Avec l’accélération de la transformation numérique, les compétences numériques sont devenues des atouts indispensables en Afrique. Des partenariats stratégiques sont signés pour permettre aux populations de se doter de ces compétences.

Orange Mali, une filiale du groupe télécoms Orange, a signé un partenariat avec le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD). L’objectif est de former 3 000 jeunes, en l’occurrence des jeunes femmes, aux compétences numériques sur une période de deux ans. L’annonce a été faite via un communiqué publié le lundi 1er juillet par l’organe onusien.

« C'est avec une grande fierté et une immense satisfaction que nous annonçons la signature de cet accord de partenariat entre PNUD Mali et Orange Mali. [...] Les femmes, bien que représentant une force essentielle, sont sous-représentées dans les secteurs technologiques », a indiqué Maleye Diop, représentant résident du PNUD au Mali.

Et d’ajouter : « notre objectif est de créer une vision cohérente d'insertion des jeunes à travers des programmes concrets qui leur permettent d'être opérationnels rapidement. Ce projet ne constitue qu'une première étape vers d'autres initiatives prometteuses à venir ».

Dans un monde de plus en plus digital, disposer des compétences numériques est devenu indispensable. Tous les secteurs d’activité tendent à se numériser et il urge de s’adapter à ce nouveau monde. La Banque mondiale, dans son rapport intitulé « Digital Skills : The Why, the What and the How » paru en 2021, soulignait que les déficits importants, en matière de compétences numériques sur le continent, exposaient les économies de nombreux pays africains au risque d'être encore plus à la traîne face à une frontière numérique qui évolue rapidement.

Le Groupe Orange, à travers son plan stratégique « Engage 2025 » fait du développement des compétences numériques une priorité sur le continent. La multiplication des Orange Digital Centers dans de nombreux pays du continent, dont le Mali, et la signature de ce partenariat avec le PNUD s’inscrivent ainsi dans le cadre dudit plan. La phase pilote du programme a été immédiatement lancée pour former 200 jeunes femmes dans des domaines tels que le marketing digital, le développement web, le design graphique et le montage vidéo.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi:

Guinée-Bissau : inauguration d’un nouvel Orange Digital Center

Le Bénin se dote d’un pôle universitaire d’innovation avec l’aide du PNUD

Posted On jeudi, 04 juillet 2024 12:16 Written by

En Afrique, les progrès technologiques rapides ont apporté de nombreux avantages, mais ils ont également engendré de nouvelles menaces qui mettent en péril les individus, les entreprises et les gouvernements.

Le Congo est sur la voie de mettre en place une Commission nationale de protection des données à caractère personnel. L’avant-projet de loi présenté par le ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie numérique, Léon-Juste Ibombo (photo), a été approuvé en Conseil des ministres le mercredi 3 juillet.

« En effet, la protection des données à caractère personnel est devenue un enjeu majeur à l'ère du numérique. Avec la multiplication des échanges d'informations sur Internet, il est essentiel de garantir la confidentialité et la sécurité des données personnelles des citoyens », a expliqué Léon-Juste Ibombo.

La Commission nationale de protection des données sera, entre autres, chargée de veiller à ce que le traitement des données à caractère personnel n’enfreigne pas les droits et libertés des citoyens. Elle aura également pour mission de collaborer avec les institutions internationales et les autres pays africains afin de partager les meilleures pratiques et les informations pertinentes sur les menaces de cybersécurité. En outre, elle devra sensibiliser les citoyens et les entreprises aux risques liés à la cybercriminalité, tout en les formant aux mesures de protection.

La création de cette commission s'inscrit dans le cadre des actions du gouvernement congolais visant à renforcer la législation actuelle, à promouvoir un environnement économique attractif et sécurisé et à assurer un contrôle rigoureux de l'utilisation des données personnelles. Le pays dispose déjà d'une Agence nationale de sécurité des systèmes d'information (ANSSI) et d’une loi portant sur la protection des données personnelles. Il a également ratifié la Convention de Malabo sur la cybersécurité et la protection des données personnelles.

La mise en œuvre de la Commission devrait renforcer la lutte contre la cybercriminalité au Congo et en Afrique. Selon le rapport Security Navigator d'Orange Cyberdefense de 2024, le nombre d'extorsions a augmenté de 70 % en 2023, entraînant une perte de 10 % du PIB sur le continent. Cette augmentation alarmante souligne l'urgence de disposer d'un organe de régulation efficace pour protéger les données des citoyens et des entreprises.

Lire aussi:

Le Congo discute de numérisation avec la société anglaise Reggali 

Posted On jeudi, 04 juillet 2024 10:56 Written by

Ces dernières années, l’Afrique a enregistré de nombreux projets de villes intelligentes qui comptent se développer en réduisant la fracture technologique qui affecte le continent.

Le ministre gabonais de l’Economie numérique et des Nouvelles technologies de l’information, le général de brigade Bonjean Rodrigue Mbanza, a effectué le mardi 2 juillet une visite officielle au Cameroun. Cette visite avait pour objectif d'examiner et de s'inspirer des technologies en place afin de soutenir le développement du projet Smart City au Gabon.

Selon un communiqué publié par le ministère chargé de l’Economie numérique, la visite a été marquée par une inspection du Centre national de commandement de la vidéo surveillance ainsi que du Data Center à Yaoundé.

La visite du ministre au Cameroun s'inscrit dans le cadre des actions du gouvernement gabonais visant à rechercher des partenaires et des expertises pour la mise en œuvre d'un projet de Smart City dans plusieurs communes du Gabon. En avril, le ministre avait déjà séjourné à Shenzhen, en Chine, où il a rencontré les responsables de Huawei et visité les infrastructures de pointe de la firme technologique.

En explorant diverses options technologiques proposées par plusieurs partenaires, le Gabon envisage de choisir la solution la plus adaptée à ses besoins. Tout comme le projet de Smart City déjà déployé dans plusieurs villes d’Afrique, la Smart City au Gabon devrait résoudre les problèmes complexes des centres urbains régionaux en créant des écosystèmes urbains intelligents, notamment en matière de planification, d’infrastructure, de gestion de la population, et bien d'autres domaines.

Cette initiative ambitieuse témoigne de l’engagement du Gabon à intégrer les technologies de pointe dans sa stratégie de développement urbain. Elle vise à améliorer la qualité de vie des populations et à positionner le pays comme un leader régional en matière de villes intelligentes.

Samira Njoya

Lire aussi:

Le Gabon adopte une carte d’identité nationale électronique

Posted On mercredi, 03 juillet 2024 19:24 Written by

En Afrique, le segment des technologies financières est le plus attractif. En 2022, l’entreprise Norfund a décidé de se positionner également sur ce segment aux côtés de partenaires stratégiques.

Norfund, un fonds d’investissement norvégien appartenant à l’Etat, a annoncé le mercredi 3 juillet un investissement de 20 millions $ dans un nouveau fonds de la société de capital-investissement britannique Apis. Baptisé Apis Growth Markets III, le fonds investira dans des sociétés de services financiers à forte croissance et axées sur la technologie à l'échelle mondiale, en l’occurrence en Afrique et en Asie.

« L'expertise d'Apis en matière de solutions de paiement et de finance intégrée est profonde. Les paiements numériques transparents et sans numéraire peuvent considérablement stimuler la productivité et améliorer l'inclusion numérique, un domaine dans lequel Apis excelle vraiment. En outre, nous reconnaissons le rôle vital de la finance intégrée pour aider les entrepreneurs et les petites entreprises à accéder aux actifs productifs dont ils ont besoin pour prospérer », a déclaré Kathy Chang, directrice de l'investissement chez Norfund.

Cet investissement intervient dans un contexte où les financements dans les jeunes pousses sont en baisse dans le monde entier. En Afrique, les fonds levés par les start-up du continent au premier semestre de cette année ont baissé de 56% par rapport à 2023, s’établissant à 530 millions $, d’après des données de Disrupt Africa. La raréfaction des gros deals supérieurs à 100 millions $ (funding winter) couplée au recentrage des investissements d’importants fonds mondiaux non axés sur l’Afrique peut expliquer ce recul des financements.

Apis Growth Markets III compte financer entre 10 et 15 start-up opérant dans les technologies financières. Des montants compris entre 60 et 70 millions $ seront injectés dans les différentes jeunes pousses pour les prises de participation à venir.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi:

Nouveau fonds de 75 millions $ pour investir dans des start-up africaines

Posted On mercredi, 03 juillet 2024 18:30 Written by

L’agriculture est un secteur crucial pour la majorité des pays africains. Des investissements substantiels sont nécessaires pour améliorer les rendements et soutenir la croissance.

L'Union européenne (UE), en partenariat avec la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), a dévoilé, le mardi 2 juillet à Abuja, une nouvelle plateforme numérique destinée à stimuler les investissements dans le secteur agroalimentaire du Nigeria. Cette initiative a été présentée en marge de la 9e édition du Forum des entreprises UE - Nigeria.

S’exprimant sur le bien-fondé de cette innovation, Myriam Ferran (photo), directrice générale adjointe de la direction des partenariats internationaux (INTPA) de la Commission européenne, a déclaré qu'il s'agit « d'une plateforme agricole numérique qui fournit un espace de commercialisation, de négociation ou d’investissement numérique pour les activités commerciales et/ou transactionnelles. Elle contribue également aux interactions, aux communications, aux intégrations et à la coopération dans le système agroalimentaire et l’agro-industrie entre les PME nigérianes et européennes ».

Le lancement de cette plateforme s'inscrit dans les engagements pris lors du dialogue ministériel UE - Nigeria de novembre 2020. Conformément à l'accord avec le gouvernement nigérian, il a été décidé de créer une plateforme agro-industrielle UE - Nigeria visant à rassembler les communautés agricoles et agroalimentaires nigérianes et européennes, afin de promouvoir le commerce, d'attirer des investissements responsables et de favoriser les relations interentreprises, en particulier pour les PME.

Il faut noter qu’au Nigeria, l'agriculture occupe une place prépondérante dans l'économie, étant la deuxième activité la plus importante après le secteur pétrolier. Selon la plateforme de données Statista, le secteur agricole a généré environ 21 % du produit intérieur brut (PIB) du pays au deuxième trimestre de 2023. Toutefois, malgré sa contribution significative, le secteur agricole nigérian fait face à de nombreux défis tels que le manque d'investissements, des systèmes agricoles obsolètes, une offre insuffisante pour répondre à la croissance démographique et à la demande alimentaire croissante.

La nouvelle plateforme devrait permettre de relever ces défis, d’accroître les investissements privés dans le secteur agro-industriel du pays et de renforcer les liens et les interactions entre les acteurs agro-industriels du Nigeria et d’Europe.

Samira Njoya

Lire aussi:

Le Nigérian Blueroomcare lève un fonds de pré-amorçage pour son expansion 

Posted On mercredi, 03 juillet 2024 10:06 Written by

Proposant des débits plus importants et une latence réduite, la 5G continue de s’étendre sur le continent africain. La Tunisie rejoindra d’ici peu la liste des pays où cette technologie est disponible.

Le ministère tunisien des Technologies de la communication a annoncé le dimanche 30 juin le lancement d'un avis d’appel d’offres pour l’attribution de licences d’exploitation de la 5G. Les opérateurs télécoms intéressés par la fourniture commerciale de la technologie de cinquième génération en Tunisie devront déposer leurs dossiers auprès du ministère entre le 3 juillet et le 2 septembre.

Le lancement de l’avis d’appel d’offres fait suite à l’approbation de la feuille de route de lancement de la 5G par le gouvernement le 13 juin dernier. Selon cette feuille de route, chacun des opérateurs télécoms tunisiens aura droit à 5 MHz duplexés dans la bande 700 MHz, 100 MHz (TDD) dans la bande 3,5 GHz. Trois blocs de 20 MHz seront disponibles sur demande des opérateurs. D’autres bandes de fréquences 5G seront annoncées dans des phases ultérieures de déploiement. La licence aura une validité de 15 ans. Son coût n’a pas encore été dévoilé.

Selon le ministère, le déploiement de la 5G s’inscrit dans le cadre de « la stratégie de l’Etat tunisien relative à l’aménagement numérique du territoire national visant à développer l’infrastructure numérique, à généraliser la couverture très haut débit sur l’ensemble du territoire national ». Le gouvernement cherche également à accélérer la numérisation de l’administration, sécuriser le cyberespace national, garantir la souveraineté numérique et instaurer un climat de confiance numérique indispensable à la réalisation des projets de digitalisation.

La 5G devrait faciliter de nouvelles applications de la technologie mobile. Dans une consultation publique sur l’ultra haut débit réalisé par l’Instance nationale des télécommunications (INT) en 2021, le fournisseur de services Internet Conect Tunisie a indiqué que les performances de la technologie 5G pourraient soutenir le développement des cas d’usages suivants : l’IoT (Industrie 4.0, Agriculture 3.0, Smart Homes, Smart Cities…), le streaming de vidéo dans les véhicules automobiles, les échanges de données durant les grands évènements sportifs et culturels, les véhicules autoguidés et les jeux en ligne.

Isaac K. Kassouwi

Lire aussi:

Orange lance la 5G mobile au Sénégal

Posted On mardi, 02 juillet 2024 16:25 Written by

La cybersécurité est devenue, au fil des années, l’une des préoccupations majeures des pays africains. La révolution technologique en cours dans le monde, à laquelle prennent activement part les pays d’Afrique, a mis en lumière les failles du cyberespace africain.

Le lundi 1er juillet, la multinationale russe spécialisée dans la sécurité des systèmes d'information Kaspersky donne 4 recommandations pour se protéger des cybercriminels spécialisés dans l'escroquerie en ligne en Afrique de l’Ouest (brouteurs). La génération de mots de passe complexes, la méfiance vis-à-vis des SMS suspects, la recherche du symbole du cadenas sur les sites Internet et le téléchargement d'applications de sources fiables sont autant de recommandations faites par Kaspersky.

Ces conseils font suite à une étude réalisée auprès de 200 personnes en janvier 2024 par l’entreprise russe de cybersécurité sur l'utilisation des téléphones mobiles en Afrique de l'Ouest. Elle met en lumière les menaces croissantes posées par les « brouteurs » dont l'activité nuit gravement à la confiance et à la sécurité numérique dans la région. Leurs faits d'armes vont de l’usurpation des réseaux sociaux, des faux prêts et bourses, des achats en ligne et contrefaçon aux concours et compétitions, aux escroqueries en matière de  santé et beauté, par webcam et accès à distance.

« Avec l'accès croissant à Internet en Afrique de l’Ouest, la sécurité en ligne devient une préoccupation pour les populations locales. En Côte d'Ivoire et au Sénégal, 46% de la population se connecte quotidiennement à Internet, soit environ 9,6 millions d'internautes. [...] 50,5% des Ivoiriens et Sénégalais utilisent leurs téléphones mobiles quotidiennement pour des besoins professionnels et personnels. Les réseaux sociaux sont utilisés par 87,7% des utilisateurs, suivis des appels vidéo (68,1%) et des applications de géolocalisation (60,8%) », souligne Kaspersky.

Selon Kaspersky, la connectivité accrue expose les utilisateurs à divers risques de cybercriminalité, y compris les arnaques sentimentales qui exploitent les réseaux sociaux et les plateformes de communication. Ces arnaques ont causé plus de 1,3 milliard $ de pertes mondiales entre 2017 et 2022, avec une perte moyenne de 4 400 $ par victime, selon Interpol. 

En Afrique, les questions de cybersécurité sont encore peu abordées au niveau national par manque de compétences ou d'infrastructures. Selon l’édition 2020 du rapport « Global Cybersecurity Index » publié par l’Union internationale des télécommunications, les indices de cybersécurité de la Côte d’Ivoire et du Sénégal se sont respectivement établis à 67,82 (11e place) et à 35,85 (18e place). Plusieurs pays de la région, tels que le Mali (10,14), le Niger (11,36) ou encore la Guinée (20,53), sont plus vulnérables.

Par ailleurs, les autorités des divers pays prennent de plus en plus de mesures pour assainir leurs cyberespaces. Entre autres, elles mettent en place des stratégies nationales de cybersécurité, mettent en place des équipes nationales de réponse aux incidents informatiques, adhèrent à des conventions comme celle de Malabo sur la cybersécurité et les données à caractère personnel ou celle de Budapest sur la cybercriminalité.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi:

L’adoption croissante du numérique en Afrique accentue les risques cybercriminels sur le continent

La Côte d'Ivoire durcit sa loi sur la cybercriminalité

Le Ghana, le Rwanda et le Mozambique collaboreront dans la cybersécurité

Posted On mardi, 02 juillet 2024 14:01 Written by

La numérisation de l’administration constitue le pilier central du plan stratégique de développement de Sénégal Numérique. Malgré les efforts déployés pour ce projet, les résultats se font encore attendre.

 Le Sénégal accuse du retard sur ses objectifs de dématérialisation des services publics. Isidore Diouf (photo), le directeur général de Sénégal Numérique (SENUM SA), a déclaré le vendredi 28 juin que le pays affichait un faible taux de dématérialisation des services publics. « Sur les 900 procédures à dématérialiser, seules 130 l'ont été, soit un taux de 13,4 % », a indiqué M. Diouf lors d’un panel consacré au numérique dans le cadre des assises de l’entreprise.

C’est en 2017 que le Sénégal a commencé à numériser ses services publics administratifs. En 2022 SENUM avait signé une convention avec les 19 communes de Dakar pour la numérisation des actes d’état civil. En juillet 2023, 8 milliards FCFA (13 millions $) ont été investis pour mettre en place le Schéma directeur numérique de la justice 2023-2027, afin de construire un service judiciaire numérique plus accessible aux populations. Le secteur de la santé a lui aussi bénéficié d’une attention particulière.

Dans la même lancée, en novembre, le ministère sénégalais de la Communication, des Télécommunications et de l’Economie numérique, en partenariat avec l’Agence de coopération internationale allemande GIZ, a dévoilé GovStack, une nouvelle plateforme dédiée au traitement de plus de 800 procédures administratives.

Si les raisons de ce faible taux de numérisation n'ont pas été explicitées malgré des investissements substantiels, il faut noter que les défis sont encore nombreux. Parmi ceux-ci : l'élaboration de textes réglementaires pour établir un cadre de gouvernance de la dématérialisation, ainsi que la mise en place d'une stratégie e-gov visant à accélérer le processus. Un accompagnement de tous les acteurs dans le processus de changement et une adhésion collective sont également indispensables pour réussir la numérisation.

Il convient également de noter qu’au Sénégal, certains services jugés prioritaires sont déjà en ligne, notamment dans les secteurs de l’urbanisme, du tourisme, de la justice, de l’enseignement, du travail et de la sécurité sociale, de la fonction publique, de l’intérieur, du sport, de l’état civil consulaire, et de l’environnement.

Samira Njoya

Lire aussi:

Le Sénégal a déjà numérisé plus de 19 millions d’actes d’état civil 

Posted On mardi, 02 juillet 2024 12:15 Written by

La Convention de l'Union africaine sur la cybersécurité et la protection des données personnelles a été adoptée en 2014 à Malabo, en Guinée équatoriale. Dix ans plus tard, Madagascar rejoint la liste des pays l’ayant ratifiée.

Le ministère malgache du Développement numérique, des Postes et des Télécommunications a annoncé la semaine dernière l’adhésion de Madagascar à la Convention de Malabo sur la cybersécurité et la protection des données personnelles. L’objectif est de disposer d’un cyberespace plus sûr et de lutter efficacement contre la cybercriminalité.

Avec cette adhésion, Madagascar pourra « intégrer les repères juridiques concernant la mise en place de politiques de protection des données personnelles par la CMIL (Commission malagasy de l'informatique et des libertés) et l'ANSSI (Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information ou CIRT en anglais) ».

Cette adhésion intervient dans un contexte où la cybersécurité est devenue une composante importante depuis l’accélération de la transformation numérique sur le continent. Les pays africains sont obligés de composer avec ce paramètre et depuis la pandémie de la Covid-19, nombre d’entre eux ont accéléré la ratification de la Convention de l'Union africaine sur la cybersécurité et la protection des données personnelles adoptée en 2014 à Malabo.

La Convention vise, entre autres, la protection des données personnelles dans le cadre de la législation sur la cybersécurité ; la coopération pour assurer la sécurité des données personnelles et lutter contre la criminalité numérique, en facilitant l'échange d'informations entre les entités nationales ; l’utilisation des technologies électroniques pour sécuriser les données personnelles au niveau national ou encore la lutte contre la cybercriminalité en établissant des entités spécifiques dans chaque pays signataire de la Convention.

D’après l’édition 2020 du rapport « Global Cybersecurity Index » publié par l’Union internationale des télécommunications, Madagascar dispose d’un indice de cybersécurité de 23,33 et occupe la 24e place sur le plan africain, juste devant la Guinée (20,53) et derrière le Mozambique (24,18).

Pour rappel, l’Angola, le Bénin, le Togo, le Sénégal, le Rwanda, la Namibie, le Niger, Maurice, le Mozambique, le Ghana, la Zambie, la République démocratique du Congo, le Cap-Vert, la Guinée, la Côte d’Ivoire et la Mauritanie ont déjà ratifié la convention.

Adoni Conrad Quenum

Lire aussi:

Le Bénin ratifie la Convention de Malabo sur la cybersécurité

Le Niger ratifie la convention de l'Union africaine sur la cybersécurité et la protection des données personnelles

La Côte d’Ivoire ratifie la Convention de Malabo sur la cybersécurité et la protection des données à caractère personnel

La RD Congo ratifiera la convention de l'Union Africaine sur la cybersécurité et la protection des données

Posted On mardi, 02 juillet 2024 09:14 Written by

Au cours des cinq dernières années, le marché africain du jeu vidéo a connu un développement rapide. Jusqu’alors quasi inexistant, il a progressivement gagné en visibilité à l’international grâce au travail de nombreux studios locaux.

L’éditeur de jeux vidéo américain Xbox, appartenant à Microsoft, a honoré le studio de jeux vidéo camerounais Kiro’o Games le vendredi 28 juin. Il a diffusé à cet effet sur sa chaîne YouTube ID@Xbox (destinée à la promotion du meilleur des jeux indépendants à venir sur Xbox One et Windows PC) une bande-annonce exclusive célébrant les 20 ans de travail de Kiro’o Games. Cette communication promotionnelle intervient un mois après la sortie du jeu « Aurion : l’héritage des Kori-Odan », édité par Kiro’o Games, sur les consoles Xbox Series X|S et Xbox One.

La bande-annonce de Xbox dévoile l’évolution d’Aurion d'un petit projet amateur sur RPG Maker à un jeu indépendant avec de beaux graphismes faits main. Le jeu d'origine avait été réalisé sous le framework XNA qui était offert gratuitement par Microsoft à l'époque et a permis à de nombreux studios de tenter leur aventure indépendante.

Aurion : l'héritage des Kori-Odan est un jeu d’action-RPG se déroulant dans un contexte d'African Fantasy inspiré des anciens J-RPG « Tales of ». Il reprend les mythes et légendes du continent africain et propose des combats en temps réel dans une vue en 2D. Le joueur incarne le roi ou la reine exilé/e de Zama, et doit rassembler son pouvoir « aurionique » pour construire un monde où chacun peut se comprendre malgré ses différences. La trame du jeu est centrée sur la difficulté à rester altruiste dans un monde cynique et égoïste.

« Nous savons que la conjoncture actuelle est difficile pour tout le monde. Et c'est justement pour cela que nous espérons que les joueurs découvriront les Kori-Odans et seront inspirés par le message qui est caché dans leur Héritage et dans l'Aurion. Si vous êtes un idéaliste humaniste qui se sent écrasé par la froideur du monde, Aurion est écrit pour vous », explique Olivier Madiba, fondateur de Kiro’o Games et créateur de Aurion.

Depuis 2013, l’industrie du jeu vidéo africain se développe. A travers le continent, une génération de passionnés se mobilise aussi bien pour l’échange d’expérience que pour le développement de produits de plus grande qualité. L’objectif est de faire rayonner les histoires africaines et le savoir-faire du continent. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles une dizaine de studios de jeux ont décidé en février 2022 de mutualiser leurs efforts au sein d’un groupe, le Pan Africa Gaming Group (PAGG). Kiro’o Games en fait partie.

Selon le cabinet de conseil Verified Market Research, « le marché africain du jeu vidéo se développe rapidement en raison de l'adoption croissante des smartphones, de l'amélioration de l'accès à Internet et d'une population plus jeune et férue de technologie. Les appareils mobiles abordables et l'amélioration des infrastructures Internet ont rendu les jeux en ligne plus accessibles à un plus large éventail de personnes, augmentant la demande de contenu localisé reflétant la diversité culturelle et linguistique du continent ».

« L'urbanisation et l'augmentation des revenus disponibles ont donné naissance à une classe moyenne croissante avide de divertissement numérique, poussant les créateurs de jeux à proposer des expériences spécialisées aux joueurs africains en permettant au marché de dépasser un chiffre d'affaires de 2,14 milliards $ en 2024 et d'atteindre une valorisation d'environ 3,72 milliards $ d'ici 2031 », ajoute le cabinet de conseil.

Pour le studio camerounais, la confiance affichée par Xbok lui permettra d'atteindre une vaste base de joueurs potentiels à travers le monde, gage de visibilité, de crédibilité et d'opportunités de revenus.

Muriel Edjo

Lire aussi:

Jeux vidéo : 10 studios africains créent un éditeur continental et ciblent 680 millions de gamers vers 2025

Le Camerounais Olivier Madiba est l’un des pionniers de l’industrie du jeu vidéo africain

Posted On lundi, 01 juillet 2024 13:55 Written by
Page 3 sur 104

Please publish modules in offcanvas position.