Moins d’un mois après l’obtention de nouveaux capitaux, l’entreprise d’e-commerce Chari.ma entame le processus de rachat de l’activité de crédit d’Axa Assurance Maroc.

Annoncée depuis janvier dernier par l’Agence Ecofin, le projet d’acquisition par le marocain Chari.ma d’une société de crédit, a été rendu public ce 03 mars. La plateforme qui permet à des détaillants d’acquérir en ligne des articles de grande consommation, a proposé de débourser 22 millions $ pour acheter Axa Crédit, filiale d’Axa Assurance Maroc, spécialisée dans le crédit à la consommation. L’offre de rachat a été soumise à l’appréciation des autorités en charge de l’assurance et de la concurrence au Maroc.

« Nous sommes ravis d’annoncer un partenariat de vente entre Axa Assurance Maroc et Chari. Ce partenariat permettra à Axa de poursuivre sa croissance sur le marché marocain et de jouer un rôle central dans l’inclusion financière », a commenté Meryem Chami, directeur général d'Axa Assurance Maroc.

Cette proposition de rachat survient moins d’un mois après la levée de fonds, d’un montant non dévoilé, de Chari.ma. L’entreprise co-fondée en 2020 par Ismaël et Sophia Belkhayat, avait indiqué en fin janvier, que l’obtention de ces nouveaux capitaux la valorisait à 100 millions $. La start-up marocaine avait également précisé, à la suite de cette opération, qu’elle testerait le service Buy Now and Pay Later auprès de ses clients, avant d’envisager une extension dans le secteur des prêts à la clientèle.

Pour Axa, cette transaction pourrait permettre à la compagnie de se recentrer sur l’assurance, son activité principale.

Chari.ma, quant à elle, pourrait désormais proposer des crédits à sa clientèle constituée de détaillants de produits de grande consommation. L’entreprise se servira de la plateforme Karny.ma, qu’elle a racheté en août 2021, pour évaluer la solvabilité de ses clients non bancarisés et sans historique de crédit. Ces détaillants pourront à leur tour octroyer des produits de grande consommation à crédit à leur clientèle.

Chamberline Moko        

                                    

Posted On vendredi, 04 mars 2022 02:56 Written by

L’entreprise de paiement en ligne a réussi son entrée dans un quatrième marché africain, cinq années après son lancement. Son ambition demeure l’accessibilité d’un plus grand nombre de personnes aux paiements digitaux.

Paydunya, la start-up basée au Sénégal et spécialisée dans le paiement en ligne, vient de démarrer ses activités au Togo. 

Déjà présent dans le pays de la Téranga, la Côte d’Ivoire, le Bénin et le Burkina, PayDunya débarque au Togo avec pour ambition de «rendre accessibles les paiements digitaux, peu importe le moyen de paiement utilisé, peu importe la zone et la région et peu importe le secteur d’activité, qu’il soit public ou privé».

L'agrégateur de moyens de paiements soutient vouloir apporter une «vraie valeur ajoutée» avec des solutions sécurisées de collecte et de déboursement de paiement via le mobile money (T-money, Flooz) et les cartes bancaires. 

«Nous souhaitons faciliter l'accès aux paiements digitaux à toutes les entreprises peu importe leur taille ou leur secteur d’activité et de ce fait, participer et apporter notre contribution au vaste projet d’inclusion financière du Togo», a confié à We are Tech, Aziz Yérima, CEO de la FinTech. « Notre lancement au Togo est une réponse aux besoins de nos clients», destinée à «leur fournir des solutions de paiements accessibles», a-t-il souligné. 

Un écosystème fintech en pleine croissance

Avec son arrivée sur le marché togolais, Paydunya rejoint un écosystème fintech en pleine croissance qui a accueilli ces dernières années, de jeunes «prometteuses» pousses telles que CinetPay ou Semoa et bientôt Gozem, la super App jusque-là spécialisée dans l’e-transport et l’e-logistique.

Paydunya qui a atteint 65 000 transactions par jour en 2021, entend profiter de cet environnement togolais favorable à la digitalisation et à l’inclusion financière. Selon des statistiques de la Bceao, plus de 72% de la population togolaise disposent tout au moins d’un compte dans une institution financière ou d’un compte Mobile Money. 

Alors que la croissance des usages liés au Mobile Money s’accélère depuis 2016, année de son adoption, de plus en plus de Fintech lorgnent la destination togolaise pour prendre des parts de marché. C’est ainsi que Wave, une solution de Mobile money - que Paydunya intègre à sa gamme de solutions - a annoncé son objectif de s’implanter à Lomé. Si l’arrivée de la licorne américaine dont la base opérationnelle est à Dakar, secoue les cocotiers dans les sérails des opérateurs de Mobile Money (Moov et Togocel) en raison de sa structure de frais jugés compétitifs, les agrégateurs tels que Paydunya pourraient sortir les plus grands gagnants dans ce qui sonne comme un rebattement des cartes et une marche à grandes enjambées vers le tout-digital.

Né sur les bancs 

Pour rappel, l’idée de Paydunya a germé dès 2014 sur les bancs de l'École Supérieure Multinationale des Télécommunications (ESMT). La fintech sera lancée en 2015 par Aziz Yerima, Youma Fall, Honoré Hounwanou, et Christian Palouki, tous de jeunes étudiants de l’ESMT venus du Bénin, de Côte d’Ivoire, du Sénégal et du Togo. 

En 2021, près de 7 ans après son lancement, la fintech revendique avoir traité plus de 15 millions de transactions évaluées à 110 milliards FCFA. Sa base clientèle est estimée à plus de 1200 clients B2B.

Fiacre E. Kakpo

Lire aussi : Comment les fintech améliorent l’inclusion financière en Afrique

Posted On mercredi, 02 mars 2022 15:40 Written by

Le paiement par mobile a été lancé au Cameroun en 2011. Des millions d’utilisateurs ont été conquis au fil des ans. Certaines banques l’ont perçu comme un moyen de séduire de nouveaux clients plus jeunes et y ont investi. A perte parfois, dans un segment où les opérateurs télécoms demeurent leaders.

Dans un message adressé à l’ensemble de ses collaborateurs le mardi 1er mars 2022, Nicolas Pichou, le directeur général de la filiale camerounaise du groupe bancaire français Société Générale, annonce la fin de l’aventure YUP. Il s’agit du service de mobile money lancé par le groupe bancaire dès l’année 2017, en Côte d’Ivoire, au Sénégal, au Burkina Faso, au Cameroun, en Guinée, au Ghana et à Madagascar.

« [...] il y a 5 ans, la Business Unit AFMO [Afrique et Moyen-Orient, Ndlr], soucieuse de promouvoir l’inclusion financière, de faciliter l’accès à des moyens transactionnels et financiers innovants, en dématérialisant notamment les flux de paiement des entreprises, lançait un service de monnaie électronique et créait une entité dédiée YUP. Malgré tous les efforts consentis par les équipes YUP, dans les 7 géographies concernées, dont le Cameroun, pour développer nos parts de marchés et améliorer l’expérience, le service n’a pas réussi à créer un modèle viable et les perspectives de marché ne nous permettent pas d’envisager son maintien. Face à cette situation, le groupe Société Générale, en concertation avec l’ensemble des filiales locales de Société Générale, a pris la difficile décision d’arrêter toutes les activités de YUP dans l’ensemble des géographies où elle s’était déployée », a expliqué le DG de Société Générale Cameroun à ses collaborateurs.

En d’autres termes, en dépit des moyens déployés depuis 5 ans pour capter des parts du marché pourtant très dynamique du mobile money au Cameroun, l’offre YUP s’est avérée non rentable pour Société Générale. La faute à la suprématie incontestée des deux principaux opérateurs de mobile du pays sur ce marché, à savoir MTN et Orange. Arrivés sur le marché du mobile money pratiquement 10 ans avant YUP, ces opérateurs ont eu le temps d’effectuer un maillage du territoire, qui laisse peu de place aux nouveaux arrivants.

Plus de 19 millions de comptes au Cameroun

Cette prédominance est telle que, lors de la célébration des 10 ans de son service Orange Money en juillet 2021, Orange Cameroun revendiquait à lui tout seul 70 % de parts de marché du mobile money, avec des transactions cumulées mensuelles d’un montant de 800 milliards FCFA (1,4 milliard USD) sur l'année. « Quand je dis valeurs cumulées de transactions, ce sont les dépôts et les retraits, les transferts d’argent, les paiements de factures, de salaires, et tout ce qui est paiement marchand, etc. Nous faisons environ 3 millions de transactions par jour », avait à cette occasion précisé Emmanuel Tassembedo, directeur d’Orange Money Cameroun.

Chez MTN, où cette large domination du marché revendiquée par Orange est prise avec beaucoup de pincettes, les responsables rappellent plutôt que MTN Mobile Money c’était 5,6 millions de clients actifs au 2e trimestre 2021, au moins 168 000 points de présence à travers le pays, à savoir 108 000 points marchands et 60 000 points de distribution. MTN Mobile Money et Orange Money c’est aussi des services innovants tels que la souscription à une police d’assurance, ou encore le paiement des impôts et taxes via le téléphone portable, canal par lequel le fisc camerounais a encaissé des paiements de près de 10 milliards FCFA en 2021, selon le ministère des Finances.   

Pour rappel, le Cameroun est le leader du mobile money dans la zone Cemac (Cameroun, Congo, Gabon, Tchad, RCA et Guinée équatoriale). Selon les données de la Beac, la Banque centrale des six pays de cet espace communautaire, en 2020, le Cameroun comptait à lui tout seul 19,1 millions de comptes mobiles money, soit 64,8 % des 30,1 millions de comptes recensés dans la Cemac au cours de la période. « En termes de nombre de transactions, les prestataires de service de paiement au Cameroun réalisent 73,13 % des transactions de la communauté », révèle le rapport de la Beac sur le marché du mobile money dans l’espace Cemac en 2020.

Brice R. Mbodiam

Lire aussi : La fintech camerounaise Maviance ouvre son capital à Finafrik et l’augmente à 1,15 milliard FCFA

Posted On mercredi, 02 mars 2022 15:12 Written by

Au cours des cinq dernières années, le Gabon a enregistré de belles performances dans son indice de développement de l’administration numérique des Nations unies. Malgré ces avancées sur le papier, les ministères demeurent bondés d’usagers. Faire évoluer les e-services devient nécessaire.

La Société d’incubation numérique du Gabon (SING), société privée de services en innovation numérique, a procédé le vendredi 25 février au lancement du programme SmartGov. Son objectif est de transformer l’environnement informatisé dans lequel évolue chaque administration publique en un écosystème partagé dans lequel les services publics seront plus collaboratifs et efficaces.

« Les administrations doivent communiquer entre elles pour partager certaines informations. C’est-à-dire lorsque j’ai ma carte d’identité et que je vais ouvrir mon compte bancaire, je n’ai plus besoin de l’avoir avec moi parce que cette carte d’identité est déjà quelque part dans une administration », a indiqué Yannick Ebibie (photo), le directeur général de la SING.

Il explique que cette volonté d’évoluer du e-Gov au SmartGov est suscitée par la forte présence des usagers qui perdure dans les administrations gabonaises. « Même si le pays est le mieux classé en termes de e-Gouvernement dans la région Afrique centrale et parmi les meilleurs sur le continent, les usagers gabonais passent encore beaucoup d’heures dans les ministères à remplir des formulaires à chercher la bonne information. Et parfois tout ce qui est comme site Internet n'est pas mis à jour », déplore le directeur général de la SING.  

C’est depuis 2009 que les autorités gabonaises ont fait de la transformation et du développement digital un pilier du Plan stratégique Gabon émergent. L'ambition étant de faire du Gabon un exemple de digitalisation en Afrique d’ici 2025.

Pour accompagner cette migration du Gabon du e-Gouvernement au Smart Gouvernement, la SING a profité du démarrage de son programme SmartGov pour lancer un hackathon de trois jours au cours duquel les meilleures idées, à même de faciliter l’entrée des administrations publiques dans une vision plus collaborative, seront retenues. Elles seront ensuite financées à hauteur de 1 million FCFA (près de 1 700 $) et incubées pendant trois mois afin de produire une solution fonctionnelle qui sera mise à la disposition des administrations publiques.

Brice Gotoa

Lire aussi : Le Gabon va digitaliser l’enseignement primaire

Posted On mercredi, 02 mars 2022 14:02 Written by

VALR, actuellement valorisé à 240 millions $, veut se développer hors du continent, dans le cadre d’une nouvelle phase de croissance. L'entreprise poursuivra également sa croissance en Afrique, à travers le déploiement de nouveaux services.

La plateforme sud-africaine d’achat et de vente de cryptomonnaies valr.com a annoncé, mardi 1er mars, la levée de plus de 750 millions de rands (50 millions $) dans le cadre d’un financement de série B. Pour l’entreprise, l’opération représente « la plus importante levée de fonds en cryptomonnaies jamais réalisée en Afrique ». VALR, désormais valorisée à 240 millions $, prévoit de s'étendre en Inde, tout en renforçant sa présence en Afrique à travers l’élargissement de ses produits et le recrutement de personnel pour son équipe.

« Nous pensons que l'avenir de l'Afrique est brillant pour l'adoption des cryptomonnaies, à la fois pour la diversification des actifs et les paiements », souligne Paul Veradittakit (photo), associé chez Pantera Capital, le fonds américain qui a dirigé cette levée de 50 millions $ au profit de VALR. L'initiative intervient deux ans après l’obtention par VALR d’un financement de série A de 3,4 millions $, en juillet 2020. L’entreprise avait signifié à cette période sa volonté de déployer de nouveaux produits et de s’étendre sur de nouveaux territoires africains.

VALR affirme avoir traité plus de 7,5 milliards $ de volume de transactions depuis son lancement en 2019. L’entreprise revendique plus de 250 000 clients particuliers et 500 clients institutionnels sur le continent. D’après une étude d'août 2021 publiée par la plateforme de recherche Chainalysis, le marché africain des cryptomonnaies a cru de 1200 % en valeur, sur la période de juillet 2020 à juin 2021. Malgré cette croissance, le continent représente la plus petite économie de cryptomonnaies de toutes les régions étudiées par  Chainalysis.

Chamberline Moko

 

Posted On mercredi, 02 mars 2022 11:59 Written by

L’Agritech en Afrique semble encore timide au regard du volume modeste de financement qu’elle suscite. 2,3 % des 5,2 milliards $ de financement mobilisés par les start-up sur le continent en 2021 selon Partech. Le segment enregistre tout de même de belles réussites au fil des années.

FreshSource Global, plateforme B2B pour les produits agroalimentaires, reliant les exploitations agricoles aux entreprises en Egypte et fournissant des solutions de dernier kilomètre, a annoncé le lundi 28 février l’obtention d’un financement de démarrage de Wamda Capital, 4DX Ventures et d’investisseurs providentiels. La somme qui n’a pas été dévoilée, mais qui est estimée à « sept chiffres » en dollars par la start-up, est destinée à soutenir sa croissance.

« Nous prévoyons d'utiliser ces fonds pour agrandir notre équipe et investir davantage dans notre technologie. En outre, nous allons couvrir tous les gouvernorats égyptiens d'ici à la fin de 2023. En 2024, nous commencerons à envisager un plan d'expansion mondiale », a indiqué Farah Emara, co-fondatrice et présidente-directrice général de FreshSource. Elle a souligné que le financement contribuera à « accélérer notre mission de création de systèmes alimentaires frais plus durables grâce aux données et à la technologie, afin de transformer la vie des producteurs, des entreprises et des consommateurs et d'améliorer la planète ».

FreshSource joue le rôle d’intermédiaire entre les producteurs agricoles et les commerces tels que les supermarchés. L’entreprise fondée en 2018 et lancée en 2019 s’appuie sur une plateforme numérique à travers laquelle elle centralise l’offre des agriculteurs et la demande des commerces. Elle veille à ce que les besoins des clients soient satisfaits en réduisant le nombre d'intermédiaires par lesquels les produits agricoles transitent. Elle veille également à la sécurité des produits agricoles notamment en matière de conservation et de transport jusqu’à l’acheteur.

En 2020, FreshSource revendiquait déjà 300 agriculteurs locaux comme utilisateurs de son service, 1 500 emplois créés et aussi avoir évité une perte de 200 tonnes d’aliments. Selon, Farah Emara,  « en réduisant les pertes alimentaires, vous réduisez le coût des aliments frais et vous permettez à un segment de la population qui ne pouvait pas se le permettre auparavant d’avoir un mode de vie plus sain. Aussi, en ce qui concerne les producteurs, cette méthode augmente leurs revenus et améliore ainsi leur qualité de vie ».

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi : MooMe, l’application mobile qui veut améliorer le rendement des éleveurs de vaches laitières en Afrique

Posted On mercredi, 02 mars 2022 08:13 Written by

Les solutions et l’architecture digitale des paiements représentent un défi récurrent sur le secteur du e-commerce en Afrique. Jumia annonce avoir pris des mesures pour les améliorer sur deux de ses principaux marchés que sont l’Egypte et le Nigeria.

Jumia, le groupe spécialisé dans les services d'e-commerce en Afrique, a annoncé avoir effectué plusieurs investissements en Egypte, dans le cadre d'une stratégie visant à développer ses solutions de paiement. Il a indiqué avoir trouvé un accord avec vaIU, une société de services technologiques adaptés à la finance, afin de développer une solution permettant à ses clients locaux d'acquérir des biens et les payer dans le temps (BNPL, Buy Now and Pay Later).

Jumia annonce aussi avoir connu plusieurs développements sur son système de paiement au Nigeria, son principal marché. « Sur l'application JumiaPay, nous avons continué à ajouter des services plus pertinents, au quotidien. Au Nigeria, nous avons mis en place une intégration avec Quickteller, le plus grand agrégateur de factures du pays. Ce partenariat nous permet de proposer plus de 70 facturiers supplémentaires sur l'application JumiaPay, notamment des services gouvernementaux, des fournisseurs d'accès à Internet, des compagnies aériennes… », peut-on lire dans la communication de l'entreprise.

Toujours au Nigeria cependant, l'entreprise annonce que ses services de paiement pourront connaître des perturbations. Afin de se conformer aux exigences de la Banque centrale, ses dirigeants ont accepté de s'associer à un fournisseur de services de paiement tiers pour le traitement des transactions par carte via JumiaPay. Le changement effectif est annoncé pour ce mois de mars 2022 avec un léger délai dans la mise en œuvre.

La technologie JumiaPay a permis au groupe coté désormais sur le Nasdaq (principal marché boursier américain des valeurs technologiques) de canaliser des paiements d'une valeur de 263,3 millions $ pour plus de 12,1 millions de transactions. Cela représente 34,7 % des paiements globaux effectués par les clients, contre 33,1 % une année auparavant. Rappelons que la valeur des marchandises achetées via la plateforme Jumia a frôlé le milliard de dollars en 2021, en hausse de 3,21 % comparé à celle de l’année 2020.

Jumia continue d'augmenter le nombre de ses clients qui a approché 4 millions en 2021, ainsi que ses volumes d'affaires. L’amélioration de ses systèmes de paiement tout comme la mise en conformité avec les exigences règlementaires sont des étapes importantes de son développement. Ces évolutions devraient lui permettre de répondre aux attentes qui surviendront, au regard de l'importante campagne de marketing menée en 2021.

Posted On lundi, 28 février 2022 18:57 Written by

La demande en connectivité à haut débit s’est accentuée depuis 2020 en Afrique avec la Covid-19. Les risques cybercriminels aussi. Améliorer l’offre tout en protégeant l’accès est devenu une nécessité pour garantir le développement de la région. L’ICANN en est consciente.

La Société pour l'attribution des noms de domaine et des numéros sur Internet (ICANN) annonce, ce lundi 28 février, l'installation prochaine de deux grappes de serveurs racine en Afrique. L’un sera installé au Kenya. Les deux infrastructures techniques permettront que les requêtes Internet provenant d'Afrique puissent être traitées dans la région, sans dépendre de réseaux et de serveurs situés dans d'autres parties du monde. Elle améliorera également la qualité du réseau à travers une réduction de la latence dans toute la région.

Selon l’organisation internationale à but non lucratif — qui assure la coordination du système des noms de domaine et joue un rôle clé dans le maintien d'un Internet mondial, interopérable et sûr —, les serveurs racine réduiront « le temps de chargement des sites web, notamment en cas de pics d'utilisation de l'Internet. Cela apportera des avantages immédiats aux internautes de tout le continent qui accèdent quotidiennement à Internet ».

Les serveurs racine réduiront aussi l'impact d'une éventuelle cyberattaque sur le continent. Les cyberattaques par déni de service distribué (DDoS) visent à saturer les serveurs par une avalanche de requêtes. L’infrastructure technique permettra une largeur de bande et une capacité de traitement des données plus élevées, réduisant le risque d'interruption de l'Internet en raison d'une cyberattaque.

Cet investissement de l’ICANN en Afrique rentre dans le cadre des ambitions de la coalition numérique Partner2Connect lancée le 20 septembre 2021 par l'Union internationale des télécommunications (UIT) pour favoriser une connectivité et une transformation numérique significatives à l'échelle mondiale. Des ambitions qui s’alignent également avec la stratégie africaine de transformation numérique (2020-2030).

L’UIT estime actuellement à 33 % le taux de la population qui accède à Internet en Afrique. Avec la transformation numérique qui s’accélère et a induit une forte consommation d’Internet, l’Union croit que cette proportion de consommateurs de data va augmenter rapidement au cours des prochains mois.

Muriel Edjo

Lire aussi : Sénégal : Orange et Sonatel s'associent à SES pour étendre l'offre de connectivité à haut débit en Afrique

Posted On lundi, 28 février 2022 17:47 Written by

Grâce au partenariat avec le gouvernement allemand, Smart Africa a lancé Atingi, plateforme d’e-learning généraliste, en novembre 2020. L’organisation africaine a renouvelé l’opération, cette fois avec une nouvelle plateforme dédiée aux connaissances technologiques et numériques.

La veille de son 5e Conseil des ministres en charge des TIC qui s’est tenu le vendredi 25 février à Kintélé, banlieue nord de Brazzaville, en République du Congo, l’Alliance Smart Africa a officiellement lancé son académie destinée à améliorer les compétences numériques des Africains. La Smart Africa Digital Academy (SADA) offre des cours gratuits en ligne. Pour y accéder, il faut aller à l’adresse web https://sada.atingi.org/ et s’inscrire au préalable.

Les cours de SADA, en rapport avec le numérique, sont orientés dans sept domaines que sont : compétences numériques et transformation ; gestion et leadership ; agriculture ; orientation professionnelle ; entrepreneuriat ; santé ; gouvernance et décentralisation. Actuellement, trois cours sont déjà disponibles sur la plateforme virtuelle. « Les fondements économiques de la régulation » développé par Laurent Gille, économiste, professeur émérite de Télécom Paris ; « ICT Infrastructure » développé par l’UNESCO, Cetic.br/NIC.br et la SDG Academy ; et « Dimensions and Causes of the Digital Divide » développé par la GIZ et Atingi.

Un webinaire sous le thème «Agile Regulation for Digital Transformation » est également programmé pour le 22 septembre. Il sera animé par Patrick Njoroge, le directeur de la Banque centrale du Kenya; Anna Pietikainen, conseillère principale en politique à l'OCDE ; Edmund Fianko, le directeur adjoint de l’Autorité nationale des communications du Ghana ; et Roslyn Docktor, directrice affaires gouvernementales et réglementaires chez IBM Corporation.  

Sur la plateforme soutenue par Atingi, plateforme d'e-learning en Afrique lancée en novembre 2020 par le ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement et Smart Africa, l’on peut lire que « SADA propose aux décideurs politiques et aux régulateurs des cours, des webinaires et des opportunités d'échange pour promouvoir la transformation numérique en Afrique.  Grâce à ses différents programmes et formats d'apprentissage, SADA souhaite améliorer les compétences des participants pour rédiger des réglementations TIC inclusives, sensibles au genre et respectueuses du climat ».

« SADA touche également un public plus large, allant des entrepreneurs aux citoyens engagés, dans le but d'améliorer leur culture numérique, afin qu'ils puissent profiter pleinement des nouveaux potentiels offerts par les technologies numériques », affirme Atingi.

La plateforme d’accès à SADA est entièrement responsive et s'adapte à une variété de tailles d'écran, y compris les ordinateurs de bureau, les tablettes et les mobiles. Les formations sont disponibles en anglais, français, allemand, espagnol, arabe, vietnamien, mandarin, portugais. Elles sont certifiantes. Les apprenants peuvent les télécharger. 

Muriel Edjo

Lire aussi : Congo : le Centre africain de recherche en Intelligence Artificielle a ouvert ses portes le 24 février

Posted On lundi, 28 février 2022 12:57 Written by

L’établissement de formation et de collaboration a été pensé en mars 2021. Il met de nouvelles technologies au cœur des enjeux de développement socio-économique en Afrique. De grandes attentes y sont placées.

Depuis jeudi 24 février, le Centre africain de recherche en intelligence artificielle (Caria), basé à Brazzaville, au Congo, a officiellement démarré ses activités. Situé sur le campus de l’université Denis Sassou-Nguesso, il proposera des formations en Licence, en Master, en Doctorat, des formations certifiées en ligne ainsi que des programmes d’initiation en robotique et en intelligence artificielle pour les élèves du primaire et du secondaire.

Outre les diverses formations, le Caria va accueillir en son sein de nombreux projets de recherche dans le but de faciliter la collaboration entre les mondes universitaire et industriel, mais aussi d’aider à tirer profit de l’intelligence artificielle pour promouvoir le développement économique et social du pays.

Pour le compte de l’année 2022-2023, les nombreux projets prévus portent entre autres sur la vision par ordinateur, l’apprentissage automatique, la réalité virtuelle et augmentée, le traitement du langage naturel, la robotique et l’automatisation industrielle ou encore l’informatique génétique.

Le Centre est le fruit de la volonté de la Commission Economique des Nation Unies pour l’Afrique (CEA) d’aider un certain nombre de pays africains à promouvoir et à adopter des technologies nouvelles et émergentes, afin de faire progresser leurs aspirations au développement à travers la transformation numérique. Sa création a été décidée en marge de la 7ème session du Forum régional africain pour le développement durable organisé du 1er au 4 mars 2021 à Kintélé par la République du Congo, en partenariat avec la Commission Économique des Nations Unies pour l’Afrique. 

Léon Juste Ibombo, le ministre congolais des Postes, des Télécommunications et de l’Économie numérique, a expliqué que « les conditions d’accès au Caria seront définies par voie réglementaire après cette phase de lancement ».

 Adoni Conrad Qenum

Lire aussi

Norrsken lance un fonds de 200 millions $ visant à dénicher les prochaines « licornes » de la tech africaine

Posted On vendredi, 25 février 2022 18:29 Written by
Page 89 sur 96

Please publish modules in offcanvas position.