur tout le continent ».

Dans son « rapport sur l’emploi en Afrique (Re-Afrique). Relever le défi de l’emploi des jeunes » publié en 2020, l’Organisation internationale du travail (OIT) indique les jeunes âgés de 15 à 24 ans représentaient moins d’un quart (23,6 %) de la population mondiale en âge de travailler, mais plus d’un tiers (34,2 %) dans cette région du monde, la seule où la population active jeune augmente rapidement.

L’OIT soulignait que près de 34 millions de personnes étaient au chômage en Afrique, dont 12,2 millions de jeunes âgés de 15 à 24 ans, soit 6,4 millions de plus qu’en 2010. 53,5 millions de personnes quatre fois plus) appartenaient à la catégorie des jeunes sans emploi, qui ne suivent ni études, ni formation. Le taux de chômage de la région (6,8 %) était nettement supérieur à la moyenne mondiale (5 %).

A travers son application mobile téléchargeable sur l’Apple store et Google Play store, Trace cible la formation de 26 millions d’Africains d’ici 2025. Les cours mis à la disposition des jeunes sont développés avec plusieurs partenaires internationaux.

Sur la plateforme, les cours déjà disponibles portent sur l’Entrepreneuriat développé par Valued Citizens et l’Université de Johannesburg ; Devenir Dj est développé par Trace ; Introduction au métier d’électricien par Schneider Electric ; Le bricolage par Leroy Merlin ; Tech the Power par MasterCard ; le bien-être sexuel par Durex et Introduction au marketing numérique par Google. Orange est également partenaire du projet et proposera dix modules pour découvrir les métiers du numérique au Sénégal, Cameroun, Côte d’Ivoire et en République démocratique du Congo.

Ruben Tchounyabe

Lire aussi

L’Afrique doit former 5 000 chercheurs en IA en 5 an pour tirer profit de l'économie numérique (Tom Ogada) 

Entretien avec Emmanuel Cheriet : « Les jeunes Africains ont une carte à jouer dans la cybersécurité »

Posted On samedi, 23 avril 2022 08:05 Written by

Fruit d’un processus démarré en 2021, le choix du code-barres ouvre la voie à une maximisation des recettes publiques. C’est l’un des 52 projets du Programme de transformation numérique du pays à l'horizon 2023. 

Le gouvernement de la RDC a élaboré une stratégie nationale pour la traçabilité des produits et échanges commerciaux par la technologie du code-barres. Un atelier organisé par le ministère du Numérique, du 18 au 20 avril derniers à Kinshasa, a permis de la valider.

Selon le Premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde, cette stratégie est l’engagement du gouvernement à « construire un Etat fort, prospère et uni. Cela passe par la maîtrise de sa production locale, les statistiques liées à toutes les importations et exportations, la lutte contre la contrefaçon ».

L’adoption de la stratégie fait suite à l’obtention par la RDC de son préfixe international 605 pour la codification et la traçabilité des produits. Lors de la 34e réunion du Conseil des ministres, le 24 décembre 2021, le ministre du Numérique, Désiré-Cashmir Kolongele Eberande, avait porté l'acquisition de cette ressource à la connaissance du gouvernement.

« Avec le 605 comme préfixe de tous les produits made in RDC, nous aurons souverainement choisi d'intégrer le grand réseau mondial reconnu dans la production des code-barres. Nous avons permis à notre pays de retrouver sa place de choix dans les statistiques mondiales des exportations, en vue de créer un environnement propice dans l'économie numérique », a estimé Jean-Michel Sama Lukonde.

Pour lui, la réussite de la stratégie adoptée entraînera plusieurs impacts majeurs, notamment la conformité aux normes internationales sur la sécurité et la traçabilité des produits, la compétitivité des produits made in RDC sur le marché national, régional et international.

Ruben Tchounyabe

Lire aussi:

RD Congo : Kintambo teste l’identification numérique de sa population avec l’aide de la région de Bruxelles-Capitale

Posted On vendredi, 22 avril 2022 13:52 Written by

La Covid-19 a révélé la nécessité d’Internet en Afrique. Alors que la demande va croissante, des millions de personnes ne peuvent cependant pas encore jouir des avantages qu’offre cette nouvelle ressource. Les prix demeurent une source d’exclusion.

A travers le monde, Internet est aujourd’hui perçu comme un produit de première nécessité au même titre que l’eau courante et l’électricité. Avec un taux de pénétration de 51% en 2020, selon l’Association mondiale des opérateurs de téléphonie (GSMA), soit 4 milliards d’internautes, World Data Lab a identifié le Nigeria comme le pays qui enregistre le plus grand nombre d’exclus d’Internet au niveau mondial en 2022.

1 Rank

L’entreprise de données dont le conseil consultatif comprend des représentants de la Banque mondiale, de la Brookings Institution et du milieu universitaire, désigne par « pauvres d’Internet » le nombre de personnes qui ne peuvent pas se permettre un forfait minimum d'Internet mobile. Cette pauvreté repose sur trois piliers supposés : l'abordabilité, la quantité et la qualité. L’abordabilité est mesurée sur le pourcentage de dépenses individuelles totales supposées, la quantité sur 1 GB par mois supposé, la qualité sur une vitesse de téléchargement de 10 Mbps supposée.

Au Nigeria, World Data Lab estime que 103 015 076 personnes sont des « pauvres d’Internet » sur une population estimée à 217 366 695 habitants. L’Inde et la Chine viennent juste après. Par contre, en Afrique subsaharienne où le taux de pénétration d’Internet avoisinait 30% en 2020 d’après GSMA, soit près de 300 millions de personnes, World Data Lab révèle que proportionnellement à sa population, c’est le Burundi qui enregistre le plus grand nombre de « pauvres d’Internet » en 2022. 96,6% d’une population estimée à 12 026 248 habitants.

Selon les dernières données de l’Alliance for Affordable Internet (A4AI) sur l’abordabilité de l’Internet à haut débit en Afrique, seuls dix pays d’Afrique offre 1GB en dessous de 3$. Dix-sept le proposent en dessous de 5$. L’Alliance estime le coût d’internet à haut débit abordable lorsqu’il représente 2% ou moins du revenu moyen mensuel par habitant.

L'exclusion que suscite encore la cherté des forfaits Internet mobile en Afrique met en danger la participation de millions de personnes à la transformation numérique qui est une nécessité sur le continent au regard des opportunités socioéconomiques qu'elle charrie. La Société financière Internationale et Google estiment que l'économie numérique dont Internet est le socle peut contribuer à générer jusqu'à 180 milliards $ dans le Produit intérieur brut (PIB) de l'Afrique d'ici 2035.

Muriel Edjo

Lire aussi

 Internet en Afrique : dix ans d’évolution, d’impact sur la vie de millions de personnes, mais aussi des défis 

Posted On vendredi, 22 avril 2022 06:47 Written by

Les investissements des grandes firmes américaines de l’informatique et de l’Internet se multiplient au Kenya. Après Microsoft il y a quelques jours, c’est au tour de Google de faire du pays sa base pour l’amélioration de l’expérience utilisateur de ses produits et services sur le continent.

Google a annoncé, mardi 19 avril, l'ouverture de son premier Centre africain de développement de produits basé à Nairobi au Kenya. Pour permettre à cet investissement de contribuer pleinement à l’innovation sur le continent, la société américaine de services Internet a lancé le recrutement d'ingénieurs, notamment : responsable ingénierie, chef de produit, ingénieur logiciel, ingénieur relations développeurs, concepteur UX confirmé ou chercheur UX. Les candidats doivent se manifester par ce lien

« Nous recherchons des personnes talentueuses, créatives et collaboratives, capables de trouver des solutions à des défis techniques difficiles et importants, par exemple pour améliorer l’expérience utilisateur sur les smartphones des personnes en Afrique, ou pour créer des produits qui vont favoriser la collaboration et permettre à chacun de progresser ensemble », indique Google.

Lors de l’événement Google pour l'Afrique, organisé en octobre 2021, Sundar Pichai (photo), le président-directeur général de Google, avait dévoilé un plan d'investissement de 1 milliard $ au cours des cinq prochaines années. Il indiquait qu’il servirait à financer des projets visant à fournir un accès Internet rapide, fiable et abordable sur tout le continent, à créer des produits locaux utiles et à accompagner les entrepreneurs et les petites entreprises qui soutiennent les économies africaines. Le centre africain de développement de produits de Nairobi rentre dans cette optique dont le but est de soutenir la transformation numérique de l'Afrique.

À l’attention des ingénieurs intéressés à rejoindre le Centre africain de développement de produits de Nairobi, Google indique « qu’outre d’excellentes connaissances techniques et une passion pour la résolution de problèmes difficiles en collaboration avec d’autres personnes, vous devrez comprendre comment les habitants de ce continent utilisent leurs téléphones au quotidien et les défis auxquels ils sont confrontés ». 

Muriel Edjo

Lire aussi :

Google vient de dévoiler Mali Magic, un large éventail numérisé du patrimoine culturel du pays

Microsoft multiplie les partenariats pour soutenir 10 000 startups africaines en investissant jusqu’à 500 millions $ 

Posted On mercredi, 20 avril 2022 16:03 Written by

Les jeux vidéo sont un secteur qui enregistre progressivement de la croissance en Afrique. Le domaine de l’e-sport offre aujourd’hui des opportunités de carrière à de millions de jeunes passionnés. Explorer ce nouveau territoire est l’objectif que le gouvernement du Bénin s’est fixé le 24 novembre 2021.

L'Africa Gaming Cup, une compétition internationale regroupant les adeptes de jeux vidéo en Afrique, se déroulera dans les prochains jours au Bénin. Les contours de l’événement qui réunira plusieurs communautés de gamers du Bénin et du continent ont été dévoilés, mercredi 13 avril, au cours d’une conférence de presse donnée  par les organisateurs, Mike Hessabi (photo, à droite), fondateur Nicecactus Gamer, et Médard Djékété (photo, à gauche), président d’Africa Gamers.

« La bonne nouvelle, c’est que la compétition sera lancée officiellement le 23 avril », a déclaré Mike Hessabi. Trois jeux animent cette première édition de l’Africa Gaming Cup qui se déroule en trois phases, selon Médard Djékété. Il s’agit notamment de Clash royal, le jeu mobile e-sport le plus joué au Bénin, Tekken 7, un jeu de référence parmi les jeux de combat, et Battlegrounds Mobile, l’e-sport mobile qui compte parmi les plus répandus à travers le monde.

Après les phases qualificatives régionales et les finales régionales, la finale continentale qui rassemble les meilleures équipes d’Afrique se déroulera en juillet 2022 au Palais des congrès de Cotonou lors d’un week-end de show et d’animations pour consacrer le champion.

Faire du Bénin la plaque tournante de l’e-sport en Afrique. C’est en quelque sorte le leitmotiv des organisateurs de Africa Gaming Cup, exprimé lors d'une sortie médiatique en présence de la ministre du Numérique et de la Digitalisation. L’organisation a reçu l’autorisation du Conseil des ministres pour tenir ce rassemblement d’envergure le 24 novembre 2021.

Le Bénin, avec sa communauté de joueurs qui s’affirment sur le continent africain, dispose des potentialités pour avoir de bons résultats lors de ces rencontres, affirme Mike Hessabi. « Nous avons fait une prospection sur le terrain et nous savons qu’il y a beaucoup de communautés actives au Bénin », a indiqué le directeur de Nicecactus Gamer. Plusieurs jeunes Béninois participent déjà aux gaming cup et glanent des médailles. La plateforme qu’il a fondée prend en charge les jeux sur PC, consoles et appareils mobiles et est capable d’accueillir plus de 2 000 tournois en ligne par mois. 

Ruben Tchounyabe

Lire aussi : Afrique du Sud : l’AFD mobilise 450 000 euros pour soutenir le développement de l’industrie locale du jeu vidéo

Posted On mercredi, 20 avril 2022 15:24 Written by

Depuis 2020, le gouvernement nigérian s’est fixé comme objectif d’atteindre un taux de pénétration du haut débit de 70% en 2025. Il multiplie, à cet effet, les contacts avec les acteurs à même de contribuer à une entrée sans heurts des populations dans la quatrième révolution industrielle.

La Commission des communications du Nigeria (NCC) et Google Global Services Nigeria se disent déterminés à travailler ensemble pour un accès au haut débit en permanence. L’annonce a été faite lors d'une visite de courtoisie d’une délégation de l’entreprise de services Internet dans les locaux du régulateur télécoms, jeudi 14 avril à Abuja. L’objectif était d’échanger sur les possibles actions communes susceptibles de propulser la transformation numérique à travers le pays et l’Afrique.

Le vice-président exécutif et directeur général de la NCC, Umar Garba Danbatta, a souligné l’importance d’une telle synergie et la nécessité de rendre les initiatives des deux parties plus percutantes via une coopération renforcée pour un impact quantifiable et remarquable. La directrice de Google Afrique de l’Ouest, Juliet Ehimuan, s’est pour sa part réjouie de l’approche consultative qu’a toujours adopté le régulateur télécoms, dans la formulation de politiques pour la fourniture optimale de services de télécommunications qui auront un impact sur le numérique et la dynamique économique du pays.

La visite de Google Global Services Nigeria chez la NCC est intervenue quelques jours après la rencontre du 7 avril avec le ministre des Communications et de l’Économie numérique, Isa Ali Pantami, en prélude à l’atterrissement du câble sous-marin de fibre optique Equiano d’ici fin avril. À travers cette infrastructure télécoms à haut débit, Googles Global Services Nigeria veut garantir à la forte population nigériane un accès à une connectivité data de haute qualité en ligne avec les ambitions du gouvernement de porter le taux de pénétration du haut débit à 70 % d’ici 2025, et de garantir l’inclusion numérique de tous.

Umar Garba Danbatta s’est dit optimiste sur le fait que cet investissement de Google au Nigeria aura un impact sur le développement socioéconomique du pays. Il a d’ailleurs émis le vœu qu’Equiano dispose de points d’atterrissage supplémentaires dans l’arrière-pays, grâce à des efforts de collaboration avec les sociétés d’infrastructure agréées, pour réduire considérablement les coûts des données et compléter ainsi les efforts de la Commission visant à garantir la disponibilité de l’Internet haut débit partout.

Ruben Tchounyabe

Lire aussi : Le Togo, premier pays africain relié à Equiano, le nouveau câble sous-marin de Google

Posted On mercredi, 20 avril 2022 07:47 Written by
Page 83 sur 96

Please publish modules in offcanvas position.